Auteur Sujet: Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes  (Lu 1544 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« le: 30 mars 2010 à 13:23:56 »
Citation de: "sarkonique"
Citer
Amérique du Sud : des éleveurs s’approprient les terres au bulldozer

Tribu indienne implantée au Paraguay, en-dehors du bassin amazonien, les Ayoreo-Totobiegosode sont confrontés à une sérieuse menace : le bulldozer. En effet, désireux de s’octroyer des terres pour accueillir leur bétail d’élevage, des éleveurs défrichent sans vergogne les terres de cette tribu. Des photographies prises par satellite le 1er novembre ont révélé les agissements de ces bûcherons clandestins. Appartenant à la compagnie brésilienne Yaguarete Pora SA, les éleveurs incriminés poursuivent leur entreprise de déboisement, ignorant la décision prise fin août par le ministère de l’Environnement de suspendre l’autorisation accordée suite à des déforestations illégales. Et pour cause, l’an dernier, Yaguarete et une autre entreprise brésilienne, River Plate SA, auraient détruit des milliers d’hectares de terres appartenant à la tribu des Ayoreo-Totobiegosode.
Pour l’heure, les producteurs de la firme Yaguarete bénéficient du concours d’une entreprise d’engins de chantier, basée dans une colonie voisine et détenue par Jacobo Kauenhowen.

Pour le GAT, ONG paraguayenne de défense des droits territoriaux des Ayoreo, la tribu court un grave danger dans la mesure où « La déforestation illégale menée par Yaguarete au Paraguay se poursuit sans aucun contrôle ». De son côté, l’association Survival International en appelle à une prise de conscience du président Lugo face à la destruction de la forêt, principal moyen de subsistance pour nombre de ses citoyens. Des actions de protestation et de dénonciation ont déjà débuté, à l’instar de la diffusion régulière d’un spot publicitaire depuis le 2 novembre sur l’une des principales stations de radio du Paraguay, Radio Nanduti.

Ce nouveau scandale vient confirmer la situation extrêmement précaire de ces populations indiennes dépossédées de leurs terres et de leurs droits dans l’indifférence la plus totale. Or, cette violation de la condition indienne répond généralement à de fortes pressions économiques qui ne laissent que peu d’espoir de voir vaincre Hercule contre Goliath. En témoigne le barrage de Santo Antoñio en Amazonie occidentale qui prévoit d’inonder pas moins de cinq groupes isolés d’Indiens.

Cécile Cassier

http://www.univers-nature.com/inf/inf_a ... gi?id=3980

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« Réponse #1 le: 09 mai 2010 à 09:57:50 »
Citer
Attaque armée en plein cœur de l’Amazonie équatorienne

En 2003, le peuple kichwa de Sarayaku, en Equateur, sortait vainqueur, sans recours à la violence, d’une confrontation avec des compagnies pétrolières qui en avaient après ses terres. Cette résistance pacifique fit la renommée de ce village indien situé au cœur de l’Amazonie équatorienne où vivent environ 1200 habitants, détenteurs d’un mode de vie traditionnel basé sur la chasse, la pêche, l’agriculture et l’élevage.
A la suite de cet affront, fut développé un projet innovant, appelé le projet de la « Frontière de Vie ». Comme son nom l’indique, il s’agit d’une frontière composée de grands cercles d’arbres à fleurs de couleurs, disposés sur près de 200 km de long en pleine forêt vierge. Pour l’heure, cette frontière symbolique est en cours de plantation mais avancerait rapidement aux dires de l’organisation Survival International.

Toutefois, depuis lors, les diverses agressions et intimidations contre ces irréductibles gaulois modernes n’ont pas molli, bien au contraire. Or, si jusqu’alors le peuple a su défendre ses positions, la situation a récemment pris un tour bien plus radical et tragique. En effet, des hommes armés se sont introduits sur le territoire de Sarayaku et ont tiré, faisant trois blessés graves chez les autochtones.

Face à cette démonstration de violence, plusieurs associations se sont réunies pour apporter leur soutien au peuple de Sarayaku parmi lesquelles figurent Altervoyages, Frontière de Vie-Belgique, IAI, MATM, Paroles de Nature. Initiatrices d’une pétition (1) adressée au président de l’Equateur, Rafael Correa, elles dénoncent l’installation illégale d’une prétendue communauté, composée de quelques familles et s’étant établie à proximité d’un ancien puits de pétrole situé dans le territoire de Sarayaku. Pour la coalition associative, le gouvernement de Sarayaku a le devoir de dissoudre « cette communauté fauteuse de troubles et de respecter enfin le territoire de Sarayaku et son désir de vivre en paix ».

Vivant sur les berges du fleuve Bobonaza, dans la province de Pastaza, le peuple kichwa de Sarayaku gère environ 135.000 hectares de territoires ancestraux dont il a obtenu de l’état équatorien les titres de propriété collective. Sa subsistance repose sur les ressources que lui prodigue la forêt tropicale, tant pour s’alimenter, bénéficier des plantes alimentaires, médicinales, ornementales, rituelles ou construire en bois les maisons, les pirogues et les divers outils et les objets utilitaires.

Cécile Cassier
1- La pétition est accessible au lien suivant:
 http://www.lapetition.be/en-ligne/le-peuple-kichwa-de-sarayaku-est-en-danger-7111.html


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4214
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« Réponse #2 le: 04 juin 2011 à 11:29:05 »
"Vous les Blancs, laissez nous tranquilles"

Le chef Raoni se bat contre la construction d'un barrage qui engloutirait les terres de sa tribu. Raoni publie ses mémoires : Mon dernier combat, Le testament d'un indien, de Raoni et Jean-Pierre Dutilleux, aux Editions du Rocher.

"Vous les Blancs, laissez nous tranquilles"

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7887
Re : Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« Réponse #3 le: 15 janvier 2012 à 09:57:11 »
Citer
Après les zoos humains, les safaris humains

Etablie dans les îles Andaman, archipel situé dans le Golfe du Bengale, au Sud de la Birmanie, la communauté indienne des Jarawa tente de résister aux pressions des activités commerciales et d’un tourisme de plus en plus invasif. Et, si en 2010 une décision de justice a contraint à fermer un complexe hôtelier installé dans la zone tampon entourant la réserve indienne, la route qui traverse illégalement celle-ci, continue, elle, à acheminer touristes et braconniers. Dernièrement, le journal britannique The Observer a levé le tabou sur ces « safaris humains », organisés dans les îles Andaman, en les dénonçant grâce à une vidéo. Sur celle-ci, on voit un policier qui, après s’être laissé corrompre pour mener des touristes dans la réserve en échange de 250 euros, demande à un groupe de femmes Jarawa de danser devant le groupe.

Selon l’ONG Survival International, les autorités administratives de l’archipel viennent, une fois de plus, d’ordonner la fermeture de la route « Andaman Trunk Road ». Mais la construction d’une route côtière alternative, contournant la partie centrale de la réserve jarawa, est d’ores et déjà à l’étude. Pour Stephen Corry, directeur de Survival International : « Les Jarawa ne sont pas des bêtes de foire qu’on peut contraindre à faire des pitreries pour des touristes en mal d’exotisme ». L’ONG a appelé les touristes de tous horizons à boycotter la route, dont la fermeture a été exigée par la Cour Suprême en 2002. A cette fin, elle distribue actuellement des prospectus pour informer les touristes dès leur arrivée à l’aéroport de l’archipel.

Cécile Cassier


http://www.univers-nature.com/inf/inf_actualite1.cgi?id=4977
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19244
Re : Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes
« Réponse #4 le: 04 février 2012 à 10:38:36 »
N'y a-t-il pas moyen, en plus du boycott, de bloquer la route ? Des troncs d'arbres, des trucs comme ça ? Je sais, j'ai peut être trop regardé de western, mais je trouve honteux qu'on trouble la tranquillité de ces gens contre leur volonté.
S'ils ne veulent pas voir de monde, ils en ont parfaitement le droit.
Incroyable cette histoire de danse...  tresfache tresfache tresfache