Auteur Sujet: L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...  (Lu 10585 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Citation de: mélusine
Le fil des élections étant devenu obsolète, un nouveau fil sur les différents aspects (hors Sarkozy) de l'Europe et des euro-députés me semblait utile.
D'ailleurs, on va l'inauguer avec une nouvelle qui je suis sûre va tous vous réjouir et vous permettre de retrouver un sommeil serein. Nos députés européens sont de grandes âmes charitables. Si, si! Très charitables, même.
En effet, ils ont voté leur propre augmentation. Ben oui...charité bien ordonnée commence par soi-même...
Citer
25 juin 2009
Et maintenant, l'Europe sociale !

C'est à une très large majorité que les députés européens auront convenu d'harmoniser, et par le haut les revenus d'une certaine catégorie de citoyens de l'Union : les élus européens eux-mêmes.

Voilà qui devrait redonner espoir aux autres citoyens européens qui attendent sans nul doute d'être eux aussi mis sur un pied d'égalité salariale dans l'Union.

Pour être tout à fait honnête, il y a bien quelques perdants dans l'affaire : en l'occurrence, les élus italiens. Mais ceux-ci conserveront leurs avantages jusqu'en 2014 : autrement dit, pour la prochaine législature, et l'éventuel renouvellement de leur mandat.

Je dois ici en convenir : oui, l'Europe sociale est possible, comme nous le montre le Parlement Européen. Sachons profiter de l'excellente disponibilité dont sauront faire preuve nos élus grâce à leur tout nouvel équipement d'aqua-gym pour le leur remémorer régulièrement. Source: http://publiusleuropeen.typepad.com/


Citer
Avec le statut d’élu européen qui va entrer en vigueur avec le nouveau Parlement élu le 7 juin, les nouveaux membres de l’hémicycle toucheront tous 7.665 euros bruts par mois. Quel que soit l’Etat dans lequel ils ont été élus. source: http://www.bakchich.info/Les-eurodepute ... 08111.html
« Modifié: 24 janvier 2015 à 12:23:35 par raja »

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #1 le: 01 avril 2010 à 15:17:58 »
pour moi la responsabilité d'un élu est de toujours devoir résister aux intérêts financiers des groupes/lobbies et favoriser l'intérêt des citoyens... espérons que la Commissaire européenne Neelie Kros l'entend ainsi :

Citer
L'APRIL interpelle la Commission européenne sur l'avenir du libre en Europe
Julien L. - publié le Mardi 30 Mars 2010 à 21h06 - posté dans Société 2.0 Pirater cet article !ImprimerEnvoyer6 commentaire(s)Suite à la publication de la feuille de route numérique de l'Union européenne, l'APRIL a appelé la Commission européenne a être très vigilante sur l'avenir du livre sur le Vieux Continent. En effet, es lobbies des logiciels propriétaires s'emploient à mettre sous pression Neelie Kros, la commissaire européenne en charge de la société numérique.

Commission européenne, Logiciel Libre, April  La semaine dernière, nos confrères de PC INpact obtenaient une version intermédiaire de la feuille de route numérique de l'Union européenne. En cours de rédaction par la commissaire européenne en charge de la société numérique, cette dernière subirait d'importantes pressions de la part de différents groupes d'intérêt, ces derniers cherchant à nettoyer le document de toute référence aux "standards ouverts", à l'"open source" ou encore du principe de l'"interopérabilité".

Face à ces rumeurs inquiétantes, l'APRIL a pris les devants en adressant une lettre à la Commission européenne pour lui faire part de ses "préoccupations à propos de « l'Agenda numérique pour l'Europe » qui devrait être présenté fin avril". L'association de promotion et de défense du logiciel libre s'inquiète en effet de la disparition éventuelle de toute "référence à l'importance des standards ouverts pour l'interopérabilité".

Une décision qui "serait très dommageable pour les intérêts de nos membres : les entreprises spécialisées dans le Logiciel Libre ainsi que ses utilisateurs" explique l'association. La situation est délicate. En effet, l'APRIL souligne un contexte défavorable où les lobbies du logiciel propriétaire s'appliquent à mettre sous pression la commissaire européenne pour qu'elle ne cite pas ces termes, afin de "réviser à la baisse la définition de standard ouvert".

"Les standards ouverts jouent un rôle indiscutablement positif pour l'économie numérique. L'April se réjouit donc de voir que la Commissaire Kroes les ait identifiés comme tels et souhaite les utiliser pour concrétiser la politique numérique de l'Europe. Au vu de l'intérêt décisif des standards ouverts pour la concurrence, l'innovation et l'intégration de tous dans le marché européen, nous ne doutons pas que les commissaires Almunia Mira, Tajani et Barnier soutiendront le passage à l'action de Mme Kroes" a expliqué Tangui Morlier, le président de l'association.

Pour Frédéric Coucher, délégué général de l'APRIL, "en nommant une vice-présidente à la société numérique, le président Barroso a montré son ambition de promouvoir une société de l'information européenne compétitive, innovante, ouverte et inclusive. Le document de travail qui a été publié démontre que la commission peut concrétiser cette politique. Son adoption en l'état prouverait ainsi qu'en matière de politique sur le numérique, il n'est plus question d'opter pour le statu co et ainsi de céder à des intérêts particuliers basant leurs rentes sur le contrôle et la fermeture".

Pour l'heure, aucune information ne permet de dire que Neelie Kroes a cédé aux lobbies du logiciel propriétaire. Une raison supplémentaire de soutenir la démarche de la commissaire européenne.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #2 le: 01 avril 2010 à 15:30:23 »
L'une comme l'autre de ces informations est à s'étouffer ou à mourir devant son PC... Déjà, le salaire des élus européens. 5 smic minimum, ils ne se mouchent pas du pied, c'est hallucinant. Une indemnité journalière de "subsistance" de 295 euros !!!! Bordel, en France pour la plupart des gens ça suffit à faire les courses pour un mois !! Et bien sûr, le salaire est prévu en plus de l'indemnité, en plus des frais qui sont remboursés, etc... Limite des économies pour les vieux jours. Ah non pardon, ils ont aussi réglé la question des retraites, je crois...

Quand au lobbies du propriétaire, évidement qu'ils vont mettre la pression pour que comme toujours, l'offre soir réduite à leur fond de commerce. Sans compter que certains états réputés pour vouloir tout savoir sur tout le monde ont tout intérêt à soutenir les lobbies propriétaires, comme ça, personne ne risque de trouver des parades à leurs "back door" et autres sympathiques infiltrations...  :fache1: :rougefache:

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #3 le: 01 avril 2010 à 16:23:15 »
mon avis sur la question : même s'il est indéniable que cela va fortement freiner l'accès du monde libre au tout public, je pense que ça n'est pas ça qui arrêtera le libre du jour au lendemain.

de toute façon il y en aura toujours des plus malins pour déplomber n'importe quel soft ou OS pour le rendre disponible au plus grand nombre (mais ça n'est pas tout le monde).

si j'ose dire "vive les pirates" et les lendemains qui chantent !  :fesse:
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #4 le: 06 avril 2010 à 15:09:30 »
L'Europe Unie ne serat rien d'autre que l'équivalant des États Unis, Vous avez plus de dirigeants, nationaux, régionaux, députés, de généraux et d'escrocs. Ce dernier qualificatif est arrivé sur mon clavier de facon imprévue. Sorry.

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #5 le: 06 avril 2010 à 19:30:56 »
Tu nettoyais les touches, et le coup est parti tout seul, c'est ça ?  :mrgreen:

Cela dit, concernant l'analogie avec les USA, je serais curieux de voir ce que donnerait Jean-Claude VanDamme en gouverneur... :gene:
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #6 le: 17 mai 2010 à 09:33:23 »
Citer
Les trois quarts des demandes d'asile en Europe sont rejetées

L'Europe est une terre d'asile difficile à atteindre. Près des trois quarts des demandes d'asile présentées dans des pays de l'Union européenne en 2009 ont été rejetées, selon des données publiées mardi par l'Office européen des statistiques, Eurostat. La plupart des demandes provenaient de personnes en provenance d'Afghanistan, de Russie, de Somalie et du Kosovo.

En 2009, parmi les 229 500 demandes d'asile dans l'UE, 73 %  (soit 166 900) ont été rejetées, indique Eurostat. Seuls 12 % des demandeurs ont obtenu le statut de réfugié, 11 % se sont vus octroyer une "protection subsidiaire", un statut qui reconnaît l'existence de risques pour le demandeur dans son pays d'origine et qui empêche donc son expulsion. Enfin, 4 % des demandeurs d'asile ont reçu une autorisation de séjour pour des raisons humanitaires.

Le plus grand nombre de demandeurs d'asile a été enregistré en France (47 600), en Allemagne (31 800) et au Royaume-Uni (30 300), a précisé l'Office européen des statistiques. Sur les plus de 35 000 dossiers traités en France en 2009, plus de 30 000 ont fait l'objet d'un rejet. L'Allemagne a rejeté 17 000 demandes sur les quelque 27 000 qui lui étaient présentées. Seuls trois pays de l'UE sur 27 (Malte, le Portugal et la Slovaquie) ont pris plus de décisions positives que négatives concernant les demandes d'asile. Certains pays comme le Danemark ou les Pays-Bas ont pris presque autant de décisions positives que négatives.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/05/04/les-trois-quarts-des-demandes-d-asile-en-ue-sont-rejetees_1346508_3214.html

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #7 le: 17 mai 2010 à 13:58:33 »
Au risque de vous déplaire :pleur3: je suis contre l'émigration en France. Vous manqué de place Vos routes sont encombrées, de meme vos trains, métro, logements, avions*, écoles, trottoirs, encombrés de flics( non je ne compte pas les filles de joies).etc. Tout ca cré des dicentions. trop de congés scolaires. Faire tout un cas de votre maudit bac +1 2 3 4 5 (ridicule)  En fait pour vous,  la France est un pays d'aceuil qui manque de logements, mais pas de tentes. Je comprend pourquoi il n'y a que depuis 1820-2003 = 836 367 francais émigrés dans notre Amérque bien aimée, le francais est casanier. Un pays ou la panique est devenu un mode de vie. Un pays ou l'atavisme est puissant. Les plus économes du monde vos comptes Écurueil sont plein, les particuliers sont les plus riches du monde en possetion d'or :langue3:. Vos politiciens de tout bords corrompus. :diable:

Exemple.Parmis tant d'autres
,*, Suite a la poussiere d'un certain volcan, plus d'avions, pourtant il n'aurait fallu que de remettre en ligne vos avions a élices au lieu de tous les mettre a la casse, puisqu'ils n'aspire pas l'air comme les réactés ca serait meme le contraire. :fache1:


Je plaisante ,vous avez aussi de grandes qualités, quoique souvent méconues des étrangers............Inutile de me crier dessus, c'est ce pensent bien des pays. Personnellement, et vous le savé, les francais sont encore les plus inteligents inné. Je ne parle pas de l'instruction ca c'est autre chose tres discutable. (il y aurait la tout un débat.)
« Modifié: 17 mai 2010 à 14:39:58 par TheTwit »

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #8 le: 17 mai 2010 à 15:00:57 »
Justement, des avions à hélices... vous pourriez peut-être nous en prêter quelques-uns, au lieu de les laisser se momifier dans le désert du Nevada...

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #9 le: 17 mai 2010 à 15:26:18 »
Pas question de les preter, mais les louer, ca coute cher de parcmetre, non n'avons plus assé de $. Et l'euro s'écroule.

Cliké

« Modifié: 17 mai 2010 à 15:37:34 par TheTwit »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #10 le: 11 mai 2011 à 14:37:31 »
Citer
Grande braderie sur les droits sociaux en Europe

Le processus d’adoption de la nouvelle « gouvernance économique » fait son chemin. Du côté du Conseil, le « Pacte pour l’euro » engage les gouvernements sur la voie de politiques d’austérité renforcées. Le Parlement européen devra quant à lui se prononcer début juin sur le paquet de « gouvernance économique » qui comprend les principales mesures du nouveau dispositif.
Grande braderie sur les droits sociaux en Europe

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le feuilleton, la « gouvernance économique », en deux mots, c’est cet ensemble de mesures qui renforcent la surveillance et les contraintes sur les dépenses et l’endettement publics (voir : l’UE-topie des marchés, par le Corporate Europe Observatory).

Concrètement, ce renforcement de l’« orthodoxie » budgétaire devrait s’accompagner mécaniquement de son lot de mesures d’austérité dans tous les pays de l’UE : réduction de l’emploi public, avec éventuellement blocage des salaires, coupes dans les services publics et privatisations, réductions des pensions et financiarisation des retraites, réformes du droit du travail pour faciliter les licenciements, mise en place d’une fiscalité « business friendly »…

Mais si les plans d’austérité font le malheur des populations, ils ont tendance à faire rougir de plaisir les marchés financiers. Or que ne ferait-on pas pour ces pauvres banquiers et investisseurs, scandaleusement présentés comme les responsables de la crise, et jetés à la vindicte populaire ? Heureusement, les instigateurs de la nouvelle gouvernance économique, Commission et gouvernements européens, n’ont pas cédé pas au populisme ; car d’aucuns voulaient les mettre à contribution, et que leurs pratiques - certes parfois audacieuses - soient sévèrement encadrées. Voire, que leurs créances soient restructurées.

Non ; les dirigeants européens, dans leur sagesse jean-monnesque, ont bien saisi les causes de la crise de la dette : salaires trop élevés, services publics sur-subventionnés et inefficaces, systèmes de protection sociale trop « archaïques » et droit du travail pas assez « flexible ». Du coup histoire d’être sûr que ces salauds de fonctionnaires, de syndicalistes et d’assistés ne nous fassent pas replonger une seconde fois dans la crise, ils ont prévu des sanctions pour les gouvernements qui ne se plieraient pas à la « discipline » de la nouvelle gouvernance économique.

La question qui restait en suspens, c’était de savoir dans quelle mesure serait partagée cette conclusion certes audacieuse, mais pas forcément à la portée du péquin moyen. Fort heureusement depuis Bruxelles, il est toujours plus facile de la mettre à l’envers, en loucedé, aux salauds de fonctionnaires, d’assistés et de syndicalistes, toujours prompts à dégainer leurs mouvements sociaux sur la scène nationale. La jouer discrète, et exit les fâcheux, donc.

Restent les parlementaires européens. Ceux-là ne sont pas farouches. Et si les belles expertises, et toute la conviction des lobbyistes (incrustés au Parlement européen comme des moules sur un rocher), ne suffisent pas à se les mettre tous dans la poche, il reste que la majorité du Parlement européen penche vers la droite ; or par coïncidence de ce côté là de l’échiquier politique, on ne voit pas du tout d’un mauvais œil qu’on fiche quelques coups de pieds au cul bien placés à l’Europe d’en bas.

De fait, les amendements aux propositions de la Commission qui ont été votés le 19 avril par le comité des affaires économiques et monétaires (ECON) du Parlement européen ont même renforcé certaines dispositions contraignantes de surveillance des budgets, tout en laissant délibérément de côté la question de la régulation financière. Au point que les Verts et le Parti socialiste européen, au risque de rompre avec le « consensus » cher aux institutions européennes (ce qui est très sale et malpoli, vous en conviendrez), se sont finalement opposés à l’adoption des rapports d’amendement.

De leur côté, au Conseil européen du 24 mars, les gouvernements se sont mis d’accord sur un « Pacte pour l’euro ». Celui-ci définit les grandes lignes de la future « gouvernance économique », qui devrait principalement viser à [1] :

- S’assurer d’une diminution du coût unitaire de la main d’œuvre (ça s’appelle la « compétitivité » chez les gens bien élevés, la « nique aux salariés » chez les autres)

- Réformer le droit du travail et le marché du travail pour plus de flexibilité et réduire les charges fiscales sur l’emploi (grosso modo : moins d’impôt pour les riches, plus de pression au travail sur les pauvres)

- Assainir les finances publiques (saisis : les riches paient moins d’impôts, donc il faut trouver de l’argent ailleurs... juste un petit coup de canif dans ton assurance maladie et ta retraite)

- Assurer la stabilité financière (non, non tu t’égares. On va pas surveiller les banquiers et les marchés financiers. On va surveiller les dépenses publiques... qui sont responsables de la crise, quoi ! Faut suivre, un peu)

En attendant la mise en œuvre des dispositions de gouvernance économique, en cours de ratification, les gouvernements se sont livrés au cours du sommet à une sorte de braderie des droits sociaux, chacun étant sommé d’apporter sur la table les mesures d’austérité qu’il a d’ores et déjà pris et qu’il pourrait prendre à court terme dans son pays. Côté français, Sarkozy n’a pas été en reste, il a notamment proposé l’inscription dans la Constitution du principe d’équilibre des budgets publics, et l’application de la réforme des retraites votée fin 2010 [2]. Ce à quoi il aurait pu ajouter la suppression 31000 postes de fonctionnaires en 2011 (non remplacement d’un fonctionnaire sur deux), et la non-indexation des salaires des fonctionnaires [3].

Désormais, la balle est du côté du Parlement européen. Celui-ci devrait se prononcer en session plénière, du 6 au 9 juin à Strasbourg, sur le paquet de « gouvernance économique », dans des conditions assez exceptionnelles : le principe d’une procédure accélérée d’adoption ayant été actée au forceps par la majorité de droite au sein du comité ECON, les représentants des partis européens vont négocier avec le Conseil - de manière tout à fait opaque - un texte qui pourra être adopté en plénière.

Il y a fort à parier, vu la composition du Parlement européen, que le texte sera bel et bien adopté en plénière début juin, même sans le soutien des sociaux-démocrates et des verts. Ceux-ci se retrouvent cependant au pied du mur, devant deux options : d’une, épouser délibérément et explicitement les contours d’un néolibéralisme le plus brutal et le plus accompli. De l’autre, s’engager sur la voie d’une rupture qui remette en question certains réflexes automatiques vis-à-vis de la construction européenne.

Un autre enjeu concerne l’émergence d’une véritable mobilisation populaire dans les pays européens, face à ce que le président de la Commission appelle lui-même une « révolution silencieuse [4] ». Face à cette révolution, il est essentiel d’allumer des contre-feux. Et d’organiser, au plus tôt, une véritable contre-offensive coordonnée à l’échelle européenne.
Julie Morange

PS : Le Corporate Europe Observatory et le réseau des Attac d’Europe organisent une pétition à destination des députés européens pour les enjoindre à voter contre la nouvelle « gouvernance économique » européenne. Ça se passe ici : http://www.france.attac.org/non-au-pacte-pour-leuro-0

http://dessousdebruxelles.ellynn.fr/spip.php?article146

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #11 le: 07 juin 2011 à 13:01:09 »
depute britanique dit la verité sur l'europe ces danger(ecouté juqu'a la fin)

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #12 le: 16 octobre 2011 à 09:36:21 »
Citer
Réforme de la PAC : un vernis écologique sans changement profond

Le 12 octobre 2011, la Commission européenne a présenté les projets de réforme de la Politique Agricole Commune (PAC) pour 2014-2020. Ceux-ci soutiennent notamment l’attribution d’une aide de base à l’hectare à tous les agriculteurs et dans toute l’Union européenne, à compter de 2014. L’objectif est de compenser l’écart de coût de production entre l’UE et les pays tiers. Par ailleurs, 30 % des aides directes seront dédiés à des pratiques culturales obligatoires, telles que le maintien de prairies permanentes ou la diversité des cultures. Toute exploitation devra ainsi compter au moins trois cultures différentes, la principale ne devant pas excéder 70 % des surfaces. Sont également suggérées la création d’outils assurantiels et de fonds mutuels, ainsi que le renforcement des producteurs dans les filières face aux distributeurs et aux industriels.

S’il a reconnu la pertinence d’un rééquilibrage des aides entre agriculteurs, le groupe Pac 2013 (1) reste sceptique quant à ces propositions. D’une part, il estime nécessaire de refonder les aides agricoles en fonction des emplois sur les fermes, et non en se basant sur le nombre d’hectares, comme c’est le cas aujourd’hui. D’autre part, il reste peu convaincu de l’efficacité des mesures de verdissement proposées par la Commission, qui ne remettent pas en cause les modèles de production actuels. De fait, elles ne révolutionnent rien en France, où l’obligation de trois cultures distinctes sur la surface cultivée, le maintien de prairies permanentes et d’un minimum d’infrastructures agro-écologiques (haies, mares etc.) sont déjà des conditions préalables au versement des aides.   

Autre point noir, ces projets de réforme passent sous silence les impacts négatifs de la PAC sur les pays en développement. Pourtant, selon le groupe Pac 2013, une relance des plantes légumineuses en Europe permettrait de réduire la dépendance à l’importation de soja, à l’origine d’une forte déforestation dans les pays du sud. La politique de l’autruche sous couvert d’argument économique est un leurre. Pour le Pac 2013, il n’est plus tolérable de dépenser 40 % de l’argent des contribuables au nom d’une politique responsable d’une forte perte d’emplois agricoles, d’une dégradation des écosystèmes et de l’insécurité alimentaire des pays du sud.

Ces propositions feront l’objet de débats au Parlement, et entre les Etats membres. Le premier échange est prévu le 20 octobre prochain au Conseil des ministres de l'Agriculture, l’enjeu étant de parvenir à un accord avant 2014. Le défi est de taille dans la mesure où les propositions actuelles ne satisfont ni la FNSEA (2), ni les associations environnementales.   

Cécile Cassier

1- Le groupe Pac 2013 est une plate forme de travail française qui associe des organisations d'agriculteurs, de solidarité internationale, de développement durable, et de protection de l'environnement sur l'avenir de la Politique agricole commune.
2- Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles.


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4862
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #13 le: 22 octobre 2011 à 08:59:59 »
Citer
L'aide européenne aux pauvres se heurte au refus d'une minorité d'Etats

Le maintien d'une aide européenne aux banques alimentaires et soupes populaires en Europe s'est heurté jeudi à l'opposition d'une minorité de blocage de six Etats, a constaté la présidence polonaise de l'UE en annonçant qu'elle allait continuer ses efforts pour trouver une solution.

«La présidence ne peut que noter qu'on n'a toujours pas de majorité qualifiée» en faveur du maintien de ce programme, mais «nous ne fermons pas pour autant le dossier», a déclaré à l'issue d'un débat âpre avec ses homologues européens à Luxembourg le ministre polonais de l'Agriculture, Marek Sawicki.

L'enjeu des négociations était d'éviter l'an prochain une réduction drastique -de l'ordre de 80%- de ces fonds à la suite d'un arrêt de la Cour européenne de justice. Actuellement, des centaines d'organisations caritatives profitent de ce programme doté de 480 millions d'euros, dans une vingtaine d'Etats.

Si rien ne se passe «en 2013 ce programme risque d'arrêter d'exister», a prévenu le commissaire européen à l'Agriculture Dacian Ciolos.

Jeudi à Luxembourg, l'Allemagne, la Suède, le Royaume-Uni, le Danemark, la République tchèque et les Pays-Bas ont maintenu leur opposition à ce que les fonds, tirés du budget agricole, soient utilisés à des fins de politique sociale.

(Source AFP)


http://www.liberation.fr/economie/01012366864-l-aide-europeenne-aux-pauvres-se-heurte-au-refus-d-une-minorite-d-etats?xtor=EPR-450206
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #14 le: 25 février 2012 à 12:32:26 »
Voici une info qui m'a fait tout bonnement halluciner lorsque j'en ai pris connaissance  :| Cela m'a paru tellement invraisemblable, que je n'ai même pas ressenti tout de suite d'indignation ! J'ai commencé par penser que c'était une connerie inventée par un parano du complot sioniste ...... Mais il semblerait que non
 :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:



Vous aviez entendu parler de ce truc-là, vous ????

Citer

Dans son allocution d'ouverture au nom du parlement européen, la députée européenne bulgare Antonyia Parvanova a qualifié cette première réunion d'"historique" et a affirmé qu'"elle marquera le futur des Juifs en Europe et au-delà".

"Je suis fière et honorée d'être devant vous tous en ce jour. Pour la première fois, se réunissent ici les représentants d'organisations représentant plus de 3,5 millions de citoyens juifs à travers le continent", a-t-elle dit.

"Pour la première fois dans l'histoire, le peuple juif européen se présente comme une assemblée autour d'une cause".

Elle a souligné que le nouveau parlement juif européen "sera la voix représentant la communauté juive en Europe".

"Je suis convaincue qu'il sera une voix forte qui contribuera positivement au développement européen".

Elle a terminé son discours par une prière juive traditionnelle. "J'allume la bougie de cette assemblée et de la première session du parlement juif européen" avant de souhaiter en hébreu "Mazal Tov" (Bonne chance).

source
 

« Modifié: 25 février 2012 à 12:46:26 par reveillonsnous »
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #15 le: 29 février 2012 à 18:44:48 »
Et 4 jours plus tard, toujours aucune réaction, sauf de façon trés marginale (genre un article sur agoravox, ou la même video que j'ai publiée ci-dessus reprise sur des sites genre contre-info ou fdesouche ..... faites le test de taper "parlement juif européen" en recherche google si vous voulez voir)

Et même  aucune réaction ici sur le forum !!!!
J'avoue que je m'interroge ?  8/
Serait-ce moi qui voit comme une importante question ce qui n'est finalement que très secondaire ? .... :/
Mais franchement j'en doute :mrgreen: ! Le lobbyisme communautaire prend ici des allures d'ingérence anti-démocratique , non ?  :désolé1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #16 le: 01 mars 2012 à 10:53:18 »
 :nono: c'est juste hallucinant 8| c'est comme si on créé un Parlement musulman européen, là on aurait eu des cris d’orfraie de la communauté européenne.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #17 le: 01 mars 2012 à 11:42:08 »
Je n'avais pas vu...
Et je n'arrive pas à y croire!  8|

Voyez-vous ça:
Citer
L’idée de la création d’un parlement européen juif a été pour la première fois envisagée il ya plusieurs années par le président de l’Etat d’Israël, Shimon Peres.

Ce Parlement sera l’un des outils de la nouvelle institution European Jewish Union présidée par Igor Kolomoisky, un homme d’affaires ukrainien qui a beaucoup œuvré pour sa communauté et qui veut rapprocher les communautés juives d’Europe de l’Est de leurs sœurs d’Europe occidentale.

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Inauguration-du-premier-Parlement-juif-europeen-a-Bruxelles-10576.html

Un truc idéal pour réveiller le complotisme antisémite!  :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #18 le: 01 mars 2012 à 12:15:08 »
Tout-à-fait !
Et c'est d'ailleurs ce qui transparait à travers le profil des sites qui reprennent et diffusent l'info  :/ ou à travers les commentaires de l'article d'agoravox auquel je faisais allusion !

C'est dramatique que les tenants sincères de la démocratie passent sous silence ce genre de chose, car ils laissent le champ absolument libre aux délires complotistes ou aux tarés de l'antisémitisme paranoïde  tresfache tresfache
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #19 le: 15 mars 2012 à 08:50:59 »


Citer
La Commission européenne est-elle très raciste ou juste un peu conne ?

La semaine dernière, la Commission européenne a retiré de la Toile une vidéo dans laquelle l’Europe, incarnée par une femme blanche, est menacée par trois hommes, un asiatique, un "oriental" et un Noir. Racisme grossier ? Le porte-parole de l’institution plaide la bourde naïve et parle de méprise.

L’asiatique, bien entendu, fait des kata, il a probablement un nunchaku planqué dans la chaussette ; l’indien, genre sikh aux yeux de charbons, est barbu, enturbanné et manie le sabre tel un coupeur de tête ; quant au Noir, doté d’une musculature qui ne va pas sans rappeler celle des fauves de la savane, il est agile et grimpe partout. Un peu comme un léopard.

L’Europe, elle, est une femme, belle, douce et multiple (tant qu’à faire). Si douce et multiple qu’à la fin, elle entoure ces barbares agressifs et les fait asseoir. En fait, ils ont bien compris, que s’ils ne s’exécutent pas, elle va les niquer, cette jolie blanche qu’ils s’apprêtaient probablement à violer tous les trois parce qu’ils ont ça dans le sang, la violence contre les femmes, alors que nous, non, la preuve l’Europe est une femme.

Bon voilà, la moralité, c’est qu’ensemble on est plus fort. Contre qui, contre quoi ? Y’a qu’à voir la vidéo pour s’en faire une idée.

Ce stupéfiant petit film, bourré de stéréotypes racistes et essentialistes a été pensé, réalisé puis mis en ligne le vendredi 2 mars par les communicants de la délégation générale de l’élargissement de l’Union européenne de la Commission de Bruxelles. Face au tollé soulevé, il en a été retiré le mardi suivant, 6 mars. Le temps de faire un petit buzz sur Internet mais sans que la presse, en tout cas française, n’en fasse vraiment ses choux gras.

Que s’est-il passé ? La commission européenne a-t-elle refilé les clefs de sa cellule com. à un eurodéputé d’extrême-droite ? A un publicitaire crypto-fasciste ? Joint hier au téléphone par Regards.fr, Peter Stano - porte-parole de Stefan Fulle, le "commissionnaire" chargé des politiques d’élargissement et de voisinage de l’Union européenne - nie en bloc. « Le malentendu vient du fait que ce clip était destiné à une tranche de population très spécifique, les 17-24 ans, argumente-t-il. Nous avons voulu utiliser le langage et les codes de cette génération. Les trois hommes pratiquent des arts martiaux et se situent dans l’univers des jeunes, le cyberespace, les jeux vidéos. D’ailleurs, durant les 5 jours où ce film est resté en ligne, il a été vu environ 500.000 fois et les réactions du public visé ont été plutôt très favorables ». D’où, alors, sont venues les pressions qui ont conduit les gens de la Commission européenne à retirer cette vidéo ? « De médias traditionnels et de personnes à qui elle n’était pas destinée, assure Peter Stano. Quand leurs accusations de racisme nous sont tombées dessus, nous avons décidé de l’annuler car nous ne souhaitons pas entrer dans une polémique ».

Ce serait donc pour lui une méprise. « L’objet de la campagne que nous menons actuellement, et dont ce film n’est qu’un élément, est de promouvoir l’élargissement de l’Union européenne. Nous avons fait le pari de jouer avec les clichés afin de lutter contre les préjugés... Le message qu’on veut faire passer, c’est celui du respect et que l’on peut s’entendre en discutant », explique le porte-parole en faisant référence à la chute du clip.

Un message, c’est peu de le dire, plutôt brouillé. Les représentations de l’étranger et de l’européenne sont au contraire si caricaturales et désignent si clairement des étrangers non-occidentaux que l’on a peine à croire que les communicants n’ont pas anticipé les protestations. C’est pourtant ce qu’affirme Peter Stano : « C’était une expérience. Après toutes ces réactions négatives, nous serons désormais bien plus attentifs car on a compris que certains sujets sont très glissants. La prochaine fois, on utilisera des extra-terrestres pour ne pas risquer la polémique ! »

Une pirouette qui confirme étrangement que l’Europe semble avoir besoin d’un "autre" hostile pour vendre son élargissement. Mais qui surtout en dit long sur l’absence de réflexion sur le fond qu’a suscité cette affaire à la Commission. L’erreur, selon eux, c’est d’avoir choisi les mauvais morphotypes à la mauvaise époque... Un bourde stratégique en somme. Un peu court comme enseignement. Une institution telle que l’Europe aurait pu en profiter pour se demander si elle est fondée à se comporter comme le vulgaire service commercial d’une entreprise en raisonnant en terme de "public ciblé" à qui on propose ce qu’il est censé attendre en faisant fi des dimensions politique et éthique du message ; Elle pourrait aussi faire un peu d’introspection : quels que soient les arguments avancés, ce film témoigne bien de l’enracinement profond dans certains esprits (en l’occurrence européens) de la conviction d’appartenir à une civilisation supérieure. Mais visiblement, du côté de Bruxelles, l’affaire de la "vidéo raciste" n’a pas suffit à mettre ces questions sur la table.


Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #20 le: 15 mars 2012 à 13:00:33 »
J'aime à me souvenir ces temps-ci que le nom d'Europe provient de la mythologie... grecque.

Fille ingrate.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne bug

  • Neutre
  • Sarkophobe
  • Messages: 145
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #21 le: 01 avril 2012 à 14:22:03 »
woua tout ça pour des différences d'opinion, ils sont payés tout ceux qui ont fait ça, ce serait bénévole ce serait autre chose. Au final ce sont des objectifs et des moyens et peut-être que le caractère général de l'intérêt est un peu maigre, mais au mieux on est rassuré sur l'intégrité de nos élus, c'est pas ça qui remplira le frigo. La plupart des européens sont au chômage ou n'exercent pas d'activité, sans parler de la fraude fiscale. Il est tout à fait envisageable que certains soient séduit pour quelques argents par quelques intérêts quels qu'ils soient. Marcher au pas pour avoir du pain, des européens l'on déjà fait en des temps difficiles.
Dans le monde de goldmann sacks, les intérêts sont intéressants quand ils génèrent des profits en valeur bancaire.
Si l'Europe est un peu goldmannsackisé, gagner de l'argent pourrait être une fin en soit. Et le message est "je ne fais pas une pub raciste parce que je suis raciste,  je fais une pub raciste parce que je suis payé et peu importe le message tant qu'il paye: clonage humain, femme de 40 kilos maxi toute mouillée, et brune." (Et quoi une blonde 90 C ne sait pas débattre?) le reste n'est qu'affaire de valeur de la pub et de conseil supérieur de l'audiovisuel. On ne nous montre pas winnie l'ourson et babar parce que ces programmes sont odieusement subversifs où tout n'est qu'addiction et élevage d'abeilles ou souverainisme glorifiant le culte de la personnalité. Tout ça n'est que menue cacahuète comparé au parterre mondialiste destructeur de planète. Par contre les campagnes promotionnelles de l'UE sont des produits markétings suffisamment négociables sur le marché de l'image à vendre en pub pour être autorisé.   

La question que je me pose moi c'est: est-ce que je sais encore lire?
prenez ce traité établissant une constitution pour l'Europe
http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/root/bank_mm/dossiers_thematiques/referendum_2005/3tce.pdf
depuis le 1er janvier 2012 on sait bien que:
http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_la_une/toute_l_actualite/immigration/deplacement-cci-paris-prefecture-police-paris/downloadFile/attachedFile/111012_-__Dossier_de_presse_Reforme_langue_francaise.pdf?nocache=1323450986.98
Et on se retrouve vite avec des documents de ce genre dans les mains qui sont tout sauf facile à manier.
http://www.ciep.fr/tcf/document/manuel_candidat.pdf
Et moi devant des trucs comme ça, j'n'ai pas besoin de chercher ailleurs pour me sentir en insécurité. Je ne pense pas être le seul donc ce type de discours de l'Europe n'aura je pense pas d'écho, va donc perdre de sa valeur et être vite goldmanrémplacé.


(et Uma Thurman habillée en Lynda Carter elle est où? Chuck Norris faute de mieux les cachets ne les intéressent pas)
« Modifié: 01 avril 2012 à 14:36:56 par bug »

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #22 le: 18 juin 2012 à 17:20:33 »
 :super: :frime1: :merci:

Citer
Les ONG peuvent demander le réexamen d'une législation de l’UE

En 2008, les ONG PAN-Europe et Stichting Natuur en Milieu demandèrent à la Commission européenne de réexaminer le règlement 149/2008 accordant un assouplissement des normes relatives aux résidus de pesticides dans les aliments. La Commission avait toutefois refusé de procéder au réexamen, au motif que le cadre réglementaire n’octroyait pas aux ONG le droit d’une telle requête.

Mais un jugement rendu le 14 juin dernier par la Cour européenne de justice permet désormais aux ONG d’avoir accès à la Cour de justice pour demander le réexamen d’une législation. Ainsi, la remise en question des décisions de la Commission devant la Cour de justice ne sera plus l’apanage d’organisations à but lucratif, mais servira également la défense d’intérêts publics via l’intervention d’ONG.

Forte de cette annonce, PAN-Europe demande à la Commission d’entamer la révision du règlement 149/2008 pour mettre fin à l’assouplissement massif des normes alimentaires, comme demandé en 2008.

Cécile Cassier


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=5216
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #23 le: 27 juin 2012 à 08:38:02 »
Je reagis un peu tard mais YES !!! contente de l'apprendre. ca fait au moins une bonne nouvelle dans ce monde d'austerite.  :merci: :merci:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #24 le: 22 décembre 2013 à 11:59:35 »
Ben, j'ai eu un doute sur l'endroit où poster, mais je crois que ce fil, bien qu'ancien, est le plus adapté  :ange:

Je partage totalement le petit commentaire de celui chez qui j'ai trouvé ce bijou !

"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #25 le: 15 mars 2014 à 19:37:31 »
Une petite nouvelle plutôt sympathique en provenance du Parlement Européen  :super: Comme ce n'est pas si souvent (faut dire qu'on a plus d'infos venant de la Commission que du Parlement  :mrgreen:) cela méritait bien d'être relevé, non ?

Citer
Les sociétés écran bientôt dévoilées dans un registre public



Le Parlement européen a amendé la directive anti-blanchiment. Un registre public des bénéficiaires effectifs des sociétés-écrans et des trusts va être mis en place.

Une très large majorité d'eurodéputés a adopté la révision de la directive anti-blanchiment le 11 mars lors de la session plénière à Strasbourg.

En discussion depuis des mois, la législation européenne visant à lutter contre le blanchiment des capitaux a été voté par 643 voix pour, 30 contre et 12 abstentions.

Fin de l’anonymat

 La principale avancée du texte demeure la mise en place de registres publics des bénéficiaires effectifs des sociétés, fondations et trusts.

Ce registre doit permettre à la police et aux autorités fiscales d’identifier les véritables bénéficiaires de toutes sociétés, fondations ou trusts ayant des activités au sein de l’Union européenne en mettant un terme à l'anonymat de ces structures, principales responsables du blanchiment d’argent.

Concrètement, les États membres devront constituer un registre national regroupant les informations indispensables à l’identification des propriétaires des sociétés-écrans et des trusts, le tenir à jour et le rendre accessible au public et à ses partenaires. 

« Grâce à la mise en place de registre public, les délinquants pourront plus difficilement dissimuler leur argent. Notre économie perd actuellement des sommes importantes du fait de l'évasion fiscale » a déclaré le rapporteur de la commission des libertés civiles Judith Sargentini (Verts). 

suite
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #26 le: 16 mars 2014 à 07:38:04 »
Effectivement c'est une bonne nouvelle, maintenant reste à savoir si ce texte sera adopté. Certains États traînent la patte et à mon avis, ce texte est une bombe à retardement pour beaucoup de politiques qui ont des sociétés écrans. A mon avis c'est pas gagné, en tout cas bravo au parlement européen qui pour une fois fait quelque chose de bien et à la France qui apporte son soutien à cette mesure.
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #27 le: 22 mars 2014 à 23:47:43 »
Encore une bonne nouvelle en provenance de l'UE  :gehe: :] :] :] :] :] .... Euh, à voir ce que ça va donner .... et puis, c'est bizarre tout de même, comme ils se réveillent ces temps-ci  :grrr: .... L'approche des élections européennes  :fache: ????
Ben, si c'est ça, cela me semble une bonne raison de ne pas s'abstenir  :diable: Je ne comprend vraiment toujours pas la logique de l'appel du M'PEP à l'abstention   :désolé1:

Citer
UE : fin du secret bancaire (enfin !)
Par Anne-Sophie Jacques le 21/03/2014   

Comme quoi, il ne faut jamais désespérer : jeudi soir, les chefs d’Etat réunis à Bruxelles ont enfin annoncé la fin du secret bancaire dans l'Union européenne.

Et le chemin fut long ! L’échange automatique d’informations sur l'imposition des revenus de l'épargne des non-résidents était au cœur de la directive épargne rédigée en 2008 mais, jusqu’à présent, le Luxembourg et l’Autrice s’étaient refusé à la signer, préférant l’échange d’informations à la demande. Or cet accord devait recueillir l’unanimité des Etats membres pour être adopté.

C'est aujourd'hui chose faite. Mais pourquoi avoir attendu huit ans ? Selon le site de l’Expansion, les deux pays récalcitrants exigeaient "l'égalité de traitement avec cinq pays voisins (Suisse, Liechtenstein, Monaco, Andorre et Saint-Marin) comme un préalable à leur propre accord". Et ce jusqu’au dernier moment : Le Monde, qui a rencontré la veille de l’accord le premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, annonçait que rien n’était joué. Pas question pour le Grand-Duché d’abandonner le secret bancaire et mettre à mal leurs fructueuses affaires si les autres n’y renoncent pas également.

Pourtant, comme le raconte Mediapart, les rebelles étaient sous pression : d’une part "les discussions de l’Union européenne avec les cinq «Etats tiers» sont plutôt fructueuses" et, d’autre part, "les autres Etats membres avaient averti qu’ils ne tolèreraient pas que le processus soit bloqué au-delà du mois de mars". Il faut dire que le Luxembourg avait déjà fait capoter l’accord en avril et en décembre dernier. Un petit jeu qui ne pouvait donc plus durer.

Pratiquement, l’accord prévoit donc l’échange automatique des informations sur les intérêts des comptes épargne des non-résidents : en somme, le fisc français saura dorévanant, sans en faire la demande, combien le compte de monsieur Trucmuche placé en Autriche, ou dans tout autre pays membre de l'UE, lui a rapporté. Mais il y a mieux : ces informations concernent également les versements effectués par des trusts ou des fondations, le grand cheval de Troie de l’évasion fiscale puisque ces structures permettent de masquer leur bénéficiaire final. Ces échanges automatiques sont au cœur des combats des ONG CCFD-Terre solidaire – nous avions rencontré une de ses membres – mais aussi d’Oxfam France. Cette dernière, via un communiqué, crie victoire et assure que "désormais, les gouvernements européens auront un moyen de contrôle sur les 850 milliards qui s’évadent chaque année de l’Union européenne à cause de la fraude fiscale."

Mais on attend encore plus fort : d’après l’Expansion, "les Européens doivent désormais trouver un "accord politique unanime" sur un autre texte, la directive sur la coopération administrative. Ce texte, qui doit entrer en vigueur en 2015, prévoit l'échange automatique d'informations sur les revenus professionnels, pensions, jetons de présence, revenus de biens immobiliers et certains produits d'assurance-vie. Il devrait être adopté au second semestre". Mediapart reste tout de même prudent quant à l’échéance rappelant que "les choses sont loin d’être gagnées tant le pas à franchir est grand"… et l’unanimité pas simple à trouver. Ou alors si : en patientant huit ans.
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #28 le: 23 mars 2014 à 11:20:03 »
Citer
J"e ne comprend vraiment toujours pas la logique de l'appel du M'PEP à l'abstention   :désolé1:"

Moi non plus d'autant que les partis d'extrême droite et chrétiens sont très très bien placés. Au contraire, pour les européennes il faut vraiment que les gens se déplace en masse aux urnes. C'est l'avenir de chaque état qui en dépend puisque que tout ce décide à l'UE.

alors le 25 mai tous aux urnes, de mon coté j'essaie de faire prendre conscience au gens de mon entourage qui pense que l'europe n'a rien à voir avec la France, que des décisions graves peuvent être prises et nous retomberont dessus. Il y a un gros travail de com à faire pour les européenne pour que les français prennent conscience que les européennes ont un impact direct sur notre avenir.

« Modifié: 23 mars 2014 à 12:41:12 par MacGo »
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #29 le: 23 mars 2014 à 12:17:41 »
Si le FN et autres partis nationalistes anti-UE gagnent davantage de sièges au parlement Européen, pour y mettre le bouzin, tant mieux !
On n'est pas forcément en désaccord avec tous leurs arguments souverainistes, même si on désapprouve les excès racistes.

Stratagème des brise-glace...il faut ce qu'il faut...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #30 le: 23 mars 2014 à 12:38:53 »
Citer
On n'est pas forcément en désaccord avec tous leurs arguments souverainistes, même si on désapprouve les excès racistes.


Pas d'accord, le FN (parti de France) est loin d'être ce qu'il répète en boucle à longueur de temps. MLP fait du populisme mais n'a en vérité aucune valeur à gauche. Les valeurs de gauche sont apparut au FN en mëme temps que MLP. Avant elle JLMP était très loin du peuple. C'est la stratégie MLP le populisme, mais si par malheur un jour elle arrive au pouvoir le peuple se rendra vite compte qu'elle n'a absolument aucun encrage à gauche. Elle se sert de ce populisme pour gagner des voix et c'est tout. le drame c'est que ça marche, il suffit de voir le nombre de personnes précaires, ouvriers qui adhère au FN pour en être convaincu. D'ailleurs avant son virage "populiste" le FN n'attirait pas les ouvriers ou les précaires et ça elle l'a bien compris.

Cet article "Marine Le Pen : pourquoi elle hait la France ?" de Médiapart et très bien fait et explique les raisons profondes de MLP.
Extrait :

Citer
Classes laborieuses, classes dangereuses !

Pour le FN, le peuple français est une masse de lourdeaux méprisables. D'ailleurs, le parti familiale des Le Pen cherche à tromper depuis 40 ans les français de la manière la plus lamentable qui soit.

Marine Le Pen n'a de cesse d'expliquer à tout le monde, qu'elle, contrairement aux autres, ne ment pas, et qu'elle fait peur au système pour ça. Bon, déjà, elle fait peur à personne du tout ; les patrons et les banquiers ne vont quand même pas avoir peur de leur super VRP... Mais après, la plus grosse blague est là : elle ne ment pas Marine Le Pen ? On se marre...
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #31 le: 23 mars 2014 à 12:58:47 »
Au parlement Européen (qui n'a aucun pouvoir)  MLP peut mépriser qui elle veut, ouvriers, pequenots, bougnoules, la question n'est pas là.
L'essentiel est qu'elle gueule contre les "technocrates."
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne MacGo

  • Sarkophobe
  • Messages: 163
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #32 le: 23 mars 2014 à 13:04:55 »
Citer
L'essentiel est qu'elle gueule contre les "technocrates."

Oui mais ça aussi est un leurre. Qui fonctionne apparemment.... :fleur2:
Dans le monde il n’y a pas d’un côté le bien et le mal, il y a une part de lumière et d’ombre en chacun de nous. Ce qui compte c’est celle que l’on choisit de montrer dans nos actes, ça c’est ce que l’on est vraiment.
MacGo

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux
« Réponse #33 le: 23 mars 2014 à 14:31:48 »
Pas de leurre dans l'histoire, je ne compte pas voter FN ! Mais on ne va pas pleurer s'ils gagnent des sièges au parlement Européen.
Pragmatisme !
Forcément, au scrutin proportionnel ils vont monter : deux pastèques qui se fracassent, je ne vois que du positif !

Ceci étant dit, les mécanismes du calcul et définition des listes sont encore plus abscons que ceux des sénatoriales ou cantonales !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #34 le: 24 janvier 2015 à 12:30:30 »
Aprés de milliers de morts sur les cotés italienne et européenne, les divers gouvernement ne propose que plus d'inhumanité et de répression.

Citer
Immigration clandestine: "Dans le bateau, ça sentait la mort"

    Chaque année, ils sont des centaines de milliers à traverser la Méditerranée pour rejoindre l'Europe. Mais derrière les statistiques de l'Union européenne sur l'immigration clandestine, il y a des hommes, des femmes, des enfants. 1001 trajectoires, comme celle par exemple de Majid Hussain, un jeune Nigérian. Témoignage.

    Il a les yeux rieurs, une barbe de quelques jours. Et quand il raconte son histoire, il parle avec ses mains. Majid Hussain n'a que 16 ans quand il quitte son pays, le Nigeria. Il ne fuit pas pour des raisons économiques, mais parce qu'il est musulman. Il raconte: "Des hommes sont arrivés dans notre maison, armés de haches et de barres de fer et ont tué mon père devant moi. C'est pour ça que j'ai quitté mon pays: parce que je ne voulais pas que l'on me tue. Et je ne voulais tuer personne. Lors de ce genre de conflit religieux, les musulmans tuent les chrétiens et les chrétiens tuent les musulmans. C'est comme ça que ça se passe. Et puis mon père était quelqu'un de connu. Il travaillait pour une société pétrolière et parrainait des émissions de télé musulmanes pendant le Ramadan".

    Un parcours ponctué d'épreuves

    Majid s'est enfui, sans rien emporter. Il marche plusieurs jours, arrive au Niger. Là-bas, il embarque dans un camion qui transporte des marchandises, direction la Libye. En Libye, il est remis à un groupe de personnes qui le traite en esclave. "Pour être libéré, quelqu'un devait payer une rançon pour moi. Mais je ne connaissais personne en Libye. Alors, j'ai travaillé pour ces gens, à la ferme, puis dans une maison où je faisais le ménage. Petit à petit, j'ai gagné la confiance de la femme pour qui je travaillais. Elle m'a envoyé faire les courses au marché et j'en ai profité pour m'échapper. A ce moment-là, je ne ressentais plus rien. J'étais comme une pierre. J'avais tout perdu: ma famille, mes amis, mes études".

    Majid échoue finalement à Tripoli. On est en 2011, c'est la révolte contre le colonel Khadafi. Les migrants clandestins sont utilisés comme levier par le colonel pour faire pression sur l'Union européenne. Majid est arrêté puis embarque sur un bateau en bois, avec 400 personnes à son bord.

    "Dans le bateau, ça sentait la mort"

    Le bateau prend la direction de l'Europe. Malgré lui. "Je ne voulais pas aller en Europe. Je n'étais pas assez fou pour risquer ma vie pour venir jusqu'ici. Je ne rêvais pas de l'Europe. Je voulais juste un endroit où je pouvais être en paix. Être dans cette sorte de bateau et faire ce voyage, c'était terrible. Il y avait des femmes enceintes, des enfants. La Méditerranée est assez grande pour vous hypnotiser parce que l'on ne fait plus la différence entre le ciel et la mer. Il n'y a rien à manger. Certaines personnes sont mortes, assises dans le bateau. D'autres se sont suicidées, en se jetant à la mer. J'y ai moi aussi pensé. Je me disais qu'ensuite, il n'y aurait plus de problèmes. Mais je n'en ai pas eu le courage. Dans le bateau, ça sentait la mort. C'était terrible. Tellement terrible". Après deux jours de traversée, Majid arrive à Lampedusa, l'île italienne.

    Arrivé à Lampedusa, la déception

    Quand Majid est arrivé sur le sol italien, à Lampedusa, il était soulagé. Mais très vite, il a déchanté. "On a été traité comme des animaux, des criminels. On s'est assis par terre, il n'y a eu aucune assistance médicale, pourtant des gens étaient psychologiquement malades. On a pris nos empreintes digitales. On a été fouillé, nu. J'étais tellement déçu. L'Europe parle de liberté, de démocratie mais ça n'existe pas ici, la liberté et l'égalité sur le continent européen, quand on est un migrant".

    Majid sera transféré dans un centre de réfugiés à Rome. Il y passera un an et 8 mois, dans l'attente de ses papiers. Aujourd'hui, il travaille à Rome. Il parle italien, mange italien. "Les gens nous critiquent nous les migrants, en disant que nous ne sommes là que pour prendre. Or, la plupart d'entre nous étaient étudiants, docteurs. On avait une bonne situation. L'Europe est sensée est une terre de paix. On a tous à apprendre les uns des autres...".

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #35 le: 26 janvier 2015 à 17:17:11 »
Citer
1%, c'est le rendement de la chasse européenne aux passeurs de migrants


On a pu observer, après les sauvetages de fin 2014 au large de l'Italie, que la règle numéro un du passeur est de ne pas se laisser piéger au milieu de ses passagers. C'est pourtant bien là que la campagne Mos Maiorum de l'UE comptait les épingler.

Nous l'avions annoncé avec d'autres en son temps: du 13 au 26 octobre 2014, la maréchaussée de l'Union européenne lançait une grande chasse aux migrants afin, nous disait-on, de dévoiler les chemins et les opérateurs des migrations vers l'Europe. Le résultat de l'opération est maintenant connu: après avoir essoré plus de 19000 migrants interpellés, 257 présumés passeurs restent au fond la passoire. Nous faisons écho à l'analyse du bilan de la campagne sur le blog Passeurs d'hospitalité.

***

Mos Maiorum est cette opération coordonnée de chasse aux sans-papiers menée par les polices de différents pays européens du 13 au 26 octobre 2014 (voir ici, ici, ici, ici et là).

Elle a fait l’objet d’un rapport (en anglais), que vous pouvez télécharger ici :

http://www.statewatch.org/news/2015/jan/eu-council-2015-01-22-05474-mos-maiorum-final-report.pdf

Un résumé (aussi en anglais) peut être lu ici :

http://statewatch.org/news/2015/jan/mm-final-report.html

La première partie consiste en chiffres, tableaux et graphiques. La seconde, rédigée par Frontex, l’agence européenne pour la surveillance des frontières extérieures, développe une analyse des informations recueillies selon une lecture qui ressemble à une physique des flux et des trajectoires.

Il convient donc de garder à l’esprit tout au long de la lecture que derrière les chiffres c’est de personnes qu’il s’agit, et derrière les flux et trajectoires de projets et d’espérances.

Pour vous mettre en conditions, imaginez que vous avez décidé de vous installer en Allemagne. Vous subissez un contrôle d’identité, on vous dit que c’est en Hongrie vous devez aller, on vous y expulse au besoin, vous y êtes enfermé-e pour une durée indéterminée (comme le sont une grande partie des demandeurs d’asile), suite à quoi soit on vous expulse, soit vous êtes à la rue, sans rien, et vous devez vous débrouiller sans parler hongrois. Imaginez que quelque chose comme ça arrive vraiment dans votre vie. Vous aviez des projets, vous pensiez avoir une certaine maitrise de votre vie et de votre avenir, vous devenez une chose qu’on enferme, qu’on expulse, qu’on jette à la rue. Rencontrer Mos Maiorum, c’est ça.

Côté chiffres, Mos Maiorum est la quatrième opération de ce type :

Hermes, 2010 : 1900 personnes arrêtés

Aphrodite, 2012 : 5298 personnes arrêtées

Perkunas, 2013 : 10459 personnes arrêtées

Mos Maiorum, 2014 : 19234 personnes arrêtées

Parmi ces 19234 personnes, 11046 demandent l’asile au moment ou après leur arrestation. Mos Maiorum arrête majoritairement des personnes qui recherchent une protection en Europe. Un quart des personnes arrêtées sont des Syrien-ne-s.

Si on regarde les principaux pays d’origine, on a d’une part des pays en guerre et des dictatures (Syrie : 5088 personnes, Afghanistan : 1466 personnes, Érythrée : 1116 personnes, Somalie : 641 personne), soit des pays des Balkans occidentaux amenés à rejoindre l’Union européenne (Kosovo : 1196 personnes, Albanie : 587 personnes). Mos Maiorum arrête principalement des réfugié-e-s et de futur-e-s citoyen-ne-s de l’Union européenne.

Dans sa conclusion, Frontex regrette que les médias aient présenté Mos Maiorum comme une opération visant à arrêter les sans papiers, alors qu’il s’agissait officiellement d’arrêter des passeurs. 257 présumés passeurs ont été arrêtés, parmi 19234 personnes, c’est-à-dire que 1,3% des personnes arrêtées correspondent à l’objectif affiché.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5845
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #36 le: 29 janvier 2015 à 22:36:33 »
Intéressant cet article, parce que purement factuel ! Merci Raja  :merci:

Je ne l'ai lu que rapidement, voire en diagonale  :désolé1: je ne suis pas, donc, sûre d'en avoir tiré tout ce qu'il y avait à en déduire  :triste1:

Mais il semble, en tous cas, évident que leur plan MOS MAÏORUM est un énorme échec, par rapport aux objectifs qu'ils s'étaient eux-mêmes fixés ...
 :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #37 le: 09 février 2015 à 17:30:12 »
Citer
Italie : plus de 20 migrants meurent de froid sur un bateau en Méditerranée


Plus de 20 migrants sont morts de froid sur une embarcation qui a été secourue dans la nuit de dimanche à lundi par des gardes-côtes italiens, a annoncé lundi 9 février une source médicale. Une centaine de survivants, dont certains hospitalisés pour hypothermie, ont été transférés sur l'île italienne de Lampedusa.

ORIGINAIRES D'ERYTHRÉE ET DE SYRIE

L'alerte avait été donnée dimanche après-midi par les migrants à l'aide d'un téléphone satellitaire. Le centre opérationnel des gardes-côtes a dépêché sur place deux navires marchands qui se trouvaient dans la zone, ainsi que deux vedettes parties de Lampedusa.

Lundi matin, les gardes-côtes avaient évoqué un premier bilan de 7 morts. Selon les médias italiens, le total des morts pourrait atteindre 25 à 27 migrants.

Les migrants vers l'Italie, qui partent généralement de la Libye, sont actuellement pour la plupart originaires d'Erythrée et de Syrie, ainsi que des pays les plus pauvres d'Afrique subsaharienne. Des milliers d'entre eux ont trouvé la mort en tentant la traversée dans des embarcations de fortune surchargées.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #38 le: 21 avril 2015 à 17:59:35 »
C'est encore un article long mais des milliers de morts s’échouent sur nos cotés sans la moindre réaction des européens et de leur gouvernements, il y a 3 jours, 700 personnes sont mortes sans que l’Europe ne sourcille...  :/

Citer
Le mur meurtrier de la Méditerranée

L’assassinat institutionnel de masse de l’Union européenne


3419 migrants sont morts en 2014 en tentant de traverser la Méditerranée selon l’agence de Nations-Unies pour les réfugiés [1]. Ce chiffre macabre fait de la Méditerranée la frontière la plus meurtrière, le nombre total de décès pour le monde entier étant de 4272. Sur une durée plus longue ce sont plus de 20 000 migrants qui ont perdu la vie depuis l’an 2000. La tendance est de surcroît à une hausse permanente, l’année 2014 ayant battu tous les records en laissant loin derrière le précédent pic qui était de 1500 décès en 2011. Les discours politiques et médiatiques construisent chaque NOUVEAU drame comme des catastrophes imprévisibles sur lesquelles les gouvernements européens n’auraient aucune prise et aucune responsabilité. Le discours de la catastrophe cache un processus d’assassinat de masse de l’Union Européenne.

Le premier angle mort des discours politiques et médiatiques est celui des causes économiques poussant des dizaines de milliers d’Africains à risquer leurs vies dans des traversées qu’ils savent meurtrières. Depuis les indépendances politiques de la décennie 60, d’autres mécanismes que l’occupation militaire directe sont venus prendre le relais pour assurer la reproduction du « pacte colonial » c’est-à-dire la construction des économies africaines selon les besoins de l’Europe et non selon les besoins des peuples africains. Sans être exhaustif rappelons quelques-uns de ces mécanismes.

Les angles morts sur les causes structurelles

Les accords de coopération économique, financière et monétaire que les différents pays européens imposent aux pays africains impliquent une vente des matières premières à des coûts inférieurs à celui du marché mondial et interdisent la taxation des produits importés d’Europe. Prenons l’exemple du dernier accord signé entre l’Union Européenne et les 15 États de l’Afrique de l’Ouest dit « Accord de partenariat économique » (APE). Cet accord interdit la taxation des 11, 9 milliards d’euros de produits importés par l’Union Européenne en 2013. Il met ainsi l’agriculture vivrière locale en concurrence avec l’agriculture industrielle européenne poussant à la misère des centaines de milliers de paysans. Les conséquences coulent de source.

Cet Accord renforcera une migration massive de populations privées d’avenir dans leur pays, dans une situation où la population d’Afrique de l’ouest fera plus que doubler d’ici 2050, atteignant 807 millions d’habitants (contre 526 millions pour l’UE à la même date), et dans un contexte de réchauffement climatique particulièrement accentué dans cette région. » [2]

Le caractère exploiteur de ces accords est tel que le professeur Chukwuma Charles Soludo, déclare le 19 mars 2012 que l’APE d’Afrique de l’Ouest constitue un (AO) « second esclavage » [3]. Mais l’APE n’est que la systématisation à grande échelle de logiques de mises en dépendance antérieures comme « l’aide liée » imposant le recours aux entreprises françaises en échange d’un financement de projets d’aménagement, les Plans d’Ajustement Structurel imposant des réformes libérales en échange d’un crédit ou d’un report de remboursement d’une dette, ou pire encore l’institution du Franc CFA qui permet le contrôle des politiques monétaires de la zone franc. Ces causes directes de la paupérisation africaine et de la pression migratoire sont tues par le discours politique et médiatique dominant. Elles démentent l’idée d’une catastrophe imprévisible sur laquelle l’homme n’aurait aucune prise. Le discours médiatique de la catastrophe n’est qu’un processus de masquage des causes économiques structurelles.

Bien sûr de tels mécanismes ne sont possibles que par le recours direct ou indirect à la force allant de l’assassinat des opposants à ces politiques en passant par les coups d’Etats ou les guerres ouvertes. C’est la raison de la fréquence des interventions militaires européennes directes ou indirectes en Afrique. Si la France est la plus présente dans ces aventures guerrières en Afrique c’est sur la base d’une délégation européenne. Face à la montée des puissances émergentes, face à la concurrence économique états-unienne et chinoise, l’Europe mandate ainsi la France pour la défense des intérêts de l’ « Eurafrique » c’est-à-dire pour la consolidation d’un néocolonialisme socialisé à l’échelle de l’Union Européenne. Cette « Eurafrique » économique et militaire est un vieux projet de certaines fractions du capital financier européen. Elle a été freinée par les concurrences entre les différents pays européens qui tendent à être mises au second plan du fait de l’exacerbation de la concurrence liée à la mondialisation capitaliste. Voici comment Aimé Césaire alertait déjà en janvier 1954 sur l’Eurafrique en se trompant uniquement sur la nationalité du soldat :

« Je le répète : le colonialisme n’est point mort. Il excelle, pour se survivre, à renouveler ses formes ; après les temps brutaux de la politique de domination, on a vu les temps plus hypocrites, mais non moins néfastes, de la politique dite d’Association ou d’Union. Maintenant, nous assistons à la politique dite d’intégration, celle qui se donne pour but la constitution de l’Eurafrique. Mais de quelque masque que s’affuble le colonialisme, il reste nocif. Pour ne parler que de sa dernière trouvaille, l’Eurafrique, il est clair que ce serait la substitution au vieux colonialisme national d’un nouveau colonialisme plus virulent encore, un colonialisme international, dont le soldat allemand serait le gendarme vigilant. » [4]

Ces guerres directes ou indirectes [5] sont la seconde cause de la pression migratoire. Ce n’est pas seulement pour survivre économiquement que des milliers d’africains risquent leurs vies en méditerranée mais pour fuir les guerres européennes et leurs conséquences en termes d’installation de régimes dictatoriaux ou pire encore le chaos comme en Lybie ou au Congo avec l’installation de « seigneurs de guerres » avec lesquels le commerce peut continuer. Le discours médiatique de la catastrophe masque également la responsabilité européenne vis-à-vis de cette cause des migrations contemporaines.

Frontex ou la création des conditions d’un assassinat de masse

Si les causes évoquées ci-dessus suffisent pour comprendre la hausse de la pression migratoire, elles ne suffisent pas à expliquer l’augmentation du nombre de décès au cours de la migration. Pour cela il faut orienter le regard vers les réponses de l’Union Européenne à cette pression migratoire. Ces réponses se concrétisent depuis 2005 par l’action de l’agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne (FRONTEX). Le statut d’agence offre une autonomie importante qui a été encore renforcée le 10 octobre 2011 en l’autorisant à posséder désormais son propre matériel militaire. Les moyens financiers mis à disposition de FRONTEX sont en augmentation constante : 19 millions d’euros en 2006 et 88 millions d’euros en 2011 [6].

Concrètement l’agence organise des patrouilles militaires afin de refouler les migrants vers des pays voisins d’une part et signe des accords avec des États tiers pour qu’ils fassent barrage en amont sur les candidats à la migration d’autre part. Pour mener à bien sa première mission, l’agence dispose de moyens militaires en constante augmentation mis à disposition par les États membres ou en possession propre : plus d’une quarantaine d’hélicoptères et d’avions, d’une centaine de bateaux et environ 400 unités d’équipement tels que des radars, des sondes, des caméras, etc [7]. Nous sommes bien en présence d’une logique de guerre contre les migrants. De tels moyens militaires permettent à l’agence d’assurer en particulier des patrouilles fréquentes dans les eaux territoriales des États membres mais également dans les eaux internationales. La Ligue belge des droits de l’homme décrit à juste titre l’agence comme une « véritable armée au service de la politique migratoire d’une Europe forteresse, menant à armes inégales une guerre aux migrants qui n’ont rien de soldats » [8]. Cette logique de guerre conduit les candidats à la migration à des prises de risques de plus en plus importantes pour échapper à la surveillance des patrouilles de FRONTEX. La hausse du nombre de décès n’est pas le fait d’une catastrophe imprévisible mais le résultat de décisions prises en toute conscience des conséquences meurtrières.

La seconde mission de FRONTEX consistant en la signature d’accords avec les pays africains riverains de la méditerranée n’est rien d’autre qu’une externalisation du « sale boulot » pour reprendre une expression de la juriste Claire Rodier [9]. Les conséquences de cette externalisation sont logiques :

« Cette externalisation qui consiste, pour les Etats européens, à sous-traiter la gestion de l’immigration irrégulière aux pays limitrophes (Maghreb, Europe de l’Est) a plusieurs avantages : d’une part, elle opère un transfert du « sale boulot » (déportations de masse, détentions arbitraires, tortures) dans des pays dont les standards sont moins élevés qu’en Europe, en permettant de s’affranchir des obligations que les lois européennes imposent en matière de respect des droits de l’homme. D’autre part, elle participe du rapport de dépendance que l’UE entretient avec son voisinage proche. Car, aux pays concernés, on promet, en échange de leur collaboration, le financement d’actions de coopération ou des contreparties de nature politique ou diplomatique. » [10]

Aux morts de ma méditerranée, il convient donc d’ajouter les sévices, les brutalités et les morts de la sous-traitance. Ce rôle d’installation des conditions de l’assassinat institutionnel de masse est, bien entendu, absent des reportages que nos médias diffusent à chaque naufrage meurtrier.

Le discours médiatiques sur les passeurs

Ayant occulté les causes structurelles de la hausse de la pression migratoire et les causes de sa traduction en décès dans la méditerranée, il ne reste au discours médiatiques qu’à ne se centrer que sur « les passeurs ». Ceux-ci seraient les seuls responsables de la situation et la lutte contre les réseaux de passeurs est présentée comme la solution. Le centrage des discours politiques et médiatiques sur les seuls passeurs contribue une nouvelle fois à occulter les véritables raisons des drames réguliers de la méditerranée.

Nous n’avons, bien entendu, aucune sympathie pour ces passeurs. Nous devons néanmoins rappeler que tant qu’il y a une demande de migrants, il y aura une offre de passages clandestins. C’est le propre des politiques qui ne veulent pas s’attaquer aux causes d’un problème social que de n’aborder que l’offre et d’occulter la demande. S’attaquer aux seuls dealers sans s‘interroger sur la demande de « paradis artificiels » d’un nombre grandissant de citoyens, adopter une politique prohibitionniste en matière d’alcool sans s’attaquer aux causes de l’alcoolisation, etc. Les exemples sont nombreux de ces politiques hypocrites prétendant agir sur les conséquences alors que les causes restent occultées.

Confrontés à une hausse des risques de contrôle, les passeurs sont incités à se débarrasser de leurs cargaisons encombrantes le plus tôt possible et par n’importe quel moyen. « De nouveaux éléments recueillis, mardi 16 septembre, par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) sont venus confirmer la thèse selon laquelle ce sont bien les passeurs qui ont volontairement embouti le bateau de centaines de migrants avant que celui-ci ne coule » souligne Elise Vincent dans l’édition du Monde du 16 septembre 2014. Si ces criminels doivent être poursuivis et jugés, il n’en demeure pas moins que de telles pratiques ne sont possibles que parce que la politique européenne en crée les conditions.

Ces mêmes orientations politiques créent une occasion de profit en or pour la mafia par l’exploitation de ceux qui ont pu échapper à la mort. Le journaliste de l’agence Reuter décrit comme suit cette nouvelle « poule aux œufs d’or » de la mafia à Lampedusa :

« Ici, à huit heures de bateau de la Sicile, la mafia fait déjà ses affaires en accueillant des migrants dans des centres exploités par des sociétés privées sur délégation de l’Etat. C’est toujours les mêmes qui gagnent les appels d’offre depuis des années. Un migrant rapporte en subvention une trentaine d’euros par jour. Avec ces dizaines de milliers de migrants, c’est un business en or, plus rentable même que le trafic de drogue, de l’aveu d’un gangster, piégé par des écoutes téléphoniques lors d’une enquête sur la corruption à Rome. Ce qui est vrai dans la capitale sera vrai partout en Italie. Une illustration de cette organisation, c’est le scenario, toujours le même, qui précède les secours. A bord des rafiots pourris partis de Libye, il n’y a rien à manger ou à boire, pas d’essence, mais un téléphone satellitaire pour appeler au secours. Un équipement bien trop coûteux pour les passeurs. A terre, les migrants fournissent une main d’œuvre à bon marché. Dans l’agriculture pour les hommes, dans la prostitution pour les femmes. Un véritable trafic d’esclaves, et les esclavagistes sont Africains et Italiens. » [11]

Les travaux de recherche sur les discriminations considèrent qu’une des formes de celles-ci est la discrimination systémique, c’est-à-dire étant la conséquence d’un système et non d’une décision volontaire de discriminer. Nous pouvons emprunter le même concept en ce qui concerne les morts de la méditerranée. Certes l’assassinat de ces migrants n’est pas direct. Il est en revanche le résultat inéluctable des politiques de l’Union Européenne tant dans sa politique africaine que dans sa politique migratoire, tant dans la hausse de la pression migratoire que dans sa traduction en décès à grande échelle.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #39 le: 24 janvier 2016 à 11:02:30 »
Citer
Au moins 45 morts dans trois naufrages de migrants en mer Egée, dont 20 enfants

Au moins 45 personnes, dont 20 enfants, ont péri dans la nuit de jeudi à vendredi 22 janvier dans trois naufrages successifs au large de Farmakonissi et de Kalolimnos, en mer Egée. Le bilan humain ne cesse de s’alourdir depuis le début de matinée, alors que des migrants sont toujours portés disparus, selon les informations des garde-côtes grecs.

Dans le premier naufrage, 48 personnes ont réussi à atteindre saines et sauves les côtes de Farmakonissi après que leur bateau s’est échoué sur des rochers, selon la police portuaire. Les corps de 6 enfants et d’une femme ont été repêchés par les garde-côtes à la suite de ce naufrage.

Quelques heures plus tard, une autre embarcation a chaviré au large de l’îlot Kalolimnos. La police portuaire a pour l’instant repêché 37 morts, dont 11 enfants et 17 femmes. Au total, 26 personnes ont survécu à ce deuxième naufrage mais, selon les déclarations de rescapés, il y avait des dizaines de personnes sur leur bateau en provenance des côtes proches turques.

Enfin, les gardes-côtes turcs ont repêché les corps de trois enfants après un troisième naufrage au large de Didim, selon l’agence de presse Dogan.

Conditions hivernales

Il s’agit de l’une des journées les plus meurtrières depuis le début en 2015 de l’afflux en Europe de personnes fuyant guerres et misère, via les côtes turques puis les îles grecques. Malgré les conditions météorologiques hivernales – la neige a fait son apparition ces derniers jours à Lesbos notamment – les arrivées sur les îles grecques de migrants à bord d’embarcations de fortune en provenance des côtés turques et à destination de l’Europe occidentale se poursuivent sans cesse depuis le début de l’année.

Selon des estimations de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 77 personnes sont mortes dans ces traversées pour la seule période du 1er au 18 janvier. Depuis le début de l’année, l’OIM a dénombré 31 000 arrivées sur les îles grecques, soit 21 fois plus qu’en janvier 2015.

Jeudi, au moins 12 migrants, dont des enfants, sont morts noyés au large des côtes occidentales de la Turquie après le naufrage de leur bateau qui tentait de rejoindre les îles grecques. Les garde-côtes turcs ont pu sauver 28 personnes.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #40 le: 27 janvier 2016 à 13:02:01 »
l’Europe et sa tradition de confiscation de biens :rougefache:

Citer
Danemark, Suisse, Allemagne : la confiscation des biens des migrants s’étend en Europe


Dissuader les migrants de venir au Danemark. L’objectif du projet de loi sur l’immigration, adopté à une écrasante majorité mardi 26 janvier par le Parlement danois, est on ne peut plus clair. Quitte à mettre en place des mesures qui font bondir les défenseurs des droits de l’homme : comme celle sur la confiscation d’une partie de leurs biens.

Il est « raisonnable que l’Etat ne paie pas pour ceux qui peuvent le faire par eux-mêmes », fait valoir la ministre de l’intégration danoise, opposée à l’immigration, Inger Stojberg. Il s’agit d’un dispositif contraire aux « standards européens et internationaux de protection des droits de l’homme », s’indigne le Haut-Commissariat aux réfugiés de l’ONU.

Si le Danemark concentre les critiques, il n’est toutefois pas le seul pays à confisquer une partie des biens des migrants qui mettent le pied sur son territoire.
Confiscation du liquide et des biens excédant 1 340 euros au Danemark

Après l’adoption du projet de loi durcissant encore le droit d’asile au Danemark, la police pourra fouiller les bagages afin de saisir l’argent liquide au-delà de 10 000 couronnes (1 340 euros) et les objets valant plus que cette somme. Seront exemptés les objets à forte valeur sentimentale, comme les alliances.

Le seuil, de 3 000 couronnes dans le projet de loi initial en décembre, a été relevé après des négociations entre le gouvernement libéral et l’opposition de gauche. Le vote a tourné au plébiscite avec 81 voix pour sur 109, soit près de 75 % des suffrages exprimés. La réforme doit être maintenant soumise à la signature de la reine Margrethe II, pour une entrée en vigueur début février.


Remise de tous les biens valant plus de 913 euros en Suisse

Selon la même logique, les demandeurs d’asile en Suisse doivent désormais remettre aux autorités tous les biens valant plus de 1 000 francs suisses (913 euros) à leur arrivée sur le territoire helvétique.

Dans une annonce faite le 15 janvier, le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) – l’autorité suisse responsable des réfugiés – a justifié cette mesure par la loi suisse en vigueur, qui exige que les migrants contribuent, dans la mesure du possible, aux coûts de leurs demandes d’asile et de la fourniture d’une assistance sociale.

« Si une personne s’en va de son plein gré dans un délai de sept mois, cette personne pourra récupérer son argent et l’emporter avec elle. Dans le cas contraire, l’argent couvrira les frais engagés », a expliqué un porte-parole du SEM.

Saisie au-delà de 350 ou de 750 euros selon les régions en Allemagne

De l’autre côté du Rhin, en Bavière et dans le Bade-Wurtemberg, les autorités procèdent également à la confiscation des biens personnels des demandeurs d’asile, comme l’a indiqué une information de Bild. Le ministre de l’intérieur de Bavière, Joachim Herrmann (CSU, droite), a en effet expliqué au journal allemand que, dans sa région, « les demandeurs d’asile étaient fouillés à leur arrivée pour leurs papiers, leurs biens de valeur et leur argent ».

Ces derniers peuvent être saisis si leur valeur excède 750 euros et qu’une demande de remboursement a été lancée. Dans le Bade-Wurtemberg, la police peut saisir les liquidités à partir de 350 euros.

Selon la commissaire fédérale à l’intégration, Aydan Özoguz (SPD, social-démocrate), les deux länder appliquent la législation allemande, selon laquelle un demandeur d’asile doit d’abord utiliser ses propres ressources. « Ce qui inclut également les bijoux de famille », a-t-elle précisé à Bild.

Pour la députée Ulla Jelpke (Sie Linke, gauche antilibérale), citée par le Tagesspiegel, le procédé est « disproportionné ».

    « Celui qui demande asile utilise un droit fondamental. Même en cas de rejet, cela ne peut pas être associé à des coûts. »



Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7874
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #41 le: 27 janvier 2016 à 17:21:08 »
Belle hypocrisie et pure conn.ie!  :rougefache:

On fait semblant de continuer à être généreux, mais en rackettant, on précarise encore la situation de migrants dans la dèche. On rend plus difficile l'insertion, on augmente donc la durée de prise en charge par la société accueillante, on retarde les contributions fiscales de ces néo-arrivants... et on fait la belle démonstration de la valeur première de cet Occident: le dieu $$ou$$ou...  :mrgreen:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28624
Re : L'Europe: députés, politiques, enjeux, politique migratoire...
« Réponse #42 le: 31 janvier 2016 à 10:44:04 »
Dans l'indifférence générale :nono:

Citer
Des migrants attaqués dans le centre de Stockholm


Les attaques contre des migrants n’arrivent pas qu’en Allemagne. Plusieurs dizaines d’hommes masqués, présumés liés au milieu des hooligans et à la nébuleuse néonazie, ont convergé dans la soirée de vendredi 29 janvier vers le centre de la capitale suédoise Stockholm pour agresser des migrants.

Entre 50 et 100 personnes s’étaient donné rendez-vous en début de soirée à Sergels Torg, une grande place piétonne de la capitale suédoise où se croisent jeunes, marginaux et migrants.

Informées d’un « projet d’agression de migrants mineurs non accompagnés dans le centre de Stockholm », les autorités avaient déployé d’importants moyens avec la présence au sol d’unités antiémeute et le survol du centre par des hélicoptères.

Tracts non signés appelant à la violence

D’après des témoins interrogés par le quotidien Aftonbladet, les agresseurs ont molesté « des personnes d’apparence étrangère » et distribué un tract non signé appelant à infliger aux « enfants des rues nord-africains le châtiment qu’ils méritent ».

Sur plus de 35 000 mineurs non accompagnés ayant déposé une demande d’asile l’an dernier en Suède, les deux tiers sont afghans et au moins 400 seraient marocains. Le 19 janvier, Stockholm et Rabat ont conclu un accord afin de permettre le retour au Maroc de mineurs non accompagnés qui entrent clandestinement en Suède.

Un témoin raconte avoir vu dans le centre « un groupe habillé en noir, masqué (…) qui a commencé à frapper des étrangers (…) et molesté trois personnes ».

Le ministre de l’intérieur Anders Ygeman a dénoncé samedi « des groupes racistes qui menacent et propagent la haine dans l’espace public », auxquels « il faut répondre avec force ». Selon lui, « c’est une évolution inquiétante de la société ».

Aucune plainte de victimes potentielles n’a été déposée. Une enquête pour « association en vue de commettre des violences aggravées » doit permettre d’identifier les personnes ou les organisations à l’origine des violences.
Hooligans des clubs AIK et Djurgården ?

Un homme de 46 ans a été arrêté après avoir porté un coup au visage à un policier en civil. Trois autres personnes ont été interpellées pour trouble à l’ordre public puis relâchées. Une quatrième, porteuse d’un couteau, sera poursuivie pour port d’arme prohibé.

Le site internet Nordfront, vitrine du mouvement néonazi SMR, affirmait vendredi soir savoir qu’une « centaine de hooligans » des clubs AIK et Djurgården s’apprêtaient à « faire le ménage parmi les criminels immigrés d’Afrique du nord ».

En 2015, 163 000 réfugiés ont déposé une demande d’asile en Suède. C’est depuis le début de l’année un des principaux pays d’accueil en Europe, avec l’Allemagne. Cet afflux sans précédent a finalement conduit le pays scandinave à rétablir les contrôles à ses frontières en novembre.

Selon un sondage la semaine dernière, le soutien au gouvernement est à son plus bas niveau depuis près de 50 ans, surtout à cause du sentiment qu’il est dépassé par l’arrivée massive de demandeurs d’asile. Le ministre de l’intérieur a annoncé mercredi qu’environ la moitié des migrants arrivés l’an dernier, soit jusqu’à 80 000 personnes, dont la demande d’asile a été ou sera rejetée, devaient être expulsées.

Les structures d’accueil sont débordées et les incidents s’y multiplient. Lundi, un jeune de 15 ans a mortellement poignardé une éducatrice de 22 ans dans un centre d’hébergement à Mölndal, près de Göteborg.

Sous les huées de dizaines de militants « antifascistes », environ 200 personnes ont manifesté samedi à Stockholm pour exiger la démission du Premier ministre Stefan Löfven et l’accélération des expulsions.