Auteur Sujet: Sophie de Menthon  (Lu 6248 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Sophie de Menthon
« le: 30 mars 2010 à 17:19:25 »
Citation de: "sybéria"
L'éthique , c'est comme l'écologie quand la droite moderneeeeeeeeeeeeeeuh s'en empare , ça nous nous fait faire des bonds en arrière de trois siècles .:
Citer
Pour Sophie de Menthon, la décroissance évoque les mendiants...
Invitée de l'émission Paris-Berlin sur Arte, la présidente du syndicat patronale Ethic a exposé une anecdote sur sa conception de la décroissance : un mendiant qui refuse sa pièce pour porter ses bagages. Une attitude «très sympathique» selon elle.


La décroissance ? C'est follement sympathique ! Prenez Sophie de Menthon : pour elle, la décroissance, c'est un mendiant qui traîne à la gare de Lyon... Sur le plateau de l'émission d'Arte Paris-Berlin, où la présidente du syndicat patronale Ethic racontait son anecdote, le 19 novembre dernier, un léger malaise planait. «J'avais un euro et je lui donne et je lui dis : soyez gentils, montez-moi ma valise !, explique la patrone, avec un sourire amusé. Et j'ai trouvé ça magnifique : il m'a rendu mon euro et il m'a dit "je suis mendiant, je suis pas larbin !" Et j'ai trouvé ça extraordinaire, car ça ne pouvait arriver qu'en France !» Un vrai conte de Noël pour enfant sage du Medef !

Délicieux folklore des pauvres et des alters
Extrait de La décroissance, numéro de décembre 2009-janvier 2010, page 6.
Incroyable imbroglio, formidable mélange... mais surtout inquiétant révélateur de la vision du monde de madame de Menthon, qui considérait, en tendant une pièce au mendiant pour qu'il porte sa valise, rendre un «service». Et que dire de sa conception de la décroissance, qui reviendrait pour elle à la mendicité, sinon qu'elle relève d'un manque de curiosité, et probablement plus d'un mépris, tristement prévisible pour tout ce qui n'est pas du «bon système».

L'article du journal La décroissance, qui relevait cette perle, précisait que Sophie de Menthon se déclare «très fière d'avoir délocalisé ses centres d'appel». Dans son imaginaire de «patrons sympas» et «d'entreprise heureuse», les clochards qui crèvent sous nos ponts et les alters qui critiquent la Bourse relèvent du même folklore que les vitrines animées des Grands magasins du boulevard Haussmann, qui s'illuminent avec les fêtes. A la seule différence que, de toute évidence, Sophie de Menthon n'a jamais poussé la porte d'une réunion sur la décroissance...
http://www.dailymotion.com/video/xbg3gn ... ws?start=0

Source :
http://www.marianne2.fr


Sympa !non?

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re: Sophie de Menthon
« Réponse #1 le: 30 mars 2010 à 17:29:23 »
Citation de: "Bobleflingueur"
Vous avez peut être pas remarqué mais elle est blonde.

Toute blague mise à part, elle me laisse l'impression (Je connais pas son parcours) de ces personnes qui ne rencontre dès la naissance aucun problème dans la vie. Ces personnes qui ne sont pas sensibles à la souffrance, qui sont toujours dans un TGV et qui s'arrêtent brutalement un jour car la mort les rattrapent.

Mais surtout, ce sont des idéologues (MEDEF) qui pensent imposer leur notion du bonheur aux autres (épanouissement que dans le travail) de façon totalitaire en les culpabilisant de ne pas faire comme eux.

C'est ce qu'elle me laisse coimme impression et elle symbolyse bien ce qu'est  le MEDEF.
Citation de: "raja"
non sybéria je la supporte pas cette femme, dés que je l'entend j'ai des envies bizarres
"il était mendiant et content de l'être" elle est vraiment écœurante
Citation de: "timbur"
Symptômatique du problème de cette catégorie d'individus, dont les schémas de pensée n'ont pas changé depuis la 1ère fois qu'ils ont lu Dickens. Les statuts de la haute bourgeoisie n'ont pas beaucoup changé non plus depuis l'époque de l'écrivain.

Le rapport des gens comme de Menton avec la pauvreté est d'autant plus complexe que, inconscients de l'exclusivité qu'ils ont sur la richesse (puisque incapable de concevoir la notion même de précarité comme autre chose que la résultante d'un parcours individuel considéré comme forcément mauvais), ils s'imaginent en revanche avoir le monopole de la dignité, et donc le droit exclusif d'en définir le fond comme la forme.

Il n'est donc pas étonnant qu'ils soient incapables de la reconnaître quand ils en voient une manifestation.

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #2 le: 09 mars 2011 à 22:45:23 »
ça fait au moins 120 jours que ce fil n'a pas été activé ...c'est dommaaaaaaaaaaaage!!!!!! :frime1:Je vous en conjure regardez cette vidéo jusqu'au bout !un véritable sketch . Sophie de Menthon c'est la eric zemmour du patronat : un tas d'approximations , des "on m'a dit que" , "j'ai discuté l'aut' jour avec machine" ...Je vais vous faire un aveu :il y a longtemps que ne m'étais pas autant marrée et je soupçonne les journalistes de s'être retenus jusqu'au bout .Des conneries au kilomètre , je comprends mieux pourquoi Ruquier l'invitait autant sur ses plateaux   :mdr3: :mdr3:! Sophie de menthon Présidente ! de menthon présidente ! du medef ...non , si ! je vous assure que ce serait drôle !

<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/xcyyn9" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/xcyyn9</a>
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #3 le: 10 mars 2011 à 10:17:33 »
elle est IN-SU-PORTABLEEEEEEEEEEEEEEE :fache13: :fache13:

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #4 le: 21 décembre 2011 à 12:14:21 »
ah là c'est du CSP qu'on aime !

et du sophie de menton qu'on étriperait volontier si nous n'étions pas bien élevés... hein ? qui a dit "son heure viendra !" ???

Citer
Ce souriant visage du libéral-fascisme

<a href="http://www.youtube.com/v/1HPhs881mVU?version=3&amp;amp;hl=fr_FR" target="_blank" class="new_win">http://www.youtube.com/v/1HPhs881mVU?version=3&amp;amp;hl=fr_FR</a>

Ça a le mérite de la franchise.
Disons qu'il est assez rare que le libéral-fascisme, qui devient à l'évidence chaque jour un peu plus l'idéologie de prédilection des dominants crise oblige, soit exposé aussi crûment. Au point qu'on peut être bien certains que ni Atlantico ni Contrepoints, pourtant spécialisés dans la défense inconditionnelle de ce crossover politico-économique, ne vont prendre la peine de justifier la sortie de l'autre De Menthon pour attendre que cette fâcheuse vidéo soit oubliée le plus vite possible. Dame, ces gens qui ont un vrai problème avec la réalité en ont de fait un énorme avec la vérité : quand ils parviennent parfois et toujours par inadvertance à la dire, ils ont toutes les peines du monde à l'assumer ensuite.

C'est d'ailleurs pour ça que Sophie De Menthon, son brushing, ses tailleurs et son sourire en plastique est parfaitement représentative de l'évolution comme qui dirait "naturelle" du libéralisme économique vers son cousin politique le fascisme : derrière l'image soigneusement construite de gentille blonde écervelée dégoulinante de bons sentiments qui assène des stupidités comme marquées au coin du bon sens, elle sort de ses gonds bien huilés quand on lui pose une question précise et le vrai visage du néolibéralisme apparaît, enfin, pour quelques minutes. La haine des autres. La justification de l'esclavage. Le désir compulsif d'écraser ce qui ose se dresser en face. La folie, enfin, puisque ces gens sont fous à lier, tous et sans rémission possible, fondamentalistes du Marché et adorateurs de la Force pour détruire.

On perdrait son temps à vouloir leur démontrer l'inanité et la profonde stupidité intellectuelle de leur idéologie malhonnête. Que si les gentilles multinationales font travailler les enfants plutôt que leurs parents, c'est d'abord parce qu'ils peuvent les payer encore moins et qu'ils ne se révolteront pas devant leur condition d'esclaves du capitalisme. C'est pourtant la simple et évidente vérité mais ces gens ne savent plus ce que c'est, la vérité, à force de mentir. Mensonges, vérités, semi-vérités, petites dissimulations, éléments de langage, sophistique articulée, hypocrisie crasseuse ou sincérité désarmante, eux-même ne savent plus où ils en sont par rapport à ça. La seule chose qui leur importe, c'est défendre leur croyance et tout est bon pour y parvenir. Ce ne sont plus des êtres humains mais des robots conditionnés et programmés.

Ne les regardez pas de trop haut toutefois : à force de les prendre pour ce qu'ils sont - des insensés - on finit par hausser les épaules et ricaner d'eux. Il faut pourtant les prendre très au sérieux : ces gens veulent nous détruire. C'est d'ailleurs leur projet principal, éradiquer tous et tout ce qui ne leur ressemble pas. Il arrive parfois que ça sorte un peu trop crûment, comme avec ces membres du Tea Party qui se lâchent un peu trop. Jules Manson, supporter du libertarien Ron Paul a exposé ainsi le vrai visage du libéral-fascisme sur Facebook en parlant d'Obama : "Assassiner le putain de nègre et ses enfants singes".
Les Américains n'ont pas les délicates pudeurs de nos néolibéraux, n'est-ce pas. Et non, ce n'est pas un "dérapage" ni une "brebis galeuse", évidemment : c'est un libéral-fasciste un peu plus sincère que les autres, c'est tout.

Pourtant, cette notion pourtant évidente de libéral-fascisme ne va pas de soi pour la majorité de la population, et pour cause : la dépolitisation généralisée empêche de voir le cousinage et la falsification érigée au rang des Beaux-Arts empêche les gens d'en voir sa réalité. Surtout qu'il se trouve nombre d'éditorialistes et de médiatiques qui défendent becs et ongles le libéralisme sans même comprendre qu'ils sont de facto les idiots utiles du libéral-fascisme. Les Quatremer et autres Aphatie ne sont pas assez intelligents pour comprendre qu'ils ne sont que les imbéciles caquetants d'une idéologie qui ne repose que sur la haine et l'esclavage, ils en sont les bouffons caracolants et en toute sincérité qui plus est.

Il faut pourtant passer outre les barrières médiatiques pour faire passer cette notion de libéral-fascisme dans la population. Je ne dis pas que ce sera facile, je ne dis pas que ça ira de soi. C'est cependant indispensable et on peut gager que nombre de personnes comprendront spontanément le concept, dame : ils en vivent les conséquences au quotidien.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #5 le: 21 décembre 2011 à 13:11:11 »
de menthon un cliché vieillissant à elle toute seule :fache:

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #6 le: 21 décembre 2011 à 14:48:48 »
Le même argumentaire que les patrons à l'époque de Germinal d'Emile Zola. La grande classe...
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #7 le: 21 décembre 2011 à 15:09:51 »
oui mais malheureusement un cliché vieillissant auquel certains médias tendent le micro, et en politique c'est bien connu :

ça n'est pas celui qui cri le plus fort qui a raison, mais celui qui a le dernier mot...

nous aurons beau nous étrangler de rage derrière nos écrans, postes de radio, nous sommes aphones et ça ne changera rien au fait que personne ne coupe la parole ce genre de propos désastreux avec les conséquences fascistes sur les esprits dépolitisés. Partant de là, des gens ne comprennent même pas le niveau d'ignominie de l'idéologie que nos ennemis veulent leur faire gober.

Les français ne sont pas des veaux, mais la peur qu'il leur aura été inculqué à grand renfort de propagande fait d'eux de gentils moutons au service du fascisme, comme sous Pétain !

ça peut paraître anodin, mais c'est comme tous les coups foireux de pavés dans la marre que ce gouvernement a utilisé pour faire passer ses lois scélérates après le peu de réaction dans "l'opinion publique" maléable à dessein.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #8 le: 21 décembre 2011 à 16:02:46 »
L'UMP doit faire un élevage de porte-parole espontanea du même pedigree : l'hallucinée Valérie Rosso-Debord, la chiantissime Marie-Anne Montchamp, Chantal "remettons-les dans les bateaux" Brunel, et, last but not least, sixième dan ès déblatérations, Valérie Pécresse.
Je dois en oublier...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne constant

  • Sarkolatre
  • Sarkophobe
  • Messages: 18
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #9 le: 03 mars 2012 à 13:56:38 »
Moi je suis d'accord avec la phrase de Sophie de Menton. Elle a effectivement raison quand elle dit que cela ne peut arriver qu'en France.

Vous allez dans un pays en développement (la Colombie par exemple que je connais), il y aura toujours quelqu'un qui se proposera de porter vos bagages en l'échange de quelques pièces de monnaie. Dans les supermarchés par exemple, vous ne remplissez jamais votre sac vous même à la sortie des caisses, il y a toujours quelqu'un qui attend pour le faire contre une pièce, et n'essayez pas de l'empêcher, il vous en voudrait !

Tout simplement parce que là bas, on ne décourage pas le travail, tout job est bon à prendre, l'économie foisonne de mini-services de cette sorte que l'on trouve dans la rue. Si cette situation parait abérante aux yeux de certains en France (comme Raja), c'est parce que les plus nécessiteux n'ont pas besoin de chercher un moyen e subsistance, puisqu'ils pourront toujours bénéficier des minimas sociaux, tels le RSA. En conclusion, bien sûr, que les aides multiples dont la France est championne découragent l'activité. De même que la règlementation trop contraignante dans le monde des affaires, mais c'est un autre sujet.

Cette réaction de Constant, sarkolâtre revendiqué, aux déclarations de S. de Menthon, a été le point départ d'un long débat contradictoire, qui s'est notablement éloigné du sujet de ce fil (la dame patronnesse).
Pour que l'échange puisse continuer sans être en permanence HS, la team a décidé d'autonomiser ce débat que vous retrouverez ICI sous l'intitulé "Méfaits/bienfaits du libéralisme : débat contradictoire"
 :merci:
RN


« Modifié: 14 mars 2012 à 11:51:57 par reveillonsnous »
"Je préfère l'inégale répartition de la richesse plutôt que l'égale répartition de la misère" Wiston Churchill

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #10 le: 23 mars 2012 à 11:17:18 »
madame j'ai-un vide-intersidéral-sous-ma-perruque-peroxydée

Citer
Sarkozy, les riches et les mémorables perles de Sophie de Menthon

 "Dire merci aux riches plutôt que les taxer outrageusement"

Elle a raison Sophie (oui, depuis Nicolas sur TF1 j'ai décidé d'appeler tout le monde par son prénom), elle a raison disais-je, cette campagne devient "insoutenable de médiocrité".

Ingrats que nous sommes !

Vous rendez-vous compte ? Voilà qu'une des émanations du MEDEF en personne, à savoir Sophie (de Menthon) elle-même, se sent obligée de venir à la rescousse des riches, c'est dire le niveau de panique que ça doit être du côté de l'UMP. Et ce titre, obscène, gerbant : "Dites plutôt merci aux riches", un peu de vaseline aussi par la même occasion ? Et un Mars avec pour faire passer le tout ?

Sophie, la patronne d'un organisme qui ose s'appeler "Ethic" pour mieux justifier la sienne, visiblement à géométrie variable, et qui organise une fois l'an un évènement tellement confidentiel que personne ne le connaît, hormis elle. Une patronne qui s'entête à vouloir, année après année, nous vendre le concept des patrons sympas et de la boîte où il fait bon vivre, un truc intitulé "j'aime ma boîte" avec des concours de lip dub, des murs de post-it et tout un tas de conneries sans nom. Pour ceux qui veulent plus de détails, j'ai déjà décrit son parcours si exemplaire, de la même exemplarité que celle de la République de Nicolas.

Ah oui, aujourd'hui je suis grossière, pardon, désolée, mais "fuck" quoi ! Ma grossièreté n'est rien comparée à l'obscénité de son billet qui voudrait nous faire croire que les patrons, ceux-là même qui se sont augmentés de plus de 35%, sans que cette augmentation ne soit liée d'aucune sorte à leurs performances, sont des modèles à protéger. Pendant ce temps-là, en bas de l'échelle, le petit salarié s'est vu augmenté de moins de 3% (2,8% exactement). Par contre, on exige des performances de sa part, lui, et tout cela est bien normal.

Jaloux de surcroît

Mais ce n'est pas tout. Le discours de Sophie nous explique doctement, à nous pauvres manants, qu'on est rien que des gros jaloux devant la richesse des autres quand il est si difficile d'entreprendre, d'oser, et de réussir. C'est juste ahurissant. (là par contre, je reste polie, vous remarquerez, j'aurais pu dire abject ou mieux, dégueulasse, tiens).

Ahurissant quand on voit qu'une Bettencourt paie moins d'impôts (parce qu'elle le vaut bien) que ses propres salariés, tout en rapatriant des sommes extravagantes depuis la Suisse pour on ne sait quoi faire. L'éthique, là aussi sans doute.

Ahurissant quand on voit une société comme Total consentir, selon son bon vouloir, à payer, ou pas, quelque impôt en France où il n'est, pourtant, pas là par hasard.

Tandis que Monsieur Dupond, ou Durand, lui, le petit entrepreneur qui a monté sa petite boîte, qu'il aime d'amour (n'est-ce pas Sophie ?) est taxé à combien ? Et le petit salarié qui n'aime peut-être pas sa boîte au point de faire des concours de bureau le mieux décoré mais a juste peur de perdre son poste, celui qui lui permet de croûter et de nourrir sa famille, il est taxé à combien ?

Et le pauvre retraité, celui qui a bossé toute sa vie, ou pire, sa femme, celle qui s'est arrêtée pour élever les enfants et n'a jamais retrouvé de travail à la hauteur de ses qualifications et possède de ce fait un CV plus troué qu'un gruyère (ou qu'un emmental, je ne sais jamais lequel a des trous) elle, elle est taxée à combien déjà ? Bref, vous l'aurez compris, je suis un poil énervée, voire au dessus d'un poil, par ce billet indigne qui se permet de venir donner des leçons aux gueux que nous sommes.

Ceci n'est pas une analyse politique

Surtout quand celle qui écrit ce billet n'est rien d'autre que la Nadine de Rothschild du patronat, une planquée de la République qui pantoufle au Conseil Economique et Social, qui en 2010 s'est présentée contre Parisot à la tête du MEDEF, organisme anti-patrons bien connu.

Une dame qui estime que les retraités sont des nantis, justifie, tout en s'en défendant, le travail des enfants, qui pense qu'embaucher un séropositif nuit à la productivité et est un poids dans l'entreprise, une femme qui estime que la mendicité vaut bien l'absence de dignité et pense que tout s'achète. Une femme qui se dit fière d'avoir délocalisé ses centres d'appel.

Une femme qui nous fait cadeau de son brushing impeccable et de son humour si fin, et de ses mots qui le sont tout autant, sur RMC dans "Les Grandes Gueules", ce qui nous vaut de belles perles mémorables en enfilade. Mais comme elle le dit elle-même, elle n'est pas dans l'analyse politique ! Elle est dans le ressenti. Ouf ! C'est qu'on a failli avoir peur.

Qu'est ce que ce serait si elle se mettait à analyser...


 

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #11 le: 09 février 2013 à 11:23:10 »
Nous avons déjà dans "la condition des femmes dans le monde" évoqué le révoltant dérapage de SdM dans l'émission "les grandes gueules" ..... Mais D. Porte vient d'en faire un résumé savoureux, qui méritait à mon sens d'être mis ici, dans le fil purement dédié à cette  tresfache tresfache tresfache  histoire que dans la fonction "recherche" cet "incident" reste bien associé au nom de cette :taistoi: (tiens, je viens de réaliser que nous n'avons plus de smiley faisant référence à la charte ..... au boulot les admins !)

"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #12 le: 09 février 2013 à 13:32:17 »
bravo bravo :mdr1: :super: :super:

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #13 le: 10 février 2013 à 13:59:32 »
Je viens de regarder la vidéo et en effet c'est hallucinant comme Sophie de la Côte Varoise se désolidarise des propos de l'autre crétin des Grandes Gueules . J'espère que ce genre de propos seront rapportés aux avocats de ND et que ces deux grandes gueules paieront le prix fort de leurs insanités . Ceci dit Didier Porte n'a pas tellement de leçons à donner en terme de beauferie . :nonon:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #14 le: 16 avril 2015 à 15:35:29 »
V'là qu'elle en remet une couche...tant va la cruche à l'eau...

Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28626
Re : Sophie de Menthon
« Réponse #15 le: 17 avril 2015 à 17:21:58 »
C'est vraiment un cas d’école celle là :|  :caca: