Auteur Sujet: Capitalisme, libéralisme & Co  (Lu 17951 fois)

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #50 le: 14 mai 2013 à 10:52:52 »
On croit rêver, ou plutôt cauchemarder, lorsque l'on voit la créativité des multinationales pour gagner de l'argent en toutes circonstances  8|

Citer
L’accord bilatéral actuellement négocié entre l’UE et le Canada contiendrait une clause dite d’ « expropriation indirecte ». Celle-ci permet aux investisseurs de réclamer un dédommagement suite à une réglementation ayant pour effet de réduire ou d’éliminer les perspectives de profits de la compagnie. En clair : vous n’avez encore rien investi, mais pour des raisons environnementales ou sanitaires on vous interdit de le faire, et vous êtes en droit de réclamer des compensations pour les profits que vous ne ferez pas !


C'est un extrait de cet article : Quand les investisseurs s’estiment « expropriés » par les réglementations environnementales et sociales
Dont je précise que l'intégralité vaut lecture !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2894
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #51 le: 14 mai 2013 à 12:17:17 »
Euh...., oui, sympa !.... Faut dire qu'ils ont fait leurs armes pendant des années, en décrochant le pompon pour avoir souscrit à des "produits financiers assuranciels" (comme je vous le dis !  :diable:), lesquels compensent des pertes sur des titres boursiers...qu'ils ne possèdent pas  (je sais, moi aussi j'ai eu du mal... :hehe: ).

Bref, ma chère réveillonsnous, il faut nous y faire, le casino où l'on perd, c'est pour les pauvres... :gehe:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #52 le: 16 mai 2013 à 10:26:46 »
plus d'un millier de mort qui a fait moins de bruit que le fameux attentat de boston, étrange.


Citer
Bangladesh : des centaines d'usines fermées à partir de mardi

Mardi, des centaines d'ateliers vont devoir fermer après les revendications d'employés qui se sentent en danger. Et ce malgré l'augmentation de leur salaire annoncée dimanche et la volonté de quelques marques y faisant fabriquer leurs collections d'indemniser les sinistrés. Des manifestations continuent d'agiter le pays.

Fermés pour une durée indéterminée

«Toutes les usines de la zone industrielle d'Ashulia vont fermer pour une durée indéterminée à partir de mardi à cause de l'agitation de la main d'œuvre», explique Shahidullah Azim, le vice-président de l'Association des fabricants et exportateurs de textile. «Nous avons pris cette décision pour assurer la sécurité de nos usines», poursuit-il.

Cette zone industrielle, située à une trentaine de kilomètres de Dacca, regroupe les usines comptant parmi les plus importantes du pays. Plus de 500 ateliers qui travaillent avec des marques occidentales telles que l'américain Walmart, le suédois H&M, l'espagnol Inditex ou le français Carrefour y sont basés. Mais il n'y a «pratiquement aucun travail» dans ces usines depuis deux semaines, précise Shahidullah Azim.

Les ouvriers demandent l'exécution du propriétaire de l'immeuble effondré à Dacca

«Dans 80% des usines, les ouvriers ont débrayé aujourd'hui [lundi] pour demander des hausses de salaires», note le chef de la police d'Ashulia, Badrul Alam. Tous réclament également l'exécution du propriétaire de l'immeuble qui s'est effondré à Dacca. D'autant que la veille du drame, des ouvriers avaient signalé des fissures sur le bâtiment. Leurs responsables leur avaient demandé de reprendre le travail.

La semaine dernière déjà, «seize usines ont été fermées à Dacca et deux à Chittagong», avait annoncé le ministre du Textile, Abdul Latif Siddique, précisant que de nouvelles usines cesseraient leur activité dans le cadre du renforcement des mesures de sécurité. Craignant que les marques occidentales se détournent de leurs fournisseurs bangladais, le gouvernement a par ailleurs annoncé lundi dernier la mise en place d'une commission d'enquête devant inspecter les quelque 4 500 usines textiles à la recherche d'éventuels défauts de construction. Le ministre du Textile a été nommé à la tête de cette commission.

Ces «ateliers de la misère» dénoncés par les ONG
Le Bangladesh est le deuxième exportateur au monde de vêtements en raison de la modicité des salaires et d'une main-d'œuvre abondante. Ce secteur-clé de l'économie, qui génère 29 milliards de dollars par an, représentait l'an dernier 80% des exportations du pays. Mais les conditions de travail et les normes de sécurité dans cette industrie sont dénoncées depuis des années par les ONG et la tragédie du Rana Plaza a relancé les vives critiques sur ces «ateliers de la misère»
.




Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #53 le: 16 mai 2013 à 15:44:10 »
C'est bien d'en parler ici aussi, bien que nous en ayons je crois déjà parlé ailleurs sur le fofo ! Et si l'article n'est pas inintéressant, je note cependant qu malgré les liens multiples qu'il contient, le journaliste ne s'est pas foulé pour mettre en lien des sites de campagnes de luttes contre ces pratiques  :grrr: :grrr: :grrr: :grrr: ça fait pourtant des années que certains ici se battent.... sans qu'on leur fasse écho  :naah: (j'ai souvenir de réunions, ou de journées de sensibilisation, pour ces campagnes où nous nous retrouvions à quelques pelés et même la presse locale ne se déplaçait pas pour en rendre compte (c'est vrai quoi, c'est leurs annonceurs publicitaires, pas déc non plus  :mrgreen:) ..... Alors bon je pallie à cet oubli malencontreux , sûrement un oubli, spa, le journaliste connait forcément puisqu'il reprend dans l'article les formules de ces ONGs non nommées :diable: :

le collectif de l'éthique sur l'étiquette qui a regroupé tous les principaux acteurs

Et une bonne source d'info, les canadiens ..... que je connais car c'est à travers les usines textiles d'Haïti, que j'avais visitées  :berk2: que j'avais décidé de me bouger un peu le cul sur cette thématique, et forcément concernant Haïti les canadiens sont en première ligne.
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #54 le: 02 décembre 2013 à 17:56:51 »
Trololo :(

Si vous vous demandiez encore si ce monde avait le moindre sens éthique et humain.

Citer
Un employé qui venait d'ouvrir les portes pour laisser entrer une foule impatiente a été écrasé par les acheteurs qui se ruaient sur les produits. L'homme, âgé de 34 ans, est mort de ses blessures.

Au moins quatre personnes, dont une femme enceinte, ont été hospitalisés après cet incident. D'autres employés du magasin ont également été blessés alors qu'ils tentaient de venir en aide à leur collègue. Kimberly Cribbs, qui faisait partie des quelque 2 000 personnes amassées devant le magasin Wal Mart, a affirmé que les clients s'étaient comportés "comme des sauvages". "Quand on leur a dit qu'ils devaient partir parce qu'un employé avait été tué, ils ont commencé à crier : 'ça fait une journée que je fais la queue'. Et ils ont continué à acheter", a-t-elle confié à l'Associated Press.


La réponse est: non.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #55 le: 04 décembre 2013 à 14:03:17 »
J'en reste sans voix  :nono: :nono: ça fait penser à ce qui s'était passé à Paris au moment des soldes de Virgin  :fache:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #56 le: 21 décembre 2013 à 12:10:32 »
Et voici le genre de petites brèves qui, allez savoir pourquoi  :mrgreen:, ne m'a absolument pas surprise ! L'humanisme et la philantropie de Bill Gates sont mondialement connus  :] .... ce grand homme a tout compris de l'esprit profond du capitalisme et du libéralisme :

Citer
Gates, complètement schizo…

La Fondation Bill et Melinda Gates est l’actionnaire des pires multinationales de la planète.


Le plus grand philanthrope de tous les temps est-il le plus grand des cyniques ? La Fondation Bill et Melinda Gates (36 milliards de dollars de capital) a été épinglée par un journal américain qui, en épluchant ses déclarations fiscales, a révélé qu’elle était l’actionnaire des pires multinationales de la planète. Cette vénérable institution qui lutte contre la malnutrition, la pauvreté et le réchauffement climatique participe aussi, à hauteur de plusieurs milliards, au capital des champions de la malbouffe (McDo, Coca…), de l’exploitation salariale (Walmart…) et de la pollution (ExxonMobil, BP…). Puisque les intérêts de ces placements vont à de bonnes causes, il n’y a pas de raison de se priver des investissements rentables… Ben voyons !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #57 le: 22 décembre 2013 à 09:28:15 »
Effectivement... QUE d'étonnement, houlâ!

Moi je suis tombée sur une petite analyse du capitalisme, ça se lit sans faim ça. Je ne sais pas si ça rassure mais ça fait du bien, un peu... Bref.
Citer
Que reste-t-il du capitalisme ?

Michel Santi

Que celles et ceux qui sont toujours persuadés aujourd‘hui que les financiers se bornent à faire de l’argent avec de l’argent reviennent à la réalité. Car tant le système financier que ses exploitants (qualifiés révérencieusement d’ « investisseurs ») s’enrichissent sur le dos de ceux qui conçoivent et qui produisent nos biens d’équipement et nos produits industrialisés.

Notre avenir et notre prospérité dépendent de l’innovation, mais celle-ci n’intéresse quasiment plus personne au sein de nos sociétés occidentales. Les Etats-Unis eux-mêmes,qui furent le modèle suprême envié par le monde entier dont les inventions et créations contribuèrent à améliorer l’existence de centaines de millions de personnes, se retrouvent depuis quelques années à la traîne en termes d’innovation.

Une étude de la « Information Technology & Innovation Foundation”  les place désormais effectivement au quatrième rang derrière de très petits pays comme Singapour ou la Finlande. Pire encore puisque, sur les 10 dernières années, ils sont avant-derniers (d’une longue liste) pour la progression de leur innovation, juste devant la dernière de la classe globale qu’est l’Italie ! Une récente étude de l’OCDE  constate par ailleurs que les Etats-Unis ne fabriquent guère plus de produits de pointe, et qu’ils se retrouvent aujourd’hui largement distancés par des nations ayant fortement investi dans la recherche, dans l’éducation, et qui ne souffrent pas d’une inégalité des revenus aussi choquante qu’aux USA.

De fait, les fondamentaux qui caractérisent une économie dite « traditionnelle »  ont été amplement bouleversés, tant aux USA que dans la majeure partie des nations européennes. C’est en effet une inversion des valeurs qui a progressivement privé non seulement l’appareil de production des investissements qui y étaient canalisés et qui permettaient naguère d’améliorer tant les conditions de travail des salariés que la qualité des produits manufacturés.

En outre, c’est un flux inverse de liquidités que les entreprises ont subi puisque les capitaux en ont même été extraits, sachant que cette déprédation et que cet assèchement de l’outil de travail se déroulent aujourd’hui selon une ampleur proprement « industrielle » ! L’inventivité et l’initiative des entreprises se sont effectivement effacées devant l’efficience de la finance qui a littéralement pompé des capitaux indispensables à la recherche, à la technologie, à la formation depuis la quasi-totalité des secteurs productifs.

Que celles et ceux qui sont toujours persuadés aujourd‘hui que les financiers se bornent à faire de l’argent avec de l’argent reviennent à la réalité. Car tant le système financier que ses exploitants (qualifiés révérencieusement d’ « investisseurs ») s’enrichissent sur le dos de ceux qui conçoivent et qui produisent nos biens d’équipement et nos produits industrialisés. En y regardant d’un (tout petit) peu plus près, il est aisé de constater que l’hypertrophie de la finance et de ses profits tout aussi démesurés qu’indécents se sont concrétisés en foulant aux pieds les revenus des pauvres et de la classe moyenne, comme la qualité de nos emplois.

Bref, c’est les intérêts vitaux de la vraie économie qui ont progressivement été sacrifiés à l’autel de la finance, des investisseurs, des spéculateurs, du court-terme et des bénéfices faciles. C’est une authentique confiscation des ressources qui a eu lieu : qui a privé les citoyens d’une croissance stable, qui a empêché l’amélioration de leur niveau de vie, qui a déstabilisé l’économie à la faveur de l’implosion répétitive de bulles spéculatives, et qui a soustrait à nos économies une part substantielle de sa prospérité.

Confiscation qui s’est opérée au bénéfice exclusif d’une ingénierie financière ayant engraissé les actionnaires, les directions exécutives des grandes entreprises, et bien-sûr les promoteurs et les concepteurs de ces véhicules d’aliénation, à savoir les financiers. Autant d’acteurs majeurs qui ne sont nullement préoccupés de l’avenir de notre économie, mais dont les efforts, dont l’initiative et dont les énergies sont tendus vers la course aux profits, à toujours et à encore plus de profits.

Sachant que la voie royale pour y parvenir passe nécessairement par une taxation favorable, par une régulation laxiste, par des salaires et des bonus élevés, et par toujours moins d’investissements en faveur de l’éducation et les infrastructures. Saviez-vous que de nos jours – oui en 2013 ! -, la nouvelle maxime de Wall Street et de la City est : “I.B.G.-Y.B.G.” ? “I’ll Be Gone, You’ll Be Gone”, soit en français : « je ne serai plus là, vous ne serez plus là », qui signifie très clairement que les cataclysmes de demain – inévitables comme conséquence des comportements d’aujourd’hui – ne sont pas leur problème.

Les financiers, et tous ceux qui gravitent autour d’eux ne seront en effet plus ici…et ce sera à d’autres de gérer les problèmes. Il va de soi que cette enième version d’ »après moi le déluge » se fiche éperdument de stabilité financière, de la classe moyenne, de la qualité de nos emplois, etc…

L’investissement d’antan a aujourd’hui cédé la place au trading. La manipulation des cours en bourse étant quotidienne afin tout à la fois de maximiser les profits sur le court terme, de satisfaire les actionnaires et de gonfler les rémunérations des directions générales. Le “shareholder value”, cette posture consistant à privilégier le détenteur de cash – c’est-à-dire l’actionnaire – a décimé l’appareil de production, a détruit le capitalisme d’antan, a fabriqué des conglomérats à taille inhumaine exclusivement destinés à optimiser les profits, tout en piétinant bien-sûr les salariés, les contribuables, la recherche, le développement, la formation…

C’est donc la totalité du système d’intermédiation financière qui fut progressivement détourné de sa vocation originelle pour se retrouver en finalité – c’est-à-dire aujourd’hui-, entièrement voué et dévoué à transformer nos entreprises en machines à sous hautement profitables. Wall Street et ses émules ont dénaturé le paysage industriel, et des affaires en général, pour les amener à devenir – et à ne devenir que – des opérations hyper margées, c’est-à-dire dont la vocation se réduit exclusivement à la rentabilité sur le court terme de ce capital prompt à se détourner pour aller vers des transactions plus juteuses.

lire la suite
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #58 le: 24 décembre 2013 à 15:34:07 »
Pour ma part, faisant un petit tour sur les forums d'actuchomage, je suis tombée sur ce message on ne peut plus instructif :

Citer
Citation de: tristesir
Sans doute vous n'avez jamais entendu parler de ce document.
C'est un document qui a été publié dans les années 90 et qui contient "le plan de bataille" de comment doivent être modifiés les modèles sociaux européens.

Ce truc est encore en ligne sur le site de l'OCDE sauf erreur (il doit y avoir une version en français)

Lire pour un résumé bien senti:

http://www.blogapares.com/le-cahier-n-13-de-locde-tout-ce-qui-nous-arrive-etait-deja-ecrit/

PS:
Pour rappel du cynisme de ces gens-là:

Citer
Les réformes structurelles qui commencent par générer des coûts avant de produire des avantages, peuvent se heurter à une opposition politique moindre si le poids du changement politique est supporté dans un premier temps par les chômeurs. En effet, ces derniers sont moins susceptibles que les employeurs ou les salariés en place de constituer une majorité politique capable de bloquer la réforme, dans la mesure où ils sont moins nombreux et souvent moins organisés.


OCDE, «Stimuler l’emploi et les revenus» - Perspectives de l’Emploi 2006


Je suis verte  :rougefache:  Le cynisme absolu de ce typer de documents "techniques" nous montre clairement où se trouve le vrai "complot" ! Et pas besoin d'aller chercher des théories farfelues pour en inventer ; il n'est pas le fait de quelques individus mais bien celui de toute une classe sociale avec parmi les premières cibles nous autres, les chômeurs   tresfache M'enfin, tout le monde sait s'pa que nous sommes le cancer de la société  :pendu:

Ah oui , un autre commentateur précisait, pour ceux qui ont envie de lire le "cahier" original :
Citer
Citation de: Statovore
Le document sur leurs site officiel : http://www.oecd.org/fr/dev/1919068.pdf

Effectivement, il y a de quoi bondir, ca ressemble au mode d'emploi pour "Tromper, duper et dissimuler".


"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #59 le: 29 janvier 2014 à 14:54:23 »
Il a été mentionné dans d'autres fils sur le fofo le rapport de l'OXFAM, qui donne à voir les insupportables inégalités dans le monde comme par exemple ces "détails" :
___ La fortune combinée des dix personnes les plus riches d’Europe dépasse le coût total des mesures de relance mises en œuvre dans l’Union européenne.

___ La moitié la moins riche de la population mondiale possède la même richesse que les 85 personnes les plus riches du monde.


Un rapport tellement alarmant que même les participants au Forum de DAVOS semblent s'en être émus  :mrgreen:

Mais je trouve qu'un des aspects, pourtant bien souligné par ce rapport, a été complètement occulté ...... on se demande bien pourquoi  :diable: ..... et c'est pourtant celui qui est le plus préoccupant ; mais c'est aussi celui qui pourrait être le plus porteur d'espoir si nous (au sens le plus large possible) en prenions vraiment conscience :

Citer
Le libéralisme, un hold-up idéologique

Un intérêt majeur du rapport est qu’il insiste sur une confiscation qui n’est pas seulement économique, mais aussi politique, et qui repose fondamentalement sur une construction idéologique : « Oxfam a pu observer la manière dont les personnes et les groupes les plus riches confisquent les institutions politiques à leurs propres fins, aux dépens du reste de la société. Les niveaux inédits d’inégalité économique que l’on observe désormais sonnent comme un avertissement : en l’absence de contrôle, les institutions représentatives continueront de s’effriter et le déséquilibre du pouvoir entre les nantis et les pauvres pourrait devenir chronique et immuable. » L’ONG insiste en particulier sur « la surreprésentation massive des intérêts des riches » au sein des gouvernements.


c'est cet article  :super: qui m'a permis de prendre connaissance de cet extrait du rapport :
Rapport Oxfam : l’obscène confiscation des richesses
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #60 le: 29 janvier 2014 à 20:10:46 »
Les riches ont la mains mise sur les politiques mondiales, se sont eux qui font tourner le monde. En France, chaque année, des milliards sont volé à l'état par ces derniers, mais rien n' est fait. Ils le font en toute impunité, ils font du chantage au départ, ils fraudent à qui mieux-mieux et j'en passe. Les responsables : profits, dividendes, richesse à outrance.  :fache1:
Il y encore quelques années, les riches étaient conscient que leur richesse avec un impact sur l'économie de leur pays et plus ils étaient riches et plus leur état se portait bien car leurs richesses ruisselaient vers le bas. Aujourd'hui, les riches n'ont plus rien à faire de leur pays et de leur peuple, la seule chose qui compte, c'est l'évolution de leur richesse et tant pis si pour cela ils mettent à mal tout un pays.  :pascontent1:
Ce constat est dramatique mais il me semble que sans une action des peuples cette fuite en avant des capitaux ne fera qu'augmenter et perdurer. Je pense qu'un moment viendra où les peuples devront se rebeller s'ils ne veulent pas être réduit à rien.   :pleur4:
Le banques, les riches sont "un chef d'orchestre" qui a pour instrument la classe politique mondiale.
« Modifié: 29 janvier 2014 à 20:14:39 par MacGo »
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #62 le: 10 février 2014 à 13:18:03 »
Honduras : la société Lear fait porter des couches à ses ouvriers pour supprimer les pauses

Une petite info "de rien du tout", qui m'avait échappé à l'époque .... et qui pourrait presque faire sourire .... si elle ne disait pas à quel point la recherche du profit maximum mène en toute logique à l'oubli total du respect humain  :X: :X: :X: :X:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #63 le: 28 février 2014 à 12:59:34 »
Citer
SÉNÉGAL : SOUTENEZ LES 37 VILLAGES DE NDIAËL PRIVÉS DE LEURS TERRES

« Si le projet reste ici, nous serons obligés de quitter notre village »
(Rougui Sow, villageois de Kadoudef ).

9000 personnes de 37 villages affectés, plus de 26 000 hectares de terres protégées accaparées : au Sénégal, l’entreprise Senhuile SA ne prend pas en compte les droits des populations locales et met directement  en péril la sécurité alimentaire des habitant-e-s de la région de Ndiaël.

Afin de défendre leurs droits, les communautés locales, qui s’opposent au projet depuis le début, ont créé le Collectif pour la défense de la réserve de Ndiaël. Les multiples protestations de Peuples Solidaires, des communautés et des sept partenaires de l’Appel Urgent (GRAIN, Re:Common, Oakland Institue, ActionAid Italie, ActionAid Sénégal, le CNCR et ENDA Pronat) auprès de l’entreprise Senhuile-Senethanol n’ont pas apporté de solutions satisfaisantes.

Aidez-nous à mettre un terme à ce projet scandaleux
en signant cet Appel Urgent !


Les faits

En 2010, l’entreprise Sénéthanol SA, basée à Dakar, se voit accorder 20 000 hectares de terres dans la région de Fanaye pour cultiver de la patate douce afin de produire des agrocarburants pour l’Europe.

La tension monte rapidement et vire à la tragédie le 26 octobre 2011 lorsque deux paysans sont tués et des dizaines d’autres blessés lors d’une manifestation contre le projet.
En réaction, le Président de l’époque Abdoulaye Wade suspend le projet mais le ré-autorise en mars 2012, entre les deux tours de l’élection présidentielle, dans la réserve naturelle de Ndiaël, à 30 km à l’ouest de Fanaye. Pour ce faire, il déclassifie 26 650 hectares de zone protégée, en accorde 20 000 à l’entreprise et réserve les 6 650 restants pour la relocalisation des villages de la zone. Nouvellement élu, le Président Macky Sall annule à son tour le projet pour le ré-autoriser quelques mois plus tard.

Depuis, le projet est mis en œuvre par l’entreprise Senhuile SA, un consortium détenu à 51 % par Tampieri Financial Group, basé en Italie et à 49 % par Sénéthanol SA, basée à Dakar. Il viserait désormais à produire du tournesol (pour l’Europe), de l’arachide (pour le marché local) et des aliments pour le bétail. Les intentions réelles de Senhuile en matière de cultures et d’utilisation des terres restent opaques.

Des conséquences dramatiques pour les populations locales

La zone du projet affecte 37 villages, soit près de 9 000 personnes, vivant en grande partie de l’élevage semi-nomade (100 000 têtes de bétail). Les opérations de l’entreprise les privent d’un accès à leurs pâturages, et aux sources de nourriture, d’eau et de bois de chauffage. Les femmes notamment sont contraintes de parcourir de très longues distances pour accéder à ces ressources. Le projet prévoit même le déplacement de certains villages. Par ailleurs, l’entreprise n’a pas tenu ses promesses de construction d’infrastructures (hôpitaux, écoles) ou de création d’emplois et n’a versé quasiment aucune compensation aux populations affectées. Privé-e-s de leurs terres, les habitant-e-s de la zone ne peuvent plus subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.


Ecrivez à M. Tampieri, actionnaire principal de l’entreprise Senhuile SA


Com de Peuples Solidaires
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #64 le: 10 avril 2014 à 11:30:56 »
Une "petite" mise à jour d'une révoltante info dont nous avions déjà parlé sur le forum :

Citer
Nous vous avions récemment présenté les principaux enseignements de la dernière étude d’Oxfam sur la concentration de la richesse mondiale. Un des chiffres qui avait le plus attiré l’attention était le suivant : les 85 personnes les plus riches au monde possédaient autant que les 3,5 milliards les plus pauvres.

Le calcul effectué par Oxfam était basé sur le classement Forbes 2013. Or, une rapide actualisation en utilisant le classement 2014 permet d’aboutir à un nouveau chiffre : les 67 plus riches de 2014 valent autant que les 85 de 2013. Pourquoi ? Parce que les plus riches se sont enrichis entre 2013 et 2014 de façon exponentielle. Grâce à quoi ? À la machine à concentrer la richesse qu’est le capitalisme et son mécanisme de versement d’intérêts. On peut présenter la chose autrement : dans certaines grandes entreprises, l’écart de rémunération entre le salaire médian et celui du PDG peut atteindre un rapport de 1 à 400, c’est-à-dire que le PDG « vaut » 400 de ses employés. Les chiffres dont nous parlons ici sont d’un autre ordre : chacune de ces 67 fortunes « vaut » 52 millions de pauvres. Bill Gates, l’homme le plus riche du monde, en « vaut » 156 millions à lui tout seul. Quel homme !

Si désormais il ne faut plus que 67 des plus grosses fortunes pour égaler le patrimoine de la moitié la plus pauvre de la population mondiale, les paris sont ouverts : combien de temps encore avant qu’une seule personne ne possède autant que les 3,5 milliards de plus pauvres ? Au rythme actuel, ce sera probablement le cas avant la fin de cette décennie.

source


Et le rapport d'origine d'Oxfam
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #65 le: 19 avril 2014 à 06:55:06 »
 :fache1: :fache1: insupportable et avec ça ils continuent à se plaindre de payer trop d’impôts et leur blabla larmoyant.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #66 le: 25 avril 2014 à 11:14:08 »
Citer
Bangladesh : Auchan visé par une plainte dans le drame du Rana Plaza

Il y a un an, 1 135 ouvriers du textile mouraient dans l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh. Le distributeur Auchan est dans la ligne de mire de plusieurs ONG.

Il s'agit de la première plainte déposée en Europe à la suite du drame du Rana Plaza et c'est le procureur de la République de Lille qui en sera saisi. Ce matin, les associations Sherpa, Peuples solidaires et le collectif Ethique sur l'étiquette portent plainte contre le distributeur français Auchan, dont le siège se situe à Croix (Nord), dans l'affaire de cet accident industriel le plus meurtrier du Bangladesh.

Une plainte symbolique pour une date symbolique. Il y a un an, jour pour jour, s'effondrait à Dacca, la capitale, l'immeuble du Rana Plaza, emportant la vie de 1 135 ouvriers et faisant plus de 2 000 blessés.

Dans ces ateliers installés sur huit étages, les petites mains du textile fabriquaient des jupes, des tee-shirts et des jeans bon marché pour une trentaine de marques occidentales comme Camaïeu, Primark ou encore Benetton.

Pourquoi Auchan est-il ciblé ? Des étiquettes de la marque de vêtements bon marché In extenso d'Auchan ont été retrouvées sur place. Mais Auchan nie sa responsabilité, expliquant avoir été « victime d'une sous-traitance dissimulée ». « Nous n'avons aucun lien direct ou indirect avec les entreprises travaillant sur le site », martèle un porte-parole d'Auchan. Le groupe refuse de participer au fonds d'indemnisation des victimes piloté par l'OIT (Organisation internationale du travail) mais a lancé un « plan d'action contre le phénomène de la sous-traitance non déclarée ».

« Ils ont rompu tout lien avec le fournisseur qu'ils soupçonnaient », indique Fanny Gallois, du collectif Ethique sur l'étiquette. « C'est une formidable opération d'enfumage des consommateurs, dénonce le président-fondateur de Sherpa, l'avocat William Bourdon. Les entreprises sont totalement schizophrènes. » En France, aucune loi n'existe sur la responsabilité sociale des entreprises (lire ci-dessous). Face à ce vide juridique, les ONG s'attaquent à la communication d'Auchan, qui se proclame « discounter responsable », et le poursuivent donc pour des « pratiques commerciales trompeuses ».

Comment réagissent les entreprises impliquées ? Les étiquettes de 29 marques ont été retrouvées sur les lieux du drame. En France, une seule -- Camaïeu -- a reconnu sa responsabilité et accepté de participer au fonds pour les victimes, qui a récolté 15 M$ (10,8 M€). Carrefour nie sa présence, malgré la présence d'une étiquette Tex. La marque irlandaise Primark a versé à elle seule 8 M$. Un accord sur la sécurité des bâtiments a été signé par 150 enseignes et une campagne d'inspection des usines a été lancée sous la pression des ONG avec des contrôles inopinés.

Un an après le Rana Plaza, la situation a-t-elle changé au Bangladesh ? A Dacca, le salaire mensuel moyen est passé de 28 € à 50 € pour un ouvrier du textile. Mais, avec l'inflation, le pouvoir d'achat stagne. La liberté syndicale a été reconnue. Cependant, « l'encadrement législatif est inexistant. Il faut s'attendre à d'autres catastrophes si des mesures draconiennes ne sont pas prises », constate Michel Capron, président du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises. Des entreprises comme H&M sont en train de développer discrètement des filières ailleurs, comme au Viêt Nam, au Cambodge et en Ethiopie.

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2894
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #67 le: 27 avril 2014 à 04:22:22 »
Ah, AUCHAN, en voila une "enseigne" qu'elle est belle. Mais au fait, savez-vous d'où vient le nom AUCHAN ? C'est le raccourci phonétique du nom d'un quartier de ROUBAIX, les "Hauts Champs". Mais oui, Roubaix, au top 50 des villes les plus pauvres de France, 1ère du palmarès avec Calais si je ne m'abuse. C'est une belle histoire, celle de la famille MULLIEZ, dont la prospérité est éclose dans la dite ROUBAIX, lorsque cette ville était, sinon la 1ère, une des toutes 1ères lainières mondiales : relisez Maxence van der Meersch, mes fieux, pour le souvenir de la vie ouvrière dans les courées de ROUBAIX, vie ouvrière drainée par l'exode rural....
Pis, agadez donc comment les choses sont allées : y'a eu un moment où la laine, et toute la sous industrie autour, ça payait plus ! Zut ! Qu'à cela ne tiennne, les Mulliez se mettent à la grande distribution, à la VPC, à plein d'autres trucs, ben oui, familles nombreuses, s'pas, faut bien nourrir les héritiers (ça me rappelle le partage de l'héritage de François MICHELIN, dans les années 80, un grand moment de vertige en voyant les chiffres, mais chez Michelin ça a dispersé, chez les Mulliez, on est resté groupiert autour de la gamelle...). Mais bon, reprenons : on ferme comme les petits copains-coquins les z'usines, non sans laisser une noria de friches industrielles dégueulasses toujours existantes dans le coin, et on se lance à l'assaut d'autres activités.... Le sous-prolétariat pro domo, cela devient encore trop cher, avec la divine mondialisation...  :diable: Et voila comment on atterrit au Bengladesh et aux milliers de cadavres et d'éclopés à vie du Rana Plaza, où le gérant de l'immeuble jusqu'au dernier jour racontait que des fissures ? meuh non voyons, c'était juste le plâtre qui s'effritait un peu. :fache1:

Bon. Au moins ça rapporte-t-y à l'état français, un groupe industriel et commercial aussi prospère et multiple ? Ben nope, voyons donc, l'optimisation fiscale c'est pas pour les kiens....Le minimum minimorum, et toutes les tentatives valeureuses pour coaguler les résultats des multiples branches de l'empire Mulliez ont fait chou blanc, ne me demandez pas le nombre de ministres des finances qui ont tranché qu'il fallait circuler, et qu'il n'y avait rien à voir...

Voila voila, et je ne saurais trop vous recommander la lecture de l'excellent article :

http://labrique.net/numeros/numero-13-avril-2009/auchan-et-la-famille-mulliez/article/auchan-mulliez-un-clan-de

du nom moins excellent "La Brique", dont la Martine de Lille déclare que c'est "dégueulasse " et "ne raconte que des mensonges", les vilains !  :mrgreen:

Pas croire enfin que les Mulliez, qui ont construit y'a une vingtaine d'années un invraissemblable immeuble "familial" dans un coin huppé des environs immédiats de Roubaix, ont abandonné la population dudit Roubaix : c'est que les pauvres, c'est bien connu, ça rapporte .... Dans le tout premier AUCHAN, Leers, le peuple de gueux, captif des cartes de fidélité et autres différés de paiement, a déjà bouffé ses allocs à venir, avant même de les avoir touchées. Bons baisers de partout partout... tresfache

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2894
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #68 le: 27 avril 2014 à 04:36:12 »
Re : à voir à tout prix, si vous l'avez loupé sur votre étrange lucarne, le docu "les damnés du low-cost", référencé en fin de l'article de basta mag :

http://www.bastamag.net/Rana-Plaza

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #69 le: 27 avril 2014 à 08:29:58 »
Deux mots : CYNIQUE ET INDÉCENT !!!!tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache

D'autant qu'en plus de frauder à tour de bras, Auchan profite impunément de toutes les aides de l'état. Le CICE c'est 120 millions d’euros d’aides de l’Etat. pour le  remercier va licencier 800 personnes sur 3 ans.

Citer
Mis côte à côte, les chiffres dérangent. Le groupe Auchan, qui a annoncé 317 millions d’euros de bénéfice net sur les six premiers mois de 2013, a touché quelque 40 millions d’euros d’aides de l’Etat en 2013 au titre du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) - mesure phare du gouvernement pour soutenir les entreprises - et devrait en toucher encore environ 80 cette année. Or il va supprimer 800 postes de cadres et d’agents de maîtrise dans les trois ans à venir. L’annonce a été faite aux syndicats jeudi, en comité central d’entreprise, puis révélée par Liberation.fr avant d’être confirmée par Auchan vendredi.

L’entreprise se défend en annonçant la création de 500 postes d’«employés commerciaux» et détaille, dans un communiqué, un «contexte d’emploi» qui «prévoit, au global», la création de 1 500 postes en France, notamment «dans les Auchan Drive». Le groupe assure aussi qu’il n’y aura pas de licenciements secs, mais des départs ou des mutations «sur la base du volontariat». Problème : ni la CFDT ni FO n’a confiance en ces chiffres. Pas plus sur l’enveloppe globale des 1 500 créations de postes que sur les 500 censés compenser en partie les 800 perdus. «Je ne les crois pas», soupire Guy Laplatine, délégué central CFDT, blasé. «En mars 2012, on nous annonçait 1 600 suppressions de postes, mais 3 200 créations, soit 1 600 créations nettes. Or, dans le bilan social, non seulement je ne les ai pas vues, mais il manque 700 équivalents temps plein !»

«Cadeaux». Ce qui indigne le syndicaliste, c’est que le groupe puisse, en même temps qu’il supprime des effectifs, bénéficier d’aides publiques. «Qu’on donne cet argent à la sidérurgie, pas à Auchan ! Ils font 200 millions à 400 millions d’euros de bénéfice tous les ans [1]. Cette année, ils continuent à faire des bénéfices, probablement autour de 150 millions d’euros. Donc ils gagnent de l’argent et, en plus, l’Etat leur fait des cadeaux en finançant un plan social avec le CICE !» s’étrangle le délégué CFDT. Benoît Boussemart, économiste et auteur de la Richesse des Mulliez, considère, lui, que le gouvernement a fait «une faute» en appliquant le CICE à l’ensemble des secteurs d’activité : «Le CICE a pour but de donner de la compétitivité à des secteurs touchés par une concurrence externe, comme l’industrie. La grande distribution, par définition, n’est pas dans ce cas. Les Chinois ne vendent pas, à partir de la Chine, ces produits de grande distribution. Les distributeurs ont les pieds collés dans la glaise des grandes surfaces. Or, on leur donne un bonus sans que ça joue en quoi que ce soit sur le coût salarial. C’est donc du profit pur. Par ailleurs, c’est le consommateur qui paie, puisque les impôts augmentent.»

Quand on signale au porte-parole d’Auchan le rapport troublant entre les chiffres des bénéfices et ceux du CICE, il tempère : «Il faut bien noter un élément de contexte. Par rapport à 2010, nous avons payé, en 2013, 70 millions d’euros de taxes en plus.»


70 millions d’euros de taxes en plus, oh les spauvres !!!!  tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache
 :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:
« Modifié: 27 avril 2014 à 09:35:06 par MacGo »
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #70 le: 28 mai 2014 à 09:22:44 »
Comme je viens de l'écrire sur la page Fessebouc du forum sarkostique :

C'est la crise, si, si ! Il est normal que tous fassent un effort et se serrent la ceinture, si, si ! Et d'ailleurs c'est parce que le coût du travail est trop haut, si, si !
Illustrations frappante par les chiffres :

Citer
Les dividendes ont augmenté de 31% dans le monde depuis 2013


C’est un nouveau record qui a été atteint au premier trimestre 2014. Les dividendes versés par les plus grandes entreprises mondiales à leurs actionnaires ont augmenté de 31 % par rapport à la même période l’an dernier. 228 milliards de dollars ont été ainsi distribué en dividendes au cours du premier trimestre 2014 par ces grandes entreprises, selon le rapport de la société d’investissement Henderson Global Investors, qui prend en compte 3 000 grandes entreprises cotées dans le monde. Toujours ça que n’auront pas les salariés qui produisent la richesse !

Une partie de cette augmentation est liée au dividende exceptionnel – 26 milliards de dollars ! – versés par l’entreprise britannique Vodafone [1]. Le secteur des télécommunications arrive en tête avec 39 milliards versés, devant les entreprises pharmaceutiques (30 milliards) et le secteur bancaire et financier (28 milliards de dividendes).

L’augmentation de ce début d’année a été plus importante en Amérique du Nord, avec 95 milliards de dollars de dividendes distribués, soit + 25 % par rapport au premier trimestre 2013. En Europe (hors Royaume-uni) 34,5 milliards de dollars ont été versés, dont la moitié par les entreprises Roche, Novartis et Siemens. Soit une augmentation de 8,9 %. Mais en Europe, c’est au 2ème trimestre, après les Assemblées générales des entreprises, que tout se joue, avec la distribution de plus de la moitié des dividendes. « 2014 s’annonce d’ores et déjà comme une année record en matière de rémunération des actionnaires », annonce le Figaro.

Le total annuel des dividendes versés par les sociétés cotées en bourse a dépassé 1 000 milliards de dollars dans le monde, pour la première fois en 2013, selon cet indice. 300 milliards de plus qu’en 2009. Soit une augmentation de 43 % en 5 ans [2] ! Le secteur financier a versé un quart de cette somme, soit 218 milliards. Après la crise de 2008, la rémunération du capital connait de nouvelles envolées, totalement déconnectées de la rémunération du travail et des taux de croissance dans le monde. Entre 1999 et 2005, déjà, les dividendes versés en France par les entreprises du CAC 40 avaient effectué un bond de 71 % [3], pendant que les investissements baissaient de 35 %. En France, le gouvernement prévoit pourtant d’exonérer les entreprises d’impôts et de cotisations sociales à hauteur de 30 milliards d’euros (lire notre article).


"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #71 le: 10 juin 2014 à 12:04:09 »
Vous avez peut-être en mémoire ce message où j'appelais l'attention sur la trop méconnue AFEP .... et bien voici un exemple concret de son rôle pour défendre les intérêts d'un patronat voyou  :fache1:
Je vous fais ici un petit résumé à ma sauce d'un article "abonnés" de Mediapart, au titre hautement bien choisi : "Drame du Rana Plaza: le patronat fait bloc pour que rien ne change"

C'est bien à l'international que se joue la vilenie de ces grands groupes, mais j'aurais peut-être pu poster dans un autre fil, plus franco-français, car l'article m'a fait découvrir qu'il y a actuellement une proposition de loi sur la responsabilité juridique des entreprises vis-à-vis de leurs sous-traitants ; j'espère donc qu'il y aura une suite à cette proposition ... mais vu le lobbying de l'AFEP justement , c'est pas gagné  :triste1:

Dans l'article Pascale Pascariello nous explique comment "Un an après l'effondrement d'un immeuble au Bangladesh, la proposition de loi sur la responsabilité juridique des entreprises vis-à-vis de leurs sous-traitants se heurte au barrage du patronat. Le Medef et l'Afep ont pris en main les groupes du CAC-40. Mediapart publie les documents."

En gros "Des textes internationaux permettent d’encadrer les activités des entreprises à l’étranger. Notamment les « principes directeurs » des Nations unies adoptés en 2011 qui exigent des sociétés qu’elles prennent des mesures pour prévenir des risques liés à leurs activités. Mais ces principes onusiens ne sont pas contraignants et ne permettent pas d’engager la responsabilité des sociétés mères et des donneuses d’ordre.", aussi des ONGs, avec en tête de ligne le CCFD et SHERPA, tentent, entre autres actions, de faire passer des lois plus contraignantes.
Et en France "Le drame du Rana Plaza a convaincu quelques députés socialistes, dont Dominique Potier, de déposer une proposition de loi en novembre 2013, votée par le groupe, visant à « rendre obligatoire un devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre vis-à-vis de leurs filiales, de leurs sous-traitants et de leurs chaînes d’approvisionnement »" et puis il en est aussi question dans le projet de loi « d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale » qui doit être adopté avant l'été .... mais sans aucune responsabilisation réelle des multinationales ! Le lobbying a super bien fonctionné, spa  :fache:

Alors " Lasses de se faire balader, six ONG, dont le CCFD-Terre Solidaire et le Collectif "éthique sur l’étiquette", ont décidé, le 24 mars, d’adresser un questionnaire aux dirigeants de 40 entreprises du CAC 40. L’objectif était de prendre leur avis sur les principes directeurs des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme. Les ONG souhaitent savoir comment les entreprises les appliquent et si elles seraient favorables à un encadrement juridique. "

Et c'est là qu'on voit à quel point la machine de guerre des grands patrons est bien huilée .... qui ose dire qu'il n'y a plus de lutte des classes .... car "La réaction du Medef n’a pas tardé. Dès le 4 avril, une réunion est organisée avec l’association française des entreprises privées (Afep), pour préparer un modèle de réponse type. Mediapart a pu se procurer le document issu de cette rencontre, ainsi que la plupart des réponses"

Et au cas où les cadres sup de ces grosses boiboites auraient été trop obtus pour le comprendre eux-mêmes , l'AFEP commence par bien leur mettre les points sur les i :

"Voici l’avertissement patronal figurant dans le mail envoyé le 7 avril aux entreprises concernées :

« Ce questionnaire ne porte en apparence que sur les principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, il doit être lu et travaillé dans le contexte de la proposition de loi sur le "devoir de vigilance des sociétés mères et des entreprises donneuses d’ordre", fortement soutenue par la coalition des ONG auteures du questionnaire. Les entreprises seraient confrontées à de graves problèmes d’insécurité juridique et de compétitivité si la France adoptait une loi introduisant une présomption quasi irréfragable de responsabilité civile et pénale des sociétés mères et donneuses d’ordre, qui serait en contradiction avec les principes généraux qui gouvernent le droit français et en particulier le principe d’autonomie des personnes morales. »"


L'article décortique ensuite certaines de réponses que les entreprises ont fait au questionnaire ; et j'ai particulièrement apprécié l'hypocrisie sans aucun scrupules du cas VEOLIA :

"Réponse de Veolia, par exemple : le groupe « s’engage depuis des années pour le respect des droits humains, dans ses activités mais aussi dans les territoires où l’entreprise intervient. (…) Si Veolia respecte les recommandations des organisations internationales et les législations locales dans l’ensemble des pays où le groupe est implanté, l’entreprise ne peut pas se substituer aux États défaillants en matière de droits de l’Homme ».

Dans sa réponse, Veolia a oublié de mentionner la plainte qu’elle a déposée contre l’État égyptien en juin 2012. En charge, depuis 2000, du marché de l’assainissement de la ville d’Alexandrie, Veolia a contesté l’adoption, en 2003, d’un salaire minimum obligatoire pour les employés. L’entreprise estimait qu’une hausse des salaires était contraire au contrat passé avec le gouvernement égyptien. Ce qui est une avancée pour les droits sociaux ne l’est pas pour l’entreprise française."


Globalement, nous ne serons pas surpris s'il ressort des réponses que "Si les entreprises sont disposées à faire état des différentes règles de bonne conduite qu’elles édictent au sein de leur groupe, leur adhésion aux droits de l’homme est beaucoup plus réticente lorsqu’il est question d’encadrement juridique et d’aide aux victimes. Près de 70 % d’entre elles s’opposent même à faciliter le recours juridique pour les victimes" :diable:

Avec le cas MICHELIN comme exemple gratiné

Show content
Michelin, qui ne souhaite pas s’exprimer sur la question, apporte un commentaire pour le moins surprenant : « Le recours judiciaire n’est pas toujours le meilleur levier pour compenser un préjudice. » En clair, Michelin préfère des instances de conciliation.


Il faut partir en Inde pour comprendre une telle position. Depuis novembre 2009, Michelin a construit une usine sur 117 hectares, près du village de Thervoy dans l’État du Tamil Nadu. Cette installation n’est pas sans conséquence pour les villageois qui vivent d’activités agricoles. Michelin préfère en imputer la responsabilité au gouvernement du Tamil Nadu à l’origine de cette décision en 2007. En avril 2013, le ministère de l’environnement français a pourtant déploré le manque d’étude environnementale faite par Michelin sur les risques pour la santé et l’environnement de son installation . Depuis 2007, les manifestations et les grèves de la faim se multiplient autour du site. En mars 2011, la police a arrêté 158 personnes dont 20 mineurs et 100 femmes, venus manifester pour en empêcher les travaux. Michelin ne peut feindre d’ignorer la mobilisation des populations contre son projet ni les différentes plaintes déposées.

 :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3:


"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #72 le: 11 juin 2014 à 19:39:15 »
Un petit tour chez nos amis suisses pour rappeler quelques vérités sur le made in Europe...
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #73 le: 12 juin 2014 à 15:46:21 »
merci pour ton lien sarkonique :super:

voici une autre info ou gagner de l'argent surpasse la condition des travailleurs :fache1:


Citer
Filière crevette : Carrefour et d’autres groupes de grande distribution accusés de recourir au travail esclave en Thaïlande


Le quotidien britannique The Guardian publie les résultats d’une enquête de six mois sur coulisses de la filière crevette thaïlandaise, qui alimente les supermarchés d’Europe et des États-Unis. Les bateaux de pêche qui récoltent la nourriture destinée aux crevettes emploient des milliers de migrants cambodgiens ou birmans, dans des conditions d’exploitation et de violence extrêmes. Une nouvelle fois, les enseignes de grande distribution semblent réticentes à assumer effectivement leur responsabilité.

L’enquête du Guardian (à lire ici en anglais, avec vidéo et infographie [1]) se concentre sur la principale entreprise du secteur de la crevette en Thaïlande, Chaoren Pokphand Foods (CP Foods). Celle-ci représente environ 10% des 500 000 tonnes de crevettes bon marché exportées chaque année par la Thaïlande pour alimenter la demande galopante des consommateurs occidentaux. CP Foods vend ses crevettes aux géants mondiaux de la grande distribution : Carrefour, mais aussi Walmart, Aldi et Tesco. L’enquête se base sur des centaines d’entretiens avec différents acteurs de la chaîne d’approvisionnement. Tout laisse à penser que les problèmes constatés chez les fournisseurs de CP Foods se retrouvent dans les autres entreprises du secteur en Thaïlande.

Les crevettes élevées par CP Foods sont nourries avec d’énormes quantités de farine de poissons, elle-même élaborée à partir de poissons pêchés au large de la Thaïlande dans des bateaux industriels, sous-traitants de CP Foods. C’est dans ces bateaux que sont recrutés de force des centaines de milliers de migrants d’origine cambodgienne ou birmane. Selon les témoignages recueillis par le Guardian, ils sont soumis à des conditions de travail et de vie d’une violence extrême : journées de 20 heures, tortures et assassinats sommaires, ouvriers enchaînés pour les empêcher de s’évader, absence de paie pendant des mois, fourniture d’amphétamines pour « tenir le coup ».

La Thaïlande est de plus en plus montrée du doigt en matière de travail esclave. On estime à près de 500 000 le nombre d’esclaves dans le pays, pour la plupart des immigrés issus des pays voisins. Le secteur de la pêche à lui seul emploie environ 300 000 personne, dont 90% de migrants. Les rescapés de ces « bateaux de la mort » interrogés par le Guardian ont été capturés ou escroqués par des intermédiaires, qui les ont ensuite « vendus » aux capitaines des bateaux de pêche.

Les grandes marques n’assument pas

La réponse de Carrefour est malheureusement révélatrice de l’hypocrisie et de l’irresponsabilité des grandes marques internationales qui utilisent ces longues chaînes d’approvisionnement internationales. D’un côté, l’entreprise déclare avoir réalisé un « audit social » en juillet 2013 dans l’usine de CP Foods où elle se fournit, sans rien constater d’anormal. Rappelons cependant que les faits incriminés par le Guardian ne concernent pas l’usine de CP Foods, mais les conditions de travail dans les bateaux qui fournissent cette usine. Et Carrefour a admis aux journalistes du Guardian qu’elle ne procédait pas à des vérifications sociales jusqu’au bout de chaînes d’approvisionnement complexes.

De l’autre côté, suite aux révélations du quotidien britannique, Carrefour s’est empressée d’annoncer[[Contactée par Europe 1, Carrefour « condamne avec force, s’ils sont avérés, les faits rapportés par ’The Guardian’ » et ajoute que « par mesure conservatoire, (l’entreprise) décide de suspendre immédiatement ses achats directs ou indirect auprès de cette entreprise jusqu’à ce que la lumière soit faite ».] qu’elle suspendait unilatéralement toutes relations commerciales avec CP Foods, en se lavant les mains totalement de le rôle objectif des multinationales de la grande distribution - à travers leurs pratiques commerciales, notamment la pression sur les coûts - dans l’émergence de telles pratiques en bout de chaîne.

Une attitude qui rappelle celle adoptée par Carrefour et Auchan en ce qui concerne une autre de leur chaîne d’approvisionnement internationalisée, la filière textile, suite à la catastrophe du Rana Plaza au Bangladesh (lire Un an après le Rana Plaza, Auchan et Carrefour pas prêts à assumer leurs responsabilités et Anniversaire du Rana Plaza : la responsabilité des multinationales pas encore à l’ordre du jour en France).

Le porte-parole de CP Foods au Royaume-Uni, de son côté, reconnaît les problèmes, mais explique qu’il est impossible pour son entreprise de savoir exactement ce qui se passe dans sa chaîne d’approvisionnement...

Les enseignes de grande distribution contactées par le Guardian déclarent toutes leur opposition au travail esclave. Il semble que certaines d’entre elles au moins étaient parfaitement conscientes des conditions de travail qui règnent dans les bateaux des fournisseurs de CP Foods et de l’industrie de la crevette thaïlandaise en général. L’Organisations internationale du travail (OIT) et plusieurs ONG ont déjà émis plusieurs alertes à ce sujet au cours des dernières années. Les grandes marques semblent néanmoins avoir continué à se concentrer sur leur chaîne d’approvisionnement directe, plus facile à gérer, sans remonter plus en amont. On peut espérer que les révélations du Guardian contribueront à accélérer les modestes efforts existants pour améliorer les conditions de travail et de vie tout au bout de la chaîne.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #74 le: 19 juin 2014 à 17:14:58 »
un article long mais à lire jusqu'au bout ;-)

Citer
Un an après le Rana Plaza, le Cac 40 ne veut pas d'une loi sur les droits humains

Alors qu'une initiative du Forum citoyen pour la responsabilité sociale des entreprises rappelle qu'aux yeux du droit, les multinationales ne sont toujours pas responsables de leurs filiales et sous-traitants, les lobbies patronaux se mobilisent contre une proposition de loi visant à inscrire dans le droit français un "devoir de vigilance".

SUITE DE L'ARTICLE ...

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #75 le: 20 juin 2014 à 16:43:53 »
Euhhh.... c'est pas un peu exactement la même info que j'avais posté un peu plus haut en me forçant, qui plus est, à faire un vrai travail de synthèse, vu que c'était issu d'un article Mediapart réservé aux abonnés  :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3:

Enfin, bon, supprime pas, hein  :mrgreen: celui-là était tout public !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #76 le: 23 juin 2014 à 08:04:04 »
oui c'est la même info, et j'avais bien vu l'effort que tu avais fait pour nous détailler l'article abonné de mediapart. :merci:
Je voulais surtout revenir sur ce sujet, et je trouvais que l'article de l'huma proposait des graphiques dynamique fort intéressant et apportait une plus-value à l'info ;)

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #77 le: 23 juin 2014 à 19:36:11 »
 :fleur2: :merci: :merci: :merci:
Et de toutes façons, une info de ce genre-là :
Un an après le Rana Plaza, le Cac 40 ne veut pas d'une loi sur les droits humains
Il ne faut surtout pas que cela passe inaperçu ! Que ceux qui ont envie d'en savoir plus aillent voir l'un ou l'autre de nos liens respectifs, mais s'il sont motivés qu'ils aillent voir les deux, parce que complémentaires, effectivement ... Et repérez surtout lesquels parmi vos "distributeurs de grande distribution" font partie du lot  :diable: Parce que le boycott , dans ce cas-là, s'impose de fait, non ,,,  :diable: :diable: :diable: :diable: :diable:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #78 le: 24 juin 2014 à 08:15:44 »
Tout à fait :super: il faut faire pression mais on a beau parler de ces milliers de morts j'ai l'impression que nos concitoyens sont anesthésiés, ils ne réagissent pas ou plus  :nono:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #79 le: 25 juin 2014 à 10:00:17 »
Citer
Un appel au secours trouvé sur une étiquette de robe Primark


Un simple coup d'oeil aux instructions de lavage sur sa nouvelle robe Primark aurait mené Rebecca Gallager, une cliente galloise de la marque de prêt-à-porter irlandaise, à faire une étrange découverte. Dans un entretien avec le South Wales Evening Post, la jeune femme déclare qu'elle aurait lu sur l'étiquette: "Forced to Work Exhausting Hours" ("J'ai été forcé à travailler de longues heures (pour fabriquer cette robe)").

"J'ai pensé que c'était un appel à l'aide", explique-t-elle. "On entend tellement d'histoires sur les gens qui travaillent dans des ateliers clandestins à l'étranger... Cela m'a fait me sentir tellement coupable que je ne pourrai plus porter cette robe."

Cette découverte relance le débat sur les conditions de travail des ouvriers depuis l'effondrement de l'usine textile Rana Plaza, au Bangladesh, où Primark figurait parmi les marques retrouvées dans les décombres, en 2013.

Un porte-parole de Primark a réagi dans une déclaration sur le site de Fashionista: "Nous trouvons très étrange que cette histoire fasse surface dans ce contexte, étant donné que la robe était en vente il y a plus d'un an, sans qu'aucun autre incident de ce genre ne nous soit remonté. Nous serions reconnaissants que la cliente nous fasse parvenir la robe en question afin que nous puissons mener une enquête."

La marque affirme ensuite être "déterminée à rendre les conditions de travail plus sûres pour ceux qui confectionnent les produits". Elle s'est également engagée à verser des indemnités aux victimes du Rana Plaza qui avaient travaillé pour elle.

En 2012, un prisonnier chinois avait glissé un SOS dans un sac du grand magasin américain Saks Fifth Avenue appelant à l'aide et affirmant qu'il avait été emprisonné par erreur.



Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #80 le: 25 juin 2014 à 16:14:54 »
Tout cela concourt à prouver que l'esclavage existe encore et toujours... au XXIe s!  :fache1: Que dis-je: plus que jamais, dans ce p. de totalitarisme néo-con!  :erk:

Quand cela sera trop voyant, vous verrez les responsables déclarer benoîtement: "Ah ben zut, on se doutait pas..." Ca vous fera un nouveau 12 years a slave et hop! En attendant, plein de vies auront été gâchées...  :fache13: tresfache
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #81 le: 25 juin 2014 à 20:02:53 »
Merci pour ta colère, Sarkonique  :fleur2: ... parce que moi, dans le moment, c'est le dégoût qui prime, et quelque chose qui ressemble assez à de la désespérance  :triste1:
J'attends avec impatience le retour de la colère et de l'indignation, cela au moins peut être salutaire  :X:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #82 le: 22 octobre 2014 à 18:32:49 »
je crois avoir déjà exprimer l'estime que je porte à Jean Ziegler , respect du à la profondeur de ses analyses concernant notamment l'aide au développement, la faim dans le monde (et le rôles des banques dans celle-ci) ... mais je ne retrouve plus où  :triste1:

Voici un article qui fait parler ce grand monsieur :

Citer
Jean Ziegler choisit son camp : « Retournez les fusils ! »

À mesure que se précise la débâcle dévastatrice du vieux système capitaliste, le citoyen responsable se devrait de prendre position. Le sociologue suisse Jean Ziegler, lui, n’y va pas par quatre chemins : « Retournez les fusils ! »


L’ouvrage initial date de 1980, mais Jean Ziegler s’est senti contraint de l’adapter aux temps présents en le réécrivant entièrement. À l’origine, explique l’auteur dans une interview au Point, le titre était repris d’un manifeste de Trotski appelant le prolétariat engagé dans la première boucherie mondialisée à retourner leurs armes contre les capitalismes plutôt que contre leurs camarades du camp d’en face.

Trente-quatre ans après, rien n’a changé, sinon en pire. Jean Ziegler :

    « Les capitalistes font aujourd’hui un maximum de profits en spéculant sur les aliments de base comme le riz, le maïs, le blé. Les prix explosent, et toutes les cinq secondes, un enfant de moins de dix ans meurt de faim. Aujourd’hui plus que jamais, il faut retourner les fusils. »

Devant son interlocuteur abasourdi, Ziegler tempère à peine son séditieux propos. Non, non, il n’est pas question d’aller illico « flinguer son banquier », mais au moins d’empêcher par tous les moyens les capitalistes de semer la désolation sur toute la planète.

Et de donner l’exemple des cinq cents sociétés tentaculaires multinationales échappant à tout contrôle, notamment à celui des États, s’appropriant 52,8 % du produit mondial brut, coupables de maltraitances contre leurs ouvriers, comme ces quelques 1 300 victimes mortes dans les ruines de l’immeuble insalubre Rana Plaza à Dacca.

Chasser les grands prêtres des religions malfaisantes

Or, la forteresse financière néolibérale n’est désormais guère plus salubre que le bâtiment délabré de Dacca. De sinistres craquements en ont de nouveau ébranlé les fondations tout au long de la semaine passée. Les métastases du cancer systémique ont repris leurs lugubres ravages, frappant jusqu’aux derniers refuges du sanctuaire : les places boursières et financières.

Et tout retour en arrière est désormais impossible. Les lettres ouvertes indignées aux dirigeants du monde malade pour qu’ils changent de cap sont vaines et dérisoires. Comme le dit le banquier défroqué Charles Sannat dans un de ses éditos du Contrarien, il n’y a plus rien à espérer du système agonisant, ni de ses gouvernants :

    « Il faudrait tellement tout changer, tellement tout bouleverser que jamais, jamais un consensus ne pourra se faire sur des mesures d’une telle ampleur tant que nous ne serons pas tombés au fond du gouffre. Nous sommes au pied du mur mais cela ne change rien. Nous pouvons gloser des heures et des heures sur quoi faire, comment le faire, pourquoi le faire, nous ne ferons rien. Rien. »

Tout changer, oui, dans les institutions comme dans les mentalités. Tout changer pour passer au monde d’après en surmontant le chaos laissé par le monde d’avant. Mais qui pense sérieusement que l’on peut se débarrasser d’un système sans écarter ceux qui s’en portent garants jusqu’à l’intolérable ? Qui croit qu’on puisse mettre hors d’état de nuire une religion malfaisante en restant soumis à ses grands prêtres et respectueux de ses temples ?

"Retournez les fusils ! Choisir son camp". En vente dans toutes les bonnes librairies. L’idée — et l’urgence — méritent qu’on y réfléchisse, non ? D’ailleurs qui parmi vous, chers lecteurs, n’y a pas déjà au moins secrètement pensé ?
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne bug

  • Neutre
  • Sarkophobe
  • Messages: 145
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #83 le: 12 août 2015 à 00:17:22 »
C'est blâmable mais j'ai besoin de mettre mon coup de gueule stérile par écrit et je ne savais pas où.

J'en ai assez de voir tout ces vieux milliardaires financiers hors d'age priver les gens de nourriture. Quel avenir y a t-il avec des gens comme ça qui ont cessé d'être prolifique depuis un demi siècle? Y a bien la succession mais pour être grand n'y a t-il pas besoin de grandir un peu, en s'imaginant quelque part qu'on nait pas si différent de n'importe qui d'autre? C'est surement aberrant de s'installer sur une pile de souvenirs d'ancêtres et d'y voir un succès. Au final les deux trucs qui reste d'une population humaine, qu'elle ait dominé le monde pendant des milliers d'années ou pas, c'est peut-être les connaissances qu'elle a pu transmettre aux survivants et les dit survivants. Y a que ça que les machines ne pourront pas nous prendre quitte à nous cantonner dans des simulateurs à idées en vue de leur prochaines mises à jour. Dans le profit financier, elle est où la créativité, l'initiative, l'action, tout ce qui peut faire qu'on motive une intention sans que ce soit par réflexe ou nécessairement sous condition, c'est où tout ça, quand on fait confiance a des souvenirs pour asseoir une autorité? Servir pourquoi pas, mais suivre ça craint. Vivement les groupements sans groupes, les chemins sans destinations, les origines sans guides, les principes sans limites, qu'on puisse un peu exister soi-même entouré d'autres suffisamment eux-même différents pour ne pas voir seul une absence de découverte. S'encombrer d'argent c'est un manque de confiance en soi, propre aux insatisfaits. Qui à dit que les voleurs ne savaient qu'imboire, ils peuvent aussi s'imboire, spoliant ainsi leur propre notion de la valeur. Le désir aussi, remarquez. Y aurait des points communs entre le désir et l'argent? ça craint.

Oui, oui, les amis tout ça, on m'en a parlé et j'y réfléchi parfois.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #84 le: 04 février 2016 à 18:14:47 »
Citer
Economie. Traité transpacifique : un accord controversé, mais signé


Jetez-y un coup d'oeil. Même les classes ouvrières des States et d'Australie ont peur!  :fache1:

Un coup d'essai pour le traité transatlantique...  :fache:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #85 le: 29 mars 2016 à 18:50:21 »
Cynique et indécent : Pour le vice-président du Medef, le salaire de Carlos Tavares est justifié

https://www.youtube.com/watch?v=0r_De_rffOk] [url]https://www.youtube.com/watch?v=0r_De_rffOk[/url]
Citer
Il n’est ni le premier ni le dernier patron du CAC40 à déclencher un tollé à l’annonce du montant mirobolant de son salaire. Carlos Tavares, président du directoire de PSA Peugeot Citroën, a vu le sien quasiment doubler en 2015, pour atteindre les 5,24 millions d’euros. Dans le détail, celui qui a pris la tête du constructeur automobile français en 2014 a touché 3,23 millions d’euros de salaire et un peu plus de 2 millions d’euros sous forme d’actions, que le dirigeant ne pourra toucher qu'en 2019, sous certaines conditions.

L’écart avec les salariés est énorme. Pour justifier cette somme rondelette, le conseil de surveillance de PSA, qui a voté le salaire de Carlos Tavares, invoque les bons résultats du groupe. En 2015, celui-ci a été bénéficiaire pour la première fois après quatre années dans le rouge. Son résultat opérationnel a triplé par rapport à 2014, porté par la croissance de sa division automobile. Le salaire de Carlos Tavares est donc "la rémunération de la réussite", a expliqué le patron du Medef, Pierre Gattaz, mardi sur France Info.

Mais les syndicats notent que ces bons résultats ne sont pas uniquement imputables à la tête de l'entreprise. Interrogé sur BFM TV dimanche, le secrétaire général du syndicat CFDT, Laurent Berger, a souligné que "PSA se redresse, tant mieux. Mais c'est aussi grandement grâce aux efforts des salariés et à la richesse créée par les salariés." Or, en 2015, "les salariés ont eu une augmentation générale de 8 euros nets par mois, que ce soit pour les ouvriers ou les techniciens", a réagi au micro d'Europe 1 Jean-Pierre Mercier, délégué syndical CGT. Ces derniers ont également touché une prime de 2.000 euros en moyenne, dont près de 700 euros au titre des résultats de l'entreprise.

PSA se redresse mais les efforts ne sont pas terminés. Durement touchée par la crise du secteur automobile depuis 2011, la marque au lion avait vu le cours de ses actions chuter drastiquement, plusieurs projets de fusion ou de rapprochement avec d'autres constructeurs tomber à l'eau et la faillite s'approcher dangereusement. A partir de 2014, Carlos Tavares a présenté un plan pour sortir l'entreprise de la tourmente, "Back in the race" ("de retour dans la course"). Celui-ci avait demandé de gros efforts aux salariés, notamment d'importante diminution d'effectifs.

Et cela a payé. Pour le président du conseil de surveillance de PSA, Louis Gallois, Carlos Tavares a réussi à opérer un redressement du groupe "beaucoup plus rapide qu'escompté" et mérite donc une récompense. Reste qu'après "Back in the race", les salariés doivent se préparer à un second plan, destiné à consolider les résultats et le positionnement de PSA. Intitulé "Push to pass", du nom d'un dispositif permettant aux voitures de course une forte accélération pour dépasser les concurrents, celui-ci sera présenté lundi prochain.

L’Etat s'y oppose. Actionnaire minoritaire de PSA, l'Etat n'est pas favorable à l'augmentation de la rémunération de Carlos Tavares. Ses deux représentants au conseil de surveillance ont d'ailleurs voté contre et le ministre des Finances, Michel Sapin, a estimé mardi que cette hausse de salaire était "dommageable" "à un moment où l'effort est nécessaire". Le gouvernement  n'a aucun levier d'action concret, puisque l'Etat ne détient que 14% de participation au sein de PSA, et ces protestations restent symboliques.

Mais elles ont d'autant plus d'écho que le gouvernement était venu au secours du groupe automobile au moment où celui-ci en avait le plus besoin. Début 2014, il avait injecté 800 millions d'euros dans l'entreprise moribonde pour en devenir un actionnaire minoritaire, pendant que le chinois Dongfeng en faisait autant. Voir Carlos Tavares se soustraire aux recommandations du gouvernement, qui demande depuis plusieurs années aux dirigeants des entreprises dont il est actionnaire minoritaire de baisser leurs émoluments de 30%, est donc accueilli avec amertume. Mais sans surprise, puisqu'il est loin d'être le seul à ignorer les consignes de l'exécutif. Carlos Ghosn, chez Renault, et Thomas Enders, chez Airbus, ont fait de même l'année dernière.


Et à côté de ça on nous pond une réforme "Loi travail" pour remettre le peuple à l'esclavage pour pas un rond  :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : Capitalisme, libéralisme & Co
« Réponse #86 le: 30 mars 2016 à 19:53:44 »
 :| :| mais l'indécence quoi