Auteur Sujet: Israel et Palestine  (Lu 62131 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Israel et Palestine
« le: 30 mars 2010 à 16:59:41 »
Citation de: "tyger"
Citer
Cisjordanie : rencontres à l’ombre du conflit

Il y a des gens comme ça, dont le prénom semble avoir été choisi par le destin. Amer est une grande tige mince d’un mètre quatre-vingt dix, les épaules voûtées et fumant son paquet et demi de clopes par jour. Il est étudiant à l’université An Najah de Naplouse et, pour me faire découvrir la vie nocturne de sa ville, il m’emmène fumer le narguilé dans un café en dehors de la vieille ville. Un endroit et un moment propices à la discussion.
Il y a dans le ton de ce jeune homme de vingt-quatre ans quelque chose de frappant. Ce ton, c’est celui de l’amertume, voire de la résignation. Les jeunes d’ici sont fatigués par le conflit. Pas franchement pour des raisons matérielles – même si le taux de chômage reste très élevé – mais parce qu’ils ont envie de voir leur horizon s’ouvrir, de pouvoir se définir autrement qu’en faisant toujours référence au conflit. À charge, les détours quotidiens interminables dus à la construction du mur, les checkpoints volants, la poursuite de la colonisation, l’impossibilité de se rendre à Jérusalem…
La liste est longue. L’occupation concerne tout le monde et participe à la construction de l’individu. Ces derniers temps, pourtant, celle-ci se faisait un peu moins sentir. L’arrêt des attentats à la bombe en Israël, depuis l’érection du mur, avait rendu les raids de l’armée israélienne en Cisjordanie moins fréquents. Les références aux martyrs avaient diminué. Par ailleurs, de nombreux checkpoints fixes avaient été démantelés et certaines routes ségrégationnistes autour d’Hébron et de Ramallah ne l’étaient plus. Mais ces améliorations, si elles sont bénéfiques au quotidien (de ceux qui ne sont pas enfermés par le mur, évidemment, les autres étant plongés en plein enfer carcéral), n’éliminent jamais totalement le sentiment de privation. L’exemple de Jérusalem est frappant, qui agit comme un mythe pour les jeunes Palestiniens. Elle est la ville qui leur est refusée. Le fait que s’y trouve le troisième lieu saint de l’Islam augmente leurs frustrations. Et en même temps, pas tant que ça : les jeunes Palestiniens pratiquent certes, mais ils aspirent plus simplement à la sensation de liberté. Chez la plupart d’entre eux, la religion agit principalement en tant que symbole identitaire.
Lorsqu’on discute avec Amer, on se dit que les jeunes d’ici sont encore prêts à se mobiliser, mais que la tendance actuelle va plutôt à l’impuissance, au sentiment d’avoir tout essayé sans obtenir de résultats et à l’idée qu’aucune forme d’engagement ne pourra rien y changer. Cette lassitude, on la ressent - par exemple - dans leur regard sur la vie politique. Il est courant d’entendre quelqu’un vous parler de la nécessité d’un accord entre le Fatah et le Hamas sans pour autant vous donner l’impression d’y croire ne serait-ce qu’une seconde. Tous savent, en effet, qu’en l’état actuel des choses, les divisions entre un Hamas de plus en plus populaire et un Fatah, modéré politiquement et religieusement mais totalement corrompu et sans résultats probants depuis une quinzaine d’années, sont trop fortes pour entrevoir un rapprochement. Shadi, créateur d’un numéro vert pour femmes et enfants battus me confie cette histoire saisissante : lors de l’opération "plomb durci" menée par l’armée israélienne à Gaza il y a un peu plus d’un an, un de ses travailleurs sociaux reçoit l’appel d’un homme d’une quarantaine d’années. Il explique qu’il est partisan du Fatah, qu’il habite Gaza et qu’il vit un enfer. S’il reste chez lui, il court le risque de voir son immeuble frappé par l’armée israélienne. S’il sort de chez lui, ses chances de survie ne sont pas beaucoup plus importantes : le Hamas l’a assigné à résidence.

http://www.article11.info/spip/spip.php ... e751#forum

Hors ligne vio

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4992
Re : Israel et Palestine
« Réponse #1 le: 02 avril 2010 à 10:09:51 »
Leila Shahid , toujours aussi claire dans ses analyses géopolitiques :super:

Citer
Entretien avec Leïla Shahid
« La question de Jérusalem dépasse le cadre du conflit israélo-palestinien »
La représentante de la Palestine à Bruxelles réagit au désaccord apparu la semaine dernière entre Barack Obama et le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou.


Vous revenez de Palestine où vous étiez quand a éclaté la crise des constructions de nouvelles colonies à Jérusalem- Est. Depuis, il y a eu la rencontre de Benyamin Netanyahou avec Barack Obama. Un coup de froid diversement interprété : simple brouille entre amis ou désaccord profond ?
Leïla Shahid. C’est une vraie crise qui n’a pas commencé la semaine dernière mais en septembre 2009, quand Barack Obama a invité le premier ministre israélien et le président palestinien Mahmoud Abbas à New York, avec l’intention de relancer les négociations de paix et de faire une déclaration solennelle à l’Assemblée générale de l’ONU. Il voulait mettre en pratique son discours du Caire où il avait dit que le conflit israélopalestinien était la clé de voûte de tous les conflits de la région, de l’Irak à l’Afghanistan en passant par l’Iran. Malheureusement, l’attitude de Netanyahou a infligé à Obama une humiliation publique et entraîné le refus par les Palestiniens de tout contact direct à haut niveau. Que pouvait faire Mahmoud Abbas face à Netanyahou disant : je refuse les frontières de 1967, je refuse de négocier sur Jérusalem et sur le droit au retour des réfugiés, je ne reconnais ni les accords signés ni la feuille de route du Quartet ?

Pourquoi la crise n’a-t-elle éclaté qu’en mars ?
Leïla Shahid. Parce qu’Obama a été pris par des difficultés internes et par l’Afghanistan. Il a dû remiser la question palestinienne au placard. D’autant plus que le lobby proisraélien, très influent au Congrès, intervient sur tout et pouvait lui mettre des bâtons dans les roues pour sa loi sur l’assurance santé. Maintenant, il est un peu plus libre et il revient à la pierre angulaire de sa politique étrangère : le règlement du conflit palestinien est la clé d’une réorganisation complète de ses alliances. C’est très clair quand on voit les déclarations de militaires de haut rang, comme le général Petraeus, qui a dirigé les opérations en Irak. Il dit que « l’obstination d’Israël porte atteinte à la crédibilité des États-Unis et met en danger leurs intérêts nationaux  ». Et que « la colère arabe à propos de la situation en Palestine limite la profondeur des liens entre les États-Unis et les gouvernements et populations de la région ». Cela signifie que le sabotage de la paix par le gouvernement israëlien, son refus de l’État palestinien, empêche les États-Unis de renforcer leur alliance avec les pays arabes pour faire face à l’Iran. Obama a besoin d’un front très large pour résoudre la crise iranienne. Il a besoin des Européens, de la Russie, de l’ensemble du monde arabe. Or le monde arabe vient de redire qu’il ne soutiendrait pas la reprise de négociations avec Israël sans gel de la colonisation, notamment à Jérusalem-Est.

Ce sont les conclusions du sommet arabe de Syrte, auquel assistait d’ailleurs la Turquie.
Leïla Shahid. C’est aussi un allié important pour Obama. Or, le premier ministre turc a déclaré que Jérusalem était « la prunelle de ses yeux ». Dans l’ensemble du monde musulman, les populations demandent : « Que faites-vous pour Jérusalem ? » La question dépasse le cadre du conflit israélo-palestinien. C’est un point sensible, très important pour Obama au moment où il redessine la carte de ses alliances pour bâtir une politique basée sur le multilatéralisme.

Quelles sont les conséquences de la crise en Israël et aux États-Unis ?
Leïla Shahid. En Israël, c’est un séisme. Les Israéliens, habitués à des relations idylliques, sont bouleversés par la froideur d’Obama à l’égard de Netanyahou : il l’a planté là et fait attendre pour aller dîner avec sa famille ! Et on se souvient que la dernière crise grave, en 1991, entre Bush père et Shamir, s’est soldée par le départ de Shamir et l’arrivée de Rabin.
Aux États-Unis, il y a une levée de boucliers de certains membres du Congrès qui sont aux ordres d’Israël sous l’influence de l’Aipac. Le lobby pro-israélien est en train de se mettre en branle dans tout le pays et Obama n’aura pas la tâche facile.

Que pensez-vous des premiers pas Mme Ashton, la « Madame Affaires étrangères » de l’UE ?
Leïla Shahid. Son voyage dans la région a été très important. Elle a eu le courage d’insister pour aller à Gaza et à Jerusalem-Est où elle a rencontré Hanane Ashraoui, ce qui n’a pas plu à Israël. Elle a surtout affirmé : « Ma feuille de route, c’est la déclaration de l’UE du 8 décembre dernier. » C’est important, car elle rappelle tous les points importants à nos yeux : les frontières de 1967, Jérusalem-Est, territoire occupé qui doit devenir la capitale de l’État palestinien, le problème des réfugiés qui doit être traité comme le propose l’initiative de paix arabe. Après, elle est allée à Moscou où elle a fait adopter cette « feuille de route » par le Quartet. Et dans le Quartet, il y a les États-Unis. Cela explique aussi le raidissement d’Israël. Mais il faut savoir que la position de Mme Ashton dépend de ce que les 27 lui concèdent. Or, parmi les membres de l’UE, il y en a qui insistent encore pour le rehaussement des relations avec Israël.


ENTRETIEN RÉALISÉ PAR FRANÇOISE GERMAIN-ROBIN

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #2 le: 04 avril 2010 à 23:28:13 »
Citer
L'histoire que la presse israélienne ne peut pas (encore) raconter
Benjamin Barthe (Jérusalem, correspondance) Sur le Web

La lecture de la presse israélienne ressemble ces derniers jours à un véritable jeu de piste. Dans l'édition du 1er avril du Yediot Aharonot, le plus gros tirage quotidien, un encadré intitulé 'Ce que les services secrets ne veulent pas que vous sachiez' conseillait de taper sur un moteur de recherche Internet les mots 'journaliste, israélien, censure' pour en savoir plus sur une histoire dont les médias étrangers ont parlé mais que les journalistes locaux n'auraient pas le droit d'aborder. Poisson d'avril ? Pas du tout. Quelques jours plus tôt, c'est le tabloïd Maariv qui se livrait aux mêmes contorsions, dans un bandeau où était écrit en lettres rouges : 'Du fait d'un ordre de censure, nous ne pouvons pas vous dire ce que nous savons. Pour cause de paresse, d'apathie et de foi aveugle dans l'institution militaire, nous ne savons rien.'

Ces allusions sibyllines renvoient à l'affaire Anat Kamm, un nom encore méconnu en Israël mais qui promet de défrayer la chronique dans les prochaines semaines, voire dès le 12 avril. Ce jour-là, la justice israélienne statuera, à la demande de plusieurs médias, sur l'interdiction de publication qui pèse sur cette histoire. Une prohibition devenue largement désuète depuis qu'un blogueur, aux Etats-Unis, suivi par une agence de presse juive américaine et la propre station en arabe de Radio Israël ont dévoilé tous les détails, générant un trafic énorme sur Internet. Donc voici : journaliste de 23 ans, Anat Kamm est assignée à son domicile de Tel-Aviv depuis trois mois. Elle est poursuivie pour trahison et espionnage et encourt une peine de quatorze ans de prison pour avoir transmis à un enquêteur du quotidien Haaretz des documents 'top secret' qu'elle se serait procurés durant son service militaire.

En novembre 2008, ce journal avait publié un article, autorisé au préalable par la censure militaire, qui accusait l'armée israélienne d'avoir délibérément enfreint une décision de la Cour suprême limitant les liquidations extrajudiciaires (assassinats ciblés) de combattants palestiniens, pratique courante durant la seconde intifada, aux cas où ceux-ci ne pouvaient pas être arrêtés. Haaretz avait cité un ordre écrit, datant de mars 2007 et signé du général Yaïr Naveh, alors commandant de la région Centre - celle-ci englobe la Cisjordanie -, qui autorisait les troupes à ouvrir le feu sur des militants du Djihad islamique, même s'ils ne représentaient aucun danger apparent. Quelques mois plus tard, l'un d'eux était tué par des soldats israéliens dans des échanges de tirs, selon la version officielle.... lire la suite de l'article sur Le Monde.fr
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #3 le: 13 avril 2010 à 11:27:06 »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #4 le: 13 avril 2010 à 17:11:40 »
Citer
Netanyahou menace les Palestiniens d’expulsions massives

Jamais, depuis 1967, Israël n’avait menacé d’expulsion autant de Palestiniens. Les nouveaux ordres militaires, dits de « prévention des infiltrations » et « concernant les mesures de sécurité », qui entrent en vigueur ce 13 avril, lui permettront de chasser – ou d’emprisonner pour 3 à 7 ans – des dizaines de milliers d’habitants de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie, même s’ils en sont originaires et y sont nés.
Ces ordres visent en effet quiconque ne possède pas un permis israélien, lequel n’avait pas été exigé jusqu’ici de la plupart des résidents des territoires occupés et que souvent ceux-ci ne peuvent obtenir aujourd’hui.

Les dirigeants sionistes ont toujours été obsédés par la démographie : ils ont toujours visé l’occupation et la colonisation de la terre palestinienne, mais aussi le « transfert » de la population qui y vit. Cette stratégie a connu son apogée en 1948, avec l’expulsion de 800 000 Palestiniens devenus, ainsi que leurs descendants, des réfugiés dont le droit au retour n’a jamais pu s’exercer, puis en 1967, avec celle de 400 000 autres. Benyamin Netanyahou a-t-il décidé d’appliquer les dernières volontés d’Ariel Sharon, qui répétait sans cesse, avant son accident cérébral : « La guerre de 1948 n’est pas terminée » ?

Après l’annonce de la construction de 1 600 nouveaux logements dans la colonie israélienne de Ramat Shlomo, à Jérusalem-Est, cette nouvelle provocation viole en tout cas grossièrement la IVe Convention de Genève, qui interdit notamment à toute puissance occupante de déplacer les hommes et les femmes dont elle a pris la responsabilité. C’est dire que les dirigeants américains et européens, qui multiplient depuis plusieurs mois les discours critiques sur la politique du gouvernement israélien, se trouvent au pied du mur : vont-ils transformer leurs paroles en actes ?

C’est a fortiori le cas du président Nicolas Sarkozy et de son ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, qui font preuve, depuis près de trois ans, d’une complaisance coupable à l’égard d’Israël. Seules des sanctions sévères peuvent arrêter le cours belliciste de Tel-Aviv : il est temps de convaincre nos partenaires de l’Union européenne de suspendre l’accord d’association avec Israël tant que celui-ci ne respectera pas le droit international.

Association France-Palestine
Paris le13 avril 2010


Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #5 le: 14 avril 2010 à 11:04:33 »
info à confirmer, mais si tel est bien le cas, les services français ne pourront pas se cacher éternellement derrière une burqa ou autres sujets subalternes :

Citer
La France coopérerait aux assassinats politiques perpétrés par le Mossad

Selon une enquête du journal tunisien Dounia El Watan, cité par Al-Manar, l’assassinat du dirigeant du Hamas Mahmoud Mabhouh à Dubaï, le 20 janvier 2010, aurait nécessité une équipe bien plus importante que celle déjà mise en cause par les Emirats arabes unis.

Aux tueurs, il faudrait ajouter une équipe de repérage des lieux dirigée par un ancien responsable sécuritaire de la Tunisie, Ahmad Bannour.

M. Bannour vivrait actuellement en exil en France et aurait constitué une cellule de renseignement pour le compte joint des services israélien et français.

Ahmed Bannour a fuit la Tunisie après la découverte de ses activités d’espionnage au profit du Mossad israélien. Profitant de ses responsabilités au sein de l’Etat, il avait organisé le bombardement du siège du Fatah à Tunis, le 1er octobre 1985 —auquel Yasser Arafat (dit Abou Ammar) échappa—, puis l’assassinat d’un autre leader palestinien, Khalil Al-Wazir (dit Abou Jihad), le 16 avril 1988.

Sous couvert d’une société française qu’il contrôlerait, Ahmed Bannour aurait envoyé deux « hommes d’affaire » français et une équipe de techniciens négocier à Dubaï un contrat d’installation d’ascenseurs. A cette occasion, les agents français se seraient procuré les plans de l’hôtel où Mahmoud Mabhouh devait descendre ainsi que ceux du système de sécurité de l’hôtel.

La société française de M. Bannour est par ailleurs citée dans une affaire d’espionnage actuellement pendante devant la Cour militaire du Liban. Elle a servi de couverture pour l’immigration à Beyrouth de ressortissants tunisiens et égyptiens travaillant pour le Mossad. Ceux-ci projetaient un attentat contre la radio de cheikh Hussein Fadlallah et l’assassinat du secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #6 le: 15 avril 2010 à 16:51:59 »
Citer
Des documents de l’armée israélienne apportent la preuve que des crimes de guerre ont été commis en Cisjordanie (Haaretz)
jeudi 15 avril

    Classified documents reveal that the Israel Defense Forces had committed war crimes in the West Bank, Anat Kam, the former soldier indicted for espionage over an alleged theft of top secret material, told the court earlier in the year, according to police documents released allowed for publication Monday at the request of Haaretz.

In the newly released material documenting court hearings surrounding Kam’s arrest, the journalist and former IDF soldier said that the motivation behind her removal of sensitive military material was to expose "certain aspects of the IDF’s conduct in the West Bank that I thought were of interest to the public."

Kam added that her thinking behind taking the top secret papers was to ensure that "if and when the war crime the IDF was and is committing in the West Bank would be investigated, then I would have evidence to present."

...

Sources  Haaretz
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Israel et Palestine
« Réponse #7 le: 02 mai 2010 à 11:39:53 »
Boudiou... 8|... Israel serait en passe de rentrer dans l'OCDE !!??? :|!!! Vous en aviez entendu parler vous ? Quel est alors ce silence assourdissant dans lémédias ???? :fache:

Citer
Israël à l’OCDE ? Un mauvais coup contre la paix !
publié le vendredi 30 avril 2010

AFPS

 Le « club des riches » : l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) regroupe les trente Etats les plus développés du monde. Or Israël y présente sa candidature, qui plus est avec les territoires qu’il occupe, Cisjordanie palestinienne et Golan syrien. Et l’OCDE s’apprête à l’accueillir en son sein !
Cette nouvelle est purement et simplement incroyable. A l’heure où le rapport Goldstone accuse Israël de « crimes de guerre, voire contre l’humanité », où les dirigeants politiques et militaires américains considèrent que la politique de Benyamin Netanyahou menace les « intérêts vitaux » des Etats-Unis, où des institutions européennes publiques et privées prennent de premières sanctions contre la colonisation, accepter l’adhésion d’Israël à l’OCDE, ce serait agir contre la paix. Ce serait en effet l’encourager à poursuivre sa politique d’occupation et de colonisation qui foule aux pieds le droit international.

Les Etats membres de l’OCDE se trouvent donc au pied du mur : il suffit qu’un seul refuse l’adhésion d’Israël pour que celle-ci soit repoussée. C’est dire la responsabilité de chacun d’entre eux, à commencer par la France, de surcroît dépositaire des instruments de ratification. Si Paris est, comme toujours depuis l’élection de Nicolas Sarkozy, du côté d’Israël, d’autres Etats ont condamné, à des degrés divers, la politique israélienne.

Or il y a urgence : la question figure à l’ordre du jour des réunions de l’OCDE à Paris, durant ce début du mois de mai. C’est pourquoi l’AFPS appelle toutes les forces attachées au droit, à la justice et à la paix à manifester leur opposition ferme à cette adhésion auprès des autorités françaises, mais aussi auprès des autres pays membres. Elle se prononce pour l’organisation rapide d’une manifestation aussi large que possible devant le siège de l’OCDE – le Château de la Muette - à Paris. Elle invite tous ses groupes locaux à faire entendre partout, par des rassemblements, l’opposition de nos compatriotes à ce mauvais coup contre la paix.

L’AFPS, le 30 avril 2010


J'ai trouvé l'info ici : http://www.france-palestine.org/article14540.html
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #8 le: 24 mai 2010 à 10:48:39 »
Citer
Les députés européens interdits de Gaza

En décembre dernier, une mission des parlementaires européens membres de la Délégation entre l’Union européenne et le Conseil législatif palestinien, dont je faisais partie, devait se rendre à Gaza. Au dernier moment on nous a interdit de nous y rendre. Nous avions pris cela comme un affront. Le président du Parlement, Jerzy Buzek, avait même envoyé un courrier de protestation au Premier Ministre israélien.

Malheureusement l’histoire se répète, et à plus grande échelle. Une importante délégation parlementaire européenne, comprenant les commissions des Affaires étrangères, du Développement et du Budget, doit se rendre en Israël et dans les territoires palestiniens occupés du 24 au 27 mai. Nous devions nous rendre à Gaza, or l’Ambassadeur d’Israël vient de nous faire savoir que cette visite n’aurait pas lieu. Le gouvernement israélien refuse désormais que des délégations politiques transitent par Israël pour entrer à Gaza.

C’est une décision scandaleuse et inacceptable pour trois raisons. Tout d’abord, l’Union européenne finance très largement Gaza. 180 millions d’euros déjà pour les quatre premiers mois de 2010. La transparence de l’utilisation de ces fonds est une exigence normale. Il nous faut donc nous rendre sur place pour enquêter et en rendre compte auprès des citoyens européens. Nous devons en outre y rencontrer l’UNRWA (Office des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient) qui a fait un appel de détresse au Parlement européen récemment pour informer d’un manque énorme de fonds pour 2010. La très grande majorité (1,1 millions sur les 1,5 millions) des habitants de la bande de Gaza sont en effet des réfugiés.

Ensuite, suite à l’agression militaire de janvier 2009, nous sommes également interpellés sur la question humanitaire. Il est tout à fait normal que l’on aille se rendre compte de la situation de vie des Gazaouis, a fortiori dans le contexte du rapport Goldstone, dont nous exigeons l’application des recommandations.

Enfin, non seulement on nous interdit de nous rendre à Gaza, mais l’Ambassadeur d’Israël s’est aussi permis de remettre en cause le programme de la délégation en Cisjordanie et en Israël. Il a ainsi questionné nos rencontres prévues avec des ONG israéliennes de défense des droits humains, et tout particulièrement la rencontre à Jérusalem-Est avec Saeb Erakat, négociateur palestinien des accords de paix. Cette dernière rencontre nous serait même interdite semble-t-il parce qu’Israël refuse d’autoriser les rencontres de haut niveau entre la Communauté internationale et les autorités palestiniennes à Jérusalem-Est! Or Jérusalem-Est ne fait pas partie d’Israël selon le droit international.

Les députés de la délégation sont profondément choqués par ces méthodes et cette intrusion dans notre programme. Nous sommes parlementaires et avons le droit de choisir nos interlocuteurs. Par conséquent nous avons pris des contacts avec les autorités égyptiennes. Grâce à leur accord, nous allons faire un circuit palestinien via l’Egypte. Les députés sont déterminés à aller à Gaza et à ne pas se laisser imposer leur agenda par Israël. Il en va de l’honneur de l’Europe.

http://www.nicolekiilnielsen.eu/?p=1176

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Israel et Palestine
« Réponse #9 le: 24 mai 2010 à 21:26:05 »
Je me demande jusqu'à ou cet état criminel va continuer de bénéficier d'une telle partialité de la part du choeur global des puissances économiques de ce monde. Je me demande aussi ce que cela cache.
 :pascontent1:
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Israel et Palestine
« Réponse #10 le: 26 mai 2010 à 07:31:40 »
http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2010/05/03/l-appel-a-la-raison-des-juifs-europeens-a-israel_1346098_3218.html

Je suis très heureux que les "intellectuels juifs" reconnaissent enfin que la politique d'Israël risque de compromettre sa propre existence, pas forcément en tant qu'état, mais en temps que nation reposant sur des valeurs.

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #11 le: 26 mai 2010 à 10:43:59 »
Citer
Communiqué de l'Association France Palestine Solidarité (AFPS)
Avec la « Flottille de la liberté » pour Gaza !

Depuis maintenant plus de 3 ans, la bande de Gaza connaît un blocus israélien totalement insupportable, un blocus qui est constitutif d’une « punition collective » parfaitement illégale selon le droit international et totalement condamnable d’un point de vue humain et politique.

Ce blocus est devenu encore plus lourd de conséquences dramatiques depuis la guerre lancée par l’armée israélienne en décembre 2009. Aux 1.400 morts gazaouïs s’est ajoutée, notamment, la destruction des infrastructures que le blocus maintenu empêche de reconstruire. Ce blocus illégal est terrestre, maritime et aérien.

Aussi bien l’Union européenne que l’ONU et ses divers organismes spécialisés alertent depuis des mois sur cette situation et demandent qu’il y soit mis un terme.

Mais ces déclarations ne sont suivies, encore une fois, d’aucun effet concret. Gaza reste une prison à ciel ouvert et un mouroir dans un champ de ruines pour sa population. Nulle part sur la planète pareille situation atroce n’existe et pourtant aucun acte concret décisif n’est mis en œuvre pour qu’il y soit mis un terme.

C’est dans ces conditions, après la Marche pour la Liberté qui a été bloquée en Egypte le 1er janvier dernier, qu’une série d’associations européennes diverses ont mis en place une « Flottille pour la liberté » composée de plusieurs bateaux chargés de matériaux vitaux pour la population gazaouie et emportant à leur bord plusieurs centaines de personnes, dont des parlementaires nationaux et européens.

Accusées de « crimes de guerre voire de crimes contre l’humanité », les autorités israéliennes entendent bloquer militairement cette flottille et ses passagers et les empêcher de briser ce blocus tandis que les eaux empruntées sont territoires palestiniens.

Nous nous élevons à nouveau contre les agissements israéliens qui s’accomplissent, une fois de plus, en toute impunité. Et d’un même mouvement nous en appelons aux autorités françaises pour qu’elles permettent le passage de cette « Flottille de la Liberté » attendue avec espoir par la population de Gaza en cette fin de mois.

Nous sommes à un moment crucial pour la Communauté internationale.

Elle doit, sans attendre, signifier aux autorités israéliennes qu’elle prendra toute mesure conforme au chapitre VII de la Charte des Nations unies pour permettre le passage de cette flottille pacifique et humanitaire. La levée du blocus de Gaza est impérative.

Le blocus de Gaza n’a que trop duré. Mettons y fin maintenant, avec la « Flottille de la liberté » pour Gaza !

AFPS, 26 mai 2010

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Israel et Palestine
« Réponse #12 le: 30 mai 2010 à 18:46:28 »
La flotille est partie.

Citer
Une flottille de six navires transportant 10.000 tonnes de produits pour la bande de Gaza a commencé à faire route dimanche vers le territoire palestinien soumis au blocus israélien.

Les bateaux, emmenés par un vaisseau amiral transportant 600 passagers, ont quitté un point de rassemblement dans les eaux internationales au large de Chypre pour se diriger vers Gaza, située à quelque 400 kilomètres de la pointe sud-est de Chypre.

Israël, qui a fermé les frontières de la bande de Gaza en 2007 après la prise de contrôle du territoire par le Hamas, a prévenu qu'il bloquerait le convoi mis sur pied par plusieurs organisations pro-palestiniennes dont le Mouvement Gaza libre.

Les habitants de l'enclave, au nombre de 1,5 million, font état de pénuries d'eau et de médicaments.

De source militaire israélienne, on déclare que si les navires humanitaires ne rebroussent pas chemin après avoir reçu un avertissement, ils seront arraisonnés par la marine et emmenés vers un port israélien d'où leurs passagers et équipages seront renvoyés chez eux. La cargaison sera, elle, acheminée par voie terrestre dans la bande de Gaza.

Israël a mis en place des installations pour les militants dans la ville côtière d'Ashdod et exige que toute aide lui soit remise pour que son contenu soit examiné avant sa distribution dans la bande de Gaza par des canaux approuvés par les autorités israéliennes.

Là.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #13 le: 30 mai 2010 à 19:08:57 »
Citer
Flottille de la Liberté : Le dernier set
publié le dimanche 30 mai 2010
Thomas Sommer-Houdeville

Dans quelques heures, nous entrerons dans les eaux de Gaza. Bien sûr, matériellement, il serait très facile pour Israël de nous stopper et nous arrêter, mais le coût politique qu’ils auront à payer sera énorme.

Un jour ou l’autre peut-être, quelqu’un écrira l’histoire complète de cette aventure. Il y aura beaucoup de rires, de véritables cris et quelques larmes. Mais ce que je peux dire maintenant, c’est que nous n’avions jamais imaginé que nous ferions flipper Israël comme ça. Enfin, peut-être dans certains de nos plus beaux rêves.... Tout d’abord, ils ont créé une équipe spéciale d’urgence réunissant le ministère israélien des Affaires étrangères, le commando de marine israélien et les autorités pénitentiaires pour contrer la menace existentielle que nous et nos quelques bateaux remplis d’aide humanitaire représentent. Puis, Ehud Barak lui-même a pris le temps, malgré son agenda chargé, de nous mettre en garde à travers les médias israéliens. Ils nous annoncent maintenant qu’ils nous enverront dans la pire des prisons israéliens, dans le désert près de Beersheva.

Ce sont des annonces pour nous faire peur. Et d’une certaine façon nous avons peur. Nous avons peur de leurs navires de guerre, peur de leurs Apaches et de leur commando tout noir. Qui n’en aurait pas peur ? Nous avons peur qu’ils saisissent notre cargaison et toute l’aide médicale, les matériaux de construction, les maisons préfabriquées, les kits scolaires, et qu’ils les détruisent. Toute cette solidarité patiemment rassemblée dans de si nombreux pays pendant plus d’un an. Tous ces efforts et cette vague d’amour et d’espoir envoyés par des gens normaux, d’humbles citoyens de Grèce, Suède, Turquie, Irlande, France, Italie, Algérie, Malaisie. Tout ceci pris comme un trophée par un État agissant comme un vulgaire pirate des îles. Qui ne sentirait pas un certain sentiment de responsabilité et de peur de ne pas être capable d’accomplir notre mission et livrer nos marchandises à la population emprisonnée de Gaza ?

Mais nous savons que la peur est aussi de l’autre côté. Parce que depuis le début de notre coalition, l’Etat d’Israël fait tout ce qu’il peut pour éviter la confrontation avec nous. Depuis le début ils ont essayé de nous empêcher de partir, de regrouper nos forces et de prendre le large tous ensemble vers Gaza. Ils ont essayé de nous briser. Leur scénario idéal était de nous diviser, les Irlandais d’un côté, les Grecs et Suédois d’un autre, les Américains d’un autre encore et les Turcs tout seuls. Bien sûr, ils savaient qu’ils ne pourraient pas mettre la pression sur la Turquie, ni agir directement là-bas. Alors ils ont concentré leurs attaques sur les parties irlandaises et grecques de notre coalition.

Le premier set a commencé il y a deux semaines quand ils ont saboté le cargo irlandais, l’obligeant à retarder son départ pour près d’une semaine. Mais, les Irlandais ont réparé aussi vite qu’ils le pouvaient et maintenant ils sont à un ou deux jours derrière nous. Puis ils ont mis une pression énorme sur le gouvernement grec, affaibli par la crise économique, pour l’obliger à ne pas laisser partir le cargo grec et le bateau de passagers greco-suédois. A cause de ces pressions, nous avons dû retarder notre voyage deux fois et demander aux Turcs, à leurs 500 passagers et aux amis américains qui étaient prêts à partir de nous attendre. C’est ce qu’ils ont fait heureusement ! Jusqu’à la dernière minute avant leur départ de Grèce, nous ne savions pas si les deux bateaux auraient l’autorisation du gouvernement grec, mais finalement le gouvernement grec a décidé de prendre ses responsabilités en agissant comme un Etat souverain et a laissé le cargo et le bateau de passagers quitter le port du Pirée à Athènes.

Le deuxième set a eu lieu hier, dans la partie grecque de Chypre, là où nous avions négocié avec le gouvernement d’embarquer une délégation VIP deparlementaires européens et nationaux de Suède, d’Angleterre, de Grèce et de Chypre. Alors que les deux bateaux de Grèce, le bateau américain venant de Crète et les 4 bateaux turcs étaient déjà au point de rendez-vous attendant que la délégation VIP arrive et embarque à notre bord, nous avons reçu la nouvelle que notre délégation était encerclée par la police chypriote dans le port de Larnaka et interdite de bouger où que ce soit. Chypre, un pays européen, était en train d’interdire a des parlementaires européens de se déplacer librement sur son sol, en rupture complète de toute législation et réglementations européennes ! Alors que nous commencions à négocier avec le gouvernement chypriote, nous avons clairement compris que ce changement soudain d’attitude envers nous était dicté directement par Israël. De sept heures du matin jusqu’au soir, le gouvernement de Chypre nous mentait, disant que c’était un malentendu que les VIP aient été autorisés à embarquer pour n’importe quelle direction qu’ils souhaitaient, que c’était juste une question bureaucratique à résoudre. Mais rien ne s’est passé et nos parlementaires ont été pris au piège. Le gouvernement chypriote agissait comme un auxiliaire d’Israël et nous a fait perdre un temps crucial. Ce matin, la délégation VIP a décidé que le seul choix qui restait était d’aller au port de Formogossa dans le Nord de Chypre sous contrôle turc, et de là prendre un bateau rapide pour nous rejoindre au point de rendez-vous. Bien sûr, parce que notre coalition est formée de Turcs et de Grecs et de Chypriotes, la Chypre du Nord qui est sous occupation turque, est une question politique très importante. Et envoyer notre délégation prendre un bateau dans le port de Formogossa, encore sous embargo des Nations Unies, est une question politique encore plus importante. Cela aurait pu briser le dos de nos amis grecs et chypriotes de la coalition. Ce fut presque le cas. Mais c’est le contraire qui s’est révélé. Notre coalition tient toujours. C’est le parti chypriote au pouvoir qui est sur le point de se briser, et les 7 parlementaires grecs et chypriotes qui faisaient partie de la délégation et ne pouvaient pas aller au nord de Chypre sont furieux contre le gouvernement chypriote. Un immense débat a toujours lieu en ce moment en Grèce et à Chypre sur ce qui s’est passé et sur notre flottille pour Gaza. Dans une heure ou deux, 80% de notre délégation VIP embarquera sur nos bateaux et nous partirons pour Gaza comme prévu. Donc nous pouvons dire qu’Israël a perdu les deux sets qu’il a joués.

Dans quelques heures, le dernier set, crucial, commencera quand nous entrerons dans les eaux de Gaza. Bien sûr, matériellement, il serait très facile pour Israël de nous stopper et nous arrêter, mais le coût politique qu’ils auront à payer sera énorme. Vraiment énorme, à tel point que toutes les ruses et les pièges qu’ils ont tenté de mettre sur notre route ont réussi à faire une seule chose : sensibiliser de plus en plus de gens partout dans le monde sur notreflottille et sur la situation de Gaza. Et de tout ça, nous apprenons quelque chose : la peur n’est pas de notre côté, mais du côté d’Israël. Ils ont peur de nous parce que nous représentons la colère des gens tout autour du monde. Les gens qui sont mécontents de ce que l’Etat criminel d’Israël fait aux Palestiniens et à chaque amoureux de la paix qui ose prendre le parti des opprimés. Ils ont peur de nous parce qu’ils savent que, dans un proche avenir il y aura encore plus de bateaux à venir à Gaza comme il y a de plus en plus de personnes à décider de boycotter Israël chaque jour.
source

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #14 le: 30 mai 2010 à 19:21:28 »
Eestce un initiative européene? ou internationale. Que les chefs d'états concernés exigent d'Isrel le respect des eaux territoriales de la palestine. Qu'un pays ou plusieurs participant a cette éxpedition envois un/des bateaux de guerre  pour faire face a ceux de l'ennemi Israelien. Il n'appartien pas a Israel de décider quoique ce soit en matiere de droit international, et ce, contre toutes les nations signataires de ces droits. QU'attendent les soit-disant parties de la gauche francaise pour faire entendre bruyament sa désaprobation enver cette état crapule. Quand a la droite francaise et européene sont, des vermines devotement agenou devant ces salopars d'israeliens. Sarko c'est le temps de parler au lieu de gesticuler de te faire de la pub a pas cher, geule un coup contre tes copins de crapules israelienes. Et les juifs du monde entier ils se la ferme, ce qui prouve qu'ils sont d'accord.Tous ceux qui se la ferme devant cette abus de pouvoir ***  

Ps aux modérateurs de se site.Si vous suprimmé les nom d'oiseaux que j'ai mis je considerrerais que vous etes d'accord avec Israel.Donc............j'entirerais les concéquences, en serais :fache1:

******
Hem. On évite ce genre de "menaces" svp, cela engendre la tentation.
-timbur-
« Modifié: 01 juin 2010 à 12:30:21 par Val »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #15 le: 30 mai 2010 à 19:46:11 »
D'un autre côté, évidemment, l'avis d'Israël est tout différent.
Les gentils , c'est c'eux, évidemment...
Citer
Blocus maritime au large de Gaza, approvisionnement humanitaire et légalité
Hélène Keller-Lind

Le blocus maritime israélien au large de la Bande de Gaza qui n’est plus sous contrôle israélien, est amplement justifié par l’état de conflit armé imposé par le Hamas qui y est au pouvoir à l’État hébreu. Quant à l’approvisionnement en produits humanitaires effectué par tonnes, Israël respect à la lettre ses obligations humanitaires et la Cour Suprême israélienne s’assure de son respect du droit international et du droit israélien.

Interview importante de Sarah Weiss Mausi, expert au ministère des Affaires étrangères israéliennes en droit international et droit humanitaire
Elle y donne de solides informations juridiques nécessaires au vu du déchainement anti-israélien actuel et qui ne manqua pas d’être aggravé par la Flottille dite de la Liberté et sa poignée d’agitateurs anti-sraéliens quasi professionnels

   1. Il y a un blocus maritime au large de Gaza mis en place par Israël en état de conflit armé avec le régime du Hamas qui contrôle Gaza. Le Hamas bombarde des cibles civiles à l’intérieur d’Israël même avec des armes importées illégalement par diverses routes, dont l’une est maritime.
   2. Selon le droit international s’il y a blocus maritime, aucun navire ne peut entrer dans la zone ou ce blocus est en place. Que ce soient des navires civils ou ennemis.
   3. Tout navire tentant de violer le blocus ou le violant peut être capturé ou attaqué.
   4. Les blocus maritimes sont légitimes et sont des mesures reconnues par la loi internationale et peuvent être mis en place dans le cadre d’un conflit armé.
   5. Les manuels juridiques britanniques et américains les évoquent. Il y a obligation d’en informer à l’avance. Ce qu’Israël a fait selon les règles en vigueur.
   6. Transfert de marchandises par la terre : Israël s’est retiré entièrement de la Bande de Gaza en 2005. Il n’y reste aucune présence israélienne que ce soit civile ou militaire. Ce retrait a mis fin au contrôle effectif de la Bande de Gaza après 40 ans de contrôle effectif.
   7. Il y a actuellement un état de conflit armé. Israël avait espéré que son retrait déboucherait sur des relations plus positives avec nos voisins de Gaza. Mais c’est le contraire qui s’est produit et au lieu de relations positives c’est l’organisation terroriste du Hamas qui s’est saisie du pouvoir et a procédé à encore plus de tirs de roquettes et de mortiers sur les communautés et les villes israéliennes voisines de la Bande de Gaza et situées a l’intérieur d’Israël
   8. Compte tenu de ces attaques perpétrées contre des cibles civiles Israël a pris un certain nombre de mesures contre le régime du Hamas. Dont l’une est la prise de sanctions économiques contre le régime du Hamas à Gaza. Une pratique habituelle en matière de droit international.
   9. En droit international chaque pays décide de ce qui entre et sort de ses frontières
  10. En droit international chaque État décide avec quel entité ou État il veut forger des liens économiques
  11. De la même manière un État a le droit de décider s’il veut imposer des sanctions à une entité ou un État ennemi.
  12. Ce n’est pas un acte de punition collective. Il s’agit d’une mesure prise pour faire pression sur un régime qui attaque les citoyens d’Israël Selon le droit international Israël a le droit de défendre et de protéger ses citoyens.... Cela est considéré comme étant un outil légitime et efficace contre un régime terroriste ou autre, comme celui du Hamas. Il y en a maint exemple dans l’histoire moderne.
  13. Israël a une obligation humanitaire de s’assurer que des intérêts humanitaires soient respectés et que des produits entrent à Gaza.
  14. Mais Israël n’a aucune obligation de fournir des produits qui ne soient pas vitaux ou des produits qui donneraient au Hamas un avantage militaire ou économique. C’est pour cette raison qu’Israël limite la quantité de ciment qui entre dans la Bande de Gaza. Le ciment pourrait être utilisé pour faire des moules pour des roquettes. Pour renforcer des bunkers a usage clairement militaire contre Israël
  15. Israël fournit de grandes quantités de produits humanitaires, y compris du lait pour bébé, de la viande des produits laitiers, etc.
  16. La Cour Suprême israélienne contrôle sans arrêt ces fournitures pour s’assurer qu’Israël se conforme avec la loi israélienne et la loi internationale en fournissant à des civils les produits vitaux dont ils ont besoin. Et la Cour confirme qu’Israël respecte bien ces lois.
source

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #16 le: 30 mai 2010 à 21:27:50 »
Soit, mais les eaux territotiales appartienent a la Palestine  (dans laquelle Israel fait exploiter le pétrol par l'intermédiaire d' une societé anglaise.) Ce qui prive les  palestiniens de revenus légaux. Que diriez-vous si l'Anglettaire décidait de fermer les eaux territorial de la Bretagne pour pecher,en invocant meme de fausses raisons, ou l'Italie la cote d'Azur pour s'approprier les sardines ? Israel fait fi de toutes les conventions internationales.

Parcontre il ai bien connu qu'Israel  ne respect aucunes des décisions de l'Onu prisent par majorité.
« Modifié: 30 mai 2010 à 22:00:14 par TheTwit »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #17 le: 31 mai 2010 à 09:04:01 »
je viens d'entendre aux infos 10 morts et 30 blessés...

Citer
Gaza : assaut meurtrier sur la flottille


Au moins 16 personnes ont été tuées lors de l’abordage par des commandos israéliens.

Israël avait prévenu qu’il ne laisserait pas la flottille internationale pro-palestinienne débarquer à Gaza avec ses 10.000 tonnes de matériel et d'aide humanitaire. L’Etat hébreu a mis ses menaces à exécution lundi en lançant ses forces marines contre les navires. Selon la télévision israélienne, au moins 16 passagers auraient été tués au cours d’échange de coups de feu.

Selon la chaîne privée Channel 10, les membres du commando de la marine israélienne ont ouvert le feu après avoir été attaqués à coups de hache et de couteaux par certains des passagers de la flottille, a ajouté la télévision. La télévision n'a pas précisé si des militaires israéliens avaient été tués ou blessés durant l'assaut.
"Conséquences irréparables"

La flottille, emmenée par un bateau turc avec 600 personnes à bord, avait quitté dimanche les eaux internationales de Chypre pour rallier le territoire palestinien malgré le blocus israélien en vigueur depuis 2007, lorsque le Hamas a pris le contrôle du territoire, et les avertissements lancés par les autorités de l'Etat hébreu.

La Turquie, qui avait exhorté dimanche soir Israël à laisser passer le convoi, a annoncé qu'elle avait convoqué le représentant israélien sur son sol pour obtenir des explications. "Nous condamnons fortement ces pratiques inhumaines d'Israël", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales."
Censure

Israël ne s'est pour l'heure exprimé que par la voix de son ministre de l'Industrie et du Commerce. "Je ne peux qu'exprimer mon regret pour tous les morts", a déclaré Ben Eliezer, qui se trouve au Qatar pour une réunion du Forum Economique Mondial (WEF). "On attendait nos soldats avec des haches et des couteaux et quand en plus quelqu'un tente de vous prendre votre arme, dans ces cas-là on commence à perdre le contrôle de la situation. Je sais que ça va devenir une grosse affaire et j'espère que les Arabes israéliens réagiront de façon raisonnable."

La radio publique a annoncé lundi matin que la censure militaire avait interdit la diffusion de toute information sur les morts et les blessés transférés vers des hôpitaux en Israël. La police israélienne a annoncé avoir élevé lundi son niveau d'alerte pour faire face à "d'éventuels désordres".


http://www.europe1.fr/International/Gaza-assaut-meurtrier-sur-la-flottille-204765/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #18 le: 31 mai 2010 à 10:15:10 »
un peu de retenue de la part de l'ump serait appréciable mais faut pas rêver.

Citer
Flotille pour Gaza: l'UMP "regrette" les morts mais parle de "provocations" des pro-palestiniens

Le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre a "regretté" la mort de militants pro-Palestiniens lors de l'abordage de leur flottille en route pour Gaza par des commandos israéliens tout en évoquant des "provocations" de la part "ceux qui se disent les amis des Palestiniens".

"A partir du moment où il y a des morts, on ne peut que le regretter, et puis il y a peut-être une surréaction" d'Israël, a déclaré M. Lefebvre sur LCI.

Il a critiqué "ceux qui se disent les amis des Palestiniens", dénonçant de leur part "des provocations qui en réalité ont comme conséquence de durcir" les relations entre Israéliens et Palestiniens "à un moment où chacun veut la paix". "Ce n'est pas nécessairement très sage", a dit le porte-parole de l'UMP.

"De toutes façons, à un moment ou à un autre, il va bien falloir qu'il y ait des discussions directes en les Israéliens et les Palestiniens", a-t-il ajouté.

Un porte-parole de l'armée israélienne a confirmé lundi en début de matinée qu'au "moins dix passagers" de la flottille pro-palestinienne faisant route vers Gaza avaient été tués lors de l'intervention de commandos israéliens. Un responsable palestinien a fait état de la mort de 15 militants.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5haU-KazYKR2jMwJNG2kfBKChwvNw

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Israel et Palestine
« Réponse #19 le: 31 mai 2010 à 19:45:28 »
tu sais bien raja qu'a l'ump ,c'est une bande de cale(ss)ons ! :mrgreen:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Israel et Palestine
« Réponse #20 le: 31 mai 2010 à 22:05:26 »
Des réactions un peu partout dans le monde.
Et en France ?

Citer
Plus d'un millier de personnes ont manifesté lundi à Paris dans un climat tendu pour protester contre l'attaque israélienne de la "flottille" pour Gaza.

Des heurts ont eu lieu dans le secteur des Champs-Elysées avec la police, qui a répliqué à des jets de pierre avec des tirs de gaz lacrymogène.

La manifestation était organisée près de la station de métro Franklin-Roosevelt, dans le VIIIe arrondissement de la capitale, non loin de l'ambassade d'Israël.

Les manifestants, au nombre de 1.200 à 19h00 selon la police, plus de 2.000 selon les organisateurs, répondaient à l'appel de différents partis et associations dont le Parti de Gauche, les Verts, l'Union juive française pour la paix (UJPF), Sud-Etudiant et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap).

"Israël assassin, Sarkozy complice", "Fermez l'ambassade des assassins israéliens", scandaient les manifestants, qui ont tenté de bloquer la circulation sur l'avenue des Champs-Elysées où ils ont déployé un immense drapeau palestinien.(...)

Article complet


La police a chargé à Strasbourg.

___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #21 le: 31 mai 2010 à 23:12:41 »
Les six navires ont été attaqués en haute mer, à 78 miles des côtes de Palestine, dont les eaux territoriales sont définies (par Israël) à 20 miles. Il s'agit donc bien d'un acte de piraterie
Les navires arraisonnés par la marine Israélienne battaient pavillon irlandais, grec et turc. Tous trois membres de l'OTAN.
Or, l'article 5 de la charte de l'OTAN stipule : « Les parties conviennent qu'une attaque armée contre l'une ou plusieurs d'entre elles survenant en Europe ou en Amérique du Nord sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties, et en conséquence elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d'elles (...) assistera la partie ou les parties ainsi attaquées (...) y compris [par] l'emploi de la force armée...».
Sa Divine Splendeur, si empressée de rejoindre les rangs opérationnels de l'OTAN, n'a pas l'air désireuse  :blingbling: de respecter ce traité d'alliance en décidant des mesures de rétorsion qui devraient pourtant s'imposer

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #22 le: 01 juin 2010 à 01:35:23 »
Vous vous étonné? voyez ces maudits Israelien ne respect  meme pas les coventions internationales, des eaux interntiales, je m'en doutait. Donc Normale que les attaqués sortent des batons ou tout autres armes pour se défendre contre des pirates en haute mer. ils vont nous dire ces maudits Israeliens, qu'ils ont trouvé des armes dans ces bateaux, armes qui auraient put détriure un certain mur qui les sépare des terroristes palestiniens, et des produits chimiques, armes de destruction masives.

Par contre le mouvement juif pour la paix (a Paris) a aussi protesté.  :merci:

Alors que la France est le seul pays occidentale a avoir réprimé une manifestation  (calme) contre Israel.  :fache1: 

Show content


Ils s'en serve comme porte chandelles. Quel clown. :blingbling:

« Modifié: 01 juin 2010 à 01:54:16 par TheTwit »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Re : Israel et Palestine
« Réponse #23 le: 01 juin 2010 à 12:36:37 »
Eestce un initiative européene? ou internationale. Que les chefs d'états concernés exigent d'Isrel le respect des eaux territoriales de la palestine. Qu'un pays ou plusieurs participant a cette éxpedition envois un/des bateaux de guerre  pour faire face a ceux de l'ennemi Israelien. Il n'appartien pas a Israel de décider quoique ce soit en matiere de droit international, et ce, contre toutes les nations signataires de ces droits. QU'attendent les soit-disant parties de la gauche francaise pour faire entendre bruyament sa désaprobation enver cette état crapule. Quand a la droite francaise et européene sont, des vermines devotement agenou devant ces salopars d'israeliens. Sarko c'est le temps de parler au lieu de gesticuler de te faire de la pub a pas cher, geule un coup contre tes copins de crapules israelienes. Et les juifs du monde entier ils se la ferme, ce qui prouve qu'ils sont d'accord.Tous ceux qui se la ferme devant cette abus de pouvoir ***  

Ps aux modérateurs de se site.Si vous suprimmé les nom d'oiseaux que j'ai mis je considerrerais que vous etes d'accord avec Israel.Donc............j'entirerais les concéquences, en serais :fache1:
Je vais vous répondre en tant qu'administratrice de ce site, The Twit. Il est bien important de faire la distinction entre l'Etat israelien, c'est à dire ses dirigeants, et les israeliens eux mêmes. Et une population encore différente, les juifs non israeliens.
Un peu facile de dire que s'ils ne sont pas d'accord, ce sont tous des crapules... Croyez vous que tous les français sont d'accord avec ce que fait Sarkozy ? Croyez vous que tous les américains sont d'accord avec ce qu'a fait Bush ? Non, évidement. Ils n'ont pas tous les moyens de le dire, ça n'en fait pas des crapules pour autant.
Et la charte s'applique à tous les sujets.
On peut être en désaccord sans insulter, les smileys sont là pour ça.

Val




Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #24 le: 01 juin 2010 à 15:01:39 »
Quelques propos de presse, que j'aime

Les faits: Les habitants de Jérusalem en 1947 n'étaient pas des "Arabes" mais des Palestiniens qui vivaient dans la région depuis des siècles. Pourquoi auraient-ils moins de droits sur cette terre que des Européens affirmant que leurs ancêtres auraient vécu sur place il y a 3000 ans ? Par ailleurs, le boycott des produits des colonies israéliennes est parfaitement légitime. Ces colonies, illégales au terme du droit international, sont situées sur des terres volées aux Palestiniens.

Israël s’est mis hier au ban des nations. Une démocratie n’envoie pas des soldats surarmés attaquer un convoi humanitaire et ouvrir le feu sur des civils désarmés. Une démocratie n’occupe pas le territoire de son voisin pour y développer des colonies de peuplement illégales. Une démocratie ne prend pas en otage une population civile tout entière sous prétexte qu’elle n’aime pas ses dirigeants. Depuis hier, Israël n’est plus une nation européenne mais l’équivalent de la Corée du Nord et du Soudan.

Sur le site du quai d'orsay le dernier point presse sert à souhaiter l'entrée d'Israel à l'OCDE. Quand on récompense la barbarie, on ne peut que s'attendre à ce genre de choses. La France est complice de cette barbarie en se félicitant de l'entrée d'israel à l'OCDE, en appellant aux poursuites contre les citoyens français appelant à la campagne non violente de boycott d'Israel, en décidant de rehausser les relations entre l'UE et Israel. C'est une honte, un scandale.

The article's characterization of Hamas' rule of Gaza that begin in 2007 as one that was achieved by force is a lie. The fact is Hamas won the election but was attacked by Fatah and PA forces with the support of Israel and Washington. Hamas won its rule through democratic elections. It was challenged by armed opposition working with Palestine's enemies and Hamas defended its victory. I am not a supporter of Hamas, but find it necessary to correct your characterization of their ascent to power in Gaza.

Once again the Obama administration has disgraced the United States before the world by supporting and defending the outrageously illegal, terrorist acts of the increasingly fascist-leaning Israeli regime. Israel should have been condemned not only for the murder of the activists delivering humanitarian aid, but also for maintaining the inhuman, illegal, and stupidly counterproductive blockade of Gaza in the first place.

The US needs to stop financing Israeli militarism and aggression. How many Palestinian civilians have died for every Israeli? Dozens? Hundreds?



  
« Modifié: 01 juin 2010 à 15:32:28 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #25 le: 01 juin 2010 à 15:28:05 »
Enfin ! Le "Machin" se fâche !
On n'y croyait plus !
Après dix heures d'âpres discussions, il vient de faire savoir à Israël que "ce n'est pas gentil, ce que vous avez fait !"

Citer
NATIONS UNIES (Reuters) - Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné mardi les "actes" qui ont conduit à la mort de civils durant l'opération de la marine israélienne contre une flottille à destination de la bande de Gaza.

Le Conseil a adopté une déclaration formelle après plus de dix heures de négociations à huis clos dans laquelle il réclame une enquête "rapide, impartiale, crédible et transparente" sur l'incident.

L'instance des Nations unies demande également la libération immédiate des navires de la flottille et des quelque 700 militants détenus par Israël.

Le Conseil de sécurité s'était réuni d'urgence lundi après-midi pour débattre de l'assaut lancé par des commandos de marine contre la flottille qui a coûté la vie à neuf civils, selon l'armée israélienne.

Après une heure et demie de discussions ouvertes à la presse, les diplomates se sont réunis à huis clos pour s'entendre sur un texte.

Dans la déclaration de 24 lignes, lue par le président en exercice du Conseil, l'ambassadeur du Mexique Claude Heller, l'instance des Nations unies "regrette profondément les pertes en vies humaines et les blessures ayant résulté de l'usage de la force durant l'opération militaire israélienne dans les eaux internationales contre le convoi se dirigeant vers Gaza".

"Le Conseil, dans ce contexte, condamne les actes qui ont résulté en la perte d'au moins dix vies humaines et fait de nombreux blessés."

Les déclarations du Conseil sont moins contraignantes que les résolutions, mais contrairement à ces dernières, elles doivent être adoptées à l'unanimité.

Bataille des mots

Des diplomates ont expliqué que les négociations ont été particulièrement difficiles entre la Turquie, qui a porté avec le Liban la question devant le Conseil, et les Etats-Unis, alliés d'Israël, sur la question de savoir si le mot "acte" devait être conjugué au singulier ou au pluriel.

"Acte" au singulier, soutenu par la Turquie, aurait impliqué qu'Israël seul était responsable de la mort des civils, alors qu'"actes" au pluriel suggère que les militants, qui selon Israël ont attaqué les commandos, portent également une part de responsabilité.

Les adjectifs concernant l'enquête réclamée par le Conseil ont été également mûrement choisis. Le mot "indépendante" a été retiré des premiers brouillons à l'insistance des Etats-Unis car il aurait signifié que l'enquête ne devait pas être confiée à Israël.

S'adressant aux journalistes après l'adoption de la déclaration, Claude Heller a déclaré que le mot "impartiale" revenait au même et que c'était aux Nations unies de déterminer qui devait mener les investigations.

Mais Alejandro Wolff, ambassadeur adjoint des Etats-Unis, n'a pas fourni la même interprétation: "Nous (...) soutenons l'enquête israélienne (...) et nous sommes convaincus qu'Israël sera en mesure de conduire en interne une enquête crédible et impartiale, transparente et rapide."

Pendant les 90 minutes de débat public, de nombreux membres du Conseil ont critiqué l'action israélienne avec plus ou moins de véhémence et jugé qu'il était temps pour Israël de mettre fin au blocus du territoire palestinien en place depuis trois ans.

Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu a condamné une action comparable à "un acte de banditisme et de piraterie". La plupart des civils tués sont de nationalité turque, selon un haut responsable israélien.

L'ambassadeur adjoint d'Israël aux Nations unies, Daniel Carmon, a déclaré que la flottille n'avait rien d'une mission humanitaire. Ses organisateurs ont "cyniquement utilisé le costume de l'aide humanitaire pour envoyer un message de haine", a-t-il dit. Daniel Carmon a accusé certains organisateurs d'être liés à des organisations terroristes.

L'ambassadeur britannique Mark Lyall Grant a souligné la "nécessité claire pour Israël d'agir avec retenue" et qualifié le blocus de Gaza d'"inacceptable et contre-productif".

source

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #26 le: 01 juin 2010 à 15:33:36 »
Israël, traumatisé par cette sévère condamnation de l'ONU... est prêt à recommencer

Citer
La marine israélienne prête à intercepter un autre navire

NICOSIE/JERUSALEM (Reuters) - Des militants pro-palestiniens à bord d'un autre navire qui fait route vers la bande de Gaza se sont jurés mardi de briser le blocus du territoire palestinien, malgré les avertissements de la marine israélienne et l'assaut sanglant de la veille.

Le MV Rachel Corrie, un navire de commerce reconverti qui porte le nom d'une Américaine tuée dans la bande de Gaza en 2003, a appareillé lundi de Malte avec 15 militants à son bord, dont l'Irlandaise Maired Corrigan-Maguire, lauréate du prix Nobel de la paix 1976.

"Notre initiative vise à briser le blocus israélien imposé aux 1,5 million de Gazaouis. Notre mission n'a pas changé et ce ne sera pas la dernière flottille", a déclaré à Reuters Greta Berlin, membre du mouvement Gaza libre, basé à Chypre.

La marine israélienne est prête à intercepter le navire, a assuré un officier, signalant que l'assaut de lundi, qui a fait neuf morts parmi des militants pro-palestiniens, selon Israël, n'aurait pas d'incidence immédiate sur les décisions militaires.

"Notre unité est en train d'examiner (l'incident) et nous mènerons des enquêtes professionnelles pour en tirer des conclusions. Et nous serons aussi prêts pour le Rachel Corrie", a-t-il dit au micro de la radio militaire israélienne.

Selon la radio, le bateau est attendu mercredi dans les eaux de la bande de Gaza. Greta Berlin a toutefois indiqué qu'il pourrait ne pas arriver à destination avant le début de la semaine prochaine.

Le Rachel Corrie transporte 1.200 tonnes de matériel médical, de chaises roulantes, de fournitures scolaires et de ciment, matériau dont les autorités israéliennes interdisent la livraison dans la bande de Gaza, selon les organisateurs.

Outre Maired Corrigan-Maguire, l'ancien diplomate irlandais Denis Hallyday, qui a officié aux Nations unies, fait partie de l'équipage.

Le bateau appartenait à la flottille arraisonnée lundi, mais sa faible vitesse l'a laissé loin derrière les autres, a expliqué Mark Daly, un parlementaire irlandais qui devait être du voyage mais n'a pas obtenu l'autorisation de quitter Chypre.

"Après une discussion entre eux sur la marche à suivre, ils ont décidé de continuer et le dernier contact (...) remonte à hier soir 18h00", a dit l'élu, interrogé par Reuters à Dublin.

source

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #27 le: 01 juin 2010 à 15:46:19 »
Heureusement qu'il y a des ONG pour se préoccuper du sort des 7 français faisant partie de l'expédition...
Parce qu'à cette heure, le Quai d'Orsay ne s'est pas inquiété de leur sort.
D'ailleurs, on a bien pu constater, avec Salah Hamouri, combien notre Divinité Gesticulatoire était concerné par le destin des français emprisonnés en Israël...

Citer
Paris, le 31 mai 2010

M. Christophe Bigot
Ambassadeur de France en Israël
12, promenade Hébert Samuel
BP 3480
63572 Tel-Aviv
Israël

Monsieur l’Ambassadeur,

Cette nuit l’armée israélienne a attaqué la « Flottille de la liberté » pour Gaza tandis que les bateaux de cette mission totalement humanitaire, conforme à la résolution 1860 du Conseil de sécurité, point 3, se trouvaient dans les eaux internationales.

Plus de 19 morts et des dizaines de blessés sont à compter parmi les 700 pacifistes à bord de ces divers bateaux. Depuis c’est le silence total sur ce qui se passe.

Vous ne pouvez manquer de savoir que 7 français étaient à bord de ces bateaux. Nous ne savons rien d’eux à l’heure qu’il est (19 heures à Paris) tandis que les bateaux ont été semble-t-il acheminés, manu militari, vers le port d’Asdod en Israël. Des compatriotes sont donc touchés par cette affaire aux retombées internationales considérables. Or il nous est impossible d’entrer en contact avec eux, sous quelque forme que ce soit. Notre inquiétude est donc vive quant à leur situation concrète et leur avenir.

Aussi nous voulons vous demander instamment ce que vous savez de leur situation ou bien, si vous ne disposez pas d’informations, ce que vous comptez faire afin que nous sachions clairement, et avec nous leurs familles, ce qu’il en est exactement pour eux.

Dans l’attente d’une réponse urgente de votre part,

Je vous prie de croire, Monsieur l’Ambassadeur, en l’expression de mes salutations distinguées.

Jean-Claude Lefort
Président de l’AFPS
Association France Palestine Solidarité
 

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #28 le: 01 juin 2010 à 15:51:16 »
une excellente intervention d'Esther Benbassa
Citer
Nous, juifs de la diaspora, disons non à l'égarement d'Israël

L'historienne Esther Benbassa, auteur en 2006 d'« Etre juif après Gaza », réagit ici à l'assaut meurtrier donné, lundi au large de Gaza, par un commando israélien sur une flottille humanitaire pro-palestinienne. Celle qui a signé « l'Appel à la raison » du collectif J-Call condamne « le pas de plus d'Israël vers le pire ».

Les commandos de la marine israélienne ont donné l'assaut lundi contre six bâtiments de la « flottille humanitaire pour Gaza » à bord de laquelle se trouvait des militants pro-palestiniens et du matériel de construction et de santé. Cette flottille naviguait dans les eaux internationales. On compte des dizaines de blessés et entre dix et dix-neuf morts selon un bilan provisoire.

Même si cette flottille avait peu de chances d'atteindre son objectif, à supposer même qu'elle ait provoqué les commandos israéliens et qu'elle ait, comme le suggèrerait une source officielle israélienne, manifesté une « violente résistance physique », Israël s'est attaqué à un symbole, à un symbole « humanitaire ».

Son image, déjà dramatiquement entamée par l'offensive contre Gaza en décembre 2008 et janvier 2009, ne pourra que se détériorer davantage, et comme il est d'usage, suivra une hostilité accrue des opinions publiques à son endroit.

D'autant plus que le symbole visé est celui de l'aide apportée à des civils palestiniens étouffés par le blocus israélo-égyptien, décimés par l'offensive contre Gaza, réduits à la misère et vivant au milieu des ruines. Ce sont ceux-là même qui convoyaient cette aide qui ont perdu leur vie en raison de leur engagement humanitaire.

Quelle qu'ait pu être leur éventuelle « résistance » à des militaires israéliens les attaquant hors des eaux territoriales d'Israël, aucune rhétorique ne saura fournir des arguments pour justifier cette barbarie, ni bien sûr aucune propagande pro-israélienne.

Ni la menace terroriste ni le fantôme régulièrement invoqué du méchant Iran travaillant à l'élimination d'Israël ne pourront justifier l'arrogance de ce dernier, qui tire honteusement parti de l'immunité que lui confère la Shoah.

Du Struma à l'Exodus, Israël perd de vue son histoire

Israël a oublié ce passé même qu'il rappelle pourtant sans cesse au monde pour couvrir ses propres méfaits. Rappelons-nous ces bateaux remplis de juifs fuyant l'Europe meurtrière qui tentaient d'accoster ici ou là pour échapper au massacre, et qui étaient refusés, repoussés ou torpillés comme le Struma en Mer Noire en 1942.

Même si ce qui s'est passé ce 31 mai à l'aube avec la « flottille humanitaire pour Gaza » n'a pas de points communs avec ces précédents tragiques, l'image du bateau, cible de violences, à l'approche des côtes israélo-palestiniennes, l'image, elle, est prégnante.

Qui ne se souvient encore de l'Exodus, qui transportait en 1947 des juifs émigrant clandestinement d'Europe vers la Palestine, à l'époque sous mandat britannique ? Un grand nombre d'entre eux étaient des réfugiés ayant survécu à l'Holocauste. La marine britannique s'empare du navire, et la Grande-Bretagne décide de renvoyer ses passagers en France et finalement jusqu'en Allemagne. Cet épisode, témoignage de la dureté de la répression britannique, donnera un coup de pouce à la création de l'État d'Israël.

Il est à espérer que ce qui s'est passé ce 31 mai précipitera les pourparlers israélo-palestiniens et la fondation d'un État palestinien. Mais quand bien même cette issue se confirmait (ce dont on peut tout de même douter dans l'immédiat), l'histoire d'Israël aura été une fois de plus terriblement entachée.

À qui oublie son histoire, il n'est pas d'avenir possible. Les Israéliens ont oublié leur histoire et poussent les diasporas juives à faire de même au nom de l'amour inconditionnel qu'Israël exige d'elles.

Le raid est un signal d'alarme pour l'Europe et les Etats-Unis

La « flottille humanitaire pour Gaza », hélas dans le sang, est un signal d'alarme non seulement pour Israël mais aussi pour l'Europe et les États-Unis. Le premier cédant aux démons d'une droite intransigeante. Les seconds, dans leur légèreté et leur tolérance excessive, se révélant incapables de mettre le premier au pied du mur. Cette fois, le moment est venu.

Au premier anniversaire de l'offensive contre Gaza, c'est à peine si les médias ont évoqué le souvenir de cette catastrophe. Le rapport de Richard Goldstone, accusant Israël et le Hamas de crimes de guerre, a été enterré. Et comme pour récompenser Israël (mais de quoi ? ), on lui a ouvert les portes de l'OCDE.

Un Etat palestinien dans les plus brefs délais, par l'intervention directe et autoritaire de l'Europe et des États-Unis, voilà ce qu'il faut désormais.

Et ce non seulement pour que les Palestiniens sortent de leur cauchemar, mais pour éviter aussi à Israël de poursuivre une politique suicidaire qui risque de le mener à court terme vers la disparition.

La Turquie, victime collatérale de la politique suicidaire d'Israël

N'oublions pas que le syndrome de Massada est inhérent à Israël. Dans l'Antiquité, à Massada, des Judéens assiégés préférèrent se suicider plutôt que de négocier avec l'ennemi d'alors, les Romains.

Après l'affaire de la flottille rouge du 31 mai 2010, Israël, s'il n'en est pas empêché par des tiers, pourrait bien se refermer davantage sur lui-même, essuyant de manière autiste les retombées internationales, et continuant de rationaliser à ses propres yeux et dans sa propre prison jusqu'aux actions les plus inhumaines.

Songe-t-on seulement aux juifs de la diaspora qui pâtiront eux aussi des retombées de cette affaire ? Le ressentiment contre Israël se confondra un peu plus avec un antisémitisme de moins en moins rampant.

À ce propos, a-t-on suffisamment relevé que la plupart des victimes sont turques ? La Turquie, dans les années 1930, est aussi le pays qui a accueilli nombre d'intellectuels juifs allemands persécutés, qui, pendant les années noires, a autorisé le passage de militants sionistes fuyant l'Europe pour la Palestine, et qui a été longtemps le seul Etat musulman à reconnaître Israël. Osons espérer que nulles « représailles » ne viendront toucher, désormais, les 20 000 juifs qui y vivent encore.

Le J-Call saura-t-il condamner l'égarement d'Israël ?

Ce 31 mai est une épreuve test pour le collectif « J-Call », ce mouvement né d'un « Appel à la raison » lancé il y a peu par des juifs européens qui, bien qu'attachés à Israël, entendent exercer leur droit de libre critique de la politique de ses gouvernants. J-Call saura-t-il se démarquer clairement et courageusement des positions radicales d'institutions juives comme le Conseil représentatif des instituions juives de France (CRIF), attachées à Israël de façon nombriliste et prêtes à tout admettre de lui, y compris le pire ?

Certains d'entre nous ont signé cet appel, malgré leurs réserves. J-Call tiendra-t-il ses promesses ? Agira-t-il sans délai ? Condamnera-t-il, sans réserve, lui, ce qui est arrivé ? Exigera-t-il l'ouverture immédiate d'une enquête internationale indépendante ?

L'heure est grave pour toutes les organisations juives de la diaspora. Au nom des morts de la flottille, victimes de l'impunité israélienne, au nom de l'histoire que nous portons, nous, juifs de la diaspora et d'Israël, pour que les souffrances des Palestiniens puissent prendre fin, et qu'un Etat palestinien puisse enfin voir le jour, recouvrons notre simple humanité et disons non à l'égarement d'Israël.

? Esther Benbassa a récemment publié « Etre juif après Gaza » (CNRS Editions, 2009) et « Dictionnaire des racismes, de l'exclusion et des discriminations » (Larousse, 2010

http://www.rue89.com/passage-benbassa/2010/06/01/nous-juifs-de-la-diaspora-disons-non-a-legarement-disrael-153074

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #29 le: 01 juin 2010 à 21:26:28 »
Citer
L'assaut meurtrier d'Israël sur une flottille humanitaire se rendant à Gaza a provoqué un choc dans le monde entier.

Israël, comme n'importe quel Etat, a le droit de se défendre, mais le raid sur la flottille représente un usage scandaleux et meurtrier de la force pour défendre une politique tout aussi scandaleuse et meurtrière: le blocus de Gaza par Israël qui réduit la vie de deux tiers des familles gazaouies à se demander chaque jour si elles trouveront de quoi se nourrir.

L'ONU, l'Union Européenne, et presque tous les gouvernements et organisations multilatérales ont déjà appelé Israël à lever ce blocus et, à présent, à lancer une enquête complète sur l'attaque de la flottille. Mais sans une pression massive exercée par les citoyens, la réponse des principaux dirigeants mondiaux risque de se limiter à de simples déclarations -- comme ils l'ont fait tant de fois par le passé.

A nous de faire résonner un appel mondial assez fort pour être écouté. Rejoignez la pétition pour une enquête indépendante concernant l'attaque, afin que les responsables soient tenus de rendre des comptes, et pour la fin du blocus de Gaza -- cliquez pour signer la pétition, puis faites suivre ce message à tous vos proches:

http://www.avaaz.org/fr/gaza_flotilla_3/?vl

La pétition sera remise à l'ONU et aux principaux responsables politiques dans le monde dès que nous atteindrons 200 000 signatures -- puis à chaque opportunité, au fur et à mesure des réponses que nos dirigeants formuleront et de l'ampleur que prendra notre appel. Une pétition très large en ce moment de crise peut montrer à nos responsables politiques que des communiqués de presse et des déclarations solennelles ne sont pas suffisants -- et que les citoyens redoublent d'attention et demandent des actes.

Alors que l'Union Européenne s'apprête à décider ou non de l'expansion de ses accords commerciaux spéciaux avec Israël, qu'Obama et le Congrès américain définissent le budget qui sera alloué l'an prochain à l'aide destinée à l'armée israélienne, et qu'enfin les pays voisins comme la Turquie et l'Egypte définissent leur réponse diplomatique à la crise, c'est le moment de faire entendre la voix des citoyennes et citoyens. Toute la lumière doit être faite sur les responsabilités dans l'attaque de la flottille, et l'heure est venue pour Israël de respecter le droit international en mettant un terme au blocus de Gaza. Signez dès maintenant et faites suivre ce message:

http://www.avaaz.org/fr/gaza_flotilla_3/?vl

Partout dans le monde, nous sommes une grande majorité à partager le même souhait: deux Etats viables et libres, Israël et la Palestine, vivant côte à côte. Mais le blocus, et la violence utilisée pour le maintenir, nous éloigne toujours plus de cette issue. Comme l'indiquait un journaliste à ses concitoyens israéliens dans les colonnes du journal Ha'aretz aujourd'hui: "Nous ne défendons plus Israël. Aujourd'hui nous défendons seulement le blocus. Ce blocus est entrain de devenir le Viet-Nam d'Israël."

Des milliers de militants pacifistes en Israël ont manifesté hier et aujourd'hui contre l'attaque et contre le blocus de Gaza lors de rassemblements à Haïfa, Tel Aviv et Jérusalem -- rejoignant les manifestations organisées partout dans le monde. Quelque soit le camp qui a donné le premier coup ou tiré la première balle (l'armée israélienne affirme qu'elle n'est pas à l'origine de l'usage de la violence), les dirigeants israéliens ont décidé d'envoyer des hélicoptères et des troupes d'assaut surarmées pour attaquer dans les eaux internationales une flotte de bateaux convoyant des médicaments et des biens de première nécessité pour Gaza. Aujourd'hui, certains membres du convoi sont morts.

Rien ne pourra les ramener à la vie. Mais peut-être qu'ensemble nous pouvons faire de ce moment tragique un tournant -- il faudra pour cela faire résonner avec conviction notre appel à la justice et rendre incontournable notre rêve de paix.

Avec espoir,

Ricken, Alice, Raluca, Paul, et toute l'équipe d'Avaaz

sources:

NouvelObs: Récit, heure par heure, des événements liés à l'assaut de la flotille:
http://www.avaaz.org/nouvellesobs_assaut_flotille_gaza

AFP: "L'assaut contre la flottille pour Gaza: un désastre pour l'image d'Israël" et pour la suite des négociations de paix:
http://www.avaaz.org/afp_consequences_attaque

Le Monde, "Pour la presse israélienne, cette opération est un échec":
http://www.avaaz.org/lemonde_presse_israelienne

Rue89, Réaction de l'historienne Esther Benbassa à l'assaut de la flotille
http://www.avaaz.org/rue89_analyse_assaut_flotille_gaza

Le Monde, "Les chemises moisies de Gaza", les conséquences du blocus de Gaza:
http://www.avaaz.org/lemonde_blocus_gaza

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #30 le: 02 juin 2010 à 15:06:00 »
Gideon Levy dans un article d'une grande justesse.

Citer
Operation mini Plomb Durci (Haaretz)

Comme dans mini Israël, le parc d’attraction, où il y a tout Israël en miniature, Israël hier s’est embarqué dans une mini opération Plomb Durci (l’opération qui a fait 1400 morts à Gaza en dec 2008 NdT). Comme son prédécesseur plus ambitieux mais aux résultats tout aussi catastrophiques, cette opération contient tous les ingrédients : L’affirmation que ce sont eux qui ont commencé - et pas les commandos parachutés des hélicoptères sur un navire en pleine mer, loin des eaux territoriales israéliennes ; L’affirmation que les premiers actes de violence sont venus des militants qui se battaient sur le Mavi Marmara et pas des soldats ; et que le blocus de Gaza est légal et que la flottille qui s’y rendait est illégale - en vertu de Dieu sait quelle loi.

Une fois de plus on a eu recours à l’argument de la légitime défense : "’Ils nous ont lynchés" et ce sont les nôtres qui ont été tués.

Une fois de plus l’obsession pathétique "de la communication" comme s’il y avait quelque chose à expliquer et une fois de plus l’odieuse question est revenue : Pourquoi nos soldats n’ont-ils pas utilisé plus de force ?

Une fois de plus Israël va payer un lourd prix diplomatique qui n’avait pas été prévu. Une fois de plus la machine de propagande israélienne n’a réussi à convaincre que les Israéliens convaincus d’avance et une fois de plus personne n’a posé la question : Pourquoi ? Pourquoi avons-nous envoyé nos soldats dans cette souricière ? A quoi ça nous avance ?

Si l’opération Plomb Durci a été un tournant dans l’attitude du monde envers nous, cette opération est le second film d’horreur de cette série qui apparemment n’a pas de fin. Israël a prouvé hier qu’il n’a tiré aucun enseignement du premier film.

Le fiasco d’hier aurait pu et aurait du être évité. Il fallait laisser passer la flottille et il faut mettre fin au blocus.

Il y a longtemps que cela aurait du être fait. Ces quatre années n’ont pas affaibli le Hamas et Gilad Shalit n’a pas été libéré. Nous n’en avons pas tiré le moindre avantage.

Bien loin de là même ! Notre pays est maintenant complètement isolé. C’est un pays qui refuse l’entrée à des intellectuels, tue des militants pacifistes, coupe Gaza du monde et affronte maintenant un blocus international. Une fois de plus hier il est apparu qu’Israël s’éloigne de plus en plus du bateau mère et perd le contact avec le monde -qui n’accepte pas ce qu’il fait et ne comprend pas pourquoi il le fait.

Hier il n’y avait personne sur toute la planète, pas un seul journaliste, pas un seul commentateur, sauf le choeur des conscrits, pour dire une seule chose positive sur cet arraisonnement meurtrier.

L’image des Forces de Défense Israéliennes en sort à nouveau dégradée. La magie s’est évanouie il y a longtemps, l’armée la plus morale du monde qui fut autrefois la melleure armée du monde a encore échoué. De plus en plus s’intalle le sentiment que presque tout ce qu’elle fait cause du tort à Israël.

Gideon Levy Haaretz,
http://www.legrandsoir.info/Operation-mini-Plomb-Durci-Haaretz.html
« Modifié: 02 juin 2010 à 15:08:40 par raja »

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #31 le: 02 juin 2010 à 17:33:33 »
J'ai signié.  Le compteur tourne vite et sans arret ,il ne devrait pas s'arretter a 300.000 il pourat facilement a en a voir beaucoup plus  :super:
« Modifié: 02 juin 2010 à 17:35:37 par TheTwit »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #32 le: 02 juin 2010 à 17:51:51 »
l'emission d'hier de ce soir ou jamais, à voir l'intervention énervante de Levy pour pas changer...

 Roland Dumas, Élisabeth Levy, Joël de Rosnay et Raphaël Enthoven
http://ce-soir-ou-jamais.france3.fr/?page=emission&id_rubrique=1082#

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #33 le: 02 juin 2010 à 18:30:58 »
Oui,la Levy ma énervée,  :fache1: Dumas m'a parru avoir des difficultés a parler, le philosphe..... lui aussi ma pompé, avec sa morale de droite. Quand a Joël de Rosnay, Tédei pourait faire une partie d'émition avec cet homme  de grande connaissances et de culture.

Nous avons la chance de voir cette émition sur l'internet a parir de 23 hrs local. L'avantage du net est que l'on peu avancer la progretion de l'émition quans ca ne nous plait pas .Un peu comme une vidéo. c'est souvent ce que je fait quande je vais voir les nouvelles FR2, on croirait lire des nouvelles de province beuuurkkkk. Le Foot nouvelle la plus importance en France. Mais ou est passé la culture francaise?
« Modifié: 02 juin 2010 à 18:34:26 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Israel et Palestine
« Réponse #34 le: 02 juin 2010 à 18:34:31 »
citation:
"Quand j'entends le mot "culture", je sors mon revolver" (N. Sarkozy, enfin, je crois, et si ce n'est pas de lui, il pourrait en revendiquer la paternité !)

Hors ligne vio

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4992
Re : Israel et Palestine
« Réponse #35 le: 02 juin 2010 à 23:27:14 »
reçu ce soir par mail , à diffuser si vous le pouvez :

Citer
Chères amies, Chers amis,

La situation est grave : le bateau "Rachel Corrie" qui est parti d'Irlande et qui se dirige vers Gaza, est menacé d'une nouvelle attaque par Israël. Notre gouvernement a annoncé qu'il ne le soutenait pas, et ne prendrait aucune sanction contre israël, y compris en cas de nouvelle attaque. Merci lire le compte-rendu de notre délégation hier au Quai d'Orsay. Edifiant ! : http://www.europalestine.com/spip.php?article5113

Nous allons donc manifester demain, jeudi de manière spectaculaire à Paris, sur le Bd Saint Michel. Nous donnons RV à tous les Franciliens, à 18 H à la sortie du M° -  RER Luxembourg (angle Bd St Michel et rue Gay Lussac) pour défiler sur le Boulevard Saint-Michel.

Ceci ne nous empêchera pas, bien entendu, de manifester également samedi de Bastille à Concorde à partir de 15H, mais les Palestiniens et les internationaux nous appellent à ne pas attendre jusque là, vu la situation.

> Le Rachel-Corrie, navire de commerce qui porte le nom d'une Américaine tuée dans la bande de Gaza en 2003, a appareillé lundi de Malte avec quinze militants à son bord, dont l'Irlandaise Maired Corrigan-Maguire, lauréate du prix Nobel de la paix en 1976, et l'ancien diplomate irlandais aux Nations Unies, Denis Hallyday. Ce bateau transporte 1 200 tonnes de matériel médical, de chaises roulantes, de fournitures scolaires et de ciment.
> Le premier ministre irlandais, Brian Cowen, a indiqué que le navire était propriété irlandaise et estimé qu'il devait être autorisé à terminer sa mission. "Le gouvernement a formellement demandé au gouvernement israélien de permettre au navire, de propriété irlandaise, d'être autorisé à terminer son trajet sans obstacle et à décharger sa cargaison à Gaza", a dit le chef du gouvernement devant les parlementaires.

> La marine israélienne est prête à intercepter le navire, a assuré un officier : "Nous serons (...) prêts pour le Rachel-Corrie", a-t-il prévenu.

 Ce qui est, souligne Jean Baumgarten, parfaitement illégal au regard de la Convention internationale des Nations Unies sur le Droit de la Mer, qui stipule :

- Article 88 : "La haute mer est affectée à des fins pacifiques."
 - Article 89 : "Aucun État ne peut légitimement prétendre soumettre une partie quelconque de la haute mer à sa souveraineté."


TOUS A LA MANIFESTATION DEMAIN JEUDI 3 JUIN A 18 H AU DEPART DU M° GARE DU LUXEMBOURG SUR LE BD SAINT-MICHEL (en face du jardin du Luxembourg)

ET PARTOUT AILLEURS EN FRANCE

POUR EXIGER LA LEVEE IMMEDIATE DU SIEGE DE GAZA ET DES SANCTIONS CONTRE L'OCCUPANT ISRAELIENS.

Amicalement,
CAPJPO-EuroPalestine
http://www.europalestine.com

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Re : Israel et Palestine
« Réponse #36 le: 03 juin 2010 à 09:26:27 »
citation:
"Quand j'entends le mot "culture", je sors mon revolver" (N. Sarkozy, enfin, je crois, et si ce n'est pas de lui, il pourrait en revendiquer la paternité !)
c'est une citation d'Hermann Goring
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Re : Re : Israel et Palestine
« Réponse #37 le: 03 juin 2010 à 10:17:18 »
J'ai signié.  Le compteur tourne vite et sans arret ,il ne devrait pas s'arretter a 300.000 il pourat facilement a en a voir beaucoup plus  :super:

Je viens de signer aussi et j'ai fait le même constat ! :D :gehe: :]

Voici à nouveau le lien pour ceux qui souhaiteraient y aller :

Signez dès maintenant et faites suivre ce message:

http://www.avaaz.org/fr/gaza_flotilla_3/?vl

"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Israel et Palestine
« Réponse #38 le: 03 juin 2010 à 11:59:45 »
@bili
citation:
Citer
"Quand j'entends le mot "culture", je sors mon revolver" (N. Sarkozy, enfin, je crois, et si ce n'est pas de lui, il pourrait en revendiquer la paternité !)
c'est une citation d'Hermann Goring

(à g. Schlageter, à dr. Johst)

Pas exactement ; Goering a sans doute sorti quelques mots d'esprit du même tonneau, mais l'origine de l'expression est de 1933. Pour fêter l'anniversaire d'Adolf, on a produit une pièce de theatre : "Schlageter" par Hanns Johst. Le héros éponyme de cette pièce nazie dit à un moment "Wenn ich Kultur höre ... entsichere ich meinen Browning!"
Hermann aurait peut-être substitué "Lüger" pour "Browning."
Sinon, l'anniversaire de Hitler était raté, il n'y avait même pas des ballons.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Israel et Palestine
« Réponse #39 le: 03 juin 2010 à 12:39:33 »
@ Oblomov
Tu n’a pas vu le film : Mephisto d’Istvàn Szabo avec Klaus Maria Brandauer ?

@nounourse
le compteur augmente très vite,des signatures afflues d'Allemagne et de Belgique
signé !
« Modifié: 03 juin 2010 à 12:45:58 par bili »
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Israel et Palestine
« Réponse #40 le: 03 juin 2010 à 14:08:59 »
J'ai signé aussi. Je pense que les 400.000 seront atteints d'ici ce soir. (actuellement on en est à 300.000 et quelques)
Ca tourne beaucoup toujours...
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Israel et Palestine
« Réponse #41 le: 03 juin 2010 à 16:04:55 »
Bon j'ai eu une erreur avec un gros "Forbidden" parce que j'ai voulu copier coller un article de merde trouvé ici : http://www.marianne2.fr/Contre-la-diabolisation-d-Israel_a193564.html?com#com_970526

Mais en gros c'est pleins d'amalgames, de préjugés et de généralisation à la con.

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Israel et Palestine
« Réponse #42 le: 03 juin 2010 à 16:19:36 »
Je dirait meme un article ordurier. Tien j'ai vu qu'un americain avait signé la pétition. 312.9911. Pétition introuvable aux US !
« Modifié: 03 juin 2010 à 16:21:52 par TheTwit »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Israel et Palestine
« Réponse #43 le: 04 juin 2010 à 08:51:09 »
<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/x7x31e" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/x7x31e</a>

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Israel et Palestine
« Réponse #44 le: 04 juin 2010 à 11:28:25 »

En écoutant les humanitaires séquestrés de retour en France, le côté agit'prop de la opération de la flotille pour Gaza semble assez grossièrement ficelé...
Mme Mounia Sherif prétend dans un premier temps avoir vu les choses horribles pendant l'abordement du bâteu turc (où elle n'était pas) ensuite elle se rattrape en parlant des images des dites sévices, pour enchainer sur les mauvais traitements infligés aux humanitaires, ils auraient été "frappés avec les tasers" etc. Pas terrible.
Il est évident que le but premier de cette opération était de faire de la comm', les centaines de gens à bord des bâteaux censées démontrer leur "solidarité" avec les Palestiniens n'étaient manifestement pas habillés pour décharger des sacs de ciment...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #45 le: 04 juin 2010 à 12:06:37 »
et alors ? fallait-il aussi être accoutré forcément d'un kefié pour avoir la tenue adéquat ? c'est chercher la p'tite bête là ! oui ils font de la com' et bien tant mieux si cela dessert des intérêts qui n'ont aucune légitimité !!!


Citer
L'intervention israélienne racontée par Henning Mankell

L'auteur de romans policiers suédois était à bord d'un des bateaux qui se rendaient à Gaza. Libéré par les Israéliens, il est rentré chez lui. Il rapporte la façon dont l'assaut a été mené par Tsahal et ne cache pas sa colère à l'égard de Tel-Aviv.

03.06.2010?|?Jens Littorin?|?Dagens Nyheter

La mer, décidément
à la une

L'écrivain suédois Henning Mankell a dénoncé la disproportion de l'assaut israélien contre la flottille pour Gaza, estimant que l'attaque était un signe d'affaiblissement d'Israël. Henning Mankell se trouvait à bord d'un des bateaux où sont intervenus les commandos israéliens, ainsi que dix autres Suédois, arrêtés comme lui après l'assaut qui a fait au moins neuf morts. &quot;Que se passera-t-il l'an prochain lorsque nous viendrons avec des centaines de bateaux? Tireront-ils une bombe atomique?&quot;, a déclaré l'auteur de romans policiers à succès, peu après avoir atterri le 1er juin en Suède. Deux autres militants suédois, le député Mehmet Kaplan et le médecin Victoria Strand, sont rentrés en Suède avec lui, après avoir choisi l'expulsion plutôt que des poursuites judiciaires en Israël.

Suède
    Dagens Nyheter


Henning Mankell a été l'un des premiers Suédois relâchés par les Israéliens. Le Dagens Nyheter l'a rencontré chez lui, dans le centre-ville de Göteborg. Il est installé sur le canapé de son bureau, vêtu de noir et portant les chaussettes bleues données par la compagnie aérienne. Tous ses effets personnels ont en effet disparu lorsque les soldats israéliens ont pris d'assaut le navire à bord duquel il se trouvait pour tenter de rallier Gaza. L'écrivain raconte qu'après avoir passé 72 heures sans fermer l'œil, il a enfin pu dormir tout son saoul et qu'il se porte bien en dépit des circonstances. En revanche, il nourrit une grande colère à l'égard des événements, du gouvernement et de l'armée israélienne. "Jamais Israël n'a été autant condamnée dans le monde. L'État hébreu s'est enfermé dans une impasse. Le monde aujourd'hui n'est plus celui qu'il était la semaine dernière", assure-t-il.

"Ce qui me travaille beaucoup, c'est la stupidité israélienne. S'ils avaient voulu nous stopper sans perdre la face, ils n'avaient qu'à détruire les hélices ou les gouvernails et remorquer les navires vers le large. Mais s'engager consciemment dans une confrontation violente et tuer des gens, cela me dépasse", ajoute-t-il. Puis il raconte ce qui s'est passé à bord. "J'étais de quart de minuit à trois heures. C'était calme. Je suis allé me coucher, mais je n'ai pas eu le temps de m'endormir car quelqu'un est venu me dire qu'il se passait quelque chose. Nous avons vu des hélicoptères qui larguaient des hommes et nous avons entendu des rafales. Il était alors 4h30. À 4h35, ils ont pris notre navire à l'abordage. Nous étions réunis sur la passerelle, et ils nous ont dit de descendre à l'intérieur du bateau. Il y en a peut-être quelques-uns qui ont pris un peu leur temps et ils se sont immédiatement fait tirer dessus avec des pistolets type Taser. Un autre a reçu une balle en caoutchouc", explique-t-il. "Au bout d'un moment, un soldat cagoulé est venu nous dire qu'ils avaient découvert des armes. Et ce parfait crétin est arrivé avec mon rasoir et un cutter qu'il avait trouvé dans la cuisine. Puis il a déclaré qu'il devait nous emmener avec lui, car nous étions des 'terroristes'".

Lorsqu'on lui demande s'il a eu peur, Henning Mankell répond par la négative. "Je n'ai pas particulièrement peur pour ma personne. Je peux toujours m'appuyer sur l'expérience de la violence que j'ai rencontrée en Afrique. Néanmoins, il subsiste toujours la peur d'être maltraité, même si je savais qu'ils savaient qui j'étais. C'était clair", affirme-t-il. Dans l'attaque, le romancier a perdu, entre autres, son ordinateur, son téléphone portable, son portefeuille et ses cartes de crédit. Il n'hésite à traiter les militaires israéliens de voleurs. La veille du départ, il avait travaillé sur le manuscrit de la quatrième partie de la série télévisée sur Ingmar Bergman qu'il est en train d'écrire. Sur la suite à donner à cette affaire, l'écrivain a son idée. "Naturellement, il faut envisager sérieusement de traîner Israël devant la Cour pénale internationale, mais je crois qu'il est important de traiter une chose après l'autre", explique-t-il, et d'ajouter que : "Je vends beaucoup de livres en Israël et je vais voir si j'interdis la traduction de mes livres en hébreu. En même temps, je ne veux pas toucher les mauvaises personnes, donc il faut que j'y réfléchisse".


"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #46 le: 04 juin 2010 à 12:17:32 »
puisque l'ONU est censée servir à quelque chose d'important, ne serait-ce qu'à tenter d'assurer une paix entre les peuples, autant remettre en profiter pour rappeler toutes les résolutions qui ont été prise à l'encontre d'Israël (et que ce pays ne respecte pas) :
 
Citer
Au mépris du droit. 1947-2009 : une impunité qui perdure
Résolutions de l’Onu non respectées par Israël
Assemblée générale (ayant alors fonction d’organe décisionnaire)

Résolution 181 (29 novembre 1947).
Adoption du plan de partage : la Palestine est divisée en deux Etats indépendants, l’un arabe, l’autre juif, et Jérusalem est placée sous administration des Nations unies.

Résolution 194 (11 décembre 1948).
Les réfugiés qui le souhaitent doivent pouvoir « rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et vivre en paix avec leurs voisins »  ; les autres doivent être indemnisés de leurs biens « à titre de compensation ». Création de la commission de conciliation des Nations unies pour la Palestine.

Résolution 302 (8 décembre 1949).
Création de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA).
Conseil de sécurité

Résolution 236 (11 juin 1967).
Au lendemain de la guerre de juin 1967, le Conseil de sécurité exige un cessez-le-feu et un arrêt immédiat de toutes les activités militaires dans le conflit opposant l’Egypte, la Jordanie et la Syrie à Israël.

Résolution 237 (14 juin 1967).
Le Conseil de sécurité demande à Israël d’assurer « la sûreté, le bien-être et la sécurité des habitants des zones où des opérations militaires ont eu lieu » et de faciliter le retour des réfugiés.

Résolution 242 (22 novembre 1967).
Le Conseil de sécurité condamne l’« acquisition de territoire par la guerre » et demande le « retrait des forces armées israéliennes des territoires occupés ». Il affirme « l’inviolabilité territoriale et l’indépendance politique » de chaque Etat de la région.

Résolution 250 (27 avril 1968).
Israël est invité à ne pas organiser le défilé militaire prévu à Jérusalem le 2 mai 1968 considérant que cela aggraverait les « tensions dans la région ».

Résolution 251 (2 mai 1968).
Le Conseil de sécurité déplore la tenue du défilé militaire de Jérusalem « au mépris » de la résolution 250.

Résolution 252 (21 mai 1968).
Le Conseil de sécurité déclare « non valides » les mesures prises par Israël, y compris l’« expropriation de terres et de biens immobiliers », qui visent à « modifier le statut de Jérusalem », et demande à celui-ci de s’abstenir de prendre de telles mesures.

Résolution 267 (3 juillet 1969).
Le Conseil de sécurité censure « toutes les mesures prises [par Israël] pour modifier le statut de Jérusalem ».

Résolution 340 (25 octobre 1973).
A la suite de la guerre de Ramadan ou de Kippour, création de la deuxième Force d’urgence des Nations unies (FUNU-II) qui vise à « superviser le cessez-le-feu entre les forces égyptiennes et israéliennes » et à assurer le « redéploiement » de ces mêmes forces.

Résolution 446 (22 mars 1979).
Le Conseil de sécurité exige l’arrêt des « pratiques israéliennes visant à établir des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés depuis 1967 », déclare que ces pratiques « n’ont aucune validité en droit » et demande à Israël de respecter la convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre.

Résolution 468 (8 mai 1980).
Le Conseil de sécurité déclare « illégales » les expulsions à l’étranger de notables palestiniens de Hébron et de Halhoul par les autorités militaires israéliennes et demande à Israël de les annuler.

Résolution 592 (8 décembre 1986).
Le Conseil de sécurité rappelle que la convention de Genève relative à la protection des civils en temps de guerre « est applicable aux territoires palestiniens et autres territoires arabes occupés par Israël depuis 1967 ». Il condamne « l’armée israélienne qui, ayant ouvert le feu, a tué ou blessé des étudiants » de l’université Bir Zeit.

Résolution 605 (22 décembre 1987).
Après le déclenchement de la première Intifada, le Conseil de sécurité condamne les pratiques d’Israël « qui violent les droits de l’homme du peuple palestinien dans les territoires occupés, en particulier le fait que l’armée israélienne a ouvert le feu, tuant ou blessant des civils palestiniens ».

Résolution 607 (5 janvier 1988).
Israël doit « s’abstenir d’expulser des civils palestiniens des territoires occupés » et respecter les obligations que lui impose la convention de Genève.

Résolution 608 (14 janvier 1988).
Le Conseil de sécurité demande à Israël « d’annuler l’ordre d’expulsion des civils palestiniens et d’assurer le retour immédiat et en toute sécurité » de tous ceux déjà expulsés.

Résolution 636 (6 juillet 1989).
Le Conseil de sécurité demande à Israël, en conformité avec ses précédentes résolutions et avec la convention de Genève, de « cesser immédiatement d’expulser d’autres civils palestiniens » et d’assurer le retour en toute sécurité de ceux déjà expulsés.

Résolution 641 (30 août 1989).
Le Conseil de sécurité « déplore qu’Israël, puissance occupante, continue d’expulser des civils palestiniens » et lui demande d’assurer le retour de tous les expulsés.

Résolution 672 (12 octobre 1990).
Après les violences de l’esplanade des Mosquées - le mont du Temple, le Conseil de sécurité condamne « les actes de violence commis par les forces de sécurité israéliennes » à Al-Haram Al-Charif et dans d’autres lieux saints de Jérusalem et demande à Israël de « s’acquitter scrupuleusement des obligations juridiques et des responsabilités qui lui incombent » vis-à-vis des civils des territoires occupés.

Résolution 673 (24 octobre 1990).
Le Conseil de sécurité condamne le refus d’Israël d’appliquer la résolution 672.

Résolution 681 (20 décembre 1990).
Israël est sommé d’appliquer la convention de Genève.

Résolution 694 (24 mai 1991).
Le Conseil de sécurité déclare que l’expulsion de quatre nouveaux civils palestiniens en mai 1991 par les forces israéliennes constitue une violation de la convention de Genève.

Résolution 799 (18 décembre 1992).
Le Conseil de sécurité condamne les quatre cents expulsions de décembre 1992, soulignant qu’elle est contraire aux obligations internationales imposées à Israël par la convention de Genève. Le Conseil réaffirme l’indépendance et l’intégrité territoriale du Liban.

Résolution 904 (18 mars 1994).
A la suite du massacre de la mosquée de Hébron, le Conseil de sécurité demande à Israël de prendre les mesures nécessaires « afin de prévenir des actes de violence illégaux de la part des colons israéliens » envers les civils palestiniens.

Résolution 1322 (7 octobre 2000).
A la suite du début de la seconde Intifada, le Conseil de sécurité déplore les violences et condamne le « recours à la force excessif contre les Palestiniens ». Il demande à Israël de respecter ses obligations relatives à la convention de Genève.

Résolution 1397 (12 mars 2002).
Le Conseil de sécurité demande la « cessation immédiate de tous les actes de violence, y compris tous les actes de terreur et toutes provocations, incitations et destructions », et réclame la coopération des Israéliens et des Palestiniens visant à la reprise des négociations.

Résolution 1402 (30 mars 2002).
Après la réoccupation totale de la Cisjordanie, le Conseil de sécurité demande un cessez-le-feu immédiat et le « retrait des troupes israéliennes des villes palestiniennes ».

Résolution 1405 (19 avril 2002).
Le Conseil de sécurité déclare qu’« il est urgent que les organismes médicaux et humanitaires aient accès à la population civile palestinienne ».

Résolution 1435 (24 septembre 2002).
Le Conseil de sécurité exige « le retrait rapide des forces d’occupation israéliennes des villes palestiniennes ». Il demande à l’Autorité palestinienne de « faire traduire en justice les auteurs d’actes terroristes ».

Résolution 1515 (19 novembre 2003).
Le Conseil de sécurité se déclare « attaché à la vision d’une région dans laquelle deux Etats, Israël et la Palestine, vivent côte à côte, à l’intérieur de frontières sûres et reconnues », et demande en conséquence aux parties en conflit de s’acquitter des obligations relatives à la « feuille de route » du Quartet.

Résolution 1544 (19 mai 2004).
Le Conseil de sécurité demande qu’Israël respecte « les obligations que lui impose le droit humanitaire international » et « l’obligation qui lui est faite de ne pas se livrer aux destructions d’habitations ».

Résolution 1850 (16 décembre 2008).
Le Conseil de sécurité soutient le processus d’Annapolis, et demande aux parties de « s’abstenir de toute mesure suceptible d’entamer la confiance » et de ne pas « remettre en cause l’issue des négociations ».

Résolution 1860 (8 janvier 2009).
Après l’incursion de l’armée israélienne dans la bande de Gaza, le Conseil de sécurité exige « l’instauration immédiate d’un cessez-le-feu durable et pleinement respecté menant au retrait total des forces israéliennes de la bande de Gaza ». Il demande de ne pas entraver l’entrée des organisations médicales dans Gaza et d’empêcher le trafic illégal d’armes.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Israel et Palestine
« Réponse #47 le: 04 juin 2010 à 12:33:00 »
Citer
Israël a t-il mené deux opérations militaires contre la Turquie ?



Le ton monte à Ankara à propos des deux attaques meurtrières survenues le 31 mai 2001 contre des intérêts navals turcs.

Peu après minuit, un commando a attaqué la base militaire navale d’?skenderun (proche de la frontière syrienne). Les assaillants ont tiré des roquettes et tué 7 soldats turcs.

Deux heures plus tard, les forces israéliennes ont attaqué en Méditerranée deux navires marchand turcs, membres de la Flottille de la liberté. Les assaillants ont tué au moins 9 passagers, dont 6 ressortissants turcs.

Dans l’après-midi, le chef historique des séparatistes kurdes du PKK, Abdullah Öcalan, avait annoncé par courrier renoncer à continuer à diriger son mouvement depuis sa prison. On ignore précisément comment le PKK fonctionne actuellement.

Bien que la première attaque ait été revendiquée par le PKK, ou plutôt parce qu’elle a été revendiquée par lui, de nombreux responsables turcs envisagent qu’elle ait pu être commanditée par Israël.

Le vice-président de l’AKP (parti gouvernemental, démocrate-musulman), Hüseyin Çelik, a déclaré qu’il ne croyait pas à une coïncidence. Le nouveau président du CHP (social-démocrate laïque), Kemal K?l?çdaro?lu, a qualifié cette concomitance de « significative ». Tandis que le président du SP (conservateur-musulman), Numan Kurtulmu?, a mis en garde Israël en déclarant qu’il espérait que cette simultanéité n’était que le fruit du hasard.

Le gouvernement a convoqué une réunion ad hoc du Conseil de sécurité nationale, le 2 juin à 10h, pour examiner les attaques. Elle sera présidée par le Premier ministre et se tiendra en présence du chef d’état-major interarmes et des commandants des trois armes.



Citer
Attaque contre la flottille de la liberté : un crime de guerre
par Gilles Devers*

La propagande qui accompagne l’intervention militaire israélienne contre la Flottille de la liberté vise principalement à masquer la qualification juridique de cet acte. Ainsi, lors du débat au Conseil de sécurité, 13 délégations ont dénoncé les violations du droit international, tandis que 2 autres (les Etats-Unis et la France) se sont contentées d’exprimer leur compassion pour les victimes et de déplorer un usage disproportionné de la force. Me Gilles Devers rappelle ici que cette attaque constitue un crime de guerre —ce qu’à vrai dire personne ne conteste, mais que Washington et Paris voudraient ignorer—.
   


2 juin 2010

Depuis
Lyon (France)


Thèmes
Droit international
      

La population de Gaza, victime de crime contre l’humanité

Une violation jamais connue de la IV° Convention de Genève

L’attitude de l’Etat d’Israël vis-à-vis du territoire palestinien de Gaza s’analyse dans la durée comme une violation, à un niveau jamais atteint, du droit international. En droit international humanitaire, l’occupation est acceptée comme une situation temporaire, le temps nécessaire à la recherche de la paix. Mais, rien en droit ne peut justifier une occupation de plus 43 ans, sauf la volonté de laminer l’adversaire. C’est que fait Israël, devenu un lieu de culture de l’apartheid [1]. Et alors qu’au titre de la IV° Convention de Genève, la puissance occupante doit la protection à la population, Israël a imposé aux Palestiniens, fait unique dans l’histoire, un blocus économique, qui constitue une punition collective. Enfin, Israël a conduit l’opération militaire Plomb Durci en décembre 2008 - janvier 2009 [2]sur cette population qui n’avait la possibilité ni de se protéger, ni de fuir, et le blocus a été maintenu empêchant l’organisation des secours. Début 2010, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a démontré que la réponse à des besoins primaires de santé est devenue impossible.

Territoires occupés ? Non, processus de colonisation

Aussi, il ne suffit pas de parler de territoires occupés. L’occupation est devenue une politique de colonisation, à savoir l’annexion de territoires et de richesses par la force, accompagnée de punitions collectives, ce qui constituent des crimes contre l’humanité au sens de la IV° Convention de Genève et du Statut de la Cour Pénale Internationale. L’opération militaire sanglante conduite le 31 mai s’inscrit dans ce contexte.
Une question de principe, et pas de disproportion

Déjà, les explications des braves fusent de tous cotés : l’attaque a été disproportionnée ! Il en ont trop fait ! Il nous faut une enquête ! Non, avant d’ouvrir l’enquête, il faut dire l’évidence : c’est un crime de guerre car l’attaque a eu lieu dans les eaux internationales, et la flottille n’est pas partie au conflit armé. L’enquête est nécessaire, mais pour les circonstances aggravantes de violence. Soutenir que l’enquête est nécessaire pour savoir s’il y a un crime de guerre est une injure faite aux victimes.

Cela résulte de trois constats juridiques.

- Application de la IV° Convention de Genève
Les faits sont intervenus dans le cadre d’un conflit international au sens du droit international humanitaire, Israël justifiant son action par rapport à la question palestinienne. De ce fait, le cadre de toute analyse est bien défini. Il est établi par la Cour Internationale de Justice, le Conseil de Sécurité et toutes les instances internationales que l’Etat d’Israël a la qualité de puissance occupante et doit respecter les obligations de la IVème Convention de Genève, qu’il a ratifiée.

- La flottille n’est pas partie au conflit
Le conflit armé oppose Israël et la Palestine, et les bateaux de la flottille ne sont pas parties au conflit. Ils s’inscrivaient dans une démarche pacifiste et humanitaire visant à apporter des secours à une population victime d’un crime contre l’humanité. Vis-à-vis des combattants, se pose la question de la proportionnalité, mais pas vis-à-vis des tiers. C’est une question de principe.

- Israël n’a aucune autorité dans les eaux internationales
L’agression est intervenue dans les eaux internationales. La Convention sur le droit de la mer de Montego Bay (1982) n’a pas été ratifiée par Israël, mais les dispositions garantissant en haute mer la liberté de circulation et l’interdiction pour tout Etat d’y exercer des actes militaires ont incontestablement valeur coutumières, et sont donc opposables à Israël.

Article 87
La haute mer est ouverte à tous les Etats […] Elle comporte : a) la liberté de navigation.
Article 88
La haute mer est affectée à des fins pacifiques.
Article 89
Aucun Etat ne peut légitimement prétendre soumettre une partie quelconque de la haute mer à sa souveraineté.

La violence est une circonstance aggravante, mais la violation du droit est établie du seul fait de l’intervention.

Ces violations graves du droit international se sont accompagnées d’actes sanglants et sauvages, et d’inadmissibles mesures de privation de liberté. L’Etat d’Israël n’a aucun droit sur les occupants de ces bateaux attaqués en haute mer.

C’est donc une affaire de principe : parler d’enquête pour savoir s’il y a crime, c’est déjà commencer à relativiser. C’est dire que sous certaines conditions une intervention en haute mer par une puissance occupante contre un convoi humanitaire apportant des secours à la population occupée, qui se trouve soumise à un blocus économique, est une chose qui peut se discuter. Non, il n’y a pas de discussion sur le crime. Les seules discussions portent sur les circonstances aggravantes et toute la lumière doit être faite par une enquête pénale.
Mettre fin à l’impunité

Une nouvelle fois, la démonstration est faite que l’impunité encourage la commission de nouveaux crimes, avec toujours plus de désinvolture. La réponse passe par des actes politiques, souhaitons qu’ils viennent, mais il est indispensable que de telles violations du droit soient portées devant les juridictions.

La justice israélienne n’a aucune crédibilité car elle refuse l’application du droit international et conteste la notion même de territoires occupés. Israël a ratifié le Pacte onusien de 1966 sur les droits civils et politiques, mais refuse de l’appliquer dans les territoires occupés et la justice israélienne se dit incompétente pour contrôler les actes de l’armée aux motifs des contraintes de sécurité. Pour donner aux pays occidentaux des motifs faciles de dire qu’Israël est une démocratie, on a inventé une justice d’apparence, mais qui ne vaut rien dès lorsqu’elle ne reconnait pas l’autorité de la Cour Internationale de Justice.

Il est hors de question de se satisfaire de processus d’enquête incertains qui visent en réalité à éviter le principe de la condamnation. Il y a de quoi être navré quand Catherine Ashton, au nom de l’Union européenne, demande une commission d’enquête confiée à Israël [3]. La tolérance à de tels faits rend possibles toutes les agressions contre les Palestiniens, et cette affaire qui bafoue l’idée d’humanité doit être jugée par une juridiction ayant la possibilité effective de prononcer des condamnations. En 2010, on sait ce qu’est une juridiction. Nous n’avons pas à inventer le droit, mais à l’appliquer.

Selon la jurisprudence internationale, un acte relève de la qualification de crime de guerre, à partir du moment où il prend place dans un conflit armé, ce qui est le cas selon l’analyse de la CIJ, même s’il a été conduit dans un bref délai, dès lors qu’il a été d’une très forte intensité, ce qui est le cas aussi.

Les procédures pénales peuvent être engagées dans les pays dont sont originaires les victimes. Mais l’ampleur du crime, et la diversité de nationalité des victimes, peuvent conduire à préférer un procès devant une juridiction internationale.

La compétence de la Cour Pénale Internationale, suite à la déclaration de compétence faite par l’Autorité Nationale Palestinienne le 21 janvier 2009, ressort des critères généraux d’analyse, liés au principe de l’accès au juge pour les violations graves du droit, sauf à admettre le déni de droit. Mais elle se trouve ici doublée d’une compétence liée à l’immatriculation des bateaux. Sous réserve d’autres vérifications, il est établi que l’agression a concerné deux bateaux immatriculés en Grèce, deux en Turquie, et un aux îles Kiribati, donc assimilables aux territoires grecs, turcs et kiribati par application de l’article 12-2 a du traité de la CPI, qui a été ratifié par la Grèce (mais ni par la Turquie, ni par Kiribati).

La déclaration de compétence du 21 janvier 2009 n’est pas limitée à Plomb Durci. Elle est générale, et doivent être adressés à la Cour tous les éléments relatifs aux crimes commis par Israël : la colonisation, les prisonniers et maintenant, l’attaque du 31 mai 2010. La politique d’Israël est un crime, et ce crime doit être jugé.

Maintenant, il en est assez d’invoquer la justice, en souhaitant surtout que le pire ne se renouvelle pas. On voit le résultat. Nous le devons aux victimes : la justice doit punir le crime.

Gilles Devers

Avocat au barreau de Lyon (France). Porte-parole du collectif international de juristes ayant déposé une plainte devant la Cour pénale internationale pour les crimes commis à Gaza lors de l’opération Plomb durci.



[1] Lire le document de référence (en anglais) : « Occupation, Colonialism, Apartheid ? », par le Human Sciences Research Council of South Africa, Voltaire Network, 13 juillet 2009.

[2] « L’opération "Plomb durci" : une guerre israélienne est financée par l’Arabie saoudite », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 6 janvier 2009.

[3] « Declaration by Catherine Ashton on the Israeli military operation against the Flotilla », Voltaire Network, 31 mai 2010.
« Modifié: 04 juin 2010 à 12:39:48 par TYGER »
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Israel et Palestine
« Réponse #48 le: 04 juin 2010 à 12:54:39 »
Citer
fallait-il aussi être accoutré forcément d'un kefié pour avoir la tenue adéquat ?

Pas nécessairement, mais le foulard palestinien semble être de rigueur.
Quant aux vidéos, un document n'est jamais muet...sans justification il ne veut rien dire, il ne parle pas par lui-même*. On y voit ce qu'on a envie de voir, comme dans la vidéo douteuse de Khaled.
*

Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne vio

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4992
Re : Israel et Palestine
« Réponse #49 le: 05 juin 2010 à 12:08:18 »
une analyse géopolitique de Meyssan , (qui est assez fin analyste , il faut bien le dire quand il ne sombre pas dans la thèse complotiste ...)

Citer
Pourquoi Israël a t-il attaqué des civils en Méditerranée ?
par Thierry Meyssan*


Israël a pesé à l’avance les conséquences de l’attaque qu’il a lancé contre un convoi humanitaire maritime. Quels sont ses objectifs en déclenchant une crise diplomatique mondiale, pourquoi a t-il défié son allié turc et son protecteur états-unien ?
   
31 mai 2010

Depuis
Beyrouth (Liban)
      

L’attaque conduite par trois patrouilleurs lance-missiles israéliens de classe Saar, le 31 mai 2010, contre la flottille de la liberté, dans les eaux internationales de Méditerranée illustre la fuite en avant de Tel-Aviv.

La flottille de la liberté est une initiative de militants des droits de l’homme [1] [2], soutenue par le gouvernement turc. Son objectif est à la fois de véhiculer de l’aide humanitaire jusqu’à Gaza et, ce faisant, de briser le blocus mis en place illégalement par l’armée israélienne à l’encontre d’1,5 million de Gazaouites.

La décision d’aborder des navires civils dans les eaux internationales constitue un « acte de guerre » au regard du droit international. Juridiquement parlant, il y a eu vol des navires et de leurs cargaison, enlèvement et séquestration de leurs passagers, meurtres ; voire assassinats, si l’on admet les informations de la télévision turque selon laquelle les commandos avaient une liste des personnalités à liquider au cours de l’assaut.

Cet acte de guerre, à l’encontre des pavillons grecs et turcs de ces navires, a été perpétré afin de consolider le blocus, lequel constitue en lui-même une violation du droit international.

En choisissant l’argument de la « légitime défense », les autorités israéliennes ont explicitement revendiqué leur souveraineté sur les eaux internationales à 69 miles nautiques au large de la Palestine ; cette annexion —temporaire ou durable— étant nécessaire à la poursuite du blocus, lequel serait nécessaire à la sécurité de l’Etat d’Israël.

En abordant un navire turc et en en tuant des passagers, Tel-Aviv a d’abord choisi de répondre militairement à la crise diplomatique qui l’oppose depuis janvier 2009 à Ankara. Cette initiative est censée provoquer une crise au sein de l’état-major turc et entre celui-ci et le gouvernement turc. Cependant, elle pourrait aboutir à une rupture complète des relations militaires entre les deux pays, alors même que la Turquie aura été pendant un demi-siècle le meilleur allié d’Israël dans la région. D’ores et déjà, les manœuvres conjointes turco-israéliennes ont été annulées sine die. En outre, cette crise pourrait aussi avoir des conséquences sur les relations commerciales entre les deux pays, alors même que la Turquie est un partenaire vital pour l’économie israélienne.

Cependant, Tel-Aviv se devait de casser la crédibilité de la Turquie au moment où elle se rapproche de la Syrie et de l’Iran, et ambitionne d’exercer avec ses nouveaux partenaires une autorité régionale [3]. Dans l’immédiat, Israël devait sanctionner le rôle d’Ankara dans la négociation du Protocole de Téhéran sur l’industrie nucléaire iranienne.

Côté turc, où l’on s’attendait à une intervention israélienne musclée mais pas létale, le moment est venu de se poser en protecteur des populations palestiniennes, selon la doctrine néo-ottomane théorisée par le ministre des Affaires étrangères, le professeur Ahmet Davuto?lu. Sans attendre le retour du Premier ministre Recep Erdo?an, en voyage en Amérique latine, l’ambassadeur Turc à Tel-Aviv a été rappelé à Ankara et une cellule de crise a été mise en place autour du vice-Premier ministre, Bülent Ar?nç. Elle est immédiatement entrée en contact avec les 32 gouvernements des Etats dont les passagers du convoi sont ressortissants. Tout le personnel diplomatique turc a été mobilisé pour saisir du problème le maximum d’Etats et d’organisations internationales. Dans une conférence de presse, M. Ar?nç a exigé la restitution immédiate des trois bateaux turcs volés et de leur cargaison, ainsi et surtout que la libération des centaines de citoyens turcs enlevés et séquestrés. Il a choisi de qualifier l’attaque d’acte de « piraterie » (et non de guerre), de manière à offrir au gouvernement Netanyahu la possibilité de présenter l’affaire comme une « bavure » et non comme une politique. Dans cette logique, le président Abdullah Gül, quant à lui, a exigé que les tribunaux israéliens jugent les responsables de cette tuerie.

Depuis le Chili, M. Erdo?an a déclaré : « Cette action est totalement contraire aux principes du droit international, c’est le terrorisme d’un Etat inhumain. Je m’adresse à ceux qui ont appuyé cette opération, vous appuyez le sang, nous soutenons le droit humanitaire et la paix ».

Dans l’après-midi, Ankara a saisi la Conseil atlantique. La Turquie est membre de l’OTAN. Si elle ne trouve pas la réponse qu’elle attend du gouvernement israélien, elle pourrait qualifier l’attaque d’acte de guerre et requérir l’aide militaire des Etats membres de l’Alliance en vertu de l’article 5 du Traité de l’Atlantique Nord.

Le gouvernement Netanyahu a invité ses ressortissants à quitter la Turquie, tandis que des manifestations spontanées se multiplient devant les consulats israéliens où la foule réclame vengeance.

Le 26 mai 2010, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, reçoit à Tel-Aviv le secrétaire général de la Maison-Blanche, Rahm Emanuel. Celui-ci lui remet une invitation de Barack Obama, que la partie israélienne annulera cinq jours plus tard.

Côté états-unien, cette affaire rappelle celle de l’USS Liberty (8 juin 1967). Durant la guerre des Six jours, les Israéliens attaquèrent un bâtiment de surveillance électronique de l’US Navy, faisant 34 morts et 171 blessés. Tel-Aviv présenta ses excuses pour cette méprise sur le champ de bataille tandis que, tout en les acceptant officiellement, Washington y vu un outrage délibéré. Les Israéliens auraient voulu à l’époque sanctionner les critiques états-uniennes.

Cette fois, l’attaque de la flottille de la liberté pourrait être une sanction après le vote par Washington d’une résolution des Etats signataires du Traité de non-prolifération enjoignant Israël à déclarer ses armes nucléaires et à accepter les contrôles de l’Agence internationale de l’énergie atomique.

La décision israélienne d’attaquer des navires civils dans les eaux internationales intervient après l’assassinat aux Emirats d’un dirigeant palestinien par une unité du Mossad ; la découverte d’un vaste système de copie falsifiées de passeports au détriment d’Etats occidentaux ; et le refus d’assister à la conférence internationale de suivi du Traité de non-prolifération. Cet ensemble de faits peut être interprété comme une succession de coups perpétrés par un Etat sûr de son impunité —et dans ce cas, il pourrait s’agir cette fois d’un coup de plus ou de trop—, ou comme une escalade après une courte friction publique avec l’administration US —il s’agirait alors de revendiquer le leadership du mouvement sioniste en montrant que Tel-Aviv décide et Washington entérine—.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en voyage en Amérique du Nord, a décidé de terminer sa visite canadienne et d’annuler son rendez-vous à la Maison-Blanche. Il a été joint par téléphone par le président Obama qui lui a demandé des explications.

La Haut commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, Navi Pillay, a déclaré que l’opération israélienne ne pouvait avoir aucune justification juridique. Le Rapporteur spécial sur les Droits de l’homme dans les territoires occupés palestiniens, Richard Falk, a tenu à souligner qu’au delà de l’atteinte à la liberté de circulation sur les mers, le problème central reste le blocus. « À moins que des actions promptes et décisives soient prises pour mettre au défi l’approche israélienne sur Gaza, nous serons tous complices d’une politique criminelle qui menace la survie d’une communauté assiégée », a t-il affirmé. Le Conseil de sécurité a été convoqué en urgence, ce jour, à 18h TU. Le ministre turc des Affaires étrangères est parti à New York.
in, http://www.voltairenet.org/article165580.html



Pour les parisiens , rappel manif aujourd'hui 15h Bastille - Concorde  :super:
En province, beaucoup de manifs organisées aussi , se renseigner sur les sites de comités Palestine , par exemple, ou le NPA