Auteur Sujet: Ecologie ....  (Lu 49356 fois)

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Ecologie ....
« Réponse #50 le: 24 juillet 2010 à 01:57:57 »
Décidément pour se faire avoir, je n'aurais jamais pensé que le peuple francais soit si facile a se faire plumer. :fache1:

Prix de revien de chacque ampoule: LED = 27 €
                                   FluoCompact = 129€
                                Incandescente  = 604 €  

Voir tableau plus bas.Ils sont tres éloquents.
« Modifié: 24 juillet 2010 à 02:00:47 par TheTwit »

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #51 le: 24 juillet 2010 à 15:03:31 »
Sauf qu'on trouve pas des LED très facilement.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #52 le: 27 juillet 2010 à 10:47:28 »
Citer
A qui appartient le brocoli ?
   
Action de protestation en marge de l’audition auprès de l’Office européen des brevets
Une alliance internationale de quelque 300 associations et organisations – parmi lesquelles la Déclaration de Berne et SWISSAID – a protesté aujourd’hui devant l’Office européen des brevets (OEB) à Munich contre le brevetage de semences, de plantes, d’animaux et de denrées alimentaires. En cause, la décision attendue d’une importance capitale concernant le brevetage de brocoli, de tomates et des préparations alimentaires qui en contiennent. A cette occasion, l’Office statuera si des ressources naturelles pourront à l’avenir être revendiquées ou non comme étant une « invention ». Ce que l’alliance des associations présentes à Munich dénonce vivement ; elle a déjà rassemblé quelque 100 000 signatures favorables à ce que de tels brevets soient interdits par la loi.

Des fruits et des légumes comme le maïs, la salade, les carottes et les melons sont d’ores et déjà brevetés. Plus de 1000 demandes de brevets sur d’autres denrées alimentaires ont en outre été déposés auprès de l’Office européen des brevets. Durant la manifestation de ce jour à Munich, les participants ont symboliquement déchiré sur place en mille morceaux des copies des énoncés de ces brevets.

« Si des brevets comme celui du brocoli et de la tomate ne sont pas interdits, c’est la porte ouverte à tous les abus », avertit François Meienberg, de la Déclaration de Berne. « Un nombre toujours plus restreint de firmes pourront à l’avenir contrôler l’ensemble de la production alimentaire avec, comme corollaire, une dépendance accrue et des prix en hausse pour les producteurs de semences, les agriculteurs et les consommateurs. Le bradage des fondements même de la vie ne peut être stoppé que par de nouvelles lois sur les brevets. »

La société de biotechnologie anglaise Plant Bioscience possède depuis 2002 le brevet sur le brocoli disposant d’une haute teneur en glucosinolates. Ces substance amères donnent au brocoli son goût typique et possèdent des vertus anticancéreuses. Le brevet très controversé sur ladite « tomate ridée » comprend la culture et la commercialisation d’une tomate avec une faible teneur en eau, d’une utilisation aisée dans l’industrie alimentaire. La Grande chambre des recours de l’Office européen des brevets devra maintenant décider si ces brevets sont conformes au droit.

« Nous avons besoin de lois sur les brevets qui garantissent la sécurité alimentaire et la considèrent comme une priorité de premier plan », estime Tina Goethe de SWISSAID. « La tendance mondiale d’une privatisation des fondements mêmes de notre vie est inacceptable. Les paysans et les cultivateurs doivent pouvoir disposer librement de leurs ressources génétiques – ce n’est que de cette manière qu’ils pourront véritablement assumer leur rôle en faveur d’une sécurité alimentaire. »

Plus d’informations sur www.no-patents-on-seeds.org


http://www.evb.ch/fr/p25017734.html




Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #53 le: 28 juillet 2010 à 19:13:43 »
lol, vous osez même raconter qu'on pourrait interdire de produire du brocolis si on paye pas des brevets? Si vous voulez pas utilisez des brocolis utilisant sciemment ces brevets, si vous avez été contaminé de façon fortuite, il n'y a aucun risque légal. Soyez franc, demandez l'interdiction des droits intellectuels sur la création et le maintient variétal, ça sera plus simple.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #54 le: 01 août 2010 à 09:00:25 »
Citer
Anchois dans le Golfe de Gascogne : les mailles du filet se resserrent

Informée par la presse, l’association internationale OCEANA a fait part de son indignation face à l’approbation par le Conseil des Ministres Européens, le 26 juillet dernier, du Total Admissible de Captures (TAC) d’anchois pour la saison 2010, dans le Golfe de Gascogne. Ignorant l’avis publié début juillet par le Conseil International pour l’Exploration de la Mer (CIEM), l’une des principales institutions scientifiques pour l’évaluation des stocks de l’Atlantique Nord-Est, celui-ci a été fixé à 15 600 tonnes.

Comme le souligne l’association, un tel quota va à l’encontre des recommandations scientifiques émises, pourtant seules garantes d’une gestion viable de cette pêcherie. Appelant à la précaution, le CIEM avait, en effet, préconisé un TAC de 6 000 tonnes pour le Golfe de Gascogne. L’organisme avait alors estimé la biomasse d’anchois à un niveau compris entre 34 000 et 78 000 tonnes dans le Golfe de Gascogne.

Or, l’anchois est une espèce particulièrement vulnérable aux changements. Une année de faible recrutement, conjuguée à une mauvaise gestion, suffirait à placer le stock à un niveau de biomasse dangereusement faible. Une situation qui s’est déjà rencontrée par le passé. En effet, un effondrement de la population d’anchois, due à des captures excessives, avait déjà contraint à la fermeture de la pêche entre 2005 et 2009. A la suite de ces cinq années de statu quo, elle fut finalement réouverte avec un TAC fixé à 7 000 tonnes.

Cécile Cassier


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4331
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Re : Ecologie ....
« Réponse #55 le: 01 août 2010 à 21:46:48 »
Si vous voulez pas utilisez des brocolis utilisant sciemment ces brevets, si vous avez été contaminé de façon fortuite, il n'y a aucun risque légal.

Ah ??? Tiens , c'est marrant , j'avais souvenir de longs échanges sur l'ancien forum qui avaient démontré (preuves et liens à l'appui) que sur ce point précis certains "contaminés de façon fortuite" avaient justement eu des emmerdes aux USA avec la soi-disant bienfaitrice de l'humanité qu'est Monsanto !!! Il semble, cher Karg, que vous ayez une mémoire vraiment trés partielle !.... ou trés sélective ?
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #56 le: 03 août 2010 à 10:57:50 »
Citer
« Ne plus se hisser au-dessus des autres »
Leur écologie et la nôtre

Visionnaire, le philosophe André Gorz avait prévu, dans ce texte paru en 1974, la récupération de l’écologie par l’industrie, les groupes financiers — en un mot, le capitalisme.
Par André Gorz

Evoquer l’écologie, c’est comme parler du suffrage universel et du repos du dimanche : dans un premier temps, tous les bourgeois et tous les partisans de l’ordre vous disent que vous voulez leur ruine, le triomphe de l’anarchie et de l’obscurantisme. Puis, dans un deuxième temps, quand la force des choses et la pression populaire deviennent irrésistibles, on vous accorde ce qu’on vous refusait hier et, fondamentalement, rien ne change.

La prise en compte des exigences écologiques conserve beaucoup d’adversaires dans le patronat. Mais elle a déjà assez de partisans capitalistes pour que son acceptation par les puissances d’argent devienne une probabilité sérieuse. Alors mieux vaut, dès à présent, ne pas jouer à cache-cache : la lutte écologique n’est pas une fin en soi, c’est une étape. Elle peut créer des difficultés au capitalisme et l’obliger à changer ; mais quand, après avoir longtemps résisté par la force et la ruse, il cédera finalement parce que l’impasse écologique sera devenue inéluctable, il intégrera cette contrainte comme il a intégré toutes les autres.

C’est pourquoi il faut d’emblée poser la question franchement : que voulons-nous ? Un capitalisme qui s’accommode des contraintes écologiques ou une révolution économique, sociale et culturelle qui abolit les contraintes du capitalisme et, par là même, instaure un nouveau rapport des hommes à la collectivité, à leur environnement et à la nature ? Réforme ou révolution ?

Ne répondez surtout pas que cette question est secondaire et que l’important, c’est de ne pas saloper la planète au point qu’elle devienne inhabitable. Car la survie non plus n’est pas une fin en soi : vaut-il la peine de survivre [comme se le demande Ivan Illich], dans « un monde transformé en hôpital planétaire, en école planétaire, en prison planétaire et où la tâche principale des ingénieurs de l’âme sera de fabriquer des hommes adaptés à cette condition » ? (...)

Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement contre quoi. Et il vaut mieux essayer de prévoir comment le capitalisme sera affecté et changé par les contraintes écologiques, que de croire que celles-ci provoqueront sa disparition, sans plus.

Mais d’abord, qu’est-ce, en termes économiques, qu’une contrainte écologique ? Prenez par exemple les gigantesques complexes chimiques de la vallée du Rhin, à Ludwigshafen (Basf), à Leverkusen (Bayer) ou Rotterdam (Akzo). Chaque complexe combine les facteurs suivants :

— des ressources naturelles (air, eau, minéraux) qui passaient jusqu’ici pour gratuites parce qu’elles n’avaient pas à être reproduites (remplacées) ;

— des moyens de production (machines, bâtiments), qui sont du capital immobilisé, qui s’usent et dont il faut donc assurer le remplacement (la reproduction), de préférence par des moyens plus puissants et plus efficaces, donnant à la firme un avantage sur ses concurrents ;

— de la force de travail humaine qui, elle aussi, demande à être reproduite (il faut nourrir, soigner, loger, éduquer les travailleurs).

En économie capitaliste, la combinaison de ces facteurs, au sein du processus de production, a pour but dominant le maximum de profit possible (ce qui, pour une firme soucieuse de son avenir, signifie aussi : le maximum de puissance, donc d’investissements, de présence sur le marché mondial). La recherche de ce but retentit profondément sur la façon dont les différents facteurs sont combinés et sur l’importance relative qui est donnée à chacun d’eux.

La firme, par exemple, ne se demande jamais comment faire pour que le travail soit le plus plaisant, pour que l’usine ménage au mieux les équilibres naturels et l’espace de vie des gens, pour que ses produits servent les fins que se donnent les communautés humaines. (...)

Mais voici que, dans la vallée du Rhin notamment, l’entassement humain, la pollution de l’air et de l’eau ont atteint un degré tel que l’industrie chimique, pour continuer de croître ou même seulement de fonctionner, se voit obligée de filtrer ses fumées et ses effluents, c’est-à-dire de reproduire des conditions et des ressources qui, jusqu’ici, passaient pour « naturelles » et gratuites. Cette nécessité de reproduire l’environnement va avoir des incidences évidentes : il faut investir dans la dépollution, donc accroître la masse des capitaux immobilisés ; il faut ensuite assurer l’amortissement (la reproduction) des installations d’épuration ; et le produit de celles-ci (la propreté relative de l’air et de l’eau) ne peut être vendu avec profit.

Il y a, en somme, augmentation simultanée du poids du capital investi (de la « composition organique »), du coût de reproduction de celui-ci et des coûts de production, sans augmentation correspondante des ventes. Par conséquent, de deux choses l’une : ou bien le taux de profit baisse, ou bien le prix des produits augmente. La firme cherchera évidemment à relever ses prix de vente. Mais elle ne s’en tirera pas aussi facilement : toutes les autres firmes polluantes (cimenteries, métallurgie, sidérurgie, etc.) chercheront, elles aussi, à faire payer leurs produits plus cher par le consommateur final. La prise en compte des exigences écologiques aura finalement cette conséquence : les prix tendront à augmenter plus vite que les salaires réels, le pouvoir d’achat populaire sera donc comprimé et tout se passera comme si le coût de la dépollution était prélevé sur les ressources dont disposent les gens pour acheter des marchandises.

La production de celles-ci tendra donc à stagner ou à baisser ; les tendances à la récession ou à la crise s’en trouveront aggravées. Et ce recul de la croissance et de la production qui, dans un autre système, aurait pu être un bien (moins de voitures, moins de bruit, plus d’air, des journées de travail plus courtes, etc.), aura des effets entièrement négatifs : les productions polluantes deviendront des biens de luxe, inaccessibles à la masse, sans cesser d’être à la portée des privilégiés ; les inégalités se creuseront ; les pauvres deviendront relativement plus pauvres et les riches plus riches.

La prise en compte des coûts écologiques aura, en somme, les mêmes effets sociaux et économiques que la crise pétrolière. Et le capitalisme, loin de succomber à la crise, la gérera comme il l’a toujours fait : des groupes financiers bien placés profiteront des difficultés de groupes rivaux pour les absorber à bas prix et étendre leur mainmise sur l’économie. Le pouvoir central renforcera son contrôle sur la société : des technocrates calculeront des normes « optimales » de dépollution et de production, édicteront des réglementations, étendront les domaines de « vie programmée » et le champ d’activité des appareils de répression. (...)

Direz-vous que rien de tout cela n’est inévitable ? Sans doute. Mais c’est bien ainsi que les choses risquent de se passer si le capitalisme est contraint de prendre en compte les coûts écologiques sans qu’une attaque politique, lancée à tous les niveaux, lui arrache la maîtrise des opérations et lui oppose un tout autre projet de société et de civilisation. Car les partisans de la croissance ont raison sur un point au moins : dans le cadre de l’actuelle société et de l’actuel modèle de consommation, fondés sur l’inégalité, le privilège et la recherche du profit, la non-croissance ou la croissance négative peuvent seulement signifier stagnation, chômage, accroissement de l’écart qui sépare riches et pauvres. Dans le cadre de l’actuel mode de production, il n’est pas possible de limiter ou de bloquer la croissance tout en répartissant plus équitablement les biens disponibles.

Tant qu’on raisonnera dans les limites de cette civilisation inégalitaire, la croissance apparaîtra à la masse des gens comme la promesse — pourtant entièrement illusoire — qu’ils cesseront un jour d’être « sous-privilégiés », et la non-croissance comme leur condamnation à la médiocrité sans espoir. Aussi n’est-ce pas tant à la croissance qu’il faut s’attaquer qu’à la mystification qu’elle entretient, à la dynamique des besoins croissants et toujours frustrés sur laquelle elle repose, à la compétition qu’elle organise en incitant les individus à vouloir, chacun, se hisser « au-dessus » des autres. La devise de cette société pourrait être : Ce qui est bon pour tous ne vaut rien. Tu ne seras respectable que si tu as « mieux » que les autres.

Or c’est l’inverse qu’il faut affirmer pour rompre avec l’idéologie de la croissance : Seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d’être produit ce qui ne privilégie ni n’abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d’opulence, car dans une société sans privilège, il n’y a pas de pauvres.

André Gorz.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Ecologie ....
« Réponse #57 le: 03 août 2010 à 13:14:24 »
Ca fait des années que ma signature résume tout ca.  :merci: :langue3:
« Modifié: 03 août 2010 à 17:56:00 par TheTwit »

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Ecologie ....
« Réponse #58 le: 03 août 2010 à 14:18:48 »
 ;) ;-)
On ne prend jamais assez au sérieux les moineaux d'outre-flaque !
 :mdr3: :mdr3: :mdr3:
 :fleur2:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #59 le: 03 août 2010 à 18:46:44 »
Citer
que sur ce point précis certains "contaminés de façon fortuite" avaient justement eu des emmerdes aux USA avec la soi-disant bienfaitrice de l'humanité qu'est Monsanto !!!
Tu parle du mec qui a traité son colza au round up pour sélectionner les plans contaminés par ses voisins et qui a ensuite perdu son procès? A l'analyse il avait 98% d'OGM, ça n'avait rien à voir avec une contamination fortuite.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Ecologie ....
« Réponse #60 le: 03 août 2010 à 20:33:14 »
Peut-être as-tu raison sur ce point précis, Karg, vu que je ne suis pas spécialiste de la question, ce dont je n'ai jamais fait mystère....
Cependant je dois avouer que je reste toujours un peu dubitative face à tes affirmations, même lorsqu'il s'agit des sujets sur lesquels tu t'es déclaré expert sur ce forum !
Pourquoi ?
Ma foi, sans doute parce que l'immense majorité de tes interventions sont construites sur des certitudes absolues, et que :
1 / Cela me semble, par essence, contradictoire avec ta posture de base, que tu revendiques "scientifique". La construction du savoir scientifique se construit sur le doute systématique, non ?
2 / Tu as parfois assené des affirmations de type "moi, je sais" sur des sujets dont tu n'avais visiblement qu'une approche trés lacunaire... et pour certains j'en avais, en ce qui me concerne,  une approche plutôt approfondie. Tes avis pétris de certitudes se sont alors révélés à mes yeux globalement "à côté de la plaque"... (je parle par exemple de tout ce qui concernait Haïti)

Dommage ... peut-être... ou peut-être pas..... car à présent tes opinions systématiquement "à l'emporte-pièce" ont perdu à mes yeux beaucoup de leur crédibilité !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #61 le: 04 août 2010 à 04:35:49 »
1 / Le doute? non le concept de connaissance objective est très différent du doute systématique. Lit "La connaissance objective" de Karl Popper

2 / Haïti? tu parle de quoi exactement? j'ai rien dit de faux sur leur structure agricole.

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #62 le: 04 août 2010 à 15:39:43 »
un grand monsieur que ce "petit" homme :

Citer
Rabhi : « C'est la civilisation la plus fragile de l'Histoire »
Par Sophie Verney-Caillat | Rue89 | 24/07/2010 | 16H17

Il teste et vante depuis cinquante ans la « sobriété heureuse ». Pierre Rabhi est un Gandhi à la française, version agricole.


Le grand public a un peu entendu parler de lui lors de sa pré-campagne présidentielle de 2002, ou dans le dernier film de Coline Serreau. Chez les écolos convaincus, il est un des penseurs qui comptent le plus.

Lui n'a pas « fait le Larzac », car la communauté ce n'est pas son truc. Il n'a pas été embringué par Europe Ecologie non plus. Il a simplement cultivé son jardin, écrit des livres, et développé ce qu'il a appelé l'« agroécologie », une agriculture plus bio que bio mais sans logo. Il exporte ses techniques dans le monde entier, surtout en Afrique.

Son « mouvement des oasis en tous lieux » a donné naissance à des oasis réelles, dont l'association Terre et humanisme est le principal fer de lance. Ce « pape » des révoltés de la société de consommation nous a reçu chez lui, en Ardèche. En le voyant déambuler dans son jardin et s'émerveiller face à la nature, on comprend mieux le personnage. (Voir la vidéo)
<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/xe50vg_pierre-rabhi-dans-son-jardin-en-ard_news?additionalInfos=0" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/xe50vg_pierre-rabhi-dans-son-jardin-en-ard_news?additionalInfos=0</a>

Rue89 : Jamais la consommation bio, le développement durable ou le vote vert ne se sont aussi bien portés. Y voyez-vous un bon signe ?

Pierre Rabhi : Tant que l'écologie restera une question subsidiaire qu'on traite par des « Grenelle », tout cela ne sera que diversion et amusement. L'écologie devrait être transversale, la préoccupation de tout être humain, car ça concerne rien de moins que notre survie ou notre disparition.

Les Etats ne sont pas assez honnêtes pour considérer cette question comme absolument essentielle, ils préfèrent perfectionner ce qui sert la mort (comme les armes) que ce qui sert la vie. Servir le lucre et la puissance du lucre, et pour cela piller les mers, détruire les forêts et les sols…

Qu'appelez-vous la « toute puissance du lucre » exactement ?

La planète est devenue le théâtre d'une pièce ambiguë qui repose sur la toute puissance du lucre, la quête du profit. Si vous n'avez plus de ressources, vous n'existez pas. Nous devons changer de paradigme : au lieu de postuler que « la Terre nous appartient », nous devons prendre conscience que « nous appartenons à la Terre ». L'être humain et la nature, donc le respect de la vie, doivent revenir au cœur nos valeurs.

Vous prônez une insurrection des consciences. La prévoyez-vous pour bientôt ?

L'apocalypse est déjà sur la planète, simplement nous sommes peut-être encore du bon côté de la barrière. Le système invente des stratagèmes de tranquillisation généralisée. Les supermarchés sont pleins mais les gens ne savent pas que pour cela nous transportons de l'alimentation du Sud au Nord et de l'Est à l'Ouest, au détriment de notre capacité à la produire là où nous sommes.

Dans le Sud, je vois des gens qui n'ont pas assez pour se nourrir et qui cependant sont joyeux. Certains consomment la vie, d'autres comptent leurs milliards.

Que vous inspire la réforme des retraites ?

Moi je trouve qu'il n'y a rien de plus horrible que de naître pour travailler jusqu'à la fin de ses jours. Dès la maternelle et jusqu'à l'université, l'homme est enfermé dans une espèce de pénitencier, ensuite il y a des casernes, on va dans des boîtes, petites ou grandes, et pour s'amuser on va en boîte, et bien sûr on y va en caisse, et puis ensuite il y a les boîtes où on met les vieux en attendant la dernière boîte !

Il faut ajouter à ça les logements exigus alors que le monde est vaste, l'importance des divertisseurs… On exalte les stars, idoles d'un monde qui s'ennuie. C'est triste, tragique même.

Moi je ne veux pas vivre pour travailler, je veux travailler pour vivre. Ici, le paysage est magnifique, l'air est pur, il est gratuit, je ne veux pas renoncer à ça. Je me sens mieux qu'un milliardaire !

Que dites-vous aux chefs d'entreprise qui vous sollicitent pour des conférences ?

Le Medef m'invitait à réfléchir sur la question de savoir s'il existe une vie après la mort, mais je m'en fiche. Moi, ce qui m'intéresse c'est ce qui existe pendant que je suis vivant, s'il existe une vie AVANT la mort.

Le modèle est en train de se déglinguer, on se rend compte qu'on est dans la civilisation la plus fragile de toute l'histoire de l'humanité. Aujourd'hui vous supprimez le pétrole et l'électricité et tout le système s'effondre. C'est une société inintelligente qui s'est mise elle-même dans une sorte de traquenard dont on a du mal à sortir. Le pétrole sera sans doute l'enjeu d'une déflagration généralisée.

Que diraient des extraterrestres en regardant l'humanité ? Qu'elle est à la fois douée… et stupide. Avec Internet, nous sommes de plus en plus confinés dans un monde qui ne nous laisse plus l'espace de la vie.

Que proposez-vous à ceux qui se sentent en insurrection intérieure mais doivent nourrir leur famille ?

Moi, je travaillais à Paris dans une usine et j'ai dit non. Il a fallu de l'audace pour plonger dans le vide, dans l'inconnu. Je suis devenu crédible parce que je fais ce que je dis, je dis ce que je fais. J'ai rendu la terre féconde.

Aujourd'hui, c'est structurellement plus difficile d'acheter un bout de terrain, mais moi je considère qu'avoir un morceau de terre pour se nourrir est un acte politique et de résistance.


Vous voulez qu'on devienne tous paysans…

Ce n'est pas ce que je préconise. Mais si tous les paysans faisaient grève, on se rendrait compte qu'ils sont importants. Si la SNCF fait grève, on attend. Si les paysans ne veulent plus nous nourrir, on fait quoi ? La chose la plus importante c'est donc la terre qui nous nourrit. Une politique intelligente est une politique qui intègre cette idée du patrimoine nourricier.

Le monde de l'après-crise va-t-il tendre vers la décroissance ?

Aux élections de 2002, j'ai voulu me présenter pour ouvrir un espace de parole sur l'urgence écologique et humaine parce qu'on ne peut pas appliquer un système illimité à une planète limitée. A ce moment-là, j'ai prêché la décroissance de Nicholas Georgescu-Roegen, le seul qui mérite le prix Nobel. Aujourd'hui, ce qu'on appelle « économie » c'est le pillage, l'épuisement du capital vital. On est gonflé d'appeler ça « économie » !

L'Afrique qui a des richesses inouïes est considérée comme pauvre parce qu'on ne mesure que le PNB. Les richesses gratuites comme de s'occuper de sa vieille mère, élever ses enfants, sont des valeurs humaines. Cette mère de famille devrait-elle envoyer sa facture à l'Etat pour avoir fabriqué un petit producteur-consommateur qui paiera des impôts ? C'est absurde.

Le mouvement que vous avez inspiré est important tout en étant confidentiel. Vous semblez presque un demi-Dieu pour ceux qui viennent assister à vos conférences. Seriez-vous finalement une sorte de « gourou » ?

Je suis beaucoup trop respectueux de la personne humaine pour l'amener dans mon propre camp. Rendre les gens dépendants de quelqu'un, c'est l'horreur. Chacun son destin, sa spiritualité, ses croyances… Si certains ont cette sensation c'est soit que je me suis mal expliqué, soit qu'ils n'ont pas très bien compris ce que je suis. (Voir la vidéo)

<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/xe54nn_pierre-rabhi-est-il-un-gourou-y_news?additionalInfos=0" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/xe54nn_pierre-rabhi-est-il-un-gourou-y_news?additionalInfos=0</a>
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #63 le: 07 août 2010 à 07:57:14 »
Un gourou à la con. Toutes les civilisations agricoles sont fragiles.

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #64 le: 08 août 2010 à 09:25:48 »
non un vieux sage qui devrait mettre 2 secondes cette dite sagesse dans sa poche le temps de te foutre son pied au cul !
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Ecologie ....
« Réponse #65 le: 08 août 2010 à 09:36:43 »
 On reste cool autant que possible messieurs svp.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne Afro Mafios

  • Sarkophobe
  • Messages: 109
  • Ambak
    • Grande Conne Malade
Re : Ecologie ....
« Réponse #66 le: 08 août 2010 à 16:43:46 »
Toutes les civilisations agricoles sont fragiles.

Parce que les civilisations industrielles sont fortes ?
Ca c'est de l'argument, ça c'est du débat. Tu m'as convaincu j'avoue.

Le problème c'est que si je me retrouve dans le même genre de discussion entre ethnologues de renoms et que je rebalance ton affirmation comme ça, direct, je sens que, comment dire, ou bien les types vont se fendre la poire sur moi pendant 20 bonnes minutes, ou bien je vais prendre la plus mémorable des trempes.
Parce que non seulement, tu ne donnes pas d'exemple (les Maya z'étaient faibles ?), mais en plus, tu n'expliques pas ce qui fait leur prétendue "faiblesse" (or c'est quand même LE point, parce que le problème a peut être aujourd'hui une solution).

Tiens d'ailleurs... euh, les grandes nations qui "dominent" actuellement le monde, je me demande, ce n'étaient pas les grandes puissances agricoles d'antan ? juste dit comme ça...
Ma première règle : je ne crois rien de ce que le gouvernement raconte - George Carlin
Je pense que le gouvernement n'a rien à nous dire sur la façon dont nous devons vivre nos vies - Jesse Ventura
On peut aimer son pays sans avoir à aimer son gouvernement - Inconnu

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #67 le: 10 août 2010 à 17:51:01 »
Citer
Parce que les civilisations industrielles sont fortes ?
? ca existe pas les civilisations industriels, les civilisations dépendent de l'agriculture ou de l'élevage de troupeau. L'agriculture est risqué, les rendements peuvent être très variable, surtout avec des variétés anciennes peu rustique.

Hors ligne Afro Mafios

  • Sarkophobe
  • Messages: 109
  • Ambak
    • Grande Conne Malade
Re : Ecologie ....
« Réponse #68 le: 10 août 2010 à 22:39:55 »
Tu viens de poser toi même la répartie à ta propre bêtise (je parle de ton affirmation, pas de tes capacités de réflection). Parce que l'élevage c'est pas trop mal risqué aussi, entre vache folle, H1N1 et compagnie, j'pense que c'est pas n'importe qui qu'est prêt à militer en faveur de ça !

Tu as oublié que certaines civilisations ont longtemps dépendu du commerce. Mais la question n'est de toute évidence pas de choisir un modèle, mais au contraire, de les diversifier et de les combiner. C'est comme ça qu'on palie leurs différentes limites.
Ma première règle : je ne crois rien de ce que le gouvernement raconte - George Carlin
Je pense que le gouvernement n'a rien à nous dire sur la façon dont nous devons vivre nos vies - Jesse Ventura
On peut aimer son pays sans avoir à aimer son gouvernement - Inconnu

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #69 le: 11 août 2010 à 04:11:08 »
Citer
Parce que l'élevage c'est pas trop mal risqué aussi, entre vache folle, H1N1 et compagnie, j'pense que c'est pas n'importe qui qu'est prêt à militer en faveur de ça !
Les mongols ou les massaïs ont pas vraiment eux ce genre de problèmes, leurs troupeaux mobiles restaient en bonne santé. Rien à voir avec des animaux qui restent sur le même terrain.

Citer
tu as oublié que certaines civilisations ont longtemps dépendu du commerce.
In fine elles dépendaient de civilisation agricole ou pastorale. Elles risquaient l'effondrement en cascade.

Hors ligne Afro Mafios

  • Sarkophobe
  • Messages: 109
  • Ambak
    • Grande Conne Malade
Re : Ecologie ....
« Réponse #70 le: 11 août 2010 à 05:35:24 »
Les mongols et les massaïs, des civilisations fortes, qui règnent en maître aujourd'hui.

Tu penses refaire des élevages mobiles de quelles manière aujourd'hui ? Parce qu'en France hexagonale je veux bien, mais dans des territoires plus conscrits, ça me semble chaud quand même.
De plus, il y a sur terre des gens appelés végétariens, et même végétaliens, et je doute que ce concept du "on mise tout sur la viande" leur plaise.

Bien sur que les civilisation commerçantes dépendaient des autres, mais ces même autres étaient dépendantes aussi. On ne peut pas cultiver de tout partout et les civilisations commerçantes permettait l'échange, prenant de quoi vivre au passage, les phéniciens, puis les arabes, ont fait trembler le "monde" en leur temps. Pire qu'une grève de la SNCF, si si.  8|
« Modifié: 11 août 2010 à 05:38:06 par Afro Mafios »
Ma première règle : je ne crois rien de ce que le gouvernement raconte - George Carlin
Je pense que le gouvernement n'a rien à nous dire sur la façon dont nous devons vivre nos vies - Jesse Ventura
On peut aimer son pays sans avoir à aimer son gouvernement - Inconnu

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #71 le: 12 août 2010 à 19:58:48 »
Citation de: karg se
Le doute? non le concept de connaissance objective est très différent du doute systématique. Lit "La connaissance objective" de Karl Popper
T'as lu Popper et t'as pas entendu parler de scepticisme épistémologique? :pasdrole:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Re : Ecologie ....
« Réponse #72 le: 12 août 2010 à 23:10:00 »
Un gourou à la con. Toutes les civilisations agricoles sont fragiles.

je suis outrée que tu insultes ainsi pierre rabhi !!!!
tu vaux vraiment pas plus que le poids de tes mots ....
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #73 le: 14 août 2010 à 10:54:48 »
Citer
Bilan des pesticides observés dans les fruits et légumes européens

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de publier son rapport annuel évaluant les résidus de pesticides observés dans l’alimentation au sein de l’Union européenne en 2008, ainsi que l’exposition des consommateurs de par leur régime alimentaire. A cette fin, plus de 70 000 échantillons provenant de près de 200 types d’aliments différents, couvrant les fruits, les légumes et les céréales, ont été analysés en vue de déterminer leur teneur en résidus de pesticides. Les méthodes de surveillance employées par les Etats membres permettent de détecter jusqu’à 862 pesticides différents.
Sur l’ensemble des échantillons testés, 3,5 % dépassent les limites maximales de résidus (LMR) (1) légales contre 4,2 % en 2007. D’après le rapport, les pesticides dépassant les LMR auraient principalement été observés dans des aliments importés de pays hors UE. Parmi les 2 062 échantillons d’aliments pour bébés examinés, 76 contiennent des traces de pesticides, la limite légale étant dépassée dans 4 échantillons. Pour ce type de produits, la législation européenne n’autorise pas plus de 0,01 mg/kg pour chaque résidu de pesticide individuel.

En matière de produits biologiques, les LMR furent dépassées dans 0,9 % des échantillons analysés. Ce résultat est, toutefois, à nuancer dans la mesure où il n’existe pas de LMR spécifiques pour les produits biologiques, auxquels on applique les mêmes LMR que pour les produits conventionnels.

S’intéressant aux risques liés à une exposition à long terme des consommateurs, l’EFSA a conclu « qu’aucun des pesticides évalués ne suscitait d’inquiétude pour la santé ». Dans le cas d’une exposition aiguë, autrement dit à court terme, la consommation de grandes portions d’aliment contenant les niveaux de pesticides les plus élevés enregistrés conduit à une conclusion plus réservée. En effet, « dans ce scénario le plus défavorable, l’EFSA a déclaré que pour 35 combinaisons pesticides / aliments (2), un risque potentiel pourrait se présenter mais seulement dans de rares cas ».

Cécile Cassier

1- Les limites maximales de résidus correspondent aux niveaux supérieurs légaux de concentration de résidus de pesticides dans ou sur des aliments destinés à l’alimentation humaine et animale.
2- Par combinaison pesticide / aliment, on entend l’utilisation d’un pesticide spécifique pour un aliment précis tel que le riz, les carottes ou les poires.


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4307
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #74 le: 14 août 2010 à 17:19:18 »
Citer
jusqu’à 862 pesticides différents.
Donc un bon paquet d'interdit, parce qu'il n'y pas autant de molécules autorisées.

Citer
En matière de produits biologiques, les LMR furent dépassées dans 0,9 % des échantillons analysés. Ce résultat est, toutefois, à nuancer dans la mesure où il n’existe pas de LMR spécifiques pour les produits biologiques, auxquels on applique les mêmes LMR que pour les produits conventionnels.
Pourquoi nuancer? un résidus d'un produit A utilisé en Bio seraient moins toxique que les résidus du même produit en pas bio? Près de 1% qui dépassent la norme, ça fait beaucoup quand on raconte à la télé qu'on utilise pas de pesticide en bio..




Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #75 le: 19 août 2010 à 09:05:58 »
Citer
De la viande issue de clones dans les assiettes anglaises et belges

C'est officiel, la Food Standards Agency (1) vient de reconnaître que de la viande bovine, obtenue à partir d'une filière de clones, avait intégré la chaîne alimentaire au Royaume-Uni. Si la FSA reconnaît ignorer combien d'embryons issus d'animaux clonés ont été importés en Grande-Bretagne, son enquête a permis d'identifier 4 taureaux et 4 vaches qui en sont issus. Provenant tous d'une même vache clonée aux Etats-Unis, seulement deux de ces animaux (des taureaux) auraient été abattus. Selon l'agence anglaise, la viande d'un seul a été consommée avec certitude (Dundee Parachutistes, né en décembre 2006 et abattu en juillet 2009).

Outre la viande et les produits qui en sont issus, ces taureaux et vaches anglais sont de type Holstein, une race dédiée à la production laitière. Aussi, la FSA tente de déterminer si du lait de vache, descendant de clone, est également entré dans la chaîne alimentaire. Ce qui est plus que probable, d'autant qu'un éleveur anglais a déclaré a l'International Herald Tribune vendre le lait d'une vache née d'un clone ...
Dans ce cadre, l'agence tente de rassurer l'opinion publique anglaise en soulignant, entre autres, que la consommation de viande clonée a été autorisée aux USA, après plusieurs études démontrant son innocuité. Toutefois, elle rappelle que la viande provenant de clones, et de leur descendance directe, ainsi que les produits qui en sont dérivés sont considérés comme des aliments nouveaux et doivent à ce titre être soumis à une autorisation de mise sur le marché (une amende de 5 000 £ est prévue pour les contrevenants).

Hier, suite à la publication d'un article du Guardian, cette affaire s'est étendue à la Belgique. Le quotidien évoque en effet l'exportation dans ce pays de la viande d'un taureau abattu en mai, issu de l'embryon d'une vache clonée. L'information a été officiellement confirmée par l'AFSCA, néanmoins, s'appuyant sur la position de la Commission, l'agence belge considère qu'il s'agit d'aliments conventionnels et qu'à ce titre aucune mesure spécifique ne s’applique.

En effet, pour la Commission européenne, il n'y a aucun problème au regard de la législation. Issue de leur descendance et non pas des sujets clonés, cette viande est conventionnelle et ne nécessite donc aucune mesure spécifique ... Pourtant, ne serait-ce qu'au regard de la mortalité et du vieillissement prématurés dont sont victime la plupart des clones, on peut légitiment se poser des questions quant à la commercialisation de produits provenant de leur descendance. Dans le cas présent, les 8 bovins de la première génération sont à l'origine de 97 individus supplémentaires, tous considérés parfaitement 'normaux' ... au regard de la législation.

Pascal Farcy

1- La FSA est l'agence anglaise en charge de la sécurité des alimentaires et donc des demandes d'homologation des nouveaux aliments.
2- Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire en Belgique.


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4342
« Modifié: 19 août 2010 à 09:19:59 par sarkonique »
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #76 le: 19 août 2010 à 09:14:11 »
Citer
Pourtant, ne serait-ce qu'au regard de la mortalité et du vieillissement prématurés dont sont victime la plupart des clones, on peut légitiment se poser des questions quant à la commercialisation de produits provenant de leur descendance
C'est des problèmes de méthylation de l'ADN, les descendants des clones ne sont pas concernés.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #77 le: 19 août 2010 à 09:21:38 »
Mais il y a aussi des bonnes nouvelles...

Citer
New Beetle Bio-Bug : quand la Coccinelle s'inspire de ''Retour vers le futur''

Après les biocarburants issus de déchets pour les avions de British Airways, une autre société anglaise vient de présenter une VW New Beetle dont la particularité est de faire appel à du biogaz provenant d'excréments humains pour se déplacer.
Développé pour démontrer le potentiel des biogaz en matière de transport, ce projet de GENeco est une réussite. Au niveau performance, cette VW très particulière affiche un niveau de performance équivalent au modèle classique et, si le démarrage et la montée en température du moteur se font en mode essence, une fois à température le passage au biogaz (du méthane) est automatique. Côté consommation, les ingénieurs estiment que la production annuelle d'excréments de 70 foyers de 4 personnes suffirait à produire suffisamment de gaz pour parcourir 16 000 km, soit environ un an de déplacements.
Après les excréments pour produire le biogaz, le prochain démonstrateur de GENeco valorisera les déchets ménagers, autre gisement d'importance …

A l'inverse des gaz déjà utilisés dans les transports, le biogaz présente l'avantage de ne pas être d'origine fossile, en ne dépendant que d'une denrée que nos sociétés produisent en quantité, à savoir les déchets fermentescibles. Or, outre cette démonstration à l'humour très british, l'utilisation de biogaz dans les transports n'est pas une nouveauté, la plus grande flotte correspondante circulant en Suède, avec plus de 10 000 véhicules.
Autrement dit, si le chemin à parcourir pour, à l'instar de Doc Brown, du film 'Retour vers le futur', faire le plein de sa voiture avec une simple peau de banane, progressivement de multiples alternatives au pétrole apparaissent, laissant entrevoir un futur très varié en terme d'énergie.

Pascal Farcy


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4343

Après le tigre, mettez une vache dans votre moteur... ;)
Show content
Il y a longtemps que l'on expérimente cette source d'énergie... :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #78 le: 19 août 2010 à 09:38:48 »
Citer
Le 21 août l'humanité ouvre une ligne de crédit planétaire

Défini tous les ans par le Global Footprint Network (1), l'Overshoot Day est le jour où la consommation de l'humanité en ressources naturelles dépasse ce que la planète est capable de produire en un an. En 2009, l'humanité avait ponctionné le 25 septembre tout ce que la planète pouvait lui fournir en un an. Cette année, c'est le 21 août que l'homme va dépasser ce que la nature peut générer en 365 jours ...
Si chaque année nous accroissons un peu plus notre pression sur la planète, l'importante évolution entre 2009 et 2010 est essentiellement due à une modification de la méthode de calcul, la productivité des forêts et des pâturages étant surestimée auparavant.

C'est en 1986 que, pour la première fois de son histoire, l'homme a consommé la totalité de ce que la planète lui offrait chaque année. Aujourd'hui, près d'un quart de siècle après, il lui faut moins de neuf mois pour parvenir à la même 'performance'. Autrement dit, depuis 1987, les ressources naturelles ne suffisent plus à subvenir à la demande humaine et chaque année nous puisons un peu plus dans son stock.

Pascal Farcy

1- GFN est une organisation de recherche environnementale qui travaille à promouvoir la durabilité grâce à l'utilisation de l'empreinte écologique.


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4346
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #79 le: 21 août 2010 à 09:08:58 »
Citer
Le 21 août l'humanité ouvre une ligne de crédit planétaire
Affirmation péteuse, on consomment des énergies fossiles de toute façon non renouvellable dès le 1er janvier, tant qu'a l'estimation de l'impact les outils disponibles comme les ACV restent des outils théoriques difficilement généralisables à l'ensemble du système. C'est médiatiquement vendable mais ça veut rien dire.

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #80 le: 08 septembre 2010 à 10:17:54 »
ça pue le paté cette histoire de marée noire estampillée BP, à lire deux liens qui font craindre le pire :

L’incroyable arnaque de BP – 2e partie : les multiples puits, conséquences océaniques et climatiques
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-incroyable-arnaque-de-bp-2e-80892

Climat mondial : comment la catastrophe de Bp risque de provoquer une future glaciation
http://www.newsoftomorrow.org/spip.php?article8769
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #81 le: 10 septembre 2010 à 10:54:02 »
Citer
Santé déficiente chez des pêcheurs exposés au pétrole du Prestige ?

En novembre 2002, s’échouait le pétrolier Prestige au large du Nord-Ouest de l’Espagne, déversant au passage plus de 6700 tonnes de pétrole sur les côtes. Malgré les efforts déployés pour atténuer la catastrophe, l’impact environnemental et humain fut irréparable. Une récente étude, parue en août 2010 dans le journal Annals of Internal Medicine, en apporte la preuve. De fait, si l’environnement a subi un lourd tribut, les pêcheurs mobilisés pour dépolluer les côtes souillées pourraient, eux aussi, le payer de leur santé. En effet, deux ans après le naufrage, une équipe de chercheurs espagnols a suivi l’état de santé des pêcheurs des villages voisins, venus prêter main forte aux opérations de nettoyage des côtes du Nord-Ouest de l’Espagne. Au total, 678 pêcheurs ont ainsi été suivis, dont 501 ayant largement été exposés au pétrole déversé.

Relayées par l’Association Santé Environnement France (ASEF), les conclusions montrent que les pêcheurs très exposés au pétrole présentent, deux ans plus tard, une dégradation des voies respiratoires ainsi qu’un risque accru de développer des problèmes respiratoires persistants au niveau des poumons. Les chercheurs ont également constaté chez les pêcheurs exposés des altérations de la structure chromosomique des lymphocytes, à savoir les cellules du système immunitaire, représentant par là-même un risque de cancer. D’après l’étude, le risque de développer ces symptômes s’accroît proportionnellement à l’implication dans les travaux de nettoyage. Toutefois, les chercheurs reconnaissent ne pas avoir été en mesure d’établir avec certitude un lien de cause à effet entre les symptômes observés et l’exposition au pétrole, les résultats pouvant différer en présence d’autres pétroles ou d’autres populations.

Cécile Cassier

http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4366
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #82 le: 01 octobre 2010 à 08:49:22 »
Citer
Le déclin des abeilles fait chuter les rendements agricoles
29 septembre 2010 14:37, Les mots ont un sens, par Napakatbra.


Des chercheurs indiens ont pour la première fois montré que le déclin des populations d'abeilles engendrait une baisse des rendements agricoles.
Conséquences de la disparition des abeilles


En Inde, le secteur agricole représente un cinquième du PIB. Avec 7,5 millions de tonnes annuelles qui représentent environ 14% du total planétaire, le pays est le deuxième producteur mondial de légumes, derrière la Chine.  Globalement, l'impact économique de la pollinisation est estimé à 224 milliards de dollars chaque année. Or, la pollinisation se fait principalement par les abeilles... dont la population baisse régulièrement, sans que l'on sache vraiment pourquoi.

Les abeilles se portent bien... dans le cas de l'agriculture raisonnée

Dans un premier temps, les chercheurs de l'Université de Calcutta ont comparé les rendements de deux familles de cultures : celles dont la pollinisation se fait uniquement grâce aux abeilles et les autres. "Les données montrent que les rendements des cultures indépendantes des pollinisateurs ont continué d'augmenter", tandis que les autres "ont stagné" a déclaré le Dr Basu à la BBC. Dans un second temps, l'équipe a réalisé une série d'expériences de terrain, comparant les effets de l'agriculture conventionnelle et ceux de l'agriculture raisonnée, plus économe en pesticides. "Nous avons une indication claire que dans le cadre de l'agriculture raisonnée, les pollinisateurs foisonnent [...] C'est la voie à suivre" a conclu le chercheur. Seuls 10 à 20% de la surface agricole indienne sont actuellement cultivés de façon raisonnée.

Le Dr Basu ne s'inquiète pas pour autant des risques d'une crise alimentaire pour son pays, les cultures dominantes étant plutôt indépendantes des abeilles. Par contre, il insiste sur le risque d'une "crise nutritionnelle", ces variétés étant qualitativement très importantes dans l'équilibre nutritionnel de ses concitoyens. La Food and Agriculture Organization (FAO) estime que sur les 100 espèces végétales qui fournissent 90% des approvisionnements alimentaires de 146 pays, 71 sont pollinisées par les abeilles, principalement par les abeilles sauvages.

Les abeilles commerciales, échappatoire des riches

Dans les pays industrialisés, aux États-Unis et en Europe notamment, de nombreuses exploitations agricoles utilisent les services de ruches commerciales, car les populations naturelles se font trop rares. Mais cette technique est beaucoup trop chère pour l'Inde. D'autant qu'en 2007, environ un tiers de la population américaine d'abeilles domestiques a été éliminée à la suite d'un phénomène connu sous le nom Colony Collapse Disorder (CCD). Certains propriétaires de ruches commerciales ont ainsi perdu jusqu'à 90% de leurs abeilles.

Extrait du documentaire "Le silence des abeilles" de Doug Shultz diffusé sur la chaîne "National Geographic" en mars et avril 2008.

<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/x4rmcv_le-silence-des-abeilles_news?additionalInfos=0" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/x4rmcv_le-silence-des-abeilles_news?additionalInfos=0</a>
Le silence des abeilles
envoyé par AMAPD

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #83 le: 01 octobre 2010 à 10:44:56 »
Pas grave: un jour où l'autre, les responsables de ce désastre commercialiseront des larves d'abeilles à prix d'or -avec l'exclusivité, s'entend!  :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Ecologie ....
« Réponse #84 le: 01 octobre 2010 à 12:56:51 »
dis-toi que c'est déjà fait, à voir ce que les américains font déjà pour la polénisation de leurs amandiers avec la "location" de ruches qui sont trimbalées à travers les états US....
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3175
Re : Ecologie ....
« Réponse #85 le: 01 octobre 2010 à 16:31:01 »
Citer
D'autant qu'en 2007, environ un tiers de la population américaine d'abeilles domestiques a été éliminée à la suite d'un phénomène connu sous le nom Colony Collapse Disorder (CCD). Certains propriétaires de ruches commerciales ont ainsi perdu jusqu'à 90% de leurs abeilles.

Lorsqu’il n’y aura plus assez d’abeilles pour polliniser les fleurs, il n’ existera plus qu’une seule solution, le pinceau, oui messieurs dames, imaginez le boulot, des millions d’immigrés originaires du Mexique pour les Etats-Unis et tout plein d’Arabes et de noirs africains  pour la France ; des  Zibanais pour l’Italie et des Turcs pour l’Allemagne, on reviendra chercher les roms et Marine le Pen sera retrouvée pendue dans son living-room, car grâce aux immigrés,mesdames, messieurs la France ,que dis-je l’Europe, non LE MONDE pourra se nourrir et manger des fruits et des légumes sains………
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Ecologie ....
« Réponse #86 le: 01 octobre 2010 à 21:02:59 »
Vi, Vi, Vi,
Nous sommes tous les enfants et les héritiers d'une immigration quelle qu'elle soit,
Et au bout du compte nous sommes tous les citoyens de quelque chose....


Alors que dire de ces discours à la con ....

A ma connaissance il semble que je serais française depuis au moins 8 générations  (c'est mon papa qui sur ses derniers mois d'existence s'est fadé une étude généalogique.... si, si, si , le cancer en phase terminale tout ça, il semblerait que ça vous crée des envies de racines ....)
Et ben voilà... il avait envie de nous faire une généalogie.... résultat on est , sans conteste aucun, fils de paysans bretons, voire au mieux d'artisans mais issus de "bas-bretons" (vous savez , ceux que Michelet a définis comme illustrations des "crétins" dans le dictionnaire.... !!!!!)
Et pour autant au jour d'aujourd'hui je me sens à la fois profondément bretonne et néanmoins complétement citoyenne du monde ......

Allez-y y comprendre quelque chose ???!!!!!!!!????



PS : Tiens tout compte fait, je me suis peut-être laissé emporter et  ce texte est peut-être HS ici,
je le laisse néanmoins... mais me réserve la possibilité de le re-coller ailleurs !... boudiou !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3175
Re : Ecologie ....
« Réponse #87 le: 01 octobre 2010 à 21:42:31 »
Oui ,à propos de hors sujet, je peux dire que crétin chez les bretons c’est pas possible, Michelet s’est trompé le crétin manque d’iode(Le crétinisme est une maladie due au manque d'hormones thyroïdiennes. Ses symptômes sont un développement physique et mental arrêté, une dystrophie des os et des pièces molles, et un métabolisme de base diminué. Cette pathologie n'existe plus en France car l'hypothyroïdie congénitale est dépistée systématiquement à la naissance depuis plusieurs dizaines d'années.
Par ailleurs, le crétinisme peut également être dû à une carence en iode, notamment dans les régions montagneuses. En effet, les vents chargés de cet élément chimique, venant des mers et des océans, sont stoppés par les premiers massifs rencontrés. L'air des montagnes se trouvent ainsi pauvre en iode ce qui provoqua, jusqu'au début du XXe siècle, des carences chez certaines personnes, impliquant chez elles la formation d'un goitre. C'est ce phénomène qui donna naissance à l'expression « crétin des Alpes ». Tout ceci n'est plus vrai de nos jours, principalement grâce au sel de table, le chlorure de sodium, enrichi en iode dans les régions à risque, par exemple la Suisse.)y en a pas assez à mon goût!(du sel iodé)
 et le breton normalement habite les bords de mer pas le crétin dit des alpes qui lui manque d’iode c’est pour ça d’ailleurs que la suisse à de légers  problèmes avec les minarets et que les autrichiens avaient voté pour le candidat extrême droite Jörg machin. :mrgreen:

ce discours façon délire lui je ne l’est pas inventé comme le précédent sur les nabeilles  :gene:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cr%C3%A9tinisme
« Modifié: 05 octobre 2010 à 08:49:33 par bili »
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #88 le: 01 octobre 2010 à 23:03:54 »
Citer
Par ailleurs, le crétinisme peut également être dû à une carence en iode, notamment dans les régions montagneuses.

Ah? Pourtant, y a pas de montagnes, en Hongrie... Si vous voyez ce que je veux dire. Il est vrai qu'on est loin de l'océan, là-bas.  :triste1:

Et l'Elysée, vous croyez que l'iode arrive jusque là?  :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Ecologie ....
« Réponse #89 le: 01 octobre 2010 à 23:07:38 »
un autre angle de vue sur le gulf stream :
http://infoguerilla.fr/?p=5420
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3175
Re : Ecologie ....
« Réponse #90 le: 02 octobre 2010 à 07:58:26 »
Et l’on pendra tous les pollueurs.

Titre d’une nouvelle de Bernard Werber. Tirée de Paradis sur mesure (le livre de poche, Albin Michel)

Futurs possibles, passés improbables…..

Après avoir visionner le silence des abeilles et lu le lien de cervesia, je comprends tout à coup pourquoi cette idée a germé dans la tête de l'écrivain.
« Modifié: 02 octobre 2010 à 08:03:13 par bili »
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #91 le: 02 octobre 2010 à 09:45:00 »
http://www.koppert.fr/produits/pollinisation/produits-pollinisation/detail/tripol-2/

Très efficace. Mais ça coute bien plus cher que des abeilles (de 55 euro par reine en gros), et la boite ne survie pas forcément très longtemps (bon j'en ai qui tiennent depuis mi Juillet).

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Ecologie ....
« Réponse #92 le: 08 octobre 2010 à 10:55:44 »
UP !
les abeilles ont toujours besoin de nous !
https://secure.avaaz.org/fr/eu_gmo/
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne karg se

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2587
Re : Ecologie ....
« Réponse #93 le: 12 octobre 2010 à 23:08:16 »
http://www.agriculture-environnement.fr/telecharger/JournalPlosone-HoneyBeeColonyDecline.pdf

L'origine des mortalités est en passe d'être confirmé: virus + nosema entraine des mortalités très importante.

@Cervesia: au Canada, les abeilles butinent du colza OGM et traité au Gaucho, Poncho, Cruiser. Et ils n'observent ni mortalité ni baisse de rendement des ruches. Cherchez l'erreur. En France il y a eu des CCD sans qu'aucun OGM ne soit planté. Je te met au défit de trouver une étude mettant en évidence le moindre effet négatif des OGM (quel qu'ils soient) sur les abeilles sur le terrain.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #94 le: 03 novembre 2010 à 13:08:15 »
Citer
A Nagoya, un accord historique sur la biodiversité

  Pays du Nord et du Sud ont adopté vendredi à Nagoya, dans le centre du Japon, un accord sans précédent visant à mieux protéger les espèces et les écosystèmes de la planète et à en partager plus équitablement les bénéfices.

Dix mois après l'immense déception du sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique, l'issue positive de cette conférence devrait, au-delà des dispositions parfois très techniques qu'elle comporte, redonner des couleurs au processus de négociation onusien sur l'environnement.

"Si Kyoto est entrée dans l'histoire comme la ville dans laquelle l'accord sur le climat est né (en 1997, NDLR), Nagoya restera comme la ville dans laquelle l'accord sur la biodiversité est né", a estimé Ahmed Djoghlaf, secrétaire executif de la Convention de l'Onu sur la diversité biologique (CBD).

Les représentants de plus de 190 pays, à l'exception notable des Etats-Unis qui n'ont jamais ratifié la CBD, lancée en 1992 lors du sommet de la Terre à Rio, ont adopté un "plan stratégique" en 20 points pour 2020 visant à freiner le rythme alarmant de disparition des espèces.

Ils se sont également mis d'accord sur un protocole, âprement négocié depuis huit ans, organisant le partage des bénéfices tirés par les industries de la pharmacie et des cosmétiques notamment des ressources génétiques des pays du Sud (animaux, plantes, micro-organismes).

Le Brésil, qui abrite la plus grande partie de l'immense bassin amazonien, où vit 10% de la totalité des espèces connues de la planète, avait insisté sur la nécessité d'arriver cet accord pour "mettre un terme à la bio-piraterie".

"Grâce à beaucoup de sagesse, d'énormes efforts et des larmes, nous avons réussi !", a lancé, très ému, le ministre japonais de l'Environnement, Ryu Matsumoto, à l'issue d'ultimes tractations très tendues en séance plénière.

La secrétaire d'Etat française à l'Ecologie, Chantal Jouanno, a salué "un très grand moment (...) un beau pied de nez à tous ceux qui ne croient plus à l'environnement".

"Le protocole de Nagoya est une réussite historique", a estimé Jim Leape, directeur général de WWF International. Greenpeace de son côté salué "le début de la fin de la bio-piraterie" mais regretté que les gouvernements n'aient pas été "plus courageux" sur les objectifs.

Le plan stratégique 2020 fixe en particulier comme objectif une augmentation des aires protégées de la planète: 17% de la surface totale des terres (contre 13% aujourd'hui) et 10% pour la surface totale des océans (contre un peu moins de 1% aujourd'hui).

Ce plan, qui n'a pas de caractère légalement contraignant, peut-il avoir un réel impact sur la protection des espèces à travers le monde ?

"Même si ce n'est pas une décision légalement contraignante, le message envoyé à tous les pays est +il faut faire plus+", s'est félicité Russell Mittermeier, président de l'ONG américaine Conservation International. "Les aires protégées, quelle que soit leur nature, sont le meilleur outil dont nous disposons à ce jour pour protéger la diversité du vivant", a-t-il ajouté, saluant un accord "incontestablement historique".

Plusieurs engagements laissent cependant la porte ouverte à des interprétations très larges. Ainsi, l'un des objectifs prône l'"élimination", ou au moins la "réduction progression" des "subventions néfastes" pour la diversité biologique. De nombreuses questions demeurent sur son influence concrète sur les innombrables subventions à la pêche, en Europe en particulier, alors que la surpêche de nombreuses espèces est scientifiquement documentée.

"70 à 80% des espèces de poissons que nous mangeons" sont pêchées au-delà de leur capacité de reproduction, rappelait l'acteur américain Harrison Ford dans un entretien à l'AFP en début de semaine.

Une espèce d'amphibien sur trois, plus d'un oiseau sur huit, plus d'un mammifère sur cinq sont menacés d'extinction au niveau mondial, selon l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

(Source AFP)



http://www.liberation.fr/terre/01012299488-a-nagoya-un-accord-historique-sur-la-biodiversite?xtor=EPR-450206

Qu'est-ce qu'Obama attend?
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Ecologie ....
« Réponse #95 le: 03 novembre 2010 à 15:51:58 »
Qu'est-ce qu'Obama attend?
Il n'a plus d'argent pour soutenir la bio-diversté. Toute fois pourquoi tout ces écolos oublient de parler que de nouveaux animaux terrestes ou sous matins, inconus j'usqu'a maintenant, font leur aparition. Parceque justement la place devien libre. Cela a été observé parmis les fourmies, les minuscules ont presque disparue because, les insecticides ce qui a permis au plus grosses d'apparaitrent, un exemple parmis tant d'autres c'est la meme chose parmis les poissons il s'en découvre de nouvelles varierietés inconnues j'usqu'alors. Bon j'avoue ne pas etre un spécialiste de la question.

Je ne suis qu'un spécialiste de la fausse écologie. OK  :jesors:
« Modifié: 03 novembre 2010 à 15:57:36 par TheTwit »

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #96 le: 04 novembre 2010 à 15:24:39 »
 :super:

Citer
L’UPOV entre dans une nouvelle ère  
 
Le 21 octobre 2010, l’Union internationale pour la Protection des Obtentions Végétales (UPOV) accordait un statut d’observateur à des organisations paysannes et de la société civile. Cette décision semble indiquer une ouverture de l’organisation sise à Genève à plus de transparence et une volonté d’inclure plus d’acteurs dans ses discussions.

Le Conseil de l’UPOV a décidé, le 21 octobre dernier, lors de sa session annuelle ordinaire, d’accorder le statut d’observateur à la Coordination européenne Via Campesina (ECVC) et à l’Association pour une sélection de plantes bénéficiant à la société (APBREBES). Celui-ci est valable pour les séances du Conseil, du Comité administratif et juridique (CAJ), du Comité technique (CT) ainsi que des Groupes de travail technique (Technical Working Parties / TWPs) de l’UPOV.

Refusée une première fois en octobre 2009, la demande d’accréditation de l’ECVC et de l’APBREBES visait à permettre aux organisations travaillant sur les problèmes liés à la protection des variétés et aux droits des agriculteurs de suivre les discussions intergouvernementales de l’UPOV sur un pied d’égalité avec les représentants des industries semencières, accréditées depuis longtemps.

Cette décision semble indiquer une ouverture de l’UPOV à plus de transparence et une volonté d’inclure plus d’acteurs, y compris les organisations paysannes et celles de la société civile, dans les discussions menées au sein de l’organisation intergouvernementale basée à Genève. C’est dans ce cadre que sont définies les règles internationales sur la protection des variétés de plantes (ou obtentions végétales), avec des conséquences majeures en termes de souveraineté alimentaire, de biodiversité et de droits des agriculteurs.

«Les agriculteurs sont les plus grands utilisateurs de semences protégées par le système basé sur les droits de propriété intellectuelle de l’UPOV. Nous saluons dès lors la décision des Etats membres de l’UPOV d’avoir accordé ce statut d’observateur à l’ECVC. Les paysans ont le droit d’être informés et d’observer ce qui se passe au sein de l’UPOV», a déclaré Josie Riffaud, en charge des questions de biodiversité, des semences et de l’environnement au sein de l’ECVC, qui représente 24 organisations paysannes présentes dans 16 pays européens, regroupant environ 200'000 producteurs.

«Nous espérons que notre participation lors des délibérations permettra d’élargir les perspectives de l’UPOV et de promouvoir une approche équilibrée en matière de protection des variétés végétales, mettant l’accent sur le droit des agriculteurs et l’utilisation durable des ressources génétiques», souligne de son côté François Meienberg de la Déclaration de Berne, membre fondateur de l’APBREBES.

Selon Sangeeta Sashikant, de Third World Network, autre membre fondateur de l’APBREBES, «la décision de l’UPOV d’accorder un statut d’observateur à l’ECVC et l’APBREBES correspond à la tendance actuelle vers plus de transparence et de participation de tous les acteurs au sein d’organisations intergouvernementales, comme c’est déjà le cas à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Cette décision doit être vue comme un premier pas pris par l’UPOV dans cette direction, et nous espérons qu’elle présage d’une collaboration constructive».

Les observateurs ne sont toutefois pas admis au sein du Comité consultatif (CC), principal organe de décision de l’UPOV. En outre, seul un nombre limité de documents sont accessibles publiquement sur le site de l’organisation, alors que la plupart sont protégés par des mots de passe.


Informations supplémentaires
ECVC est membre de Via Campesina, le plus grand mouvement international de paysans, de petits et moyens producteurs, de sans terres, de femmes et de jeunes du milieu rural, de peuples indigènes et de travailleurs agricoles. ECVC est composée de 24 organisations paysannes et unions de travailleurs agricoles actives à travers toute l’Europe.

APBREBES a été créée par des organisations actives dans le domaine de la reproduction végétale et sur des problématiques en lien avec les règles de l’UPOV. Elle se compose des organisations suivantes : Déclaration de Berne (Suisse), Center for International Environmental Law (USA), Community Technology Development Trust (Zimbabwe); Development Fund (Norvège), Local Initiatives for Biodiversity, Research and Development (Népal), Searice - The Southeast Asia Regional Initiative for Community Empowerment (Philippines) et Third World Network (Malaisie).


http://www.evb.ch/fr/p25018384.html
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Ecologie ....
« Réponse #97 le: 04 novembre 2010 à 17:08:47 »
mouep ... des nouvelles races de poisson .... comme le panga ???? :mdr1: :mdr1: :mdr1:
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Ecologie ....
« Réponse #98 le: 11 décembre 2010 à 04:44:08 »
Il parait qu'une bonne vingtaine de pays  ont de la difficulté a se comprendre. c'est peut-etre pour ca que

Show content
                                 

 

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Ecologie ....
« Réponse #99 le: 13 décembre 2010 à 18:45:25 »
Citer
Pas de brevet sur le brocoli !
 
L’Office européen des brevets (OEB) a pris une décision très attendue sur le fameux cas du « brevet sur le brocoli ». Dans celle-ci, l’OEB confirme que le processus de sélection conventionnelle concernant des plantes ou des animaux ne peut pas être considéré comme une invention. Dès lors, un brevet ne peut s’étendre ni sur les méthodes de sélection traditionnelles, ni sur la plante ou l’animal qui en résulte, une décision qui vaut quelle que soit la variété ou l’espèce. La Déclaration de Berne et Swissaid saluent cette décision, même si le brevetage des plantes reste toujours possible. C’est la raison pour laquelle des changements plus fondamentaux dans le droit des brevets sont nécessaires.

En 2002, l’OEB a accordé un brevet à la société de biotechnologie anglaise Plant Bioscience pour un procédé de sélection traditionnel permettant de développer un composant spécifique du brocoli aux vertus anticancéreuses. Le brevet incluait non seulement les procédés de sélection, mais aussi les graines et les parties comestibles du brocoli obtenues à partir de ceux-ci.

Beaucoup d’experts ont mis en garde contre le fait que le brevetage des procédés de sélection des plantes et des animaux conduirait à plus de dépendance des agriculteurs et des consommateurs, et freinerait la découverte de nouvelles variétés ou d’espèces. «Il s’agit d’une décision importante pour l’avenir de l’agriculture et de la production alimentaire. A travers celle-ci, l’OEB montre également que les intérêts des consommateurs, des agriculteurs et des sélectionneurs faisant appel aux méthodes de sélection conventionnelles doivent primer sur ceux des multinationales agroalimentaires», souligne Tina Goethe de Swissaid.

Malgré cette décision, plusieurs questions restent cependant en suspens. L’OEB octroie toujours des brevets sur du matériel sélectionné comme les séquences géniques, sur des procédés techniques ainsi que sur des plantes et animaux génétiquement modifiés. De fait, les plantes et animaux sont donc toujours brevetables. Monsanto a en outre ouvert une nouvelle brèche, en déposant des brevets sur de la viande de bovin, de porc ou de poisson obtenue à partir d’animaux engraissés avec de la nourriture génétiquement modifiée.

Selon François Meienberg, responsable du programme alimentation de la Déclaration de Berne, «il faut une interdiction claire dans la législation concernant le brevetage de plantes ou d’animaux, de procédés de sélection, de matériel sélectionné et de denrées alimentaires provenant de plantes ou d’animaux. La décision de ce jour ne doit être qu’une première étape vers cet objectif. Sinon, le droit des brevets continuera à être utilisé de manière abusive afin de privatiser les fondements mêmes de notre alimentation».

La Déclaration de Berne et Swissaid font partie de la coalition « Pas de brevets sur les semences », qui a déjà récolté quelques 100'000 signatures contre le brevetage de plantes et d’animaux. Aux législateurs maintenant de saisir la balle au bond et de clarifier la situation.

Pour en savoir plus: www.no-patents-on-seeds.org


http://www.evb.ch/fr/p25018937.html
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/