Auteur Sujet: Question de genres , droit des homos...  (Lu 28868 fois)

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #100 le: 03 février 2014 à 19:58:26 »
Daux articles sur les circonstances et la formation des préjugés.
De l’intérêt de parler des problèmes du genre, de la misogynie de l'homophobie et du racisme (etc) dès la primaire.

La haine des autres se développe entre 6 et 8 ans
«L’homosexualité ne s’apprend pas à l’école, l’homophobie si!», par Christophe Martet
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #101 le: 03 février 2014 à 23:48:25 »
Avec la polémique à la con qui se déroule en ce moment, c'est étonnant de penser que sur le forum quelqu'un avait choisi ce titre pour ce topic il y a vraiment longtemps (je crois me rappeler qu'il existait sous ce titre avant même la "migration", non ?)..... préscience ? ou au contraire décalage total, avant l'heure, avec ce qui nous tombe en ce moment sur le coin de la gueule ? ......  :diable:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #102 le: 04 février 2014 à 09:56:19 »
Ce n'est pas aux idiots qui s'enfoncent dans les théories du complot a dicter leurs lois. Si pénaliser des paroles renforce les convictions des débiles, c'est leur problème a eux, pas celui de la société. La société n'a pas a tolérer de tels négationnistes sous prétextes que les censurer leur donne encore plus l'impression d'avoir raison.
L'incitation a la haine est pénalisable, le négationnisme aussi, ils disent ce qu'ils veulent mais ils doivent payer s'ils dépassent les limites. Les laisser dire et faire n'importe quoi sans aucune sanction comme les slogans qui ont fusé durant "jour de colère" ne doivent pas rester sans réponse du gouvernement. Cette insitation à la haine faite par les cathos intégristes, racistes et fachos doit être stoppée au plus vite. Plus le temps passe et plus tous ces gens se sentent légitimes dans leur haine et ça ne peut plus être toléré.
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #103 le: 05 février 2014 à 14:21:12 »
C'est moi qui ai fait le choix du titre je suis voyante aussi
Ou ça fait trop longtemps que cette question n'a pas été traité sereinement.

Citer
Piraté, le site Ligne Azur devient la cible des opposant.e.s à la «théorie du genre»

Le dispositif, soutenu par l'Éducation nationale, est un portail d'informations sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre à destination des jeunes et des adultes.

En début de semaine le serveur informatique hébergeant les sites Internet de Sida Info Service, Hépatites Info Service et Ligne Azur a été victime d’attaques. Si les sites de Sida Info Service et Hépatites Info Service ont pu être ouverts hier, la Ligne Azur reste aujourd’hui encore la «cible d’attaques coordonnées», indique l’association Sida Info Service dans un communiqué de presse:

    «Afin de garantir la continuité du service et de réaffirmer sa présence auprès de ses utilisateurs, SIS-Association prévoit d’ouvrir un site Ligne Azur chez un nouvel hébergeur et d’y rappeler notamment les missions et le cadre demeurés inchangés depuis sa création en 1997. SIS-Association reste vigilante, analyse la provenance des attaques et se réserve le droit de porter plainte contre ces actes malveillants.»

Depuis sa création, la Ligne Azur lutte contre l’homophobie et la transphobie grâce à une ligne d’écoute à destination des jeunes et des adultes et à un portail d’informations pour répondre aux questionnements sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Aujourd’hui, l’association Sida Info Service est accusée d’avoir volontairement bloqué l’accès à Ligne Azur pour faire le ménage. À l’origine de ces insinuations, les opposant.e.s à la prétendue «théorie du genre» qui soutiennent que l’association questionne les enfants sur leur identité de genre via un questionnaire, ou encore le site de l’Observatoire de la théorie du genre (sic), ainsi que le polémiste Eric Zemmour qui mettent en garde contre la Ligne Azur et les «thèses radicales» reprises par certaines de ses définitions. Interrogé par le site du Figaro, Alain Miguet, rédacteur en chef de l’association, indique avoir reçu «énormément de coups de fil et de mails homophobes» depuis un an.

Sur le blog Les Décodeurs, le journaliste du Monde Samuel Laurent rétablit certaines vérités quant aux objectifs réels du dispositif Ligne Azur et analyse le climat d’«hystérie» qui règne autour des questions de genre:

    «Relevons d’abord que M. Zemmour prend sa source sur le site d’Alain Soral, Égalité et réconciliation, groupuscule d’extrême droite à l’origine de la campagne poussant les parents à retirer leurs enfants de l’école. Il aurait aussi bien pu trouver le même argumentaire sur d’autres sites de mouvance proche: il suffit de taper «ligne azur sexualité» sur Google pour découvrir que la campagne d’intox ne date pas d’aujourd’hui. Voilà un an, le site catholique traditionaliste Le Salon beige accusait Ligne Azur de “banaliser la pédophilie” (car le site ne précisait pas assez, selon eux, qu’elle était illégale).»

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #104 le: 05 février 2014 à 18:13:57 »
C'est hallucinant de voir le pouvoir qu'ont pris tous ces idiots en l'espace de peu de temps. Si le Gouv avait pris des mesures dès le commencement des ces attaques contre les homos et ensuite contre les juifs, les arabes, les familles recomposées, la théorie du genre, l'IVG et j'en passe, nous n'en serions pas là. Mais évidemment sans aucune sanctions pour leur actions, slogans et autres qui ne sont que haine et violences, ces idiots se sentent légitimes, se sentent fort et ne sont pas prêt de s'arrêter. Lors de la mort de Clément Meric, j'ai bêtement pensé que le gouv allait faire enfin ce qu'il fallait, mais non. De plus, encouragés par des personnalités, des politiques, des médias, ils ne peuvent qu'être confortés dans leur convictions qui datent de la préhistoire.
C'est effrayant  de voir qu'en 2014, de telles rumeurs puissent avoir un impact aussi important sur certaines personnes. Des simples d'esprits ou des intégristes cathos/fachos, sans aucun doute !!!! :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #105 le: 06 février 2014 à 14:41:14 »
Pour rebondir sur la fin de ton post, je pense qu'il y a surtout parmi ceux qui, crédules, se laissent avoir par ces rumeurs débiles, des gens qui , peu informés, peu éduqués et surtout pas à la formation d'un esprit critique, sont envahis par des choses qui ressortent des émotions primaires (à commencer par la PEUR, peur de l'autre, du différent, et probablement parfois la peur de ses propres pulsions ou fantasmes...)

Mais ce qui me rend folle de rage c'est que ces émotions et appels à la peur sont sciemment  déclenchés et entretenus par des gens qui, eux, savent ce qu'ils font : des soi-disants journalistes, pour qui ne serait-ce qu'un ridicule petit bout d'enquête sur le terrain (c'est le moins pour un journaliste, non ?) suffirait à leur prouver que ce sont des conneries .... des enseignants (rares, c'est vrai, mais il y en a, et servent de caution) qui savent, forcément, que ce qu'ils dénoncent ne correspond à aucune réalité .....

Une illustration du phénomène d'enfumage :
(c'est mieux d'aller lire sur le site - vu les nombreux liens et les illustrations par l'image - mais vu que ce n'est accessible que pendant 24h gratuitement je vous mets le texte en entier via le spoiler)

Citer
Un genre de grand délire

Retour sur quelques intox de ces derniers jours à propos de la "théorie du genre"


Avec l'hystérisation du débat sur la "théorie du genre", certains médias - et certains politiques - racontent un peu tout et n'importe quoi sur ce sujet. Récemment, il y a eu rumeur autour de la masturbation à l'école. Nous en parlions dans cette émission. Mais aussi, un article du Point qui fait remonter l'origine des études de genre à un obscur sexologue des années 60. Cafouillages aussi dans l'émission Mots Croisés et au Petit journal sur des "militants LGBT" qui interviendraient dans les écoles. Décryptages.

C'est Marine le Pen qui lance l'offensive dans l'émission Mots croisés lundi 3 février sur France 2. "C'est une réalité, il y a des militants LGBT vont dans les écoles pour exposer la théorie du genre". Yves Calvi n'en revient pas : "Ou avez-vous vu des militants LGBT intervenir dans les écoles de la république?". Il lui demande des sources, Le Pen lui répond : "Vous tapez LGBT dans les classes sur google et vous trouvez". Le lendemain, Le Petit Journal s'empare du sujet, fait la recherche préconisée par Le Pen et tombe sur un extrait d'une émission d'Eric Zemmour sur I<télé, qui affirme : "il y a des représentants LGBT dans les classes pour faire de la propagande homosexuelle".
   

Qu'en est-il vraiment ? En réalité, oui, des "militants LGBT" interviennent bien dans des classes. Calvi et Barthès semblent ne pas le savoir. Mais pas pour "faire de la propagande homosexuelle" comme l'affirme Zemmour. Pour lutter contre l'homophobie. Ces interventions sont même en place depuis.... 2008. A l'époque, c'est Xavier Darcos, ministre de l'Education Nationale du gouvernement dirigé par François Fillon, qui a inscrit la lutte contre l'homophobie à l'école dans la circulaire de rentrée 2008. A l'époque, trois associations ont obtenu un agrément de l'éducation nationale en tant qu'association éducative complémentaire de l'enseignement public : SOS Homophobie, l'association Contact, (centrée sur le dialogue entre les parents d'homos et les homos), et Estim (centrée sur l'accompagnement de la vie affective et de la sexualité). A l'époque déjà, la volonté de Darcos de lutter contre l'homophobie avait fait polémique auprès de la droite "dure". Une vidéo du sénateur UMP Gérard Longuet avait alors fait le "buzz", lorsque celui-ci avait lancé à Darcos : "C'est extrêmement réjouissant de savoir que l'on promeut des formes nouvelles de sexualité dans l'école et qu'on combat en même temps la pédophilie… Il y a quand même un moment où il faut savoir sur quelles valeurs on s'arrête...".

Comment se déroulent les interventions ? Contactée par @si, Elisabeth Ronzier, de SOS homophobie explique : "nous intervenons, à partir de la classe de 4e, pas dans les écoles ni les maternelles ! Nous intervenons en toute transparence, exclusivement sur la demande des chefs d'établissement, et toujours en présence d'un membre du personnel éducatif. L'objectif est de lutter contre l'homophobie et la transphobie, pas d'enseigner l'homosexualité". En 2012-2013, 15 800 élèves de 14 académies différentes ont bénéficié d’échanges et de discussions avec des bénévoles, précise l'association.

"L'objectif est de déconstruire les mécanismes de discrimination, on évoque le racisme, l'antisémitisme, le sexisme, des discriminations avec lesquelles les élèves sont plus familiarisés, et on montre que ces discriminations sont fondées sur des préjugés. De fait, on explique que c'est la même chose avec l'homophobie" détaille Ronzier. Sur son site, l'association précise les modalités de ses interventions. SOS Homophobie se fonde aussi sur des supports, comme de petits films réalisés en partenariat avec l'INPES (l'un d'entre eux est visible ici). Au programme également : un "rappel de la législation relative à l'orientation sexuelle et des droits des homosexuel-le-s, des distributions de "petits papiers blancs" pour permettre à chaque élève de poser des questions de façon anonyme."

Précisons que l'association avait perdu son agrément en 2012, à la suite d'une plainte de la confédération nationale des associations familiales catholiques (CNAFC). Le tribunal administratif de Paris avait considéré que certains propos contenus dans un document de travail comme pistes pour répondre aux questions des élèves n'étaient pas "suffisamment nuancés". Parmi ces propos, l'affirmation selon laquelle les représentants des religions "interviennent souvent publiquement pour s'opposer aux avancées en matière de droit des homosexuels". L'association a retrouvé son agrément en mai 2013.

Ligne Azur
   

Autre intox des opposants au genre, celle concernant la Ligne Azur, une ligne téléphonique d'écoute pour les adolescents qui s'interrogent sur leur orientation sexuelle ou qui sont victimes d'homophobie. Eric Zemmour, encore lui, dans l'émission Ca se dispute sur i<Télé, vendredi 31 janvier, détaille un tableau figurant sur le site de Ligne Azur, dans lequel on demanderait à des "enfants de 11 ans" de répondre à des questions sur leur pratiques sexuelles

Show content

Le tableau décrit par Zemmour figurait bien sur le site (visible en cache ici, le site ayant été victime de hacking depuis lundi, on y reviendra). Contacté par @si, le rédacteur en chef du site, Alain Miguet explique que ce tableau n'est pas destiné aux enfants de 11 ans, mais aux lycéens et aux étudiants. Il n'est par ailleurs pas présenté en "une" du site, ou dans une section dédiée aux adolescents, mais dans une rubrique annexe.

Contrairement à ce qu'affirme Zemmour, il ne s'agit pas d'un questionnaire, mais d'un moyen de montrer que l'hétérosexualité n'est pas la seule norme. "Le tableau ci-dessous montre la multiplicité des situations individuelles. Même si elle est majoritaire et présentée comme norme, l’hétérosexualité n’est pas la seule voie. Le contexte (lieu, moment, durée, à deux ou à plusieurs…) est aussi un facteur déterminant du vécu de chacun-e", peut-on y lire.


Le Monde, sous la plume de Samuel Laurent, a également fact-checké les "sources" de Zemmour. Il décrypte ici ces allégations. Quelles sont les sources de Zemmour ? Le site Egalité et Réconciliation d'Alain Soral, note Le Monde. Etonnament c'est également le site de Soral qui avait été à l'origine de la polémique sur la masturbation à l'école (dont nous vous parlons ici).



Précisons que Ligne Azur avait été également mentionnée dans la circulaire de rentrée de 2009 de Xavier Darcos en tant que Ligne d'écoute. Vincent Peillon l'a récemment  recommandée dans une lettre aux recteurs d'académie. Contrairement à SOS Homophobie, Ligne Azur ne propose pas d'intervention dans les établissements scolaires mais propose une ligne d'écoute et des affiches consistant en un rappel de ce service.


Depuis lundi, le site a été hacké, trois jours après les propos d'Eric Zemmour sur I>télé. "Le site a subi plusieurs attaques extérieures, nous ne savons pas qui est à l'origine de ce hacking" souligne Miguet, qui annonce qu'il va porter plainte, contre ce hacking et contre les menaces - jusqu'aux menaces de mort - reçues par mail, depuis plusieurs mois. L'ensemble du contenu du site a été atteint, et des données ayant été endommagées, un "mini site" va être mis en ligne jeudi matin pour continuer à promouvoir la Ligne. A ceux qui estiment que le site pourrait profiter de ce haking pour effacer du contenu polémique, Miguet assure que "l'ensemble du contenu sera à nouveau mis en ligne dès que possible".

Un "gourou", presenté comme théoricien du genre

Dernière intox : cet article du Point, qui présente un sexologue et psychologue néo-zélandais, John Money, comme le "gourou" de la "théorie du genre". Ces théories "naissent sous la plume et le bistouri d'un sexologue et psychologue néo-zélandais, John Money. C'est lui qui, en 1955, définit le genre comme la conduite sexuelle qu'on choisira d'habiter, hors de notre réalité corporelle", écrit Le Point. L'hebdo raconte l'histoire de parents venus consulter le médecin en 1966, car un de leurs jumeaux a eu le pénis brûlé suite à une circoncision. Le médecin leur conseille d'élever leur garçon en fille.
"Money voit dans cette fatale mésaventure l'occasion de démontrer in vivo que le sexe biologique est un leurre, un arbitraire dont l'éducation peut émanciper. Il convainc les parents d'élever David comme une fille, de ne jamais lui dire - ni à son frère - qu'il est né garçon. Le médecin administre à l'enfant, rebaptisé Brenda, un traitement hormonal et, quatorze mois plus tard, lui ôte les testicules." Mais, à l'adolescence, Brenda le vit très mal. "A l'adolescence, elle sent sa voix devenir grave, confie être attirée par les filles, refuse la vaginoplastie que veut lui imposer Money. Brenda cesse d'avaler son traitement, se fait prescrire de la testostérone, divague, boit trop. Brenda se sent garçon engoncé dans un corps de fille. Effarés, les parents révèlent la vérité aux jumeaux. Brenda redevient David, il se marie à une femme. Mais les divagations identitaires ont ébranlé les garçons. En 2002, Brian (le frère) se suicide."    

Cette histoire, manifestement tragique, est-elle représentative de ce que sont les études de genre? Le Point, nuance en fin d'article : "si cette histoire fut un drame, c'est bien parce qu'un enfant fut forcé à vivre selon une identité qui ne lui convenait pas et qu'à lui comme à son frère fut imposé un mensonge ravageur. Il importe de préciser que cette expérience ne saurait entacher les études de genre, qui d'ailleurs s'éloigneront de ces errements du champ médical pour se nourrir du combat féministe puis des travaux de l'anthropologie, interrogeant l'influence de la culture sur la nature, jusqu'à devenir un sujet transversal mêlant littérature, philosophie, sociologie..". Mais après avoir longuement développé l'histoire.

Pour Christine Detrez, sociologue, qui travaille sur le genre, cet article est "calomnieux". John Money est effectivement un des premiers à avoir utilisé le terme de "genre". Pour autant, son expérience ne correspond pas au travail des chercheurs sur le genre, assure-t-elle à @si. "Il considère qu' à partir du moment où ce petit garçon a un organe masculin abimé, il faut lui imposer un genre de fille. A l'inverse les études de genre estimeraient que le problème physique de ce petit garçon ne l'empêche pas d'être un garçon, et le laisserait choisir son genre. Les études de genre soulignent justement que le sexe biologique ne coïncide pas forcément avec le genre masculin ou féminin que l'on ressent psychiquement, explique-t-elle. "Surtout, il y a une volonté d'imposition de la part de ce médecin qui est opposé aux études de genre, qui veulent à l'inverse ouvrir le champs des possibles".
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #106 le: 07 février 2014 à 05:58:00 »
Mais ce qui me rend folle de rage c'est que ces émotions et appels à la peur sont sciemment  déclenchés et entretenus par des gens qui, eux, savent ce qu'ils font :
Citer

Tu as raison, et le plus cynique c'est toute cette complicité entre cathos fachos politique et média qui ne font que répéter en boucle des théories fumeuses destinées à pousser les électeurs vers le FN et tout ça au vue et su d'un gouvernement qui reste passif.
C'est pitoyable  tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache

Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Jean-François Copé
« Réponse #107 le: 15 février 2014 à 10:55:53 »
Non mais sérieux, il ne s'arrêtera jamais  :mdr1: quel abrutis  (cette remarque fait référence à ce message, sur le fil où cela avait initialement été posté)

Dans le même genre de mensonges éhontés, l'émission "Mots croisés" de lundi, invité : Vallaud-Belkacem, Morano, Dupont-Aigant et  Olivier Besancenot.

Quand le ridicule n'a plus de limite

Morano et Dupont-Aignant ont eu beaucoup de difficulté pour expliquer leur soi-disant "théorie du genre".

Ils ont essayé de faire croire que le gouvernement voulait faire en sorte qu'il n'y ait plus ni garçon ni des filles mais des individus qui choisiraient grâce au gouvernement quel sexe ils veulent adopter.   :mdr1: Mais qui peut croire ça  :mdr1:

Morano va elle plus loin, elle veut revenir à l'inquisition et écumer les bibliothèques d'ouvrage que tous ces illuminés fondamentaliste trouveraient choquants.

La colère de Besancenot je la partage à 2 000 %   tresfache tresfache tresfache

Attention  très très très énervant !!!  tresfache tresfache tresfache tresfache l'ironie et la condescendance dont ont fait preuve Morano et Dupont-Aignat m'ont juste donné envie de les  :hurt4: :hurt4: :hurt4: :hurt4:
« Modifié: 16 février 2014 à 17:49:44 par reveillonsnous »
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Re : Jean-François Copé
« Réponse #108 le: 15 février 2014 à 11:49:45 »
Je vais regarder l’émission en replay, je sens que ça va me mettre sur les nerfs :hehe:

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Re : Jean-François Copé
« Réponse #109 le: 15 février 2014 à 13:27:23 »
J'ai hâte d'avoir ton avis raja, mais je pense que tu seras dans le même état que moi :  tresfache tresfache tresfache tresfache
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Re : Jean-François Copé
« Réponse #110 le: 15 février 2014 à 22:16:45 »
Bon, moi j'ai tenté  :] mais il faut que j'avoue, trop c'est trop, l'overdose ces jours-ci  :mrgreen: je n'ai pas réussi à aller au-delà de la 22ème minute  :désolé1:
Si un extrait particulier a retenu votre attention, par contre, je suis preneuse de du timing  :fleur2:
ça fait un peu feignasse, je sais .... mais si je permets de faire ça, c'est que j'essaie moi-même de le faire régulièrement quand je poste  des émissions longues (comme par exemple l'interview sur FranceCulture de F. Lordon, enfin bon je dis ça  mais c'est pas obligé non plus hein  :gene4:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #111 le: 17 février 2014 à 20:40:06 »
Je ne savais pas trop dans quel fil poster puisque ça concerne les intégristes de Civitas mais aussi la polémique de la théorie du genre et de l'éducation sexuelle à l'école.

Dsl par avance, si je me suis ENCORE trompée  :gene1: :gene1:

Citer
Education sexuelle à l’école: Quand Civitas est pris en flagrant délit de mensonge

L’arroseur arrosé… L’institut Civitas, une association catholique intégriste, est beaucoup plus pointilleux sur le soi-disant respect du dogme que sur la vérification des informations qu’il livre à ses fidèles.


Vraiment vraiment marre de ces illuminés fondamentaux  tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #112 le: 17 février 2014 à 23:52:09 »
Je voulais faire une réponse détaillée à ce message, mais je suis crevée et ai eu d'autres choses à gérer ce soir !
Je vais donc faire court, mais j'y reviendrais sûrement, ici où sur un autre fil, car ce qui se passe me semble gravissime  :pleur3: Ma petite boule de cristal personnelle me dit qu'on vraiment mal barrés  :hurt5: :hurt5: :hurt5: :hurt5:

J'ai suivi le lien de MacGo ci-dessus, et j'ai eu la curiosité d'aller voir à la source, soit Civitas (là je vous ai mis une autre page en lien, qui prouve à quel point ils sont délirants et mensongers .... franchement qui pourrait croire qu'un enseignant , même adepte d'une théorie  :] du genre, voire homosexuel, et adorant cette chanson plutôt drôle, pourrait choisir un texte de ce type comme support pédagogique  :triste1:) et en survolant différentes pages, je suis aussi - grâce aux liens (il y en a peu d'ailleurs) - tombée sur ce site-là :
http://medias-presse.info/
Civitas, ils sont franchement branchés cathos intégristes, mais ne parlent que de ces aspects-là (défense des valeurs du christianisme fondamentaliste), chez leurs copains, ça fait des liens à tout va avec d'autres aspects (l'antisémitisme  ou l'anti franc-maçonnerie y sont par exemple très présents, mais sans que je n'y ai vu des choses qui relèvent de l'illégalité ouverte ... pour le premier par exemple on y est seulement dans une promotion, et défense, de Dieudonné , mais sans que jamais n'y soit fait mention de la question palestinienne lorsqu'il s'agit de critiquer Israel ....)

Enfin bon toutes ces explorations m'ont fait entrevoir un vrai cauchemard : dans pas très longtemps nous allons avoir en termes politiques, non plus la Gauche et la Droite (ou même s'ils utilisent ces termes, ça ne voudra plus rien dire de ce que nous avons en tête) mais 2 grands groupes ..... avec nous au milieu (ou carrément rejetés dans les marges inexistantes) , comme des cons !

Bon je ne suis peut-être pas très claire sur qui je vois dans ces 2 grands groupes , et les idées dominantes :triste1: mais trop crevée !
Réagissez toujours si vous le souhaitez, ça me donnera obligation d'éclaircir mon propos ! :désolé1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #113 le: 18 février 2014 à 11:02:32 »
Je veux bien que tu ailles au fond de ta pensée réveillonsnous, stp...  ;-)
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #114 le: 18 février 2014 à 14:05:37 »
OK, je vais essayer de m'y coller, car c'est plus de l'ordre de la "fulgurance" que du truc construit et argumenté  :mrgreen: .... mais ce sera sur un autre fil, que je créerai pour ça, car ici ce serait HS, la théorie du genre n'en étant qu'un symptôme !

PS : ravie de te voir de retour Le sang  :fleur2:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #115 le: 18 février 2014 à 18:38:34 »
Exclusif: Farida Belghoul réagit aux menaces et pressions du gouvernement pour imposer la théorie du genre

Tentative de lavage de cerveau :



Quoi dire, en fait les mots me manquent, je suis tellement énervée, frustrée de pas pouvoir la confondre dans son délire  :fache1: :fache1:

Lire les commentaires aussi, certains sont ce que je pourrais dire si j'avais les mots, d'autres tout ce que je déteste, ex :

Citer
Kilmore
2 février 2014 à 11:40
Bonjour. Pour rappel :
Les études de genre ont pour objectif de mettre en évidence tout ce qui, dans le masculin et le féminin, est construit historiquement, culturellement et socialement. Le terme est né dans les années 1950 aux Etats-Unis. Les premiers à effectuer la distinction entre sexe et genre ont été des médecins américains qui travaillaient sur les intersexuels (ou hermaphrodites) et les transsexuels, qui affirmaient que leur identité de genre ne correspondait pas à leur sexe biologique. Le terme a été utilisé ensuite par le mouvement féministe, qui s’en est servi pour contester les rôles et les tâches traditionnellement assignés aux femmes.

Les études de genre sont donc utilisées pour mettre en évidence les stéréotypes sexués qui se mettent en place dès le plus jeune âge. Dès la crèche, les qualités attribuées aux filles ou attendues d’elles (jolies, douces) ne sont pas les mêmes que celles des garçons (forts, courageux…). Les premières sont encouragées à pratiquer des loisirs sages, qui reproduisent des comportements dits « féminins » (poupée, dînette), tandis qu’il est admis que les garçons courent, crient, occupent plus d’espace ou jouent aux petites voitures.
Cela peut avoir un impact significatif sur leur assurance au cours de leur scolarité et dans leur carrière future. De fait, en dépit de résultats scolaires meilleurs que ceux des garçons, les jeunes filles délaissent les filières les plus sélectives et arrivent sur le marché du travail dans des secteurs moins prestigieux. Près de la moitié des femmes sur le marché de l’emploi se concentrent dans une dizaine de métiers peu rémunérés (infirmières, aides à domicile, agents d’entretien, secrétaires…).
Ces études permettent également de remettre en cause la division des rôles dans la sphère domestique, où les tâches sont effectuées essentiellement par les femmes (4 heures par jour en moyenne, contre 2 h 13 pour les hommes). Les études de genre ne nient pas la différence entre les sexes, et n’encouragent pas à en changer. En revanche, elles remettent en cause le caractère naturel de comportements communément jugés comme tels. Les opposants y voient une menace contre un ordre où les rôles sociaux correspondent au sexe biologique, où ces sexes sont complémentaires, et où chacun occupe sa place traditionnelle dans la famille.  :super: :super:   ou celui là :

Fanny
1 février 2014 à 11:55
Alors là, je ne demande pas mieux ! Mais Mme Belghoul ne viendra jamais débattre. Elle n’est pas capable de répondre à un contradicteur, comme tous les illuminés qui ne savent convaincre que les personnes en détresse et sous influence. Surtout ne pas leur opposer des arguments… Une vidéo qui circule sur YouTube, c’est tellement plus simple pour faire avaler des énormités, des calomnies !
Quant à mes propos « doucereux » selon vous, je les assume avec pas mal de fierté, car contrairement aux vôtres, ils ne sont pas pétris de haine. Ce Dieu que vous brandissez n’est pas supposé n’être qu’amour ? Quelle caricature de vous-même vous livrez en seulement quelques lignes… « Votre ministre sioniste et franc-façon », « Satan »… Ce serait presque drôle…  :super: :super: :super:


Citer
Bernard
1 février 2014 à 12:02
« Le jeux dangereux » est introduit dans les établissement scolaires français par votre ministre sioniste et franc-maçon de tutelle, V. Peillon, avec la complicité de votre syndicat corporatiste majoritaire…Comme son père, Satan, la théorie du genre avance désormais sournoisement et de manière masquée, mascarade à la quelle vos propos « doucereux » apportent leur contribution….

êtes vous prête, si « malentendu » il y a, à exiger que votre ministre de tutelle soit confronté dans un débat public télévisé, sur la chaîne publique « france » 2 par exemple, en direct et à une heure de grande écoute, au président de CIVITAS et à Madame Belghoul ?..Personnellement, en tant que redevable et contribuable au Service Public de l’Audio-Visuel et de l’ « Éducation » Nationale, j’attends cette confrontation avec impatience !…  :pascontent1: :pascontent1: :pascontent1: :pascontent1: :fache1: :fache1: :fache1:


Mais si Civitas s'arrêtait là, mais non !!! ils s'attaquent à toutes choses qui évoluent. L'évolution c'est satan !!! Il faut revenir aux valeurs morales religieuses à tout prix.

Qui sont les cathos intégristes de Civitas ?

 C'est pour cette raison que je dis qu'il faut que le gouvernement bouge son cul illico pour les remettre à leur place et sanctionner toutes leurs actions médiatiques mensongères qui font peur au parents. Il faut que le gouvernement leur rappel fermement que leurs préceptes religieux n'ont pas de valeur dans la république et que la religion n'a plus son mot à dire.

Entre les Civitas, les fascistes, les xénophobes, les homophobes et autres illuminés fondamentaliste qui se sentent de plus en plus légitimes avec la complicité de certains politiques, certains médias et le mutisme du gouvernement en place, rien de bon ne peut sortir de tout ça.

Civitas devraient être dissout, car dans une démocratie, une république, on ne peut pas tolérer le communautarisme. Ah ils savent décrier le communautarisme musulman, mais le chrétien. Là non, là c'est normal !!!!! Ce qu'il dénonce d'une religion il le cautionne pour la leur, encore une preuve s'il en faut de l'intégrisme et du totalitarisme de l'église.

Je ne sais pas si ça se sent dans mes mots, mais je suis très très très  tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #116 le: 18 février 2014 à 20:15:07 »
Cela se sent. ;-)
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #117 le: 18 février 2014 à 22:19:48 »
Citer
Quoi dire, en fait les mots me manquent, je suis tellement énervée, frustrée de pas pouvoir la confondre dans son délire  :fache1: :fache1:

Et il s'agit bien de ça : du délire !!!!
De quoi Farida Belghoul est-elle le nom ?
Franchement je ne sais pas, on hallucine totalement  :fache: Cette musulmane qui se retrouve mise en avant comme une icône par Civitas, site islamophobe de c, ou par "boulevard Voltaire" le site de Robert Ménard (dont je rappelle qu'il a rejoint le FN) ..... on marche sur la tête  :X: :X: :X: :X:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #118 le: 19 février 2014 à 07:17:35 »
Dans le genre débile on continue :

Citer
«Tomboy» : Civitas appelle à harceler Arte

Pour les intégristes de Civitas, qui se mobilisent, c’est une «propagande pour l’idéologie du genre». «Ce film ne répond pas à la mission d’Arte qui est de "concevoir, réaliser et diffuser des émissions de télévision ayant un caractère culturel"», expliquent-ils sur leur site Internet. Ils appellent ainsi à «protester poliment mais fermement ! Par téléphone, par fax ou par mail».


Après les livres, les films et après .... ???????  :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #119 le: 19 février 2014 à 19:29:01 »
Mais vous pouvez contrecarrer ces trouducs en signant une pétition POUR Tomboy ici:super:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #120 le: 20 février 2014 à 06:34:19 »
C'est fait pétition signée.  :super:
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #121 le: 20 février 2014 à 14:45:49 »
Grâce à Civitas (et à l'effet Streisand ?) Tomboy a fait un beau score d'audience.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #122 le: 20 février 2014 à 16:37:45 »
Le plus beau majeur dressé des téléspectateurs. :super:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #123 le: 20 février 2014 à 17:16:27 »
N'empêche, le film n'était pas terrible...jeu d'acteurs lourdingue, les clous enfoncés à la massette, des longueurs (pour ne pas prononcer le mot "chiant") ; du cinéma français quoi.
La scène du zizi en play-doh était particulièrement ronflante.

Cracher, se moucher avec les doigts, on n'est pas à un cliché près...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #124 le: 21 février 2014 à 19:03:27 »
Des maires anti-mariage gay saisissent la Cour européenne des droits de l'Homme  :diable:

Les édiles estiment que le Conseil constitutionnel a violé leur droit   :mdr1: :mdr1: :mdr1:  (ils ont une drôle de conception du "viol")

Je n'ai pas la liste des 14 maires qui ont saisi la cours européenne des droits de l'homme -ils ne savent même pas ce que c'est que les droits de l'homme- , mais je n'ai aucun doute sur le fait qu'ils doivent être très très très  :jesus:.

Par contre, pas une seconde ils ne captent qu'en faisant ça, ce sont eux qui transgressent les droits de l'homme et là en l'occurrence, les droits des homos  :fache1: :fache1: :fache1:, encore une fois au nom d'une religion qui n'a pas intervenir de quelques manières que ce soit dans une décision de la République.

Une petite vidéo où la folle dingue de la Rochère qui ose parler de "liberté"  :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:

La liberté pour eux, mais pas pour les homos  :diable:

C'est une  clause de conscience religieuse qu'ils réclament et elle est sollicitée au nom des règles de l'église qui  sont bafouées selon eux, mais pas en fonction de leur propres pensées, car des pensées, ils n'en ont pas  :nonon: :nonon:, tellement ils sont endoctrinés dans une religion qui pense pour eux.

Sauf qu'ils sont des élus d'état et pas de l'église   :diable: :diable: :diable: de fait ils doivent - eux les premiers- accepter, respecter et appliquer  les lois votées démocratiquement.
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #125 le: 21 février 2014 à 21:57:39 »
Ben ouais, juste ça :
Citer
Sauf qu'ils sont des élus d'état et pas de l'église   :diable: :diable: :diable: de fait ils doivent - eux les premiers- accepter, respecter et appliquer  les lois votées démocratiquement.
C'est tout bête, hein, mais ça me semble la base de tout  :désolé1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #126 le: 22 février 2014 à 18:12:47 »
Farida Belghoul de quoi est fait son nom ? Elle a été un modèle pour ma génération . Elle représentait la grande soeur qui déminait le terrain du racisme quotidien que nous subissions , je dis bien quo-ti-dien ....et la grande soeur qui s'affirmait tête haute devant les grands frères .

Alors quand j'ai appris qu'elle jouait les frigide barjot je me suis pincée , je me suis dit "non pas elle !" Et après réflexion, je me suis dit rien d'étonnant !
 Bon j'élude la question de la théorie du genre qui n'existe pas en tant que telle . J'élude aussi la rumeur qui consiste à prêter des intentions fantasmagoriques  au gouvernement . Je trouve assez triste que les médias passent leur temps à relayer des conneries pareilles .

Farida Belghoul fait également partie de la génération de Fadela Amara et cette génération ne digère pas que les socialistes les aient abandonnées après avoir servi de faire-valoir . Il était de bon ton en effet à l'époque de s'afficher avec une jolie "beurette" qui répondait au fantasme assimilationniste de l'époque : d'arabe tu devenais un petit LU "criblé de trous avec quatre oreilles"...Bref une caricature de l'assimilation  :bigtong:

Il me semble qu'aujourd'hui les socialistes payent l'addition : c'est fantasme contre fantasme avec un différé d'une vingtaine d'années voire d'une trentaine pour ce qui est de Farida Belghoul

Depuis Farida Belghoul a paumé sa boussole de militante d’extrême gauche ...depuis une quinzaine d'années elle butine à droite au côté de De Villepin puis à l'extrême droite au côté de Soral . Farida Belghoul si vous l'écoutez bien c'est la voix féminine de Soral ...un peu de rébellion dans une soupe brunâtre politico-religieuse . On frôle même le mysticisme avec elle .

Farida Belghoul fut un modèle pour moi mais elle fait partie de toutes ces personnes dont j'ai rapidement sentie qu'il fallait que je m'en 'émancipe . J'ai gardé le meilleur des socialistes à savoir l'idée que l'école ne doit avoir qu'un seul objectif : "Permettre à 'un enfant de devenir un adulte le plus libre possible dans un monde le plus démocratique possible" . Sans l'école que l'on conspue aujourd'hui pour de mauvaises raisons je serais comme la majorité des femmes de la génération de Farida Belghoul : une mère pondeuse au service d'un mari et d'une tripotée de petits frères ..

L'une des plus grande violence que l'on puisse faire à un enfant , c'est précisément de le priver d'école . J'ai l'impression que personne n'a relevé la violence de l'acte posé par notre nouvelle égérie , acte comme se voulant être un acte militant . Quel sens cela a de priver un enfant des quartiers pauvres de l'école ? Pourquoi un jour par mois ? ( la freudienne que je suis ne manquera pas d'y voir quelque expression de l'inconscient :pausecaffé:....) ... Et si cette gréve imposée aux bambins n'avait d'autre but que de se constituer à peu de frais une clientèle pour son projet de cours à domicile ? Je ne cite pas volontairement le nom , je n'ai pas envie de lui faire de la pub ...Je veux juste dire qu'aussi imparfaite que soit l'école de Jules Ferry : il faut la défendre , la protéger contre les intrusions du privé  (marketing ou religieuses) ...,la même école pour tous a fait ses preuves ....L'école ne doit plus être un lieu d'exclusion .

Au fait j'ai oublié de répondre à la question de RN ...le nom de Farida Belghoul est fait en partie de ce que pense cette vielle bique

« Modifié: 22 février 2014 à 18:17:18 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #127 le: 12 novembre 2014 à 13:20:15 »
 :jesus: :jesus:

Citer
Dans le Val-de-Marne, des « anti-gender » terrorisent la FCPE

« Sac à merde », « vous savez très bien que la théorie du genre existe » : à l’école Paul-Langevin, la présidente de la fédération de parents d’élèves reçoit SMS de menaces et e-mails d’insultes.


« Pour des raisons de sécurité, les contacts se font exclusivement par courriel dans un premier temps. » A la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) de l’école Paul Langevin de Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne) l’heure est à « l’extrême méfiance ». Depuis quelques mois, des proches de la Manif pour tous mènent une guerre contre la fédération. Ils ont même menacé physiquement Stéphanie Michel, présidente du conseil local de la FCPE 94.

En décembre dernier, des parents d’élèves de cette école et également membres de la FCPE, avaient appelé à des JRE, ces fameuses journées de retrait de l’école instituées par Farida Belghoul pour lutter contre une supposée « théorie du genre ». Une position jugée incompatible avec les valeurs de cette fédération classée à gauche.

Contactée par Rue89, une responsable de la FCPE raconte :

    « Ces trois parents en question voulaient d’abord que la FCPE organise une réunion sur la “théorie du genre”. Comme nous avons refusé de parler d’un fantasme, ils l’ont organisé sans prévenir la direction, en faisant croire à une réunion officielle.

    Ensuite, ils ont utilisé la “mailing list” de la FCPE pour appeler les parents à participer aux JRE et leur on même transféré un courriel de l’UNI [une organisation étudiante très à droite, ndlr]. Stéphanie Michel a donc décidé de les exclure. »

Une affiche à l’entrée

Pour informer les parents de l’école Paul Langevin de cette exclusion, la présidente a donc affiché une note à l’entrée de l’établissement en indiquant l’identité de ces trois membres FCPE « anti-théorie du genre ». Et d’expliquer :

    « Ils ont été exclus de la FCPE suite aux faits qu’ils colportent de fausses informations sur une prétendue “théorie du genre”, dans le cadre d’une campagne de dénigrement cherchant à faire peur aux parents d’élèves en leur faisant croire à une conspiration. »

Mais c’est justement cette affiche qui a déclenché les représailles.

Deux des trois parents exclus ont d’abord porté plainte pour diffamation contre Stéphanie Michel.

Elle a été entendue par la police le 18 septembre dernier et attend la notification de sa mise en examen.

« Nous craignons pour notre sécurité »

La présidente de la fédération locale a ensuite été victime de nombreuses menaces. Un comité de soutien qui comprend la Ligue des droits de l’homme s’est créé pour la défendre. Son coordinateur témoigne :

    « Après la publication de cette affiche, Stéphanie a reçu de nombreux e-mails et SMS d’insultes et de menaces même physiques. Des gens sont venus sonner à sa porte en pleine nuit et le 1er novembre dernier, son pare-brise a été détruit.

    Aujourd’hui, c’est un vrai climat de peur qui règne, ils veulent la terroriser. Les parents de l’école n’osent même pas la défendre par peur des représailles et notre comité de soutien est anonyme car nous craignons pour notre sécurité. »

Les menaces adressées à Stéphanie Michel – que Rue89 a pu lire – sont souvent implicites et jamais sans l’idée d’un vaste complot.

« Sac à merde », « vous savez très bien que la théorie du genre existe », « vous allez devoir répondre de vos actes devant la justice des hommes et la justice divine », « on vous laissera pas faire ».

En tout, des dizaines d’e-mails et de SMS ont été envoyés. Un article a même été publié sur le site d’extrême droite Salon beige qui a diffusé les coordonnées de la présidente de la FCPE. Des attaques qui ne suffisent toutefois pas à la « faire taire » :

    « Je fais attention aux gens qui m’entourent. Maintenant je débranche mon interphone et j’éteins mon téléphone tous les soirs, mais j’essaie de ne pas tomber dans la peur. Ils veulent que je me taise et je ne le ferai pas. »

« Je défends seulement le Christ »

Alors qui a décidé cette vengeance ? Parmi les parents adeptes des JRE et exclus de la FCPE, il y a une certaine Amélie Desrumaux. Sollicitée par Rue89, elle confirme avoir répondu à l’appel de Farida Belghoul en début d’année, mais jure ne pas être à l’origine des menaces dont est victime Stéphanie Michel :

    « Je suis vigilante et comme j’ai constaté que la “théorie du genre” allait bien être enseignée, j’ai retiré ma fille de l’école pour le JRE, puis définitivement. J’ai juste lancé l’alerte et cela m’a valu une exclusion, mais je compte me défendre car je n’ai rien propagé du tout ni menacé personne.

    Moi, je n’appartiens à aucun mouvement, je défends seulement le Christ. »

Si cette enseignante nie ses liens avec la Manif pour tous, elle entretient toutefois une certaine proximité avec ces milieux. Déjà invitée sur Radio courtoisie (proche de l’extrême droite), elle a en effet lancé la campagne « Rompre le silence » pour lutter contre l’IVG. Selon nos informations, elle a par ailleurs été radiée définitivement de l’Education nationale pour « prosélytisme ».

Dans ce climat de terreur entre la FCPE, et les « anti-gender », la police mène son enquête puisque Stéphanie Michel et la FCPE du Val-de-Marne ont déposé plusieurs plaintes. Parmi les auteurs de SMS de menaces, un homme qui se dit proche de la Manif pour tous a déjà été identifié.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #128 le: 10 février 2015 à 19:34:33 »
Très touchant témoignage d'une maman alliée de son enfant  :super: :super:


Citer
«Je ne veux pas le changer, je veux changer le monde», affirme la mère d’un enfant trans’


Francisca, une mère de famille de Brooklyn dans la ville de New York, a écrit une lettre pour appuyer une pétition adressée à l’État de New York pour protéger les enfants et les jeunes LGBT, dans laquelle elle raconte comment elle a appris que l’un de ces enfants est trans’ et comment elle a choisi de le soutenir: «Mon fils ainé, Q, est un garçon trans’. (…) C’est effrayant de penser que le monde peut réagir contre ce petit être, juste à cause de son identité.»

    «Je suis noire, je suis une immigrée, et je suis militante associative, alors je songe au racisme et à l’oppression et sur la façon dont ils affectent ma famille et ma communauté à chaque minute de ma vie. Voir mon petit garçon et imaginer son identité de genre ajouter une nouvelle couche d’oppression à sa vie est une torture.»

Francisca reconnaît que soutenir Q n’a pas été la plus facile des décisions: «Si je ne l’avais pas aidé pour être lui-même, il n’aurait pas eu tant de difficultés pour trouver les toilettes à l’école, il n’aurait pas eu à rappeler aux gens son genre tous les jours; il aurait eu un passé à lui au lieu de s’inventer une sœur imaginaire qu’il montre quand nous regardons nos photos de famille. Je sais que tant que le monde extérieur le traitera ainsi, il aurait été plus sûr pour lui de s’en tenir à “la norme” et d’essayer d’oublier d’être un garçon.» Mais Francisca sait que le petit garçon sait faire preuve de patience: «Il sait qu’il faut du temps aux gens pour comprendre que nous sommes tout.e.s différent.e.s, il les laisse prendre leur temps. En tant que société, nous devrions accorder plus de valeur à la perspective et à l’expérience de Q et de ceux et celles comme lui. Une perspective bien plus complète que la soi-disant norme. Je ne veux pas le changer. Je veux changer le monde.»

Le petit Q a lui aussi témoigné:

Si le lecteur ne s’affiche pas, cliquez sur Qbdoo Reporting

«Je m’appelle Qbdoo ou Q. J’ai huit ans. Ce que je préfère c’est lire, manger des fruits et des légumes croustillants, voir mes amis. Je n’aime pas les films qui font peur, mais pour votre information je n’ai pas le droit d’en regarder. Je ne sais pas pourquoi je suis un garçon, mais je le sais c’est tout. Des fois les gens oublient. Je trouve ça frustrant mais je le leur rappelle et ils se souviennent.»


Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #129 le: 25 février 2015 à 14:38:49 »
https://www.youtube.com/watch?v=OZlpyDeu4jY

Citer
La vidéo choc sur la situation des trans’ en Europe

L'organisation Transgender Europe a lancé une campagne rappelant que dans 34 pays européens, on contraint les personnes trans' à divorcer, à être considérées comme des malades mentales ou à être stérilisées.

En choisissant de faire vivre à l’internaute en caméra subjective quelques moments de la vie d’une personne trans’, l’organisation Transgender Europe (TGEU) est parvenue à capter et à retransmettre en quelques secondes ce qui ne devrait plus exister en Europe en 2015. Dans 34 pays du continent, la loi contraint les personnes trans’ qui souhaitent changer de nom ou de genre à divorcer, à être stérilisées ou à obtenir un certificat médical attestant qu’elles sont mentalement malades.

«En raison de ces procédures humiliantes, plusieurs personnes trans’ ne sont pas en mesure – ou refusent – de faire changer leur nom légal ou leur genre, indique TGEU dans un communiqué. Cela signifie qu’elles ont un passeport et des documents d’identité qui ne correspondent pas à leur identité et à leur apparence. Quand il leur faut prouver leur identité, par exemple lors d’un voyage, de l’ouverture d’un compte en banque ou de la location d’un appartement, les personnes trans’ peuvent être forcées de dire qu’elles sont trans’, accusées de frauder, et devenir la cible d’humiliations, de discrimination et de violence.»

Pour la directrice exécutive de TGEU Julia Ehrt, «les États à travers l’Europe continuent à violer les droits des personnes trans’ en maintenant des pratiques inhumaines» qui forcent les personnes trans’ à vivre sans «la dignité et le respect» qui leur sont pourtant garantis en droit. L’organisation rappelle que le Danemark permet depuis plusieurs mois un changement d’état civil simplifié et que des avancées similaires sont attendues à Malte où le gouvernement prépare un projet de loi.

Cela fait maintenant un an que TGEU a lancé une campagne pour inciter les États à revoir leurs procédures et cette vidéo sous-titrée dans la plupart des langues parlées en Europe doit permettre d’amplifier le mouvement. En France, la stérilisation des personnes trans’ est toujours requise par les tribunaux.

 

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #130 le: 20 novembre 2015 à 18:10:20 »
Citer
En 2015, la transphobie tue toujours


Une semaine après les attentats de Paris, la 17ème Journée Internationale du Souvenir Trans (TDoR Transgender Day Of Remembrance) est à peine audible. Différentes initiatives solidaire s’organisent tout de même en mémoire des victimes de transphobie à travers le monde.

L’organisation Transgender Europe rappelle qu’en 2015, 271 trans ont été assassinés dans 29 pays. La transphobie tue toujours, comme en témoigne ce chiffre qui ne reflète pourtant que partiellement la réalité. De nombreux crimes de transgenres ne sont en effet pas comptabilisés, faute d’être dénoncé comme transphobes. En France, par exemple, la transphobie est considérée comme une circonstance aggravante, mais encore faut-il que le crime soit considéré lié à cette intolérance. D’un autre côté, certains pays ne répertorient, ni ne communiquent ce type d’information.

Les militants de cette minorité discriminée se mobilisent aujourd’hui dans plusieurs villes de France dont Toulouse, Marseille, Metz, ou Lyon, pour dénoncer ces meurtres. Débats, manifestations, et projections sont prévus, sous réserve d’annulations possibles en raison des restrictions imposées par l’état d’urgence. À Paris, un rassemblement est organisé par le collectif inter-associatif Existrans, de 18h à 20h au Centre LGBT Paris Île de France.

Sensibiliser les citoyens

Crée en réaction au meurtre de l’afro-américaine Rita Hester en 1998, la TDoR dénonce notamment la non-protection des personnes trans, et invite au dialogue afin de sensibiliser les citoyens aux notions de transidentité et de transphobie. Selon la définition visible la page web de l’association Acceptess-T, la transphobie est le « rejet des personnes trans et de la transidentité. Elle peut prendre plusieurs formes : exclusion familiale, amicale, professionnelle, refus de soin de la part du corps médical, stérilisation forcée réclamée par les tribunaux pour obtenir le changement d’état civil. Elle peut aller jusqu’à l’agression, voire le meurtre ».

D’après une enquête française présentée en 2014 par le Comité Idaho et le think tank République & Diversité, plus de 8 personnes trans sur 10 auraient déjà été agressées. Soit 85% des 281 personnes interrogées, majoritairement par le biais des réseaux sociaux (Facebook, Twitter) ainsi que les sites et réseaux associatifs. 96% d’entre elles n’ont pourtant jamais porté plainte. Le rapport évoque le fait que les personnes concernées estiment impossible « pour la police ou la justice, de traiter leur cas ». La peur de ne pas être entendu, voir discriminé est également une des raisons invoquées. Un bien triste bilan que Giovanna Rincon, directrice de l’association Acceptess-T, estime révélateur d’une « transphobie intériorisée » par une partie de la société. Si les discriminations se déroulent la plupart du temps dans l’espace public, elles se produisent également dans les cabinets médicaux, ou aux guichets d’un service quelconque.

Bien qu’un projet de loi ait été déposé en septembre afin de simplifier le changement d’état civil, Giovanna s’interroge sur le silence du gouvernement :

    « Nous savons qu’il y a une volonté de la part du gouvernement, mais qui, et combien de parlementaires soutiennent ce projet de loi ? La question est là : déjà condamnée par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) en 1992, la France préfère t-elle creuser son retard, ou résoudre une injustice ? »

Lutter plus efficacement contre les violences transphobes

En France, le changement d’état civil reste une procédure complexe et souvent mal vécue. Lorsqu’une personne souhaite entamer sa transition, elle « doit établir, au regard de ce qui est communément admis par la communauté scientifique, l’existence et la persistance d’un syndrome transsexuel ainsi que le caractère irréversible de la transformation de son apparence ». Un dossier est ensuite déposé auprès d’un juge qui confirme, ou non, la possibilité de ce changement.

Durant tout ce processus, la personne n’est pas considérée selon son « identité de genre », mais selon son « identité sexuelle ». Par exemple, une personne qui se revendique comme étant une femme, considérée comme telle dans la société, est renvoyée à ses caractéristiques biologiques masculines, plutôt qu’à son « expérience intime et personnelle », comme le prévoit la définition de la commission internationale de juristes mandatés par une coalition d’organisations de défense des droits humains. Dans les Principes de Jogjakarta, il a été écrit en novembre 2006 que l’identité de genre était « l’expérience intime et personnelle de son genre profondément vécue par chacun, qu’elle corresponde ou non au sexe assigné à la naissance ».

Remplacer le terme « identité sexuelle » par la notion de genre dans la législation française permettrait de lutter plus efficacement contre les violences transphobes, veut croire Giovanna Rincon. À l’heure actuelle, seuls les transgenres ayant changé leur état civil sont considérés comme victimes d’« acte discriminatoire transphobe » sur le plan légal.

Avec l’introduction de la notion « d’identité de genre » dans la législation, toute personne, non conforme au système binaire (homme ou femme), ayant ou non changé son état civil, pourrait s’appuyer sur cette notion pour se protéger et attaquer en justice des actes transphobes dont elle aurait été victime.

Pour Giovanna, une chose est sûre. Si le projet de loi n’aboutit pas, le collectif Existrans, ne gardera pas le silence : « Il y a beaucoup de force militante derrière ce projet. Nous voulons que ce soit un vrai sujet politique ! »


Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #131 le: 11 mars 2017 à 13:11:19 »
Citer
Victime d’une agression et d’un viol, le militant Zak Ostmane témoigne

Zak Ostmane, militant gay algérien réfugié à Marseille, a vécu un véritable calvaire le week-end dernier. Il nous raconte parce qu'«il ne faut pas se taire»

Il tient à témoigner, "en tant que militant", pour "dire aux gens qu'il ne faut pas se taire". A peine quelques jours après avoir été séquestré, battu et violé pendant plus de 48 heures, Zak Idriss Ostmane a déjà fait le récit de son week-end d'horreur une bonne vingtaine de fois, que ce soit pour la police ou les médias. Pour Yagg, ce militant algérien réfugié en France a accepté sans hésiter de livrer son témoignage.

Vendredi dernier, il se rend à son bar fétiche à Marseille, le Polikarpov. Il commande une première bière, profite de la soirée, puis en commande une deuxième, qu'il laisse loin de lui un instant.

«D'HABITUDE, JE SUIS TRES MEFIANT»

«Je reprends une gorgée et au bout de même pas dix minutes, j'ai la tête qui tourne, je me sens bizarre." Un homme d'une trentaine d'années l'approche. Contrairement à ce que plusieurs journaux ont écrit, ce n'est pas Zak qui a invité l'homme à le suivre mais l'inverse. «D'habitude, je suis très méfiant, je ne vais jamais chez quelqu'un comme ça. Et comme par hasard, ce soir là, je l'ai suivi." Les deux hommes se rendent à un hôtel à proximité. "Je ne me suis même pas rendu compte que c'était un hôtel", ajoute-t-il. Il pense avoir été drogué. Les analyses sont actuellement en cours. "J'entre, je m'assoie sur le rebord du lit. Un autre homme rentre et repart tout de suite. L'homme qui m'a invité me propose une bière. Je prend une gorgée, je n'ai même pas le temps de la reposer sur le petit meuble qu'il m'a assène un coup sur le visage. Je perds connaissance. Quand je me réveille, l'homme est en train de me sodomiser. J'essaie de résister, il me tape encore. Il me demande ensuite d'aller me laver. "

Le deuxième homme revient. Celui-ci se met également à frapper Zak. Il dit dans un mauvais français qu'il veut coucher avec lui. Devant le refus de Zak, les coups pleuvent. Il lui demande ensuite de l'argent et le force à donner sa carte bleue, en le traitant à plusieurs reprises de "pédé". Zak obtempère, mais donne un faux code. Mal lui en prend. "Il est remonté complètement enragé et m'a frappé pendant au moins une demie-heure. J'ai donné le bon code, mais la banque a avalé la carte. Il est revenu et m'a encore tabassé." Le premier agresseur lui fait boire de l'alcool. Les deux hommes le frappent de minuit à 5h du matin... Et c'est loin d'être fini.

A un moment, il m'a attaché les mains au lit avec une paire de draps qu'il a déchiré. Et là ça a été une vraie torture. Il m'a mis des coups de poings encore et encore, comme si j'étais un sac de sable." Un peu plus tard, l'homme le jette contre le mur. "Mon nez a craqué, il y a plein de sang partout.J'ai commencé à crier d'une parce que j'avais mal et de deux pour que les gens viennent me délivrer. Personne n'a entendu. Le plus jeune, l'américain, m'a mis un couteau sous la gorge et m'a dit "tu te tais, ou on va te tuer".

«VOUS LES FRANÇAIS, VOUS DETESTEZ TRUMP»

Zak  poursuit son récit: «Après il voit ma chaîne en or avec une étoile de David et me dit "Vous les Français vous détestez Trump, mais il va être un grand président. Il veut lutter contre le terrorisme, mais vous ne nous aidez pas, vous n'aidez que les noirs et les arabes. C'est dommage qu'Hitler n'ait pas eu le temps d'en finir avec les juif". Un discours très carré, facho».

Son calvaire continue encore une journée, sans manger. Parfois l'un des hommes s'enferme à côté pour regarder du porno pendant des heures.

Il doit son salut à une voiture de police qui passe par là. Alors que ses agresseurs sont dans une autre pièce, il voit la voiture par la fenêtre. "J'avais 20 secondes pour sauver ma vie. Je me suis dit "soit j'ouvre la fenêtre et je crie et les policiers vont venir me sauver" soit je vais mourir ici."

Il choisit de tenter sa chance. Ses agresseurs lui sautent immédiatement dessus pour le faire taire. Mais les policiers sonnent déjà à la porte et arrêtent les deux hommes.

On a du mal à croire que personne dans l'hôtel, personnel ou client n'ait entendu le calvaire de Zak. "Au contraire, le responsable de l'hôtel m'a accusé d'être responsable."

Il est ensuite emmené à l'hôpital où il passe de nombreux examens. Mercredi la police organise une confrontation avec ses agresseurs. Seul le deuxième accepte de se prêter à l'exercice. Ce dernier raconte que Zak a essayé d'embrasser son ami et que c'est pour ça qu'il l'a agressé. "J'ai suivi parce que j'ai été drogué, mais je me rappelle que dans mon esprit, il n'a jamais été question de sexe." L'homme raconte aussi qu'il avait peur que son ami lui fasse subir le même sort.

Selon La Provence les agresseurs sont deux anciens militaires, un ancien membre de la Légion étrangère et un légionnaire déserteur. Ils ont été écroués à la prison des Baumettes. Ils ont été mis en examen pour viol, séquestration, violences volontaires et vol. «J'ai toujours du mal à croire que cela m'est vraiment arrivé», confie le militant.

L'association Shams France, que Zak a cofondée, lui a apporté son soutien, et a diffusé des photos de lui à l'hôpital, le visage tuméfié.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #132 le: 12 mars 2017 à 23:03:25 »
on en reste sans voix ! Et le pire est peut-être que cela reste absolument sous les radars "indignatoires" des médias ...
Mais c'est vrai que il y a le prix des costumes offerts à Fillon  :aille:
 :berk2:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #133 le: 11 avril 2017 à 10:40:10 »
Terrifiant :| :(

Citer
La Tchétchénie ouvre un camp de concentration pour les homosexuels.


Le Président Razman Kadyrov allié clé de Vladimir Poutine, aurait ordonné une repression sans précédent.

Premier camp de concentration pour les homosexuels depuis Hitler.


Plus d’une centaine d’homosexuels ont été arrêtés et trois tués la semaine dernière en Tchétchénie.

Un rapport de Novoya Gazeta dit que les autorités auraient mis en place plusieurs camps où les homosexuels seraient tués ou contraints de promettre de quitter la République Tchétchénie.

L’un des camps est apparemment l’ancien quartier général militaire de la ville d’Argoun. Aucunes sources ne le confirme mais les témoignages convergent.

Svetlana Zakharova, du Réseau LGBT russe, a déclaré : “Des homosexuels ont été arrêtés et nous travaillons pour évacuer les gens des camps et certains, par crainte, ont quitté la région.”

“Ceux qui y ont échappé disent qu’ils sont détenus dans une seule et même pièce, environ 30 ou 40 personnes. Ils sont torturés avec des courants électriques et sauvagement battus, parfois, jusqu’à la mort.”

Ceux qui se sont échappés, dit Novoya Gazeta ont rapportés que
“les prisonniers ont été battus pour les forcer à révéler d’autres membres de la communauté gay dans la région”

Un autre prisonnier qui a fui dit que, avant d’être incarcéré dans l’un des camps, il avait été contraint de payer des pots de vin à la police tchétchène pour survivre.

Alexander Artemyev, d’Amnesty International en Russie, a déclaré :
“Nous ne pouvons appeler les autorités russes à enquêter sur les allégations. Les homosexuels ont peur de parler. Ils doivent se cacher ou quitter la république.”

Nous maintenons le contact avec le réseau LGBT local qui aide les gens à trouver un abri. Le problème est que les gens là-bas ne peuvent pas parler car elles mettent leur vie en danger.

Ekaterina Sokirianskaia, directrice de projet pour l’International Crisis Group, a déclarée : “La situation se développe et ne fait qu’empirer, les victimes fuient.”

Tanya Lokshina, de Human Rights Watch à Moscou, a déclarée: “Depuis plusieurs semaines, une campagne brutale contre les personnes LGBT se passe en Tchétchénie”

    “Ces jours-ci, très peu de gens en Tchétchénie n’osent parler aux observateurs des droits de l’homme ou aux journalistes, même de façon anonyme parce que le climat de peur est écrasant et les gens ont été intimidés, intimé de garder le silence sous peine de représailles.”

Les personnes LGBT sont vulnérables en Tchétchénie, l’homophobie est intense et endémique. les personnes LGBT sont en danger non seulement la persécution se fait par les autorités, mais aussi par sa propre famille. Régulièrement des « crimes d’honneur » sont répertoriés.

Le président Razman Kadyrov, aurait ordonné la répression, bien qu’officiellement son régime a nié les arrestations en affirmant
“qu’il est impossible de les persécuter parce que les gays n’existent pas en Tchétchénie”

Kadyrov, qui a introduit la loi islamique dans la région à majorité musulmane, a été accusé de violations des droits de l’homme à plusieurs reprises.

il a décrit les allégations comme « mensonges absolus et de la désinformation ».

Le porte-parole de Kadyrov, Alvi Karimov a déclaré à l’Agence Interfax Nouvelles: “Vous ne pouvez pas arrêter ou réprimer des gens qui n’existent pas dans la république.”

Selon le New York Times, Les homosexuels dans la région ont procédés à l’effacement de toutes traces sur les réseaux sociaux, blogs et sites de rencontre après avoir été rapporté que les autorités essayaient d’attirer les hommes gays dans des guets-apens pour les arrêter.

La France semble peu s’en soucier tant le silence médiatique est assourdissant ! La presse Anglo-Saxonne et américaine est la seule à prendre la mesure de la gravité.

Nous demandons aux dirigeants européens de prendre des mesures de verification et d’entreprendre des actions de protection pour protéger cette minorité persécuté.

Nous demandons aux candidats à l’élection présidentielle de s’exprimer publiquement sur le sujet.

Nous demandons aux journalistes mainstream de faire leur travail d’investigation et de relayer massivement l’information pour une prise de conscience collective.

Ne commettons pas les erreurs du passé. L’heure est trop grave…

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Question de genres , droit des homos...
« Réponse #134 le: 11 avril 2017 à 11:46:01 »
Absolument dégueulasse. Aussi intolérable que daesh. Cela en dit long sur la fermeté nécessaire à l'égard de Poutine et de ses "amis".

Une pétition est en ligne.
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/