Auteur Sujet: Etats-unis : politique intérieure  (Lu 34650 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Etats-unis : politique intérieure
« le: 30 mars 2010 à 16:43:12 »
Citer
Victoire historique pour Barack Obama sur le dossier de la santé

"Le vote d'aujourd'hui répond aux prières de tous les Américains qui souhaitaient vraiment qu'on fasse quelque chose pour un système de santé qui marchait pour les compagnies d'assurance, mais pas pour les gens ordinaires", a déclaré Barack Obama de la Maison Blanche.

Après des mois d'âpres négociations au Congrès, le président américain Barack Obama a remporté, dimanche soir, une victoire législative majeure avec l'adoption par la Chambre des représentants de sa réforme historique de l'assurance maladie.

"Nous avons prouvé que nous restons un peuple capable de grandes choses", s'est félicité M. Obama dans la nuit de dimanche à lundi, alors que les représentants venaient d'approuver par 219 voix contre 212 le texte adopté en décembre par le Sénat. M. Obama devrait très rapidement promulguer la réforme au cœur de son programme électoral. "Ce soir nous avons surmonté le poids de la politique, alors que tous les spécialistes nous affirmaient que ce n'était plus possible", a souligné le président, souriant mais sobre, qui s'exprimait en direct à la télévision.

"Le vote d'aujourd'hui répond aux prières de tous les Américains qui souhaitaient vraiment qu'on fasse quelque chose pour un système de santé qui marchait pour les compagnies d'assurance, mais pas pour les gens ordinaires", a-t-il déclaré, s'adressant à la presse à la Maison Blanche.
Ce dispositif "apporte une nouvelle pierre aux fondations du rêve américain", a-t-il poursuivi, "si vous disposez d'une assurance maladie, la réforme va vous permettre de mieux contrôler la situation en maîtrisant les pires excès du secteur de l'assurance par des mesures de protection sans précédent pour faire en sorte que vous obteniez ce pour quoi vous payez."

Pendant près de dix heures de débat dimanche, les deux camps se sont affrontés une dernière fois. Les républicains ont réitéré leur opposition au plan jugé trop coûteux des démocrates. Ces derniers ont répliqué en assurant qu'un "statu quo" n'était pas envisageable. "Nous avons devant nous un projet de loi pour changer une trajectoire qui n'est pas viable", a dit le chef de la majorité démocrate Steny Hoyer, en évoquant le coût élevé de la santé aux Etats-Unis. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui a été longuement ovationnée par son camp, a salué "l'engagement inébranlable" du président Obama pour la cause de la réforme. Le républicain Mike Pence, numéro trois de l'opposition, a ironisé : "Il n'y a qu'à Washington qu'on peut dire qu'on dépense 1 000 milliards tout en faisant économiser de l'argent aux contribuables."

La réforme, d'un coût de 940 milliards de dollars sur dix ans, devrait réduire le déficit américain de 138 milliards de dollars, selon le bureau du budget du Congrès (CBO). Le texte prévoit en effet une baisse des dépenses du programme d'assurance maladie des personnes âgées (Medicare).

Au total, le texte devrait permettre de garantir une couverture à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus. L'objectif est de couvrir 95 % des Américains de moins de 65 ans. Le texte interdit aussi aux assureurs de refuser une couverture à des personnes malades préalablement. Il fallait une majorité de 216 voix pour que le texte soit adopté. Le vote était encore incertain dans l'après-midi de dimanche lorsque les chefs démocrates ont obtenu le ralliement du démocrate antiavortement Bart Stupak et de ses partisans. Ce précieux soutien est intervenu à la suite d'un compromis passé avec le président Obama, qui s'est engagé à signer un décret pour réaffirmer l'interdiction des financements fédéraux pour l'avortement. Les démocrates ont longtemps hésité à voter pour une réforme que les sondages disent impopulaire. Au total, 34 d'entre eux ont voté contre le projet de loi avec 178 républicains, dont pas un n'a voté pour la réforme.

Après le premier vote, les représentants ont approuvé une série de modifications au projet du Sénat. Ces "corrections" peuvent désormais être renvoyées au Sénat qui va tenter de les approuver dans la semaine. Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a promis que la chambre haute agirait "sans délai".

http://www.lemonde.fr/ameriques/article ... rique-pour
« Modifié: 14 avril 2017 à 16:47:56 par Val »

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #1 le: 20 août 2010 à 13:03:43 »
ça commence à craindre chez vous TheTwit....

Citer
Enquête primée par Project Censored
Le projet de loi US contre le terrorisme intérieur
par Lindsay Beyerstein, Jessica Lee, Matt Renner

En 2007, l’administration Bush tenta de faire adopter une loi assimilant les défenseurs des droits des animaux, les militants anti-mondialisation, les membres du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, et bien d’autres groupes contestataires à des terroristes. La Maison-Blanche s’appuya au Congrès sur la représentante Jane Harman (qui vient de racheter Newsweek) et sur le sénateur Joe Liberman (figure du mouvement sioniste). Face aux critiques, ce projet a été abandonné. Au demeurant, l’administration Obama a fait bien pire en ordonnant purement et simplement l’assassinat de citoyens états-uniens suspectés de liens avec « le » terrorisme,
   


18 août 2010

Outils

Imprimer
Envoyer

Toutes les versions de cet article :

Español
English

Pays
Etats-Unis

ONG
Project Censored

Thèmes
USA : administration Bush
Surveillance des populations
      

Dans ce qui est interprété comme une atteinte surprenante aux libertés d’expression, d’association, et à la vie privée des citoyens états-uniens, la Chambre des représentants a voté, le 23 octobre 2007, la « Loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme national » [1], par 404 voix contre 6. Le Sénat examine entre-temps un projet de loi qui l’accompagne, le S.1959.

La Loi dite H.R. 1955 prévoit la création d’une Commission nationale et la mise en place d’un « Centre universitaire d’excellence », pour étudier et proposer un nouvel arsenal juridique de prévention et de gestion de la menace posée par la « radicalisation » des citoyens des Etats-Unis.

Jane Harman, représentante démocrate pour la Californie, qui a parrainé ce projet, a expliqué : « Nous étudions le phénomène des gens qui professent des croyances radicales et qui, à un moment donné, pourraient recourir à la violence ».

La loi précise que « bien que les États-Unis doivent poursuivre leurs efforts de vigilance pour combattre le terrorisme international, ils doivent aussi intensifier leurs efforts pour combattre la menace incarnée par les terroristes qui vivent et opèrent aux États-Unis. Comprendre les facteurs de motivation qui mènent à la radicalisation violente, au terrorisme intérieur, et à la violence fondée sur les idéologies, est une étape essentielle vers l’élimination de ce danger aux Etats-Unis ».

Cependant, le but de cette loi dépasse largement la portée d’une simple étude universitaire. Dans un communiqué de presse, Harman signalait : « La Commission nationale proposera au Congrès et au Secrétaire à la sécurité nationale Michael Chertoff plusieurs initiatives qui permettent d’intervenir avant que les individus radicalisés ne deviennent violents ». Selon les termes de la loi, « La prévention au niveau national de la montée en puissance des terroristes radicaux et sans affiliation ne peut pas être facilement évitée à travers le renseignement fédéral traditionnel ou les efforts d’application de la loi, mais elle peut être améliorée grâce à l’apport de solutions étatiques et locales ».

Harman, qui préside le sous-comité de la Chambre des représentants pour le Renseignement, le Partage d’information et l’Evaluation du risque terroriste, entretient également des liens étroits avec la Rand Corporation, le « centre de recherche et de développement » deu complexe militaro-industriel qui semble avoir pesé sur cette initiative législative. Deux semaines avant que la H.R. 1955 ne soit présentée, le 19 avril 2007, Brian Michael Jenkins, un expert de la Rand, avait témoigné devant le sous-comité de Harman sur « la radicalisation et le recrutement djihadistes ».

Au mois de juin, Jenkins s’est exprimé une nouvelle fois devant cette même instance sur le rôle de la Commission nationale. « Le terrorisme intérieur est la principale menace à laquelle nous devons faire face en tant que pays, et cette menace nous guettera probablement encore pendant des décennies… A moins que nous ne trouvions la manière d’intervenir dans le processus de radicalisation, nous sommes condamnés à n’écraser qu’un seul cafard à la fois », a-t-il indiqué. Un rapport de la Rand paru en 2005 sous le titre « Tendances en matière de terrorisme » consacre un chapitre entier à la « menace terroriste nationale » non musulmane –le danger que représentent les militants antimondialisation.

Dans un effort pour contrecarrer les « penchants radicaux », cette mesure préventive de surveillance de la pensée présente Internet comme le principal outil de radicalisation : « Internet a facilité la radicalisation violente, la violence idéologique et le processus de terrorisme domestique aux Etats-Unis, en permettant l’accès des citoyens états-uniens à de larges et constants courants de propagande liés au terrorisme », a précisé la démocrate Harman.

La législation institue une Commission composée de dix membres (le projet du Sénat en prévoit douze) nommés par le président, le secrétaire à la Sécurité intérieure, des leaders du Congrès et les présidents des comités pour la sécurité nationale et les affaires gouvernementales du Sénat et de la Chambre des représentants.

Après s’être réunie, la Commission présentera des rapports intérimaires tous les six à dix-huit mois au président et au Congrès, avec ses résultats, ses conclusions et ses recommandations législatives dans le but « de prendre des contre-mesures immédiates et à long terme… et de prévenir la radicalisation violente, le terrorisme domestique et la violence à fondements idéologiques ».

Cette commission présente une ressemblance inquiétante avec Cointelpro, le programme de contre-espionnage qui fit l’objet, en 1974-1975, de l’enquête d’une commission ad hoc du Sénat des USA pour les activités de Renseignement, dit « Comission Frank Church » du nom de son président. Il fit une curieuse découverte : de 1956 à 1971, « Le FBI mena une opération sophistiquée de surveillance visant carrément à empêcher l’exercice des droits d’expression et d’association énoncés dans le premier amendement, s’appuyant sur la théorie selon laquelle la prévention de la montée des groupes dangereux et de la propagation d’idées subversives est une façon de protéger la sécurité nationale et d’empêcher la violence ».

En vertu du projet H.R. 1955, le secrétaire à la Sécurité de la Patrie (DHS pour ses sigles en anglais) serait habilité à créer un « Centre d’excellence », un programme de recherche universitaire « regroupant une équipe de spécialistes et de chercheurs qui participeraient à des activités de recherche et d’enseignement pour apporter des solutions à la sécurité intérieure du pays ».

Le DHS possède actuellement huit centres dans des institutions universitaires disséminées dans tout le pays, qui sont venus renforcer ce que beaucoup perçoivent comme un complexe militaire, universitaire et de sécurité en pleine expansion. Dans un communiqué de presse du 23 octobre, Harman a précisé que le Centre « étudierait les racines sociales, criminelles, politiques, psychologiques et économiques du terrorisme domestique ».

Hope Marston, organisateur régional du Comité de défense de la Déclaration des droits (BORDC), a mis en garde contre le danger que représentent les termes vagues utilisés dans cette législation, qui laissent libre cours à n’importe quelle interprétation, selon un modèle historique de répression généralisée.

Jules Boykoff, auteur et professeur du département de politique et gouvernement de la Pacific University, s’est dit alarmé face à la définition viciée, entre autres, du terme « violence fondée sur les idéologies », un concept qui ne parvient pas à définir les termes « menace », « force » ou « violence ». Boykoff a signalé que les termes « extrémisme » et « radicalisme » utilisés dans le projet de loi sont interchangeables. « Le mot ’radical’ partage sa racine étymologique avec le terme radish, (radis en français), qui signifie aller à la racine du problème », a-t-il expliqué. « De sorte que si le gouvernement souhaite vraiment aller à la racine du terrorisme, parlons-en vraiment. Il faut d’abord s’attaquer aux racines économiques, aux grandes inégalités en entre riches et pauvres ».

Caroline Fredrickson, directrice juridique du bureau de l’Union américaine pour les libertés civiques (ACLU) à Washington, signalait à propos de la loi : « La loi doit s’appliquer à des actes, et non à la pensée. Nous devrions nous préoccuper davantage des personnes qui commettent des crimes que de celles dont les croyances pourraient paraître ’extrêmes’ au gouvernement ».
Mise à jour de Jessica Lee

Alors que plusieurs groupes qui militent en faveur des droits civiques et de la liberté de religion accusent des journalistes indépendants et des militants de base d’avoir contribué à paralyser le débat autour de la loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme intérieur de 2007, certains membres du Congrès continuent de faire pression pour censurer l’Internet et imposer le signalement racial, deux mesures qu’ils considèrent comme des actions nécessaires pour prévenir le « terrorisme intérieur ».

La Chambre des représentants a adopté la loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme domestique en octobre 2007 par 404 voix contre 6, mais la vaste opposition qu’elle a suscitée a contraint le Sénat à la mettre aux archives. Aucune consultation n’a été prévue pour l’année législative depuis le 1er juin 2008.

J’ai appris l’existence de cette loi début novembre 2007. A l’exception de l’article de Lindsay Beyerstein, « Analyse de la Loi de prévention contre le terrorisme intérieur » [2], aucun des médias importants n’a donné d’information sur le sujet, en dépit des dangers que cette loi comportait pour les droits civiques, la vie privée, et pour les communautés musulmanes et arabes des Etats-Unis. Cependant, je suis quand même tombé sur une discussion active sur la question, notamment sur des blogs et des vidéos YouTube.

Isabel Macdonald, directrice de Fairness and Accuracy in Reporting, a commenté : « La relation symbiotique entre les médias corporatifs et les fonctionnaires du gouvernement explique peut-être cette résistance opiniâtre des médias à assurer une couverture critique de l’érosion des droits civiques. Les médias indépendants –notamment The Indypendent– ont joué un rôle décisif dans la diffusion de la nouvelle de ce projet de loi, tout en lui assurant un suivi dans des blogs et dans Democracy Now ! ».

Un mois après la parution de l’article du Indypendent, plusieurs meetings se sont succédés du Maine à la Californie, et de nombreux groupes de défense des droits civiques, de la liberté religieuse, et des organisations de musulmans et d’arabes des Etats-Unis ont entrepris des actions de mise en garde pour inciter les gens à entrer en contact avec leurs représentants au Congrès, afin d’empêcher l’adoption du projet de loi.

Selon certains membres de groupes de pression en faveur des droits civiques, la vague de protestations a contraint le président de la commission, le sénateur Joseph Lieberman (démocrate pour le Connecticut) à laisser le projet de loi en suspens. Cependant, Lieberman et la leader de l’opposition de la commission la sénatrice républicaine du Maine, Susan Collins, continuent de brandir l’épouvantail de la « grave » menace du « terrorisme national » islamiste. Le 8 mai 2008, ils ont publié –sans aucun soutien public de la part d’autres membres de la commission– leur propre rapport, d’où il ressortait que « la menace de terrorisme national s’aggrave, avivée par la capacité de l’Internet à diffuser le recrutement de base et les manuels d’entraînement de groupes terroristes islamiques violents ».

En réponse, le 30 mai, plus d’une trentaine de groupes de militants des droits civiques et de la liberté religieuse ont envoyé une lettre à la commission sénatoriale, lui faisant part de leur inquiétude quant à ce rapport qui pourrait nuire à la liberté d’expression en pointant injustement les musulmans, et en décrivant Internet comme « une arme ».

Un groupe d’organisations représentatives des communautés arabes et musulmanes des Etats-Unis a également déposé une lettre en réponse au rapport et aux séances du Sénat, alléguant que, dans une large mesure, ils avaient été exclus du processus législatif et que le rapport est basé sur une information discréditée de 2007 émanant de la police de New York, qui avait tenté d’expliquer le processus de « radicalisation violente » des musulmans.

Peu après la publication du rapport, Lieberman a exigé que Google retire les vidéos de YouTube produits par « des organisations terroristes comme Al-Qaïda ». Google a répondu le 19 mai en retirant quatre-vingt vidéos qui, comme cette société l’a reconnu, enfreignaient les règles déontologiques de YouTube, montraient de la violence gratuite ou appelaient à la haine. Google a néanmoins refusé d’accéder à toutes les demandes de Lieberman, qui comportaient la censure de toutes les vidéos mentionnant ou montrant des groupes qui figuraient sur la liste du département d’Etat, dont des organisations terroristes étrangères comme Al-Qaïda.

« Le sénateur Lieberman a exprimé son opinion… selon laquelle toutes les vidéos mentionnant ou montrant ces groupes devaient être retirées de YouTube, même s’ils sont légaux, non violents ou ne recourent pas à la haine », a révélé Google. « YouTube soutient la liberté d’expression et défend les droits de chacun à exprimer des points de vue impopulaires ».

Chip Berlet, analyste principal du Political Research Associates de Boston, a indiqué qu’à son avis les actions de Lieberman sont une « obscure manœuvre politique » pour inciter les candidats présidentiels à adopter une posture plus agressive au Moyen-Orient.

Parmi les organisations qui sont en première ligne contre cette loi figurent la Defending Dissent Foundation (www.defendingdissent.org), le Bill of Rights Defense Committee (www.bordc.org), le Center for Constitucional Rights (www.ccrjustice.org), l’American Civil Liberties Union (www.aclu.org) et le Council on American-Islamic Relations (www.cair.com).
Mise à jour de Lindsay Beyerstein

Le projet de loi contre le « terrorisme national » s’est embourbé au Sénat depuis le mois d’octobre. Il a navigué à la Chambre sans trop susciter de commentaires publics, avant de rencontrer une forte opposition au sein du spectre politique. Il n’y a pas longtemps encore, les groupes des droits civiques et des organisations musulmanes semblaient avoir bloqué avec succès la version du Sénat du projet.

L’initiative semblait condamnée à une mort imminente. Mais Joe Lieberman, président de la Commission sénatoriale sur la Sécurité de la patrie, ne l’a pas entendu de cette oreille et a remis le sujet sur le tapis en publiant un nouveau rapport et en cherchant la confrontation avec YouTube.

Le 8 mai, les sénateurs Joe Lieberman et Susan Collins ont publié L’extrémisme islamiste violent, Internet et la menace de terrorisme national, un rapport bipartisan basé sur les débats de la commission sénatoriale.

Mais, avant qu’il soit rendu accessible au public, le rapport avait attiré l’attention d’une coalition d’organisations des droits civiques conduite par l’ACLU. Dans un mémorandum adressé aux membres du Comité, cette coalition avait fait part de ses inquiétudes sur le rapport du 7 mai.

« Nous sommes préoccupés par le fait que ces attaques centrées sur Internet pourraient annoncer des propositions de censure et de filtrage du discours d’Internet. Certaines personnes chargées de la formulation de politiques se sont même prononcées pour la fermeture de sites Web censurables », expliquait le document.

Lieberman a confirmé ses réticences le 19 mai dans une lettre au directeur exécutif de Google (société mère de YouTube), dans laquelle il exigeait qu’un nombre non précisé de vidéos de propagande islamique soient retirés de ce site populaire de vidéos partagées. Dans sa lettre, Lieberman arguait que les vidéos clips étaient le résultat du travail d’un réseau de propagande islamique sophistiqué mentionné dans un rapport récent de sa commission. Il ajoutait que ces films violaient les directives communautaires de YouTube.

La déontologie de de YouTube interdit expressément la violence gratuite, les discours de haine, les menaces, le harcèlement et les descriptions de délits tels que la fabrication d’explosifs. Des centaines de milliers de vidéos sont mises en ligne chaque jour sur le site. Au lieu de vérifier au préalable le contenu des films, Youtube fait confiance aux utilisateurs qui peuvent signaler les films violant, selon eux, les règles déontologiques. Les contenus qui les enfreignent sont automatiquement supprimés.

Après avoir vérifié les clips, Youtube a refusé de retirer la plupart du matériel signalé par le personnel de Lieberman. Une poignée de vidéos qui n’étaient pas conformes aux standards a été supprimée, mais les autres n’ont pas bougé du site.

« La plupart des vidéos ne contenant aucun discours de haine ou de violence n’ont pas été supprimées puisqu’elles ne violent pas nos règles », signalait une déclaration publiée par l’équipe de Youtube. Le document insistait en outre sur le droit des utilisateurs de YouTube à exprimer des points de vue impopulaires.

Cette réponse n’a pas satisfait Lieberman qui, le 20 mai, a répliqué : « Quel que soit leur contenu, les vidéos produites par des organisations terroristes comme Al-Qaïda, qui passent leur temps à attaquer les Etats-Unis et à tuer les Américains, ne doivent pas être tolérées. Google se doit de revoir sa politique. »

Aucun vote n’a été prévu, mais le bras de fer entre Lieberman et Google a une nouvelle fois attiré l’attention sur le projet de loi contre le terrorisme intérieur. Après plusieurs mois de silence, les principaux médias commencent à se poser des questions sur l’enthousiasme de plus en plus affiché du gouvernement pour la surveillance du discours « radical » en ligne. Dans son éditorial du 25 mai, le New York Times a durement critiqué Lieberman et le projet de loi. Il a qualifié le sénateur du Connecticut de « censeur en puissance », en faisant remarquer que ses tentatives pour restreindre le discours de YouTube, qui est constitutionnellement protégé, « sont contraires aux valeurs fondamentales des Etats-Unis ».

Les lecteurs peuvent livrer leurs opinions sur le projet de loi contre le terrorisme national en se mettant en contact avec leurs sénateurs et les membres de la commission sénatoriale de Sécurité de la patrie. Les deux principaux candidats à la présidence de 2008 étaient sénateurs. Le moment est propice pour que les votants fassent pression sur les candidats de sorte qu’ils affichent clairement leur position face au projet de loi contre le terrorisme national. Le sénateur Barack Obama (démocrate de l’Illinois) siège dans ladite commission mais n’a pas participé à la rédaction du rapport. Le sénateur John McCain (républicain de l’Arizona) est un proche allié du sénateur Lieberman, notamment pour ce qui est des questions liées au terrorisme.
Commentaire de Mickey Huff

La couverture de cette information par ces journalistes est on ne peut plus louable. Cependant, un autre élément semble avoir été censuré, à propos de ces projets de loi, même dans la presse indépendante et progressiste : c’est le flou qui persiste en ce qui concerne les éventuels militants nationaux mentionnés lors des séances organisées par la représentante Jane Harman à Washington DC. Même si les auteurs susmentionnés laissent entendre que les défenseurs des droits des animaux et les militants anti-mondialisation sont les cibles potentielles de ce projet de loi, aucun ne mentionne les militants de « La vérité sur le 11 septembre » (911 Truth), alors qu’ils ont bel et bien été désignés par leur nom pendant les séances dirigées par Harman au Capitole.

Parmi les arguments invoqués au Congrès sur la « nécessité » de la H.R. 1955 figurait l’idée que tout individu remettant en question la politique du gouvernement est assimilable à un terroriste ou un partisan du terrorisme. L’un des orateurs, Mark Weitzman, du Centre Wiesenthal (fondé, ironie du sort, par le survivant de l’holocauste Simon Wiesenthal pour éduquer et sensibiliser le public sur les crimes de guerre), a affirmé que les architectes, ingénieurs et scientifiques qui mettent en doute la version officielle du 11 septembre sont comparables aux groupes djihadistes violents.

C’est également ce qui est ressorti d’une présentation powerpoint, au cours de laquelle Weitzman a juxtaposé des sites Web montrant des djihadistes violents à celui Richard Gage (http://AE911Truth.org). Gage a critiqué l’histoire officielle sur la destruction des tours jumelles et du WTC 7, le 11 septembre 2001. Spécialiste des structures en acier, Gage affirme qu’il est impossible que les édifices se soient effondrés comme le prétend le gouvernement, et il a exposé des théories alternatives étayées de preuves. Que l’on croit ou non aux contre arguments de la thèse du 11 septembre, il ne faut pas criminaliser la liberté d’expression et la remise en cause de la version du gouvernement sur des questions aussi cruciales.

Les dérives interprétatives de la lutte anti-terroriste et l’amalgame qui est fait entre terrorisme et activisme aux Etats-Unis sont regrettables. Y a-t-il un lien prouvé entre les groupes susmentionnés ? Non, mais cela n’a pas empêché certaines personnes de jeter ce genre d’information en pâture à la presse sans aucune preuve. Jane Harman, qui a coparrainé le projet de loi pour les démocrates, n’en a demandé aucune pour s’exprimer, et n’a pas non plus offert de droit de réplique. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui semble une réminiscence du maccarthisme de la période de la menace rouge des années 50 du XXe siècle.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #2 le: 20 août 2010 à 15:50:25 »
Beaucoup de choses sont vraies dans cet article. Cepandant il minimise l'opposition, des vrais démocrates et surtout le parti communiste,qui oroteste souvent devant la maison blanche contre la pauvreté et la gerre. Bien que l'Amérique n'aime pas le communisme, mais l'accepte quand il sagit des droits et libertés ( (communisme  américain different d'autres). Une menace aussi dont personne ne parle ouvertement, est que chaque État peut se soustraire de l'union fédérale, dont certains états menacent la Fédéral. Mais qui se montre comme opposant acharné de Goldberg et de Liberman, juifs américans ayant fait leur service militaire en Israel. Ce qui pour les américains opposant est une honte et démontre le lien, voir integration morale entre Us et Israel. La raison principale de  ces deux acharnés (entre autres) contre l' Iran, n'est pas de savoir s'il faut s'attaquer a ce pays, mais plutot de savoir qui doi le faire. Une grande partie des américains du peuple n'est pas favorable a cette intervention sauf en cas d'attaque d'Israel ce qui est consideré comme impossible.

En ce qui conserne l'article que vous publier (Voltaire.com) Beaucoup de choses sont de beaucoup exagerées. En fait il s'agit de faire divertion. Pas de l'auteur. Mais de mouvement pro-sioniste, dont certains juifs américains demandent de calmer le jeu. Pour ce qui est des libertés dont fait mention l'article. Il ne s'agit que de faire peur aux américains, plus interressér a leur liberté indivudduelle qu'au bonbardement de l'Iran et autres vat en gerre. Pour ce qui est de l'internet il est vrai que le gouvernement demande a  YouTube de supprimer certaines vidéos, mais la encore pas facile YouTube est entierement codé, et suprime que ce qu'il accepte suprimer, sans plus.
Tout les gouvernements font des menaces de ce genre a leur ressortissants, mais souvent pour mesurer differentes possibilités de l'impact. Obama est encore loin de faire comme votre Sarkosy, qui instaure des reglements en se fichant pas mal non seulement des opposants mais meme de son parti. Je vous parlait ces jours-ci des antivirus qui ne sont que de véritables mouchards dont une armée d'employers qui decortiquent tout ce qui ce passe sur le net. Pour finir, il serait bien trop fastidieux pour moi de reprendre ligne par ligne votre post. Beaucoup de choses y sont de l'intox. Sachez que toucher a la liberté des américains c'est démolire l'Amérique. Aucun américain ne le souhaite, pas plus que les citoyens se laisseraient diriger par une bande de juifs, qui ne sont pas la majorité. Par contre je trouve que Obama  a le tord de vouloir faire plaisir a tout le monde comme le font les chefs scouts. Il lui manque l'énergie de ses convictions. Ce qui est quand meme une forme de démocratie a rebour. En fait toutes régretions des libertés individueles disloquierait a jamais les Us. Cet article fait parti des ballons d'éssaies.

Pour conclure tous ces projets auraient d'apres moi, quelques chances d'etrent adoptés si le peuple américain retrouvaient leur train de vie d'avant la crise.Puisque le $ passe avant tout.
« Modifié: 20 août 2010 à 22:47:39 par TheTwit »

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #3 le: 10 septembre 2010 à 17:49:05 »
Si tous les intégristes du monde voulaient se donner la main...

Citer
Quand brûler le Coran peut poser des problèmes...
...
Interviewé sur CNN, le pasteur Jones a expliqué que cet incendie serait une façon de dire “stop à l’islam”. “Nous n’avons rien contre les musulmans, assure-t-il. Ils sont les bienvenus dans notre pays (…) Ce qui n’est pas bienvenu c’est la loi islamique. La brutalité de la loi islamique”. Si les Américains ne réagissent pas, “nous allons finir comme l’Europe” explique-t-il encore, suggérant par là que la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les Pays Bas seraient en train de passer sous l'emprise de la charia. Le pasteur n’a pas cité la France (c’est rare chez de tels énergumènes qui classent généralement la France en tête de leurs hit parade de la décadence), mais peut-être a-t-il eu vent de nos vaillantes croisades contre le voile à l'école, ou la burqua au volant.


http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/09/général-petraeus-brûler-le-coran-peut-causer-des-problèmes-importants.html?xtor=EPR-450206

...ça ferait une belle Internationale de la Connerie! :mrgreen:
« Modifié: 10 septembre 2010 à 17:51:53 par sarkonique »
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #4 le: 11 septembre 2010 à 09:19:18 »
NB : c'est effectivement une question américaine avant tout, néanmoins nous avons commencé à en parler ici.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
haarp : quel air on veut nous jouer ???
« Réponse #5 le: 20 septembre 2010 à 11:41:26 »
cette haarp existe mais sa musique risque de ne pas nous bercer....


fil fusionné par raja
« Modifié: 20 septembre 2010 à 13:12:46 par raja »
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #6 le: 18 janvier 2011 à 13:04:22 »
Citer
Bill Clinton a déclaré à la BBC le climat politique aux États-Unis doivent changer après le tournage d'un membre du Congrès des États-Unis et d'autres en Arizona.

 L'ancien président a également déclaré qu'il espère que le démocrate en Arizona, Gabrielle Giffords, peut se rétablissent complètement.  Les médecins disent qu'elle est toujours dans un état critique à l'hôpital.

 M. Clinton a condamné suggestions que la rhétorique politique aux États-Unis peuvent avoir contribué en quelque sorte à l'attaque.

 "Personne ne veut faire tout ce qui favorise ce genre de comportement et je pense qu'il est faux de prétendre que, dit-il.

 Mais il a demandé à la Chambre des représentants américaine à "montrer la voie" en atténuant le discours.


http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-12168021

Cet acte de minable en dit long sur l'état d'esprit des trouducs du Tea Party. Ce sont des extrèmistes, ni plus ni moins. Je ne comprends pas que les démocrates n'en profitent pas plus pour enfoncer le clou contre ces arriérés. Je trouve la déclaration de Clinton bien timide...
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #7 le: 18 janvier 2011 à 15:20:46 »
Ouais, ben... sont pas doués, les traducteurs de google !
Rien que la première phrase de la version originale:
Citer
Bill Clinton has told the BBC the US political climate must change after the shooting of a US Congresswoman and others in Arizona.
Je ne sais pas, moi... mais "shooting"... ce ne sont pas les mots qui manquent: "se faire tirer dessus", "se faire descendre", "être abattu", "être victime d'un sniper"... mais "tournage"... fallait y penser !
Je vous propose ma version, qui devrait rendre le texte plus intelligible...

Lors d'un interview à la BBC, Bill Clinton a déclaré que le climat politique américain doit changer après le meurtre d'un Membre du Congrès américain ainsi que d'autres en Arizona. L'ancien président a ajouté qu'il espère que la député démocrate d'Arizona, Gabrielle Giffords, se rétablisse complètement. Les docteurs disent qu'elle est toujours dans un état critique à l'hôpital.
M. Clinton a condamné ceux qui suggéraient que la rhétorique politique aux Etats-Unis pouvait avoir contribué d'une certaine façon à cette attaque. "Personne n'a l'intention de faire n'importe quoi qui encourage cette sorte de comportement et je crois qu'il serait erroné de le suggérer," a-t-il dit.
Mais il a demandé à la Chambre des députés américaine de montrer l'exemple de modération dans les discours.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #8 le: 19 janvier 2011 à 21:44:02 »
Citer
M. Clinton a condamné ceux qui suggéraient que la rhétorique politique aux Etats-Unis pouvait avoir contribué d'une certaine façon à cette attaque. "Personne n'a l'intention de faire n'importe quoi qui encourage cette sorte de comportement et je crois qu'il serait erroné de le suggérer," a-t-il dit.

C'est ce consensus mou d'une classe politique qui m'exaspère. Il ne faut hésiter à qualifier d'assassin un orateur qui appelle à la haine!  :rougefache:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #9 le: 02 mars 2011 à 18:24:59 »
bon va falloir qu'on se décide : les animaux ou les êtres humains ?

Citer
Etats-Unis : Plus de 40 expérimentations médicales sur des prisonniers, des Noirs et des malades mentaux
28 février 2011 11:04, Les mots ont un sens, par Napakatbra

Des médecins, souvent missionnés par le gouvernement américain, ont réalisé des dizaines d'expérimentations médicales sur leurs concitoyens, handicapés, malades ou détenus. Ce n'était pas au XVIème siècle, mais dans les cinquante dernières années. De quoi reléguer les pires conspirationnistes au rang de doux rêveurs...
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #10 le: 02 mars 2011 à 18:33:59 »
Citer
bon va falloir qu'on se décide : les animaux ou les êtres humains ?

Ni les uns ni les autres!

Voilà ce qui nous attend avec le néolibéralisme: l'exploitation sans scrupule de l'être vivant. Que le chimpanzé ait "un cours" sur le marché me débecte autant que l'utilisation de la misère du tiers monde pour le confort du riche!  :fache1:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #11 le: 02 mars 2011 à 18:41:31 »
ça c'est sûr qu'il faudrait sérieusement commencer à se pencher sur les expérimentations et jusqu'où il devrait être éthiquement possible d'aller (cobayes volontaires ?)


et une bonne citation :

Citer
« Nos plaies ouvertes saignent parce que les gens voient qu’un tas de connards à qui ils ne confieraient même pas un stand de hot-dogs dirigent leurs vies. »
Tim Willocks
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #12 le: 11 avril 2011 à 11:15:17 »
Citer
Le calvaire du soldat Manning

Incarcéré depuis juillet 2010, le jeune soldat accusé d'avoir transmis des milliers de documents confidentiels au site WikiLeaks est soumis à des traitements dégradants de sinistre mémoire, souligne The New York Times.


Le soldat de première classe Bradley Manning, sous les verrous depuis neuf mois pour avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks, n'a toujours pas été jugé, et encore moins condamné. Pourtant, l'armée lui inflige des mauvais traitements qui ne sont pas sans rappeler ceux pratiqués sous George W. Bush à l'encontre des personnes suspectées de terrorisme. Fait inexplicable, de telles pratiques semblent avoir l'aval du président Obama.

Le soldat Manning est placé à l'isolement dans la prison de la base des Marines de Quantico (Virginie). Une heure par jour, il est autorisé à marcher dans une pièce avec des fers aux pieds. Il doit enlever ses vêtements tous les soirs. Et chaque matin, il doit se tenir nu devant sa cellule et subir une fouille au corps avant de se voir restituer ses vêtements.

De source militaire, on affirme sans autre explication que ces mesures de précaution ont pour but d'empêcher le soldat Manning de se blesser. Pourtant, à en croire ses avocats, tout porte à croire qu'il n'est pas suicidaire et que l'armée ne l'a pas placé sous surveillance pour éviter qu'il n'attente à ses jours. (Il aurait fait un commentaire sarcastique à propos du suicide.)

La nudité forcée est une technique d'humiliation classique. Lors des premières années de la guerre contre le terrorisme menée par le gouvernement Bush, les interrogateurs de la CIA déshabillaient régulièrement les prisonniers afin de briser leur résistance, les soumettre et leur arracher des aveux. Un rapport de la CIA daté de 2004 explique que la nudité, ainsi que la privation de sommeil et la manipulation du régime alimentaire, servent à mettre le prisonnier dans un état d'esprit où “il apprend à faire passer son bien-être, son confort et ses besoins immédiats avant l'information qu'il dissimule.

Le soldat Manning n'est pas un ennemi combattant et rien n'indique que l'armée essaie de lui extorquer des aveux. De nombreux responsables militaires et civils restent furieux face aux fuites considérables de documents secrets vers WikiLeaks. Mais si certains expriment leur colère à travers de tels traitements, il serait bon de leur rappeler des principes tels que la présomption d'innocence ou la protection constitutionnelle contre les peines cruelles et inhabituelles.

Philip Crowley, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a commis une erreur classique : il a dit la vérité à quelques personnes (y compris à un blogueur), à savoir que le traitement infligé au soldat Manning était “ridicule, contre productif et stupide”. Il a démissionné le 13 mars.

Comment se fait-il que le président Obama, qui n'a eu de cesse de dénoncer les mauvais traitements infligés aux détenus, tolère de tels abus ? La semaine dernière, lors d'une conférence de presse, il a déclaré que le Pentagone l'avait assuré que les conditions de détention du soldat Manning “étaient acceptables et respectueuses de nos principes”, avant d'ajouter qu'il ne pouvait pas entrer dans les détails. Or, justement, ce sont des détails dont nous avons besoin pour expliquer et corriger des abus qui n'auraient jamais dû commencer.


http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/16/le-calvaire-du-soldat-manning
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #13 le: 27 mai 2011 à 23:33:36 »
polémique ou pas, le fait est que, automatique ou pas, le patriot act est reconduit pour 4 ans aux US

et c'est un fait que partout dans le monde l'oligarchie a peur que les peuples se retournent contre elle...
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #14 le: 21 juin 2011 à 13:03:12 »
le blackout médiatique sur l'évènement grâve qui s'est produit à la centrale de Fort Calhoun, c'est un évènement de politique intérieur. Mais il est vrai que vous pouvez comprendre après ça pourquoi les médias nous font chier sur le moindre fait divers dont on se fout royalement !

encore un "incident" nucléaire, ça n'est pas vendeur Mâme Michue...

Citer
Panne des pompes de refroidissement à la centrale nucléaire de Fort Calhoun
Par  Voie Militante   admin • 18 juin, 2011 • Catégorie(s): Monde  Monde 

Alors que le cadavre de la centrale de Fukushima-Daiichi fume encore, c’est aux Etats-Unis que s’est produit un nouvel accident relatif à un réacteur nucléaire à eau pressurisée de 500 MW.

Le 7 juin, c’est la crue du Missouri qui a provoqué l’arrêt du système de refroidissement de la piscine de la centrale nucléaire de Fort Calhoun dans le Nebraska, où se trouvent amassées 670 tonnes de combustible. Du fait de fortes pluies, les autorités locales ont dû ouvrir les vannes du barrage de Point Gavins, situé en amont de la centrale. L’inondation de la centrale a alors provoqué un incendie qui  a endommagé les câbles d’alimentation des pompes de refroidissement. L’alimentation électrique des pompes a pu être rétablie  90 minutes après l’incendie !!! La centrale était à l’arrêt depuis le 9 avril du fait d’opérations de rechargement de combustible. Les autorités n’ont pas donné d’informations précises quant à l’état du combustible.

En France, à deux doigts de la catastrophe en 1999 !

Suite à la tempête de 1999, la France avait frôlé la catastrophe au niveau de la centrale nucléaire du Blayais,  qui s’était retrouvée inondée. Seules la moitié des pompes permettaient alors de refroidir le réacteur n°1. En France, de très nombreuses centrales nucléaires sont construites au bord de fleuves, qui peuvent être sujets à de vastes crues. La centrale nucléaire de Gravelines dans le Nord de la France est, quant à elle, construite sur un polder. En Allemagne, en Suisse et en Italie, les gouvernants et les peuples ont fait le choix de sortir du nucléaire. Devons-nous attendre que la pédagogie de la catastrophe s’abatte sur la France pour que nous sortions enfin du délire techniciste dans lequel quelques hommes continuent d’enfermer la France ?

La centrale nucléaire de Fort Calhoun a les pieds dans l'eau !



Pour plus d’informations : Nuclear Information and Resource Service
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #15 le: 05 juillet 2011 à 17:11:27 »
Je viens de tomber sur une info dont je m'étonne qu'elle ne fasse pas de bruit dans tous les médias  :|  8| 8| :|
Un des états américains vient de se déclarer en faillite!

Citer
Un Etat en faillite ? Non ce n’est pas (encore) dans le sud de l’Europe que vous le trouverez mais dans le Middle west américain, à la frontière avec le Canada. Il s’agit du Minnesota, un Etat de 225 000 kilomètres carrés grand comme la moitié de la France. Il vient de se déclarer en cessation de payement.

Le 1er juillet, le gouvernement dirigé par le démocrate Mark Dayton a proprement déclaré l’état de faillite et renvoyé dans leurs foyers les quelques 22 000 fonctionnaires de l’Etat. Et en ce long week-end d’Independence day, c’est une fausse impression de jour férié qui prévaut. En réalité tout est fermé parce qu’il n’y a plus un rond pour payer quoi que ce soit.
Le problème est constitutionnel : le Minnesota ne peut pas présenter de budget en déséquilibre. Or, avec un déficit de 5 milliards de dollars, il se trouve forcé de choisir entre l’augmentation des impôts et les coupes claires dans les dépenses publiques. Exactement comme au niveau fédéral. Et de la même manière que les deux partis se livrent à un bras de fer au Congrès à Washington, démocrates et républicains jouent une grande partie de bluff dans le Minnesota.


Car en déclarant l’état de faillite, le gouverneur démocrate n’espère qu’une chose : faire porter le chapeau aux républicains, au rang desquels figure d’ailleurs l’une des "stars" du Tea Party et désormais candidate aux primaires du Grand Old Party, Michelle Bachman.

Menaces pour l'État fédéral

La partie d’échecs en cours dans cet Etat de 5 millions d’âmes rappelle que les finances américaines sont dans une situation au moins aussi préoccupante que celles des pays de la zone euro. Déjà, la Californie –l’Etat le plus riche et le plus peuplé de l’Union- était passée à deux doigts de la faillite il y a quelques mois avant qu’un accord trouvé in extremis lui permette de souffler une petite année de plus.

Mais le véritable test autour des finances publiques américaines aura lieu dans les tous prochains jours, puisqu’il faudra pour début août que démocrates et républicains trouvent un terrain d’entente pour augmenter le plafond de la dette publique fédérale abyssale. A défaut, ce sera la cessation de paiement.


Dire que la perspective inquiète les milieux financiers est assez loin de la réalité. En réalité, elle les fait blêmir et paniquer. Les agences de notation ont déjà prévenu : le non-relèvement du plafond de la dette les ferait placer les Etats-Unis sous surveillance négative ; et on peut imaginer que les marchés ne resteraient pas sans réaction face à la cessation de paiement de la première économie de la planète.

Répétition générale ?


Il reste à peine quelques jours à Barack Obama pour conclure un accord avec la majorité républicaine au Congrès des Etats-Unis. Peut-être le Minnesota fait-il dès lors figure d’avertissement aux républicains : "Voyez comme nous sommes déterminés à protéger les Américains des coupes sombres dans les programmes sociaux", semblent dire les démocrates. Et s’il s’agit plutôt d’une répétition en mode mineur, on ne devrait pas tarder à savoir dans quelle direction les vents mauvais de la crise poussent l’opinion américaine.

Thomas Nagant


source : http://www.rtbf.be/info/economie/detail_usa-l-independence-day-marque-par-la-faillite-du-minnesota?id=6402693

Une recherche sur google montre par contre, qu'en 1 heure,  l'info est reprise de site en site sur le net !
« Modifié: 05 juillet 2011 à 17:37:01 par reveillonsnous »
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #16 le: 05 juillet 2011 à 18:06:56 »
Au 1er juillet, date du nouvel exercice fiscal, l’État du Minnesota devait – selon sa Constitution – avoir comblé son déficit. Pour ce faire, le gouverneur Mark Dayton voulait augmenter les impôts des riches, et les républicains voulaient couper les dépenses publiques. Personne ne voulant céder, Dayton a décidé de mettre le gouvernement à l’arrêt, comptant sur le mécontentement populaire pour forcer les républicains à accepter une augmentation des impôts pour les plus aisés.
Quand tous les fonctionnaires seront au chômage technique, y compris la police, la Justice, les prisons... il faudra bien que ça cède ou que ça casse !
Si j'ai bonne mémoire, cet incident de paiement s'était déjà produit en 2005...

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #17 le: 05 juillet 2011 à 18:39:10 »
Quand je pense que DSK avait l'intention de mettre de l'ordre dans le $ (planche a billets) comme par hasard,le "pauvre" trois jours apres etait en prison. De toute facon Obama est un cretin qui ne sais pas compter D'autant plus que la constitution lui permet de se passer du partit de l'opposition dans les cas de faillitte et que les paiements sont en panne , il ne sais faire que des ronds de jambes aux républicains. Et pandant ce temps les faibles partis de gauches défilent journellement devant la Maison Blanche pour faire taxer a 90% tout les riches et societées financieres, abolir les abrits fiscaux et autres combines comme les notations internationales sur la valeur des monaies (bidon),qui ne profitent qu'aux joueurs en bourse.

Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie qui n'a pas d'argent en caisse. Jamais vu les "gauchistes" apportent a manger aux étudiants universitaires completement démunies, a l'université de Rochester, un vrai scandal, qui a plus de deux milliard de placement argent donné par les souscripteurs au profits des étudiants démunis. Plusieurs souscripteurs dont je suis allons demander des explications aux dirigeant. Sauf pour celle de musique qui fonctionne bien."Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux" :p  
« Modifié: 05 juillet 2011 à 18:52:13 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #18 le: 05 juillet 2011 à 19:09:43 »
Citer
Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie

Cost of War in Iraq & Afghanistan
Total Cost of Wars Since 2001
$1,215,602,801,246
http://www.costofwar.com/

Citer
Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux

Cette School of Music qui porte le même nom qu'un de nos membres, l'Homme qui venait de l'Est... :
« Modifié: 05 juillet 2011 à 19:11:46 par sarkome »

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #19 le: 05 juillet 2011 à 23:37:21 »
 

J'en suis sideré. Qu'elle gachi     :|
« Modifié: 05 juillet 2011 à 23:46:51 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #20 le: 06 juillet 2011 à 02:22:58 »
Et encore, ce ne sont là que des dépenses autorisées par le Congrès !

Le coût total pour les Etats-Unis de ses guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que les opérations militaires au Pakistan, devrait dépasser 4000 milliards US$ - soit plus de trois fois la somme jusqu'à présent autorisée par le Congrès au cours de la décennie qui a suivi l' attentat du 11 Septembre.

Cette somme faramineuse ressort d'une étude effectuée par des universitaires de l'Université Brown Ivy League qui révèle que les 1300 milliards US$ officiellement autorisées ne sont que la pointe d'un iceberg de dépenses.

Si d'autres dépenses du Pentagone, les paiements d'intérêt sur l'argent emprunté pour financer les guerres, et les 400 milliards US$ estimés avoir été dépensés sur le marché intérieur pour la "guerre contre le terrorisme», sont ajoutés dans le coût total, on est déjà quelque part entre 2300 milliards US$ et US $ 2800 milliards US$.

Et même si ces guerres prenaient fin maintenant, il conviendrait d' ajouter les dépenses militaires à venir (et surtout le coût des anciens combattants, handicapés et autres), si bien que la facture totale serait située part entre 3700 milliards US$ et 4400 milliards US$.

Ce n'est pas la première fois ces chiffres astronomiques sont cités. Un rapport publié en 2008 par le Brown Watson Institute for International Studies , co-écrit par l'économiste de Harvard Bilmes Linda et Joseph Stiglitz, ancien prix Nobel d'économie, révélait déjà que ces guerres finiraient par coûter plus de 3000 milliards US$.

Lors de la Guerre du Golfe, la facture avait été payée par les 31 pays de la coalition. Cette fois-ci, les USA doivent en supporter intégralement le coût. Et ils doivent emprunter pour payer la facture...

God bless America ! (traduction: quand on n'a pas les moyens d'aller au casse-pipe, on s'écrase !!!)

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #21 le: 06 juillet 2011 à 04:54:47 »
"God bless America."  Originale votre traduction  :super:
 Mais un américain dit (normale) ne comprendrais pas cette facon de traduire.Il se poserait des question sur votre anglais, ces sans esprit.

Pas tout quand meme, au moins un. :langue3:

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Re : Politique intérieure USA
« Réponse #22 le: 08 juillet 2011 à 21:44:49 »
Quand je pense que DSK avait l'intention de mettre de l'ordre dans le $ (planche a billets) comme par hasard,le "pauvre" trois jours apres etait en prison. De toute facon Obama est un cretin qui ne sais pas compter


Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Je rappelle que Clinton a laissé un excédent budgétaire en quittant le pouvoir en janvier 2001 :!:



D'autant plus que la constitution lui permet de se passer du partit de l'opposition dans les cas de faillitte et que les paiements sont en panne , il ne sais faire que des ronds de jambes aux républicains. Et pandant ce temps les faibles partis de gauches défilent journellement devant la Maison Blanche pour faire taxer a 90% tout les riches et societées financieres, abolir les abrits fiscaux et autres combines comme les notations internationales sur la valeur des monaies (bidon),qui ne profitent qu'aux joueurs en bourse.


Obama est certes dans une situation difficile, mais je trouve très injuste de lui imputer les difficultés actuelles !!

Lesquelles sont conséquences du passé.


Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie qui n'a pas d'argent en caisse.



Mais c'est exactement ce qu'il fait :!:


 :(


Jamais vu les "gauchistes" apportent a manger aux étudiants universitaires completement démunies, a l'université de Rochester, un vrai scandal, qui a plus de deux milliard de placement argent donné par les souscripteurs au profits des étudiants démunis. Plusieurs souscripteurs dont je suis allons demander des explications aux dirigeant. Sauf pour celle de musique qui fonctionne bien."Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux" :p  [/b]


 :triste1:
¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #23 le: 09 juillet 2011 à 04:54:41 »
Citer
Nico2 Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Oui sauf qu'il n'en a pas les moyens avec les républicains qui bloquent. George W.Bush n'avais pas l'oposition des démocrates.
Vous, ami des Etats Unis, devez savoir que les lobbys rapportent en moyenne $13.000 par mois par représantant du peuple. L'argent n'adoucit pas les moeurs guerrieres, surtout quand le $ perd des plumes.

Par contre je suis d'accord avec vous DSK est le plus grand technicien en matiere de finance. Qui s'appretait a mettre de l'ordre dans le $, c'etait connu de tous les spécialistes de la magouille de l'État américain ce gouvernent ne l'entendait pas ainsi. Mais heureusement l'affaire de la femme de ménage est arrivé a point. :diable: il faut reconnaitre, comme disait l'autre, le hazard fait parfois bien les choses. :merci:

Vous savez j'ai connu de tres pres de part ma profesion, beaucoup de politiciens, mais surtout des dipomates y il aurait de quoi faire un roman de tout ce que j'ai entendu. Mais je ne sais pas écrir :pleur4:
Amicalement votre, qui nous aimé bien. Bien que maintenat je vive au Canada pour des raisons de fiscalité.lol
« Modifié: 09 juillet 2011 à 05:41:26 par TheTwit »

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Re : Politique intérieure USA
« Réponse #24 le: 09 juillet 2011 à 08:50:03 »
Citer
Nico2 Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Oui sauf qu'il n'en a pas les moyens avec les républicains qui bloquent. George W.Bush n'avais pas l'oposition des démocrates.

GW Bush avait un congrès Républicain dejanvier 2001 à janvier 2007, mais ce sont les démocrates qui dominaient de janvier 2007 à janvier 2009, du fait des élections de mid-term de 2006 remportés par les démocrates.


;-)

Vous, ami des Etats Unis, devez savoir que les lobbys rapportent en moyenne $13.000 par mois par représantant du peuple. L'argent n'adoucit pas les moeurs guerrieres, surtout quand le $ perd des plumes.


Vive le spoil system à l'américaine.


 :mrgreen:


Par contre je suis d'accord avec vous DSK est le plus grand technicien en matiere de finance. Qui s'appretait a mettre de l'ordre dans le $, c'etait connu de tous les spécialistes de la magouille de l'État américain ce gouvernent ne l'entendait pas ainsi. Mais heureusement l'affaire de la femme de ménage est arrivé a point. :diable: il faut reconnaitre, comme disait l'autre, le hazard fait parfois bien les choses. :merci:


Honnêtement, je ne sais pas. Cette histoire est certes bizarre, mais mettre de l'ordre dans le dollar US $, c'est un vœu pieu je pense, tant la tâche est difficile...  :mrgreen:


Vous savez j'ai connu de tres pres de part ma profesion, beaucoup de politiciens, mais surtout des dipomates y il aurait de quoi faire un roman de tout ce que j'ai entendu. Mais je ne sais pas écrir :pleur4:


Quelle était ta profession déjà ? (désolé, je n'arrive pas à vous voyer un co-forumeur, que je trouve sympathique de surcroît  :mrgreen: ).


Pour un non-francophone, tu écris relativement bien The Twit :!:


Amicalement votre, qui nous aimé bien. Bien que maintenant je vive au Canada pour des raisons de fiscalité.lol


 ;-)


Ah, je comprends, aux USA il faut être très riche pour avoir l'impression de vivre dans un paradis fiscal  :hehe: .
¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #25 le: 01 août 2011 à 12:30:09 »
Une femme descend d'un bus avec ses 3 jeunes enfants.
C'est le soir, il est tard, ils avaient attendus le bus plus d'une heure. Les gamins sont fatigués. Elle décide de traverser la rue au plus court pour rentrer chez elle, car sinon ils devraient parcourir un kilomètre supplémentaire pour utiliser le passage pour piétons.
Ils sont percutés par une voiture ; son petit garçon de 4 ans est tué, elle et sa petite fille de 2 ans sont blessées.

Le conducteur de la voiture, ivre, aveugle d'un oeil et récidiviste sur ce genre d'actes sera condamné à 6 mois de prison.

La mère est condamnée elle aussi pour le meurtre de son enfant !
Et c'est là que le fait divers rejoint ou plutôt démontre un fonctionnement symptomatique d'une société toute entière!  :fache1: :pleur4: :fache1: Un fonctionnement qui s'éloigne de plus en plus de ce qui est humainement supportable pour toute la frange de la population qui se trouve reléguée dans les catégories les plus pauvres. Mais qu'ils n'oublient pas (les quelques % des plus riches à qui ce système bénéficie) que nous sommes numériquement plus nombreux ... et largement, et qu'avec la crise passée, et avec celle qui arrive, le phénomène ne pourra que s'accentuer  :hurt5: :hurt5: :hurt5: :hurt5:


Citer
Avant-hier, les jurés populaires de la cour du Cobb County ont fait connaître la peine à laquelle ils condamnaient Raquel Nelson, qui risquait jusqu'à trois ans de prison pour le « meurtre » de son enfant : douze mois de suivi en probation et quarante heures de TIG. Mais le juge l'ayant autorisée à faire appel du jugement (ce qui est inhabituel), elle a finalement choisi de contester sa culpabilité.



L'article en entier :
http://www.rue89.com/american-ecolo/2011/07/31/les-etats-unis-paradis-de-la-voiture-tant-pis-pour-les-pauvres-216038
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #26 le: 02 août 2011 à 17:05:16 »
"Le Devoir" (Montréal)
Citer
No! He can't...!!!
"Le professeur Paul Krugman, Prix Nobel d'économie et chroniqueur au New York Times, pour ne nommer que lui, a accusé le président d'avoir capitulé au chantage du Parti républicain et a affirmé ne plus avoir aucune confiance envers l'administration Obama."
C'est bien ce qui s'est passé: une capitulation. Obama aurait été mieux avisé de faire ce qu'il a dit qu'il ferait: ne pas accepter de plan sans une augmentation d'impôts pour les plus riches, ceux qui gagnent plus de 250,000$ par année. Il y a plus de pauvres aux USA que de riches... Obama mécontente donc la majorité qui devra, en plus, faire les frais des coupures. Il semble qu'Obama aurait pu invoquer un certain amendement de la constitution américaine pour imposer son plan. Sa prochaine élection est compromise. Mais... les états-uniens n'avaient qu'à voter du bon bord en novembre dernier s'ils voulaient qu'Obama fasse sa "job"...!!!

En voulant faire plaisir a tout le monde, particulierement aux réplubicains il vat se faire avoir en 2012 ou sa majorité serat des plus reduite.
Parce que, accepter ne pas imposer plus les plus riches est un véritable scandal que ses élécteurs de plus en plus pauvres n'oubliront pas. Il devient un "éssuie-tout". (Serpiliaire ?)
« Modifié: 02 août 2011 à 17:15:08 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #27 le: 02 août 2011 à 18:49:04 »
Effectivement, la Constitution permet, lorsqu'il y a blocage, au Président de taper sur la table.
Deux explications possibles: ou bien il n'a rien dans la culotte, ou bien il a mal choisi ses conseillers.
Parce que ce qu'on demande à un chef, ce n'est pas d'être compétent, mais de savoir s'entourer de collaborateurs compétents, et de prendre la bonne décision en conséquence.
C'est, du moins, ce qu'on nous enseignait à Princeton... Mais il y a si longtemps que les profs ont dû changer !
Obama a choisi de contenter ceux qui allaient financer sa campagne électorale.
Son problème, maintenant, est très simple:
Recettes de l'Etat: 2,1 mille milliards de US$
Dépenses de l'Etat: 3,6 mille milliards de US$
Conclusion: il faut trouver tout de suite au moins mille milliard de US$ et donc sans augmenter les impôts des riches.
Les pauvres, eux,  sont exsangues: 45 millions d'américains vivent sur les tickets de nourriture... Un enfant sur quatre...
Pas facile, le problème... Heureusement, il y a les classes moyennes !
Et la planche à billets...
J'ai bien quelques idées:
- renvoyer tous les gentils G.I dans leurs foyers...
- Et couper les 2 milliards de US$ de subventions annuelles à Israël.
- Et couper l'aide militaire annuelle de 3 milliards de US$ à Israël
- Et imposer les dons privés à  Israël
- Et ne pas renouveler en octobre prochain la dernière tranche de 3,8 milliards de US$ de garanties accordées à Israël en 2003...
J’arrête, sinon on va me taxer d'antisionisme=antisémitisme  :mrgreen:

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #28 le: 02 août 2011 à 20:03:32 »
Cher Ami. Votre post est une petite merveille de vérité et de bon sens. Je déteste les Israeliens. Voila que maintenant ils copient les francais les plus démunis et bien d'autres pays au sujet des prix tres élevés. Il vas faloir envoyer des bateaux de nourritures au port d'Israel. A condition que les palestiniens ne bloquent le passage. :langue3:
« Modifié: 02 août 2011 à 20:08:11 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #29 le: 02 août 2011 à 20:49:59 »
Et comme TheTwit est un sage, et mélomane de surcroît, il préfère faire des dons généreux - déductibles d'impôts - ICI, entre autres
C'est toujours ça que les Israéliens n'auront pas !  :diable:
« Modifié: 02 août 2011 à 20:52:05 par sarkome »

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #30 le: 04 août 2011 à 12:58:38 »
Chers Sarkome et The Twit, malgré tout le respect que je dois à votre sagesse et au grand âge de vos articulations, permettez moi d'exprimer mon profond désaccord lorsque vous généralisez ainsi s'agissant des israeliens ! :triste1: :nono: J'ai trés peu de sympathie, c'est le moins que l'on puisse dire, pour l'état d'Israel et pour sa politique mais toute généralisation est abusive quelle qu'elle soit, il y a parmi les israeliens des personnes dont j'admire le comportement (je pense par exemple à ces militaires qui dénoncent les agissements de leur propre armée....)
Sans compter qu'il semble que ça bouge en ce moment en Israel..... Peut-être allons nous devoir ouvrir un fil sur "Israel, politique intérieure"  :diable: :mdr1:

Mais je m'égare vu que ce n'est pas le sujet de ce fil....  :] :p

Revenons à notre situation intérieure aux USA :

Citer
USA: la dette publique bondit brusquement au-dessus de 100% du PIB

WASHINGTON - Le Trésor des Etats-Unis a indiqué mercredi avoir fait passer la dette publique au-delà du seuil de 100% du produit intérieur brut dès le relèvement mardi par le Congrès du plafond de la dette.

Selon le point quotidien sur les finances publiques publié par le ministère, la dette de l'Etat fédéral à la date de mardi a grimpé de plus de 238 milliards de dollars en une journée, pour atteindre 14.580,7 milliards de dollars et dépasser le PIB de 2010 (14.526,5 milliards).

Selon la dernière estimation du gouvernement, le PIB de 2011 est toutefois parti pour être supérieur à ce total: l'activité de la première économie mondiale au second trimestre a correspondu à un PIB en rythme annuel de 15.003,8 milliards de dollars.

Le Trésor avait atteint à la mi-mai le plafond légal de la dette publique, fixé jusqu'à mardi à 14.294 milliards de dollars.

Depuis cette date, il avait pris une série de mesures techniques pour se maintenir juste sous cette limite, en sortant notamment du total de la dette de l'Etat fédéral certains éléments qui doivent d'ordinaire y figurer. Ces éléments ont été réintégrés à la dette mardi.

Les chiffres publiés mercredi confirment ce que disait l'exécutif depuis plusieurs mois: au soir du 2 août, le Trésor aurait été pratiquement à sec de liquidités s'il avait dû continuer avec le même plafond de la dette.

La dernière fois que la dette publique brute des Etats-Unis a été supérieure à son PIB, c'était en 1947, dans l'immédiat après-guerre. Ce ratio avait décru jusqu'à 32,5% en 1981.


(©AFP / 03 août 2011 23h49)


"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #31 le: 04 septembre 2011 à 05:39:31 »
New York Times

Les années Sarkozy n'ont pas été celles des plus tranquilles pour la France. Les vents financiers et politiques depuis 2007 ont également été tumultueux, avec les marchés mondiaux  qui s'éffondrent, la crise de la dette européenne, les liens avec l'Allemagne qui s'éffrittent, la réponse musculaire a des rébellions, en Libye et en Côte-d'Ivoire. Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet.

mais de quoi ce mellent'ils ces paumés qui financent la rébelion libyene? Ne parlons pas de leur défficit :fache1:

« Modifié: 04 septembre 2011 à 05:55:11 par TheTwit »

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #32 le: 04 septembre 2011 à 11:49:57 »
Citer
Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet

Il n'empêche que cela fait toujours plaisir de lire ça en sachant que cela a été publié dans le NYT !!!! Le mot singeries me parait excellement trouvé s'agissant de l'agité per.... polymorphe  (sûrement qualifié par sa cour de  "notre hongrois national"  ;-) )
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #33 le: 04 septembre 2011 à 11:55:22 »
Ce n'est pas notre Roumain National qui dira le contraire...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Re : Politique intérieure USA
« Réponse #34 le: 04 septembre 2011 à 22:33:07 »
New York Times

Les années Sarkozy n'ont pas été celles des plus tranquilles pour la France. Les vents financiers et politiques depuis 2007 ont également été tumultueux, avec les marchés mondiaux  qui s'éffondrent, la crise de la dette européenne, les liens avec l'Allemagne qui s'éffrittent, la réponse musculaire a des rébellions, en Libye et en Côte-d'Ivoire. Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet.



L’œil du NY Times est acerbe, mais foncièrement juste.


mais de quoi ce mellent'ils ces paumés qui financent la rébelion libyene? Ne parlons pas de leur défficit :fache1:



Mais de quoi se mêlent-ils ces américains, avec leurs deux guerres-bourbiers, leur dette visible de l'espace, et leur système politique paralysé :mrgreen: .






¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #35 le: 12 octobre 2011 à 17:12:12 »
un bon graphe en rapport avec la politique extérieur des US :

Les dépenses de santé et de guerre des USA face au nombre de morts. Ça donne à réfléchir :



P.S. : désolé les modos pas le temps de redimensionner l'image  :désolé1:

« Modifié: 12 octobre 2011 à 18:10:04 par reveillonsnous »
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #36 le: 13 octobre 2011 à 00:13:35 »
Si je comprend bien il vaut mieux vivre dans un pays ou il y a quelques terroristes. :|
« Modifié: 13 octobre 2011 à 00:15:43 par TheTwit »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #37 le: 13 octobre 2011 à 11:23:57 »
L'image n'a pas besoin d'être redimensionnée, à mon sens. Elle "parle".  :super: En même temps, l'économie américaine repose sur la guerre. La preuve en est faite ?
Quelqu'un a le mail du congrès américain ?  :diable: :diable:

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #38 le: 15 octobre 2011 à 22:07:57 »
NYT
Citer

ROME - Dans des dizaines de villes autour du monde ce samedi, des gens sont descendus dans les rues, portant des pancartes et scandant des slogans dans le cadre d'une journée prévue de protestations contre le systeme financier -



http://www.nytimes.com/

Sauf en France? Vous etes occupés a élire un(e) chef Fort en geule, mais pas en acts. Ca doit etres ca que l'on appelle la douce France.  :imwith:
« Modifié: 15 octobre 2011 à 22:20:08 par TheTwit »

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #39 le: 15 octobre 2011 à 23:08:26 »

C'était quand même Stephan Hessel qui a eu l'idée !
Non, mais !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #40 le: 15 octobre 2011 à 23:39:39 »
en france les médias parlent de manif anti nucléaire.... :nonon:
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #41 le: 16 octobre 2011 à 00:51:39 »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #42 le: 16 octobre 2011 à 11:10:27 »
Merciiii. Je vais réfléchir à un gentil mail.  :mrgreen: en me protégeant, sinon je pense que je vais "disparaître" ou "me suicider" ou je ne sais pas quoi.  :diable:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #43 le: 30 novembre 2011 à 12:43:48 »
Il y a trop longtemps que nous n'avons pas jeté un oeil sur ce qui se passe au quotidien dans la vie des américains ...... Et pourtant ! Il y a visiblement de quoi voir et de quoi réfléchir ....
Une petite séquence d'envoyé spécial sur
l'Amérique en faillite
 ...... à regarder rapidement car je ne sais pas si elle sera accessible ailleurs au-delà des 7j habituels de streaming !!!!
ça fait froid dans le dos ..... car ce n'est même pas catastrophiste  8| :/ :(
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #44 le: 30 novembre 2011 à 18:19:08 »
J'ai vu. Effrayant, en effet. Dans les Etats profonds, les gens préfèrent se suicider plutôt que se révolter. Heureusement que les Indignés relèvent le niveau!  :triste1:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #45 le: 30 novembre 2011 à 18:30:57 »
Citer
Le plan A ne marche pas... le plan Z non plus
Bill Bonner
La Chronique Agora

? On peut voir les choses de plusieurs manières différentes.

Quand la crise a commencé en 2007, les gens pensaient que nous étions partis pour une petite période de recul. Ils ne pouvaient envisager de changements fondamentaux. Pour autant qu'ils pouvaient en juger, l'économie se développait depuis près de 30 ans avec uniquement des périodes de ralentissement mineur. Et les cinq dernières années ont vu le plus grand boom de l'immobilier de l'histoire aux Etats-Unis.

Qui pouvait douter que le modèle américain du "achetez maintenant, payez plus tard" était la meilleure forme de capitalisme jamais créée ? Quant au système politique américain, n'était-il pas le joyau de la création ?

Les riches devenaient fabuleusement plus riches. Mais qui s'en souciait ? Tout le monde devenait plus riche. Tout le monde achetait des maisons de plus en plus grandes, et de plus en plus de choses. La vie n'aurait pas pu aller mieux.

Puis, en 2008, quand Lehman Bros. a fait faillite, il est devenu évident que quelque chose n'allait pas. Les gens ont commencé à faire allusion à une "crise de liquidités". Tout était fondamentalement solide, ont dit les autorités. Un simple problème de trésorerie causé par les excès de dette subprime, pensait-on.

"Allez, circulez, il n'y a rien à voir", ont dit les dirigeants. "Tout est sous contrôle".

Ensuite, les autorités sont arrivées avec le Plan A : elles résoudraient la crise de liquidité en injectant du cash -- pour 5 000 milliards de dollars environ. La plus grande intervention de l'histoire. Si ce n'avait été qu'un problème de liquidité, ça aurait marché. Sauf que ce n'était pas le cas.

Le cash a tout de même fait effet. Le marché boursier a commencé à remonter. Le prix du pétrole et les matières a lui aussi grimpé, ce qui a empiré les choses. En effet le coût de la vie des ménages s'en est trouvé augmenté... sans que leurs revenus suivent.

Le chômage a empiré. Les prix de l'immobilier US ont continué à baisser. Les experts ont commencé à faire allusion à la "Grande Récession" et à spéculer sur le temps qu'il faudrait avant qu'arrive une reprise pleine et entière.

Les autorités ont ensuite inventé le Plan B -- des taux d'intérêt ultra-bas et des mesures de relance fiscales et budgétaires.

Sauf que ce n'était pas non plus une récession. Pas même une Grande Récession. On peut remédier à une récession en baissant le prix du crédit. Des accords qui ne fonctionnaient pas à des taux plus élevés deviennent attractifs. L'argent coule à flots. Les affaires reprennent. L'économie se réveille.

Mais tout ça n'arrivait pas. Peu à peu, les experts, les commentateurs et les citoyens moyens ont commencé à réaliser qu'il se passe autre chose. Nous sommes dans une période de désendettement. Le problème avec le crédit, ce n'est pas son prix. La Fed prête de l'argent à taux zéro depuis plus de deux ans. Mais ni les entreprises ni les individus ne semblent d'humeur à ça. Seul le gouvernement emprunte et dépense.

C'est alors que la Fed a trouvé le Plan C -- l'assouplissement quantitatif. Si les gens ne veulent pas emprunter et dépenser, a raisonné la Fed, nous ne pourrons injecter de l'argent dans le système par le biais des banques. Nous allons donc essayer autre chose.

Nous allons imprimer de l'argent et l'utiliser pour acheter la dette gouvernementale américaine. Dans les faits, nous allons permettre au gouvernement fédéral de dépenser de l'argent sans augmenter les impôts ni emprunter au public. Cela augmentera la quantité d'argent dans le système. Ce sera comme une mesure de relance furtive... et les politiciens n'ont pas besoin de voter pour l'approuver.

Mais le Plan C n'a pas mieux fonctionné. Au lieu de baisser comme ils étaient censés le faire, les rendements obligataires US ont grimpé...

Pendant ce temps, en Europe, on parcourt le même alphabet. Ce sont les mêmes problèmes -- en pire. La Banque centrale est moins pressée d'aider, de sorte que même les gouvernements sont à sec. Les prêteurs s'inquiètent de ne jamais revoir leur argent. L'un après l'autre, les pays de la périphérie se sont retrouvés à court de crédit. A présent, les pays du centre luttent aussi. La semaine dernière, même l'Allemagne a eu du mal à vendre sa dette.

Le Plan A pour sauver l'Europe n'a pas fonctionné. Le Plan B non plus. Pas plus que le Plan C. L'Europe se trouve désormais à court de lettres... de temps... et d'argent.

? Alors que se passe-t-il ? Comment mieux comprendre les événements ?

Nous sommes dans une Grande Correction -- une période durant laquelle les erreurs seront corrigées. Quelles erreurs ?

Oh... nous redoutions cette question.

C'est précisément ce que nous ne savons pas. Il semble évident qu'elle corrige les excès de dette accumulés ces 50 dernières années. Aux Etats-Unis, le secteur privé a probablement deux fois autant de dette qu'il "devrait" en avoir. Les gens doivent arrêter de dépenser... se mettre à épargner... et se désendetter. Cela prendra du temps -- environ 10 années de plus, selon nos calculs.

Mais il n'y a pas que ça. Il y a également l'accumulation de zombies, financée elle aussi par la dette. Autrement dit, la dette n'est pas la seule à devoir être purgée... Des emplois, des entreprises, des actifs et des secteurs entiers doivent être corrigés. La finance bon marché... et tout ce qui va avec... ont poussé les gens à dépenser plus qu'ils pouvaient se le permettre.

Ils ont contraint l'économie à évoluer dans une direction qui n'a pas beaucoup de sens. Combien de personnes faut-il pour installer des équipements de cuisine ? Combien d'électriciens ? Combien de prêteurs subprime ?

Combien de guerres à l'étranger pourriez-vous vous permettre si vous deviez vraiment les payer ? Combien de soins de santé ? Combien de retraites ?

Les gens de la classe moyenne peuvent-ils se permettre de vivre dans de grandes maisons à 60 km de leur domicile ? Peut-on vraiment se permettre de cultiver une salade au Maroc pour la consommer à Paris ? Quand le baril de pétrole était à 50 $, peut-être... mais à 100 $ ?

La correction pourrait cibler bien plus que les erreurs économiques des 10 dernières années. Le niveau de vie des Occidentaux est trop élevé. Il doit être corrigé à la baisse.

? Quant aux riches... ne sont-ils pas mûrs pour une correction, eux aussi ? Ne sont-ils pas bien placés pour une double volée de bois vert ?

La première les atteindra lorsque leurs actifs baisseront. Les riches n'auraient pas ce problème de relations publiques si les autorités nous avaient écouté. Les riches possèdent des actions et autres actifs financier. Et les autorités ont mis fin au krach bancaire/boursier qui leur aurait un peu rabattu le caquet.

Mais les autorités ne peuvent éternellement maintenir les prix des actifs au plus haut. Lorsque le marché baissier aura pris fin, les riches ne seront pas moitié aussi riches qu'ils le sont aujourd'hui.

La deuxième vague viendra des autorités... ou de la foule. Les riches subiront de gigantesques hausses d'impôts. Ce sera le Plan Z... prendre directement l'argent des riches pour financer les programmes de subvention des gouvernements.

Les riches vont pleurer et grincer des dents... mais ils pourront se considérer chanceux s'ils s'en sortent vivants.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #46 le: 30 novembre 2011 à 22:05:59 »
 8| :| 8| 8|
Oh njudédiou ...... Gnnnéééé ????? 8| :|
Mais c'est un texte de révolutionnaires d'extrême extrême gôôôccchhhhh ça  ::d ::d
Comment ????  :]
Chronique agora, vous avez dit ?  :gehe:
Un des sites suivis par ceux qui ont des actions en bourses ou pour le moins de l'argent à investir ?  :aille: :grrr:
 :mdr1: :mdr1: :mdr1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #47 le: 01 décembre 2011 à 12:20:38 »
Citer
Nous sommes dans une Grande Correction -- une période durant laquelle les erreurs seront corrigées. Quelles erreurs ?
Oh... nous redoutions cette question.
C'est précisément ce que nous ne savons pas.
La preuve que ce n'est pas un brulot de gauche: la gauche sait depuis longtemps quel est le problème puisqu'elle le dénonce depuis des lustres, des lustres, des lustres.
"partage du temps de travail, partage des richesses" ... En premier lieu, tout simplement. Et le reste à l'avenant.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #48 le: 17 décembre 2011 à 16:13:29 »
Faim et pauvreté extrême aux USA

Un article qui fait froid dans le dos ...... et que vous pouvez compléter en visionnant la video "village des bois aux USA" qui est incluse dans cet article-ci
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Politique intérieure USA
« Réponse #49 le: 18 décembre 2011 à 18:02:07 »
« Modifié: 18 décembre 2011 à 18:03:44 par Nico2 »
¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward