Auteur Sujet: La condition des femmes dans le monde  (Lu 103761 fois)

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #450 le: 21 octobre 2012 à 15:46:33 »
Le même titre a fait toutes les unes de la presse aujourd'hui, à quelques mots près :
 http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20121021.AFP2724/nice-une-voiture-de-police-percutee-par-un-chauffard-tue-une-prostituee.html

On aurait pu dire "une femme", non ?
Citer
...provoqué la mort d'une jeune prostituée nigériane....

Nigériane en plus !

Citer
Dixit Estrosi, maire de Nice : La police municipale, une fois de plus, a subi un comportement inqualifiable qui mérite les plus lourdes sanctions.


On n'oublie personne, là ?
Citer
"J'ai une pensée pour cette pauvre fille qui a perdu la vie à cause de ces voyous", a-t-il ajouté.


Ah, quand même !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #451 le: 21 octobre 2012 à 15:59:21 »
Oui c'est assez curieux le fait d'insister sur la profession de la personne en question. Genre "elle était prostituée, c'est pour ça qu'elle était dehors  à trois heures du matin" ?
Il est vrai que j'ai déjà remarqué dans les articles sur les faits divers que les médias souhaitent donner des explications sur ce que faisaient les victimes et pourquoi elles étaient là où elles étaient.
Je ne vois pas bien ce que le "nigériane" vient là dedans...  :gene: :gene: :gene: façon particulière de traiter l'information, hein.... :gene:


Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #452 le: 26 octobre 2012 à 16:53:19 »
Excellente, ta réaction, Oblomov!  :super:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #453 le: 07 novembre 2012 à 09:30:06 »
Voyez jusqu'où va se nicher le préjugé sexuel: les femmes seraient soumises altruistes jusqu'au creux des draps...  :pasdrole:

Citer
Troisième hypothèse, plus sérieuse: les femmes sont-elles plus bruyantes parce qu'elles sont éduquées à exprimer leurs émotions? Oui, certainement, «mais d'autres explications ont aussi été avancées.» En 2011, deux chercheuses en psychologie, Gayle Brewer (Université du Lancashire) et Colin Hendrie (Université de Leeds) demandent à 71 femmes hétérosexuelles, âgées de 18 à 48 ans, de répondre à quelques questions intimes: quelles sortes de sons prononcez-vous pendant l'amour? Des feulements-grognements? Des bruits de respiration, de halètement? Des jappements aigus, des cris perçants? Des mots? A quel moment émettez-vous ces sons? Avez-vous un orgasme? Si oui, à quel moment? Le résultat de cette recherche sur le FCV (“vocalisation copulatoire femelle”), publiée dans les Archives of Sexual Behavior, révèle que les femmes ne font pas forcément du bruit lorsqu'elles jouissent. 66% d'entre elles affirment qu'elles râlent pour accélérer la montée orgasmique de leur partenaire. 87% affirment qu'elles se mettent à «vocaliser» pour améliorer sa confiance en lui. En clair: les femmes poussent des râles plus pour «influencer» l'homme que pour exprimer l'intensité de leur plaisir (1).


http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2012/11/pourquoi-les-femmes-crient-elles-pendant-lamour-.html?xtor=EPR-450206

Mon c. oui!  :mrgreen: Oh pardon!  :gene1:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #454 le: 07 novembre 2012 à 10:20:20 »
rhalàlà :pausecaffé: une étude de grande utilité publique :perv:

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #455 le: 07 novembre 2012 à 10:27:54 »
Heu... Accessoirement quand on lit tout l'article ça dit que les cris sont l'expression du pouvoir féminin dans la sexualité.
Deuxio, je ne vois pas de préjugé sexuel là dedans, et surtout je pense que les vocalisations quelles qu'elles soient sont bien sûr une expression de plaisir mais aussi une forme de communication. Où est le mal ?
Si c'est une façon de dire "j'aime mieux ça" ou bien "plutôt comme ça", sans pour autant verbaliser, je ne vois pas bien le problème.

Par contre je trouve assez fatigant le fait de toujours vouloir mettre du pouvoir là dedans (je parle de l'article)... Peut-on faire l'amour tranquille sans tout le temps flanquer des jeux de pouvoir dedans ? Merci.  :merci: :merci: On n'est pas toujours dans "harcèlement", hein... (le film avec demi moore et michael douglas)

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #456 le: 07 novembre 2012 à 17:22:31 »
C'est le côté je-t'encourage-à-être-un-homme-au-lit-un-vrai qui m'a légèrement titillé le bulbe. Et plus encore l'idée sous-jacente que des femmes subordonnent leur ressenti à celui de leur partenaire. :désolé1:

Show content
Citer
En clair: les femmes poussent des râles plus pour «influencer» l'homme que pour exprimer l'intensité de leur plaisir.

Enfin, flûte, quoi! On peut se fier à personne!  'X
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #457 le: 07 novembre 2012 à 18:24:53 »
Je ne mettais pas en doute ton ressenti, sarkonique. C'est plus le côté de l'article "pouvoir gnagnagna" qui me posait problème. Ce que certains voient comme une domination ou du pouvoir, je le vois comme une communication.
Et puis le truc c'est que 71 personnes, ce n'est pas vraiment beaucoup. Il faut voir à quelle population les auteurs généralisent, en fait.

Mais bon c'est assez courant de prendre une étude, de n'en lire que le résumé et de faire un article en appliquant les conclusions de l'étude à "toutes les femmes hétérosexuelles"....  :merci: :merci: :merci:

Sinon moi je ne voyais pas ça comme "les femmes subordonnent leur ressenti à celui de leur partenaire", sauf pour celles qui veulent "accélérer une relation sexuelle ennuyeuse", mais là, bon, faut reprendre la communication du début, comme genre "j'ai pas envie alors on fait pas l'amour, etc...".  :gene: :gene:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #458 le: 08 novembre 2012 à 16:40:15 »
une femme à la tête d'un organisme comme interpol c'est pas rien et une spécialiste du crime en "col blanc".

Citer
Une Française prend la tête d'Interpol

Pour la première fois de son histoire, Interpol va être pilotée par une femme. Sans surprise, Mireille Ballestrazzi, actuelle numéro deux de la Direction centrale de la PJ, a été élue jeudi présidente du comité exécutif de l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC). Les mille représentants des forces de l'ordre de quelque 170 pays réunis en assemblée générale dans un hôtel à Rome ont confirmé ce choix par un vote jeudi après-midi. Cela faisait près d'un quart de siècle, depuis la nomination du préfet Ivan Barbot en 1988, que la France briguait à nouveau ce poste prestigieux.



Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #459 le: 08 novembre 2012 à 17:21:05 »
C'est une formidable nouvelle !!  :fleur2: :fleur2: :fleur2:
Bravo à cette dame.  :merci: :merci: :merci: :merci:

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #460 le: 14 novembre 2012 à 16:25:22 »
J'en ai eu les larmes aux yeux.

Ça se passe en Irlande, et nous sommes au XXIème siècle.

Bande de pourris! Donc l'histoire,c 'est une jeune femme de 31 an qui attend un enfant. Malheureusement, un problème survient qui fait qu'on lui annonce à l’hôpital qu'elle est en train de faire une fausse couche. col dilaté, perde de liquide amniotique... A 17 semaines de grossesses, le fœtus n'est pas viable et n'a aucune chance de survie. Il est donc condamné.
Ce qui est triste.

La ou ça devient horrible,c 'est que l'histoire se passe dans un p* de pays catholique de mes deux ou l'avortement est interdit. Hors le cœur du fœtus bat toujours. La mère souffre le martyr, et on lui demande d'attendre sagement que le bébé qu'elle attendait et désirait crève dans son ventre, parce qu'en l'état, ne pouvant pas l'avorter - c'est interdit, et ce sont de bons chrétiens -  eh bien ils ne peuvent pas lui apporter les soins nécessaires.

Le fœtus a tenu deux jours. La nana a souffert le martyr deux jours en attendant que son bébé veuille bien crever, enfin, pour qu'elle puisse être soignée. Deux jours. PU*** DEUX JOURS de calvaire physique et psychologique.

Il a fini par mourir. Elle a fini par choper une septicémie. C'est ce qu'il se produit, généralement, dans ces cas cela dit: c'est connu: une fausse couche, ce n'est pas bénin. Ça peut entrainer la mort de la femme.
Et ça a entrainé sa mort, quelques jours donc après que cœur du fœtus ait fini par lâcher.

Elle aurait eu la vie sauve s'ils avaient daigné l'avorter en urgence.
Mais non. Le fœtus non viable, qui était condamné par la nature de toutes façon, aura souffert le martyr jusqu'au bout.
Et la mère, qui a été condamnée par des imbéciles, n'est plus.

L’hôpital, en guise d'excuses, a parait-il présenté ses condoléances au père.
Cette bonne blague...

Ça se passe en Irlande, et nous sommes au XXIème siècle.

http://www.elle.fr/Societe/News/Irlande-elle-meurt-apres-s-etre-vue-refuser-un-avortement-2248548

http://www.challenges.fr/monde/20121114.FAP4862/debat-sur-l-avortement-relance-en-irlande-apres-la-mort-d-une-femme-enceinte.html

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121114.FAP4862/debat-sur-l-avortement-relance-en-irlande-apres-la-mort-d-une-femme-enceinte.html
« Modifié: 14 novembre 2012 à 16:27:57 par Lady Marwina »
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #461 le: 14 novembre 2012 à 17:29:18 »
bon sang!!! c'est affreux tresfache tresfache tresfache

Citer
Plus de 220 millions de femmes privées de contraception

La planification des naissances est un "droit fondamental" encore inaccessible dans de nombreux pays, selon un rapport publié ce mercredi par le Fonds des Nations unies pour la population. En 2012, 54 millions de grossesses non désirées et 26 millions d'avortements auraient pu être évités.

Toutes les femmes ne sont pas égales face au contrôle des naissances. En effet, 222 millions d'entre elles n'ont pas accès aux méthodes de contraception dans le monde, par manque d'informations, de moyens financiers, mais aussi à cause du poids des traditions familiales et religieuses, selon un rapport publié mercredi par le fonds des Nations unies pour la population (UNFPA).

Sans surprise, ce sont les femmes les moins éduquées, les plus pauvres et celles qui habitent en milieu rural qui sont les premières à subir des grossesses non désirées. La situation est particulièrement préoccupante en Afrique centrale et de l'ouest. Or les naissances multiples dégradent à la fois leur santé et les conditions de vie de leur famille.

26 millions d'avortements pourraient être évités

L'UNFPA estime qu'en facilitant l'accès à la contraception, il serait possible d'éviter 54 millions de grossesses non désirées (sur 80) et 26 millions d'avortements (sur 40), souvent réalisés sans conditions médicales adéquates.

Les grossesses rapprochées peuvent aussi avoir des conséquences sanitaires importantes, surtout dans les régions les plus pauvres. "Il n'y a rien dans le monde de plus inégal que le risque de mortalité maternelle", explique à l'AFP Yves Bergevin, de l'UNFPA. Ainsi, au Sud-Soudan, où l'accès à la contraception est pratiquement inexistant, "une femme a une chance sur sept de mourir de causes liées à la grossesse". Or cette mortalité pourrait être "éliminée de la planète" en 2035 avec des moyens adéquats.

Les experts des Nations unies appellent en effet à doubler les fonds alloués à la planification (de 4 à 8 milliards de dollars par an) pour rendre effectif ce "droit fondamental" à la maîtrise de la fécondité. Un investissement rentable, puisque, selon le rapport, un meilleur contrôle des naissances dans les pays pauvres permettrait d'économiser 11 milliards de dollars par an.

 
« Modifié: 14 novembre 2012 à 18:01:49 par raja »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #462 le: 16 novembre 2012 à 11:00:06 »
les moustaches n'ont vraiment pas l'intention de laisser leur place ou la partager.

Citer
CAC 40 : parité et diversité s’appliquent difficilement

RMC vous révèle ce vendredi en exclusivité une étude sur la parité et la diversité dans les entreprises du CAC 40. En termes de parité, seule Publicis joue le jeu avec 50% de femmes dans son conseil d’administration.   

On est encore loin de la parité dans les conseils d’administration des grandes entreprises. C’est le même constat en ce qui concerne la diversité dans les groupes du CAC 40. Selon une étude réalisée au mois d'octobre par le think-tank République & Diversité, en partenariat avec le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN), une grande majorité des entreprises ne respectent pas la loi.
Les enseignements concernant la parité

Seule une entreprise respecte le 50-50 dans son conseil d'administration (CA): Publicis. Safran et la Société Générale complètent le podium, avec 37,5% de femmes dans leurs CA et conseils de surveillance (CS). A l'autre bout du classement, EADS fait figure de cancre : le géant aéronautique ne compte pas une seule femme dans son conseil d’administration.

Les objectifs de la loi Copé-Zimmermann ne sont donc pas encore atteints. Voté en 2011, ce texte impose 20% de femmes dans les CA en 2014, 40% en 2017, sous peine de sanctions financières. Si la loi était appliquée en ces termes aujourd'hui, 39 entreprises du CAC 40 seraient donc sanctionnées.

Les enseignements concernant la diversité

En revanche, aucune loi n’obligeant les entreprises à intégrer des personnes issues de la diversité dans leur CA, peu d’entreprises se sont a fortiori imposé cette règle.

Ainsi, 21 entreprises du CAC 40 ne comptent pas la moindre personne issue de la diversité dans leurs CA et CS. Parmi elles, Total, Bouygues, BNP Paribas, Carrefour, L'Oréal, LVMH, Michelin, Vivendi et bien d'autres... comme Publicis. Paradoxalement, si l’entreprise respecte la parité, la diversité n’est pas son point fort.
Globalement, le taux moyen des personnes issues de la diversité dans les CA et CS des entreprises du CAC 40 plafonne à 4,5%. Contrairement à la parité, aucune loi n'oblige les entreprises à compter des personnes issues de la diversité dans leurs conseils décisionnaires. L'étude sera de nouveau menée l'an prochain, pour constater des progrès ou des régressions dans les domaines de la parité et de la diversité.

« Des habitudes pour rester dans le même milieu »

« Ce ne sont pas les compétences qui manquent parmi les femmes ni parmi les personnes issues de la diversité, explique Louis-Georges Tin, président de République & Diversité et auteur de cette étude. Seulement, il y a des habitudes pour que l’on reste dans le même milieu et d’ailleurs ça se voit très bien dans notre étude. On voit que les personnes qui sont dans un Conseil d’administration (CA) d’une entreprise, le sont aussi dans le CA de l’entreprise suivante. On s’échange, on s’entretien dans un même petit milieu. On ne s’ouvre à personne. C’est l’inertie sociale et la reproduction des héritiers se fait d’année en année ».

« La diversité se limite au poste de directeur de magasin »

Smaïl Aït-Amane est délégué CFDT de Carrefour. Comme 21 sociétés du CAC 40, son entreprise réalise un zéro pointé en termes de présence de personnes issues de la diversité au sein de son CA. Le syndicaliste n'est pas surpris de ce constat : « Pour les personnes issues de la diversité, ça se limite au poste de directeur de magasin, constate-t-il sur RMC. Je crois qu’il y en a un ou deux sur toute la France. Si dans les magasins de la région il y avait des gens issus de la diversité ce serait déjà bien. Ensuite, au conseil de surveillance, ce serait la cerise sur le gâteau. Mais il faut déjà qu’ils fassent des efforts à la base. En France, nous sommes près de 80 000 salariés et il y a toutes les couleurs de peau. C’est dommage qu’on ne retrouve pas tout ça au niveau des hautes sphères de l’entreprise ».

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3177
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #463 le: 16 novembre 2012 à 16:14:49 »
Citer
CAC 40 : parité et diversité s’appliquent difficilement

oh! que la vie est dure

siéger au Ca d'une entreprise du cac 40, ceusse qui prennent encore plus aux pauvres pour donner aux riches, y a pas de place pour les femmes ,oooh comme c'est triste!


 :mdr1: :mdr1: :mdr1: tu vas me faire pleurer Raja , à pisser dans sa culotte ,oui  :mdr1: :mdr1: :mdr1:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #464 le: 16 novembre 2012 à 18:04:22 »
ravie de te faire rire bili :pausecaffé:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #465 le: 07 décembre 2012 à 15:48:39 »
en cette période de fête de fin d'année, de cadeaux, les délires des commerçants sont parfois limite, entre la séparation en grosse lettre entre rayon fille et rayon garçon et les objets de ménage pour les filles, verbaudet y va aussi de sa connerie.

Citer
Vertbaudet : pas de clichés sexistes sur notre liste au Père Noël



Sur le dépliant de Noël de Vertbaudet, les filles sont "dé-bor-dées comme maman" et jouent avec le téléphone portable et le maquillage de leur sac à main, alors que les garçons tentent d'être de vrais "bricoleurs comme papa" en maniant perceuses et marteaux. Disons stop aux clichés sexistes par l'un des leaders français des produits pour enfants!

Je suis cliente de Vertbaudet depuis plusieurs années. Lorsque j'ai reçu leur dépliant de Noël avec le cadeau sexiste ci-dessus, mon sang n'a fait qu'un tour... Je trouve généralement leurs catalogues et leurs produits plutôt beaux, et j'en achète règulièrement pour ma fille de 5 ans, mais là, je suis vraiment outrée.

Vertbaudet n'est malheureusement pas le premier marchand de jouets à diffuser ce genre de message. Mais là, le distributeur frappe fort : "Tout ce qu'il faut pour avoir l'air dé-bor-dée"… Non seulement maman est bordélique (il n'y a qu'à voir son sac à main, "hem hem"), et en plus elle nous fait croire qu'elle est débordée ! Fais comme elle ma chérie, plains-toi, comme toutes ces feignantes qui nous font croire que cumuler boulot, metro, bain du soir et pâtes au beurre c'est fatigant. Merci Vertbaudet de rappeler à nos enfants que les mamans ont des sacs en bordel parce qu'elles sont tellement superficielles.

Quant aux papas, ils héritent évidemment du rôle du bricoleur… mais ils en prennent aussi pour leur grade. Parce qu'en réalité, ils sont nuls en bricolage ! Mais c'est à eux que revient la tâche de remettre un p'tit coup de neuf dans la maison - pas à maman (elle est bien trop "dé-bor-dée").

Alors que le gouvernement français vient d'annoncer des mesures fortes en vue de lutter contre le sexisme et pour promouvoir l'égalité hommes-femmes dès le plus jeune âge, Vertbaudet apparaît en complet décalage avec son temps en montrant à nos enfants à quel point les clichés sexistes ont la vie dure, dans le monde du jouet.

Pourtant, les marques elles aussi peuvent agir, à l'image du catalogue anti-sexiste que vient de diffuser Super U.

Nous, signataires de cette pétition, exigeons donc que Vertbaudet, en tant que l'un des leaders français sur le marché du jouet :

- présente publiquement des excuses à toutes les mères, qu'elles soient très occupées ou non, bordéliques ou non, et à tous les pères, bricoleurs ou pas, maladroits du marteau ou pas, pour les représentations sexistes et dégradantes qu'il véhicule dans son dépliant.

- s'engage concrètement à lutter contre ces clichés. Une démarche volontaire comme celle de Super U est à saluer mais ne suffit pas à rattraper le niveau. Tous les acteurs, à commencer par une marque leader comme Vertbaudet, doivent proposer des initiatives pour mettre fin à ces messages sexistes.

Nous ne condamnons pas, ici, les fabricants de jouets. Pas de problème pour que figurent dans les catalogues des aspirateurs, des kits de pompier ou des jeux de société ramasse crotte-de-chiens. Simplement, nous ne voulons plus que ces activités (nettoyer le plancher, sauver le monde ou ramasser la merde) soient systématiquement associées à un sexe. Et par pitié, nous refusons que ces mises en scène soient l'occasion, comme ici, de faire croire aux enfants, aux parents et à tous ceux qui vont croiser ce torchon, que les mères font "genre" elles sont débordées.

Signez la pétition, partagez-la, pour dire à Vertbaudet "Stop aux clichés sexistes" !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #466 le: 08 décembre 2012 à 16:19:28 »
Alors là ! c'est avec plaisir que je me saisis de cet article vachement bien fait (merci Raja :fleur2:) pour pousser une gueulante que je rumine depuis de nombreuses années en tant que "ex-parturiente" et en tant que professionnelle de la santé .Ça tombe bien j'ai de la colère à revendre grâce un putain de macho qui se la joue ouvert , moderne mais putain profondément macho ...bref je suis remontée comme un coucou et je me sens verte baudet . Pour en revenir au sujet : toutes les mamans connaissent  la fameuse mallette en carton que l'on offre aux mères à la veille de la sortie de la maternité: mallette bleue si tu as accouché d'un garçon , rose si tu as accouché d'une fille ...déjà de quoi avoir envie de coller des mandales mais bon quand tu viens de mettre au monde "le plus beau bébé au monde" ,que tu t'es coltinée une semaine la belle famille qui t'explique en long ,en large , en carré comment coucher ton bébé :de face , de profil , en suspension , les pieds aux murs et que l'obstétricien s'enquiert de toute la sainte journée de savoir comment évolue ton épisio ou comment la cicatrice de ta césarienne se porte et que t'es tuyautée par tous les trous (ce qui fut mon cas au point de ne plus savoir par où il fallait respirer  :mrgreen:) ...j'avoue ça ne rend moins enclin à la Révolution pour peu qu'une puéricultrice un tantinet acariâtre et sadique avec du poil aux pattes (véridique) te fixe le tire-lait réglé d’emblée sur 10 en te disant "c'est dommage d'avoir autant de lait et un bébé si feignant "(revéridique) ,là les idées révolutionnaires se transforment en désir de pendaison avec le cordon ombilical ...Un matin donc ma porte s'ouvre et surpriiiiiiiiise : une mallette en carton rose écrit dessus "mon bébé". Et là! la conne de service est en charge de t'expliquer (en fait elle ne doit pas être conne mais elle doit gagner sa croute ) que le contenu de cette mallette est important car il contient de précieux conseils sur la maternité . Alors que contient cette petite valise miracle? ...ben c'est simple que de la pub avec des échantillons de lait corporel , des coussinets d'allaitement (hummmm!),un livret qui t'explique les symptômes de la grossesse  : :frime1: et encore une fois fois que de la pub qui te fait bien sentir qu'en tant que nouvelle maman tu es désormais condamnée à acheter des couches pampers parce que ça fait du bien à l'unicef (si!) , à arpenter les rayons blédina parce que ton bébé l'exige (si!) et à commander des baby fringues de merde chez vert baudet qui dès le premier achat offre un cadeau à ta belle-mère parce que vert baudet aime les belles-mères (enfin à l'époque et à l'époque ma belle-mère tenait à sa bague en pacotille, enfin, le croyais-je :mrgreen: ..... j'aime beaucoup ma belle-mère et je crois qu'au bout d'une dizaine de petits-enfants elle aurait pu ouvrir une bijouterie) . Bref à l'évocation de vertbaudet de vieux souvenirs remontent : vertbaudet c'est le monde que que n'ai jamais voulu et que je ne voudrai jamais . :jesus: . Ce qui me scandalise le plus c'est que l'hôpital public joue les maquereaux en distribuant ces boites pour le compte des lobbies para-pharmaceutiques,agro-alimentaires et vestimentaires . En tant que professionnelle de la santé je refuse de faire ce boulot de racolage .
« Modifié: 08 décembre 2012 à 16:44:08 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #467 le: 09 décembre 2012 à 13:48:18 »
pardon mais j'ai tellement ris en lisant ton poste que j'en ai les larmes aux yeux  :mdr1: :mdr1: :mdr1: et encore t'as pas abordée la question du photographe qui s'incruste qui prend des photos alors que t'es en vrac et te réclame un rein pour les payer :mdr1: :mdr1:

Citer
Ce qui me scandalise le plus c'est que l'hôpital public joue les maquereaux en distribuant ces boites pour le compte des lobbies para-pharmaceutiques,agro-alimentaires et vestimentaires . En tant que professionnelle de la santé je refuse de faire ce boulot de racolage .
alors là tu lis dans mes pensées :super: :super: :super:

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #468 le: 09 décembre 2012 à 16:48:31 »
Je n'ai pas eu droit à la photo où alors j'étais trop schoutée pour m'en apercevoir mais en effet quand je vois les mines ravies mais néanmoins cireuses des nouvelles mamans dans la presse locale je passe d'emblée à la rubrique nécro  :gene1:..; je me souviens maintenant  avoir acheté une bibliothèque en tubes métalliques chez vertbaudet pour notre enfant :c'était tellement mal foutu qu'on a jamais réussi en enfiler les tubes les uns dans les autres ce qui fait que l'on s'en est servis pour ramer les courges ....Vertbaudet ! j'avais oublié !
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #469 le: 13 décembre 2012 à 16:35:42 »
si j'avais besoin d'un avocat, j’éviterais les crétins misogynes :rougefache:

Citer
Bordeaux: polémique après l'élection d'une femme à la tête du barreau

Un avocat de Bordeaux a créé une polémique après avoir affirmé que les femmes n'avaient pas les "épaules assez larges" pour s'occuper d'affaires pénales complexes, après l'arrivée pour la première fois à la tête du barreau de la ville d'une femme, Me Anne Cadiot-Feidt.

"Au pénal il faut avoir les épaules très larges. Est ce qu'une femme a les capacités pour le faire ?", avait déclaré Me Pierre Blazy, interrogé sur France 3 Aquitaine en tant qu'avocat pénaliste, après l'élection à la tête du barreau de Me Cadiot, 54 ans dont 27 en tant qu'avocate. "Vous n'avez pas d'avocate qui soient des avocates de renom connues comme de grandes pénalistes", avait-il poursuivi.

Interrogé mercredi par l'AFP, il a réitéré ses propos. En droit pénal "je me demande si une femme bâtonnier a les épaules assez larges", a-t-il dit, assurant toutefois que son cabinet avait voté pour cette avocate, qu'il juge "excellente".

"Si j'ai besoin du bâtonnier pour me défendre dans une affaire professionnelle je préfère que cela soit un homme", a-t-il ajouté. "Est ce que vous voyez une femme assurer aux assises une défense comme Me Eric Dupond-Moretti ?", a-t-il ajouté en référence à ce pénaliste de renom à la carrure imposante.

L'affaire, depuis ses premiers propos le 5 décembre, a secoué le barreau à Bordeaux, qui compte 57,6% de femmes parmi ses quelque 1.300 avocats. Le bâtonnier en exercice Bernard Quesnel les a condamnés mardi, les jugeant "consternants" dans un entretien à Sud Ouest.

Me Gérard Boulanger, pénaliste réputé et ami de Me Blazy, a estimé que son confrère est "un sincère provocateur". "Il est très malicieux. Il sait très bien que pour faire le 'buzz', il faut dire une énormité", a-t-il déclaré à l'AFP.

Me Cadiot, élue bâtonnier avec 587 voix sur 710, a déclaré avoir été "sidérée" par ces paroles, les jugeant "attentatoires à la dignité des femmes". Elle a ajouté qu'il y a bien des pénalistes de renom parmi les femmes, évoquant Gisèle Halimi.

Elle a souligné qu'il ne reste en France qu'un seul barreau jamais dirigé par une femme, Marseille, et indiqué qu'elle ne donnerait pas de "suites" à ces propos.

"De la robe noire à la burqa il n'y a qu'un pas, que d'aucuns rêvent de nous voir franchir", a réagi la section locale du Syndicat des avocats de France (SAF), dirigée par Me Isabelle Raffard.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #470 le: 13 décembre 2012 à 18:50:08 »
Citer
Un avocat de Bordeaux a créé une polémique après avoir affirmé que les femmes n'avaient pas les "épaules assez larges" pour s'occuper d'affaires pénales complexes

Encore un qui n'a pas assez de c.illes pour se reposer sur une femme...  ;-)
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #471 le: 14 décembre 2012 à 07:06:43 »
J'ai entendu ça! mais le mec de son propre aveu ne croit pas à ce qu'il dit : il cherchait un bon moyen pour créer le buzz et donc faire parler de lui . Et donc moi je refuse de citer son nom et je précise depuis très longtemps que le courage n'est en rien une vertu masculine et donc le fait d'avoir des couilles ou non n'influe en rien sur le fait d'être courageuse ou non ! :caf:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #472 le: 14 décembre 2012 à 18:11:06 »
Très juste.  :super:

La testostérone ralentit d'ailleurs le développement intellectuel pendant l'adolescence. J'en connais qui ne s'en sont jamais remis!  :mdr1:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #473 le: 29 décembre 2012 à 12:48:38 »
 :nono: :nono:

Citer
L'Inde rend hommage à l'étudiante morte après un viol collectif

La jeune indienne victime d'un viol collectif à New Delhi est décédée dans la nuit de vendredi à samedi 29 décembre, a annoncé l'hôpital de Singapour, où la jeune femme luttait contre la mort depuis deux jours. Les actes de barbarie subis par cette étudiante de 23 ans avaient choqué l'Inde, et provoqué des grandes manifestations qui ont coûté la vie à un policier.

L'annonce de ce décès, emblématique des violences faites aux femmes en Inde en toute impunité, a horrifié le pays où les autorités, craignant de nouvelles manifestations, ont mis en place de forces anti-émeutes dans les rues et ont bouclé plusieurs quartiers du centre-ville, dont les alentours du monument de l'India Gate. Suite à la vague d'indignation qui a secoué le pays après le viol commis le 16 décembre, la police de New Delhi a également appelé la population au calme et au recueillement, dans un communiqué publié par le chef de la police, Neeraj Kumar. Il a aussi annoncé le bouclage de la zone autour du monument de l'India Gate, épicentre de la colère des protestataires, et de dix stations de métro.

Samedi matin, la population a commencé à sortir dans les rues en Inde pour pleurer la mort de l'étudiante. La police a indiqué qu'elle tolérerait des manifestations pacifiques uniquement dans certains quartiers et des centaines de policiers ont été déployés pour prévenir tout débordement dans les rues.

Des Indiens se recueillent pour rendre hommage à l'étudiante morte après un viol collectif.

MANMOHAN SINGH "PROFONDÉMENT ATTRISTÉ"

Le premier ministre, Manmohan Singh, a été le premier à rendre hommage à la jeune femme, dont on ignore le nom, et qui a été surnommée "la fille de l'Inde" ("India's Daughter"), affirmant comprendre la vague de protestations. Son corps devait être rapatrié en Inde samedi, accompagné par ses parents qui se trouvaient à son chevet lorsqu'elle a été déclarée morte.

La jeune femme était une étudiante en kinésithérapie d'origine modeste, venant d'une région rurale de l'Uttar Pradesh, le plus grand Etat de l'Inde situé près de New Dehli. Ses parents, venus la rejoindre à Singapour après son évacuation par vol sanitaire jeudi soir, avaient vendu leur petit lopin de terre pour financer ses études, selon la télévision NDTV. Ces gens décrits comme des "paysans simples" devaient souvent se contenter de très peu pour se nourrir, selon la même chaîne.

L'HORREUR

Le 16 décembre, après avoir vu au cinéma "L'odyssée de Pi", la jeune Indienne et son ami étaient montés dans un bus aux vitres teintées pour rentrer chez eux. Mais là les attendait un cauchemar : une explosion de violences et des viols barbares commis par six hommes ivres. Avant son transfert à l'hôpital de Singapour, la jeune femme avait pu renseigner la police indienne sur ce qui s'était passé : les six hommes ivres s'étaient disputés avec son ami, puis avaient emmené la jeune femme au fond du bus et l'avaient violée tandis que le bus circulait pendant 45 minutes dans New Delhi. Ils l'avaient aussi agressée sexuellement avec une barre de fer rouillée, lui causant de graves blessures aux intestins, avant de la jeter pour morte hors du bus.

Le bus avait rencontré de nombreux points de contrôle de police pendant cette équipée, mais à aucun moment les policiers ne s'étaient inquiétés de ce qui se passait à l'intérieur du véhicule.

TRANSFERT À SINGAPOUR POLÉMIQUE

La décision de transférer la jeune femme à Singapour avait été prise lors d'une réunion mercredi du gouvernement Singh, qui avait promis de prendre en charge tous les frais médicaux. Certains médias ont toutefois allégué que ce transfert était destiné à apaiser l'opinion publique et éviter la réédition des violentes manifestations qui ont ébranlé New Delhi et entraîné la mort d'un policier.

"C'est une décision politique", qui n'a aucun sens, s'est ému Samiran Nundy, chef du service de transplantation d'organes et de chirurgie digestive de l'hôpital Sir Ganga Ram de New Delhi. "Je ne comprends pas comment on peut transférer un patient dans un état critique qui souffre de septicémie avec une forte fièvre et qui est placé sous respiration artificielle", a-t-il dit.

LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES SONT "UN PROBLÈME"

Le premier ministre a reconnu que les violences contre les femmes étaient "un problème" significatif en Inde où près de 90 % des 256 329 crimes violents enregistrés en 2011 ont une ou des femmes pour victime(s), selon les chiffres officiels. Manmohan Singh s'est engagé à mieux protéger les femmes contre les crimes sexuels et a souhaité des peines plus sévères pour leurs auteurs. Il a également ordonné la création d'une commission d'enquête spécialement chargée de cette affaire.

Depuis une semaine, des milliers de personnes protestent en Inde contre le viol collectif d'une étudiante il y a une semaine.

Les photos, noms et adresses des violeurs condamnés seront désormais publiés sur des sites internet de l'administration fédérale. La mesure concernera d'abord New Delhi. Par ailleurs, davantage de femmes officiers seront recrutées par la police de Delhi.

Les viols collectifs sont quotidiens en Inde et beaucoup d'entre eux ne font pas l'objet d'une plainte de la part des victimes, qui ne font pas confiance au système judiciaire poussif et sont découragées par les réactions des policiers hommes.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #474 le: 11 janvier 2013 à 21:00:46 »
Bon. Ce que je ne sais pas, c'est ce qu'ils ont fait de l'ami en question. L'ont-ils jeté hors du bus ? A-t-il essayé d'appeler la police ? Et le chauffeur ? Y a-t-il des caméras ?

Je prends volontairement de la distance quand à cette affaire horrible et espère surtout que les paroles du ministre ne seront pas uniquement du vent. Je suis outrée des réactions des politiciens qui apparemment sont plus inquiets des manifestations que de ce qui s'est passé... :fache: :fache: :fache: :fache: :fache:

Paix à l'âme de cette pauvre femme qui a subi un martyre avant de mourir.  :fache: :fache:

Et comme je ne suis pas "la société", à titre personnel je souhaite une très longue peine de prison dans une prison horrible, à tous ces agresseurs.  :merci: :merci: :merci:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #475 le: 24 janvier 2013 à 14:15:34 »
le dégueulis du jour, la radio merdique ou on balance propos racistes, après propos homophobes, après propos sexistes... tresfache tresfache

Citer
Sur RMC, Nafissatou Diallo ou « le conte de fée » d’une « mocheté »

        « Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux » ;
        « C’est un conte de fées » ;
        « C’est un tromblon. Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million de dollars, c’est quand même extraordinaire cette histoire. »

Charlies Ingalls, riverain de Rue89 et auditeur de RMC, a contacté Rue89 pour dénoncer les « ignominies » qu’il a entendues dans les « Les Grandes Gueules » le 21 janvier.

RMC, le 21 janvier 2013, « Les Grandes Gueules ». Le bar PMU de la bande FM, une fois de plus, fait parler de lui. S’appeler « Les Grandes Gueules » semble justifier tous les discours.

Les invités d’Alain Marshall et d’Olivier Truchot, ce lundi 21 janvier 2013, étaient Marie-Anne Soubré, avocate, Franck Tanguy, conseiller en investissement financier, et Sophie de Menthon, chef d’entreprise.
« A combien tu estimes le viol ? »

Comme tous les matins, l’actualité est passée en revue, la neige, les otages en Algérie, le Mali, et au début de la deuxième heure de l’émission, Nafissatou Diallo.

« On connaît grâce à nos amis du JDD le montant versé par Dominique Strauss Kahn, 1,5 million de dollars », annonce l’un des animateurs de l’émission. S’ensuit alors une série de commentaires sur le montant et sur la différence qui existe entre les systèmes juridiques français et américains.

L’avocate Marie-Anne Soubré s’étonne de ce million et demi de dollars qui ne correspond pas selon elle aux standards américains. Mais de toute façon, pour « Nafissatou Diallo c’est énorme », lui répond-on. Et la machine est lancée.

    « A combien tu estimes le viol ? »

Tels des consommateurs accoudés au bar PMU du coin, la fine équipe du 11 heures de RMC se lâche :

    Sophie de Menthon : « Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte ? [...] Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux. »

    Franck Tanguy : « Je ne suis pas loin de penser la même chose Sophie, je me suis fait la réflexion hier. »

    Sophie de Menthon : « Moi je pense que l’argent qu’elle a gagné, qui lui permet d’élever sa fille, elle ne l’aurait jamais eu dans toute son existence et j’espère qu’elle oubliera ce moment extrêmement désagréable [...] Il y a des femmes dans la rue, je suis sûre qu’elles ont pensé ça, en disant j’aimerais moi être femme de chambre dans un hôtel et que ça m’arrive. »

Extrait des « Grandes Gueules », sur RMC

L’ascenseur était en panne, t’as pris l’escalier ? Prends le viol voyons c’est mieux…
« Pretty Woman », « moche comme un cul »

Marie-Anne Soubré essaye pourtant de tempérer ses amis, « il n’y a pas de prix d’un viol ». Rien n’y fait. Sophie de Menthon trouvera quand même le temps de s’émouvoir du sort des femmes. Ah, enfin… Nafissatou Diallo ? Mais non !

    « Je trouvais scandaleux que ce soit Anne Sinclair qui soit obligée de payer. »

Nous voilà rassurés. On nous apprend que des conférences à travers le monde, plutôt bien rémunérées, permettront certainement à Dominique Strauss Kahn de payer lui-même cette somme. L’honneur des femmes est sauf. Pourquoi s’émouvoir de la dimension traumatisante d’un viol, d’une tentative de viol, d’une agression sexuelle [en août 2011, les poursuites au pénal contre DSK ont été abandonnées en raison du manque de crédibilité de la plaignante, ndlr].

Le destin de Nafissatou Diallo est après tout un « conte de fées », un « conte de fées » vous dit-on. Il ne faut pas oublier qu’il « y a un an c’était une femme de ménage qui gagnait 1 000 euros », « c’est Pretty Woman ». Quoi Pretty Woman ? Même pas voyons, c’est lui faire trop d’honneur pour Franck Tanguy. C’est juste « un tromblon ».

    « Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire. »

Extraordinaire en effet. Mais pourquoi toutes ces femmes laides qui se font violer ne remercient-elles pas leur bourreau de s’être intéressé à elles ? On devrait leur coller des procès, surcharger notre justice déjà bien à la peine, non mais ! Laisser vous trousser !
« Une menteuse quand même »

Puis, « Nafissatou, c’est d’abord une menteuse quand même », « quand elle est entrée dans le pays, elle a raconté des histoires ». Alors c’est bon hein, un petit viol, une petite agression sexuelle…

Marie-Anne Soubré essaye toujours de ramener ses amis à un peu de raison, consciente de la gravité des propos tenus, mais rien n’y fait. Franck Tanguy ajoute même :

    « C’est un horrible événement dans sa vie dont certainement elle se rétablira, mais pour elle c’est quand même… ça va quoi ! »

Une heure se passe. La suite de l’actualité… Peut-on espérer un mea culpa peut être à la fin de l’émission, parce que la direction de RMC aura eu vent de ces propos ignobles. Ecoutons la suite.
Un auditeur : « C’est minable »

En fin de programme, un auditeur a la possibilité de reprendre l’un des intervenants du jour pour lui exprimer son désaccord. Philippe, commercial en Indre-et-Loire, est à l’antenne.

Il exprime auprès de Franck Tanguy tout le dégoût qu’il a ressenti en l’écoutant. Ses propos à l’égard de cette femme « laide, moche, simple femme de chambre, pas intello », cette « inégalité de considération humaine » quand il s’agit d’une femme violée, de la part d’un homme qui défend de tout son être la cause des homosexuels.

Philippe rappellera aussi à Sophie de Menthon le temps ou elle disait avoir été victime « de tentatives de baisers forcés ». Pour son bien certainement ? Ou alors, non, madame Sophie de Menthon ne saurait considérer un viol, ou même une tentative de viol à son égard comme un conte de fée, voyons, pas les mêmes valeurs... Nafissatou Diallo, quelle immense chance d’avoir été violée par DSK.

C’est « minable » lancera Philippe. Minable, il a dit minable ? Oui minable. Et là ? On se dit, ça y est, Philippe y est arrivé, il a exprimé ce que beaucoup ont pu ressentir en écoutant la logorrhée Tanguyesque assaisonnée de sauce de Menthon.

Loin de là voyons, naïf que nous sommes. Jusqu’au bout dans l’ignominie, Franck Tanguy continuera à soutenir sa thèse. Plus d’un million de dollars pour un laideron, on croit rêver : c’est elle qui aurait dû payer !


Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #476 le: 24 janvier 2013 à 17:19:13 »
Minable, c'est le mot.  :rougefache:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #477 le: 24 janvier 2013 à 18:58:24 »
La question se pose de savoir si la décomplexion se suffit à elle-même pour être légitime... Mais le simple fait de le formuler comme ça, et c'est la droite qui crierait à la censure. Un comble...
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #478 le: 25 janvier 2013 à 09:27:38 »
Je suis toutefois persuadée que dans la tête de ces  tresfache tresfache tresfache, une femme de ménage est une "pauvre" avant d'être une femme, et c'est ce qui justifie leur discours réflexe face à leur haine du pauvre ..... Ils n'ont certainement pas l'impression d'attenter à la condition des femmes car dans leur tête ND n'en est pas vraiment une  ; le fil aurait pu se rebaptiser provisoirement "la condition des pauvres" ....
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #479 le: 30 janvier 2013 à 11:28:22 »
une petite tape sur les doigts, ils vont pleurer à la censure, au politiquement correct et vont continuer comme avant...

Citer
Propos sur Nafissatou Diallo : le CSA met RMC en demeure
Le Conseil supérieur de l'audiovisuel pointe des formules "attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste".

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a mis en demeure mardi 29 janvier la radio RMC pour les "propos injurieux, misogynes, attentatoires à la dignité de la personne et à connotation raciste" tenus à l'antenne sur Nafissatou Diallo, le 21 janvier lors de l'émission "Les grandes gueules".

"Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte ? [...] Je me demande, c’est horrible à dire, si c’est pas ce qui lui est arrivé de mieux", avait notamment déclaré Sophie de Menton, une des chroniqueuse de l'émission présentée par Alain Marschall et Olivier Truchot.

La mise en demeure est le deuxième niveau d'avertissement du CSA. En cas de récidive, le gendarme audiovisuel peut décider, dans de très rares cas, de sanctions, comme la suppression d'une tranche de publicité, la lecture d'un communiqué d'excuses lors d'un journal télévisé ou une amende qui peut aller jusqu'à 3% du chiffre d'affaires.

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #480 le: 30 janvier 2013 à 13:49:53 »
Ce qu'il faudrait surtout, c'est quelqu'un pour leur rappeler qu'ils ne sont pas du bon coté de la frontière. Je parle de celle qui sépare le politiquement incorrect de la c.nnerie de base.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #481 le: 07 février 2013 à 17:56:59 »
Je viens de lire le propos de Sophie de Menthon ... Oui tu as raison Réveillonsnous  :fleur2: Nafissatou Diallo a le tort d'être noire et pauvre , c'est à dire tout ce qu’exècre Notre Sainte Sophie De la Perlouse . Combien de fois l'ai-je entendue s'indigner faussement par cette phrase censée la dédouaner de l'horreur qu'elle allait balancer juste derrière . Oui c'est horrible de donner la parole à ces sinistres personnages qui occupent par ailleurs des postes de la Fonction Publique (sosso est en effet membre de Conseil économique et Social ) . On vit une époque formidable : c'est horrible de penser cela . :diable:
« Modifié: 07 février 2013 à 17:59:39 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #482 le: 29 mars 2013 à 16:48:16 »
Cette information aurait eu sa place dans un fil consacrée a israël, ou bien dans un fil consacré à l'immigration, ou dans un fil consacré au racisme,  mais en fait cela concerne surtout les femmes, les femmes dans le monde.
Bien spur ça date un peu, mais je pense que c'est important.

Citer
The director-general of the Health Ministry, Dr. Roni Gamzo, has instructed Israel’s four HMOs to institute new standards when renewing prescriptions of the birth-control drug Depo-Provera for new immigrants from Ethiopia, and any other country, Haaretz reported on Sunday.

In early December, investigative reporter Gal Gabbai revealed on her television show “Vacuum” that many women who immigrated to Israel from Ethiopia were coerced to receive the shots. Many women interviewed by Gabbai said that Israeli representatives from the Joint Distribution Committee (JDC) and the Health Ministry at the transit camps in Ethiopia told them that they had to receive the shots if they wanted to immigrate to Israel and continue receiving medical treatment from the JDC.

Get The Times of Israel's Daily Edition by email
and never miss our top stories   Free Sign up!

While Gamzo stopped short of admitting any wrongdoing by the ministry, he did acknowledge the allegation that many women were given shots of the drug without fully understanding its effects.

Two weeks ago, the Association for Civil Rights in Israel (ACRI) sent a letter to the Health Ministry citing serious suspicions it was conducting “a policy intended to control and monitor fertility” among the Ethiopian community. Furthermore, ACRI said that the data reported in the media indicate an attitude toward the Ethiopian community that is “paternalistic, arrogant and racist” and “severely limits the freedom of Ethiopian women to choose the method of birth control most suitable for themselves.”

Last week, Gamzo wrote to the HMOs that, without “taking a position or determining any facts based on the allegations,” he instructed that doctors not renew Depo-Provera prescriptions for either Ethiopian women or those of any other nationality “if there is any concern that they do not understand the implications of the treatment.”

Gamzo said that the drug can be given to women who specifically request birth control and who understand all the side-effects of this method as opposed to other options.


Article complet

Pour les personnes qui ne sont pas familières de l'anglais, il y a en ce moment une enquête qui est faite sur la politique d’Israël envers les juives éthiopiennes (pour dire clairement, pour les juives NOIRES). Il semblerait qu'on ait bien fait comprendre à ces femmes que une des conditions sine qua none pour émigrer en israël soit d'accepter des piqûres dont il n'est pas sûr du tout qu'on leur ait expliqué qu'il s'agissait de contraceptif.
Il s'agit d'injection faites tous les trois mois et qui empêchent d'avoir des enfants.
Ceci est confirmé par la chute drastique du nombre d'enfant par femme de cette catégorie de la population dans la dernière décennies, qui ne peut absolument pas être confondue avec le bien connu "chute du nombre d'enfant par femme sur plusieurs génération lors de la facilitation de l'accès à la contraception".

Une caméra cachée a apparemment montré le mépris évident de certaines infirmières pour les immigrantes éthiopienne, infirmières qui expliquaient basiquement que "si on faisait ça, c'est parce que les femmes éthiopiennes ne comprenaient rien à la contraception, qu'elles oubliaient, etc..." et autres sympathiques jugement. Bref, elles sont trop cons pour se prendre en main, transformons les en bétail (ça c'est moi qui rajoute)...

Ca commence à s'agiter sérieusement en israël à ce propos, surtout qu'apparemment ce n'est pas la première fois qu'Israël est pris la main dans le sac à faire des choses dans ce goût là.
La seule chose que je n'ai pas réussi à déterminer en lisant plusieurs articles, c'est si on ne leur pas dit que c'était un contraceptif, ou si on leur a dit que c'était un contraceptif mais qu'on ne leur a pas dit qu'à la longue ça avait un effet stérilisant.

Bref, ce qui semble en tout cas confirmé, c'est que des gens sont venus dans des camps de transit pour bien expliquer que l'immigration était possible au prix de ces injections....

Faites passer la bassine....  :berk1: :berk1: :berk1: :berk1:


Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #483 le: 29 mars 2013 à 17:08:30 »
 :| :| 8| bon sang
il y a une version française pour bien comprendre l'horreur du truc

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #484 le: 29 mars 2013 à 18:00:56 »
Je viens de lire en diagonale le propos de l'horreur ! je vais être concise : les salauds ! :diable:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #485 le: 29 mars 2013 à 20:09:00 »
Une des choses qui m'exaspèrent le plus dans cette histoire, c'est que l'espère de pseudo "démenti on ne prend pas position" du gouvernement est à peu près aussi méprisant que la politique en question, mais ils ne semblent même pas s'en rendre compte !!! Genre "il faut être sûre qu'elles comprennent" (sous entendu, les idiotes)  :fache: :fache: :fache:
En même temps, si on leur dit juste la vérité, dans leur langue, elles vont comprendre, hein.

J'attends avec impatience qu'on décide de mener des négociations avec le gouvernement israëlien, mais en chinois, et sans traducteur. Après on leur dira "ah ben alors vous comprenez pas bien, hein, z'êtes un peu cons"...  :rougefache: :rougefache:
Et d'ailleurs accessoirement, dire la vérité et décrire toutes les conséquences d'un traitement quel qu'il soit, à n'importe quel patient, devrait être la règle.   tresfache tresfache tresfache

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #486 le: 30 mars 2013 à 10:50:54 »
Profonde et affligeante débilité dans laquelle s'enfonce l'Etat d'Israël... Elle est belle, la "terre promise"!  :diable:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #487 le: 09 avril 2013 à 05:59:11 »
Citer
Camarades féministes, je vous rends hommage


Imaginez un groupe de gens : vous pouvez choisir le contexte social et affectif qui vous « parle » le mieux, peu importe, car on dégagera des constantes comportementales collectives indépendantes de la CSP et du type de groupe.

Imaginez donc, à votre guise, une famille, un groupe de collègues, de potes, des couples, des forums, des sites, des blogs, une émission de télé, de radio, un repas entre amis, bref des assemblées diverses, officielles ou non, IRL ou virtuelles.

Visualisez une femme ou plusieurs dans ce groupe donné. Vous y êtes ? ok. Maintenant, visualisez-la dans trois situations précises de prise de parole, que cette parole soit orale et physiquement adressée au groupe ou écrite et mise en ligne face à ce groupe :
- Elle est en train de contrer un argument qui lui paraît sexiste
- Elle défend un argument féministe
- Elle dit simplement « Je suis féministe »

Ce n’est plus une femme : c’est une emmerdeuse. Elle n’est pas drôle (ou ne l’est plus). Elle est « lourde ». Elle est hystérique. Elle a besoin d’un bon coup de bite. Elle saoule. Sérieux, elle saoule, quoi.

Il y a peu, j’écrivais que pour briser les codes sociaux, quels qu’ils soient, il faut avoir du courage. Je le réaffirme aujourd’hui, sans qu’il soit pour autant question de nous décerner des médailles, mais toute personne qui a un jour élevé la voix contre un ordre établi sait de quoi je parle.

Briser les codes (et pas uniquement sur le web hein, on parle ici des luttes 2.0 ET des luttes de terrain, bien que le web soit lui aussi une forme de « terrain ») demande de la volonté, du cran, un mental d’acier, et de l’endurance.

Cela exige aussi qu’on soit à même d’assumer le regard des autres, très majoritairement négatif. Oui, négatif. Le soutien militant en interne ne compense pas la violence du rejet global.

Briser les codes, lutter, militer au quotidien, ça demande également de la force. Celle d’accepter que notre entourage proche, notre famille, nos collègues, nos enfants, nos amis, ne comprennent pas forcément ce qui nous pousse à refuser de nous taire, et ce qui fait de nous une personne aussi « chiante » et « pénible ».

Mais ça exige surtout, et c’est là qu’on a besoin d’être, à l’intérieur de soi, d’une solidité à toute épreuve, l’audace de l’indifférence absolue à l’opinion d’autrui tout en étant capable d’aller interpeler cette opinion rétive au changement. Être féministe n’est pas une posture passive, mais le choix de poser des actes quotidiens, au détriment de la récompense sociale que constitue l’approbation des autres.

Car briser les codes, c’est renoncer définitivement à chercher cette approbation, et accepter une fois pour toutes qu’il faut en avoir bien fini avec la démarche de réassurance narcissique, car elle ne viendra jamais du militantisme. Celle ou celui qui vous affirme que militer est une forme de narcissisme est probablement quelqu’un qui se contente de s’écouter parler face à une assemblée préalablement acquise à sa cause et à sa petite personne, et qui n’a jamais retroussé ses manches pour aller s’exprimer et lutter dans le vrai monde, celui qui n’est ni réceptif ni bien disposé à l’égard de l’égalité totale (ou, comme le prétendent nos détracteurs, du « totalitarisme égalitaire »).

Être féministe, c’est aussi l’assurance de passer pour une hystérique, une conne, une pouffiasse, une mal baisée, une emmerdeuse, une fille qui n’a pas d’humour, une mauvaise mère, une mauvaise épouse, une mauvaise travailleuse, une personne « pas corpo », une empêcheuse de régner en rond, une femme qui ne « comprend pas », qui « devrait arrêter », qui « exagère », qui « voit le mal partout », qui « veut se rendre intéressante », qui « cherche la merde ».

C’est remettre cent fois son ouvrage sur le métier en sachant parfaitement que viendront, toujours, et très très vite, les insultes, les menaces, le discrédit, l’incompréhension, le mépris, les moqueries, le rejet, la violence et la hargne.

Et être féministe, c’est ne pas avoir peur. Ni d’être seule, ni d’être plusieurs, ni d’être avec, ni d’être contre, ni d’être trop, ou pas assez, ou pas correctement.

C’est refuser d’agir en fonction du droit des autres à nous prescrire la signification symbolique de nos actes. C’est s’affranchir de leur regard et en être plus heureuse, plus sereine, plus forte, plus égale en somme, même sous un déluge de haine.

J’accueille aujourd’hui cette haine avec une indifférence si totale que j’ai presque du mal à me souvenir de ce que je ressentais, il y a encore 5 ans, quand on me promettait de me saigner comme une truie, ou de me violer parce que c’était tout ce que je « méritais ». Quand après une intervention publique je recevais des mails orduriers. Quand suite à un article on m’insultait copieusement. Quand ma famille me regardait avec horreur parce que j’avais repris mes études en laissant à mon mari le soin de s’occuper de nos enfants pendant que j’étais à la fac, après une journée/semaine de boulot. Quand certains de mes amis ont préféré se détourner de moi parce que j’étais devenue « pas marrante ».

Aujourd’hui tout cela me laisse froide. On me traite toujours de grosse pute, de salope, de pourriture, de connasse, de mal baisée, et dans un registre plus calme, on m’explique toujours à quel point le féminisme c’est de la merde, à quel point je me fourvoie, à quel point nous avons toutes tort, à quel point « nous exagérons ». Je ne fais même plus semblant de m’en préoccuper, j’en ai fini avec le regard des autres. Il ne m’intéresse pas.

J’ai toujours été brutale et ça me convient parfaitement. Quand j’avais 20 ans on me reprochait déjà de me comporter « comme un vrai mec » et aujourd’hui, même avec du vernis sur les ongles et du fard à paupières, mon comportement est, plus que jamais, celui d’une femme qui a choisi d’oublier la place que la société lui assigne. Je n’ai plus à me faire passer pour ce que je suis pas, et je n’ai pas besoin d’être approuvée pour valider mes prises de position.

Mais j’ai morflé plus souvent qu’à mon tour et ça, je ne l’ai pas oublié. Alors même si je suis entièrement d’accord avec cet article paru chez Reflets sur l’indignation 2.0, il n’en reste pas moins que lorsqu’on est à la fois un(e) militant(e) de terrain ET qu’on publie régulièrement, on sait à quel point la violence virtuelle peut faire mouche, et mettre à genoux. Tout autant que la violence de terrain.

Aujourd’hui, j’avais donc envie de rendre hommage à toutes les féministes de mon entourage, qui luttent ici et IRL. Et qui affrontent jour après jour les insultes et le discrédit. Celles qui, sur le web et dans leur quotidien, ont choisi de ne pas cautionner, et de se dresser contre l’ordre établi, même si la facture est souvent salée.

Celles qui ont la patience d’expliquer la convergence des luttes, le sexisme au sein de certaines communautés, le mansplaining, la culture du viol, et bien d’autres choses encore. Celles qui doivent répéter, encore et encore, que lutter contre le patriarcat n’est pas lutter contre les hommes, et qui supportent patiemment (ou pas) qu’on leur rie au nez.

Celles qui continuent à se battre parce qu’elles savent qu’elles contribuent, chacune à leur façon, chacune à leur échelle, à l’évolution d’une société qui n’a pas été pensée pour elles ni par elles mais à leurs dépens. Celles qui savent que les filles de leurs détracteurs recueilleront, dans quelques années, les fruits de leurs combats, et que cette évidence justifie à elle seule de ne jamais baisser les bras.

Elles ont 20 ans, 40 ou 60, elles ont chacune une personnalité unique, elles n’utilisent pas toutes les mêmes moyens, et nous divergeons parfois sur certains points. Il arrive même que nous exprimions des désaccords frontaux sur notre façon de militer mais comme le disait Martine Storti au dernier congrès du Planning Familial, pourquoi les dissensions paraissent-elles normales au sein de n’importe quel mouvement politique tandis qu’on exige du féminisme une unité totale ?

Le féminisme n’a pas à être unique, il a simplement une raison d’être. C’est tout ce qui compte. Il n’est pas divisé, il est multiple. Je peux être allergique à OLF mais relayer avec conviction une de leurs campagnes. Puis en critiquer une autre. Je peux hurler devant un argument abolitionniste mais approuver chaudement une abolitionniste engagée contre la traite des femmes. Cela n’invalide en rien la cohésion globale.

Alors je rends hommage aux camarades qui, loin de céder à la facilité du prêche en vase clos, vont quotidiennement de l’avant en portant la parole féministe haut et fort, dans des cercles non conquis, non acquis. Elles encaissent tout, elles prennent cher, et elles y retournent. On les conspue, on les insulte, on tente de les ridiculiser, on critique leur ton, leurs mots, leur attitude, leurs parcours, leurs choix, on essaie coûte que coûte d’invalider leur action, mais elles tiennent bon.

Je vous rends hommage, je vous applaudis et je nous engage toutes à continuer. La semaine a été rude, le mois n’a pas été extra, l’année a démarré morose, mais les dernières décennies nous ont fait des promesses. Soyons fières de les tenir.

A-C Husson / (Site : Ca fait genre)
ValérieCG / (Site : Crêpe Georgette)
Mar_Lard /
ProseFTW / (Site : Prose (et quelques vers))
Mélange Instable / (Site : Mélange instable)
Tanxxx / (Site : Tanxxx)
Lauren Plume / (Site : Les questions composent)
Scolastik
Morgane Merteuil (Site : STRASS)
Just_Spleen
LesDégenreuses (Site : Les dégenreuses)
Antisexisme (Site : Sexisme et sciences humaines – Féminsisme)
Kamille (Site : La fabrique d’hirondelles)
Dame_Moustache / (Site : Égalitariste)
Ovidie / (Site chez Métro France)
Lady_Pora / (Site : Transsorceleuse)
Contrées Zinzolines / (Site : Zinzolines)
Clarisse Clirstrim
Dariamarx / (Site : Dariamarx)
Olympe / (Site : Le plafond de verre)
Koala / (Site : Le blog de Koala)
Evelyne Dahlia / (Site : Garageland)
Dame_Fanny / (Site : Café langues de putes)
Eve_Robert / (Site : Le mauvais genre)
PoulePondeuse / (Site : La Poule Pondeuse)
Johanna Luyssen / (Red chef adjointe de Causette)
Placardobalais / (Site : Les vitamines du bonheur)
Diane St Réquier / (Site : L’actu à la loupe)
_LaMarquise / (Site : Le cérébro)
Entrailles / (Site : Les entrailles de Mademoiselle)
LadyDylan / (Site : Journal d’une dilettante)

PS : Je n’ai pas cité d’hommes, bien qu’il y ait des activistes enthousiastes dans mon entourage, mais ce billet est un temps de non mixité symbolique. Merci de votre compréhension, les gars.

PS2 : J’aurai forcément oublié des gens. Signalez-vous, je complèterai.

PS3 : Il est de notoriété publique que je manie l’arbitraire avec une aisance totale en ce qui concerne les commentaires, n’hésitant pas à les fermer quand je n’ouvre aucun débat. Aujourd’hui je vous propose autre chose : la semaine féministe a été rude pour pas mal de camarades, donc commentez si vous voulez, mais uniquement pour être SYMPAS avec elles, et sans dégueuler non plus sur les gens qui ne l’ont récemment pas été : c’est pas le but du billet.  Je virerai tout commentaire fout-la-merde. Pourquoi ? Parce que.

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3177
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #488 le: 09 avril 2013 à 08:46:39 »
combatif,intéressant et revigorant. :super:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #489 le: 14 avril 2013 à 08:02:22 »
Le Tadjik qui se tend a ses exigences, Madame...  :grrr:

Citer
Au Tadjikistan, les étudiantes obligées de porter des talons hauts

L'information pourrait prêter à sourire: le recteur de l'université d'Etat de Douchanbé, au Tadjikistan, Rakhmonov Abdujabbor, a annoncé début avril qu'un nouveau dress code s'appliquait désormais aux étudiantes: elles devront porter des vêtements unicolores et des chaussures à talon. Hauts, les talons: jusqu'à 10 centimètres. Si elles ne se plient pas à ce nouveau règlement, elles se verront refuser l'entrée de l'université, rapporte Le Journal international.

En ce qui concerne les vêtements, l'idée serait d'instaurer une sorte d'uniforme «souple», permettant de minimiser les  signes extérieurs de richesse. Et pour les talons?

Le Journal international rapporte les propos de Radzhabmo Kosimova, présidente du Conseil des femmes de l'Université, tenus à la radio Ozodi:

    «Les mocassins gâchent l'apparence des filles. Nous pensons que les talons aident les femmes à se sentir plus féminines, plus sûres d’elles, et que cela rend leurs interlocuteurs plus à l'aise.»

Emma Sabzalieva, qui tient un blog sur l'Asie centrale et l'éducation supérieure, s'interroge:

    «Se pourrait-il vraiment que le recteur croit qu'édicter un tel code vestimentaire (qui est bien plus explicite que le dress code national qui s'applique aux étudiants) et installer des surveillants à l'entrée qui en vérifient l'application (...) sera à même d'augmenter l'expérience d'apprentissage des étudiantes? Que cela les rendra plus intelligentes ou mieux équipées pour apprendre? Bien sûr que non.»

Rakhmonov Abdujabbor n'aime pas que les journaliste se mêlent de sa façon de diriger l'université. Alors que la direction niait avoir mis en place ce règlement, une journaliste de l'agence Asia Plus s'est rendue sur place pour faire un reportage, au cours duquel elle a pu interviewer des étudiantes qui ont confirmé l'information, une se plaignant par exemple de devoir mettre des talons («J’ai des problèmes aux chevilles et j'ai du mal à marcher avec ces chaussures hautes», selon une traduction du Journal international). Mais Rakhmonov Abdujabbor a «saisi et confisqué l’appareil photo et le dictaphone de la journaliste» puis l'a fait arrêter, sous prétexte qu'elle avait pris des photos de lui sans autorisation. La journaliste a été relâchée le 4 avril.

Le recteur est un habitué des controverses vestimentaires, rappelle le site Vocativ. Lorsqu'il était ministre de l'Education, il avait «interdit le port du hijab dans les écoles publiques, instaurant des contrôles aléatoires pour vérifier l'application de la règle. Alors qu'il est lui-même musulman, comme 98% des Tadjiks, il avait été accusé de mener une guerre contre l'islam. Ces accusations avaient été croissant quand il avait exigé que tous les hommes de l'université islamique du Tadjikistan se rasent la barbe et portent des costumes et des cravates en classe».


http://www.slate.fr/lien/70777/tadjikistan-femme-talon-universite-dress-code
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #490 le: 14 avril 2013 à 12:05:57 »
Bande de tarés !
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #491 le: 14 avril 2013 à 12:21:24 »
un bon coup de talon d'en l’œil, ce recteur sera dégouté des talons, blaireau :pascontent1:

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3177
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #492 le: 14 avril 2013 à 12:46:08 »
be cool :mrgreen:

Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7878
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #493 le: 25 avril 2013 à 16:29:14 »
Soumission des femmes et soumission des hommes sont étroitement liées, ne pas l'oublier!

Citer
L’Arabie saoudite expulse des hommes trop beaux

Trois hommes ont été interpellés par la police des moeurs lors d’un festival culturel à Riyad le 17 avril, comme l'explique The Telegraph, parce qu'ils étaient trop beaux.

Les autorités du Royaume ont jugé que les trois hommes étaient dangereux. Manu militari, «les trois Emiratis ont été évacués par le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice de peur que les femmes puissent succomber à leur charme», a indiqué un responsable du festival. Une fois évincés de la fête, les trois hommes ont été renvoyés dans leur pays, aux Emirats arabes unis.

Le site Asiantown pense connaître l'identité de l'un d'entre eux: Omar Borkan Al Gala. Photographe, acteur, poète, il est aussi sacrément gâté par la nature.

Comme on peut le voir sur Jezebel, qui reprend l'info d'Asiantown, il est adepte des regards à l’horizon et de Photoshop. Ses fans le trouvent tellement sexy qu’elles/ils se répandent en billets sur Tumblr. Sur sa page Facebook, le jeune homme a posté un lien vers un article sur l’incident au festival, sans préciser s’il faisait partie des trois hommes, et en commentant: «C’est ce qui est écrit dans des journaux partout dans le monde.»

Le Telegraph, tout comme le site Algamal.net, suppose néanmoins que les trois beaux gosses ont pu être expulsés pour une autre raison.

Les Emirats Arabes Unis ont en effet déclaré dans un communiqué officiel que la police religieuse était soucieuse à cause de la présence inattendue d'une artiste féminine émiratie dans le pavillon. Le chef de la délégation des Emirats Arabes Unis a déclaré:

    «Sa visite au stand des Emirats Arabes Unis était une coïncidence, elle n'était pas dans le programme que nous avions fourni à la direction du festival.»

The Telegraph souligne qu'on ne sait pas s'il y a un lien entre la présence de cette femme et l'éviction des hommes «trop beaux».

L'Arabie saoudite est particulièrement conservatrice. Le pays est régulièrement critiqué par les organisations des droits de l'homme pour sa politique de discrimination envers les femmes. En septembre 2011, Brian Palmer expliquait sur Slate pourquoi le roi Abdallah avait accordé le droit de vote aux femmes lors des élections municipales de 2015 et de la Choura, une assemblée consultative, mais pas le permis.

Article mis à jour le 25/04/13 avec des précisions sur Omar Borkan Al Gala et sur le fait que seul Asiantown l'a identifié.


http://www.slate.fr/lien/71621/arabie-saoudite-expulser-beaux-hommes
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #494 le: 04 mai 2013 à 21:41:18 »
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3177
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #495 le: 05 mai 2013 à 09:09:33 »
 :mdr1: :mdr3:

Excellent.
T'es en pleine forme ces jours-ci.
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #496 le: 05 mai 2013 à 16:16:32 »
Ça a été censuré sur Marianne 2. Depuis que la modération y est sous-traitée à une société de service, il devient difficile d'envoyer des trucs humoristiques sur des sujets délicats. On a l'impression que les modérateurs ont peur de se faire virer s'ils laissent passer quelque chose qu'ils ne comprennent pas. Alors à tout hasard ils censurent.
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #497 le: 12 mai 2013 à 10:26:40 »
Citer
La place des femmes dans les manuels scolaires

Sur près de 3 500 personnages sexués répertoriés dans les manuels scolaires, on décompte une femme pour cinq hommes, selon deux études menées par le Centre francilien de ressources pour l’égalité femmes-hommes Hubertine Auclert. Ces deux études font le même constat de la sous-représentation des femmes et de la persistance des représentations stéréotypées dans les manuels scolaires. L’Observatoire des inégalités propose des extraits de ces rapports.

suite...suite...suite

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : La condition des femmes dans le monde
« Réponse #498 le: 04 juin 2013 à 20:47:04 »
Retour aux sources.
Depuis qu'on ne doit plus se moquer des homosexuels, qui pourra-t-on ridiculiser dorénavant ?
Bon dieu, mais c'est bien sûr !
Des femmes, pardi !



Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : La condition des femmes dans le monde et féminisme
« Réponse #499 le: 29 août 2013 à 07:57:38 »
Citer
Arguments anti-féministes (2) "Tu es trop agressive, cela nuit à ton message"


Agressive: se dit en particulier d’une féministe avec laquelle on est en désaccord.

Étrangement, c’est l’un des arguments les plus difficiles à contrer. Pourquoi? Parce que ce n’en est pas vraiment un. C’est surtout un moyen de détourner ou clore le débat, de discréditer la personne d’en face sans avoir à répondre à ses arguments.

Dans les milieux féministes en ligne, ce phénomène est connu comme le "tone argument" (argument de/du ton). Le Geek Feminism Wiki en donne une bonne définition:

    [C'est] un argument utilisé dans des discussions, [...] suggérant que les féministes auraient plus de succès si elles (ils) s’exprimaient sur un ton plus agréable. Il est aussi parfois décrit comme "on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre", une variante particulière de l’argument de ton.

    L’argument de ton est une forme de détournement de la conversation [derailment], ou un leurre, car le ton d’une affirmation est indépendant du contenu de l’affirmation en question, et le fait d’attirer l’attention sur le ton détourne du problème dont il est question.

L’emploi de l’argument de ton empêche la (le) féministe accusé-e de développer son propre argument et vise in fine à la (le) faire taire.

C’est sûrement l’un des arguments les plus entendus et les plus stéréotypés. Il est en partie lié aux normes de genre: les femmes ne sont pas censées s’exprimer de manière déterminée ni revendicative, ni hausser le ton. Une femme qui parle fort, c’est vulgaire (c’est le stéréotype insultant de la poissonnière); une femme qui s’emporte est forcément irrationnelle, d’ailleurs elle a sûrement ses règles, non?

On a vu ce stéréotype à l’œuvre pendant la campagne de 2007. L’agressivité du premier, à laquelle il a essayé de mettre un frein au tournant de son quinquennat ("Casse-toi pauv’con"), fait partie d’une stratégie consistant à surjouer une certaine forme de virilité. Elle a été dénoncée, certes, mais aussi interprétée comme l’expression de sa détermination, de sa force, etc. L’agressivité (réelle ou supposée) de Royal n’a en revanche jamais été interprétée de manière positive et a fourni un prétexte idéal à ses adversaires pour la discréditer. Ainsi, au lendemain du débat d’entre-deux tours, on pouvait lire ceci:

    Invité de RTL, Nicolas Sarkozy s’est déclaré "un peu étonné d’une certaine agressivité" de Ségolène Royal lors du face-à-face de la veille. "C’était peut-être volontaire, peut-être une stratégie de sa part. Je ne la conteste pas, ou ne la critique pas", a-t-il expliqué. Le candidat UMP a ajouté que la colère manifestée par sa rivale socialiste pendant le débat était "une forme d’intolérance". "C’est au fond assez révélateur des réactions d’une certaine gauche qui considère comme illégitime toute personne qui n’a pas ses idées", a-t-il affirmé, tout en minimisant l’importance du débat dans le choix des Français dimanche. "Je n’ai pas cette vision dramatique d’un moment de la campagne", a-t-il déclaré.

Et deux jours avant l’élection:

    [Nicolas Sarkozy] est revenu sur le débat télévisé souvent houleux qui l’a opposé mercredi soir à Ségolène Royal. La candidate socialiste l’a vigoureusement accroché, notamment sur le nucléaire et sur la scolarisation des enfants handicapés.

    "Mme Royal a choisi d’être agressive, c’est son choix, c’est un choix que je respecte", a-t-il déclaré. "Je pense qu’elle a tort car la France est un pays où il y a beaucoup d’énergie. Il faut donc le diriger, le représenter, l’incarner de façon tolérante, ouverte et respectueuse."

    "Mais j’imagine que ses conseillers lui ont dit qu’il fallait être très agressive. De ce point de vue-là, elle a réussi son débat. Elle a été très, très agressive", a-t-il ajouté.

Dans le premier article, il n’est même pas question des sujets abordés pendant le débat. Il y est rapidement fait allusion dans le second ("notamment le nucléaire et la scolarisation des enfants handicapés"), mais Sarkozy, lui, n’en parle jamais. Il se contente, bien qu’il s’en défende, de juger l’attitude de son adversaire ("très, très agressive") pour en conclure qu’elle est incapable de diriger le pays. Le contenu du débat et la cause de la colère de Royal ne comptent absolument pas.

L’agressivité est un des stéréotypes les plus souvent associés aux féministes, même par ceux et celles qui affirment reconnaître la validité de leurs propos. Vous pouvez demander l’égalité (c’est trop aimable…) mais faites-le poliment, ne haussez pas le ton, ne vous énervez pas: cela nuirait à votre message. Faut-il rappeler que notre colère fait partie intégrante de ce message, qu’elle est justifiée et alimentée chaque jour, chaque minute par les multiples abus dont les femmes sont victimes?

L’entrée du Geek Feminism Wiki sur le "tone argument" donne également cette métaphore, très utile:


    If you tread on someone’s toes, and they tell you to get off, then get off their toes. Don’t tell them to "ask nicely". (Si vous marchez sur les orteils de quelqu’un, et que cette personne vous demande d’arrêter, alors arrêtez. Ne lui dites pas de le "demander gentiment".)