Auteur Sujet: Le réchauffement climatique  (Lu 6756 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Le réchauffement climatique
« le: 30 mars 2010 à 13:29:10 »
Citation de: tyger
ce "climatgate" donne quand même de sacrés moments digne de pièces de théatre, le dernier en date le pouillage politiquement correct au parlement néo-zélandais du 17 février 2010 :

Citer
Climategate: Du Rififi au parlement de Nouvelle Zélande !...
Le ministre de l’environnement de Nouvelle Zélande passé sur le grill - au sujet des traficotages des relevés de température du NIWA - par le parlement de Wellington.
 
En suite à mon article du 28 novembre sur AgoraVox

On se souvient que, quelques jours seulement après le déclenchement de l’affaire du ClimateGate, le premier développement d’envergure avait été l’affaire du NIWA (National Institute of Water and Atmospheric research) de Nouvelle Zélande, affaire à laquelle j’avais consacré un article sur Agoravox

Dans cette affaire, le NIWA (j’ai systématiquement utilisé, dans la suite de ce texte, l’abréviation "NIWA") avait été accusé d’avoir artificiellement créé - ou au mieux très largement amplifié - un réchauffement qui n’apparaissait absolument pas sur les données brutes telles qu’enregistrées par les instruments.

Depuis cette date, le NIWA a présenté, sur son site web, un mémoire en défense.dont l’argument essentiel est que les ajustements sont "appropriés" et justifiés par le déplacement des stations, tout en n’exhibant qu’un seul cas de déplacement (le site de Wellington, remonté de 125 mètres de Thordon à Kelburn).

Le principal reproche qui a été fait, et qui persiste quoi qu’en dise le NIWA, est l’absence totale de documentation des modifications effectuées "à la main" sur la totalité des enregistrements.
On ne sait pas encore si cette affaire prendra un jour un tour judiciaire, cela prendra de toutes les façons du temps. Par contre, elle commence à avoir des conséquences politiques.

Ainsi, il y a quelques jours, l’affaire a été évoquée lors d’une séance de questions/réponses au parlement de Nouvelle Zélande le 17 février 2010


Les protagonistes de l’échange sont, dans l’ordre d’entrée en scène :

    * John Boscawen, Parlementaire.
    * Wayne Mapp (Ministre de la Recherche, de la Science et de la Technologie), désigné dans ce qui suit par "Le Ministre", cible des questions, et Ministre de tutelle du NIWA.
    * Rodney Hide, Parlementaire, ministre d’un gouvernement local.
    * Le "Président" du Parlement (le "Speaker"), l’Honorable Dr Lockwood Smith, troisième personnage de l’état, que je désignerai ci-dessous par "Le Président de l’assemblée".



Voici donc ma traduction (je ne suis pas traducteur professionnel, j’implore donc votre indulgence en cas d’erreur ...)

John Boscawen :
Le NIWA maintient-il un inventaire à jour de tous les changements opérés, sur les températures brutes, pour obtenir les données officielles "Températures Moyennes de la Nouvelle Zélande de 1853 à 2008", publié sur le site web de NIWA. Sinon, pourquoi ?

Le Ministre :
Le "Températures Moyennes de la Nouvelle Zélande de 1853 à 2008" auquel se réfère le parlementaire fait effectivement des ajustements aux données brutes issues des sept stations. La raison pour laquelle cela est nécessaire est que dans certains cas l’emplacement des stations a changé. Par exemple, le site de Wellington a été déplacé de Thordon à Kelburn, qui diffèrent en altitude de 125 mètres. Cela nécessite un ajustement. Toutes les informations qui expliquent la méthodologie utilisée pour l’ajustement des données est sur le site web de NIWA. La méthodologie utilisée a été développée dans la thèse du Docteur Salinger, qui est également disponible au public.

John Boscawen :
Etant donné que nous avons examiné l’information à laquelle le Ministre a fait référence, et que nous n’avons trouvé aucun inventaire des ajustements, pourrait-il préciser où, dans cette masse d’informations, cela est-il contenu. S’il ne le peut pas, peut-il s’engager à fournir au Parlement le simple inventaire des ajustements ?

Le Ministre :
Le Parlementaire a raison, il y a un grande complexité d’informations sur le site web de NIWA. La méthodologie pour les modifications et publiée dans le journal à comités de lecture "International Journal of Climatology" , auquel se sont référés beaucoup d’interlocuteurs dans cette affaire. L’article particulier est de Rhoades & Salinger, et est intitulé "Ajustement des mesures de températures et de pluviométrie pour les changements de sites". Le gros volume d’information indique qu’il s’agit d’un domaine plutôt complexe.

Rodney Hide :
Je souhaite soulever un point d’ordre, Monsieur le Président . Avec tout mon respect, le Ministre n’a pas répondu à la question. La question est très simple. Il n’est pas question de Méthodologie, il est question d’un simple inventaire des ajustements. En réponse à la question initiale, il a dit que l’inventaire était présent sur le site web de NIWA, au sein de cette masse d’information. Nous l’y avons cherché, il n’y a pas d’inventaire des modifications. Alors, on a demandé au Ministre s’il pouvait nous dire où se trouve l’inventaire, pas la méthodologie, et il n’a pas pu. Pourrait-il produire à la chambre l’inventaire des ajustements ? - pas la méthodologie - l’inventaire.

Le Président de l’assemblée :
J’ai entendu l’honorable parlementaire, et je suis favorable à son point d’ordre, puisque la question était notifiée. La question demande spécifiquement si NIWA maintient un inventaire à jour des ajustements et de toute modification opérée sur les données brutes. Il n’est pas demandé pourquoi des changements sont faits sur les données brutes, ni comment ces changements sont faits. Cette information devrait être disponible, et je crois que le Parlement mérite une réponse. Je demande au Ministre de donner une réponse au Parlement.

Le Ministre :
Comme je l’ai indiqué dans ma réponse, l’information est contenue dans un ensemble large d’informations, plutôt que sur une liste d’une page, ce que semble réclamer le parlementaire. En fait, le parlementaire a déjà été avisé de ce fait. Comme je l’ai indiqué, il s’agit d’un problème complexe. En tant que Ministre, j’ai informé NIWA de bien vouloir fournir autant d’information que possible sur la façon dont les ajustements ont été opérés, de telle façon qu’ils puissent être analysés indépendamment.

Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre Monsieur le Président. Avec mon plus grand respect. J’ai deux points. Le premier est que la thèse de Doctorat dont il est question n’est pas accessible au public. Nous avons eu beaucoup de difficultés à l’obtenir, parce qu’elle est couverte par un copyright et n’est pas disponible au public. Le deuxième est que, comme l’a fait remarquer le Président, nous ne parlons pas d’une masse de données, la question est l’existence d’un inventaire des ajustements. Le Ministre a dit qu’elle était quelque part dans les données sur le site web de NIWA. Nous l’y avons cherché, parce que nous savons cela depuis Noël dernier. Nous ne l’y avons pas trouvé, est-il là ou pas ?

Le Président de l’assemblée :
Cela ne devrait pas être sujet à débat, mais, encore une fois, je suis favorable au point d’ordre du parlementaire. La question était notifiée. NIWA avait au moins quelques heures pour informer le Ministre sur une question très simple : Existe-t-il un inventaire des modifications, ou non ? La question n’est pas sur le pourquoi et le comment des ajustements, elle demande simplement si les changements sont enregistrés. Ou bien ceci est disponible ou bien cela ne l’est pas. Je pense que le parlement mérite mieux, parce que cette question est intéressante pour le parlement. Je suis également bien disposé envers le Ministre ; si l’information ne lui a pas été fournie, peut-être pourrait-il le déclarer à la Chambre. Mais je crois que sur une question aussi simple, qui était notifiée, aucune agence gouvernementale ne devrait être autorisée à ne pas fournir de réponse - à moins que cela ne soit pas dans l’intérêt du public. Il se pourrait que cela ne soit pas dans l’intérêt du public, et je pourrais l’accepter. J’invite le Ministre à nous dire que l’information existe, ou qu’il ne sait pas, ou quelque réponse que ce soit [interruption]. Nous attendons la réponse.

Le Ministre :
Comme indiqué dans ma réponse précédente, l’information ne figure pas sur un document unique de la façon dont c’est indiqué ici. Au contraire, c’est un ensemble de matériaux qui sont tous disponibles sur le site web de NIWA. Effectivement, cela n’est pas dans un inventaire sous la forme d’un document d’une page, mais plutôt sous la forme d’une méthodologie, et j’ai donné les sources d’information de cette méthodologie. Monsieur le Président, je crois avoir répondu à la question exactement dans les termes que vous, en tant que Président, avez réclamé.

Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre Monsieur le Président. Je le dis avec précaution parce que je crois que le Ministre traite nos règles à la légère. Vous avez précisé que la question était notifiée, et qu’il s’agissait de savoir s’il existe un registre des ajustements. Le Ministre a dit qu’il y avait beaucoup de données, que ce n’est pas en un seul endroit, ce qui je suppose est une façon de répondre par la négative, mais il se joue de vous, parce que vous avez dit que la question était notifiée : Existe-t-il, oui ou non, un registre des modifications.

Le Président de l’assemblée :
Je crois avoir été clair. La question était notifiée, et la réponse demandée est très simple. Il n’est pas question de méthodologie, il est seulement demandé si les données ont été conservées. La question n’est pas de savoir si c’est sur une seule feuille ou n’importe quoi, il s’agit de savoir si l’information est disponible. J’ai tenté d’appuyer le point de vue du Parlementaire aussi loin que cela est raisonnable aujourd’hui. Nous aurons d’autres occasions de questionner le Ministre sur cette question, si c’est une question qui préoccupe les Parlementaires compétents, mais je pense que la Chambre doit poursuivre pour aujourd’hui.

John Boscawen :
Le Ministre est-il au courant des révélations qui mettent en cause le prestigieux CRU, qui a été accusé (ndt "has been found") de contrevenir délibérément aux lois sur l’information, d’ajustements arbitraires de données brutes, de cacher les raisons de ces ajustements, et de s’arranger pour perdre les données originelles non ajustées, de telle façon qu’elles ne puissent être vérifiées de façon indépendante ? Est-il préoccupé que la même chose puisse arriver aux données de NIWA, en particulier parce que le Dr Jim Salinger y a travaillé précédemment ?

 
Le Ministre :
Oui, je suis au courant de la grande controverse sur ces questions. Puis-je aussi être clair qu’aucun changement n’a été effectué sur nos données de températures originelles. Naturellement, des ajustements ont été faits du fait des variations, mais les données originelles sont disponibles sur la base de données de NIWA, et les Parlementaires peuvent faire réaliser leur propre analyse indépendante, pour vérifier, confirmer, ou bien-sûr réfuter les informations du NIWA.

Rodney Hide :
Je soulève un point d’ordre, Monsieur le Président. Avec le plus grand respect, étant donné la difficulté que nous avons eu sur cette question, je voudrais demander la permission à la chambre de poser au Ministre une question supplémentaire.

Le Président de l’assemblée :
Laissons à l’Honorable Rodney Hide une question supplémentaire ;.. Pas d’objection ?... Il n’y a pas d’objection !

Rodney Hide :
Le Ministre est-il au courant du fait que les données brutes du graphique en question ne montrent aucun réchauffement pour la période en cause - c’est-à-dire de 1863 à nos jours - et que la totalité du réchauffement indiqué par le graphique, qui a été utilisé pour mettre en valeur un réchauffement de 0,92° par siècle dont le NIWA a parlé, est entièrement la conséquence des ajustements faits par les scientifiques, et que ce sont ces ajustements qui doivent être expliquées ?

Le Ministre :
Oui, je suis tout à fait au courant du problème qui a été soulevé par le Parlementaire. C’est précisément pour cela que des ajustements sont faits quand les installations sont déplacées. Par exemple, il y a une différence très significative entre être presque au niveau de la mer et être déplacé à 125 mètres au dessus du niveau de la mer. C’est précisément pour cela que la méthodologie que j’ai cité a du être appliquée pour atteindre le résultat ajusté. Un processus scientifique rigoureux a été mis en œuvre pour atteindre ce résultat.

____________ FIN DE L’ECHANGE _______________


Mon commentaire sur cet extraordinaire échange :

Que peut-on retenir de cet échange, qui a du être très éprouvant pour Monsieur le Ministre, obligé de garder son calme en défendant l’indéfendable ?

Le ministre ne pouvait pas évoquer l’affirmation du NIWA, lequel se paye même le luxe - pour les gogos - d’avoir, dans sa page de défense déjà citée, une invite "Download the seven station AND adjustement schedule", où on trouve bien des choses, mais pas d’enregistrement des modifications, car il sait, bien sûr, qu’elle est fausse.

Il faut donc admirer l’extraordinaire partie de poker-menteur, entre les parlementaires et le président. Les parlementaires savent qu’il n’y a rien, et cherchent à le faire acter par le ministre. Le Ministre sait aussi qu’il n’y a rien, et sait aussi que les autres le savent, mais il doit noyer le poisson, avec une marge étroite, composée d’un seul argument ... vous savez ... c’est compliqué !... qu’il répéterait à l’infini si le Président n’y mettait un terme provisoirement. Il dit, explicitement "On se retrouvera sur ce sujet"

Pour nous, qui ne sommes pas partie prenantes - du moins directement - dans les règlements de compte qui résulteront de cet épisode, le principal est la confirmation implicite donnée, au plus haut niveau de l’état Néo-zélandais, à une question dont nous savions déjà la réponse :
On a perdu toute trace des raisons qui ont conduit les employés de NIWA à augmenter ici, diminuer là, peut-être au gré de leur humeur, mais plus probablement dans une intention bien précise !...

Et il faut mettre cela en contexte du fait que, ces donnés brutes, elles, étaient censées rester planquées ad-vitam-aeternam dans des coffres forts interdits au public, tellement le NIWA était certain de n’avoir jamais de compte à rendre à quiconque.
« Modifié: 19 mai 2013 à 20:26:28 par timbur »

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #1 le: 09 juillet 2010 à 17:19:02 »
Le Climategate fait psscchhiitttt...

http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/07/07/climategate-une-enquete-independante-blanchit-les-chercheurs-du-cru_1384806_3244.html

Je fais pas de copier-coller de l'article étant donné les ennuis auxquels je suis confronté à cause de mon proxy. Je tiens à dire que j'ai choisi Le Monde certes mais il y a aussi Rue89, @SI,.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #2 le: 01 août 2010 à 09:08:12 »
Voici des constats. S'il y a arnaque, j'aimerais qu'on me le démontre par a+b.

Citer
2010 : la planète vers un record de chaleur

Selon la dernière publication des services américains du National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), le mois de juin 2010 a été le mois de juin le plus chaud jamais enregistré depuis le début des mesures en 1880. Depuis le début de l’année, d’après les relevés de la NOAA, chaque mois, soit est proche d’un record, soit établit un nouveau record.
Pour le mois de juin, la température moyenne de la planète (terres et océans) a atteint le record de 16,2 °C, soit 0,68 °C de plus que la moyenne du XXe siècle des mois de juin. Les trois mois qui viennent de s’écouler, avril-mai-juin, avec une température supérieure de 0,70 °C à la moyenne du XXe siècle constituent eux aussi un record depuis le début des mesures.
Si la tendance observée se poursuit, l’année 2010 devrait passer devant 1998 et afficher un nouveau record planétaire de chaleur.

Avec ces températures moyennes élevées, certaines régions du globe sont confrontées à des conditions caniculaires exceptionnelles. Ainsi, l’agence de presse russe, RIA Novosti, a indiqué que la ville de Moscou, avec 37,2 °C a battu le record absolu de chaleur établi à 36,8 °C en 1920. D’après Pavel Konstantinov, chef du département météorologique de l'observatoire de l'Université d'Etat de Moscou, ce mois de juillet restera dans la mémoire des Moscovites comme le mois le plus sec et le plus chaud de ces 50 dernières années. La quantité des précipitations enregistrées en juillet ne dépassait pas le seuil de 5mm, le précédent record datant de juillet 1997, avec 12 mm. Actuellement, suite à la sécheresse, l’état d’urgence a été décrété dans 27 régions du pays. Selon RIA Novosti : « La chaleur inhabituelle qui touche pratiquement toutes les régions de la Russie provoque un nombre croissant d'incendies. Les incendies ont ravagé plus de 800 maisons et fait quatre morts dans les régions de Nijni-Novgorod (Volga) et de Voronej (sud-est). Dans la région de Voronej 556 personnes sont sans abri, les incendies ayant fait quatre morts et 21 blessés. Dans la région de Nijni-Novgorod 1.662 personnes ont été évacuées, il n'y a pas eu de victimes. ».

Michel Sage


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4333
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #3 le: 01 août 2010 à 11:23:10 »
Ne me dites pas que seule une année de chaleure en Russie démontre que la terre se réchauffe dangereusement, cause de polution. L'année derniere au moi de juillet en Amérique du nord il a plue 20 jours sur trente, avec des températures en dessous de la normale. Cette année nous avons eu une chaude température  pendant deux semaines j'usqua 27 degrés, mais ce matin il ne fait que dix degrés. De tout temps il a fait des étés tres chauds et d'autres froids. La climat de la planette ne se fait pas que par pays mais sur l'ensemble du globe.
Quand a la France elle est male placée, quand elle prétant faire de nouveauz produits de carburant avec des micos algues. Quand on sais que ce sont les océans pricipalement qui font la régulation de la planette. et sont la source se toute vie. Toucher aux océants est le pire crime contre la planette. En se moment il s'étudi une carotte glaciere de plusieurs kms, ou il es déja convenu qu'il y a dpuis plusiers siecles que le Co2 etait de beaucoup plus important que de nos jours.( les études de cette carotte ne sont pas terminé) il se peut que certains résultats d'ici un ans soient la preuve que les océans et l'astre solaire qui régule la vie sur terre, nous apporte des surprises que les écolots largement subventionnés, trouverons a redirent. La climatologie devient l'arnaque de notre siecle.  


Tous ca est surment mal écrit, mais l'dée est réelle.
« Modifié: 01 août 2010 à 11:27:35 par TheTwit »

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #4 le: 01 août 2010 à 14:01:06 »
Cette année en Russie n'est pas qu'une simple année chaude. Elle est partie pour battre le record. Nuance, cher ami!
Record de chaleur ou de froidure, c'est tout un: les saisons anormales ne se comptent plus et constituent des indices de plus en plus fréquents.
Cela dit, le débat reste ouvert. Force est néanmoins de constater que les indices d'un dérèglement sont écrasants...
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #5 le: 01 août 2010 à 17:36:18 »
l'arnaque ne réside certainement pas dans les constats, mais sans doute dans l'interprétation qu'on peut en faire ou plutôt de l'interprétation servie sur un plateau aux masses consententes ou non.

le problème est que nous n'avons pas de modèle précis sur des siècles de constats pour analyser tous ces phénomènes. Nous n'analysons que sur une période très courte depuis que les inquiétudes sont nées.

Je ne détiens pas la vérité en la matière, mais c'est comme tout, plus les choses sont médiatisées plus on peut faire dire que tout ça est nouveau alors que les anciens en ont vu aussi des phénomènes naturels catastrophiques sans pour autant en avoir déduit quoi que ce soit quant à leur mode de vie.

si j'étais de mauvaise fois je dirais un truc aussi simple que les guerres ont fait certainement plus de dégats sur l'environnement que tout le reste, suffit de voir toute l'industrie autour de l'armement, l'état des territoires après les conflits et les conditions de vie des populations survivantes pour s'en persuader.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #6 le: 01 août 2010 à 17:50:12 »
Tu as certainement raison quant aux guerres. Elles font partie des activités polluantes de l'homme et ont été et sont encore un moteur de frénésie industrielle. Celle de Quatorze serait par exemple responsable de la reconversion de saloperies chimiques en pesticides agricoles...

Si les anciens ont vu eux aussi des anomalies climatiques, ils ne pouvaient par contre pas faire un rapport aussi évident qu'aujourd'hui avec nos activités polluantes. Et la marge qui nous sépare de la catastrophe planétaire se réduit de nos jours à une vitesse effrayante.

Cela dit, tu as raison sur le fait que toute médiatisation uniforme est à surveiller quand elle trimbale un discours unique. Donc, la contradiction est nécessaire. Mais elle ne m'a pas convaincu. Et je me pose la question de savoir à qui elle profite...
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #7 le: 12 août 2010 à 23:16:48 »
pourquoi il y a quasiment qu'en Russie que ça crame plein pot ????

et des informateurs 'discrets' parlent eux de 1000 morts par jour en Russie .... malgré les salles climatisées gracieusement mises à la disposition des citoyens...

info reçue ce jour :
Show content

et une carte des catas dans le monde en direct....(enfin je crois qu'il en manque...)
http://hisz.rsoe.hu/alertmap/index2.php?area=eu&lang=eng
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #8 le: 13 août 2010 à 08:32:31 »
ceci dit il ne faut pas voir la conspiration partout : le fait que HAARP soit une réalité ne veut pas dire que C'EST la cause de tout nos soucis, de même que le réchauffement climatique dû à l'activité humaine n'est pas la cause de tous les problèmes.

nier l'un ET l'autre serait-il du négationisme ? à mon avis sans aucun doute, car rien pour l'instant ne me convainc dans un sens et dans l'autre mais puisqu'ils sont réels il faut tous les prendre en compte. Nous ne sommes maîtres d'aucun, à nous de ne pas en être esclaves...
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #9 le: 01 octobre 2010 à 10:35:18 »
je ne me souviens pas l'avoir lu, suggéré par l'un de nous, mais comme nous ne savons pas à quel fin sert HAARP, une supposition serait par exemple qu'il pourrait être utilisé afin d'amplifier des phénomènes climatiques qui ainsi serviraient la cause du changement climatique, bourrant le crâne des populations sur des catastrophes induites par l'activité humaine (ce qui en soit est indéniable, l'effet papillon s'entend).

ce qui pourrait permettre, de ce fait, de contraindre des populations à se soumettre à des restrictions drastiques dont vous ferez aisément la liste (Liberté, ...)
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #10 le: 01 octobre 2010 à 10:48:50 »
Le fin du fin est d'avoir averti le public d'un possible danger de dictature en l'imputant aux... écologistes. Voir Luc Ferry! Alors que c'est l'utilisation de l'écologie par la droite qui présente un risque.
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #11 le: 14 mai 2013 à 12:48:02 »
Perso je ne suis absolument pas convaincue qu'il y ait arnaque dans cette question du réchauffement climatique.... mais bon, puisque c'est sous ce titre que le débat a été lancé  :triste1:

Une petite info en lien :

Un seuil « historique » de CO2 a été dépassé, alerte l’ONU
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #12 le: 14 mai 2013 à 17:23:43 »
Citer
« Nous sommes entrés dans une nouvelle zone de danger », a déclaré lundi Mme Figueres, qui mène les négociations onusiennes sur le climat. Il y a « toujours une chance d’échapper aux pires effets du changement climatique », juge-t-elle, en appelant une « réponse politique qui relève vraiment le défi »

On en est très très loin d'une réponse de ce genre. Parce que le lobby industrialiste participe de l'oligarchie au pouvoir. D'où l'idée idiote, perpétuée par les médias soumis que la croissance est toujours l'avenir économique (omettant de préciser pour qui: pas pour vous ni pour moi).

Pour rappel: Hollande s'est fait adouber par Areva avant l'élection. Il a verrouillé le ministère de l'écologie pour que les Verts n'y accèdent pas. Il a de chauds partisans de l'industrialisme, notamment le joueur de pipeau Montebourg.

Bref, c'est le mur assuré.  :mort:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne contemplatif

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2108
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #13 le: 19 mai 2013 à 18:26:51 »
Tout d'abord, je trouve qu'il faudrait vraiment renommer le titre du fil de discussion (c'est chose faite -timbur). La vraie arnaque est celle véhiculée par les climato-sceptiques depuis des années maintenant.

Lorsqu’on se penche sur les faits scientifiques, cad la compilation des données établie par les milliers de scientifiques qui composent le  GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat), le constat est accablant.

Oui le climat se réchauffe extrêmement rapidement et la planète est à la veille de devenir une immense poêle à frire si nous n'inversons pas la tendance croissante des rejets de gaz carbonique.

Oui, l'activité humaine est la cause principale des dérèglements climatiques. J'utilise ici à dessein « dérèglements climatiques » car, au delà du simple réchauffement de la planète dû aux activités humaines, l'enjeu est bel et bien un basculement climatique causé par un effet de seuil aux conséquences potentiellement dévastatrices.

Comme il est dit dans les messages précédents, le seuil de 400 ppm de Co2 vient d'être franchi. Ce chiffre implique déjà mathématiquement une augmentation de la température terrestre de plus de 2 degrés. Étant donné la durée de vie du Co2 dans l’atmosphère, ça veut dire que si on arrêtait dès aujourd'hui de rejeter du Co2, nous aurions de toute façon 2,4 degrés en plus. 10 ou 15 ans de plus sur la même pente croissante d'émissions de Co2 nous amèneraient à une augmentation de 4 degrés ou plus. À titre de comparaison, le petit âge glaciaire, c'était environ 1 degré de moins...

Pour plus d'infos :
En attendant le prochain rapport du Giec (qui s'annonce plus pessimiste encore que le précédent), voici celui de 2007 ici.
Une « BD » très documentée dont la fin n'est pas spécialement optimiste (comment l'être?),
Saison Brune.
Un petit bouquin indispensable d'Hervé Kempf: Pour sauver la planète, sortez du capitalisme

J'arrête là pour ne pas vous bombarder de sources mais, je ne peux m'empêcher de dire qu'il y a extrême urgence !
« Modifié: 19 mai 2013 à 20:28:58 par timbur »
"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres"

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #14 le: 20 mai 2013 à 11:45:05 »
alors contemplatif tout d'abord je suis plus que ravie de te revoir parmi nous :fleur2: :fleur2: , puis merci énormément pour toutes ces infos, ça enrichit le fil et ça m'apprend beaucoup, merci

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #15 le: 20 mai 2013 à 18:29:00 »
J'irai jusqu'à dire que non seulement il y a urgence, mais que ceux qui sont conscient de ce réchauffement vont devoir commencer à penser à sauver leurs fesses en prenant en compte les possibles conséquences d'une augmentation de température.

Car, soyons lucides (ou cyniques). Nous pouvons et devons nous battre, mais je pense sincèrement que de toute façon les émissions de CO2 ne s'arrêteront que quand il sera déjà trop tard et de force forcée, car le capitalisme ne comprend que ce genre d'avertissement. En gros, quand les industries productrices de CO2 seront noyées sous les eaux, par exemple, les émissions s'arrêteront. Ou quand il n'y aura plus du tout de pétrole. Ou quand les changements climatiques seront tels que les destructions et le nombre de morts diminueront la production de CO2.

Donc il faut non seulement tenter de réduire son émission propre de CO2, recycler, essayer de vivre au maximum (je ne suis pas idiote au point d'exiger que les gens qui bossent à 40 bornes y aillent en vélo) en réduisant son "emprunte carbone". Puis tenter d'informer les gens. Mais aussi se dire, à mon sens : "bon, je vis où, quels sont les risques, comment y parer si je ne peux pas déménager à un endroit moins risqué".
 :merci: :merci:

et éduquer nos enfants, pour ceux qui en ont.  :merci:

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3181
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #16 le: 20 mai 2013 à 18:37:30 »
Si seulement les pouvoirs publics pouvaient rétablir les transports en commun dans les campagnes ce serait un beau début. :triste1:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #17 le: 24 mai 2013 à 10:18:44 »
 :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3: :pleur3:

Citer
Sommet de l'Energie: l'UE dit bye-bye au climat et salue les lobbys industriels
23 mai 2013 Par Maxime Combes

Les chefs d'Etat et de gouvernement des pays de l'UE viennent de balayer d'un revers de la main toute véritable politique climatique pour adouber les recommandations des lobbies industriels en matière énergétique. Un tournant. Sidérant.

Show content
Comme nous le craignions, les chefs d'Etat et de gouvernement des 27 pays de l'UE réunis ce 22 mai se sont accordés sur une déclaration finale profondément régressive, tournant le dos à tous les engagements publics sur la lutte contre le changement climatique ou sur les promesses de transition énergétique. Dorénavant, pour l'UE et ses pays membres, les défis énergétiques se limitent aux prix trop élevés de l'énergie, à la compétitivité industrielle, à l'achèvement du marché intérieur, aux infrastructures d'interconnexion des circuits de distribution et à la nécessité d'encourager le secteur privé pour financer et investir. Le climat, les économies d'énergie, les énergies renouvelables, sans parler de la sobriété énergétique, de la résilience des territoires ou du contrôle citoyen sur l'énergie, sont au mieux marginalisés, au pire ignorés et méprisés.

Ainsi, la déclaration finale ne fait référence qu'une seule fois aux politiques climatiques de l'Union européenne. C'est pour saluer le livre vert de la commission européenne sur les objectifs de 2030 qui est pourtant loin d'être satisfaisant (voir notre post à ce sujet). Le terme « climat » est prononcé à une autre occasion. Dans le cadre du paragraphe portant sur les « investissements ». Il est alors mentionné que les « financements doivent principalement provenir des marchés » et qu'il faut pour cela disposer « d'un marché du carbone fonctionnel et d'un cadre prévisible sur les politiques climat et énergie post-2020, propice à la mobilisation des capitaux privés et permettant de faire baisser les coûts des investissements énergétiques ». Ayez confiance, le secteur privé et les marchés s'occupent de tout. Avec un marché carbone défaillant, inefficace et dangereux.

Tout le reste de la déclaration est à l'avenant. Priment les exigences économiques et financières à travers l'amélioration de la compétitivité coût de l'industrie européenne et ce, à n'importe quel prix. Si certaines formules ont été lissées par rapport au brouillon de déclaration révélé par la presse, l'orientation générale reste la même. Holger Krahmer, eurodéputé libéral allemand (ADLE) a clairement indiqué la façon de lire cette déclaration : « Pour la première fois, l'augmentation des coûts de l'énergie et la baisse de compétitivité de l'économie européenne seront plus importantes que les ambitions bien évidemment inexécutables sur le changement climatique mondial ». Il a salué « la fin de l'hystérie sur le climat ».

Cette déclaration, qui engage l'exécutif français, évoque en bonne place « un recours plus systématique aux sources locales offshore et onshore d'énergie », ce qui renvoie explicitement aux perspectives d'exploration et d'exploitation des hydrocarbures non conventionnels, y compris de schiste, en Europe. Pour adoucir la chose, il y est adossé une référence au « respect des choix de mix énergétique des Etats-membres ». Mais du point de vue de l'UE, point de salut sans gaz de schiste.

Sur ce sujet, comme sur d'autres, les exigences portées par le lobby industriel Business Europe ont pesé. L'ordre du jour et le contenu de ce sommet aurait largement été influencé par une lettre du président de Business Europe envoyée au premier ministre irlandais, qui occupe actuellement la présidence tournante du Conseil de l'UE. Focalisée sur l'avantage en termes de coût de l'énergie dont disposerait l'industrie américaine à travers l'exploitation des gaz de schiste, cette lettre pointe les dangers que font courir les politiques climatiques etldes programmes de soutien aux énergies renouvelables sur la compétitivité industrielle. Il semblerait que Business Europe ait été entendu.

Avec cette déclaration, le Conseil européen tourne clairement le dos à toute véritable politique de luttes contre les dérèglements climatiques. François Hollande, représentant de l'exécutif français au Conseil européen porte sa part de responsabilité. Affligeant, abject, exaspérant, consternant, les qualificatifs ne manquent pas.

Maxime Combes, membre d'Attac France et de l'Aitec, engagé dans le projet Echo des Alternatives (www.alter-echos.org)
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #18 le: 24 mai 2013 à 14:09:51 »
Je vois.  :fache:

Les ministres EELV: démission!  :pascontent1: L'esprit collabo aux fins de promotion personnelle, c'est fini!

Ce tas de petits larbins européens ont fait un choix qui leur coûtera cher. Sur ce plan, Hollande a théoriquement rejoint son copain $arkozy. Sale culotte et culotte sale.

Je me suis rarement trouvé en état d'opposition aussi totale avec ce ramassis qu'est le PS.
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #19 le: 28 mai 2013 à 22:25:42 »
Et je suis au regret d'approfondir ta désespérance, avec le billet qui suit  :triste1:
Il est vraiment passionnant et aurait mérité que j'en fasse quelques phrases pour vous motiver à le lire... mais , là, je suis franchement trop crevée  :désolé1:
Mais l'auteur a fait un super boulot .... que je n'ai lu nulle part ailleurs  :super:

Citer
Commençons par un petit jeu, si vous le voulez bien.  Je vous propose d’essayer de trouver le mot "climat" dans le nuage de mots qui suit.  Vous avez 3 minutes.  Attention, top, c’est parti.


Citer
Alors?  Trouvé?

J’ai créé ce nuage (un peu comme Dieu, en quelque sorte ;-) ) à partir du document de synthèse du rapport Global Trends 2030. Alternative Worlds (Tendances mondiales 2030 : nouveaux mondes possibles).  C’est quoi ce truc-muche, me direz-vous?  Eh bien, tous les quatre ans, au début de chaque nouveau mandat présidentiel aux États-Unis, le National Intelligence Council (NIC), bureau d’analyse et d’anticipation géopolitique et économique de la Central Intelligence Agency (CIA), publie un rapport, synthétisant nombres d’études élaborées par des experts "indépendants" de plusieurs universités et de nombreux pays (Europe, Chine, Inde, Afrique, Amérique Latine, monde arabo-musulman, etc.), qui présente des trajectoires géopolitiques globales (possible global trajectories) pour les 15-20 prochaines années et les possibles futurs qui peuvent être imaginés.


Et vous pouvez zapper la lecture du document en question, car je pense que l'auteur du billet nous en donne vraiment l'essentiel !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #20 le: 21 juin 2013 à 07:43:13 »
Voilà une "petite" info qui passe bien inaperçue, et pourtant elle fait franchement froid dans le dos  8/ surtout quand on voit les délais .... On parle de dans 10 ans et si cela se confirme cela décuple ou pire les prévisions de réchauffement climatique !!!!!!!

Le «permafrost» pourrait commencer à dégeler d’ici 10 à 30 ans
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #21 le: 21 juin 2013 à 16:08:12 »
Au lieu de traiter le problème, nos politocards sont encore capables de taxer les émissions de méthane des citoyens...  :mort:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3181
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #22 le: 22 juin 2013 à 18:52:27 »
On va tous crever, comme ça plus de problèmes, peinards!  :rougefache:
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #23 le: 04 avril 2014 à 09:38:28 »
Peut-être êtes-vous comme moi : Le deuxième volet du rapport du GIEC est publié le 31 mars, et je n'en avais pas entendu le moindre mot avant aujourd'hui  8| 8| 8| 8|

Alors d'accord, la France est en plein maelstrom gouvernemental, Ségolène Royal est en charge de l'écologie et toussa .....  :mrgreen: .... Mais quand même, il se trouve que ce rapport du GIEC est plus qu'alarmant  :X:

C'est à la suite d'un article sur Mediapart, ce jour, que j'ai fait une petite recherche ciblée : j'ai trouvé quelques articles, que je vous mets ici .
Cela fait franchement froid dans le dos  :(

Terra eco : Cinq choses à savoir sur l’alarmant rapport du Giec

Le Monde / planète : Réchauffement climatique : nouveau rapport alarmant du GIEC

France_info :
Climat : le Giec annonce des "impacts graves et irréversibles"

Et l'article qui m'a alertée au départ :

Citer
Climat : stupeur face à l’ampleur des impacts du réchauffement

Le deuxième volet du nouveau rapport du Giec, consacré aux effets du dérèglement climatique sur la nature et les sociétés humaines, suscite des réactions d’une rare intensité. Sauf en France.

Show content

La publication du deuxième volet du nouveau rapport du Giec (à lire en cliquant ici), consacré « aux impacts, à l’adaptation et à la vulnérabilité », c’est-à-dire aux effets du dérèglement climatique sur la nature et sur les sociétés humaines, suscite des réactions d’une rare intensité. « À moins d’agir drastiquement et rapidement, la science nous dit que notre climat et notre mode de vie sont littéralement en danger », a déclaré le secrétaire d’État américain John Kerry dans une réaction officielle, ajoutant que « les coûts de l’inaction sont catastrophiques ».

Pour l’économiste Nicholas Stern, auteur d’un célèbre rapport en 2006 sur les coûts faramineux du changement climatique, « ce rapport apporte la puissante démonstration de la nécessité de fortement réduire les émissions de gaz à effet de serre pour éviter des effets potentiellement catastrophiques, comme la fonte irréversible de la croûte glaciaire de l’Arctique et la hausse du niveau de la mer. Nous ne réussirons pas à complètement nous en préserver, elles sortent de l’expérience de l’évolution de l’Homo sapiens moderne ».

L’ancien vice-président américain Al Gore, auteur d’Une vérité qui dérange, l’un des films qui ont alerté ses concitoyens sur la réalité de la crise climatique, a lui aussi réagi officiellement : « Nous devons immédiatement et sans hésitation passer à une économie propre et renouvelable. Continuer à brûler aussi massivement des carburants fossiles est incompatible avec l’idée d’un avenir sain et prospère pour notre civilisation. »

Les problèmes envisagés par les chercheurs du Giec en conséquence de la probable forte hausse des températures sont tellement graves, qu’ils ont dû introduire un nouveau niveau de risque dans leur échelle d’évaluation, remarque le quotidien britannique The Guardian : en 2007, il était « haut » et apparaissait en rouge vif sur le graphique de synthèse du résumé des décideurs. Désormais, il monte à un degré supérieur : « très haut » et figure en violet foncé. C’est « un niveau horrible de risque », a commenté Maarten Van Aalst, un dirigeant de la fédération internationale de la Croix-Rouge. Son organisation a comptabilisé les occurrences du mot "risque" dans ce deuxième volet du 5e rapport du Giec : plus de 230 fois, contre 40 fois seulement il y a sept ans.

« Nous entrons dans une ère où le changement climatique n’appartient plus à un futur hypothétique », a déclaré Chris Field, chercheur à Stanford University, et l’un des principaux auteurs du rapport, ajoutant : « Nous vivons dans une époque où les impacts du changement climatique sont d’ores déjà répandus et substantiels. » Maggie Opondo, auteure de premier rang du chapitre sur la pauvreté et les moyens de subsistance, est sortie de l’habituelle réserve scientifique pour déclarer que le document donnait aux savants l’occasion de « sortir de leur tour d’ivoire ».
Lire aussi

    Le rapport du Giec sous le feu des climato-sceptiques

    Par Michel de Pracontal
    La France, 8e contributrice au changement climatique

    Par La rédaction de Mediapart
    Climat : Mediapart dresse la liste des dix plus gros pollueurs en France

    Par Jade Lindgaard et Arthur Pivin
    Climat : un sceptique au Collège de France

    Par Jade Lindgaard

George Monbiot, éditorialiste influent du Guardian, très lu par les écologistes, s’est fendu d’une chronique virulente, dénonçant l’hypocrisie de la société britannique au sujet d’une éventuelle adaptation au dérèglement climatique : « On nous dit partout qu’il est plus facile de s’adapter au réchauffement que de l’arrêter. Cela suppose que non seulement on oublie le rapport Stern, qui montre qu’il coûte beaucoup moins cher d’éviter la crise climatique que d’essayer de vivre avec, mais aussi les inondations que nous venons tout juste de connaître. Si une petite nation, riche, bien organisée, ne peut pas protéger son peuple contre des pluies hivernales exceptionnelles – qui pourraient être causées par une hausse de température inférieure à 1 degré – quel espoir ont les autres nations, si les températures augmentent de 4 degrés ou plus ? »

Pendant ce temps, en France, en plein feuilleton du remaniement, silence radio, ou presque. Un communiqué tiédasse du ministère des affaires étrangères : « Le deuxième volume du rapport du Giec confirme les risques graves qui pèsent sur l’humanité si rien n’est entrepris pour enrayer les effets des dérèglements climatiques. Comme le confirment les experts du Giec, pour le climat, il y a urgence, mais il n’y a pas de fatalité. Des solutions existent. Elles passent par l’adaptation de nos modèles économiques aux exigences du développement durable et par l’accélération de la transition énergétique. » C’est le service minimum. Le ministère de l’écologie et de l’énergie n’a même pas publié de communiqué, se contentant d’un résumé du rapport du Giec sur son site. Sur le portail du ministère du redressement productif ? Rien. Sur celui de l’économie et des finances ? Rien. À dix-huit mois du sommet sur le climat, rien ne préoccupe moins le sommet de l’État français que la crise climatique.

"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #24 le: 16 septembre 2016 à 14:44:03 »
 Le boomerang merdeux nous revient en pleine gu. avec pour seule obsession de ses "six cerveaux" (disait celle qui n'en a aucun): l'argent, l'argent et l'argent. Et pour seule stratégie, la provocation, la transgression, symptôme d'un cervelet mal fini.

Pour ce candidat-valet des industrieux responsables de la désolation planétaire, les exploitations du gaz/pétrole de schiste sont dans son programme.

Aux deux noms cités ci-dessous, il faut ajouter Poutine, déjà en train de foutre en l'air l'Arctique: trilogie de mafieux.  :mafia:' :mafia:' :mafia:'

Il s'agit toujours de chasser sur les terres populistes, malgré la défaite que cela lui a déjà coûté. Mais comme dit Jojo, quand on est con, on est con.  :blingbling:

Citer
Sarkozy, Trump : le populisme climatosceptique comme stratégie de campagne ?

En désignant la limitation de la population mondiale comme une priorité politique par rapport au changement climatique, le candidat à la présidentielle 2017 nous abuse et corrompt notre sens moral. Par Pierre André, Doctorant en philosophie, Centre international de philosophie politique appliquée, Université Paris-Sorbonne – Sorbonne Universités.

    « Cela fait 4 milliards d'années que le climat change. Le Sahara est devenu un désert, ce n'est pas à cause de l'industrie. Il faut être arrogant comme l'Homme pour penser que c'est nous qui avons changé le climat... »

Ce sont là les mots, rapportés par Marianne, de l'ancien président de la République française et candidat à la primaire de droite, Nicolas Sarkozy, lors d'une réunion organisée par l'Institut de l'entreprise, le 14 septembre 2016.

En adoptant de tels propos - atypiques dans le discours politique en Europe continentale - l'ancien chef de l'État français fait sienne la rhétorique climatosceptique déjà à l'œuvre chez certains responsables politiques américains, à l'image de Donald Trump. On se rappelle que l'une des promesses du candidat à la présidentielle outre-Atlantique consiste à annuler l'accord de Paris sur le climat.

Nicolas Sarkozy nous enjoint donc, plutôt que de nous inquiéter du changement climatique, à nous préoccuper « d'un sujet plus important : le choc démographique. »


http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/sarkozy-trump-le-populisme-climatosceptique-comme-strategie-de-campagne-599654.html
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #25 le: 18 septembre 2016 à 09:45:17 »
Salut Sarkonique !

Quand on est con on est con , effectivement, et surtout concernant ce triste sire, si il y a une chose qu'il ne fera jamais c'est "changer" .... Mais malheureusement il reste dangereux, car si cela lui a valu une défaite en 2012, les temps ont changé et la connerie populiste semble avoir ces temps-ci le vent en poupe !!!
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne contemplatif

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2108
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #26 le: 08 novembre 2016 à 13:08:27 »
Encore un très bon billet sur le blog de Maxime Combes, très fin connaisseur des enjeux et des négociations sur le climat.  :super:

Citer
Les enjeux de la COP22 résumés en un graphique !

Ratifié par plus de 100 pays, l'Accord de Paris sur le climat est désormais entré vigueur. Les moments d'auto-célébration n'en finissent plus. On illumine en vert la Tour Eiffel et l'Arc de triomphe. Pourtant, l'essentiel est passé le plus souvent sous silence : les Etats se sont engagés à émettre toujours plus de gaz à effet de serre jusqu'en 2030. Illustration et explication.

L'article 2 de l'Accord de Paris fixe comme objectif de « contenir l'élévation de la température moyenne de la planète nettement en dessous de 2°C », et idéalement en deçà de 1,5°C. (courbe bleue et verte du graphique ci-dessous)

Un bon point.

Les engagements des Etats, rendus publics avant la COP21, sont par contre tout-à-fait insuffisants. L'ONU, qui a fait le calcul, reconnaît qu'un record d'émissions de GES pourrait être battu chaque année d'ici à 2030 pour atteindre 56,2 gigatonnes d'équivalent C02 en 2030 (courbe jaune du graphique). Dit autrement, les Etats envisagent de consommer 53 % du budget carbone dont nous disposons d'ici à 2025 et 74% d'ici à 2030.

C'est un peu mieux que ne rien faire (courbe orange du graphique), mais cela implique trois choses :

    Il n'y aurai pas de réduction d'émissions de GES à l'échelle mondiale avant 2030 ! (à supposer que les Etats fassent réellement ce à quoi ils se sont engagés, ce qui n'est pas sûr, et ce à quoi ils ne peuvent être contraints)
    L'écart entre ce qu'il faudrait faire (le souhaitable) et ce qui est sur la table (le réel) ne va cesser de s'accroître : en matière de climat, ce qui compte est l'ensemble des émissions de GES relâchés sur une période, plus que le niveau atteint lors de la dernière ; ce faisant, les Etats maximisent les émissions relâchées pendant cette période de temps ;
    En repoussant à plus tard ce qu'ils ne veulent pas faire aujourd'hui, les Etats institutionnalisent la procrastination et entérinent un réchauffement climatique très largement supérieur à 2°C.


la suite
"Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres"

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #27 le: 08 novembre 2016 à 17:53:34 »
Veulerie ou... complaisance?  :grrr:

Au risque de passer pour complotiste, je me demande à qui profite le crime et je ne trouve que cette réponse: comme les guerres, les situations de catastrophe sont un tremplin idéal pour les élites et oligarchies en tous genres dont le rêve est de confisquer le pouvoir...  :taistoi:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le réchauffement climatique
« Réponse #28 le: 26 novembre 2016 à 12:06:00 »
David contre Goliath:super:

Citer
Un fermier péruvien attaque un géant allemand de l’énergie
26 novembre 2016


A l’issue d’une première audience jeudi 24 novembre, le tribunal allemand d’Essen a indiqué qu’il annoncerait le 15 décembre s’il donne suite à la plainte d’un fermier péruvien. Celui-ci demande au géant de l’énergie RWE de contribuer à réparer les dégâts causés par le réchauffement climatique dans son village des Andes. « Il s’agit de justice », a déclaré Saul Luciano Lliuya, également guide de montagne, devant le tribunal. « Nous espérons que le tribunal va nous donner raison, pour, d’une façon ou d’une autre, sauver notre monde, notre terre », a-t-il dit.

L’énergéticien allemand est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète. Il contribue ainsi au réchauffement climatique et à la fonte des glaciers, qui menace d’inondations la communauté de Huaraz, capitale de la province de Ancash dans le nord du Pérou, où vit le fermier.

Ce dernier réclame à l’entreprise 17.000 euros (18.244 francs) pour financer une partie des travaux de sécurisation d’une lagune. Il demande aussi qu’elle lui rembourse 6.300 euros qu’il a dépensés de sa poche en mesures de protection. L’agriculteur, père de deux enfants, avait confié il y a un an avoir passé sa vie à regarder les glaciers se détruire progressivement, sous l’effet du réchauffement climatique.

 


Show content
Citer
Un fermier péruvien attaque un géant allemand de l'énergie

La justice allemande décidera en décembre si elle donne suite à la plainte d'un fermier péruvien. Celui-ci demande au géant de l'énergie RWE de contribuer à réparer les dégâts causés par le réchauffement climatique dans son village des Andes.


A l'issue d'une première audience jeudi, le tribunal d'Essen a indiqué qu'il annoncerait sa décision le 15 décembre. A cette date, le juge Klaus Werner Krüger prononcera soit un verdict contre le plaignant, soit il ordonnera une instruction. Dans ce cas, il donnera suite à la plainte et les parties devront défendre leur cause, preuves et témoins à l'appui.


"Il s'agit de justice", a déclaré Saul Luciano Lliuya, également guide de montagne, devant le tribunal. "Nous espérons que le tribunal va nous donner raison, pour, d'une façon ou d'une autre, sauver notre monde, notre terre", a-t-il dit.


A l'entrée du bâtiment, une dizaine de défenseurs de l'environnement étaient venus soutenir le Péruvien dans sa croisade: "Montre leur!", lui a lancé un manifestant. Sur des pancartes, on pouvait lire: "RWE doit payer pour la protection du climat!".


Créer un précédent
Présentée comme un combat de David contre Goliath, l'affaire doit créer un précédent légal, estime Germanwatch. L'association environnementale allemande soutient le fermier en prenant en charge notamment ses frais d'avocat.



Si le juge n'a pas laissé transparaître de quel côté il penchait, l'avocate du plaignant, Roda Verheyen, s'est déclarée "très satisfaite" du déroulement de l'audience. Elle espère que le magistrat se décidera pour une instruction, qui permettra à chacune des parties "de discuter sur le contenu de ce sujet complexe".


"Nous ne disons pas que RWE est responsable du changement climatique dans son ensemble. Mais nous disons que RWE est un responsable de premier plan", a-t-elle estimé. Ce qui justifie, selon elle, que le choix des plaignants se soit porté sur le groupe basé à Essen.


Menaces d'inondations
L'énergéticien allemand est l'un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète. Il contribue ainsi au réchauffement climatique et à la fonte des glaciers, qui menace d'inondations la communauté de Huaraz, capitale de la province de Ancash dans le nord du Pérou, où vit le fermier.


Ce dernier réclame à l'entreprise 17'000 euros (18'244 francs) pour financer une partie des travaux de sécurisation d'une lagune. Il demande aussi qu'elle lui rembourse 6300 euros qu'il a dépensés de sa poche en mesures de protection.


L'agriculteur, père de deux enfants, avait confié il y a un an avoir passé sa vie à regarder les glaciers se détruire progressivement, sous l'effet du réchauffement climatique. "Ici, il y a un responsable et il faut lui demander réparation", avait-il déclaré, en ciblant RWE.


RWE "ne comprend pas"
Une argumentation rejetée catégoriquement par RWE. La plainte "n'a pas de base légale", a redit un porte-parole du groupe, Guido Steffen. "On ne peut pas faire une politique de protection du climat par le biais du droit civil", a-t-il ajouté à l'issue de l'audience.


RWE a déclaré ne pas comprendre la raison pour laquelle le Péruvien s'en prend à lui en particulier. "La réduction des émissions de CO2 est prioritaire pour RWE", a fait valoir son porte-parole.


Il a rappelé que le groupe avait modernisé son parc de centrales à charbon ces dernières années ou construit de nouvelles centrales moins polluantes. Le groupe investit aussi "des milliards dans les énergies renouvelables", a-t-il dit.


(ats / 24.11.2016 18h13)
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/