Auteur Sujet: Sarkozy et Khadafi  (Lu 19328 fois)

Mélusine

  • Invité
Sarkozy et Khadafi
« le: 31 mars 2010 à 11:10:20 »
Citation de: "Marie75"
Infirmières bulgares : l’ambassadeur qui remet Sarkozy à sa place

Dans son livre-témoignage « Le Prix de la liberté. Libye, les coulisses d’une négociation », qui sort en librairie le 11 mars, Marc Pierini, ancien chef de la délégation de la Commission européenne en Libye, raconte les vrais dessous de la libération des infirmières bulgares en Libye. L’enjeu, selon lui, était le retour de la Libye dans « le concert des nations » et son accès au nucléaire. Et la France, son président Nicolas Sarkozy et son ex-épouse Cécilia, ne sont intervenus que très tardivement dans ce dossier

« Dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité »… sur l’affaire des infirmières bulgares et du médecin palestinien, retenus pendant huit années (de 1999 à 2007) dans les geôles libyennes et libérés en juillet dernier, telle est l’ambition de l’ouvrage de Marc Pierini, homme de l’ombre, plongé au cœur de tout le processus de négociations entre l’Union européenne et l’Etat Libyen qui a débuté en octobre 2004 et duré plus de deux ans.

Côté français, c’est surtout la photo souvenir de Cécilia Sarkozy sur le tarmac de l’aéroport de Sofia, aux côtés des infirmières fraîchement libérées, qui a marqué les esprits. Côté Union européenne, le souvenir est un peu plus amer. Ce que Marc Pierini raconte dans le détail, c’est tout le travail de négociations, mené de mains de maître par Benita Ferrero-Waldner, la commissaire européenne aux Relations extérieures, Tony Blair et bien d’autres, sous l’égide de la Commission, accompagnée de la Bulgarie. Et d’ajouter :« Un exercice inédit de la diplomatie européenne ». Marc Pierini souligne le défi de l’UE dans cette affaire : « être un et multiple ».
Dans ce jeu, la France est arrivée sur le tard, voire même le très tard. N’allez pas vous méprendre, il n’est pas question pour Marc Pierini de vanter ses mérites ou de critiquer l’action française, mais bien de fournir un éclairage complet (et le plus objectif possible) sur les tenants et les aboutissants de l’histoire. Ce document est d’autant plus précieux que la « Commission d’enquête parlementaire sur la libération des soignants bulgares », présidée par le député socialiste Pierre Moscovici, qui a auditionné notamment Marc Pierini, s’est conclue en eau de boudin au mois de janvier dernier, après le refus de Cécilia Sarkozy de se présenter devant ladite commission. Décidément, difficile d’y voir clair dans l’hexagone…
En bousculant le dénouement, Sarkozy a pris de sacrés risques
A la lecture du récit de l’ancien chef de la délégation européenne, il apparaît très clairement que, depuis le début, le colonel Kadhafi attendait plusieurs contre-parties à cette libération, et en premier lieu de permettre à son pays « de réintégrer le concert des nations » selon les mots de Marc Pierini. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. En leader politique, le Guide de la Révolution libyenne cherchait à obtenir plus. Malgré de nombreux accords passés avec les négociateurs, Kadhafi ne leur laissait toujours pas entrevoir d’issue heureuse au printemps 2007. C’est à ce moment-là que la France, pourtant absente du processus de négociations, a sauté sur l’occasion pour satisfaire les demandes libyennes, notamment en matière de nucléaire civil, avec des promesses de futurs contrats juteux…
Si l’auteur reconnaît que le nucléaire fut le levier essentiel de la libération, il ne manque pas de préciser que la France a joué à un jeu dangereux, du fait de l’empressement de Nicolas Sarkozy à conclure l’affaire. Bruxelles a du remettre les pendules de Paris, et surtout de l’Elysée, à l’heure pour s’assurer que les Etats membres parleraient d’une même voix jusqu’au dénouement : « désormais l’action sera conjointe [Entre la France et l’UE] ,évitant ainsi les surenchères ».
Deal conclu et négociations bouclées, le 26 juillet 2007. Le monde entier assistait à la libération des infirmières bulgares, Cécilia Sarkozy et Claude Guéant en tête, aux côtés de Benita Ferrero-Waldner. Le discret Marc Pierini (évidemment présent dans l’avion du retour) et les autres hommes clés de l’affaire disparaissaient de la scène médiatique.
Symbole révélateur : c’est bien auprès de Marc Pierini que ces femmes trouvèrent du réconfort durant le vol qui les ramenait chez elles, lui qui les a accompagnées, sans relâche, tout au long de ce très long processus, en leur rendant plusieurs fois visite dans leur prison. En 2006, lors d’une nouvelle visite, Snejana Dimitrova eut ses mots : « L’avocat libyen, les avocats bulgares, les avocats sans frontières, tout cela n’a aucune importance, c’est du théâtre. La seule chose importante c’est ce que vous avez à nous dire, Monsieur Pierini, car je sais que c’est vous qui négociez. Et ce que vous avez à me dire est la seul chose qui me raccroche à mon avenir ». Lui qui ne parle pas de « l’affaire de la libération des infirmières bulgares » mais de « l’affaire Benghazi », nom de la ville où tout a commencé.
A lire ou relire sur Bakchich.info :
France-Libye, un accord nucléaire qui ne manque pas de sel
Les infirmières bulgares vont revoir Sofia
La lubie de la Libye
En Libye, la Soféma rame

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #1 le: 02 mars 2011 à 11:41:18 »
serait-il possible finalement que ce post soit rangé plutôt dans la rubrique des casserolles ?

parce que bon, suite l'émission d'hier soir Ce soir ou jamais, et après avoir lu l'article suivant, il est assez clair que $arkozy a cédé , ainsi que tous ces homologues européens, au chantage d'un mytho (ex ?)terroriste, notre Chanoine de Latrans (à ne pas confondre avec Chameau des Latrines) qui ne cède jamais face aux terroristes (sic !)


Citer
un arrière-goût bulgare

Europe / Libye : négocier l’immigration
par Claire Rodier

On commence à savoir la teneur des marchandages estivaux entre les Sarkozy et le colonel Khadafi. Mais l’intérêt subit pour le régime libyen ignore ses tractations constantes avec l’Union européenne en matière d’immigration. Car si les éclats sanglants du régime sont maintes fois documentés (le DC-10, le chantage nucléaire, Lockerbie...), la mort lente des migrants dans les geôles libyennes ne suscite nul émoi. Il faut dire que cette co-production européo-libyenne se déploie hors des conventions de Genève et loin des regards. Les migrants n’ont rien, pas même la notoriété des infirmières bulgares.

Le show libyen offert à l’été 2007 par le président français et son épouse n’aura été que l’épisode people d’un feuilleton diplomatico-financier qui dure depuis 2000, sur fond de chantage et de négociations secrètes [1]. En faisant croire qu’ils avaient obtenu la libération des infirmières bulgares et du médecin palestinien condamnés à mort pour avoir prétendument inoculé le virus du sida à des enfants libyens, les époux Sarkozy ont fait grincer des dents les partenaires européens de la France : cette libération venait en effet d’être conclue en sous-main par la Commission européenne. Mais les gesticulations sarkozyennes ont néanmoins eu, du point de vue de Bruxelles, l’avantage de faire oublier le volet de l’accord conclu avec Tripoli en vue d’une collaboration accrue de la Libye à la politique migratoire de l’UE. Un objectif poursuivi depuis des années, en dépit des innombrables raisons qui militent contre l’alliance avec un pays connu pour maltraiter - en plus de ses propres opposants - migrants et étrangers.

Les otages bulgares ont dénoncé les conditions de leur séjour dans les prisons du colonel Kadhafi, et l’opinion internationale s’est émue des tortures et des sévices subis. Qui sait combien d’autres étrangers se trouvent actuellement dans les geôles libyennes, dans d’aussi mauvaises conditions, sans que personne ou presque s’en préoccupe ? Plusieurs milliers, migrants et réfugiés principalement originaires d’Afrique noire, que le régime emprisonne, maltraite et expulse. À la différence des infirmières bulgares, leurs diplomaties ne se mobilisent pas pour les faire libérer ; quant à l’UE, non seulement elle ne proteste pas, mais, fait aggravant, elle est la complice, sinon l’instigatrice, de la perpétuation de cette situation.

Fin 2006 une conférence euro-africaine sur la migration et le développement a réuni à Tripoli - c’était une première - des représentants des gouvernements des pays de l’UE et de cinquante-trois pays d’Afrique noire et d’Afrique du Nord, offrant à la Libye, longtemps au ban de la communauté internationale, l’occasion d’apparaître tout à la fois comme un voisin respectable et comme un pôle incontournable de la coopération Nord-Sud en matière de gestion des flux migratoires.

Depuis quelques années en effet ce pays, qui partage plus de 4000 km de frontières avec ses six voisins, est la dernière étape avant l’Europe pour de nombreux migrants, souvent originaires d’Afrique sub-saharienne, en quête d’une vie meilleure ou d’une protection. S’il n’est pas facile de quantifier le phénomène, il est certain que l’étape libyenne est l’un des principaux points de passage de la frontière sud de l’Europe, en raison notamment des contrôles qui rendent de plus en plus difficiles le franchissement du détroit de Gibraltar, puis la route de l’ouest par la Mauritanie et les Canaries. La Libye est donc devenue pour l’UE un partenaire obligé dans la lutte contre l’immigration irrégulière, obligeant les dirigeants européens à adapter stratégie, méthodes et discours aux relations avec ce difficile voisin.

Sous la pression de l’Italie et de Malte, un rapprochement s’est progressivement mis en place à partir de 2003. L’imminence de l’adhésion à l’UE de Malte, particulièrement concerné par les débarquements de boat people sur ses côtes, était à l’époque venue renforcer, au sein des enceintes de réflexion européennes, la conviction qu’il fallait intervenir en amont des frontières maritimes de l’Union, en trouvant les moyens d’associer la Libye. Les étapes de ce rapprochement illustrent de manière éclairante la place prépondérante que l’UE a choisi de donner à la dimension migratoire dans sa politique extérieure, même si le prix à payer est lourd au regard des droits de la personne. Cette tendance est générale, et l’exemple de la Libye emblématique. On y voit converger, sur fond de réchauffement des relations entre l’Europe et un pays longtemps tenu à l’écart, les intérêts économiques des pays occidentaux et le souci de respectabilité d’une Libye dont le blocus commercial qui lui était imposé depuis vingt ans entravait les nouvelles ambitions.

Dès 2004, l’année même où la « justice » libyenne confirmait la condamnation à mort des infirmières bulgares, la Commission européenne annonçait l’imminence de l’entrée de la Libye dans le processus de Barcelone (qui lie les pays de la zone méditerranéenne à l’UE) afin d’ouvrir « la voie à une normalisation des relations ». Un an plus tard rien n’était fait : « Nous attendons la réponse de Tripoli », déclarait le ministre espagnol des Affaires étrangères. Impatience visiblement non partagée par la Libye qui, privilégiant son rôle au sein de l’Union africaine, n’a pas pour priorité d’adhérer à un processus dédié au partenariat UE/rive sud de la Méditerranée. L’UE ne dispose donc d’aucune base pour engager avec ce pays une collaboration sur les questions migratoires. Tout - hormis sa position stratégique au regard des itinéraires empruntés par les migrants - milite contre.

Certes, la reconnaissance par les autorités libyennes de leur responsabilité dans l’attentat de Lockerbie (1988) et leur engagement à en dédommager les victimes a permis, en octobre 2004, la levée de l’embargo international. Certes, la Libye a affirmé sa volonté de démanteler son programme d’armes de destruction massive sous supervision internationale, et de régler la facture des attentats de Berlin (1986) et du DC-10 de la compagnie française UTA (1989). Mais cette décrispation progressive n’a rien à voir avec des avancées démocratiques ou une adhésion aux standards internationaux en matière de droits de l’homme : elle est avant tout le résultat d’une opportune convergence d’intérêts commerciaux, ceux de la Libye, à qui elle donne les moyens de développer le potentiel de son sous-sol, et ceux des investisseurs étrangers, friands de nouveaux sites pétrolifères à exploiter [2]. La dimension économique reste la trame de la relation UE/Libye, et c’est bien elle, en arrière-plan du critère géographique, qui a imposé la mise en place progressive d’une coopération qu’on peut qualifier, du point de vue de la morale et des droits humains, de contre-nature.
mises en garde

Dans un rapport publié en septembre 2006 sur la situation des étrangers sans papiers et des demandeurs d’asile en Libye, Human Rights Watch évoque la récurrence des violences physiques au moment des arrestations, la surpopulation carcérale et les mauvais traitements en détention. HRW rappelle aussi que le droit des réfugiés n’est pas respecté en Libye, qui n’est pas signataire de la Convention de Genève de 1951 sur les réfugiés, que le Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés n’a avec la Libye aucun accord officiel de partenariat. Déjà, en 2004, Amnesty International estimait qu’il n’y existe aucune garantie concernant les droits des réfugiés, et faisait part de sa préoccupation « quant aux mécanismes de coopération ad hoc qui pourraient se développer avec la Libye au sujet de l’immigration illégale, sans les garde-fous nécessaires au niveau des droits humains », ajoutant que « si l’Union européenne en vient à s’engager avec la Libye, le dialogue et la coopération au niveau européen devront au minimum comprendre une clause de conditionnalité très claire au niveau des droits humains ». En 2005, le HCR avertissait la présidence de l’UE que la Libye ne pouvait être considérée comme un pays sûr pour les demandeurs d’asile. Le système libyen de gestion des migrants a également été mis en cause par la Cour européenne des droits de l’homme, qui a considéré que renvoyer des migrants en Libye les exposait à des traitements inhumains et dégradants. Le Parlement européen s’est quant à lui déclaré « préoccupé par le traitement et les conditions de vie déplorables des personnes détenues dans les camps en Libye et les rapatriements massifs d’étrangers de la Libye vers leur pays d’origine dans des conditions qui n’assurent ni leur dignité ni leur survie ».

L’éclairage le plus impressionnant sur le traitement des migrants détenus en Libye provient d’une source qu’on peut difficilement soupçonner d’exagération, compte tenu des relations nouées entre les autorités italiennes et libyennes pour la lutte contre l’immigration clandestine. Début 2006, le directeur du service italien d’information et de la sûreté de la République a décrit des centres de rétention libyens « nauséabonds » où sont jetés les clandestins ramassés « comme des chiens », prévus pour 100 personnes et en accueillant jusqu’à 650, sans la moindre hygiène.
les migrants, otages de la diplomatie libyenne

Tripoli instrumentalise depuis longtemps la présence de migrants sur son sol, au gré de ses intérêts diplomatiques ou géopolitiques. Les déclarations officielles manient la rhétorique de l’invasion et agitent le péril que ferait peser l’immigration illégale (le chiffre de 2 millions est avancé) sur le tissu social d’un pays de 5,5 millions d’habitants, tout en suggérant que ces hordes n’attendent qu’une occasion pour franchir la Méditerranée. Interviewé fin 2006, le ministre libyen des Affaires africaines se plaint : « le problème des clandestins est énorme, de ce côté-ci de la Méditerranée encore plus que de l’autre [...]. Il faut que la communauté européenne comprenne que la pauvreté est à la racine du mal et qu’elle a sa part de responsabilité là-dedans. » Quelques semaines auparavant, Muammar Khadafi avait été plus explicite : « Ils doivent nous indemniser pour avoir exploité et pillé nos minerais et nos richesses. Pour que les Africains restent chez eux, nous réclamons à l’Europe 10 milliards de dollars par an. »
l’Italie aux avant-postes

Cette technique de chantage a depuis longtemps fait ses preuves : en laissant ou en empêchant les migrants rejoindre l’île de Lampedusa, selon le moment, la Libye a su s’allier l’Italie pour faire lever l’embargo. Dès 2000, les deux pays ont signé un accord sur la lutte contre le terrorisme, le crime organisé, le trafic de drogues et l’immigration illégale. En 2003, au terme d’un second accord opérationnel, l’Italie s’était engagée à fournir à la Libye un soutien pour la formation de ses policiers, le financement d’un programme de charters pour renvoyer depuis la Libye les migrants en situation irrégulière vers leur pays d’origine, une assistance au sauvetage en mer et le financement de la construction au nord du pays d’un camp pour migrants « en conformité avec le respect des droits de l’homme ». En 2004 était signé à Tripoli un accord bilatéral jamais rendu public, dont on suppose qu’il permet la réadmission par la Libye des migrants expulsés par l’Italie. Toujours en 2004, sitôt l’embargo levé, Berlusconi s’est rendu pour la quatrième fois de l’année en Libye pour l’inauguration du Greenstream, pipeline de 520 km construit et géré par l’entreprise italienne ENI qui alimente la Sicile en gaz libyen. Dans le même temps était organisée la première vague massive d’expulsions depuis Lampedusa (1 134 personnes en six jours), et le financement par l’Italie de la construction de plusieurs centres de détention pour regrouper les migrants en provenance d’Afrique centrale, ainsi que d’un programme de rapatriement de migrants séjournant illégalement en Libye : 5 688 personnes, principalement des Égyptiens, Ghanéens et Nigérians, ont ainsi été reconduites par charter fin 2004.

L’arrivée au pouvoir de la coalition de gauche dirigée par Romano Prodi n’a en rien remis en cause les liens tissés par son prédécesseur avec la Libye. Au contraire. Quelques mois à peine après sa nomination le nouveau chef du gouvernement italien, seul dirigeant européen présent au banquet organisé à Syrte pour le septième anniversaire de l’Union africaine, parlait avec Khadafi des problèmes d’immigration clandestine, notamment de la participation libyenne aux opérations conjointes de contrôle des frontières maritimes. Fin 2006 son ministre des Affaires étrangères annonçait l’ouverture du premier des trois centres d’accueil pour étrangers que son pays s’était engagé à construire en Libye, en même temps que se discutait la construction par l’Italie d’une autoroute côtière de 1 200 km entre la Tunisie et l’Égypte, promise avant les élections par Berlusconi. À la conférence euro-africaine de novembre 2006, les ministres italiens de l’Intérieur et des Affaires étrangères se sont félicités d’avoir été « les seuls responsables politiques à avoir été reçus personnellement par Khadafi ». Une « excellente rencontre », qui témoigne « du rôle que la Libye reconnaît à l’Italie ».
intensifier la coopération

On comprend pourquoi, en dépit du très alarmant rapport de mission en Libye de la Commission européenne fin 2004, les ministres de l’immigration des Vingt-Cinq ont conclu qu’il était de l’intérêt de l’UE de « continuer sur la voie d’une intensification de la coopération avec la Libye », malgré l’absence de tout cadre juridique ou institutionnel et en dépit des multiples avertissements sur les risques évidents auxquels ce partenariat expose exilés et réfugiés. La conférence euro-africaine de novembre 2006, point d’orgue de ce processus, illustre le cynisme avec lequel les Occidentaux envisagent la coopération avec la Libye, comme d’ailleurs avec tous les pays qu’ils peuvent convaincre de leur servir de cordon sanitaire contre les migrants.

Fin juillet 2007, alors qu’était sur le point de se dénouer la crise des infirmières, 600 demandeurs d’asile érythréens détenus dans la prison de Misratah pressaient publiquement l’Union européenne d’intervenir auprès des autorités libyennes pour obtenir leur libération. Faisant état de privations, tabassages, viols et de conditions sanitaires déplorables, ce groupe, qui compte de jeunes enfants et des nourrissons nés en captivité, réclame en outre protection, en soulignant qu’aucune organisation internationale, aucune ambassade étrangère ne leur est accessible pour le dépôt de leur demande d’asile. Relayé par Amnesty International, cet appel est resté sans écho. Rien ne garantit que, comme cela s’est déjà produit récemment, ils ne seront pas expulsés de force vers leur pays, où le sort qui les attend est des plus incertains.

L’avenir confirmera sans doute que, pour obtenir la libération des otages bulgares, l’UE a joué les apprentis sorciers en fournissant la Libye en matériel d’armement. Qui dira le prix payé pour que la Libye joue le rôle de garde-frontière de l’Europe, au service de la guerre que l’UE mène contre les migrants ?

Voir également la rubrique Libye du site du collectif Migreurop : actualités, rapports, cartes.

[1] Cet article est repris d’une intervention au colloque « Immigration, transit et rétention : le Maghreb à l’épreuve des circulations transsahariennes », Marseille, 2-4 novembre 2006, actes à paraître en 2008 chez Actes Sud.

[2] Les réserves de brut libyen - pétrole de grande qualité au coût d’extraction modéré - permettraient près de soixante ans d’exploitation au rythme actuel ; seule une faible proportion du sous-sol libyen est aujourd’hui couverte par des accords de prospection et de production, ce qui place potentiellement le pays au même niveau que le Koweït.


et pour enfoncer le clou et résumer ce que nombre d'entre nous pensent fortement :

Citer
Sarko dégage !

    Cela fait désormais 3 ans et demi que l’on doit supporter les gesticulations idéologiques les plus répugnantes, les petites phrases, les grandes lois liberticides, le dédain, le racisme, la chasse aux pauvres avec ou sans papiers, l’enfermement de nos camarades dans l’espoir que notre rage s’en ira avec eux.  

 
remarque personnelle : Ces gens là savent toujours se mettrent d'accord pour nous baiser !

Depuis 2007, nous sup­por­tons un peu plus chaque jour cette poli­ti­que abjecte, cet État oppresseur tenu comme en Tunisie ou en Égypte par une oli­gar­chie qui œuvre dans l’ombre pour l’accrois­se­ment de sa richesse et de sa domi­na­tion sur nos vies. Nous voyons bien com­ment la crise est uti­li­sée par les médias pour faire passer la pilule et de la Grèce jusqu’en Irlande en passant par l’Angleterre ou l’Italie les mêmes popu­la­tions sont visées, celles qui connais­sent la crise depuis déjà des décen­nies sont cen­sées payer une nou­velle addi­tion lais­sée par ces porcs.

De par­tout autour de la for­te­resse Europe éclatent des révol­tes spon­ta­nées menées par le peuple, pour le peuple et dans un rejet massif des orga­ni­sa­tions poli­ti­ques ou reli­gieu­ses qui sont appa­rues là-bas plus clai­re­ment qu’ici comme étant les com­pli­ces indis­pen­sa­bles de la «démocratie» bour­geoise dans son men­songe per­pé­tuel.

Alors qu’après l’émerveillement dis­tant c’est désor­mais au dra­peau de l’immi­gra­tion mas­sive d’être brandi comme ultime peur dans leur presse cer­tains se pren­nent à rêver, et si nous aussi nous les déga­gions.

Après tout Moubarak, Khadafi, Ben Ali, Sarkozy et tous les autres repré­sen­tent la même chose : l’ins­tru­ment de notre sou­mis­sion col­lec­tive.

Cela pour­rait com­men­cer ici aussi, et par­tout ailleurs…  

    Rebellyon, 1er mars 2011.
« Modifié: 02 mars 2011 à 11:53:59 par TYGER »
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #2 le: 08 mars 2011 à 15:43:43 »
Citer
Libye : 1,5 million d'euros dans l'avion de l'intermédiaire présumé de l'affaire Karachi
8 mars 2011 12:56, France Info


Un million et demi d’euros en liquide en provenance de Tripoli a été saisi samedi soir à l’aéroport du Bourget.

L’argent se trouvait dans un avion privé dans lequel circulait Ziad Takieddine. Cet homme d’affaire franco-libanais, mis en cause dans l’affaire Karachi.
 [Article complet : france-info.com]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #3 le: 11 mars 2011 à 08:16:26 »
alors bon j'y crois pas trop, mais sait-on jamais, les mecs qui déclarent à tue-tête que "ouaih ben si ça continue va falloir que ça cesse, je vais tout balancer, na !"

je préfère de loin ceux qui balancent sans prévenir....

nous verrons bien, à moins qu'il ne trépasse d'ici là, parce que bon notre grand timonier de la chasse d'eau est déjà sur le pied de guerre pour anéantir toute révélation fracassante

Citer
De Muammar Kadhafi à... Eric Woerth
On nous cache tout, on nous dit rien !, Sarkoland
mar 102011

« L’agence officielle libyenne Jana a annoncé avoir « appris qu’un grave secret va entraîner la chute de Sarkozy, voire son jugement en lien avec le financement de sa campagne électorale »
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #4 le: 11 mars 2011 à 10:34:36 »
Mais que diable pourrait-il savoir qui soit en mesure de briser la force d'inertie et le j'm'en-foutisme de nos concitoyens ?  :]

De toute façon, quiconque voudra rebondir sur ces "révélations" se verra la cible d'attaques pré-établies de Jean-François Copé et sa bande, sur le mode "vous soutenez un dictateur qui assassine son peuple face à notre bien-aimé président".
Et ceci même (surtout ?) s'il s'avère que lesdites informations s'avèrent intéressantes.
« Modifié: 11 mars 2011 à 10:37:08 par timbur »
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #5 le: 15 mars 2011 à 17:57:21 »
Oh! comme c'est triste! Ils ne s'aiment plus tous les deux...  :mrgreen:

Citer
«Mon ami Sarkozy est devenu fou»

  «Mon ami» le président français Nicolas Sarkozy est «fou», estime le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi dans une interview qui devait être diffusée mardi soir par une télévision allemande.

«C’est mon ami, mais je crois qu’il est devenu fou. Il souffre d’une maladie psychique. C’est ce que dit son entourage. Ses collaborateurs disent qu’il souffre d’une maladie psychique», a déclaré M. Kadhafi dans une interview qui devait être diffusée par la chaîne allemande RTL.

Le leader libyen, contesté par une révolte populaire, n’a pas précisé si cette «maladie» était liée au «grave secret» dont l’agence officielle libyenne Jana a fait écho, affirmant que sa révélation entraînerait la chute du président français.

Paris est particulièrement critiqué depuis sa reconnaissance du Conseil national de transition libyen, qui réunit l’opposition au régime du colonel Mouammar Kadhafi, comme seul représentant légitime du peuple libyen.

Concernant les violences dans son pays, M. Kadhafi a affirmé que «ce petit événement» a fait «seulement 150 à 200 morts», pour moitié dans les rangs des forces de sécurité.

La rébellion «sera brisée et tout redeviendra normal», a-t-il ajouté lors de cette interview réalisée dans une tente sur la base militaire de Bab al-Azizia à Tripoli, selon RTL.

M. Kadhafi a également estimé injustifiées les critiques à son encontre aux Etats-Unis et en Europe. «Mais qu’est ce que j’ai fait pour les décevoir?» a-t-il demandé.

«Je n’ai pas de poste officiel et je ne peux donc pas être critiqué. Est-ce-qu’on critique le reine Elizabeth II d’Angleterre pour sa politique?».

Il a également affirmé qu’à l’avenir son pays ne ferait plus d’affaires avec les pays occidentaux qui «ont conspiré contre nous».

«Nous allons maintenant investir en Russie, en Inde, et en Chine», a-t-il déclaré.

«On peut oublier l’Occident», a-t-il ajouté, tout en affirmant faire une exception en ce qui concerne l’Allemagne qui a une attitude «sensée».

(Source AFP)


http://www.liberation.fr/monde/01012325739-kadhafi-sarkozy-fou-ami-libye-france
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #6 le: 15 mars 2011 à 18:02:18 »
C'est magnifique cette déclaration!
La France est de plus en plus crédible. :frime1:
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #7 le: 16 mars 2011 à 06:21:52 »
je crois qu'il est pas seul à être fou...

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #8 le: 16 mars 2011 à 10:23:22 »
Pour revenir sur l'info postée par Tyger  :fleur2: plus haut.

Citer
Libye: le fils de Kadhafi assure avoir financé la campagne de Sarkozy

Par LEXPRESS.fr, publié le 16/03/2011 à 10:57

Saïf al-Islam traite le président français de "clown" dans une interview à Euronews, en promettant des preuves prochainement.
 

Kadhafi avait menacé la semaine dernière: si le président français persistait à reconnaître le Conseil national de résistance comme seul représentant du peuple libyen, le "Guide" rendrait public "un grave secret" lié à la campagne présidentielle française de 2007, de nature à faire chuter Sarkozy.

Le fils de Mouammour Kadhafi précise sa pensée ce jeudi, dans une interview à Euronews. Saïf al-Islam affirme: "Il faut que Sarkozy rende l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale. C'est nous qui avons financé sa campagne, et nous en avons la preuve. Nous sommes prêts à tout révéler. [....] Nous avons tous les détails, les comptes bancaires, les documents, et les opérations de transfert. Nous révélerons tout prochainement."


Source

Et bon, l'express, comme officine de la gauche antisarkozyste primaire, on a vu mieux. :mrgreen:

Balancez les preuves... :diable:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #9 le: 16 mars 2011 à 10:30:19 »
Ça promet.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #10 le: 16 mars 2011 à 10:33:53 »
L'art d'entretenir le suspense...
Vous allez voir: l'affaire Clearstream va resurgir ...

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #11 le: 16 mars 2011 à 10:57:49 »
surtout maintenant que Denis Robert est blanchi de tout soupçon, la ré-édition de ses bouquins sur Clearstream, qui va se vendre comme des petits pains, devrait finir de conforter tout ce que l'on peut penser de la situation actuelle.

des noms ! des noms !  :diable:
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #12 le: 16 mars 2011 à 11:12:31 »
<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/xhmn82" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/xhmn82</a>
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #13 le: 16 mars 2011 à 13:14:16 »
Ca vous est pas venu à l'esprit que ça pourrait être des mensonges grossiers ?

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #14 le: 16 mars 2011 à 13:23:32 »
Possible.
Par contre, on n'a aucun mal à le croire capable d'en avoir palpé,  "on prend l'argent où il est,"" pas vu, pas pris"" avec les credo comme ça...
Si Sarko veut rétablir les livraisons de pétrole Lybien, il n'a pas fini de bouffer la m****
Du camping sur le Champ de Mars risque d'être insuffisant, BHL sera sans doute mis à contribution, une petite inflation..
« Modifié: 16 mars 2011 à 13:25:59 par oblomov »
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #15 le: 16 mars 2011 à 13:34:49 »
Il a déjà fait financer sa campagne en grande partie par Mamie Zinzin (et probablement par l'argent public), pour ses déplacements il n'a jamais payé la facture...pourquoi il aurait eu besoin de l'argent Lybien ?

Et de toute manière même si c'est vrai, la parole d'une famille d'un dictateur ne pèsera pas lourd en France.

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #16 le: 16 mars 2011 à 15:07:56 »
Citer
pourquoi il aurait eu besoin de l'argent Lybien ?
Pour mettre dans sa poche ?
Je dis ça comme ça...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #17 le: 16 mars 2011 à 23:22:47 »
Et de toute manière même si c'est vrai, la parole d'une famille d'un dictateur ne pèsera pas lourd en France.
Si il y a vraiment des preuves (et je doute qu'un type comme Kadhafi n'ait pas porté un point d'honneur à avoir de quoi le faire chanter si financement il y a eu, contrairement à Sarkozy le tyran est à même de programmer ses possibilités d'action au delà de trois semaines...), si il y en a vraiment, il y aura enquête. Et si les choses sont avérées, c'est effectivement gravissime.

La question, en ce cas, réside plus dans savoir ce qu'il se produira (si il y a financement illégal prouvé, c'est une annulation de l'élection, avec procès possible, et tout ce que cela peut entrainer...) MAIS si les choses trainent jusqu'en mai 2012, ça nous ferait une belle jambe. Et je ne vois pas trop pourquoi elles ne traineraient pas au moins jusqu'en mai 2012.

... Donc wait an see  :ange:
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #18 le: 16 mars 2011 à 23:55:24 »
Citer
Et de toute manière même si c'est vrai, la parole d'une famille d'un dictateur ne pèsera pas lourd en France.

Quoi ? Jean Sarkozy a dit quelque chose ? Pal ?

Sérieux, il serait logique que Moammar attende d'avoir maté la rébellion, s'il avait vendu la mêche une fois battu, ça n'aurait pas eu de sens, on l'aurait pas cru.
Bientôt il sera en position de force pour faire chier NS, (entre autres, mais surtout lui...) je pense qu'il ne va pas se gêner.
BHL risque de regretter son mot d'esprit à la con, si jamais on le prenait au mot !

Par contre, même si les allégations s'avèrent justes, il ne se passera rien du tout, à moins que l'UMP parte en couilles et décide de le lourder.
Déjà en 2007  Sarko a posé sa candidature à la présidence trop tard par rapport aux délais autorisés, personne n'avait bronché.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #19 le: 17 mars 2011 à 09:00:07 »
Par contre, même si les allégations s'avèrent justes, il ne se passera rien du tout,
Je pense sincèrement que c'est faux, le pouvoir judiciaire est suffisamment à cran pour ne pas lui laisser passer dans l'hypothèse ou. Il n'a pas réussi l'autocratie! Malgré ses nombreuses déclarations à l'emporte-pièce qui pourrait y faire croire. Ce sera aussi ralenti que l'enquête actuelle sur les enveloppes de Liliane, mais il y aura.

Sans doute après la fin de son mandat... c'est juste là le truc.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #20 le: 17 mars 2011 à 09:17:16 »
Oui voilà oblomov, c'est ce que je voulais dire.

Je te trouve plutôt optimiste Lady. Les Présidents précédents n'ont jamais été vraiment inquiétés par la Justice, cf Chirac tout récemment. Bien sûr il y aura une enquête, mais il y a déjà eu l'affaire Karachi, l'affaire Woerth...et rien n'a fait virer Sarkozy de son trône.

Et je voulais dire aussi qu'il faudrait pas sauter sur n'importe quel soupçon de magouilles de Sarkozy. Ce qu'il a fait au pays est largement suffisant pour le décrédibiliser.

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #21 le: 20 mars 2011 à 17:32:21 »
Ca vous est pas venu à l'esprit que ça pourrait être des mensonges grossiers ?


Oh que si !

Et pour ma part, c'est ce que je pense : il s'agit de grossiers mensonges.

Khadafi et son "clown" de fils Seïf Al Islam (lol ce prénom...), ne sont que des menteurs et des manipulateurs.

Ils sont des bouffons grotesques mais version XXIème siècle...

... ils feraient rire s'ils n'avaient pas tant de pouvoir de nuisance, et s'ils n'occasionnaient pas tant de malheurs autour d'eux.
¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #22 le: 20 mars 2011 à 18:08:43 »
L'illustre prédecesseur et homonyme d'Al Kadhaffi était un lieutenant de Saladin, il sabrait le cul de quelques émirs pas trop zélés pour confronter les croisés.
Kadhaffi l'Ancien est bien sûr un bouffon, mais qu'est-ce qu'on sait de l'équipe de nazes d'en face ? À part tirer en l'air, abattre leur(s) propre(s) avion(s), se filmer avec leurs portables et faire les cons...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #23 le: 20 mars 2011 à 18:17:34 »
Je ne suis pas sûr que tenter de libérer un peuple d'un tyran aussi grave que Kadhafi ce soit vraiment "faire les cons"...  8/
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bug

  • Neutre
  • Sarkophobe
  • Messages: 145
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #24 le: 19 septembre 2011 à 17:09:39 »
Je me rappelle ces images d'un insurgé Libyen de 10-11 ans avec son RPG sur l'épaule qui partait tout seul faire de la reconnaissance sur une crête pendant que son unité restait à l'abri derrière les barricades. Et y a eut tous ces morts là-bas. Sans compter qu'en France le sort qui attend les vivants depuis 2007 a déjà poussé certains à se pendre en tuant femme et enfants. On pourrait tenir des comptes. Eh, qui sait on pourrait battre les Grecs.

Difficile de rire en France en 2011, mais j'arrive a sourire quand je revois ça:
infirmières bulgares libérée !!

et je me suis demandé devant ces images: et si le président avait murit longuement une jalousie envers l'ex-dirigeant Libyen? avec ces autres images en tête.


 

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #25 le: 19 septembre 2011 à 18:53:29 »
Bien vu Bug !  :mdr1: :mdr1: :mdr1:
Pour  vous fendre la poire vous aussi vous pouvez aller directement à 0 mn 34s de la video...... Ben c'est vrai quoi, cela explique probablement plein de choses  :odieux1: :mdr3: :odieux1: :mdr3: :odieux1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Myrtille

  • Sarkophobe
  • Messages: 147
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #26 le: 20 septembre 2011 à 07:43:56 »
Les Lybiens ne se rappellent plus que c'est ce bon Sarko qui a déroulé le tapis rouge à leur Tyran ? Et bien entendu, Nico a effacé ce "petit détail" de sa mémoire, ben voyons ! cela sent plus la propagande politique en vue des Présidentielles, qu'autre chose. En plus, il fait sa pub sur notre dos !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #27 le: 26 septembre 2011 à 15:32:55 »
Les Lybiens sont pardonnables, ils viennent d'être libérés et on peut admettre que le  :blingbling: ait réussi à sauver sa face devant eux. Mais devant les Français, en aucun cas!  :pascontent1:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #28 le: 19 mars 2012 à 15:49:54 »
tiens donc, de là à penser que Kadhafi avait effectivement beaucoup de choses à raconter, il n'y a qu'un pas Abdallah Al-Senoussi (soupçonné d'avoir fortement participé à, pour ne pas dire mené, l'attentat du DC10 d'UTA en 1989) !

Citer
Amesys : Abdallah Al-Senoussi, le boulet du Quai d’Orsay
18 mars 2012
Par bluetouff


Nous vous faisions part hier de l’arrestation d’Abdallah Al-Senoussi en Mauritanie en vous expliquant le rôle de « client » d’Amesys. Aujourd’hui, la France ainsi que la Cour Pénale Internationale ont demandé l’extradition d’Abdallah Al-Senoussi. C’est une nouvelle pour le moins intéressante car elle appelle à réflexion. Première question, existe t-il des accords franco-mauritaniens pour que la France puisse espérer traduire Abdallah Al-Senoussi devant la justice pénale française ? Il existe bien un accord de coopération en matière de justice, daté de 1961, mais que vaudra ce dernier face à une Libye légitime pour récupérer l’un de ses ressortissants, ou face à la demande de la Cour Pénale Internationale qui a elle aussi fait sa demande d’extradition pour des faits de terrorisme et de crime contre l’humanité ?


Ben voyons, ce cher (très cher, trop cher) premier ministre qui sort de sa réserve habituelle pour sortir une ânerie de plus, aller encore un p'tit effort et il va battre son maître...

Citer
Monsieur le ministre… je vais t’en foutre du grand public !

Le Netbook d'Alain Juppé

Il y a quelques jours le ministre des affaires étrangères et européennes, Alain Juppé, répondait à une question parlementaire au sujet de la vente de ce qu’il convient d’appeler une arme de guerre électronique. La question était posée par le député Hervé Féron et est l’une des nombreuses questions de parlementaires posées au sujet de « l’affaire Amesys » dont la grande majorité reste sans réponse, à l’image de celles de Christian Paul, probablement trop précises.

Voici le texte exact de la réponse faite par le ministre :

    « Les systèmes informatiques auxquels il est fait référence sont développés sur la base de produits du marché grand public. A ce titre, ils n’entrent pas dans la catégorie des matériels de guerre ni dans celle des biens à double usage. Ils ne font donc l’objet, selon les réglementations française et européenne, d’aucun contrôle préalable à l’exportation. Si un tel matériel a été exporté vers la Libye depuis la France, l’exportateur n’avait donc pas besoin d’obtenir une autorisation à cette fin, ni d’en informer l’administration. »



à lire en intégralité, ça vaut son pesant de 'cahuettes !!
« Modifié: 19 mars 2012 à 15:52:18 par TYGER »
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #29 le: 28 avril 2012 à 21:30:05 »
Citer
Un document prouverait le financement de la campagne de Sarkozy par Kadhafi en 2007

Le journal en ligne Mediapart a publié, samedi 28 avril, un document qui prouverait que le colonel Kadhafi aurait donné son "accord de principe" pour financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Dans ce document, une note issue des services secrets libyens signée par son chef de l'époque, Moussa Koussa, et traduite de l'arabe par Mediapart, on peut lire que, dès 2006, le gouvernement libyen aurait décidé "d'appuyer la campagne électorale" de Nicolas Sarkozy pour un "montant de 50 millions d'euros". La note ne précise pas si un tel financement a effectivement eu lieu.

Moussa Koussa ajoute que cet accord est consécutif au "procès-verbal de la réunion tenue le 6/10/2006, à laquelle ont participé de notre côté le directeur des services de renseignements libyens (Abdallah Senoussi) et le président du Fonds Libyen des investissements africains (Bachir Saleh), et du côté français M. Brice Hortefeux et M. Ziad Takieddine". L'ex-ministre de l'intérieur, Brice Hortefeux, a déclaré n'avoir "jamais rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh", ancien homme clef du régime libyen et actuellement recherché par Interpol. Mediapart explique avoir obtenu cette note de la part "d'anciens hauts responsables du pays, aujourd'hui dans la clandestinité", qui l'ont communiquée "ces tout derniers jours".

TAKIEDDINE "PENSE QUE LE DOCUMENT EST CRÉDIBLE"

Interrogé par Mediapart, Ziad Takieddine, l'homme d'affaires qui a introduit dès 2005 en Libye les proches de l'actuel ministre de l'intérieur, notamment Claude Guéant, et Nicolas Sarkozy lui-même, a déclaré que "ce document prouve qu'on est en présence d'une affaire d'Etat, que ces 50 millions d'euros aient été versés ou non".

L'avocate de Ziad Takieddine, Me Samia Maktouf, a déclaré que son client "pense que le document est crédible". M. Takieddine a également assuré qu'il reconnaissait la signature de M. Koussa, actuellement au Qatar.

"L'enquête sera difficile parce que beaucoup d'intervenants sont morts pendant la guerre en Libye, mais c'est déjà important de rendre public ce document", a ajouté M. Takkiedine, qui a ensuite expliqué à l'AFP le fonctionnement de la diplomatie libyenne de l'époque : "M. Moussa était effectivement un relais avec la France. Cela se passait en secret, avec Saleh. Les relations de la Libye avec la France étaient gérées par Senoussi lui-même, pour Kadhafi, mais il y avait des lignes parallèles entre les services de renseignements gérés par le ministre de l'intérieur de l'époque Sarkozy, à travers Claude Guéant et Moussa Koussa".

KOSCIUSKO-MORIZET DÉNONCE "UNE DIVERSION GROSSIÈRE"

Le 12 mars, M. Sarkozy avait qualifié de "grotesque" un éventuel financement de sa campagne présidentielle de 2007 par le régime libyen. Samedi, en meeting à Clermont-Ferrand, il n'a pas réagi à la publication de ce document. Sa porte-parole, Nathalie Kosciusko-Morizet, a dénoncé "une diversion grossière", imputée à "l'équipe de François Hollande (...)  gênée par le retour de Dominique Strauss-Kahn".

"Il s'agit d'imaginer un financement libyen de 50 millions d'euros, dans une campagne électorale dont les comptes sont plafonnés à 22 millions d'euros. Des comptes qui ont par ailleurs été validés par le Conseil constitutionnel et n'ont donné lieu à aucune contestation, fait-elle valoir. Autour de François Hollande, depuis le retour sur la scène de cette grande caution morale qu'est DSK, on ne craint plus rien. Même pas le ridicule".

"Si les faits révélés par Mediapart étaient définitivement confirmés par d'autres documents ou les instructions judiciaires en cours, il serait alors établi que le président sortant à menti aux Français, pour dissimuler la réalité d'une très grave affaire d'Etat", a réagi Bernard Cazeneuve, un des porte-parole de François Hollande, demandant à M. Sarkozy de "s'expliquer devant les Français".
source

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #30 le: 28 avril 2012 à 22:54:43 »
C'est évident que si sarkozy dit que c'est grotesque, alors c'est grotesque, n'est ce pas... :gene: :gene:

Je suis toujours surprise de cette candeur des porte parole de candidat, surtout la droite, qui croient réellement qu'on va croire leurs paroles telles paroles d'évangile...
Ils disent que ça n'existe pas alors ça n'existe pas. Ca s'appelle du déni total. en même temps, ils auraient tort de se priver, ça a fonctionné jusque là....  :rougefache: :rougefache:

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #31 le: 29 avril 2012 à 19:59:43 »
Et le troufion Fillon, roi des mollassons et des c. molles, de cracher tant et plus sur le sujet...  :berk2:
Rhétorique d'aboyeurs!  :blabla:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne manon278008

  • Sarkophobe
  • Messages: 286
L'ami Kadhafi et l'aide à la campagne sarko de 2007 !!!
« Réponse #32 le: 03 mai 2012 à 11:28:17 »
Bonjour,
Je ne sais pas si vous avez déjà ouvert une rubrique sur cette casserole de sarko (me semble bien avoir vu qq chose qq part à ce sujet, mais je ne retrouve pas !) ni si vous avez lu les dernières info. la concernant, voici ce que j'ai trouvé ce matin : l'ancien premier ministre libyen a confirmé à Mediapart l'existence de ce fameux document et qu'un financement de 50 millions a bien été reçu par sarko.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
50 millions pour Sarkozy: l'ancien premier ministre libyen confirme
03 mai 2012 | Par Fabrice Arfi et Karl Laske


M. BaghdadiM. Baghdadi© Reuters
« Je confirme qu’il existe bien un document signé par Moussa Koussa et qu’un financement a bien été reçu par M. Sarkozy. » L'ancien chef du gouvernement libyen, Baghdadi Ali al-Mahmoudi, actuellement écroué à Tunis, confirme à Mediapart via son avocat, Me Béchir Essid, l’existence de la note publiée par Mediapart et le déblocage d'une somme de 50 millions d’euros en 2007 par le régime Kadhafi pour l’actuel chef de l’État français. La note a été rédigée sous son autorité directe.


++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
C'est ici :

http://www.mediapart.fr/journal/international/030512/50-millions-pour-sarkozy-lancien-premier-ministre-libyen-confirme
---------------------
Si tout ça est vrai (je n'en doute pas vraiment !), on comprend mieux l'invitation et le tapis rouge
pour son accueil à Paris !!!

(ça fait quand même cher du bout de tapis, quand on connaît la suite ! En tout cas, il y a des personnes qu'il vaut mieux avoir comme ennemis que comme amis !)

Merci de déplacer au bon endroit, et désolée pour le travail supp. !

Travailler plus pour.... je rigole !
Jour J - 3 !!!! J'ai bon es^poir qu'on s'en débarrasse rapidement maintenant !

Bisous et bonne journée à tous ! :frime1: :frime1: :frime1: :fleur2:

fusionné
RN  :merci:

« Modifié: 03 mai 2012 à 11:50:10 par reveillonsnous »
anon278008...manon278008...c'est kikiff bourricot ! J'adore les ti zanes !
....(à la menthe de préférence !)

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #33 le: 03 mai 2012 à 12:26:38 »
A propos de Tapie tapis, je crois que qu'il y en a un qui s'est pris les talonnettes dedans et c'est bien fait!  :diable:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #34 le: 22 mai 2012 à 11:20:55 »
BINGO !

Citer
Amesys sous le regard de la justice

Par Korben

13

Amesys sous le regard de la justice

En août dernier, des journalistes du Wall Street Journal avait pénétré les bureaux lybiens où le régime espionnait ses citoyens grâce notamment à une technologie française vendue par la société Amesys. Ces technologies auraient provoqué directement l'arrestation et la torture de Lybiens. Pas de quoi honorer la France malheureusement....

L'affaire était sortie dans le Wall Street Journal et a surtout été couverte non-stop par le site Reflets. Et enfin, bonne nouvelle pour les Libyens et pour nous français, puisque les plaintes des associations de défense des droits de l'homme ont bien été reçues et une information judiciaire visant Amesys pour complicité d’actes de tortures en Libye vient d'être ouverte... 7 mois plus tard.

Hâte de voir ce que ça va donner.

Tous les détails sont ici.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #35 le: 21 juin 2013 à 08:29:18 »
Et re-BINGO !

Citer
L’interprète de Kadhafi confirme le financement de Sarkozy



Moftah Missouri, interprète personnel de Kadhafi, qui fut également ministre, révèle ce jeudi soir, dans l’émission « Complément d’enquête » sur France 2, avoir appris de Kadhafi que la Libye avait versé « une vingtaine de millions de dollars » à Nicolas Sarkozy à l’occasion de sa campagne de 2007.

Il confirme au passage l’authenticité du document officiel libyen dévoilé par Mediapart le 28 avril 2012. Selon cette note datée du 10 décembre 2006, le régime libyen avait décidé « d’appuyer la campagne électorale » de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2007, et ce pour un « montant de 50 millions d’euros ».

« Après cet accord de principe, c’est plus d’un tiers de la somme qui aurait été effectivement versé », écrit ce jeudi Mediapart.

voir l'article pour avoir les liens et video
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #36 le: 21 juin 2013 à 08:38:40 »
et avec tout ça il s'en sort toujours tresfache

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #37 le: 21 juin 2013 à 08:39:17 »
Qui ose encore croire que Kadhafi a été occis au nom de la la liberté du peuple Libyen ?
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #38 le: 29 janvier 2014 à 12:04:22 »
L'existence de ce dossier va très probablement être relancé, tout au moins dans les médias vu ce que va diffuser France3 ce soir :
AUDIO. Quand Kadhafi affirmait «avoir fait arriver Sarkozy» au pouvoir
Au niveau judiciaire, il me semble que ça ne change pas grand chose, vu que ce que l'on entend là, de la bouche même de Khadafi, n'apporte rien de bien nouveau à ce que l'on savait déjà  :bigtong: ....... Mais que le grand public voit cela en images, ça peut peut-être faire évoluer le dossier  :diable:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #39 le: 29 janvier 2014 à 13:12:56 »
Rien de bien nouveau, en effet. Depuis les années on parle sporadiquement de cette histoire, ressuscitée par Mediapart, le pas trop crédible Zaïd "il peut le dire" Takieddine etc.
Sans que ça choque trop le public ; ce n'est pas un secret que la Françafrique arrosait quasiment tous les partis, gouvernement et opposition confondus.

La seule chose qui pourrait encore choquer les gens : apprendre que Sarko avait mis l'argent dans sa propre poche...ce que personne ne peut croire, évidemment.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #40 le: 12 mars 2014 à 12:34:11 »
Autre "petite" illustration de la manière dont fonctionnait la clique sarkoziste , mais vu le rideau de fumée fait autour de cette question des "écoutes" du nuisible, je pense que ça, ça va passer relativement inaperçu :

Citer
Affaire Kadhafi : quand le patron de la PJ préparait Brice Hortefeux à son audition

En décembre, Le Monde révélait les coups de fil amicaux. Ce mardi, Mediapart en dévoile les contenus.

L'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, cité dans l'enquête sur le financement présumé de la compagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye de Kadhafi, a non seulement été prévenu l'an dernier de la date de son audition comme témoin par le numéro 1 de la PJ de Paris d'alors, Christian Flaesch, mais ce dernier l'a également «préparé» à son interrogatoire par les juges.

C'est ce qu'indiquent les échanges entre les deux hommes, auxquels Mediapart a eu accès, alors que l'ancien ministre de l'Intérieur était placé sur écoute à la demande des juges d'instruction chargés de l'affaire Kadhafi, tout comme Nicolas Sarkozy. L'interception de ces appels avait entraîné le départ dans la foulée de Christian Flaesch pour «faute de déontologie».

«Pas la peine de dire aux juges que vous êtes au courant»

Le premier coup de fil date du 6 novembre. Christian Flaesch prévient Brice Hortefeux qu'un juge d'instruction a été désigné et va lui demander de vérifier son emploi du temps entre le 5 et le 7 octobre 2006. «Ne vous inquiétez pas parce qu’on va contacter tous les gens avec qui vous aviez été en contact à cette période-là pour vérifier vos déclarations», le rassure le «grand flic». «Je préfère vous prévenir à l’avance pour que vous n’appreniez pas par la bande que l’on est en train de faire une enquête, poursuit le policier. Si vous avez votre agenda, vous nous le mettez de côté.»

Nouvel appel le 14 novembre. Christian Flaesch rappelle à Brice Hortefeux ses recommandations de la semaine précédente concernant ses agendas. A propos de sa future rencontre avec les juges, il ajoute : «Quand vous les voyez, c’est pas la peine de leur dire que vous êtes déjà au courant parce que je vous ai appelé. C’est pas utile, parce que je l’ai fait comme ça, quoi. (…) Pour vous préparer. » Les précautions du numéro 1 de la PJ de Paris montrent selon Mediapart qu'il sait très bien que ses coups de fils «sont parfaitement irréguliers sur le plan procédural.»
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #41 le: 14 mars 2014 à 15:39:08 »
C'est lui  :blingbling: et tout son gouvernement qui étaient "une faute de déontologie"!  :pascontent1:

Ce qu'on a maintenant, c'est juste une faute tout court...  :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #42 le: 17 mars 2014 à 12:59:52 »
Et, toujours en lien avec les enregistrements fait par Buisson de son ami et maître Sarko, il y a un autre aspect qui, bien que publié (sans grand développement il est vrai  :mrgreen:) par le Canard, est passé complètement inaperçu :

L'apparition dans les enregistrements d'éléments directement en lien avec l'aspect AMESYS-Eagle des affaires qui pendent au nez de Sarko et ses sbires (aspect dont nous parlons spécifiquement dans ce topic, pour ceux qui ne verraient pas bien de quoi il s'agit  :X: :fache:) !

ça se cachait sous un vocabulaire de bonbons .... et il fallait bien être les mecs de Reflets pour s'en rendre compte :

Citer
    Le secret des “Carambar”

    LE 26 février 2011, en début d’après-midi à l’Elysée, Nicolas Sarkozy doit accueillir trois otages libérés la veille des griffes d’ Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Quelques heures plus tôt, dans le grand salon de la Lanterne, Sarko a détaillé, durant de longues minutes, les conditions de leur libération devant six conseillers et familiers, dont certains ne sont pas habilités au secret-défense.
    Claude Guéant fanfaronne et fait sourire son auditoire en narrant, à son tour, l’« opération » et ses « Carambar », « boules de gomme » ou « fraises Tagada », noms de code pour les contreparties proposées aux ravisseurs. Des secrets d’Etat livrés au Dictaphone de Buisson dont « Le Canard » ne dira mot. Plusieurs otages restent en effet détenus.
    Au cours de cette conversation à la Lanterne surgit soudainement Carla Bruni. Il n’est plus alors question de bonbons. Elle est au régime ? (l'extrait du Canard)


Passionnant comment Reflets décode ce petit morceau d'article qui semble abscons  :super: .... extrait ci-dessous mais allez lire chez eux, car c'est tout plein de liens  :merci:

Citer
? Haribo c’est beau la vie, pour Guéant et Sarkozy ?

Il y a maintenant trois ans, Reflets commençait à révéler ce qui allait devenir un feuilleton juridique à tiroirs, portant sur la vente d’armes électroniques à la Libye de Kadhafi. L’affaire était bien plus importante que ce que nous le pensions à l’époque et allait faire gicler du Flamby jusque sur les plafonds de l’Elysée. Mais devinez ce qu’on trouve entre deux morceaux de Flamby ?… des Haribo.

Nous allions découvrir grâce à Owni, Mediapart, le Wall Street Journal (…) une pelote nommée Homeland Security, du nom du contrat entre la France et la Libye visant des ventes d’armes, et pas qu’électroniques, que Jean Marc Manach a largement détaillé dans son ouvrage « Au Pays de Candy« .

Le casting est hétéroclite : Ziad Takieddine, un président, une poignée de ministres, des entreprises de pointe françaises, Eric Woerth, Mamie Zinzin, la Direction du Renseignement Militaire…. de quoi faire rougir Hollywood.
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #43 le: 08 avril 2014 à 08:37:44 »
Une petite info qui, si elle n'a pas pour l'instant grande importance, montre bien à quel point ce dossier les inquiète  :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

extrait d'un article de Medaipart
Citer
Affaire Kadhafi: Hortefeux prépare sa riposte depuis Bruxelles


Brice Hortefeux estime que les juges d'instruction qui l'ont placé sur écoute, dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy de 2007, ont bafoué son immunité d'eurodéputé. L'ancien ministre a tenté de faire valoir cet argument, lundi, auprès d'une commission d'eurodéputés – qui en a reporté l'examen à la prochaine mandature.

Brice Hortefeux est loin d'être l'eurodéputé le plus assidu à Strasbourg. Mais il semble maîtriser à la virgule près le règlement intérieur de l'institution – et en particulier les chapitres portant sur l'immunité des élus. L'ancien ministre, placé sur écoute dans le cadre d'une enquête sur les financements libyens de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, prépare sa riposte depuis Bruxelles. Plusieurs documents dont Mediapart a eu connaissance permettent de détailler cette stratégie, encore loin d'avoir abouti.

En toute discrétion, la commission des affaires juridiques du parlement européen s'est penchée, lundi en fin de journée, sur une demande de « défense de l'immunité parlementaire », déposée par l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy en personne. Dans un courrier du 21 mars 2014 adressé à la présidence du parlement, auquel Mediapart a eu accès, Brice Hortefeux explique être victime d'un « déni » : à ses yeux, des juges d'instruction français ont bafoué l'immunité dont il est censé bénéficier, en sa qualité d'eurodéputé, au moment de le placer sur écoute. Il veut donc obtenir du parlement qu'il constate ce qu'il considère être une erreur de la justice française, et en tire les conséquences au plus vite.

Les écoutes auxquelles Brice Hortefeux fait allusion sont celles menées par les deux juges français en charge de l'affaire sur les financements libyens de la campagne de Nicolas Sarkozy – affaire dont les premiers éléments ont été révélés par Mediapart. Ces écoutes ont notamment permis d'établir des contacts, en fin d'année dernière, entre Brice Hortefeux et Christian Flaesch, le patron de la police judiciaire parisienne, le second expliquant au premier comment se « préparer » aux auditions à venir (lire un article du Monde de décembre 2013, un autre de Mediapart de mars 2014).
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #44 le: 05 septembre 2014 à 21:59:33 »
Encore une histoire qui sort opportunément, "comme par hasard" comme contre-feu aux histoires de q de FH, on ne va pas tarder à s'indigner...

D'après Marianne, le divorce Sarko/Cécilia aurait été financé par le Qatar : €3,000,000 prélevés du rançon des infirmières Bulgares détenues chez Khadafi. Justement, c'était Cécilia qui s'en occupait. Pratique.

Si Sarko avait l'intention de la ramener avec le bouquin de Trierweiler, ceci devrait l'inciter à fermer son caquet.

Sarko et Cécilia négocie les termes du divorce :

Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #45 le: 17 septembre 2014 à 15:57:35 »
Et son retour, c'est qui qui va l'financer?  :mrgreen:
Show content
Le DAESH?  :|
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #47 le: 24 novembre 2014 à 11:47:15 »
 :popcorn: attendons donc les suites de cette annonce :diable:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #48 le: 24 novembre 2014 à 22:07:20 »
Tu m'étonnes  :cote:  :grrr:
Si des gens feront le suivi de ce "droit de suite" c'est bien ici sur le fofo, non ?  :mrgreen:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sarkozy et Khadafi
« Réponse #49 le: 29 novembre 2014 à 09:44:25 »
A noter que devant le silence persistant des autres médias quand à cette révélation prouvant le financement de Sarko par Khadafi, Mediapart vient de mettre en accès libre l'article (avec l'intégralité du document qui fait preuve)
 :super: :super: :super: :super: :super:

Citer
Sarkozy-Kadhafi : la vérité qu’ils veulent étouffer



La confirmation judiciaire des soupçons de financement de l’ancien président de la République française Nicolas Sarkozy par la dictature libyenne du défunt Mouammar Kadhafi est une nouvelle d’importance. Révélée par Mediapart il y a trois jours, elle est pourtant absente des fils d’agence et de toutes les chaînes d’information en continu. Afin de secouer cette injustifiable indifférence, nous publions l’intégralité du document ignoré par la plupart des médias.



C’est sans doute l’enquête la plus emblématique de Mediapart. Par son enjeu, par sa durée, par sa difficulté. Et c’est pourtant la moins relayée dans l’espace public, que ce soit par les journalistes ou par les politiques. Les uns et les autres auraient-ils peur d’affronter la vérité qu’elle recèle, tant elle est explosive, redoutable et accablante ?

(...)

Révélé par Mediapart le 28 avril 2012, ce document provient de ces archives qui font la longue mémoire des régimes autoritaires (voir ici notre article). Daté du 10 décembre 2006, signé par Moussa Koussa, l’un des plus proches collaborateurs de Kadhafi, chef de ses services secrets extérieurs, il acte « l’accord de principe » conclu afin « d’appuyer la campagne électorale du candidat aux élections présidentielles Nicolas Sarkozy pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros ».

Nous n’avons publié ce document qu’avec la certitude de son authenticité, liée au contexte de son obtention, à sa forme et à son style, à son contenu enfin que confirmaient d’autres informations déjà révélées par Mediapart (notamment ici). Or c’est la contestation de son authenticité qui, depuis, est au cœur de la contre-attaque de Nicolas Sarkozy et de son entourage afin d’étouffer ce scandale franco-libyen alors même que la justice prenait le relais de nos révélations en les jugeant suffisamment crédibles pour ouvrir, au printemps 2013, une information judiciaire pour « corruption » confiée aux juges Serge Tournaire et René Grouman.

Nicolas Sarkozy ne nous a jamais poursuivis en diffamation dans cette affaire, ce qui aurait été sinon de bonne guerre, du moins de guerre loyale sur le terrain du droit de la presse. Il a préféré construire un écran de fumée en nous accusant d’avoir publié un faux, d’abord auprès du parquet, déclenchant une enquête préliminaire qui ne lui a évidemment pas donné raison, puis, face à cet échec, déposant à l’été 2013 une plainte avec constitution de partie civile visant explicitement Mediapart, son directeur et les deux journalistes concernés.

Témoins assistés dans ce dossier, seul statut juridique dans lequel nous pouvons être légalement entendus, nous avons contesté cette procédure de diversion qui, en contournant le droit de la presse qui protège le droit de savoir des citoyens, prenait le risque de porter atteinte à un principe fondamental, le secret des sources des journalistes (lire ici, là, là aussi et encore là les épisodes précédents). Mais, loin de conforter le soupçon calomnieux répandu par M. Sarkozy et son clan, l’instruction confiée aux juges René Cros et Emmanuelle Legrand a tout au contraire recueilli des témoignages abondant dans le sens de notre enquête et, notamment, accréditant la véracité du contenu du document en cause (lire ici notre article).

Hélas, pendant tout ce temps – et parfois avec les mêmes relais que dans l’affaire Cahuzac –, la contre-attaque sarkozyste fonctionnait médiatiquement, reléguant au second plan l’affaire libyenne avec des remarques suspicieuses sinon désobligeantes de la plupart des confrères sur notre travail. Du Monde à Vanity Fair, sans compter les indifférents qui préféraient s’abstenir, au premier rang desquels l’Agence France-Presse, le bruit dominant était donc au doute sur l’authenticité du document publié en avril 2012. Et il y a fort à parier que si la justice avait, contre toute vraisemblance, pris cette direction, les médias dominants se seraient empressés de le crier haut et fort.

Or c’est l’inverse qui vient de se produire, et c’est cette nouvelle qu’ils ont choisi de taire.


suite
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod