Auteur Sujet: Jean-Luc Mélenchon  (Lu 89862 fois)

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #50 le: 20 janvier 2011 à 21:58:07 »
Sarkonique, aidez-moi un peu. Votre avatar, celui qui porte l'inscription CACA zéro sur sa hotte, ne l'aurait-on pas déjà trop vu quelque part, dans un tas de quelque parts plus précisément ?

Avez-vous entendu la justification de Plantu ce matin sur France Info ? C'était plutôt minable. A peu près l'équivalent en sottise de celle de Jeanne-Marine Pépène justifiant les propos de sonpère deant Pajudas au JT de la 2 :
- Ce n'est pas écrit sur son nez...
- C'est une expression, comme ce n'est pas écrit sur son front !

Ben voyons ! Tout le monde sait qu'un juif se reconnaît à son front crochu. Eh ! Fifille ! il n'y a pas marqué "couillon" sur mon nez !

Plantu n'a pas dépassé ce niveau. Il en est resté aux clichés habituels sur Méluche. C'est tout juste s'il n'a pas évoqué sa franc-maçonnerie, réelle ou supposée.
L'est très fatigué Plantu ces derniers temps, je trouve.
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #51 le: 20 janvier 2011 à 22:09:16 »
Écrire sur le front bas (et national) des Lepen serait pas de la tarte, ou alors il faudrait écrire tout petit...


Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #52 le: 21 janvier 2011 à 12:49:23 »
Citation de: Kiosk
Sarkonique, aidez-moi un peu. Votre avatar, celui qui porte l'inscription CACA zéro sur sa hotte, ne l'aurait-on pas déjà trop vu quelque part, dans un tas de quelque parts plus précisément ?

J'ai trouvé cet avatar par hasard. Si quelqu'un s'oppose à ce que je l'exhibe, je suis prêt à me confondre en excuses et à m'en séparer. Je sais qu'il existe un droit de propriété, mais je pars du principe qu'une image se partage, qu'elle est faite pour être montrée, quel qu'en soit l'auteur.

Si je me trompe, je suis tout disposé à changer. Il ne s'agit pas pour moi de m'approprier l'image.

PS Tu peux me tutoyer, citoyen!  :merci:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #53 le: 21 janvier 2011 à 12:51:32 »
Plantu s'est... planté!
C'est énorme, cet amalgame! De la part d'un pitre comme Ferry, je veux bien, il a déjà assimilé les écolos aux nazis! Mais là, je crois que le dessinateur a pris un coup de vieux... Bon pour la retraite?
Si c'était juste pour souligner une coïncidence entre deux ras le bol radicaux, peut-être pourrait-on dire: tiens, c'est vrai, au fait... Mais Mélenchon en chemise brune... non, Plantu! va te coucher et prends ta température, va!
Consolation: c'est tellement con, que je ne crois pas que ça nuise beaucoup à Mélenchon et au FG. Enfin, j'espère.

Non, non il ne s’est pas planté, c’est voulu Plantu sait très bien ce qu’il fait, il dessert la cause des plus faibles c’est un vendu voilà son vrai visage ! il a sûrement voté Sarkozy, taté du bouclier fiscal quant à ses dessins, nuls idéologie (celle des puissants peut être) ou idéal c’est de l’alimentaire, style je suis un rebelle de mon :fesse:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #54 le: 21 janvier 2011 à 13:04:03 »
Adieu l'Emile Plantu, je t'aimais bien ...

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #55 le: 21 janvier 2011 à 17:52:19 »
J'ai trouvé cet avatar par hasard. Si quelqu'un s'oppose à ce que je l'exhibe, je suis prêt à me confondre en excuses et à m'en séparer.

Je parlais du personnage, pas du dessin...
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #56 le: 22 janvier 2011 à 22:15:08 »
Bon, j'aurai réagi trop vite, Kiosk...  :rouge:

Pour en revenir à Plantu, il s'est planté, mais faut-il le planter là? N'a-t-il pas droit à l'erreur? Certes, celle-ci est de taille! Mélenchon en uniforme, n'importe quoi!

Question: s'il l'avait représenté normalement, en faisant seulement le parallèle entre deux discours excessifs, l'aurions-nous rejeté? Pour certains d'entre nous, oui, sans nul doute. Pour ma part, tout en tiquant à cause de ce rapprochement nauséabond avec la connerie lepéniste, j'y aurais vu une sorte d'avertissement, excessif mais intéressant.

Je m'explique. Mélenchon n'est pas au-sessus de tout reproche. Il me semble surfer un peu douteusement sur la vague du "tous pourris". Je n'ai pas lu son livre, bien que j'en aie eu l'envie (je le ferai sans doute avant l'élection) et je me demande qui est désigné par ce "tous" qui caractérise son titre... Tous les sarkozystes, tous les capitalistes ou toute la classe politique?

Par ailleurs, je n'apprécie pas sa façon de justifier le génocide tibétain par le pouvoir chinois, ni vraiment sa défense du pouvoir cubain...

Sur le plan social, par contre, et sur le chapitre du retour au protectionnisme, je le suis volontiers.
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #57 le: 23 janvier 2011 à 09:57:14 »
Après, tout dépend qui est le "tous". Parce que s'il parle de nos dirigeants actuels, malheureusement, il a totalement raison.  :pleur3: Il n'y en a pas un dans ce gouvernement qui n'ait à son actif une chose qui nous rend fou....Et de toute façon, personnellement, les salaires obscènes et le fait que la droite et la gauche s'entendent comme larrons en foire pour surtout ne jamais toucher aux salaires de nos "élus" et de leurs "collaborateurs" me dégoûte profondément.
Je n'ai pas lu son livre, mais dans mon entourage on m'en lit parfois des passages et ça paraît intéressant. Bien sûr ça ne vaut pas lecture exhaustive du livre, je vais m'y pencher.
De toute façon aucun politique je pense n'aura notre approbation absolue, les bisounours c'est passé depuis longtemps. Mais si on pouvait en trouver un qui se rapproche de nos idées ce serait pas mal. Je ne sais pas si c'est mélenchon, pour ma part je n'ai pas encore décidé.  :merci: :merci:

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #58 le: 23 janvier 2011 à 14:33:16 »
Mélenchon ne fait pas l'unanimité chez une certaine gauche, notamment du fait qu'il soit attaché à des valeurs républicaines. Et aussi du fait qu'il était au PS à l'époque Miterrand-Jospin, ces "traîtres".
Mais pour moi il reste bien à gauche.

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #59 le: 23 janvier 2011 à 18:14:01 »
Bon, je n'ai pas lu le livre de Mélenchon non plus.

Mais pour l'avoir écouté souvent : en règle générale, quand je l'entend dire "qu'ils s'en aillent", c'est pour évoquer les riches contribuables de ce pays, dont on réduit toujours davantage la contribution (bouclier fiscal, ISF en sursis) soi-disant par crainte de les voir partir vers des cieux fiscaux plus cléments. Avec le succès que l'on sait.

Edit : je viens de le voir chez Demorand, ça s'est plutôt bien passé.
« Modifié: 23 janvier 2011 à 19:49:14 par timbur »
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #60 le: 24 janvier 2011 à 10:11:11 »
Dans la série "Coucou ! J'existe !", Aurélie Filipetti

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/01/23/97001-20110123FILWWW00203-filippetti-carton-rouge-a-melenchon.php

Citer
La députée PS, Aurélie Filippetti, a décerné ce  soir un "carton rouge" à Jean-Luc Mélenchon, candidat à l'investiture du Front de gauche pour la présidentielle, pour avoir dit des communistes et socialistes allemands que la déportation "fut le prix de leur sottise politique". Invité de "C'politique" sur France 5, le président du parti de gauche a expliqué pourquoi il arborait au revers de sa veste le triangle rouge des déportés communistes.

"Je m'estime insulté quand on dit que je serais comme les Le Pen. Je suis un homme de la gauche républicaine (...) et pour bien marquer la cruauté de cette comparaison aussi infamante, je mets ce triangle, qui est celui des déportés communistes, qui ont été arrêtés pendant la guerre et mis dans les camps de concentration". "Parce que ce sont les premiers qui y sont allés avec les socialistes comme prix de leur sottise politique. Car s'ils s'étaient accordés au lieu de se disputer aussi stupidement, ils auraient empêcher Hilter d'arriver au pouvoir", a-t-il ajouté, en évoquant leur "bêtise".

Dans un communiqué, Mme Filippetti a estimé que M. Melenchon "trahi(ssait) l'histoire du mouvement ouvrier et ses morts qu'il prétend représenter lorsqu'il arbore de nouveau le triangle rouge des déportés politiques en assimilant la manière dont il est traité par les médias et les autres partis politiques avec leur destin funeste sous le régime nazi".

"Par surcroît, il se permet de donner des leçons rétroactives à l'histoire, en critiquant les socialistes et communistes allemands des années 1920 et 1930, dont il dit que la déportation +fut le prix de leur bêtise+ ! Comme si leurs divisions étaient seules responsables de l'accession au pouvoir de Hitler! C'est non seulement faux mais c'est indigne", s'est exclamée l'élue de Moselle. "Certes la fracture entre les socialistes réformistes allemands et les communistes révolutionnaires a fragilisé la gauche sous la République de Weimar, mais c'est bien grâce à l'appui de forces conservatrices anti-républicaines qui ont tenté d'instrumentaliser Hitler que celui-ci est devenu chancelier", a-t-elle dit.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #61 le: 24 janvier 2011 à 11:36:06 »
Ah...
En même temps, je suppose qu'il n'a pas dit ça texto, parce que si on ne part que de là, personne à gauche ne s'entend avec personne...Lui compris.Même si le front de gauche réunit plusieurs partis, ce n'est pas tout ce qui est considéré à gauche.

Après, on peut interpréter comme on veut : soit c'est une façon de dire, en hommage à leur convictions, qu'ils se sont obstinés et qu'ils sont allés en camp pour ça, soit c'est une critique, et je trouve dur de juger l'histoire. nous n'y étions pas...
 :merci:

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #62 le: 24 janvier 2011 à 11:39:35 »
Je crois que tout est bon pour décrédibiliser Mélenchon
"Ne votez pas pour ce type ,il dit n’importe quoi mais votez pour nous UMPS nous vous offrirons le toujours pareil car tel est le destin des peuples corvéables à merci et bons à être roulés dans la farine ,divisez -vous bande de larves et surtout taisez-vous!nous nous n’avons rien à nous reprocher."

Citer
J’y ai vu Joseph Daul, le président UMP du groupe de la droite au parlement européen, rouge de plaisir, embrasser devant tous, et sous les acclamations, le premier ministre hongrois Viktor Orban qui est accusé de tous côtés d’être un crypto-fasciste attentant à la liberté de la presse, notamment. J’y ai vu Martin Schulz, président du groupe du Parti Socialiste Européen voter avec la droite pour empêcher l’examen d’une résolution sur les évènements de Tunisie et sur la liberté de la presse en Hongrie.


http://www.jean-luc-melenchon.com/2011/01/au-dela-de-la-limite-il-ny-a-plus-de-bornes/#more-5318

bienvenue dans la campagne électorale raz des pâquerettes ,c'est difficile de contrer un authentique républicain 'X
« Modifié: 24 janvier 2011 à 14:19:31 par bili »
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #63 le: 24 janvier 2011 à 11:53:39 »
Après, on peut interpréter comme on veut : soit c'est une façon de dire, en hommage à leur convictions, qu'ils se sont obstinés et qu'ils sont allés en camp pour ça, soit c'est une critique, et je trouve dur de juger l'histoire. nous n'y étions pas...
 :merci:
Dans le contexte de la citation, il y a je pense un débat sur l'union avec les socialistes et autres membres de la gauche, qui sont du genre à s'allier avec personne. Alors oui c'est une critique.

Quant à l'autre du PS, je la trouve très mal placé pour défendre les "ouvriers".

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #64 le: 24 janvier 2011 à 13:57:27 »
Je trouve dommage de perdre son temps avec ce genre de polémiques dignes du c. des mouches! Il y a mieux à faire!  :rougefache:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #65 le: 24 janvier 2011 à 17:22:40 »
Une lumière dans la nuit ! :mrgreen:

Citer
Mais Harlem Désir s'est montré plus prudent qu'Aurélie Filippetti et à appelé à ne pas diaboliser Jean-Luc Mélenchon. "Je crois qu'il est sur des valeurs républicaines. Même si elles sont radicales, ce sont des valeurs de gauche qui n'ont évidemment rien à voir avec le populisme xénophobe, raciste ou antisémite de Marine Le Pen. Donc, que l'on cesse de l'enfermer dans cette image et que lui-même montre qu'il n'est pas dans cette caricature", a-t-il dit.


http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/politique/20110124.OBS6799/cambadelis-melenchon-fait-de-la-defaite-du-ps-un-choix-strategique.html
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #66 le: 28 janvier 2011 à 12:08:32 »
Citer
Plantu ne s’est pas planté, il a réglé un compte, en douce. Et voici lequel.
Maxime VIVAS

Le dessin : une Marine le Pen souriante (visage angélique de Claire Chazal), un Jean-Luc Mélenchon dont le rictus et les sourcils révèlent une méchanceté soulignée par un poing levé qui ne demande qu’à s’abattre. Les deux, brassard au bras, à la SS, lisent le même discours intitulé « Tous pourris ».

On trouve peu de défenseurs de cette vilenie, même parmi la classe médiatico-politique qui s’alarme de la montée en puissance d’un tribun qui rompt avec le style policé enseigné à l’ENA et avec le discours de la gauche molle pour qui le comble de l’audace est symbolisé par le balancier d’une l’horloge comtoise. Jean-Michel Aphatie et Rachida Dati, par exemple, ont pris la défense de Jean-Luc Mélenchon. C’est dire !


Chacun parle de dérapage, de mauvais dessin. Jeu de mot obligatoire : Plantu s’est planté.

La vérité est qu’il a réglé un compte en jouant insidieusement au billard à trois bandes et que son dessin est un discours politique simpliste, hargneux et excommuniant dont les vrais raisons sont cachées.

Démonstration et révélations.

Première bande : le prétexte du dessin.

Jean-Luc Mélenchon, « populiste » est assimilé à Marine Le Pen (poujadiste). On nous persuade depuis des mois que c’est pareil. Sur ce qu’est le populisme, je vous renvoie à un article que j’ai signé dans Le Grand Soir sous le titre « Vive le populisme, ma mère, vive le populisme !  » où je prétends que la droite et ses complices profanent le dictionnaire pendant la sieste des quarante.

Deuxième bande. L’inattendu remplaçant de Marine le Pen

Dans l’Express, Plantu s’explique :

(http://www.lexpress.fr/actualite/po...).

Son plaidoyer compte près de 700 mots. Le nom de Jean-Luc Mélenchon y apparaît 4 fois, celui de Marine Le Pen aucune. Or, c’est bien le rapprochement entre les deux qui fait scandale. Mais pourquoi son aversion pour les mots et les gestes (à trois reprises il parle de "gesticulations") du président du Parti de Gauche ? La lecture de son explication nous l’apprend : escamotée la prétendue accointance avec Marine Le Pen, celle-ci étant soudainement sortie des préoccupations de Plantu, voici qu’apparaît à pas moins de 6 reprises le nom d’un pays : Cuba ou de sa capitale. Et Plantu d’enfoncer le clou. Car, martèle-t-il, Mélenchon a soutenu Cuba sur France inter en déclarant que ce n’est pas une dictature.



S’il était permis à un dessinateur comme Plantu de sortir de la caricature quand il s’aventure dans le domaine de l’analyse politique, il pourrait souscrire à une vision nuancée de la réalité cubaine ainsi que le font son confrère Wolinski (président d’honneur de l’association Cuba Si France), plusieurs dessinateurs de Charlie Hebdo (dont son directeur, Charb) et une belle brochette d’individus que nous prendrions volontiers en stop, de Danielle Mitterrand à Nelson Mandela en passant par une douzaine de prix Nobel, d’artistes (y compris états-uniens) et par la plupart des dirigeants politiques des pays d’Amérique latine et, sur d’autres continents, de dirigeants ou hommes politiques de pays qui luttent pour préserver ou conquérir leur souveraineté.

Tous ont au moins compris (et ce n’est pas soutenir « le régime de La Havane » comme le dit Plantu), qu’on peut distinguer entre le caudillo Franco qui massacra son peuple avec l’aide des armées du Duce et du Furher, et celui que les Cubains appellent Fidel, leader charismatique d’un pays où jamais en un demi-siècle les fusils de l’armée ou de la police ne se braquèrent sur la population.



Tous ont fait la différence entre les dictatures qui emprisonnèrent, torturèrent, assassinèrent à grande échelle ces dernières décennies en Amérique latine, dictatures qui comptent donc à leur passif des morts ou disparus par dizaines de milliers et Cuba où le triomphe de la révolution mit fin à la fois aux exécutions extra-judiciaires fréquentes auparavant et à la colonisation de fait par les USA.

S’il s’agit de dire que Cuba (pour résister victorieusement à une loi implacable d’attraction géo-politique qui veut qu’une petite île pratiquement accolée à un grand pays tombe automatiquement dans son giron) applique un système politique qui n’est pas le nôtre, on en conviendra et on ne préconisera pas de l’importer en France. Pas question, même si le système électoral cubain et assez parent de celui (peu décrié chez nous) par lequel nombre d’associations, syndicats, ONG, voire partis politiques élisent leurs dirigeants.

Quant aux « dissidents », leur nombre est multiplié par le nombre de fois où notre presse en parle en les magnifiant. Le Monde, par exemple, publie depuis des lustres, avec une régularité de métronome, des articles à charge (tous, toujours) contre Cuba jusqu’à nous faire presque oublier qu’il existe des prisons surpeuplées dans des pays pro-atlantistes et un bagne affreux à Guantanamo.

Troisième bande. Le dessinateur persécuté et réfugié au Mexique.

Autre loi d’attraction : celle qu’exercent les pays riches sur les pauvres des pays pauvres. Voir l’Europe sur l’Afrique, les USA sur l’Amérique latine, etc. La règle est de baptiser « immigrant » tout Africain qui passe le détroit de Gibraltar, tout Mexicain qui franchit le Rio Grande et « dissident », tout cubain qui quitte son île. Parmi ces derniers, on en trouve qui sortent clandestinement pour être accueillis en héros à Miami, d’autres qui épousent des étrangers, d’autres qui, envoyés en mission (médecins, sportifs, enseignants, intellectuels, artistes, diplomates...) succombent aux sirènes qui leur promettent une bien meilleure rémunération des talents et savoirs acquis dans l’île.



Ce sont des immigrés économiques, dont certains retournent épisodiquement à Cuba et dont d’autres justifient leur départ définitif (et lavent la honte de leur désertion) en se découvrant un tardif esprit dissident (c’est le cas de Zoé Valdès, par exemple).

Plantu met Jean-Luc Mélenchon au défi de rencontrer Angel Boligan un dessinateur « cubain réfugié au Mexique » et présent à Noisy-le-Grand pour une exposition. Vous avez bien compris : Boligan, persécuté par La Havane s’est réfugié au Mexique.

Et maintenant, voici la vérité, toute en nuance, comme l’est Cuba (et pas Plantu).

Angel Boligan est un caricaturiste d’un talent immense (Plantu est petit à côté, par son trait de plume et son intelligence politique). Le Grand Soir a choisi plusieurs fois Boligan pour illustrer des articles (les dessins que vous voyez ici sont aussi de lui).

Il a d’abord été professeur d’arts plastiques à Cuba où il a publié ses dessins dans diverses revues humoristiques.

En 1992, il sort légalement de son pays pour exposer à Mexico. Il est recruté le jour même de son arrivée par le plus grand quotidien mexicain, El Universal. Il obtient une autorisation de prolonger son séjour de deux mois, puis de trois, puis... la vie... Vous auriez fait quoi ?

Il ne se prétend pas exilé, ni réfugié. Pas davantage il ne dit que la situation de l’île assiégée économiquement, militairement, médiatiquement offre la totale liberté dont rêve un caricaturiste.

De Mexico, il produit « des dessins qui tuent » contre l’Empire. Mais aussi parfois, ligne éditoriale de son employeur oblige, des dessins critiques envers son pays (c’est son métier, nul ne le lui reprochera) : « Bien sûr, je me sens aussi dans l’obligation de parler de Cuba quand il s’y passe quelque chose d’important », explique-t-il.

En juillet 2010, le site internet de la culture cubaine à travers le monde (« Cubarte ») annonce une exposition de caricatures « por un mundo mejor » au Museo del Humor de San Antonio de los Baños, ville natale d’Angel Boligan dont les oeuvres sont évidemment mises à l’honneur. http://www.cubarte.cult.cu/paginas/...



Comblé de prix internationaux, Angel Boligan est membre de l’Union nationale des écrivains et artistes de Cuba.

Voici donc comment Plantu utilise Marine Le Pen afin de « nazifier » Jean-Luc Mélenchon et fabrique un dissident persécuté pour exsuder une haine tranquille qui prévaut dans les colonnes d’un quotidien qui fut « de référence »,

« Le travail des caricaturistes est de réagir aux buzzs et aux propos caricaturaux de n’importe quel leader gesticulant, fusse-t’il (sic) de gauche. » dit-il enfin.

Il admettra donc que celui du polémiste est d’épingler les trucages et de mettre en évidence les coups tordus d’un dessinateur, fut-il en vogue.

Et, par conséquent, ni lui ni son journal ne m’en voudront. Ceux qui nous lisent n’en doutent pas.

Maxime Vivas
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #67 le: 13 février 2011 à 11:04:50 »
Quand Plantu reçoit une dotation d’une dictature.

Citer
Il existe un pays, que Plantu aime bien (vous allez voir) et auquel l’ONU reproche de flirter avec les joyeusetés suivantes (liste non exhaustive) : discrimination raciale, lapidation, flagellation, torture, absence de loi contre la violence faite aux femmes au foyer et leur séquestration, coups de fouet pour « relations sexuelles illicites » ou consommation d’alcool, arrestations, sévices et exploitation sexuelle des enfants, vente et prostitution des enfants, oeuvres pornographiques mettant en scène des enfants, migrants humiliés, insultés, brutalisés par la police, placés en centre de rétention « simplement en raison de leur statut de migrants. », traite d’êtres humains.


http://www.legrandsoir.info/Quant-Plantu-recoit-une-dotation-d-une-dictature.html

j'ai pas aimé le dessin de plantu.....
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #68 le: 13 février 2011 à 12:03:50 »
je n'aime pas aussi l'amalgame entre un mouvement de gauche et une mouvement raciste d'extrême droite.
je ne vois d'ailleurs aucun point commun.
la bonne madame jouanno disait sur canal+ que pour elle s'est pareil car tout deux attisent la haine des français les uns vis à vis des autres.qui plus que l'ump aujourd'hui attise la haine des uns contre les autres avec des sujets tel que identité nationale, immigration choisie et ministre condamné pour propos raciste.
le FN n'est qu'un pauvre mouvement ou tout les benêts se retrouvent pour pointer le bouc émissaire basané, à par ça ils ne proposent rien ...

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #69 le: 14 février 2011 à 13:28:12 »
Jusqu'où ira Marine Lepen pour placer un bon mot ?
Quitte à brader une icône Gauloise chère au FN ?

Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #70 le: 14 février 2011 à 15:34:55 »
Il peut être utile de préciser qu'Oblomov fait ci-dessus référence au débat Marine Lepen/Jean-Luc Mélenchon qui avait lieu ce matin sur RMC.

Je n'ai pas pu le suivre personnellement, mais il est facile à retrouver sur la toile.

Citer
La présidente du Front national et le dirigeant du Parti de gauche se sont affrontés de façon nette, pendant une heure. Ils ont eu des passes d'armes, programme contre programme, notamment sur l'Europe ou l'immigration. Marine Le Pen a principalement reproché à Jean-Luc Mélenchon d'avoir fait partie du "système", rappelant qu'il a été "trente ans au PS". Le sénateur lui a rétorqué cet argument : "Vous n'avez jamais servi à rien."

La nouvelle dirigeante du Front national a aussi cherché à se montrer plus jeune ou morderne que son adversaire : "Vous êtes un peu la Yvette Horner de la politique", a-t-elle lancé à l'eurodéputé, rapporte LeParisien.fr.


Jean-Luc Mélenchon, lui, a reproché à Marine Le Pen de diriger un parti d'éternelle opposition, non constructive ou irréaliste : "Vous, ça fait quarante ans que vous existez, vous ne servez strictement à rien, (...) vous n'avez jamais servi à rien, à part amener la haine." "Madame Le Pen, je vous confirme un point : contre vous, on fera tous bloc à gauche", a ajouté l'eurodéputé. (...)

Là.


___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #71 le: 14 février 2011 à 16:29:46 »
"contre vous, on fera tous bloc à gauche"

d'ailleurs cette petite phrase fait déjà jazzer, parce quelque part c'est avouer un peu facilement que si DSK est au deuxième tour, nous voterions pour lui contre Marine...

la peste ou le coléra ?

ben moi je joue plus à ce jeu de dupes, désolé Méluche mais ce sera sans moi, quitte à la guerre civile, rien à foutre au moins on pourra remettre les pendules à l'heure, il faudra choisir son camp !
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #72 le: 14 février 2011 à 16:41:22 »
Mis à part l'occasion pour placer une blague à 2 balles aux dépens de J-L, je ne vois pas trop la pertinence de la comparaison.
Parce qu'Yvette serait démodée, c'est ça ? Melenchon titille-t-il le piano à bretelles ? Je ne vois pas.
Yvette est immortelle, une légende hors du temps, Tour de France, piscine/chiottes en forme d'accordéon, tout ça...
La voir emmêlée dans les arguties immondes du FN...un sacrilège !
@tyger : J'appelle de mes voeux la candidature de Villepin : lui + Marine Lepen, sans parler de Borloo ou Bayrou, Sarko n'est même pas au 2ème tour ! Tant pis si ce sera DSK, on se fera une raison.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #73 le: 14 février 2011 à 16:47:30 »
c'est vraiment désespérant, mais si vous préférez vous contenter de démocratie 1 fois tous les 5 ans et que ça vous donne bonne conscience...

alea jacta est... vae vistis !
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #74 le: 14 février 2011 à 17:27:22 »
"contre vous, on fera tous bloc à gauche"

d'ailleurs cette petite phrase fait déjà jazzer, parce quelque part c'est avouer un peu facilement que si DSK est au deuxième tour, nous voterions pour lui contre Marine...

la peste ou le coléra ?

ben moi je joue plus à ce jeu de dupes, désolé Méluche mais ce sera sans moi, quitte à la guerre civile, rien à foutre au moins on pourra remettre les pendules à l'heure, il faudra choisir son camp !
Là, tu extrapoles un peu vite ce que veut Mélenchon c’est pencher sur la balance ; un front de gauche avec le maximum de  voix pour un programme commun avec le socialiste choisi au primaire.
Voter DSK me débecterais sûrement, mais en attendant le candidat socialiste tu veux faire quoi ?
Un problème à la fois .
Si tu rêves de guerre civile ,façon Tunisie ou Egypte, ou en plus sanglant , tu plaisantes .
Qui est prêt en France à mourir pour plus de démocratie, d’égalité, d’avantages sociaux et d’avenir ?personne , on a encore des choses à perdre en France,  lorsque nous n’aurons plus rien peut être au bout de 23 ans d’esclavage nous bougerons .Déjà nous ne sommes   même pas fichu de voter correctement alors pour les grands mouvements révolutionnaires, faudra prévoir un délai.la révolution  tu ne la ferra pas tout seul ou avec seulement 4 % de personnes prêtent à en découdre!

Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #75 le: 14 février 2011 à 17:49:55 »
Citer
vous contenter de démocratie 1 fois tous les 5 ans et que ça vous donne bonne conscience...
En ce qui me concerne, je dois militer autrement qu'en votant, je suis "résident étranger," pas citoyen Français !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #76 le: 14 février 2011 à 19:32:38 »
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #77 le: 14 février 2011 à 20:41:11 »
bili, oui j'extrapole, mais ces propos sur un revirement de Méluche je l'ai très clairement lu ailleurs aussi.

enfin je dis ça, je dis rien, c'est juste une façon de prévenir que c'est un scénario malheureusement possible.

mais je ne sais pas non plus jusqu'à quelle latitude les meneurs de la danse politique seront prêt à aller : Méluche/Marine, Méluche/Cloporte, DSK/Marine, DSK/Cloporte ???

je n'ai jamais dit non plus que je rêvais d'une guerre civile (faudrait vraiment en avoir un grain, non ?), mais bordel continuer à courber l'échine non : je préfère encore creuver !
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
« Modifié: 14 février 2011 à 23:08:14 par kiosk »
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #79 le: 15 février 2011 à 10:21:36 »
elle fait pas le poids face à meluch' :super:

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #80 le: 25 février 2011 à 10:59:38 »
en souhaitant que chacun d'entre vous prenne bien le temps de lire et comprendre le courrier suivant qui n'aura sans nul doute attiré l'attention de Méluche sur son propre cas (vu que c'est de lui dont il s'agit), et je ne suis pas loin d'en penser autant bien que ne connaissant pas suffisament le bonhomme, mais les quelques discours qu'il a pu tenir jusqu'alors ont déjà bien conforté mon opinion sur cette bête de foire politique qu'est Méluche :

Citer
"Camarade Mélenchon"

Lettre ouverte à un aboyeur public de plateaux télé

    «La loi conserve, la révolution régénère. Si l’on veut donc changer, il faut commencer par briser la loi. Prétendre que la révolution peut se faire en respectant la loi est une aberration, un contresens. La loi est un joug et qui veut s’en libérer doit le briser. Quiconque fait miroiter aux travailleurs l’émancipation du prolétariat par la voie légale est un escroc, car la loi interdit d’arracher des mains des nantis la richesse qu’ils nous ont volée. Leur expropriation au bénéfice de tous est la condition essentielle à l’émancipation de l’humanité.» 

    Ricardo Flores Magon, révolutionnaire anarchiste mexicain. 

Cher camarade, si je t’écris, ce n’est pas pour parler de ton plan de carrière électoral, ou même de discuter le fond des méthodes que tu te donnes pour faire la révolution «citoyenne».

Du moins, pas seulement.

Si je prends la peine de t’écrire, c’est surtout pour te mettre face à tes responsabilités. Car je crois qu’il existe en toi, ou au moins en ceux et celles qui t’entourent une lueur de lucidité qui justifia qu’on pris la peine de tenter de te faire entendre raison, au moins pour quelques minutes. L’initiative de ce courrier fera sans doute rire quelques compagnons ou camarades, mais elle aura le mérite d’exposer publiquement quelques problèmes essentiels et cruciaux dans le cours des événements, révoltes populaires d’ici et d’ailleurs, passées, présentes, et bien sûr futures. Tu es prévenu d’avance : ce n’est pas une lettre piégée. Ni ta santé ni ton intégrité physiques ne sont menacées.

Tu comprendras dès lors que si je t’appelle camarade, c’est plus par détachement que par conviction ou réelle camaraderie. Et si je te tutoie, c’est pour te faire comprendre le sens du mot «égalité», et la niaiserie abominable des codes bourgeois qui voudraient qu’en ces circonstances, la gravité de ma lettre ait l’air plus solennelle en te vouvoyant. Cela n’a rien à voir avec l’attitude typiquement patriarcale que tu portes partout où tu vas, ce côté «bonne France» que tu aimes tant mettre en avant, façon «claque sur l’épaule», caricature du «gentil petit commerçant» qu’on croirait tout droit sorti d’une publicité pour de la charcuterie.

Du reste : les escrocs ne sont pas mes camarades.

Oh, bien sûr, tu t’offusqueras peut-être qu’on «t’insulte» de la sorte. La lecture te rebutera peut-être dès lors. Tu n’en feras peut-être pas démonstration, puisque moi, je ne suis personne. L’indignation publique est ton larron. Tu aimes à te donner en spectacle. Certains te traitent même de «Marine le Pen de Gauche». La diabolisation est une technique qui a fait son temps, et je n’irai pas jusque là. Je ne vois pas en toi un diable, ou alors c’est un pauvre diable. Tu n’es pas encore un fasciste. Tu n’es qu’un politicien comme il y en a d’autres. Je me contenterai simplement pour ma part de valider la thèse selon laquelle il y a dans tes discours et ta démarche un fonds marqué de populisme bien français. Mais attention : dans ma bouche, à moi qui ne suis ni journaliste aux ordres, ni personnage public, ni bourgeois, ni flic, ni propriétaire, ni actionnaire, ni politicien, ce mot n’a pas le même sens. Je ne te reproche pas de t’intéresser aux souffrances du «petit peuple», ou de flatter son sens de la révolte, ni de parler de l’endoctrinement qu’on lui réserve dans le «cours normal des événements» de la machine de guerre capitaliste.

Celà, à la rigueur, c’est tout à ton honneur. Tu n’as pas que des défauts, et tes rares qualités notoirement publiques sont en général celles que la bourgeoisie et les médias dominants voient comme des tares. C’est bien logique, puisque les intérêts des exploités sont antagonistes à ceux de la classe dominante, leur système de valeurs étant nécessairement inversé : ce qui ne veut évidemment pas dire que tout ce qui «dérange» est positif. Non, par populiste, j’entends prendre «le peuple» (cette dénomination informe que flattent aussi bien tous les politiciens en général, que les pires autoritaires qu’on puisse imaginer en particulier, et qui masque aussi les divisions de classes) comme assise d’un discours et d’une carrière, s’en faire le porte-parole auto-proclamé, et donc parler à sa place. Cela, tu le sais puisque je ne suis pas le premier à te faire la remarque.

En ce qui me concerne, et je suppose que c’est le cas de la plupart de mes camarades et compagnons, je ne ressens pas le besoin qu’on parle à ma place, et qu’on me flatte. Avant d’être un anarchiste, je fais aussi partie de ce que les gens comme toi voient comme «le peuple», un anonyme parmi les anonymes, un dépossédé, quelqu’un qui n’a aucun pouvoir sur l’emploi de sa vie et qui le sait, et qui n’a d’autre ressource pour survivre que sa force de travail ou au moins sa détermination. Qui par conséquent, est amené à parier sa vie sur l’hypothèse d’une révolution sociale et d’un changement radical dans la société.

Et lorsque je dis cela : ma voix compte pour un. Je ne parle pas à la place des autres. Je parle en mon nom, et mon nom uniquement. Lorsque je parle de la situation de mes camarades, de mes amis ou de ma classe, j’en parle uniquement parce que je la partage non seulement dans mon cœur, mais surtout dans ma chair : parce que cette situation est aussi la mienne, même si il existe toujours plus pauvre et plus déshérité que moi. Bien sûr, tu n’es pas un populiste du seul fait que tu parles pour les autres : ça, c’est la politique. Tu es en outre un populiste parce que tu critique les élites et flatte le «peuple» lorsque tu n’es ni du peuple, ni véritablement de l’élite : tu es un tribun, qui repose sur le peuple et aspire à créer une nouvelle élite, la sienne. Celle des bureaucrates et des dirigeants de cette gauche qui aspire non pas à renverser le capitalisme, mais seulement à améliorer le sort des pauvres : rendre plus «humaine» l’exploitation, arrondir les luttes de classe.

Bref : réformer, et non faire la révolution, soutenir la veuve et de l’orphelin en allongeant d’encore un siècle l’exploitation si il le faut à cette seule fin de s’en assurer le statut de «défenseur». Plus qu’un Tartuffe, tu es un philistin de gauche. Même pas un Robespierre en puissance, un bourgeois gentilhomme à la rigueur.

D’autre part, et comme je l’énonçais au début de mon courrier, cette attitude viriliste que tu traînes, typique aussi de la caricature du tribun énervé enfermé dans l’image médiatique rassurante du bouffon sautillant n’est pas étrangère à certaines de tes idées.

La revendication d’être un «ardent patriote», reliée à celle de l’inspiration de «ce qui se passe en Amérique du Sud» avec les «mouvements sociaux» (émission «C dans l’air», 23 janvier 2011) n’est pas pour rassurer ceux qui pensent en effet que tu es un populiste : elles confirment plutôt cette idée jusqu’à la nausée. De plus, à qui songes-tu lorsque tu parles de l’Amérique latine dont tu ne connais visiblement rien ou pas grand chose ? À la Bolivie d’Evo Morales, son «prix Kadhafi des droits de l’Homme», son opportunisme politique et la situation désastreuse des paysans pauvres, et les banques qui ne s’y portent pas si mal, son catholicisme conservateur et la conséquence sur la liberté pour les femmes où l’avortement est toujours illégal, et où comme écrivaient sur les murs les Mujeres creando «Il faut être courageux pour être pédé» ou encore que «Si Evo avait un utérus, l’avortement serait nationalisé» ? Peut-être penses-tu au Vénézuela de Chavez et son «autogestion» sous surveillance qui n’a rien remis en cause du mode de production, à ses discours télévisuels interminables de propagande lénifiante, sa répression de l’opposition révolutionnaire, son éducation militarisée et sa logomachie aux références religieuses et bourgeoises (respectivement, à Jésus et Bolivar) ou peut-être aux magnats locaux du pétrole qui soutiennent son régime ? Non je sais, tu pensais sans doute à Cuba ? Nous ne sommes pas dupes. Cette gauche-là nous rappelle ce qu’en disaient les révolutionnaires espagnols : «Le socialisme dans la discipline, c’est la caserne».

On peut aussi jouer sur les mots, et prétendre qu’on entend par «révolution» ce qu’entendaient par là les «réformateurs» du XIXe siècle, et que la fin est sensiblement la même, même lorsque les moyens diffèrent.

C’est là que vient le point de rupture : pour nous, la fin est inséparable des moyens, et si tu ne veux pas réellement abolir les élites, alors tu n’es pas contre le principe du pouvoir comme coercition, tu n’es pas contre le fait que cette société soit divisée en classes, tu n’es donc pas contre le fait qu’il y ait des pauvres et des riches, et tu ne pourras donc jamais empêcher qu’une élite (qu’elle soit bourgeoise ou bureaucratique) au service de ses propres intérêts ne se constitue, etc…

Tu ne veux donc pas qu’il n’y ait plus ni pauvres, ni riches, tu veux seulement que les riches soient un peu moins riches, et les pauvres un peu moins pauvres. Tu es un philanthrope en somme. Un «ami des pauvres et des exploité-e-s» : mais la révolution n’a pas besoin d’ami-e-s, elle a besoin de révolutionnaires, et à pareille mesure et en premier lieu de révolté-e-s, et d’insurgé-e-s.

Et pour détourner l’affront de la Convention fait à Lavoisier «La révolution n’a pas besoin d’apprentis sorciers» qui lui dictent la bonne conduite à adopter, celle qui se fait avec le crédit amadoué de la loi et de l’ordre, du droit consacré en remplacement du Veau d’or.

Tu ne saisis peut-être pas encore bien de quoi je veux parler, ne t’en fais pas, j’y viens.

La révolution, au juste : Qu’est-ce à dire ? L’encyclopédie nous indique qu’elle peut être politique, et impliquer un changement de régime, d’institutions, etc. Et qu’elle peut aussi être sociale : c’est-à-dire qu’elle implique un bouleversement dans les hiérarchies sociales, l’organisation de la société et aussi un soulèvement de la population contre l’ordre établi.

Les communistes, ou les collectivistes, et la plupart des anarchistes définissent la révolution sociale, comme ayant au moins comme critères minimaux l’expropriation violente de la classe dominante par les exploité-e-s, et la destruction des institutions assurant la domination de classe : à savoir l’État. Même si les autoritaires sont pour la remplacer par un autre État — sorte de despotisme éclairé —, tous concèdent que sans destruction de l’appareil d’État et expropriation : pas de réelle révolution. Ce qui sous-entend, comme le pensait Marx, qu’une révolution est nécessairement politique et sociale : l’histoire a prouvé le contraire. Il est vrai que nombre de révolutions «politiques» n’aboutissent pas à une véritable révolution sociale. Cela signifie-t-il pour autant que le véritable changement social se dispense de tout bouleversement dans les institutions ? Certainement pas. Si il y a bien aujourd’hui un pays sur terre où on ne touche aux fondations de la société que par cas de guerre ou de menace révolutionnaire : c’est bien la France. Tu le sais, puisque tu te proclames vertement et à qui veut l’entendre républicain.

D’autre part, les récents événements en Tunisie démontrent qu’on peut très bien avoir une «révolution politique» qui implique quelques réformes, mais pas de réel changement dans les institutions, et moins encore dans les fondements de la structure de la société : pas de révolution sociale. Tout juste un changement de propriétaire. Soulèvement que tu n’oses même pas soutenir complètement, dans ta peur irrationnelle des classes populaires (et nous dirons pourquoi).

Ils démontrent aussi que dans l’euphorie générale de la petite-bourgeoisie libérale et son enthousiasme pour cette «révolution du jasmin» (comme ils aiment à l’appeler), la révolte des pauvres contre leurs conditions d’existence, des émeutes du logement en passant par les mutineries des prisons de Tunisie où on assassine, jusqu’aux commissariats de la torture que les insurgés ont passé par le feu, une partie essentielle de la rage populaire est passée sous silence au profit des velléités d’une partie de la gauche et des autres réformistes qui prétendent craindre «le chaos».

Ils aiment en réalité le désordre qui leur permet de se recréer les conditions favorables qu’ils n’ont jamais osé créer eux-mêmes, où les pauvres doivent encore se charger du sale boulot, et affronter les balles à leur place. Ils apprécient ce désordre-là, mais pas lorsqu’il les menace d’abolir leurs petits privilèges.

Ce sont les mêmes qui en France, comme toi, iront fêter la prise de la Bastille le prochain 14 juillet : ironie du sort. Les mêmes qui ici, fêtent en opportunistes la Troisième République et son drapeau tricolore, celle qui écrasa la Commune et mena la boucherie de 14-18.

Revenons-en à nos histoires : Toi, tu n’es donc ni communiste, ni collectiviste, ni anarchiste (nous nous en doutions, rassure-toi), puisque dans tes promesses et tes discours, rien ne correspond à ces définitions minimales que nous avons vu précédemment.

Mais alors : qu’es-tu donc ?

Un opportuniste ? Un populiste ? Un poujadiste de gauche ? Un fasciste ?

Non, tu es bien un escroc, comme le définissaient les magonistes : quelqu’un qui promet aux exploités un changement radical par la voie légale, qui prétend vouloir la révolution et refuse de s’en donner les moyens. Tu es un moraliste qui ne s’applique pas sa propre rigueur. Un rejeton patriotard mal digéré de la social-démocratie française. Mais pourquoi te dire tout cela ?

Si je t’écris, camarade Mélenchon, c’est parce que par ta faute notamment, aujourd’hui un de nos camarades est en prison. Pas ton camarade : le nôtre. «Quoi ? De par ma faute à moi ? Jean-Luc Mélenchon ? Quelqu’un est en prison ? De quoi s’agit-il ?»

Je rêve : tu ne feras sans doute pas l’offusqué, tu revendiqueras peut-être le fait qu’on enferma grâce à toi, honnête citoyen Mélenchon, les «personnes infiltrées qui jettent des pierres, brisent des vitrines et ensuite sortent des brassards de police».

Si cette affirmation n’était pas mensongère concernant la manifestation concernant le «camarade Ninja» — puisque affirmer sans preuve c’est mentir — pendant le dit «mouvement pour les retraites» : elle serait risible. Mais je n’ai pas envie de rire. L’un de mes camarades est en prison : en grande partie par ta faute. Et ce prisonnier n’est pas qu’un numéro d’écrou. Il a un nom. Son nom a été jeté en pâture à la presse, tu le retrouveras facilement, tu le sais peut-être déjà. Tu as dû le savoir, et passer à autre chose en te disant «Ah, encore un de ces anarcho-autonomes, il avait qu’à pas faire le con» : bref, une merde dans ce goût-là.

Mais si il est vrai que l’accusation d’infiltration n’est pas qu’une «vieille ficelle de l’extrême-gauche» et que la police a toujours infiltré les manifestations et a fortiori les milieux révolutionnaires et les révoltés à la fois pour le renseignement, mais aussi pour tenter de les manipuler et les pousser à l’erreur qui précipite la répression ou les «lois scélérates», il n’en est pas moins vrai qu’assimiler tout acte de révolte spontané, ou toute forme d’attaque contre la propriété privée au fait d’une «police infiltrée» ou d’une «manœuvre politicienne» relève, plus que de la paranoïa, du complotisme délirant typique d’une gauche réformiste qui supporte d’autant moins la violence des exploités contre la propriété privée ou ses défenseurs qu’elle prétend que celle-ci est sacrée et qu’une révolution doit se faire sans violence ni «mettre en danger personne».

Quitte, le cas échéant, à appuyer le fait qu’on emploie la violence de la police défendant le système qu’on prétend combattre pour écraser les révoltés qui ont osé utiliser «la violence» : celle, moins sacrée, qui s’attaque à la propriété privée ou à ses défenseurs enrégimentés ou sans
uniformes.

Une curieuse interprétation de la non-violence gandhienne : peut-être me le concéderas-tu.

On en voit ici les restes des méthodes dialectiques périmées des vieilles chapelles trotskistes qui à défaut d’accepter leurs erreurs et remettre en cause leur doxa, préfèrent toujours arranger la réalité sous la grille d’analyse de leurs théories : même lorsque celles-ci impliquent de se mentir à soi-même et d’échafauder les pires délires conspirationnistes, quitte à mettre réellement des gens en danger.

Si il est vrai que des flics se sont effectivement fondus parmi les manifestants, et même déguisés en service d’ordre syndical avec autocollants CGT pour arrêter les «trublions» lors du mouvement contre la réforme des retraites : il est aussi vrai que ce sont des camarades autonomes, anarchistes ou anti-autoritaires qui ont les premiers fait ce constat, en l’exposant dans des articles sur les IndyMedia, sur des blogs internet, ou en multipliant les méthodes en manifestation pour les visibiliser (pancarte à flèche «Flics infiltrés», les montrer du doigt, etc…).

Mais faire ce constat n’autorise personne à prétendre que tout «débordement» est une «erreur» ou une «faute», une diversion qui est soit «l’œuvre de la police», soit l’œuvre de «casseurs dépolitisés sans réflexion politique» qui «font le jeu du pouvoir et/ou de la police». Parce que c’est un mensonge qui en implique d’autres. Parce que c’est une vue de l’esprit qui arrange une vision du monde déformée pour correspondre à quelques intérêts particuliers : les tiens, et ceux des bureaucrates et dirigeants qui pensent comme toi.

Du reste camarade Mélenchon, je te retourne la question : quand ce genre de déclaration déchaîne les foudres de la presse bourgeoise (Figaro, TF1 et LCI en tête) et celle de la police qui «blessée dans son honneur» part en croisade pour prouver que le «Ninja» n’était pas un des leurs, et que ce dernier va payer cher le fait de s’être trouvé à ce moment-là devant les caméras de BFM TV qui ont transformé un fait malheureux dans l’agitation d’une émeute pour tenter d’empêcher un lynchage, en «prise de kung fu» avec vue en contre-plongée. À l’heure des procès politiques qui ne disent pas leur nom, des détentions provisoires interminables et de la violence inouïe déployée contre des contestataires qu’on veut réduire au silence (comme pour les deux anarchistes actuellement emprisonnés à la Santé depuis quelques semaines — Dan et Olivier — suite à des tags en soutien à l’insurrection en Algérie et Tunisie), toi, tu ne trouves rien à dire, sinon que tu ne soutiens pas «ceux qui sont contre l’État» (déclaration à propos des inculpés de Tarnac) quitte à grossir encore les taules.

Donc tu soutiens l’État ? Celui qui enferme, ce même État qui défend la bourgeoisie, criminalise les luttes populaires et les luttes de classes, et emploie mille manœuvres pour rendormir ton peuple chéri dans le sommeil angoissé du quotidien de l’exploitation ?

Ce qui m’amène à une ultime question : De quel côté de la barricade penses-tu être, camarade Mélenchon ? En ces circonstances : Qui fait le jeu du pouvoir ? Qui fait le jeu de la police ? Qui aurait mieux fait de fermer sa grande gueule en novembre 2010 ? Qui n’a pas été inquiété par le pouvoir pour ses dires, ses faits et gestes ? Qui fait les plateaux télé chez Drucker, et qui croupit en taule aujourd’hui ?

Plus que jamais, cette gauche est une succursale du fascisme : parce qu’elle lui prépare le terrain, elle accepte la discussion et le débat télévisuel avec ses représentants lorsqu’elle condamne sans retenue les véritables ennemis de l’ordre et du capitalisme.

Tu déclares dans la presse, suite à ces événements : «Si je me suis trompé et si j’ai accusé à tort, je m’excuserai. Si je me suis trompé, je le reconnaîtrai. Il n’y a qu’à faire une enquête.»

Maintenant l’enquête rendue : À qui au juste, comptes-tu t’excuser ? À la police ? Au pouvoir ? As-tu pensé une seule seconde à ceux ou celles que tu accuses sournoisement de «faire le jeu de la police» ?

As-tu seulement réfléchi que ceux ou celles que tu accables le plus, ce ne sont pas ces «flics blessés dans leur honneur», mais des gens qui ont risqué la prison et ont choisi de lutter de manière offensive, non seulement contre cette nouvelle réforme qui en appelle tant d’autres, mais aussi contre la société qui produit de la misère en abondance, et livre les pauvres à la concurrence de ses maîtres et l’âpre recherche du profit ?

Ne sont-ce pour toi que des variables d’ajustement dans le grand jeu de la politique ? Une fois encore : le plus grand de tes torts dans cette affaire n’est pas celui que te reproche la bourgeoisie et ses lois que tu respectes tant, et jusqu’à l’absurde, puisque tu vas jusqu’à promettre de «t’excuser».

Ton véritable tort est de ne pas concevoir qu’on puisse lutter d’une autre manière que dans le respect de la loi et de l’ordre, et qu’on n’envisage pas la révolution dans le cadre défini par un parti ou une seule organisation (la tienne ?). Ton tort, outre de ne pas assumer ce qu’implique réellement une révolution, est de ne pas envisager la pluralité révolutionnaire, la diversité des stratégies d’action, la multiplicité des terrains de lutte et de manières de les occuper. Tu es un hégémoniste : en plus de jouer constamment à ce jeu de ventriloquie qui consiste à parler à la place des autres, tu ne leur laisses pas le droit d’avoir un discours propre, d’être radicalement opposé à ta démarche, à ce que tu présentes comme «révolutionnaire», et à tes promesses de campagne qui n’impliquent résolument que les naïfs qui choisissent d’y croire. En outre, si nous voulons vraiment nous débarrasser du capitalisme : les guides, les chefs et les maîtres à penser comme toi ne sont pas juste de «mauvais camarades», je crois sincèrement qu’ils constituent des obstacles. Pourquoi ? Car malgré toutes les bonnes intentions, ils se retrouvent du côté de la loi, du côté des bourgeois, et du côté de l’ordre établi lorsque des troubles apparaissent. Pourquoi ? Parce qu’ils veulent qu’on les écoute, ils veulent diriger, ils veulent commander. C’est pour ça que les gens comme toi craignent la révolte des masses et respectent la loi : parce qu’ils convoitent le pouvoir pour eux-mêmes. Ils sont incapables de concevoir que les révolutions sont le fait des populations qui se soulèvent et non des arrivistes et des pousseux qui s’évertuent à les ramasser pour mieux les contrôler et les contenir.

Nous croyons que chacun doit être son propre chef, qu’il n’existe aucune autre autorité que celle de chacun pour lui-même et de tous pour chacun. Que les mauvais penchants dans les comportements humains proviennent de l’apprentissage de la soumission et de la coercition, et que l’autorité est la soupape de sécurité d’une société divisée en classes.

J’ai peu d’espoir sur les réponses que tu puisses apporter à mes accusations qui sont quant à elles bien fondées, ce pourquoi je ne te laisserai pas l’opportunité de me répondre personnellement.

La mauvaise foi d’un politique a cela de terrible qu’elle ne connaît pas de limites. Mais j’ai en revanche la prétention de croire que cette lettre mettra au moins en garde ceux ou celles qui t’écouteront parler à l’avenir — toi ou les autres guides improvisés — et répondront à leur demande de bulletins de vote par un avis de non-recevoir sous la forme d’un crachat ou d’un pavé. Parce que je sais que c’est tout ce que mérite la crapule qui n’éprouve aucun scrupule à envoyer des révoltés et des insoumis pourrir dans un cachot.

En conclusion, je te retourne le slogan que tu as volé aux piqueteros argentins :

    «¡ QUE SE VAYAN TODOS, QUE NO QUEDE NI UNO SOLO !», et c’est valable pour toi aussi.

 

Mort au capital ! Mort à l’autorité !

Liberté pour tous et toutes !
 

Salutations anarchistes.
 

    Signé : un autre enragé qui court toujours
     Jeudi 17 février 2011.


"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #81 le: 25 février 2011 à 11:38:25 »
C'est une lettre qui n'engage que les anarchistes. Il aurait d'ailleurs été fort bien avisé de synthétiser un peu tout ça.

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #82 le: 25 février 2011 à 11:53:13 »
Les anarchistes ?! Ah! Oui ces gens qui ne votent pas et qui se permettent de manifester entre deux tours, celui de 2002 en l’occurrence parce que le pen est arrivé second. :blub: 8/  :pasdrole:
Mais te rend –tu compte Tyger que si l’on additionnait les voix de Bessancenot de, méluche et des anarchistes plus celles de la gauche de la gauche des socialistes, il n’y aurait pas de DSK au second tour, te rend –tu compte qu’une révolution, c’est tout le monde dans la rue  au-delà des partis, c’est avec des représentants de l’opposition certes mais aussi les assos de sans pap, de chômeurs, de parents d’élèves de retraités, de jeunes diplômés sans boulot, des syndicats etc.….
Comment fédérer tout le monde ? Autours d’une idéologie ? Celle des anars, comme cette lettre inter minable, et bien ! Figure-toi que l’idéologie le petit peuple n’en a cure ! :triste1:
Il est urgent de changer de société, oui et avec tout le monde même avec ceux qui ne partagent pas le même idéale, seulement changer pour avoir un toit, manger convenablement tous les jours, du boulot et encore du boulot et les revendications sont nombreuses …si tu ne crois pas au vote, comment peux-tu croire en la révolution ? :triste1:

Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #83 le: 25 février 2011 à 11:56:46 »
Quel pavé !
On saute de Chavez à Bolivar, en passant par Lavoisier, tout ça pour s'obstiner à chercher un seul mot pour définir Melenchon.
Trève d'-ismes.
¡ QUE SE VAYAN TODOS ! était adressé surtout à la droite, autre chose que le UMPS de Marine Lepen.
Comme aurait pu dire Mélenchon, "les piqueteros Argentins, qu'ils aillent se faire....."
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #84 le: 25 février 2011 à 16:56:20 »
Intéressante cette lettre ! merci Tyger de l'avoir postée . cela va permettre d'y répondre(succinctement parce qu'un tel délire pourrait mobiliser des heures) .
De quel crime Mélenchon est-il coupable aux yeux de certains anarchistes ?
primo :d'être responsable de l'arrestation et de l'incarcération du "ninja". Rien que ça ! JLM  s'est en effet insurgé contre ce que je considère une vieille lune ,à savoir contre le fait que la police infiltre les cortèges de manifestations . La CGT s'est émue également que la police revête les brassards du syndicat en question , le préfet du Rhône a reconnu ces infiltrations . Face aux réactions outragées des syndicats de police et d'Hortefeux (précisons d'ailleurs qu'aucune plainte en diffamation n'a été portée à l'encontre du candidat du FdG) Mélenchon a demandé une enquête parlementaire .Doit on reprocher à un élu politique de faire son boulot pour une fois ?
Il n'y a, à ma connaissance, pas eu une réelle enquête parlementaire mais en revanche une enquête policière qui a conduit à l'identification d'un jeune homme dont il est dit aujourd'hui qu'il appartiendrait à la mouvance anarcho-autonome ...la police est lavée de tout soupçon  .Bon!et aujourd'hui les anarchistes accusent Mélenchon ,pas la police .Mélenchon a dit qu'il ferait ses excuses s'il était prouvé que ses accusations étaient infondées , c'est tout de même la moindre des politesses .Cher camarade anarcho-anonyme enragé :si présenter des excuses lorsque l'on commet une erreur est une valeur bourgeoise , alors je le confie sans complexe :  je suis une bourgeoise  :cafe2:. La police, elle , ne s'excusera jamais !
Deuxio: de ne pas être un libertaire romantique ; d'avoir une parole collective et de croire aux vertus de l'Etat : un Etat qui repose sur des institutions pensées par le peuple et contrôlées par le peuple . Non! chacun ne doit pas être son propre chef :ça c'est une vision que les anarchistes partagent avec les libéraux .

Quant à affirmer que Mélenchon défend un plan de carrière : franchement si c'était le cas et au vu de son parcours il serait président de région , doté d'un gros ventre  et tiendrait la chandelle entre DSK et Aubry .

Et pour rejoindre Bili :fleur1:on a besoin de toutes les forces de gauche . Attendre le grand soir c'est sympa mais ça profite trop à la droite !!!

Qu'un jeune militant soit incarcéré pour des raisons politiques me fait gerber mais faire porter le chapeau à Mélenchon est d'une mauvaise foi sans nom sauf à vouloir exonérer le pouvoir ............



« Modifié: 25 février 2011 à 18:18:02 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #85 le: 25 février 2011 à 17:58:00 »
 :super: +1
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #86 le: 25 février 2011 à 21:26:37 »
Citation de: bili
si tu ne crois pas au vote, comment peux-tu croire en la révolution ?

gné ?

ou alors peut-être voulais-tu parler de La Révolution de 1789 ? c'est vraiment de la pure dialectique politicienne que de vouloir mélanger vote et révolution, et vous tombez dans le panneau !

parce que la révolution est un mouvement spontané et sans chef de file pour vous dire comment pisser, vous remarquerez d'ailleurs qu'aucune grande figure n'a osée pointer son nez au cours des trois récentes révolutions des tunisiens, égyptiens et libyens (à moins que l'avenir ne nous prouve le contraire parce qu'elles auront été récupérées par un parti ou une élite).

au fait "la mouvance anarcho-autonome" ne veut strictement rien dire, et c'est effectivement une dénomination petit bourgeois fantasmée sur un hypothétique ennemi intérieur qui arrange bien ceux aux manettes du pouvoir pour couvrir le bruit de leurs propres casseroles.

mais je ferai fi de vos sarcasmes sur les anars, et je constate une foi de plus que trop de gens conservent l'instinct de conservation de leurs certitudes (concernant ici Mélenchon), ce qui est bien malheureux, sinon le monde tournerait certainement autrement mieux dans l'intérêt de tous et non de seulement d'une poignée de trous du culs qui se foutent bien des palabres de ce genre et se délectent d'une division pour les prochains votes (ils n'ont d'ailleurs que ça en tête, et tous les jours nous pouvons en lire la preuve par trois sur ce forum).

effectivement que le peuple se fout épurdument d'idéologie, tant qu'il a de quoi subvenir à ses besoins primaires (+ La Liberté). Faites donc la jonction avec les 8 millions de personnes en France (dixit DSK) qui ne gagnent tout juste que le seuil de pauvreté. Demain si ces gens là décident qu'ils n'ont plus rien à perdre, comment croyez-vous que les choses vont tourner ?

"chacun ne doit pas être son propre chef :ça c'est une vision que les anarchistes partagent avec les libéraux "

re-gné ?

tu es donc pour l'exploitation de l'homme par l'homme ? et visiblement tu confonds "libertaire" (qui n'a jamais été romantique) et "libertarien" (qui ne servira jamais à rien).
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #87 le: 25 février 2011 à 22:55:24 »
Citer
aucune grande figure n'a osée pointer son nez au cours des trois récentes révolutions

Ce n'est pas surprenant, il est plus aisé à commercer avec une dictature où une personne décide de tout qu'avec une démocracie, où les emmerdeurs réclament un salaire décent, un droit de regard sur les décisions les concernant etc.

La droite ne pourra plus les berner,  la gauche ne pourra plus leur faire la morale.

Ces révolutions emmerdent tout le monde !

Même les islamistes sont embêtés ! Sans misère/oppression, quel intérêt de taper sur Israel et les Américains, puisqu'on souhaite vivre comme eux ?
Si on vit un peu mieux, on rélativise un peu sa compassion pour les Palestiniens.

Si on est obliger de traiter d'égal à égal avec les Arabes, qu'est-ce qu'on va devenir ?

On n'est quand même pas comme eux !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #88 le: 25 février 2011 à 23:28:06 »
Citer
Si on est obliger de traiter d'égal à égal avec les Arabes, qu'est-ce qu'on va devenir ?
On n'est quand même pas comme eux !

Voilà une réflexion qui demande à être plus développée !
D'abord, qu'entendez-vous par "les arabes" ?

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #89 le: 25 février 2011 à 23:47:20 »
Je ne sais pas Tyger ce que tu entends par le fait que -je te cite-"aucune grande figure n'a osée pointer son nez au cours des trois récentes révolutions". Pour autant Mélenchon a soutenu la révolution tunisienne dès le début (va voir sur son blog il y a une très bonne note assise sur une judicieuse analyse de Leila Chahid). Que crois-tu , Tyger ? Qu'en Tunisie , en Egypte , en Algérie...et maintenant la Libye ce sont les anarchistes bon teint qui ont renversé le pouvoir (ou qui tentent de le renverser) ? Non c'est le peuple :un peuple qui souhaite instaurer une nouvelle constitution qui sera la base d'institutions contrôlées par le peuple . Un peuple qui aspire à voter car malgré sa jeunesse ce peuple fait preuve d'une grande maturité et ne se gargarise pas de doux mots . Si le peuple français se soulève Mélenchon et Besancenot descendront dans la rue à ses côtés comme ils l'ont fait pour les grèves . La révolution appartient au peuple et , elle ne se décrète pas,là nous sommes d'accord et de ce point de vue les anarchistes n'ont pas la science infuse  . Tyger , que tu considères que nous nous  faisons berner à cause de nos certitudes ,c'est ton droit de le penser et de le dire   . Mais saches que mes certitudes (de bourgeoise ? :mdr1:?) m'ont permis une chose : c'est d'être constante dans mes choix , d'être déterminée dans mes actions:  ...je n'ai pas louvoyé  successivement entre Bayrou et  Villepin en passant par dieudonné comme je l'ai souvent vu autour de moi   . Je sais ce qu' être de gauche veut dire(ça a vraiment un sens pour moi et je comprends l'intervention de Bili ) et je sais que la pureté idéologique aboutit au mieux à l'inertie , au pire à l'extrême droite . Le côté "tous pourris " n'a jamais rien donné de bon .Nous en appelons à l'union des forces de gauche donc c'est tout le contraire des divisions que tu évoques pour une réalité toute simple : faire perdre la droite en 2012 . Maintenant Tyger si tu peux m'assurer que les 8 millions de français peuvent faire chuter le gouvernement :pas de soucis !j'en rêve ! en attendant faisons en sorte que la droite et l'extrême droite giclent en 2012 .Et je maintiens "chacun ne doit pas être son chef " , je crois à la suprématie de l'intérêt commun !Ha oui !une chose aussi : je n'ai pas encore digéré 2002 alors soyez sympa pour vos camarades votez en 2012 parce que derrière ce que tu désignes comme n'étant que des palabres il y a une réalité insupportable liée au mode de scrutin : s'abstenir c'est déjà voter à droite . Le premier tour existe : il peut changer la donne si tout le monde y met du sien . Mélenchon(évitons de dire la méluch : c'est le surnom que lui donnaient les rastèques de son village puis ensuite celui  que lui a donné le pen en 87!) et Besancenot ce n'est pas la panacée , mais enfin ils proposent tous les deux une alternative intéressante au fatalisme social-libéral . Pour finir au lieu de récupérer les ragots sur mélenchon et prendre le risque de le comparer au cinglé d'évo moralès autant faire l'effort de se renseigner sur son travail comme sénateur , député , ministre et député européen . ) . Mélenchon a consacré sa vie au débat public et il est possible de prendre connaissance de ses productions législatives et officielles  sur les sites du sénat et de l'UE. En revanche si l'on souhaite le pourrir je vous conseille le blog de quatremer qui se sert des écolos du parlement européen pour colporter des mensonges à n'en plus finir ; C'est idiot car à chaque fois il se trouve quelqu'un pour apporter la preuve du contraire aux allégations d'un journaliste aux dents longues qui ne se déplace jamais pour faire ses papiers mais qui dispose d'espions pour alimenter son blog .
« Modifié: 26 février 2011 à 00:37:39 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #90 le: 26 février 2011 à 01:04:03 »
Citer
Voilà une réflexion qui demande à être plus développée !
D'abord, qu'entendez-vous par "les arabes" ?

Comme sait chaque adepte de la pensée binaire, les *Arabes n'aspirent pas à la démocratie, il n'y a qu'une dictature militaire ou une théocratie qui soit susceptible de leur convenir. La démocratie, ils n'en veulent pas.
Si on s'obstine à penser que nos valeurs sont universelles (ce que ces révoltés semblent penser) la politique devient vraiment trop complexe pour nos leaders, ils ne s'en sortiront jamais.

*Le terme "Arabes" définit l'ensemble des musulmans à l'exeption des Albanais, des Indonésiens et de Cat Stevens.
Bref, tous ces gens qui veulent venir chez nous.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #91 le: 26 février 2011 à 01:08:42 »
Citer
et de Cat Stevens.


 :mdr1::excellent !!!!
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #92 le: 26 février 2011 à 03:08:21 »
@ Tyger

Tu parles de sarcasmes [Le sarcasme (du grec ancien ????????? / sarkasmos) désigne une moquerie ironique, une raillerie tournant en dérision une personne ou une situation. Il est mordant, souvent même amer et blessant. Il peut être considéré comme une forme d'ironie piquante ou belliqueuse]de toutes évidence tu ne connais pas la définition de ce mot et bien je m’en vais te l’expliquer .
D’abord la citation en tête de la lettre :

Citer
   «La loi conserve, la révolution régénère. Si l’on veut donc changer, il faut commencer par briser la loi. Prétendre que la révolution peut se faire en respectant la loi est une aberration, un contresens. La loi est un joug et qui veut s’en libérer doit le briser. Quiconque fait miroiter aux travailleurs l’émancipation du prolétariat par la voie légale est un escroc, car la loi interdit d’arracher des mains des nantis la richesse qu’ils nous ont volée. Leur expropriation au bénéfice de tous est la condition essentielle à l’émancipation de l’humanité.»

tu la prends et tu la mets directement à la poubelle, là je reste polie (sarcasme)

et qui me parle de " l'instinct de conservation de leurs certitudes " ?
Tygrounet ? (sarcasme)

Moi aussi j’ai mes citations :

La révolution citoyenne est le concept proposé en Equateur par Rafael Correa lors de l’élection présidentielle de 2006 qu’il à gagnée. Cette révolution a d’abord été constitutionnelle. Elle a donné par référendum les plein pouvoirs à l’ " Assemblée nationale constituante ".Le gouvernement est appelé "Gouvernement de le révolution citoyenne ".
(Qu’ils s’en aillent tous, page 16)

Les lois peuvent être modifiées, rien n’est figé, le " dogme " , les marxistes, eux, le poubellisent .

quant à
Citer
si tu ne crois pas au vote, comment peux-tu croire en la révolution ?
si tu ne comprends pas l’idée, je ne peux rien pour toi.

Citer
parce que la révolution est un mouvement spontané et sans chef de file pour vous dire comment pisser
là sur ce coup ci ,je te sens un petit peu énervé " pisser " est d’une façon générale employé par les mecs " qui en ont ", un tantinet macho, quoi ! (pas sarcasme, vérité)

Citer
sinon le monde tournerait certainement autrement mieux dans l'intérêt de tous et non de seulement d'une poignée de trous du culs
tout de suite les gros mots , tu pourrais au moins  donner des arguments valables et pas seulement qui sonnent creux( sarcasme)

Citer
au fait "la mouvance anarcho-autonome" ne veut strictement rien dire, et c'est effectivement une dénomination petit bourgeois fantasmée sur un hypothétique ennemi intérieur qui arrange bien ceux aux manettes du pouvoir pour couvrir le bruit de leurs propres casseroles.
Oui nous sommes d’accord : hypothétique groupuscule qui se réunit dans la cabine téléphonique du quartier(sarcasme)
Tellement discret et tellement vide de propositions concrètes pour les gens qui n’en peuvent plus d’attendre, tellement insipide qu’il est condamné à gésir éternellement dans la géhenne de l’oubli médiatique et surtout politique.
Et voilà pour la dialéctique (Etymologie : du grec dialektikê, traverser de part en part par le langage ou la raison, discussion, de dia, à travers, et legein, signifie parler).

Sur ce:
Gros bisous :mrgreen:




« Modifié: 26 février 2011 à 11:52:21 par bili »
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #93 le: 26 février 2011 à 03:57:11 »
@Oblomov
Généralisation un peu hâtive !
Vous oubliez, en Chine, les communautés musulmanes Hui, Uigur, Kazak, Tonghsiang, Kirghiz,  Salar, Bonan, Uzbek, Tatar et Tajik,...
Plus proches de nos frontières, vous avez les kurdes  (dont beaucoup sont déjà implantés en France)
Et surtout, il y a une forte communauté kabyle en France...Allez donc dire à un kabyle qu'il est arabe ... c'est comme si vous disiez à un écossais qu'il est anglais !...
Et les berbères... Il conviendrait de ne pas les oublier...

Par contre, là où je vous rejoins, c'est dans votre affirmation "les *Arabes n'aspirent pas à la démocratie"
Je ne vous parlerai que des "vrais" arabes que je connais, ceux du Moyen-Orient. Effectivement, ils ont le culte du Reis, même s'ils ont une aspiration à la démocratie... Ce qui leur conviendrait, c'est une démocratie "dirigée", ce qui est loin d'être évident !
Un clou chasse l'autre... On dégomme le dictateur, et l'anarchie règne jusqu'à ce qu'elle suscite un nouveau dictateur
Le pouvoir est une affaire trop sérieuse pour le laisser entre les mains de politiciens !

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #94 le: 26 février 2011 à 09:24:51 »
Citer
"les *Arabes n'aspirent pas à la démocratie"
Je vois que j'ai été mal inspiré en employant l'ironie.

En fait, les jeunes Tunisiens et les Égyptiens, mieux éduqués que leurs parents, souhaitent exactement la même liberté que les jeunes européens.
Qu'il faut diriger les "arabes" ou par la religion ou avec une main de fer est bien sûr un cliché colonialiste perpétué par l'occident, que ça arrange bien de penser ainsi.

Le culte du Führer Leader est partout, il est même l'obsession de l'UMP.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #95 le: 26 février 2011 à 12:18:24 »
à Tyger également !

Loin de moi l'idée de rejeter en bloc tous les anarchistes . Je trouve par exemple certaines vertus à l'autogestion . Pour autant on a également le droit de  se poser des questions après la lecture de cette longue lettre . C'est quoi l'intérêt ? discréditer le FdG ou accréditer le pouvoir ? Et en l'occurrence où se situe la volonté de diviser ? Aucun système n'est parfait je le concède mais il y a péril en la demeure tu ne trouves pas ? Je n'attends pas que Mélenchon me dise où je dois pisser , c'est un peu plus subtil que ça ! Derrière Mélenchon il y a un certains nombres de femmes et d'hommes qui aspirent à changer le système et à remettre l'humain au coeur des décisions politiques . La révolution citoyenne est l'expression de la volonté populaire à s'emparer des institutions pour instaurer un véritable socialisme inspiré des idées de la Commune et de Jaurès . Construire un monde où le peuple deviendrait souverain !Alors où est le plan de carrière ?Les militants de FdG et du NPA ne sont pas les militants de l'UMP . Ils ne serviront pas la soupe ,le doigt sur la couture à un leader carriériste : c'est important aussi de faire confiance aux militants qui ne sont que des suivistes ignares et malléables :ce sont aussi  des gens exigeants qui n'ont pas peur de la confrontation et qui ont en commun l'espoir d'une grande révolution.
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #96 le: 26 février 2011 à 13:25:03 »
Le parti unique, avec le Grand Diseux à la tête, une machine à gagner...quoi ? À part les présidentielles, rien.

Une fois en place, à moins que le despote (éclairé ?) soit un surdoué (manifestement ce n'est pas le cas actuellement) on aura besoin de gens compétents dans différents domaines pour faire marcher le pays.

Un chef nominale est utile, pour l'électeur à choix binaire, et pour les media idem.

La gauche aurait tort d'adopter la configuration pyramidale d'un parti uni, ça a marché une fois pour la droite, à long terme c'est l'échec garanti.

Qu'on arrête de tweeter au sujet des primaires à la con, les réactions aux réactions aux tweets d'Anne Sinclair ; qu'on cesse d'expliquer aux gens qu'un homme/une femme providentiel(le) puisse nous sortir de ce merdier.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #97 le: 26 février 2011 à 22:32:19 »
Syberia3, tu fais bien de parler du Npa étant donné que celui-ci a refusé de suivre Mélenchon (au grand désespoir de nombre de ses membres)... enfin je dis ça je dis rien...

et quand je spécifiais "aucune grande figure", je ne parlais pas de Mélenchon (à quoi bon tout ramener au point de vue occidental ?), mais bien d'un de chacun de ces peuples qui s'est soulevé, ou alors les anars aussi feraient dans la censure (parce que figurez-vous que l'arnarchisme n'est pas une spécificité franco-française-de-souche). Aucune d'ailleurs puisque pour la plupart en exile ou dans les geôles du régime.

Citation de: oblomov
"parce que la révolution est un mouvement spontané et sans chef de file pour vous dire comment pisser"
là sur ce coup ci ,je te sens un petit peu énervé " pisser " est d’une façon générale employé par les mecs " qui en ont ", un tantinet macho, quoi ! (pas sarcasme, vérité)

et alors demoiselles et dames, vous ne retorquez rien à ce cher oblomov ? parce que vous seriez donc incapables de pisser ni même d'en user ce vocable populaire... mais je constate qu'oblomov aime étaler sa science (ça me rappel un truc, sur la confiture que moins y en a plus on l'étale - sarcasme), mais si j'ai besoin d'infos je ferai l'effort de tourner les pages d'un dico merci bien !
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #98 le: 26 février 2011 à 23:10:46 »
Tyger , :fleur1:

On peut échanger sans s'énerver !Je n'ai rien contre toi ni contre  Oblomov . Je tente simplement de recentrer le propos sur la lettre que tu as postée . J'évoque Mélenchon parce qu'on est sur le fil" Mélenchon" attaqué dans une lettre dont je ne perçois pas le sens . Je sais que le NPA a refusé la proposition d'alliance avec le FdG . Je le regrette et comme tu le soulignes la base s'en désespère . Pourquoi je ramène les choses du point de vue occidental ...ben simplement parce qu'il se trouve que le sujet sur le fil concerne un candidat à une élection française ...ce n'est pas plus compliqué que cela !cela ne m'empêche pas d'avoir en mémoire le combat louable des anarchistes espagnols qui ont su de leur temps s'allier aux républicains pour affronter franco . Il me semble que dans les crises l'intelligence exige que l'on soit tous unis face à l'adversaire . Mon adversaire aujourd'hui n'est pas Besancenot ni même Strausskahn (bien que je porte à son égard autant d'estime que j'en porte à un tabouret ) ,mon adversaire c'est l'ump et le fn et ça suffit à ma peine . 
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Jean-Luc Mélenchon
« Réponse #99 le: 26 février 2011 à 23:59:45 »
@tyger : la citation au sujet de la miction révolutionnaire n'est pas de moi...il me semble que c'est vous qui en avez parlé.
@syberia3 : en fait, nous sommes d'accord, il faut unir une gauche plurielle au moment de s'opposer à la réélection de NS.
Quant au FN, sa montée en puissance peut être utile, comme un brise-glace contre l'UMP ; la droite a plus à craindre de Marine Lepen que la gauche.
« Modifié: 27 février 2011 à 14:01:29 par oblomov »
Le travail est l'opium du peuple !