Auteur Sujet: La condition des femmes dans le monde  (Lu 97776 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #550 le: 23 mars 2015 à 19:18:47 »
Citer
Twitter visé par un recours collectif pour discrimination

Twitter est la cible d'un recours collectif lancé par une ancienne employée, qui accuse le réseau social de faire preuve de discrimination envers son personnel féminin. Le système de promotion interne serait opaque et ne serait pas favorable aux femmes.

Les femmes qui travaillent dans les grandes entreprises de la Silicon Valley sont-elles bloquées dans leur carrière professionnelle par un plafond de verre qui les empêche d'accéder à des responsabilités plus importantes ? C'est la question que soulève indirectement une ancienne employée de Twitter, qui accuse le réseau social de l'avoir écartée d'une promotion qu'elle estimait méritée.

Selon le site Pando, qui rapporte l'affaire, Tina Huang a occupé divers postes d'ingénierie logicielle pendant sa carrière chez Twitter, qui a duré de 2009 à 2014. Alors qu'elle s'attendait à être promue "Senior Staff Engineer", la plaignante assure avoir été écartée sans aucune raison valable. Elle ajoute qu'après s'être plainte auprès du PDG, elle a été placée en congé forcé avant d'être poussée au départ.

Dans le recours collectif déposé devant un tribunal californien, les avocats de Tina Huang relèvent en particulier que "l'ensemble du personnel féminin actuel ou passé de Twitter a vu sa demande de promotion [pour un poste plus élevé dans l'ingénierie logicielle] refusée au cours des trois années précédant le dépôt de cette plainte". Pour la plaignante, Twitter fait de la discrimination dans sa politique de promotion.

De son côté, le site communautaire a une lecture tout à fait différente des évènements. "Madame Huang a quitté volontairement Twitter, malgré les efforts de notre hiérarchie pour la persuader de rester. Elle n'a pas été congédiée. [...] Nous pensons que les faits montreront que madame Huang a été traitée équitablement", peut-on lire dans le communiqué qu'a reçu Techcrunch.

Au-delà de savoir qui de Tina Huang ou de Twitter a raison, cette affaire rappelle en tout cas que la répartition hommes / femmes dans les entreprises américaines du secteur high-tech est très déséquilibrée. Dans le cas de Twitter par exemple, le personnel est à 70 % masculin. Chez les cadres, ce pourcentage passe à 80 %. Et il est de 90 % pour les postes techniques.


Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #551 le: 14 avril 2017 à 21:30:55 »
 :nono:

Citer
Etats-Unis: Donald Trump coupe les vivres des cliniques pratiquant l'avortement


Donald Trump prendrait-il un malin plaisir à défaire point par point le travail de son précédesseur ? Le président américain a promulgué une loi abrogeant une directive de l’ère-Obama destinée à sanctuariser les financements publics des cliniques du planning familial.

Il y a deux semaines, le Congrès, à majorité républicaine, avait déjà abrogé la directive, déclenchant la colère des démocrates et de nombreuses associations de défense de l’avortement. La Chambre des représentants avait approuvé le texte en février.

A cause de cette nouvelle mesure, le transfert d’argent public à des cliniques qui pratiquerait des avortements est désormais interdit. Aux Etats-Unis, les fonds publics ne peuvent permettre de subventionner les avortements. Mais les cliniques comme celles du réseau « Planned Parenthood », dont beaucoup pratiquent des IVG, pouvaient jusqu’à présent recevoir des fonds en remboursement d’autres soins de santé, comme des dépistages ou la contraception.

Une guerre contre les femmes

Pour l’opposition démocrate, il s’agit « d’un nouvel épisode de la guerre menée par les Républicains contre les femmes ». Depuis son élection en novembre, Donald Trump a ostensiblement signé plusieurs décrets devant les caméras. Cette fois, il a préféré le faire à huis clos alors qu’il s’est montré, par le passé, plutôt en faveur de « Planned Parenthood » mais pas de ses services d’avortement sécuritaires.

Fin janvier, fidèle à ses promesses électorales, il avait déjà signé un décret rétablissant une loi qui bloque le financement d’ONG internationales soutenant l’avortement. Le 45e président des Etats-Unis tente de reprendre pied sur le plan législatif après ses camouflets successifs sur son décret migratoire et sa tentative avortée d’abroger totalement l’Obamacare.

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3168
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #552 le: 16 avril 2017 à 19:42:52 »
 :fache: :rougefache: :fache1: :fache13: tresfache :pan1: :pan2: :pan3: :bombe: :pan3: :pan2: :pan1: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3: :pan3:


C'est tout ce que j'ai à dire !
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #553 le: 18 avril 2017 à 18:36:35 »
Quel dommage que la sienne n'ait pas avorté!  :triste1:
Quitte à mettre au monde un bouffon, à quoi bon conserver un polichinelle dans le tiroir, dût-il pisser sur les ors de la White House!  :naah:
« Modifié: 18 avril 2017 à 18:38:56 par sarkonique »
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #554 le: 04 octobre 2017 à 20:30:10 »
Desolée c'est long mais absolument nécessaire a lire :triste1:

Citer
Viols par des militaires : « De la Syrie à la Centrafrique, de Guantanamo à Kiev, le point commun c’est l’impunité »


Les viols en temps de guerre restent, dans leur immense majorité, impunis. C’est ce que révèle une enquête menée par neuf journalistes et publiée ce mercredi 4 octobre aux éditions Autrement. Des prisons syriennes aux bureaux de la Cour pénale internationale, des bases de l’armée française en Centrafrique aux couloirs de l’ONU, en passant par Guantanamo ou l’Ukraine, ces journalistes ont enquêté sur ce sujet tabou qui fait pourtant frémir par son ampleur et par l’impunité totale dont bénéficient les agresseurs sexuels en uniforme. Entretien avec Justine Brabant, journaliste et co-directrice de l’ouvrage.

Une psychologue rencontrée au fil de votre enquête explique que le viol agit à la manière d’une bombe à fragmentation. « Il va plus loin que la mort, dit-elle, il brise la communauté. » Pourquoi ?

Justine Brabant : Certains médecins parlent du viol comme d’une arme « radioactive », parce qu’il irradie, dans l’espace et dans le temps. C’est un crime qui a des conséquences physiques et psychologiques immédiates pour la victime et son entourage, mais également – et on le sait moins - des conséquences de plus long terme pour la victime, sa famille, son village, sa communauté religieuse ou ethnique. Dans beaucoup de pays où le viol est tabou, les femmes victimes sont exclues socialement. Elles peuvent être rejetées par leur mari, leur familles peuvent être bannies. Les liens de parenté sont affectés voire détruits.

Sur des terrains de guerre, comme au Congo par exemple, où chaque geste quotidien – manger, trouver de quoi s’abriter… - est compliqué, on peut imaginer à quel point ces conséquences sociales sont lourdes, pour ces victimes d’abord, et pour leurs familles ensuite. Nous interrogeons dans notre livre un psychologue et psychanalyste qui travaille avec des patients qui ont été violés ou torturés lors de la guerre en Syrie. Il confie qu’il « s’inquiète beaucoup de ce que cela va donner l’après » : une fois la guerre finie, ces crimes continueront d’irradier et nul ne sait comment ces victimes vont réussir à se reconstruire.

Vous dîtes que les agresseurs en treillis n’ont pas de drapeau – quasiment toutes les armées, y compris françaises, sont concernées –, pas de couleur de peau, pas de continent de prédilection, pas de grades. Ils peuvent violer des adversaires désignés, mais aussi les civils qu’ils sont supposé protéger...

Les violences sexuelles recouvrent des cas de figures différents. Dans certains conflits, en violant systématiquement une partie de la population, on entend explicitement lui signifier son inhumanité, son inexistence. En Syrie, le régime de Bachar-el-Assad a dit à ses soldats et gardiens de prisons qu’il ne fallait plus faire de différence entre les enfants et les adultes, au prétexte que les enfants faisaient aussi partie de la révolution ; et il a été donné explicitement l’ordre de mélanger majeurs et mineurs dans les cellules des prisons. Cela revenait, de fait, à autoriser le viol des enfants – par des gardiens ou par des codétenus. Notre enquête montre que c’est ce qui s’est passé.

Ce sont des degrés d’intentionnalité et de stratégie bien différents de ce qui s’est passé avec les soldats français déployés en Centrafrique en 2013. Dans cette « affaire Sangaris » (du nom de l’opération menée par l’armée française) où plusieurs dizaines de mineurs ont déclaré avoir été violés par des militaires français, on peut plutôt parler de comportements « à la marge ». À la marge, mais avec cependant une constante : à chaque opération, un certain nombre de militaires ont recours à la prostitution de mineurs, ce qui est un interdit par le droit français.

Pour les soldats français, la problématique est différente des viols dans les prisons syriennes ou des viols à des fins de renseignement qui se sont déroulés dans les prisons extraterritoriales américaines, comme à Guantanamo : dans ces deux derniers cas, viols et agressions sexuelles sont pensés comme un moyen au service d’une politique – la « guerre contre la terreur » dans un cas, l’écrasement de la révolution syrienne dans l’autre. Dans le cas de Sangaris, nous n’observons pas de « stratégie ». Les militaires que nous avons pu interroger n’ont parfois même pas conscience que les faits qu’ils relatent relèvent de l’agression ou du viol. Ils pensent qu’ils – ou leurs collègues – ont des relations consenties avec des locaux. Il ne leur vient pas à l’esprit que le contexte de survie dans lequel se débattent les mineurs concernés rend la notion de consentement extrêmement problématique.

Cela ne leur vient pas à l’esprit que demander à un petit réfugié de guerre de 10 ans une fellation contre une ration de nourriture ne relève pas d’une sexualité « ordinaire ». Malgré ces différents degrés d’intentionnalité et de conscience de leur crime de la part des agresseurs, nous avons constaté qu’une chose ne varie pas : de Bangui à Kiev en passant par Guantanamo ou Damas, c’est l’impunité dont bénéficient, in fine, ces hommes en armes.

« Avec le viol, il y a toujours un doute » : cette assertion est toujours renvoyée aux victimes...

Oui, quand on parle du viol, on nous oppose toujours ce fameux « doute ». En tant que journalistes, on s’entend très régulièrement dire que « ce doit être compliqué d’enquêter sur le viol », avec ce sous-entendu : « On n’est jamais sûrs »… Certes, enquêter sur ce sujet est compliqué, notamment parce qu’il ne faut pas recréer des situations traumatisantes pour les victimes lorsqu’elles racontent leur agression. Mais pour le reste, on enquête comme on le fait pour bien d’autres sujets. On se rend sur place, on retrouve les lieux, les témoins éventuels, on essaie de réunir des éléments de preuve : des certificats médicaux, des papiers d’identité qui donnent l’âge des enfants, voire parfois des enfants issus de violences sexuelles, comme cette jeune fille en Centrafrique qui a donné naissance à un enfant suite à des relations avec un soldat français en juillet 2014.

Cette mise en doute permanente rend la dénonciation des violences difficile, d’autant qu’en face se trouve l’institution militaire.

Quand elles osent dénoncer ces violences, ces victimes doivent affronter la parole d’un homme en treillis. Elles font face à une institution, l’armée, qui souvent ne communique pas du tout, espérant sans doute que la difficulté à réunir les preuves aura raison de ces accusations. Lorsqu’elle le fait, l’armée joue sur ce fameux « doute » et n’hésite pas à manier l’intimidation. Lors de notre enquête sur Sangaris, nous avons adressé de longues listes de questions au ministère de la Défense, concernant des lieux et des faits précis. Le ministère, au bout de cinq relances, a fini par nous répondre très évasivement... et nous a signifié que si des accusations non fondées étaient publiées, il engagerait des poursuites judiciaires. Répondre cela à un journaliste qui fait son travail, c’est une manière « soft » de dissuader les velléités d’enquête.

L’autre particularité d’une institution comme l’armée, c’est son esprit de corps très fort, remarquez-vous. Quel rôle cela joue-t-il dans cette fabrique de l’impunité ?

C’est cet esprit qui fait qu’en tant que militaire, on n’ira jamais dénoncer à un supérieur, et encore moins à la justice ou à la presse, un collègue dont on sait qu’il fréquente assidûment une boîte de nuit où l’on trouve des prostituées mineures, par exemple. L’armée reste un lieu de socialisation très viriliste. C’est un état d’esprit particulier, avec une conception parfois singulière des populations africaines. Dans l’ouvrage, nous faisons allusion à un militaire jugé pour des agressions sexuelle commises en France, qui évoque lors de son procès des missions militaires qu’il avait menées au Tchad quelques années auparavant.

Il raconte que quand une Tchadienne qui travaillait sur la base militaire française voulait retourner chez elle le soir, lui et ses collègues lui « faisai[en]t “payer” le droit d’entrée », lui demandaient d’être « compatissante ». Il admet que c’était « un peu du chantage » : « Pour être protégée par les militaires, c’est donnant-donnant. » Il ajoute : « Il peut y avoir trois ou quatre [militaires] qui en profitent. […] On met des préservatifs. On est les rois. On est là pour protéger la population tchadienne. » Ce « petit chantage », c’est du viol, mais puisqu’elles sont noires et pauvres – pour le dire crûment –, on a le sentiment qu’un verrou saute, qu’on applique d’autres standards moraux.

Quand les agresseurs sont du côté des vainqueurs, c’est encore plus compliqué pour les victimes : comment porter plainte contre ses anciens bourreaux s’ils sont devenus ministres ou généraux ? Comment oser dénoncer des soldats perçus comment des héros venus sauver des civils ? On entend ainsi rarement parler des viols commis par les alliés états-uniens lors du Débarquement en juin 1944. Parfois, le fait d’être un héros de guerre constitue même une circonstance atténuante en cas de procès, comme on a pu le voir en 2016 dans un verdict rendu à Kiev, en Ukraine.

Dans votre ouvrage, vous revenez, avec la journaliste Leïla Minano, sur l’affaire « Sangaris », du nom de l’intervention française qui a eu lieu en Centrafrique en 2013 ; et pour laquelle trois dossiers pénaux distincts ont été ouverts. Vous en parlez comme « l’un des plus grands scandales sexuels ayant touché l’armée française ces dernières années ». Pourquoi ?

Effectivement. L’opération « Sangaris », c’est cette opération de l’armée française déployée en décembre 2013 en Centrafrique, dans un contexte de violences extrêmes entre les combattants Seleka – qui ont organisé un coup d’état en mars 2013 ; et les anti-balaka qui, officiellement, se défendent contre les exactions de la Seleka. À ce moment là, des centaines de milliers de Centrafricains prennent la route de l’exil. Quand les militaires français arrivent, une partie de ces populations se réfugie près d’eux, autour de l’aéroport de Bangui, pensant y être en sécurité.

Le premier dossier pénal porte le nom de ce camp de fortune « M’Poko ». 41 enfants, âgés de 9 à 15 ans, se sont déclarés victimes d’agressions sexuelles et de viols de la part de militaires français ! Ils « échangeaient » des fellations contre des rations alimentaires. Le second dossier se réfère à « une centaine » de viols qui auraient été commis autour de Dékoa, une ville du centre du pays. Les soldats mis en cause sont essentiellement burundais et gabonais, mais les forces françaises sont aussi citées. Le troisième et dernier dossier examiné par la justice est le curieux « dossier Boda », pour lequel une enquête a été ouverte en septembre 2015 pour « viol commis par une personne abusant de l’autorité conférée par ses fonctions », sur la base du témoignage d’une jeune fille, Noella, qui a eu un enfant suite à des relations sexuelles avec un soldat français.

Pour ces divers dossiers, c’est la justice française qui a été saisie, et non pas la justice centrafricaine ?

Oui, car en vertu d’un accord de coopération signé au moment de l’intervention « Sangaris », c’est la justice française qui est, seule, habilitée à juger les crimes commis par les soldats français en Centrafrique. C’est un corps spécial de l’armée, les gendarmes prévôtaux, qui détiennent le droit d’enquêter sur ces crimes commis par des militaires français à l’étranger. Nous sommes dans un système où ceux qui mènent l’enquête appartiennent au même corps que ceux sur qui ils enquêtent. Cela peut interroger.

Sur le terrain, les gendarmes prévôtaux mangent dans les mêmes réfectoires que les militaires en intervention, ils dorment dans les mêmes endroits et dépendent de la logistique de l’armée pour mener leurs enquêtes. En Centrafrique, ils se déplaçaient ainsi avec un hélicoptère mis à disposition par l’armée. On peut, dans ces conditions, s’interroger sur l’indépendance et l’impartialité des ces enquêteurs. D’autant qu’il y a quelques années, le commandant de la gendarmerie prévôtale, le colonel Kim, assurait que lui et ses hommes contribuaient, je cite, « au succès des opérations que conduit la France à l’étranger »…

Cette affaire centrafricaine explique bien comment « les systèmes judiciaires fabriquent de l’impunité », dîtes-vous. Pourquoi ?

Nous avons « enquêté sur l’enquête », en quelque sorte. Nous nous sommes demandé comment, malgré les dizaines de témoignages de mineurs centrafricains, on a pu en arriver là : un classement sans suite, un probable non-lieu, et pas l’ombre d’un procès. Pour comprendre cela, nous avons disséqué le dossier, nous sommes parties sur les traces de ces fameux gendarmes prévôtaux, nous avons rencontré les gens qu’ils avaient rencontrés au cours de leurs recherches, nous avons lu avec attention les auditions auxquelles ils ont procédé, nous avons examiné la manière dont ils ont rendu compte de leurs conclusions dans leurs procès-verbaux de synthèse.

Nous avons constaté plusieurs choses. D’abord, que sur l’affaire dite de M’Poko, la parole des enfants a quasi-systématiquement été mise en doute, sur des bases parfois discutables. Prenons un exemple : l’un des enfants affirme que les viols ont eu lieu dans un garage de mécanique situé dans le camp militaire français. Il décrit les lieux de façon très précise : ils évoque des tableaux où sont rangées les clés, des outils de réparation de voitures, des postes informatiques, un rideau de séparation. Mais dans le PV de l’enquête, le commentaire du gendarme dit que les descriptions de l’enfant ne correspondent pas à la réalité. Pourquoi ? Parce que l’enfant dit que tous ces éléments se trouvent dans une seule pièce alors qu’une partie des éléments qu’il a décrits se trouvent dans une autre pièce, à un étage différent. Rappelons qu’il parle plusieurs mois après les faits, qu’il est encore traumatisé, et qu’il y a en plus la barrière de la langue – ses propos sont traduits du sango.

Autre conclusion des prévôtaux qui nous paraît contestable : dans ce même dossier, les gendarmes ne cessent de dire que le camp n’a que très peu d’intimité, et que c’est donc un lieu « peu propice » aux actes sexuels. Pourtant, on sait que des militaires ont eu des relations sexuelles dans le camp. Ils le disent eux-mêmes ! Les prévôtaux ajoutent qu’au vu des contrôles aux entrées, il paraît peu probable que les enfants aient pu y accéder. Or, dans des compte-rendus internes à l’inspection des armées, des officiers et sous-officiers expliquent – noir sur blanc – que le camp était un « véritable gruyère », et que les « intrusions » étaient permanentes. On peut vraiment s’interroger sur ce que les gendarmes ont fait des ces pièces.

Ajoutons que sur les centaines de militaires présents sur place à l’époque, seulement 25 ont été auditionnés, dont un a fait l’objet d’une garde à vue. Au total, sur 41 enfants qui se seraient déclarés victimes d’agressions sexuelles et de viols, seuls 15 ont été entendus par la gendarmerie prévôtale. Comment expliquer que tous ne l’aient pas été ? Ces diverses contradictions et manquements n’ont, semble-t-il, pas retenu l’attention des magistrats qui ont requis un non-lieu en mars 2017.

Le dossier « Boda », occulté par l’ampleur du dossier M’Poko, a été instruit dans la plus grande discrétion, mais comporte également des éléments troublants...

Dans ce dossier, nous avons donc affaire à une fille centrafricaine qui dit avoir eu des relations avec un soldat français alors qu’elle était mineure. De fait, quelques mois après le départ des « Sangaris » de son village, elle a donné naissance à un enfant métis. La première chose qui nous a étonnées dans le traitement de cette affaire, ce sont les délais. Une fois l’affaire portée à sa connaissance, la vice-procureure française en charge du dossier a mis huit mois à demander l’entraide pénale à la Centrafrique - demande d’entraide pourtant indispensable pour débuter l’enquête. Une fois cette entraide demandée, et accordée, il a fallu attendre encore cinq mois pour que la jeune victime soit entendue par les gendarmes prévôtaux.

Quand on ajoute à cela le fait que la famille avait attendu que l’enfant soit né pour porter plainte, on se retrouve avec une jeune fille – par ailleurs légèrement handicapée des suites d’une méningite – à qui on demande d’identifier son agresseur, qu’elle a vu deux ou trois fois, sur des photos, quasiment deux ans après les faits. On lui montre en plus des photos de personnes avec des cheveux longs, voire de la barbe, sachant que lorsqu’ils étaient déployés, ces militaires étaient évidemment rasés. Bref, la jeune fille a peiné à identifier le militaire. Pour cette raison, le dossier est classé sans suite.

On peut se dire que si cela avait été plus rapide, on aurait peut être pu l’identifier plus facilement. Aucun test ADN n’a été réalisé, alors que la famille était toute disposée à ce que cela soit fait. Les enquêteurs sont d’ailleurs censés être équipés pour réaliser ce genre de test. Les gendarmes enquêteurs ont attendu que l’armée veuille bien mettre un hélicoptère à leur disposition pour se rendre dans le village où habite la jeune fille, alors que nous y sommes allées en quelques heures de voiture. Et lorsque le dossier a été classé sans suite en janvier 2017, ni la justice centrafricaine, ni la famille de la victime n’en ont été informés !

Vous évoquez aussi le sort des lanceurs d’alerte qui osent dénoncer les violences sexuelles commises par des soldats, et qui sont sanctionnés !

Ces lanceurs d’alertes sont souvent des fonctionnaires civils, notamment des employés des Nations unies – la hiérarchie militaire transmet parfois les cas dont elle a connaissance à la justice, mais elle ne prend jamais la parole publiquement sur ces faits. Sur le papier, l’ONU assure qu’elle fera en sorte de protéger ses employés qui dénoncent des dysfonctionnements de l’institution. Nous avons donc régulièrement des fonctionnaires des Nations unies qui osent parler d’exactions dont ils ont eu connaissance concernant des casques bleus, ou qui dénoncent la manière d’enquêter et de sanctionner les auteurs de ces exactions. Mais, à notre connaissance, aucun d’entre eux n’a jamais pu obtenir la protection promise.

Les lanceurs d’alerte semblent plutôt bénéficier d’un accompagnement personnalisé... vers la sortie. Avec une remise en cause de leurs performances et un non-renouvellement de leur contrat. Le fonctionnaire suédois du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme, Anders Kompass, qui a divulgué aux autorités françaises le document interne concernant les accusations de viols commis par des soldats français, a été suspendu ! Kathryn Bolkovac, la policière américaine qui avait révélé un trafic de femmes en Bosnie orchestré par des membres de l’ONU en 1999, a elle aussi perdu son travail.

Précisons que les soldats, casques bleus ou non, ne sont pas les seuls à commettre des viols lors d’opérations menées à l’étranger. Humanitaires ou fonctionnaires onusiens s’accordent à parler de « verrous moraux qui sautent » dès l’arrivée sur le terrain. Et le système d’enquête interne de l’ONU leur garantit, lui aussi, une impunité presque parfaite. Nous évoquons ainsi le sort de Caroline Hunt-Matthes, enquêtrice pour le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), qui avait été appelée au Sri-Lanka en 2003 pour s’occuper du viol d’une réfugiée mineure par un employé onusien. Convaincue que le viol est étayé, elle entend faire remonter l’affaire. Mais elle se retrouve face à une série d’obstructions de sa hiérarchie qu’elle dénonce. Son contrat n’est pas renouvelé. Caroline Hunt-Matthes attaque son employeur pour évaluation abusive dans le cadre de représailles pour avoir dénoncé les obstructions. Elle en est aujourd’hui à sa treizième année de procédure. Quant au dossier de viol, personne ne sait ce qu’il est advenu.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #555 le: 18 octobre 2017 à 15:31:33 »
Citer
Du serial lover au serial rapist ; comprendre la sexualité pour comprendre les violences sexuelles
    

L’état de grâce aura duré deux jours. Deux jours où la voix des femmes victimes de Weinstein arrivait à être plus forte que celle de ceux qui les traitaient de lâches, de menteuses ou de putes.

Et puis les femmes du monde entier s’y sont mises. Cela était relativement acceptable quand c’était un violeur qui était loin, à Hollywood là-bas, où l’on pouvait fantasmer sur des orgies, des vies de débauché et des hommes qui ne sont pas comme nous. C’était inacceptable, intolérable que des Madame tout le monde osent prétendre vivre jour après jour la même chose.
On les a accusées de ne pas donner de nom, on les a accusées de donner des noms, on les a accusées de parler tardivement, on les a accusées de parler sans preuve, on les a accusées de mélanger harcèlement, viol, agression sexuelle et drague lourde, on les a accusées de vouloir faire du buzz, on les a accusées de vouloir se faire remarquer.

C’est hautement curieux cette tendance à bramer qu’on hait le viol par tous les pores de son être et d’insulter toutes les femmes (je n’ai pas lu un témoignage sur twitter qui ne soit pas suivi d’insultes) qui témoignent.
Les hommes qui avaient été accusés de commettre des violences sexuelles ont été comparés aux juifs pendant la seconde guerre mondiale (Zemmour, 17 octobre). Je sais que c’est compliqué à comprendre mais faut-il rappeler que les juifs arrêtés, déportés et assassinés pendant la seconde guerre étaient vierges de tout crime, contrairement aux hommes que nous accusons d’avoir commis des actes délictueux ou criminels ? Pourquoi la parole des femme est-elle systématiquement mise en doute ? Chacun voit bien que le moindre de nos témoignages est moqué, insulté, minimisé. Quel intérêt aurions-nous à mentir en sachant que témoigner va nous valoir plus d’insultes que de soutiens ?

Cela fait plusieurs années que les victimes de violences sexuelles témoignent via les réseaux sociaux. Et cela fait plusieurs années que des hommes feignent à chaque fois de découvrir combien elles sont répandues. « Je ne savais pas » brament-ils la main sur le cœur, tombant de leur chaise tous les six mois à chaque hashtag un peu trop visible pour détourner les yeux. Le potentiel d’étonnement de certains hommes est attendrissant ; on dirait des enfants la veille de Noël. « Comment, mais vous viviez tout cela ? Mais il fallait en parler » disent-ils aux victimes qui se sentent donc coupables dans la demie seconde de ne pas leur avoir parlé avant. Nous avons encore le doux espoir que la plupart des hommes n’en ont pas complètement rien à foutre de ce que nous vivons, qu’ils ne savent réellement pas et que s’ils savaient, ils agiraient. Nous désignons les gros machos (Finkielkraut, Erner, Zemmour etc) parce qu’il est trop insupportable de constater que nous en sommes entourées.

La spécificité de la culture du viol à la française, comme le soulignait Isabelle Adjani, est que nous noyons les crimes sexuels sous une couche de galanterie, amour des femmes et autres amour courtois. C’est pour cela que Renaud Revel peut encore appeler le violeur Weinstein un « serial -lover ». C’est pour cela que certains journaux titrent sur les « parties fines » de Weinstein sans arriver à comprendre que ce qui pose problème n’est pas qu’il aime le sexe mais qu’il aime le sexe non consenti (et les deux ne s’excluent pas). Ce sont exactement les mêmes propos qu’on avait lus lors des affaires DSK. Et pourtant cette confusion a un vrai intérêt.

Dans la préface du livre Les femmes de droite, Christine Delphy soulignait combien, depuis les feminist sex wars des années 80, nous avons du mal à parler de la sexualité. Nous analysons ce qui est considéré comme « à la marge », la prostitution, les violences sexuelles, la pornographie, mais nous parlons très peu au fond de sexualité (en tant que pratiques culturelles autour du sexe dans une époque donnée et à un moment donné). Il faudra pourtant, à mon avis, étudier la sexualité pour comprendre les violences sexuelles. Nous avons longtemps dit – et c’était sans doute une étape nécessaire pour faire comprendre la gravité de ces violences – que le viol n’était pas du sexe comme si le sexe était par essence, non violent et exempt de rapports de dominations. Pourtant tout nous prouve, dans la construction de la sexualité occidentale, que le sexe entre hommes et femmes est traversé de rapports de pouvoir, de violence, de domination et d’abus. « Baiser quelqu’un » désigne à la fois le fait de pénétrer une femme (une femme ne baise pas les hommes dans le langage courant, elle est baisée) et le fait de piéger quelqu’un. 

Dans une société où le sexe ne serait que source de plaisirs et de joies, « se faire baiser » devrait être synonyme d’une situation très agréable. On dirait alors : « ah je suis allée au restaurant, j’ai très bien mangé, j’ai bien été baisée » pour qualifier son contentement. Or, non « se faire baiser » est synonyme d’une situation où l’on s’est fait avoir, où l’on se sent un peu ridicule, d’où rien de positif ne ressort. Le langage familier autour du sexe est lui aussi synonyme de violences, blessures, chasse, meurtre : baiser, défoncer, percer, trouer, casser les pattes arrières, bourriner, défoncer, déglinguer, etc. Les métaphores autour de la sodomie sont l’archétype de moments très désagréables ; ainsi les syndicats persistent, à chaque manifestation, à les employer pour qualifier des mesures jugées mauvaises.  Encore une fois, si vraiment la sexualité était une pratique dénuée de rapports de pouvoir et de violence, pourquoi la pénétration qui en constitue une part importante, est-elle systématiquement synonyme d’événements négatifs ?

Guillaume Erner, hier sur France Inter, s’émouvait du fait qu’on puisse établir un continuum entre violences sexuelles et drague lourde. J’irai plus loin. Il y a un continuum entre la sexualité, au moins hétérosexuelle, et les violences sexuelles. Les réactions négatives aux témoignages de violences sexuelles en sont d’ailleurs un bon indice. Beaucoup d’hommes et de femmes sont totalement incapables de percevoir que ce qui pose problème dans les violences sexuelles est le non consentement de la victime. Comment le pourraient-ils ? Est-il tellement pris en compte dans ce qu’on appelle le sexe consenti ? Regardez des séries, regardez des films, lisez !  Constatez le nombre de fois où l’on sent les femmes totalement consentantes aux actes sexuels. Ils sont peu nombreux. Constatez les fois où leur non consentement nous est présenté comme excitant et prélude à une sacrée bonne baise.

Il faut étudier par le prisme féminisme et les rapports de genre, la sexualité. Si les violences sexuelles étaient si a-normales, si éloignées de la sexualité consentie qu’on le dit, je prétends qu’elles ne seraient pas si nombreuses. Les violences sexuelles sont perçues comme du sexe, non pas consenti car on l’aura compris le consentement ne compte pas vraiment dans la sexualité (et c’est bien ce qu’il faudrait questionner), mais comme du sexe quand même. Il ne s’agit pas de parler de « zone grise » qui est du langage de prédateur pour justifier les violences sexuelles mais bien de continuum entre la sexualité et les violences sexuelles. C’est à ce prix que nous ferons diminuer les violences sexuelles ; en détricotant ce qui constitue la sexualité, en s’attardant sur ses « évidences ». Bien évidemment, nous serons - mais c'est déjà le cas - traitées de mal baisées et de vouloir mettre à mal les fondements de la société occidentale (ce qui ne sera pas tout à fait faux).

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #556 le: 23 octobre 2017 à 19:39:49 »
Vaste sujet. "Se faire baiser" concerne d'ailleurs aussi des victimes masculines, en particulier homosexuelles. "Baiser" les autres, dans toute la violence de l'expression n'est pas une affaire d'hommes, c'est l'affaire de certains hommes, adeptes d'un verbe suranné et d'une vision perverse de la sexualité. Je me sens complètement solidaire des femmes et des gays dans cette affaire. Derrière cette appréhension de la "baise", il y a un certain fascisme qui est en cause. Hétérosexuel et ordonnateur d'une vision de l'humanité: les "baiseurs"/ les "baisés". Les derniers auraient toujours tort et n'auraient que "ce qu'ils méritent", par nature (ou "identité [ou orientation]sexuelle") ou par décret suprême (des "dominateurs", gardiens d'un ordre).
Ce combat, j'en reste persuadé, ne doit pas être exclusivement féminin. Sinon, il restera toujours l'objet d'une pétition de principe anti-féministe.
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2858
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #557 le: 26 octobre 2017 à 12:39:50 »
Bon, référence texte posté par RAJA  :merci: le 18/10.
Je m'en va faire mon vieux truc chose, aggravant mon cas en métissant tout ça d'une bonne dose de lutte des classes  :diable: , et vous me pardonnerez mes fieux car je reviens d'une quinzaine difficile, longue en kilomètres, et très agitée , ce qui entretient encore plus ma rogne et grogne.

Alors il y a plein de choses qui me vont comme un gant dans la prise de parole ou plutôt twit (on n'a pas fini avec le ridicule, "j'ai gazouillé que ce salopard m'a violée"  8| ) dans cette histoire, comme dans celle des rognugnures protestatrices contre "le déchaînement délateur", pour moi c'est toujours bien de temps en temps de savoir que quand on (Finkie, Zemmour, et tutti quanti )a été une fois dans ce camp là c'est pour la vie. Ceci posé, pourquoi donc t-est-ce que je l'ouvre, alors ?

Je l'ouvre parce que ...., hinhinhin, les ordonnances "travail" sont signées.  :| Bé oui  :diable: . Vous ne voyez pas le lien, ben le voici tel que dans m'tête chenue : aucun des nombreux et longs articles que j'ai lus sur le cas WEINSTEIN et le "balancetonporc", -et celui du post de Raja ne fait pas exception, NE PARLE DE CE DONT MOI JE VEUX PARLER. Bon moyen s'il en est de ne surtout pas évoquer le sujet selon moi initial .

La journaliste stazunienne qui a lancé la chose l'a fait, que je sache, en précisant "dans le cadre du travail". Et pour moi, quel que soit le déferlement d'autres témoignages que ceux du travail, c'est de cela qu'il faut, absolument, débattre : pour le dire vite, le contrat de travail des femmes évaluées comme "consommables" par les chefs-cochon toujours majoritairement masculins est assorti d'une clause évidemment non écrite de consommation active au moment dont yceux décideront qu'il leur sied. Et si cette pétasse ne veut pas le comprendre, ben, adieu la progression du poste, ou mieux, adieu le renouvellement du CDD, ça le fera mieux avec la suivante. Cela pollue aussi la sacro-sainte interrogation sur le "consentement" - il est vrai d'ailleurs que si l'on juge qu'une gamine de 11 ans est consentante, comment donc s'imaginer que ces chaudasses potentielles (qui sinon seraient at home à garder les minots)  ignoraient qu'en signant elles devraient aussi donner du string et du soutif..... :rougefache:

Et voilà pourquoi je suis en pétard, parce que je n'ai vu nulle part (détrompez moi !) de commentaire/article pris sous cet angle, et cet angle là uniquement, tel que l'a inscrit l'initiatrice du jenesaispasquoitag. Parce que les ouvrières/employées sont comme leurs alter inégaux masculins sous la sujétion de leur employeur et des chefs détenteurs de pouvoir sur elles, sujétion inscrite dans leur contrat, mais à laquelle se rajoute cela. Et que donc il y a encore là une sous-classe à la basse classe, avec laquelle sous-classe, en temps de fort chômage que l'on entretient soigneusement, on peut potentiellement faire et faire faire à peu près tout ce que l'on désire si l'on est un tantinet ou très tordu. Il y a donc là selon moi un fort contenu LUTTE DES CLASSES, le genre constituant ici une sous-classe, et je m'énerve à voir bien consciencieusement aussi les scribouillard*e*s (oui, je sais... :diable: ) se vautrer, pour détourner l'attention de cela, dans leur foutue "culture française du viol", qui franchement POUR L'INSTANT (plat de résistance avant dessert) ne m'intéresse pas beaucoup plus que la même soit-disant culture en Inde, Italie ou Australie.

Pour l'instant, c'était du droit auto proclamé de cuissage dans le cadre de la sujétion imposée au travail que parlait l'initiatrice de la chose, et une tralée d'ordonnances, fragilisant plus encore le salarié/employé au travail, et réduisant considérablement ses déjà faibles capacités à se défendre,  vient d'être signée.  Marre à la fin, bon dieu de vingt gû !  :jesors:

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3168
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #558 le: 15 novembre 2017 à 14:56:15 »
La consommation,la religion,les femmes,l'éducation des petites filles,le modèle de la femme,le conditionnement etc...

La première Barbie voilée fait polémique

Citer
Elle est entrée avec fracas dans la famille des Sheroes Barbies, du nom de cette collection du fabricant de jouets américain Mattel, chargée de commercialiser la célèbre poupée sous les traits de « femmes inspirantes pour les petites filles ». L'escrimeuse Ibtihaj Muhammad, devenue en 2016 la première athlète américaine voilée aux Jeux olympiques, a désormais sa version miniature en plastique qui sera commercialisée en ligne à compter de 2018.


http://www.leparisien.fr/laparisienne/actualites/societe/la-premiere-barbie-voilee-fait-polemique-15-11-2017-7393167.php


 Et pourquoi pas:

Barbie none
barbie sado-maso
barbie femme battue
barbie mère de famille
barbie SDF
barbie bonzesse
barbie obèse
barbie ouvrière
barbie dominatrice
barbie soumise
barbie féministe
barbie présidente de la république
barbie pape
barbie chef d'entreprise
barbie syndicaliste


Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #559 le: 15 novembre 2017 à 19:14:16 »
Moi je veux bien le voir comme ça: femme, esclave, animal, tout est question de classe.

Barbie voilée, en plein dérapage islamiste, tu penses que la société productrice de couillonnerie (tiens enfin un gros mot dérivé de la mâlitude) l'a fait z'exprès, ben tu penses, y a rien qui rapporte plus qu'enfreindre les interdits, nom de Dieu, d'Allah ou de mon C.!

 :rougefache:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2858
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #560 le: 16 novembre 2017 à 07:56:31 »
Ouep...., bon, mais ne sait-on pas déjà que, en difficulté ou non, une société commerciale cherchera toujours "un créneau" que d'autres n'ont pas investi  - la barbie en soi en ayant été un, de créneau, en son temps - accomplissant par ailleurs le tour de force de sexualiser le poupon "neutre" d'avant, sans entrer pour de bon dans la sexualisation ( au fait, les dégueulatoires "concours de "mini-miss" n'ont-ils pas pris leur véritable essor à peu près au moment où ladite barbie a été lancée ? ).

Mais en cette période non moins indécente de proximité des "fêtes"- (commencée de plus en plus tôt, vous noterez, les "décos de noël" étaient dans mon coin dès mi-octobre dans certaines surfaces commerciales) - , môa-je autre chose m'interpelle, plus globale ce me semble = en 50 ans, et même plus au fait  :diable:, seule la quantité, aujourd'hui intersidérale, de produits estampillés jouets proposée a varié, mais la distinction "jouets garçons/jouets filles" s'affiche toujours bien comme il ...ne faudrait pas, vérifiez dans les rayons, bien séparés, des grandes surfaces, mais surtout dans les pubs papier et numérique des catalogues, rien de rien n'a bougé me semble ? Les jeunes mères d'aujourd'hui qui offrent comme je l'ai fait en mon temps des p'tites bagnoles et leur garage à leurs filles doivent toujours être suivies des mêmes regards interloqués voire très désapprobateurs. On n'est pas renduEs - dès lors qu'en outre les "jeux de société" présumés "familiaux" (tu parles !) et "joueurs à égalité" virent au "chacun devant son écran" depuis déjà un bon bout de temps. C'était en passant, bonnet rose bonnet bleu  :naah:


Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #561 le: 19 novembre 2017 à 15:36:37 »
Un message rapide pour dire que je viens de rattraper mon retard de lecture sur ce fil (comme sur quelques autres) et que j'ai été particulièrement marquée par cette réaction du vieux truc qui resituait dans le cadre du travail tous les débats actuels concernant le harcèlement sexuel sur les femmes , en effet c'est une réflexion que je m'étais moi-même faite à plusieurs reprises ! Donc ça a fait écho chez moi !
Je m'étais d'ailleurs dit que bien des milieux patronaux devaient être sacrément contents de voir se "généraliser" (et donc diluer) un débat qui en restant plus ciblé, leur aurait apporté bien plus de complications et difficultés !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2858
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #562 le: 23 novembre 2017 à 08:07:25 »
Bien bien bien merci RN, et j'y retourne -  (une expédition d'ordre privé de plus dans les pattes, j'en suis reviendue hier soir). Comme d'une expédition l'autre j'suis secouée autant que désorganisée, je peux rarement par les temps qui courent aller au fond de ma pensée dans un post, et celui du 26 octobre que mentionne RN n'échappe pas à cela, hormis dans sa mention "(qui sinon seraient at home en train de garder les minots)".

Cette mention était sous-tendue par deux lignes de "pensées primaires" interdépendantes alimentées par mon propre vécu,

1) la nostalgie des 30 glorieuses se base sur une période où en France les femmes participaient relativement peu au monde du travail, et en tous cas pas de manière "égalitaire" - je subodore même (pas vérifié) que les statistiques du chômage employaient un biais quant aux femmes "adultes en âge de travailler" "at home"; en fait d'ailleurs, et cela c'est aussi la visualisation de mon vécu, (je vais passer sur l'autre composante parallèle de toussa toussa, mais elle est majeure, l'exode rural N°2 et la transformation du travail agricole, qui va avec), sur cette période 30 glorieuses LE FAIT QUE DANS UNE FAMILLE D'OUVRIER/EMPLOYE L'EPOUSE ET MERE NE "TRAVAILLE" PAS était ressentie par et dans les classes sociales concernées comme "ascension sociale", et non pas comme contraire à une réalisation progressive d'une égalité genrée pourtant inscrite de longue date (1946) dans les textes (ce n'est qu'en 1965 que les femmes ont eu l'autorisation légale de bosser sans l'autorisation de leur mari. Le top réussite d'une fille des classes susdites, résumons, c'était de bonnes - même courtes - études, une activité professionnelle quelques années, puis un mariage sympa qui la reclaquemurait sainte mère  :ange: au creux du doux foyer).
Corrélativement, ça commençait à remuer dur dur fin des années 60 début des 70, sur les revendications des femmes dans tous les pays occidentaux, ET "en même temps"  :diable: , pof, "libération sexuelle" ...., (laissez moi rire poliment  :grrr: ), contraception (à la charge exclusive des femmes), progression forte des divorces, je suis obligée de passer plein d'étapes.

Raccourci, citons une étude de Cédric Afsa Essafi et Sophie Buffeteau publiée en 2006 par l'Insee Economie et Statistiques :
" Au début des années 1970, la moitié des femmes âgées de 25 à 59 ans étaient actives. Aujourd’hui, les trois quarts le sont. Mais dans le même temps, leur lien à l’emploi s’est distendu : en trente-cinq ans, le taux de chômage de ces femmes est passé de 3 % à 12 %,". Notons  d'ailleurs qu'aujourd'hui génériquement on ne prendra pas les mêmes tranches d'âges, les "jeunes" moins de 25 ans et les "vieux" plus de 50 ans n'ont pas de sexe....., c'est juste parce que je n'ai pas le temps que je n'ajoute pas un grain de poivre sur l'âge de "consommabilité" d'une femme ...  :diable:

2) : Début des années 70 : Choc pétrolier "post colonial/néo colonial", début de désindustrialisation sous perspective néocoloniale (laissons le boulot de bêtes de somme aux bêtes de somme, gardons le taf intelligent aux intelligents...  :rougefache:) - et surtout surtout patronat français qui se remet en force aux manettes, après 3 décennies de discrétion remarquée, fallait bien purger sa peine après la collabo.

Cela tombait pile poil bien = pour avoir le salarié potentiel à sa merci, il faut du chômage, qui multiplie par X le choix offert et les moyens de pression. Par ailleurs, pas question d'être identifié comme le générateur premier dudit chômage = que c'était donc bien commode, d'asticoter cette notion perdurante depuis quasi l'immémorial, selon laquelle seule la femme tisonnant à longueur de jour le foyer de son foyer  :diable: entre deux torchages de mômes était digne de respect individuel et sociétal, et que c'était donc facile de distiller (pour éluder un possible débat "partage du travail") des chiffres simples qui fassent écho instantanément : "si les femmes ne travaillaient pas (sur toute leur vie de statistique d'"activité") plus qu'avant 1914, j'aurais du boulot, d'ailleurs, quand j'ai perdu le mien de boulot, ma voisine a obtenu le sien".  Vous trouvez ça simpliste, mes bons incrédules de la jeunesse 2017  :gene3:  ? Ben, si vous saviez combien cela s'entend encore dans les transports en commun.... :rougefache: , et combien les études diverses et variées alimentent le petit moulin :

"En 2015, le taux de chômage augmente chez les hommes (+ 0,3 point), tandis qu’il diminue légèrement chez les femmes (– 0,1 point). Depuis 2013, le taux de chômage est plus élevé pour les hommes que pour les femmes (respectivement 10,5 % contre 9,5 % en 2015).
Les ouvriers et employés restent les catégories sociales les plus touchées par le chômage. Ainsi, le taux de chômage des ouvriers est presque quatre fois plus élevé que celui des cadres, et la part des emplois occupés à temps partiel de 13 % à 30 %"
(Enquête EMPLOI 2015, Insee).....

Au delà, ben, justement avant 1914, la femme au travail c'était qui ? C'était d'abord la femme d'agriculteur, bon. Mais dans  la société non agricole, c'était le plus massivement l'ouvrière d'usine et la domestique. Ben oui, ces deux catégories dont une littérature abondante nous réfère que le "droit de cuissage" des plus accortes aux yeux de leur hiérarchie masculine, "droit" conditionnant souvent leur maintien dans l'emploi, était tellement banal que le raccourci, (puisque bien sûr la faute leur en était portée), était facile : "la femme qui travaille est une salope tentatrice en puissance".

Les monsieurs  :diable: qui lisez, vous trouvez que j'exagère, en suggérant que la vague actuelle de balancé de cochons est fondée sur le constat que cet état de pensée, bien alimenté, perdure jusqu'aujourd'hui ? Ben faut avoir de mauvaises fréquentations, et de longue date, pour vous en persuader : les gensses de l'"manif pour tous", les tenants du FN, par exemple, pour ne citer que ceux qu'on a le moins envie d'entendre....
Vous trouvez z'aussi que j'abuse, en voulant axer uniquement ça sur le monde du travail, tant vous estimez que les femmes elles y ont mis du leur, depuis ces dites années 70, pour se faire soulever la mini jupe à toute occasion ? Voui, je pourrais reconnaître que certaines ne comprennent pas tout tout de suite - tout comme leurs alter inégaux  :mdr3: :mdr3:... MAIS voila : pour les unes comme pour les autres, LE TRAVAIL SALARIE EST TOUJOURS (et d'autant plus qu'il y a + de chômage  :rougefache:) SOUS SUJETION, pour l'obtenir, pour le garder, pour vivre une vie à peu près vivable au taf, ET ENCORE AUJOURD'HUI LA MAJORITE DE CEUX QUI ONT LE POUVOIR D'ASSUJETIR SONT DES MECS.

Je resigne donc : #balancetonporc, c'est ton porc du boulot, çui, de porc, de la rue où on va faire nos courses, ou du bistrot où l'on voulait boire un café,  ne s'adosse qu'à sa connerie, et pas à UN POUVOIR. Et je resigne encore = lutte des classes, redéclinée par d'autres luttes.

Et je remets un 3) par dessus tout ça : observons parallèlement, un instant l'exploitation par les médias de ce lancer de porcs, et/ou le détournement d'attention qui va avec, ..., celui sur [cette conn....   :gene1: de] l'écriture "inclusive", par exemple....  :rougefache:
« Modifié: 23 novembre 2017 à 08:16:05 par old machin »

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3168
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #563 le: 23 novembre 2017 à 15:44:29 »
Citer
Je resigne donc : #balancetonporc, c'est ton porc du boulot, çui, de porc, de la rue où on va faire nos courses, ou du bistrot où l'on voulait boire un café,  ne s'adosse qu'à sa connerie, et pas à UN POUVOIR. Et je resigne encore = lutte des classes, redéclinée par d'autres luttes.

Tes interventions sont toujours intéressantes et pertinentes old, mais là je ne suis pas d’accord.

Un gars qui te glisse une main dans la culotte sans ton accord, patron ou pas patron, chef ou pas chef, le fait par ce qu’il pense pouvoir le faire. Autrement dit il pense avoir un POUVOIR sur toi.
Alors lutte des classes ok.
Mais éducation à revoir sur certains et coup de pied au cul, et je suis très, très, très gentille sur le sort à leurs réserver. :rougefache:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2858
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #564 le: 23 novembre 2017 à 20:20:02 »
Hébé Bili  :fleur2: , contente de te lire et pouvoir te dire que ma foi en gros je serais bien d'accord avec ta remarque...! (...surtout quant à l'éducation, ta touche finale .... :diable: ), .... mais que mon premier post du 26/10 expliquait d'emblée pourquoi je prenais l'angle Lutte des [sous] Classes sur ça, ainsi que l'avait rédigé la 1ère initiatrice gazouilleuse réagissant à la saga-cul Weinstein, les médias ayant décidé de surtout glisser artistiquement sur ledit angle TRAVAIL.

Et je re-re-re-signe !, car tout corniaud macho, de graine d'oppresseur à criminel aguerri, me débecte tout autant violemment que toi, mais, précisément, celui qui PENSE avoir un pouvoir sur toi, sur moi, sur l'une de nous, ce n'est pas le même que celui qui POSSEDE réellement sur toi, moi, nous, un pouvoir qui n'est pas petit, puisqu'il conditionne tout bonnement notre vie, que l'on a signé pour être embauchées, et que lui ou ton sous-chef a le pouvoir de te virer.

C'est toujours une main dans la même culotte, mais se défendre, voire parvenir à faire sanctionner le connard propriétaire de cette main et abusant du pouvoir générique de pourrir les 35 h/semaine de l'une d'entre nous si celle-ci répond à l'agression par l'agression,  c'est encore beaucoup plus difficile qu'avec le connard lambda de la rue ou du bistrot.

En bref je re-signe POUR TOUTE LUTTE DES FEMMES QUANT A LA CONDITION DE FAIBLESSE SOCIETALE QUE LEUR FAIT LE PATRIARCAT, et je re-re--re-signe, comme dit le 26 octobre, quant à l'aggravation de cette condition, et à l'abus, - aggravé lui aussi-, de faiblesse, saloperies auxquelles se trouvent plus souvent qu'à leur tour confrontées les femmes dans le monde du travail, a fortiori en période de fort chômage, et lorsque l'on pond à tour de bras (tiens, une voie originale de reproduction !  :] ) des ordonnances accroissant systématiquement les prérogatives des patrons (et leurs séides) sur leurs subordonnés.

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3168
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #565 le: 23 novembre 2017 à 21:54:11 »
C’est vrai que des articles sur le harcèlement sexuel au travail, à part les actrices (j’ai vu une émission sur le sujet mais impossible de la retrouver sur le net) et les danseuses
http://next.liberation.fr/culture-next/2017/11/22/temoignages-de-femmes-contre-le-choregraphe-daniel-dobbels-sa-piece-deprogrammee_1611574
 y a pas grand chose.
Néanmoins j’ai trouvé ça
http://www.francesoir.fr/culture-medias/harcelement-sexuel-au-travail-une-soiree-speciale-sur-france-2-un-telefilm-avec-armelle-deutsch-programme-mobilisation-thibault-de-montalembert-fleau

Par contre sur le harcèlement des femmes par un chef plus que  :pascontent1: :fache1: tresfache    ,j’ai en magasin un
Maryflo (strip-tease 1997)

Et http://www.liberation.fr/medias/1997/11/08/france-3-samedi-22h25-strip-tease-special-sur-le-conflit-de-maryflo-ma-petite-entreprise-harceleuse_221875

Et sur la lutte des classe et le harcèlement sur des salariés ,j’ai vu l’excellent Cash’Investgation d’Elise Lucet sur free et lidl.

http://www.programme-television.org/news-tv/Programme-TV-Cash-Investigation-France-2-Elise-Lucet-s-attaque-a-Lidl-et-Free-4527377

En résumé, j’ai compris ce que tu voulais dire, mais sur le harcèlement sexuel y a bien eu des émissions et sur la luttes des classes aussi.
Car, combien même une très grande majorité des gens seraient au courant de ce qui se passe dans le monde du travail, c’est pas l’information ou la prise de conscience qui changera les choses tant que chacun essaiera individuellement de s’en sortir dans ce monde pourri et continuera à construire sa vie et celle des enfants malgré tout.

C’est aussi pour cette raison que l’étincelle ne prend pas et que les manifs s’étiolent sur les ordonnances de Macron.  8| 8/ :(

Parce que la lutte des classes ça fait un petit moment qu'elle dure  :aille:

 
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2858
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #566 le: Aujourd'hui à 12:07:44 »
Oui, Bili, "on en parle", certes, mais sur cette occurrence particulière ("affaire Weinstein" et ses suites) on en parle sans du tout rappeler que les deux sujets Condition sociétale égalitaire pour les Femmes et Droit AU Travail (dans les mêmes conditions pour tous) sont des sujets de DROITS FONDAMENTAUX, d'une part, et on en parle généralement, en tous cas dans les liens que tu mets, de manière séparée (sauf un peu avec Maryflo - j'ajoute sur Maryflo qu'il me semble que c'est dans cette boîte que les ouvrières avaient avec panache fait une "Haie de Déshonneur" sur les escaliers de dehors, dos tourné, au directeur salopard licencié  :diable: ).
Alors voila mes raisons, Bili, de ne me consacrer avec ce sujet Weinstein qu'à la sphère Travail pour la Condition des Femmes, c'est parce que, internationalement, les Femmes subissent de fortes inégalités, parce que dans le monde du Travail génériquement le salarié est le faible par rapport à l'employeur ou son représentant le fort, et que se rajoute une faiblesse liée à leur sexe pour les femmes - et que ces deux discriminations mondiales ont entraîné la rédaction de textes de Droits Fondamentaux.

Il s'agit de Droits Fondamentaux, en France  ils ont valeur de principes constitutionnels car ils font partie du "bloc de constitutionnalité" actuel (Constitution de 1958), le préambule de la Constitution française en vigueur reprend le préambule de la Constitution de 1946 et réaffirme tous ses articles, lesquels pour notre sujet sont ceux soulignés :

Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946

1. Au lendemain de la victoire remportée par les peuples libres sur les régimes qui ont tenté d'asservir et de dégrader la personne humaine, le peuple français proclame à nouveau que tout être humain, sans distinction de race, de religion ni de croyance, possède des droits inaliénables et sacrés. Il réaffirme solennellement les droits et libertés de l'homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.
2. Il proclame, en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps, les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :
3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme.
4. Tout homme persécuté en raison de son action en faveur de la liberté a droit d'asile sur les territoires de la République.
5. Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances.
6. Tout homme peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale et adhérer au syndicat de son choix.
7. Le droit de grève s'exerce dans le cadre des lois qui le réglementent.
8. Tout travailleur participe, par l'intermédiaire de ses délégués, à la détermination collective des conditions de travail ainsi qu'à la gestion des entreprises.
9. Tout bien, toute entreprise, dont l'exploitation a ou acquiert les caractères d'un service public national ou d'un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité.
10. La Nation assure à l'individu et à la famille les conditions nécessaires à leur développement.
11. Elle garantit à tous, notamment à l'enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. Tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence.
12. La Nation proclame la solidarité et l'égalité de tous les Français devant les charges qui résultent des calamités nationales.
13. La Nation garantit l'égal accès de l'enfant et de l'adulte à l'instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L'organisation de l'enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l'Etat.
14. La République française, fidèle à ses traditions, se conforme aux règles du droit public international. Elle n'entreprendra aucune guerre dans des vues de conquête et n'emploiera jamais ses forces contre la liberté d'aucun peuple.
15. Sous réserve de réciprocité, la France consent aux limitations de souveraineté nécessaires à l'organisation et à la défense de la paix.
16. La France forme avec les peuples d'outre-mer une Union fondée sur l'égalité des droits et des devoirs, sans distinction de race ni de religion.
17. L'Union française est composée de nations et de peuples qui mettent en commun ou coordonnent leurs ressources et leurs efforts pour développer leurs civilisations respectives, accroître leur bien-être et assurer leur sécurité.
18. Fidèle à sa mission traditionnelle, la France entend conduire les peuples dont elle a pris la charge à la liberté de s'administrer eux-mêmes et de gérer démocratiquement leurs propres affaires ; écartant tout système de colonisation fondé sur l'arbitraire, elle garantit à tous l'égal accès aux fonctions publiques et l'exercice individuel ou collectif des droits et libertés proclamés ou confirmés ci-dessus.


J'ai laissé tout le texte de ce préambule, car même quand un texte est mal ou seulement partiellement appliqué malgré sa valeur constitutionnelle, lorsqu'il est aussi beau......  :fleur2:  :diable:  . (On notera cependant que l'on a mis 20 ans à commencer de faire évoluer le Code Civil en faveur des Femmes, et qu'il nous reste toujours en 2017 des territoires à décoloniser....  :rougefache:)

Par sa signature de traités internationaux, de valeur supérieure encore à la Constitution, la France se soumet en outre à ces deux principes Femmes = Homme, et non discrimination par sexe dans le Travail , notamment dans leur rédaction par l'Organisation Internationale du Travail OIT, et dans celle de l'Union Européenne. Je mettrai ces textes éventuellement dans un des fils du thème Travail.

Mais par contre je vais mettre ci-dessous ce à quoi tout cela avait abouti dans notre Droit du Travail, avant que Macron pour enfin satisfaire le Medef  ne se mette au jeu de massacre de celui-ci  'X  :

Libertés et droits de la personne au travail
 
Article 1er
Les libertés et droits fondamentaux de la personne sont garantis dans toute relation de travail.
Des limitations ne peuvent leur être apportées que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux
ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché.
Article 2
Toute personne a droit au respect de sa dignité dans le travail.
Article 3
Le secret de la vie privée est respecté et les données personnelles protégées dans toute relation de travail.
Article 4
Le principe d’égalité s’applique dans l’entreprise. L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes doit y être respectée.
Article 5
Les discriminations sont interdites dans toute relation de travail.
Article 6
La liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché.
Article 7
Le harcèlement moral ou sexuel est interdit et la victime protégée.
Article 8
Il est interdit d’employer un mineur de moins de seize ans, sauf exceptions prévues par la loi.
Article 9
La conciliation entre la vie professionnelle et la vie personnelle et familiale est recherchée dans la relation de travail.
Article 10
L’employeur exerce son pouvoir de direction dans le respect des libertés et droits fondamentaux des salariés.

Source (extrait) : https://humanite.fr/les-61-principes-essentiels-du-droit-du-travail-599096