Auteur Sujet: Bloc Identitaire, extreme droite  (Lu 36619 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #50 le: 13 septembre 2011 à 11:59:29 »
j’espère que vous avez eu l'occasion de voir ce reportage très bien fait...

Citer
Les « identitaires » s’affichent sans complexe

Le Bloc identitaire tient ce week-end son « université de rentrée », en Provence. Depuis deux ans, l’organisation xénophobe multiplie les provocations. Les militants antiracistes lyonnais dénoncent même une forte augmentation des violences attribuées aux groupes d’extrême droite.

« Apéro saucisson pinard », « marche des cochons », envahissement d’un Quick Hallal... depuis deux ans les provocations se multiplient en France. Pire : dans plusieurs villes les violences à caractère raciste et contre les militants antiracistes sont en recrudescence. Un mois et demi après l’attentat d’Oslo, le Bloc identitaire, figure de proue de l’extrême droite « identitaire » tient ce week-end son « université d’été » dans la région de Marignane. Et l’organisation n’hésite pas à communiquer sur l’événement, comme si ses thèses étaient devenues respectables.

C’est à ce mouvement « du combat identitaire » que nous devons notamment la marche des cochons qui aurait du se tenir au mois de mai dans les rues de Lyon, contre « l’islamisation de la France ». Annulé in extremis par la préfecture sous la pression des associations locales, la marche s’est transformée en « rassemblement pour la liberté » (sic). 500 personnes se sont réunies mêlant, pour faire le nombre, des groupes néo-nazis aux jeunes du Bloc identitaire. En fin de cortège des restaurants kebabs ont été saccagés et les participants se sont brièvement confrontés à une poignée de militants antiracistes. « Des groupes d’identitaires sont ensuite allés sur les pentes de la Croix rousse [sur les hauteurs de la ville], se souvient un militant de SOS Racisme Rhône [1]. Jusqu’à 2 heures du matin, ils ont multiplié les agressions. Nous avons recueilli des témoignages de personnes traumatisées qui ont subis des menaces de jeunes qui voulaient leur tracer des croix gammées sur la peau au couteau. »

Lyon, 14/05/2011 : « Rassemblement pour la liberté »

La nouveauté à Lyon vient du fait que des mouvements « identitaires » ont désormais pignon sur rue. Des groupes posent notamment problème parmi les supporters de l’Olympique lyonnais et plusieurs faits de violence auraient récemment impliqué des hooligans proches de l’extrême droite d’après les témoignages de militants antiracistes. La mairie de Lyon, qui peine à faire obstacle à l’implantation de ses groupes, a du recourir à des questions de normes administratives pour obtenir la fermeture - temporaire - d’un local proche du stade de Gerland.

Un autre local a été ouvert en octobre 2010 dans le vieux Lyon par le groupe Rebeyne ! une filiale lyonnaise du Bloc Identitaire. Des cours de self defense et des matchs de boxe y sont organisés. « Depuis qu’il y a ce local, un climat de peur s’est installé dans le quartier de St Jean, raconte un militant antiraciste. Nous avons constaté une très nette augmentation des violences racistes ou contre les militants antiracistes. » Sur place, les militants dénoncent la réponse trop timorée de la préfecture.

Bruno Gollnisch reprend ses cours

La ville de Lyon est coutumière de ce type d’opérations d’intimidation. Depuis plusieurs années, les identitaires ont constitué des groupes avec un petit pouvoir de nuisance. « Ils recrutent beaucoup aux alentours de la ville, comme dans les Monts du Lyonnais par exemple, où il existe un noyau de racisme très fort chez les jeunes. Beaucoup grandissent en s’identifiant aux thèses identitaires » raconte un militant lyonnais du Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite créé il y a un an et demi. Lyon a aussi ses « théoriciens » de l’extrême droite – Bruno Gollnisch et une douzaine d’universitaires d’après un rapport de 2004 [2] – qui officient notamment à l’université Lyon III. « Ils arrivent à fasciner certains de leurs étudiants », regrette Jean-Louis Touraine, député du Rhône et 1er adjoint à la mairie de Lyon. L’ex numéro deux du FN, interdit de cours pendant 5 ans, fera d’ailleurs son retour dans les amphithéâtres à compter du 12 septembre.

Lyon, 14/11/2004 : des militants des Jeunesses identitaires manifestent contre l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.

Mais les identitaires s’inscrivent dans un « niveau de discours différent » du Front National d’après Jean-Yves Camus, politologue spécialiste des extrémismes en Europe. Plus régionalistes que nationaliste, très virulent envers la classe politique y compris contre les militants frontistes, ils ne s’embarrassent d’aucun faux-semblant sur le fond xénophobe de leur pensée. « Les nouvelles générations de militants identitaires sont issues de la classe populaire. Ils ont un discours très simplificateur hérité de la culture télévisuelle dans laquelle la classe politique est décrédibilisée, explique Jean-Yves Camus. Ce sont aussi des enfants de la crise qui ont grandi dans une période compliquée vis-à-vis de la question du multiculturalisme ».
Extrême-droite décomplexée

Depuis que Nicolas Sarkozy a musclé son discours envers les étrangers, et avec l’apparition de la Droite populaire qui a, elle aussi, organisé son « apéro saucisson et pinard » dans les locaux de l’Assemblée nationale, les identitaires se sentent pousser des ailles : « Les sorties de la droite parlementaire ont décomplexés des gens qui n’étaient pas complètement racistes ou xénophobes mais qui nourrissent ce type de rancœur, analyse Jean-Louis Touraine. Ils restent peu nombreux, mais ils ont grossis leurs rangs et se sentent plus libres aujourd’hui de s’exprimer. »

Le Bloc Identitaire tente actuellement de rassembler les parrainages nécessaires à une candidature dissidente du Front National en 2012, derrière Arnaud Gouillon. Mais l’hypothèse est plus qu’improbable. Le mouvement s’est aussi éloigné de Riposte Laïque avec qui l’apéro saucisson pinard avait été organisé en juin 2010. « L’événement n’a d’ailleurs pas été reconduit en 2011, observe Jean-Yves Camus. Je ne suis donc pas persuadé que le mouvement soit dans une grande dynamique de grossissement. Le Bloc Identitaire représente 500 à 600 militants au niveau national, l’enjeu pour eux est de jouer un rôle d’aiguillon idéologique. Ils restent dans un "militantisme d’intervention" et cherchent à s’adresser à une population jeune, notamment via le cyber activisme. »

- Ajout lundi 12 septembre 10 h : Arnaud Gouillon a annoncé dimanche 11 septembre le retrait de sa candidature à la présidentielle, « pour des raisons financières ». « Nous allons poursuivre le combat sous d’autres formes démocratiques dont certaines, j’en suis certain, en surprendront plus d’un dans les mois à venir ! » promet le militant de 25 ans.

http://www.politis.fr/Les-identitaires-s-affichent-sans,15198.html

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #51 le: 13 septembre 2011 à 13:05:05 »
Pas encore vu le reportage, mais j'essaierai...
Personnellement, ce qui m'inquiète ce ne sont pas les identitaires (sauf pour les agressions qui doivent être punies sévèrement et effectivement si elles ont pour origine un groupe, le groupe doit être démantelé, comme un gang) mais surtout le manque de réponse de "notre" côté. Dans le sens où je pense qu'avec une éducation forte et surtout des meilleures conditions de vie, les thèses identitaires trouveraient moins de prise. toujours facile d'avoir un bouc émissaire, n'est ce pas... :merci:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #52 le: 24 septembre 2011 à 12:58:18 »
Citer
Agressés après la manif anti-Gollnisch, ils portent plainte

Deux types descendent d'une moto. Ils frappent avec leurs casques, en plein jour dans le centre ville de Lyon, deux manifestants revenant de la protestation contre le retour de Bruno Gollnisch à l'université Lyon-III, le 14 septembre. Les agresseurs ont agi devant les caméras d'une banque et se sont enfuis sans leur moto. Une plainte a été déposée.

Au départ, il y a une petite manif contre Gollnisch. Des étudiants étaient venus protester, mercredi 14 septembre, contre le retour du député européen Front national - après six ans d'absence pour cause de démêlés judiciaires - à l'université Jean Moulin Lyon-III.

Peu après la manifestation, deux individus déboulent à moto et frappent avec leurs casques deux manifestants partis boire un coup. La scène est filmée par les caméras d'une banque. Une plainte a été déposée et devrait permettre de mettre des visages sur les agresseurs. Le tout dans un contexte lyonnais (assaut de kebab, “marche des cochons”…) où les agressions imputées à l'extrême droite semblent se multiplier, comme nous le décrivions déjà en juin dans notre article "Identitaires, skins : la face noire de Lyon".

Le grand retour de Bruno Gollnisch

Cette manifestation anti-Gollnisch avait été lancée par plusieurs associations et groupes politiques (PCF, Unef, Confédération étudiante, UEJF, SOS racisme, la Licra…). Environ deux cents étudiants s'étaient réunis avec drapeaux et bannières. Sont brandis par-ci par-là, une main jaune de "Touche pas à mon pote", un drapeau de la paix ou encore un drapeau communiste. Venus maintenir l'ordre, des CRS, policiers et RG empêchent qu'un début d'altercation ne dégénère avec des militants d'extrême droite. Une vingtaine d'entre eux étaient venus soutenir Bruno Gollnisch et scander au passage "la France aux Français". Parmi eux, deux exclus du FN : Alexandre Gabriac, élu de l'Isère et Yvan Benedetti, conseiller municipal de Vénissieux.

Ce mercredi était le jour du grand retour de Bruno Gollnisch. Six ans que la faculté ne bénéficiait plus des cours de langue et de civilisation japonaises du candidat malheureux à la présidence du FN, en janvier dernier. Cause de cette absence : des démêlés judiciaires pour avoir tenu des propos controversés sur les chambres à gaz. Condamné pour "contestation de crimes contre l'humanité" en première instance et en appel, la Cour de cassation a finalement cassé ce jugement en 2009. Bruno Gollnisch venait donc donner son premier cours magistral de la rentrée.

"Fascistes, cassez vous !"

Vers 17h40, une fille et deux garçons descendent le cours Gambetta. Ils reviennent de la manifestation, l'un d'eux a encore dans sa main un drapeau. Ils vont boire un coup, mais n'ont rien dans les poches. Ils s'arrêtent pour retirer de l'argent. Tout à coup - c'est le cas de le dire - les deux garçons reçoivent un violent coup de casque, l'un sur le crâne, l'autre derrière la nuque. Se retournant, ils se trouvent face à deux "gars aux cheveux courts", vêtus de noir, avec leur casque à la main.

Le porteur de l'étendard, appelons-le Thomas, les tient alors à distance avec le bâton de son drapeau en criant "Fascistes, cassez-vous !" Au départ menaçants, les deux motards commencent à s'inquiéter du barouf et des appels à la police, ils s'enfuient vers leur bécane, style motocross. Dans la panique, ils abandonnent finalement l'engin sur place et détalent à pied.

Membre du collectif 69 de vigilance contre l'extrême droite, Thomas se dit étonné de ce mode opératoire "extrêmement lâche".

    "Ils nous ont agressés en plein jour, devant les caméras d'un DAB (distributeur automatique de billet) en ôtant leur casque et en laissant leur moto derrière eux… Du coup, j'ai pu reconnaitre l'un d'eux qui était présent une heure avant dans le petit groupe d'extrême droite venu soutenir Gollnisch."

Le soir même, les deux manifestants agressés sont allés porter plainte. L'hôpital a délivré cinq jours d'interruption temporaire de travail (ITT) au garçon ayant reçu un coup derrière la nuque et deux jours d'ITT pour le second. L'un d'eux a reconnu l'un de leurs agresseurs sur les photos présentées par la police. Il s'agissait du propriétaire de la moto délaissée. Un procès devra permettre de confirmer - ou non - l'appartenance des motards fuyards à une organisation d'extrême droite.

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #53 le: 24 septembre 2011 à 16:40:48 »
Et ça continue .....Gollnisch je l'enverrais bien perfectionner ses talents à Fukushima ....et pis non :les japonnais ont eu leur dose de catastrophes !...des années à subir ces bourrins dont un pois chiche leur tient lieu de cerveau .
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #54 le: 26 septembre 2011 à 14:55:50 »
sybéria ça va te plaire ça aussi  ::d

Citer
Robert Ménard, intervenant vedette d’un club de l’extrême… extrême-droite

Depuis quelques mois, Robert Ménard, ancien patron de Reporters sans frontières, n'a de cesse d'envoyer des signaux à l'extrême droite. Quelques exemples parmi d'autres. En mars, sur RTL, il faisait l'éloge de Marine Le Pen : "Elle appelle un chat, un chat. Elle pose des questions qui sont des vraies questions. Contrairement à ce que disent les gens, elle apporte des réponses qui sont des réponses, qu'on aime ou que l'on n'aime pas. Elle piétine une classe politique qui est dans l'incapacité totale de résoudre les problèmes qu'il y a. (...) Elle incarne une autre réponse. Vous n'aimez pas cette réponse, les gens vont vous balayer."

Le 21 avril, il publiait avec Emmanuelle Duverger un petit livre sobrement intitulé Vive Le Pen ! (Ed. Mordicus, 32 p., 4,90 euros). Invité dans de nombreux médias, il n'a eu de cesse de jurer qu'il ne votait pas FN et qu'il se contentait de défendre la liberté d'expression.

Le 15 octobre, Robert Ménard ira plus loin. Il interviendra dans le cadre des "4e journées de la réinformation" de Polémia, le think tank d'extrême droite de Jean-Yves Le Gallou. Ce club, dès sa création, annonçait la couleur : "affirmer sans complexe la supériorité de la civilisation européenne" et donner aux "Euro- Français" des "armes de reconquête intellectuelle, politique et morale".

Le thème de l'intervention de M. Ménard devant Polémia sera : "Comment les blogs changent les médias dominants ?"

M. Le Gallou, ancien dirigeant du FN puis du Mouvement national républicain (MNR) mégrétiste, est un personnage-clé de l'extrême droite française, une sorte "d'intellectuel organique" qui appartient à sa mouvance identitaire et "ethno-différencialiste" (axée sur la défense de la race blanche, au nom du précepte "une terre, un sang, un peuple"). C'est ce haut-fonctionnaire qui théorisa la préférence nationale pour le FN. Depuis son retrait de la vie politique active, ce proche du GRECE continue à travailler dans le cadre du club de l'Horloge, autre think tank, qui tend, lui, a dresser des ponts entre la droite de la droite et le Front national.

"J'aime les débats"

Aujourd’hui, M. Le Gallou s'est fait une spécialité de ce qu'il appelle "la réinformation" – comprendre la méthode de lutte contre les "médias dominants" et le "politiquement correct"– et de la bataille du Net. Ainsi, il est l'auteur d'un véritable manifeste de l'activisme sur la Toile, intitulé "Douze thèses pour un gramscisme technologique" – en référence au communiste italien,  Antonio Gramsci, pour qui il n'y a pas de victoire politique possible sans au préalable une victoire culturelle. Une conception qui avait été reprise par la Nouvelle Droite dans les années 1970-1980, dont M. Le Gallou demeure un des cadres les plus influents.

Robert Ménard, lui, se défend vigoureusement d'être une caution. "J'aime les débats.  Je défendrais la liberté d'expression de gens avec qui je ne partage aucune conviction. J'interviens partout. Je suis allé à l'UOIF  [l'Union des organisations islamiques de France], je m'en fiche", nous a-t-il déclaré. Quant à savoir si, mises bout à bout, toutes ses sorties récentes n'envoient pas des signaux à l'extrême droite, y compris dans sa version la plus radicale, la réponse fuse : "Vous êtes de mauvaise foi. Je ne donne aucun signaux à qui que ce soit. Vous êtes bardés de préjugés, vous n'aimez pas le débat."

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/09/26/robert-menard-intervenant-vedette-dun-club-de-lextreme-extreme-droite/

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #55 le: 26 septembre 2011 à 17:20:06 »
Les "Eurofrançais", c'est quoi, ça? Des Français qui ont des euros plein les poches?  :mrgreen:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #56 le: 26 septembre 2011 à 17:21:04 »
Citer
à sa mouvance identitaire et "ethno-différencialiste" (axée sur la défense de la race blanche, au nom du précepte "une terre, un sang, un peuple")

tiens !ça  ressemble à : ein reich, ein Volk, ein Führer ! et ça me rappelle quelqu'un!
Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #57 le: 01 novembre 2011 à 10:39:16 »
j'avais, lors de sa création, parlé du site fafwtach, il s'avére que l'antiracisme est moins bien toléré que le racisme bizarre :pasdrole:


Citer
Non, on arrêtera pas !

On trouvera toujours un moyen de diffuser.

WordPress.fr héberge sans sourciller de nombreux sites racistes et xénophobes mais censure fafwatch, tant mieux, ça nous donne l’occasion de migrer vers un hébergeur plus sécurisé.

Il est à noter qu’en france les catholiques intégristes semblent avoir encore beaucoup de pouvoir. Qu’ils sachent qu’au delà de ce blog nous allons collaborer partout où cela sera possible pour mettre à jour leur antisémitisme, leur racisme et leur homophobie.

Le blog ne représentait qu’une toute petite partie des archives dont nous disposons.

Le rythme des publications va vite reprendre sa vitesse de croisière, soyez en sûrs !
http://fafwatch.noblogs.org/post/2011/10/29/non-on-arretera-pas/

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #58 le: 01 novembre 2011 à 11:00:25 »
@ ménard : nous aussi on aime les débats :pas les bruits de chiottes . Quant à wordpress c'est du PQ avec lequel les tarés auront tout le loisir de torcher leur cul colonial .
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #59 le: 10 novembre 2011 à 13:44:19 »
     

Citer
Les fachos saccagent un bar à chicha à St Jean

L’histoire de B., un jeune qui a voulu faire un bar à chicha à quelques pas du local des Identitaires...

B. est ori­gi­naire de la Mulatière. Après des années de galère à enchai­ner les chan­tiers de mon­tage électrique sur les foires et les expos, avec son frère maçon, ils déci­dent d’ouvrir un com­merce. La famille se mobi­lise pour les aider à acqué­rir un petit local dans le quar­tier St Jean. Un local dont per­sonne ne vou­lait tant il était déla­bré. B. et son frère se retrous­sent les man­ches et font 5 mois de tra­vaux pour faire un bar à chicha, petit, convi­vial, avec une déco moderne, sur les murs, photos de Londres et Paris by night « c’était pas du tout orien­tal, je vou­lais pas faire quel­que chose de com­mu­nau­taire ».

Le Breaksoft ouvre en 2010, il fonc­tionne, il est même fré­quenté par des fils de grands bour­geois de la ville, B. est encore fier de sa réus­site de l’époque. Mais voilà le quar­tier St Jean est aussi le bas­tion des fachos. A quel­ques mar­ches au dessus du Breaksoft, se situe la Traboule, le siège des iden­ti­tai­res. De son bar il assiste à des des­cen­tes de grou­pes armés de battes de base­ball qui vont tabas­ser dans la rue tout ce qui ne res­sem­ble pas à des bons aryens. Il raconte notam­ment com­ment un vieux magh­ré­bin un peu alcoo­lisé s’est fait arra­cher l’oreille. Il ne s’en mêle pas, il ne veut pas d’embrouilles et fait encore confiance à la police qui, après cette his­toire, vient sur les lieux, inter­roge les Identitaires, mais ne donne pas de suite.

Et puis il com­mence à rece­voir des plain­tes, pour nui­san­ces sono­res. Le lieu était aupa­ra­vant une ancienne dis­co­thè­que, triple vitrage et inso­no­ri­sa­tion sont tou­jours en place et l’ambiance de la chicha est plus lounge que club. De l’inté­rieur on entend même les clients de la ter­rasse du pub voisin.

Ca n’empê­che, appe­lée par des voi­sins, la police met la pres­sion, B. ne met plus de musi­que, les gens conti­nuent de venir. Puis un jour, on l’accuse d’un vol de scoo­ter. L’engin a dis­paru dans le quar­tier. « j’ai pas investi 50000 euros pour voler un scoo­ter » dit B. aux flics qui répli­quent « on va pas croire à vos conne­ries ». On retrouve le coffre du scoo­ter dans la cave du bar acces­si­ble depuis l’allée com­mune. B. parle d’un coup monté. Les pres­sions conti­nuent, la porte qui lui permet d’accé­der du bar à la cave est forcée, son lieu est visité de nuit. Au fil des mois, il se décou­rage et malgré les sou­tiens des clients, son por­ta­ble qui sonne sans cesse pour des réser­va­tions et les amis qui aug­men­tent sur son face­book, il décide de jeter l’éponge avant l’été 2011, « ils ont vu un magh­ré­bin dans le quar­tier, ils vou­laient pas de nous ».

Il ferme donc bou­ti­que et met le lieu en vente pour rem­bour­ser sa famille et ses amis qui l’ont aidé à inves­tir. Au début de l’été, alors qu’il accom­pa­gne sa famille qui part au bled par le bateau à Marseille, il reçoit un coup de fil, ce sont les pom­piers, de l’eau coule dans la rue depuis son local. Des gens se sont intro­duits une nou­velle fois et ont ouvert les robi­nets. Même s’il a décidé de partir, les « jeux de gamins » conti­nuent.

Quelques jours plus tard, le 15 juillet 2011 « c’est la touche finale », il arrive dans son local pour accueillir un éventuel ache­teur, il décou­vre son bar retourné. Les spots défon­cés, les chi­chas cas­sées, les moquet­tes qui recou­vraient les glaces mura­les arra­chées, les vitres cas­sées et des tags par­tout : « S.S », « ren­trez chez vous, on vous brû­lera » « la France ô fran­çais », un énorme dessin repré­sen­tant Hitler et des croix gammés un peu par­tout. Aucun vol, l’énorme écran plat et la caisse tac­tile toute neuve « auraient fait un beau butin » mais ils ont pré­féré les casser. Une signa­ture aussi lors de ce sac­cage : les auteurs ont laissé un rétro­vi­seur de scoo­ter. La police ne pren­dra pas le temps de rele­ver des emprein­tes pour­tant encore visi­bles sur les bou­teilles d’alcool lais­sées par les nazis.

Aujourd’hui, l’état du local ne permet pas de le vendre faci­le­ment, la plus-value espé­rée avec les 5 mois de tra­vaux est tombée à l’eau, B. ne peut pas rem­bour­ser ceux et celles qui lui ont fait confiance. Il survit aujourd’hui avec le RSA qui lui permet à peine de nour­rir ses 4 enfants « alors que j’étais gérant d’un chicha bar ».

Il ne com­prend pas vrai­ment la débi­lité de ces actes, il ne fait pas confiance à la police « ça les arrange bien », la plainte qu’il a déposé n’a pas eu de suites. « Ils nous inci­tent à faire la police nous même » mais il ne veut pas se venger parce que ça ne ferait qu’empi­rer les choses. Il rap­pro­che son his­toire au climat actuel de la poli­ti­que sar­ko­zyste et des médias qui confon­dent musul­mans et ter­ro­ris­tes.

Ce cas n’est pas isolé, les Identitaires et autres nazis occu­pent le pavé à St Jean, les habi­tants et les com­mer­çants du coin regrou­pés en asso­cia­tion com­men­cent sérieu­se­ment à s’inquié­ter et essaient d’aler­ter les auto­ri­tés mais il sem­ble­rait bien que celles-ci soit de mèche avec les fachos.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #60 le: 13 mai 2012 à 15:01:32 »
certaines mairies se laissent influencer par cette racaille raciste et acceptent d'annuler des concerts...apparemment la liberté d'expressions se milite à autoriser les propos racistes du fn ou de ces identitaires.

Citer
Le Bloc identitaire mobilise contre le rappeur Kery James


“On en a assez des rappeurs qui crachent sur la France. Si Kery James n’est pas satisfait, qu’il aille vivre en terre musulmane !” s’exclame Fabrice Robert, président du Bloc identitaire. Depuis quelques jours, ce mouvement d’extrême-droite se mobilise contre la programmation des concerts de Kery James à la MC2 (Maison de la culture) de Grenoble, les 15 et 16 mai prochains.

En cause, Lettre à la République, un titre extrait du nouvel album du rappeur, 92.2012, sorti le 2 avril. Le Guadeloupéen de 34 ans revient sur le passé colonial de la France :

    “A tous ces racistes à la tolérance hypocrite / Qui ont bâti leur Nation sur le sang / Maintenant s’érigent en donneurs de leçons / Pilleurs de richesses, tueurs d’Africains, / Colonisateurs, tortionnaires d’Algériens / Ce passé colonial, c’est le vôtre / C’est vous qui avez choisi de lier votre histoire à la nôtre / Maintenant vous devez assumer.”

Opération “TCF”

Dans un communiqué daté de ce jeudi, le Bloc identitaire s’insurge contre le “racisme anti-blanc” véhiculé selon lui par les paroles, et:

    “Déplore qu’un tel concert soit programmé dans une salle de concert financée par la municipalité, le conseil Général et le ministère de la Culture.”

Il demande l’annulation pure et simple des concerts. Les militants – les “maquisards”, jeunes identitaires du Dauphiné, en première ligne – ont lancé une opération “TCF” (pour Téléphone, Courrier électronique, Fax). Le principe : inonder de mails et d’appels les différentes structures concernées, Maison de la culture en tête…

Cette dernière indique recevoir une quinzaine de mails par jour, et autant d’appels de militants, depuis le début de la semaine. Les Inrocks se sont procurés quelques mails, dont voici des extraits:

    “Kery James est bien connu des jeunes comme étant un fervent contrevenant des valeurs de notre République. [...] Durant ce concert seront bafoués verbalement notre système, notre pays, notre justice, notre police, notre religion et j’en passe. [...] A la sortie d’une telle lobotomie anti République, dans quel état allons nous retrouver nos jeunes ??? Peut on laisser quelqu’un mentir et cracher publiquement sur notre Pays et ses valeurs ??? Arriverez-vous a vous regarder dans une glace si après le concert une vague de violence déferle ???”

    “Progammer un tel spectacle est une honte pour notre pays. Qui leur a apporté l’electricité, le téléphone et la machine à laver ? Rien à rajouter, salutations.”

Une manif au programme

Pour Fabrice Robert, cette opération est “une manière de montrer que les gens en France ne supportent plus ce qui s’y passe.” Contacté par Les Inrocks, le leader du Bloc identitaire exprime son ras-le-bol :

    “On en a marre de s’excuser pour des crimes qu’on n’a pas commis. Arrêtez de nous bassiner avec l’histoire de la colonisation. Je n’exclus pas d’appeler à manifester devant la salle si la préfecture ne réagit pas.”

Une option absolument inenvisageable pour le directeur de la Maison de la culture de Grenoble, Michel Orier, qui invoque la liberté d’expression, plaidant que “l’art est contestataire par nature.” Il va même plus loin, et apporte son soutien au rappeur:

    “Il faut écouter les paroles, on pourrait tous les signer. Je pense qu’il a raison de dénoncer la colonisation.”

La Maison de la culture a prévu de mettre en place un dispositif spécial de sécurité les 15 et 16 mai prochains. “Nous refusons d’être pris en otage“, conclut Michel Orier.

 Un titre polémique

Quelques semaines après la sortie de l’album, la Lettre à la République fait déjà beaucoup parler d’elle sur le web. La vidéo officielle du clip a engrangé à ce jour plus de trois millions de vues. Les internautes s’évertuent à décortiquer le texte au fort potentiel polémique, qu’ils le défendent ou le critiquent.

Pour certains, Kery James appelle au “respect de la diversité des cultures, des origines, des religions” et “revendique le droit à la parole, à la consultation et au dialogue”. Quand d’autres se disent “choqués” par des paroles “très simplistes, et gratuitement violentes”.

Dans un récent article publié sur le site de Politis, le rappeur réagit à ces critiques : ”Mon texte concerne une classe politique, je ne m’adresse pas à des “Blancs.” Et de préciser encore :

    “Moi je soulève simplement des débats, à chacun d’en faire ce qu’il veut. Je ne veux pas devenir le rappeur politico-social. Je veux garder ma liberté.”



Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #61 le: 06 juin 2012 à 13:19:12 »
Citer
« Rassemblement bleu Marine » : bienvenue au musée des horreurs de l’extrême droite

Pour les législatives, les candidats du FN se présentent sous l’étiquette « Rassemblement bleu Marine », histoire de continuer l’opération de dédiabolisation initiée par Marine Le Pen. Mais derrière l’emballage se cachent encore et toujours les divers courants d’extrême droite, des intégristes catholiques aux nostalgiques de l’Algérie française, en passant par les amis des négationnistes. Petit panorama de ces charmants candidats choisis par le FN, qui n’est décidément pas un parti « normal ».

Ils sont tous candidats du « Rassemblement bleu Marine » aux législatives. Et comptent bien surfer sur le score de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle (17,9 % des voix) en tentant de faire oublier – dédiabolisation oblige – le patrimoine historique et idéologique du Front national (FN). Un patrimoine que ces cadres et élus du FN incarnent parfaitement, chacun représentant un courant de pensée de l’extrême droite française : des nostalgiques de l’OAS (Organisation armée secrète, opposée à l’indépendance de l’Algérie, qui a assassiné de 1962 à 1964 entre 2 000 et 12 000 personnes selon les historiens) aux intégristes catholiques de la Fraternité Saint-Pie-X, du GUD (Groupe union défense), groupuscule qui s’est illustré par ses actions violentes dans plusieurs universités, aux islamophobes du Bloc identitaire, des négationnistes du génocide juif aux ex-skinheads adeptes du folklore viking et néonazi. Petit panorama de la diversité de l’extrême droite, rassemblée derrière Marine Le Pen.

Bouches-du-Rhône

-  Jean-Pierre Baumann (5e circonscription)

Jean-Pierre Baumann compte bien perturber le duel entre Renaud Muselier (UMP) et Marie-Arlette Carlotti (PS), dans une ville où Marine Le Pen a recueilli plus de 21 % des suffrages. Il est une figure du FN local de longue date : le 21 février 1995, c’est chez lui que se réfugient les trois colleurs d’affiches du FN qui viennent de faire feu à plusieurs reprises sur un groupe de jeunes Marseillais. Touché, Ibrahim Ali, 17 ans, ne se relèvera pas. Les trois militants sont condamnés respectivement à 2 ans, 10 ans et 15 ans d’emprisonnement. L’association qui les soutient est animée par Jean-Pierre Baumann. La famille et les amis d’Ibrahim Ali grincent des dents : « Dix-sept ans après, celui qui était notre avocat lors du procès de ses assassins, Gilbert Collard, est devenu le porte-parole de Marine Le Pen » [1], ont-ils rappelé lors d’une journée de commémoration en mémoire du jeune homme, le 21 février 2012.

-  Laurent Comas (6e circonscription)

Laurent Comas siège comme conseiller régional FN en Paca et dirige la section départementale du parti. Déjà candidat aux élections cantonales en mars 2011, il avait recueilli 37,5 % des votes : le meilleur score du FN dans les Bouches-du-Rhône. Son directeur de campagne était alors Pierre-Olivier Sabalot, un ancien skinhead inculpé en 2004 pour détention d’une arme de guerre et de matière pouvant servir à la fabrication d’explosifs. Soit une kalachnikov, un bidon de chlorate de soude et des revues sur les explosifs [2]. Après avoir purgé une peine de deux ans de prison ferme, Pierre-Olivier Sabalot écrit une biographie sur le fondateur de l’apartheid en Afrique du Sud, Hendrik Verwoerd. Laurent Comas démentira ensuite avoir choisi Sabalot comme directeur de campagne. Mais c’est à ce titre que celui-ci répond à un journaliste de La Provence [3] pendant la campagne. Lors des élections municipales de 2007, Laurent Comas avait aussi accueilli sur sa liste des militants des Jeunesses identitaires Massalia, rendues célèbres pour avoir tenté de distribuer une « soupe au cochon » aux sans-abri pour en exclure les musulmans, une initiative interdite par la préfecture.

-  Bernard Marandat (7e circonscription)

Conseiller régional du FN, il était lui aussi arrivé en tête lors des élections cantonales de 2011, avec 28,7 % des voix. Issu d’une famille d’anciens de l’OAS, il a été le responsable du GUD (Groupe union défense, groupuscule d’extrême droite adepte de l’affrontement violent) à la faculté de médecine de Marseille dans les années 1970. Son frère, Philippe, en était le responsable à la faculté de droit d’Aix-en-Provence. Après un passage au MNR de Bruno Mégret [4], il retourne au Front. Sa fille, Marie, a été la responsable de l’association Marseille Solidarité, cache-sexe des Jeunesses identitaires Massalia pour l’organisation de leur soupe au cochon. Bernard Marandat a récemment assuré que « des discussions existent avec l’UMP à Aix » [5]. C’est-à-dire avec Maryse Joissains, député-maire UMP d’Aix, membre de la Droite populaire, qui n’est pas avare de déclarations scandaleuses. Elle juge illégitime la victoire de François Hollande. Elle a aussi lâché : « Je ne veux plus un seul Rom sur ma commune. » C’est elle enfin qui a fait de Jean-Pax Méfret, chanteur nationaliste et défenseur de l’Algérie française, un « citoyen d’honneur de la ville d’Aix », et qui se dit prête à baptiser une rue « Bastien-Thiry », du nom du militant de l’OAS auteur de la tentative d’assassinat de Charles de Gaulle. De quoi réjouir Bernard Marandat.

Calvados

-  Philippe Chapron (5e circonscription)

Candidat du Rassemblement bleu Marine dans le Calvados, Philippe Chapron est lui aussi est passé par le GUD dans les années 1970. Il est ensuite l’un des responsables du « DPS » (département protection sécurité), le service d’ordre très spécial du FN. Contrôlé le 3 juin 1993 au retour d’un point presse de Jean-Marie Le Pen à Châtillon, les policiers découvrent dans son véhicule « un fléau japonais, un poing américain, un pistolet lance-fusées calibre 12 et des balles en caoutchouc, un sabre d’exercice japonais en bois ainsi que 26 manches de pioche », note le rapport parlementaire établi par la commission d’enquête sur le DPS. Embauché comme ouvrier au Musée de la bataille de Normandie à Bayeux, Philippe Chapron en sera ensuite nommé directeur, ce qui provoquera la colère des associations antiracistes locales en 1998 [6].

Charente-Maritime

-  Jean-Marc de Lacoste-Lareymondie (1re circonscription)

-  Marie-Françoise de Lacoste-Lareymondie (5e circonscription)

Respectivement fils et belle-fille d’un vieux compagnon de route de Jean-Marie Le Pen, Alain de Lacoste-Lareymondie. Celui-ci participa en 1965 à la campagne présidentielle de Jean-Louis Tixier-Vigancour, ancien membre du régime de Vichy, puis avocat de plusieurs responsables de l’OAS. Le couple Lacoste-Lareymondie, qui tient le FN charentais depuis toujours, représente fort bien la vieille noblesse française, ultracatholique et traditionaliste. Ils sont membres de la Fraternité Saint-Pie-X, fondée en 1970 par l’évêque Marcel Lefebvre. La Fraternité Saint-Pie-X est notamment accusée d’avoir aidé Paul Touvier, chef de la milice lyonnaise pendant l’Occupation, recherché pour crime contre l’humanité pour avoir assassiné des juifs et des résistants. Plus récemment, un évêque de la Fraternité Saint-Pie-X, Richard Williamson, a déclaré le 1er novembre 2008 qu’il ne croyait pas « qu’il y ait eu des chambres à gaz. Je crois que 200 000 à 300 000 juifs sont morts dans les camps de concentration, mais aucun dans des chambres à gaz ». Ambiance. Jean-Marc et Marie-Françoise de Lacoste-Lareymondie ont peu de chance de se maintenir dans une éventuelle triangulaire, malgré les 17,5 % réalisés par Marine Le Pen dans le département. Selon un sondage publié par le quotidien Sud-Ouest, Marie-Françoise de Lacoste-Lareymondie est créditée de 9 % des voix.

Côtes-d’Armor

-  Gérard de Mellon (2e circonscription)

Il est le beau-frère de l’un des époux Lacoste-Lareymondie (lire ci-dessus), et lui aussi adepte de l’ultracatholicisme. Pour tenter de faire oublier ce patrimoine idéologique, il déclare dans le quotidien breton Le Télégramme : « Je me fous de l’Algérie française ou de la Deuxième Guerre mondiale (sic). Je considère l’Holocauste comme le pire crime de l’humanité contre elle-même. Je ne comprends les dérapages de Jean-Marie Le Pen que par la nécessité de se faire connaître, en posant des bombes verbales. » [7] Pas sûr que cela l’aide à faire mieux que les 13,6 % de Marine Le Pen obtenus dans le département.

Dordogne

-  Emmanuelle Pujol (4e circonscription)

Emmanuelle Pujol est une fan inconditionnelle de Bruno Gollnisch, député européen, conseiller régional en Rhône-Alpes, et candidat dans la 3e circonscription du Var (vous avez dit cumul des mandats ?). Lors du duel entre son mentor et Marine Le Pen pour la présidence du FN, elle s’est distinguée en publiant un communiqué intitulé : « Bruno Gollnisch : son honneur s’appelle fidélité. » Influence révélatrice ? La devise « Mon honneur s’appelle fidélité » (« Meine Ehre heißt Treue ») était celle des SS, l’armée politique du parti nazi… Dans son ode à Bruno Gollnisch, Emmanuelle Pujol se donne les moyens de vous faire pleurer (de rire) : « Bruno Gollnisch est au combat politique ce qu’est la Légion étrangère dans la bataille : sa pensée est précise et fulgurante comme les Commandos du REP (Régiment étranger parachutiste, ndlr) .Sa force est celle des Régiments du Génie : elle désamorce, ratiboise, remblaie, rassemble et élève les remparts de la Cité. Il avance, pugnace, inlassable, infatigable, de son pas régulier, malgré les rafales, les tempêtes, avec l’opiniâtre endurance de l’Infanterie… ». Ah, la poésie version FN… Les 17 % de votants pour Marine Le Pen la suivront-ils aveuglément dans ses sinueuses tranchées ?

Eure

-  Jean-Michel Dubois (5e circonscription)

Conseiller régional de Haute-Normandie, où Marine Le Pen a attiré 22,7 % des votants, Jean-Michel Dubois est passé du RPR au FN. Il a dirigé la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) en Seine-Saint-Denis, et est un ancien administrateur d’HEC. On le dit l’homme des réseaux pro-arabes du FN, depuis ses séjours auprès du régime irakien de Saddam Hussein. Il s’est rendu une vingtaine de fois à Bagdad avant la chute du régime, accompagné notamment de Jany Le Pen, deuxième épouse du président d’honneur du FN. Il y fut reçu par le vice-Premier ministre irakien, Tarek Aziz. Et anime depuis l’association « SOS enfants d’Irak ». Celui qui était trésorier de la campagne de Le Pen père en 2002 et en 2007 est présent au Zenith lors du spectacle où Dieudonné fait remettre un prix au célèbre négationniste Robert Faurisson, en compagnie de Bruno Gollnisch, de l’essayiste nationaliste Alain Soral, de l’ancien responsable du GUD Frédéric Chatillon et de… Roland Dumas.

Hérault

-  Joseph Castano (9e circonscription)

Ce fils de militant de l’OAS est le candidat idéal pour séduire les voix des rapatriés d’Algérie et de leurs familles à Lunel, entre Nîmes et Montpellier, où Marine Le Pen est arrivée en tête avec près de 27 % des suffrages. Lors des élections cantonales de 2011, Joseph Castano n’a pas hésité à désigner « la communauté maghrébine qui ne cesse de croître » comme bénéficiant de prestations sociales et de logements sociaux dont seraient privés les autres Lunellois. Des maghrébins amalgamés « à l’insécurité croissante qui gangrène les établissements scolaires ». Cette stigmatisation se double d’un discours pour « le rétablissement de la vérité historique sur la guerre d’Algérie »… Ou comment surfer sur les frustrations.

Nord

-  Louis-Armand de Béjarry (3e circonscription)

Il est présenté par la presse locale (La Voix du Nord) comme un « gestionnaire de copropriétés de 32 ans ». Mais son CV ne s’arrête pas à cette très convenable facette. Ancien responsable du FNJ (Front national de la jeunesse) et ancien secrétaire départemental du FN en Loire-Atlantique, il sera un moment en conflit avec Marine Le Pen pour avoir participé à la « Fête de l’Identité », événement organisé par la droite du FN. C’est lui qui nomme responsable de la propagande du FNJ un certain Arnaud Fréry, qui s’illustrera entre les deux tours de la présidentielle de 2002, opposant Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen, en déclarant : « Jean-Marie Le Pen a fréquenté des nazis comme il a aussi fréquenté des PD »… En 2010, le nom de Louis-Armand de Béjarry figure dans le fichier hacké des clients de « Thor Steinar » [8], une marque allemande de vêtements très prisée par les néonazis. La marque a été créée par un proche du parti néonazi allemand NPD, et son ancien logo, une rune germanique, n’était autre que l’emblème de la division SS Das Reich, responsable – entre autres exactions – de nombreuses exécutions dans la région de Cahors et de Figeac en 1944. Près de 22 % des électeurs ont choisi Marine Le Pen dans le département du Nord.

Var

-  Frédéric Boccaletti (7e circonscription)

Frédéric Boccaletti, conseiller régional en Paca, ancien conseiller municipal de Six-Fours-les-Plages, près de Toulon, fait partie des « ex-félons » du MNR, scission du FN fondée par Bruno Mégret. En 2000, il est condamné à un an de prison dont six mois ferme pour « violence en réunion avec arme ». Lors d’un collage d’affiches, le passager de la voiture qu’il conduit fait feu sur des jeunes. En 2008, il invite l’avocat des négationnistes Éric Delcroix, lui-même condamné pour contestation de crimes contre l’humanité, à une réunion dans une salle municipale de Six-Fours, gracieusement prêtée par le maire UMP. Ces polémiques locales ne l’empêchent pas d’être le directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen lors des élections régionales de 2010. Malgré ses sympathies, Frédéric Boccaletti demeure pragmatique : il vient de faire invalider la candidature du Parti de la France, petit parti d’extrême droite fondé par Carl Lang et d’autres anciens membres du Front en 2009. Un département qui vote à 25 % pour Marine Le Pen, et où le FN arrive en tête dans une commune sur cinq, attire forcément la concurrence.

Ivan du Roy, avec l’appui de la revue Réflexes

Notes

[1] Source : La Marseillaise.

[2] Lire cet article de la revue Réflexes.

[3] Lire l’article.

[4] Mouvement national républicain, scission du FN, créé en 1999 par Bruno Mégret, alors n° 2 du FN.

[5] Source : La Provence.

[6] Lire à ce sujet un ancien article de Libération.

[7] Source : Le Télégramme.

[8] Marteau de Thor en allemand.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #62 le: 09 juin 2012 à 22:59:15 »
Belle collection de crapules!  8|

Et malgré ça, la Walkyrie du FN a le culot de se scandaliser de voir Ayrault nommé Premier ministre, dis donc!  :mrgreen:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bili

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3166
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #63 le: 10 juin 2012 à 09:20:13 »
Citer
Le moment est venu de faire un bref rappel d’un fait perdu de vue, ces temps-ci ! Ces délinquants sont des multi-récidivistes. Au conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, 2 des 16 candidats élus sur la liste de Marine Le Pen ont été condamnés par la justice :  Marine Le Pen, condamnée en 2011 pour diffamation, Philippe Eymery, condamné en 1996 à de la prison avec sursis et 5 ans d'inéligibilité pour « provocation à la discrimination raciale ». Il faut aussi rappeler le palmarès des rares élus du FN à la tête de municipalité. En effet les principaux maires élus sous l'étiquette FN ont tous été condamnés ! Jacques Bompard, fondateur du FN et maire d'Orange, mis en examen pour prise illégale d'intérêts le 13 décembre 2010. Le 18 octobre 2011, la chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte-d'Azur pointe des irrégularités dans sa gestion municipale à Orange : « Une grande partie des dépenses correspondent à une consommation personnelle ou familiale et sont sans rapport avec la fonction de représentation du maire ». Marine Le Pen devait le rencontrer le lendemain (source : France-Soir). Avez-vous oublié aussi Jean-Marie Le Chevallier, ancien bras droit de Le Pen, maire de Toulon, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2001 pour détournement de fonds publics. Et Daniel Simonpiéri, maire de Marignane, élu sous l'étiquette FN. Condamné en 2011 pour emploi fictif, fausses factures et favoritisme. Et Catherine Mégret, ancienne maire de Vitrolles, élue sous l'étiquette FN. Condamnée pour détournement de fonds publics. En tous cas, il y en a un ici qui ne devrait pas avoir oublié ce genre d’exploit c’est le fameux Steeve Briois, le porteur de sac de madame Le Pen à Henin-Beaumont. En effet en 1998, Daniel Simonpiéri, Bruno et Catherine Mégret ont quitté le FN pour créer le MNR. L'un de leurs principaux soutiens était alors Steeve Briois. C’est un tout petit monde que celui de ces donneurs de leçons si mal placés pour jouer les prix de vertus civiques.

source


MLP a ressorti le slogan de son paternel : mains propres et tête haute :berk1:

Je le remplacerais volontiers par :  *** sales et *** qui puent ,à vous de remplacer les astérisques .
 Vous avez le choix parmi ces smileys :caca: :fesse: :boulet: :bombe: :pendu: ou vous pouvez l'écrire en toute lettre.

Nous les fainéants, nous les cyniques, nous les extrêmes,
Foutons le bordel !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #64 le: 16 juin 2012 à 14:19:55 »
Faites beaucoup de bruit autour de ça :interpellez vos élus , la presse locale , les associations... : Ça ne peut plus durer :Lyon est redevenu le laboratoire du fascisme européen  . En un an les manifestations de plus en plus violentes se multiplient à l'encontre des "non-souchiens" , des syndicalistes et des étudiants . Les autorités semblent sinon cautionner cet état de fait ,marquer une certaine indifférence à ce qu'il se passe en plein centre ville .: à vous de juger :



Citer
Pourquoi le quartier de la place Guichard et de la Guill' ?
Parce que l'un est un formidable outil pour les syndicats de salarié-e-s, syndicats qu'ils aiment à provoquer
régulièrement ; et l'autre est un des lieux de métissage de Lyon et qu'il y a une forte communauté musulmane,
communauté contre laquelle ils affichent une haine farouche.
Les jeunesses nationalistes veulent faire de cette manifestation une nouvelle démonstration de force. Les discours
racistes portés par l'ancien gouvernement Sarkozy et par une grande partie de l'UMP, proposant même au FN d'être
leur allié pour les législatives, permettent à ces groupuscules d'avoir de beaux jours devant eux et de grossir.
En conséquence, nous demandons au préfet des explications car celui-ci ne semble pas prêt à interdire cette
marche scandaleuse et discriminatoire. Comment, compte tenu du contenu des plus explicites de la manifestation et
des revendications portées par les jeunesses nationalistes, peut-il les laisser ainsi parader ? Alors même que le chef
de file est connu pour sa violence physique (déjà plusieurs gardes à vue pour cette raison dont une dernière très
récemment pour menaces de mort, http://www.rue89lyon.fr/2012/06/14/leader-groupusculeextreme-
droite-poursuivi-menaces-mo) , le choix du quartier n'est pas anodin : ils recherchent la provocation et
sûrement l'affrontement avec les habitantEs.
La préfecture préfère se cacher derrière une potentielle décision de justice. Continuera-t-elle aussi de se cacher s'il y
a des agressions contre les habitantEs du quartier comme ces manifestations en ont donné la triste habitude, car là
est le seul but des Jeunesses nationalistes. N'est-elle pas assez complaisante depuis 2 ans avec cette extrême
droite lyonnaise ? M. Carrenco, le changement, pour vous aussi, c'est maintenant !
**Ne laissons pas des antisémites, homophobes,
xénophobes, anti-musulmans occuper l'espace
publique.
Pas de quartiers pour les fachos, pas de fachos dans
nos quartiers !
Affichons dans le quartier notre détermination à ne
pas les voir défiler le 23 juin !


http://rebellyon.info/Non-aux-parades-nazies-a-la.html

Demain la sortie des bureaux de vote est l'occasion rêvée de rencontrer des élus et des électeurs de tout bord ...
« Modifié: 16 juin 2012 à 14:22:55 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #65 le: 29 juillet 2012 à 22:07:04 »
Citer
Des militants néonazis ont pris leurs quartiers d'été hier à Auchel


Des skinheads ont pris possession du stade Basly hier après-midi pour une partie de foot surréaliste. Des skinheads ont pris possession du stade Basly hier après-midi pour une partie de foot surréaliste.

Depuis hier, plusieurs dizaines de militants néonazis de la région, de Belgique et du nord de Paris ont posé leurs valises à Auchel pour participer au « week-end du Trident », deux journées dédiées aux nostalgiques du IIIe Reich. Au programme : cross, initiation au self défense, barbecue et concert du groupe d'extrême droite Lémovice. Les riverains passés hier après-midi à proximité du stade Balsy ont

même eu droit à une partie de foot entre gros bras aux cheveux ras...

Car c'est en toute impunité que ces skinheads - dont certains trimballaient un masque d'Adolf Hitler - ont investi hier après-midi le stade municipal pour entamer une partie de ballon sous le regard ahuri des quelques gamins qui ont pris la poudre d'escampette... La trentaine de gaillards tatoués au crâne rasé pouvait dès lors s'ébattre joyeusement dans le pré sous les yeux des badauds et ceux de la police restée discrète.
Ce match surréaliste faisait partie du programme des réjouissances concocté par les membres du mouvement d'extrême droite radical Troisième Voie qui, sur internet, avait gardé secret le lieu de la manifestation jusqu'à la dernière minute... C'est finalement rue Georges-Brassens qu'un petit drapeau tricolore affublé de l'autocollant « Stop à l'islamisation » indiquait hier matin le point de chute aux voitures belges, picardes et parisiennes qui s'y pressaient dès 10 heures. Alors qu'on la croyait moribonde depuis près d'un an - et l'affrontement entre identitaires et cégétisites sur le marché d'Auchel qui avait fait grand bruit - la Maison de l'Artois a donc repris du service. Au grand dam du maire qui avouait son impuissance à juguler le phénomène. « Tant qu'ils ne causent pas de trouble à l'ordre public, on ne peut rien contre ces gens-là, soupire Richard Jarrett. Comme moi, la police est aux aguets depuis 72 heures. Je remarque au passage qu'ils ne sont pas Auchellois. Je ne minimise pas, je n'ai guère de moyens d'intervenir. Je reste néanmoins vigilant. » Plus radicale, l'extrême gauche locale - passablement agacée par les aises prises par leurs adversaires - n'excluait pas l'affrontement dans la soirée. « C'est inacceptable qu'ils puissent se balader au vu et su de tout le monde sans que personne ne bouge, tonnait froidement hier ce militant antifasciste. Ce sont des durs du mouvement skinhead. Le groupe néonazi Lemovice a déjà été interdit en France. Il se réclame d'Hitler dans les paroles de ses chansons ! Après leur match, j'ai vu des gars avec des croix gammées tatouées sur le corps aller boire des verres en centre-ville. Ça chez nous, on ne peut pas cautionner... »

Hors ligne Nico2

  • Sarkophobe
  • Messages: 660
    • Photos d'aéronefs militaires / VIP et limousines présidentielles US.
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #66 le: 05 août 2012 à 10:24:36 »
Tu m'étonnes qu'on ne peut pas cautionner !

Voilà une belle brochette d'idiots ...  :rougefache:
¤ Nicolas : Mes papiers

¤ Forward

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #67 le: 10 novembre 2012 à 10:47:17 »
les autorités sont plus promptes à hurler au danger islamiste qu'a surveiller ces groupuscules violents et racistes nazi :pascontent1:

Citer
Lorraine : 1500 néo-nazis européens ont fait (tranquillement) la fête samedi soir

La ville de Toul, en Meurthe-et-Moselle, a accueilli à son insu un rassemblement de 1500 néo-nazis venus en majorité d'Allemagne, dans la nuit de samedi à dimanche. Venus célébrer le 20e anniversaire de la Délégation allemande d'Hammerskin Nation, le plus important groupe néo-nazi en Europe, les militants extrémistes avaient loué au dernier moment un hangar dans une zone industrielle, pour y organiser une série de concerts de métal jusqu'au petit matin.
Un dispositif policier a été rapidement mis en place autour du site pour empêcher tout débordement, mais aucune interpellation n'a eu lieu.

Les autorités françaises mises «devant le fait accompli»

C'est un journaliste allemand, infiltré dans un des groupuscules, qui a raconté la soirée dans le Berliner Zeitung, un récit repéré ce jeudi par France 3 . Empêchés par la police de se réunir à Volmunster, en Moselle, les néo-nazis venus d'Allemagne, d'Autriche, de Suisse et de France, se sont finalement repliés sur leur plan B, Toul, où ils avaient loué un hangar à un particulier, en pleine zone industrielle. Un jeu de «cache-cache» habituel pour ce genre de soirée, où les invités reçoivent les informations au fur et à mesure.

Ce rassemblement semi-improvisé a, comme lors de l'édition 2009 à quelques kilomètres de là, pris de cours les autorités françaises. La mairie a même été prévenue... par un journaliste suisse bien informé. «Il a appelé samedi soir pour avoir une réaction de Mme le maire sur le rassemblement en cours, alors qu'on ne savait strictement rien», explique le directeur de cabinet Dominique Pocreau, interrogé par leparisien.fr. «Dès qu'on a su ça, on s'est rapproché des services de police, mais eux aussi venaient d'être mis devant le fait accompli».

Le préfet de Meurthe-et-Moselle, a en effet été alerté un tout petit peu plus tôt «d'un important mouvement de cars» selon la préfecture. Une fois les cars et les centaines de voitures arrivées à Toul, «le préfet a donc pris les dispositions nécessaires au niveau du dispositif de sécurité». «Une compagnie de CRS de Jarville et des policiers ont été déployés autour du hangar. Et la gendarmerie a été alertée mais n'a pas eu à intervenir» explique-t-on encore de source préfectorale.

Pas de troubles à l'ordre public

Aucun représentant des forces de l'ordre n'était en revanche dans la salle, où, selon le récit de la presse allemande, les skinheads faisaient tranquillement l'apologie du nationalisme blanc et de l'antisémitisme. Ce qui s'est passé ce soir là dans le hangar tombait sans doute sous le coup de la loi française, mais la priorité des autorités était bel et bien l'ordre public. Le rassemblement ayant lieu dans un lieu privé, et, qui plus est, dans une zone industrielle, « il n'y avait pas de risques pour la population civile », explique ainsi la préfecture. «La fête a pris fin à 5h30 du matin et ils sont tous repartis, il n'y a eu aucun débordement, ni aucune dégradation», assure-t-elle.

La relative tranquillité dont ont joui les skinheads lors de cette soirée suscite un certain remous en Allemagne. Un eurodéputé a ouvertement critiqué la coopération policière entre les deux pays et la sous-estimation du mouvement Hammerskins, qui dispose en France d'une section active, la «Crew 38».

La mairie de Toul, de son côté, envisage de contacter très rapidement le propriétaire du hangar loué. « Il faut qu'on discute avec lui des normes de sécurité, on ne peut pas faire n'importe quoi dans une zone industrielle », explique Dominique Pocreau qui ajoute qu'«on n'aurait pas manqué de chercher une responsabilité du maire s'il y avait eu un accident ».

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #68 le: 10 novembre 2012 à 11:32:22 »
Rhâââh...   :erk:  Et personne n'a pensé à...  :bombe: ...soulager l'humanité de cet abcès?
« Modifié: 10 novembre 2012 à 11:35:15 par sarkonique »
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #69 le: 10 novembre 2012 à 11:50:25 »
Moi, ce qui m'inquiète, ce sont les réactions de l'autorité. Oui, on peut penser et dire ce qu'on veut chez soi. Bon. C'est une liberté fondamentale, même si on est adorateur d'Hitler. MAIS (et il y a un gros mais), bien que tenu dans un endroit privé, l'on parle ici d'un mouvement considéré si je comprends bien comme illégal en France puisque leur philosophie de base tombe sous le coup de la loi.
Et les autorités ne réagissent qu'en pensant au trouble de l'ordre public !!!! Le maire veut contacter le propriétaire du hangard pour lui parler de la "sécurité dans une zone industrielle" !!!!  :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole:
Donc j'ai bien l'impression que l'idée c'est "tant qu'ils ne font pas de bruit, ils peuvent faire ce qu'ils veulent"... (pendre un noir par exemple.)
Bon je caricature mais ça m'inquiète beaucoup.
Si le mouvement était légal en France, ça me dégoûterait tout autant mais je comprendrai les réactions des autorités. Là, je ne comprends pas.

Si ce n'est qu'il est plus facile d'arrêter Aurore Martin pour des faits qui sont légaux en France, que d'arrêter 1500 néo-nazis pour des faits qui sont illégaux en France.

On pourra aussi parler de "liberté d'expression", j'ai déjà dit mon avis là dessus. A savoir que si le réel pluralisme était assuré dans TOUTE émissions audiovisuelles et que les contradicteurs intelligents pouvaient faire leur travail, et si les blabla des invités étaient vérifiés EN DIRECT, je pense qu'on pourrait avoir une liberté d'expression totale (peut être en soustrayant les esprits vulnérables). Dans la société actuelle, malheureusement on en est réduit à avoir des gardes fous comme les interdictions de certains partis et pensées. Ce qui préserve la société dans une certaine mesure, mais dans une certaine mesure seulement. Ca évite aussi d'exposer la fange dans ce qu'elle a de dégoûtant, et ça stimule tous les neuneus qui sont à la recherche de transgression de l'interdit.  :fache:

Sarkonique  :mrgreen: Le meutre de masse des gens qu'on vomit n'est peut être pas une solution quand on est de gauche.  :mrgreen: Sinon, qu'est ce qui nous différencie de ces gens là qui seraient ravis d'un meurtre de masse de noirs, juifs, homosexuels ?
Mais je sais que tu ne le pensais pas vraiment.  :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2:

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #70 le: 10 novembre 2012 à 15:40:13 »
J'ai failli confondre Toul avec Tulle.
« Modifié: 10 novembre 2012 à 15:42:17 par timbur »
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #71 le: 10 novembre 2012 à 19:13:20 »
A Tulle, contrairement à Toul, on fait dans la dentelle, non?
Enfin, je croyais...  :mrgreen:

Val: bien sûr.
Et parfaitement d'accord avec ce que tu as mis en gras.  :grrr:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #72 le: 11 janvier 2013 à 11:46:44 »
Citer
Le séminaire très discret de la droite et de l’extrême droite contre le mariage pour tous

Des royalistes, des conservateurs, un socialiste, et une chroniqueuse mondaine. Drôle d’assemblée à Paray-le-Monial pour préparer les actions contre le mariage pour tous. Frigide Barjot y aurait partagé le pain et le vin avec l’ancien ministre UMP Laurent Wauquiez, côtoyant joyeusement quelques personnalités des mouvances de droite extrême, dont Bruno Gollnisch, et tout le ban et l’arrière-ban des cathos intégristes… Jusqu’ici tenue secrète, cette réunion vient d’être révélée par un document interne qui leur a échappé. Petite analyse de cette union de circonstance… ou pas.

« RENCONTRE des « TÊTES DE RESEAUX » repré­sen­tant L’ENGAGEMENT CHRETIEN en POLITIQUE et L’ENGAGEMENT SOCIETAL CHRETIEN », c’est ainsi que Jean-François Debiol (ex-UMP de Rilleux) a inti­tulé la réu­nion qu’il orga­ni­sait du 2 au 4 novem­bre 2012 à Paray-le-Monial. Pendant ces 4 jours, les dif­fé­ren­tes com­po­san­tes de l’oppo­si­tion au mariage pour tous se sont relayées à la tri­bune, pour pré­sen­ter leurs mou­ve­ments, leurs modes d’action, et bien sûr envi­sa­ger les stra­té­gies com­mu­nes pos­si­bles entre eux. La plu­part des orga­ni­sa­teurs des mani­fes­ta­tions de décem­bre der­nier étaient pré­sents, et on peut logi­que­ment en déduire que les gran­des lignes de cette mobi­li­sa­tion se sont alors déci­dées. L’exis­tence de cette réu­nion n’avait pas voca­tion à être rendue publi­que, aucune annonce ne fut faite et les par­ti­ci­pants furent stric­te­ment triés sur le volet.

Or le pro­gramme de cette réu­nion a été récem­ment dif­fusé sur inter­net, accom­pa­gné d’une liste des par­ti­ci­pants confir­més. On y apprend que des ténors de l’UMP auraient cotoyé, en connais­sance de cause [1], les chefs de l’extrême-droite et des mou­ve­ments catho­li­ques inté­gris­tes, du Front National à Civitas.

Que s’est-il discuté à cette réunion ?

Dès le pre­mier jour de cette ren­contre, le ton est donné sous l’inti­tulé « D’où venons-nous ? De qui, de quoi sommes-nous les héri­tiers ? ». Les inter­ven­tions sur les « raci­nes chré­tien­nes de l’Europe » ou sur la « voca­tion chré­tienne de la France », thé­ma­ti­ques chères aux tenants du choc des civi­li­sa­tions comme aux catho­li­ques inté­gris­tes, se sont donc enchaî­nées. Tout ce beau monde s’est ensuite retrouvé pour une messe, mais le pro­gramme ne dit pas si elle était dite en latin...

Le len­de­main, 3 novem­bre, c’est au tour des mou­ve­ments d’extrême-droite de se pré­sen­ter. On notera la pré­sen­ta­tion de Civitas, assu­rée par Jean-Claude Philipot, membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et numéro 2 de l’orga­ni­sa­tion, et la com­mu­ni­ca­tion sur « l’enga­ge­ment roya­liste ». Le pro­gramme du troi­sième jour est éclairant sur les stra­té­gies poli­ti­ques des par­ti­ci­pants. Après une pré­sen­ta­tion du projet de loi suit une dis­cus­sion inti­tu­lée « Comment pou­vons-nous les com­bat­tre (débat / brain stor­ming) ? ». On connaît de fait le résul­tat de cette dis­cus­sion. Suit un échange sur le thème « Et plus tard, aurons-nous envie de faire des choses ensem­ble (débat) ? », avant une messe anti­ci­pée. Le pro­gramme de cette jour­née laisse enten­dre en pre­mier lieu que les dif­fé­rents acteurs de cette ren­contre se sont bels et bien retrou­vés pour orga­ni­ser la contes­ta­tion qui a suivi. En second lieu, elle nous laisse à voir que des mem­bres de l’UMP ont par­ti­cipé à une ren­contre où il savaient qu’allaient être évoquées, débat­tues, les moda­li­tés d’une alliance pra­ti­que, pou­vant aller au-delà de la ques­tion du mariage pour tous, entre leurs mou­ve­ments et les com­po­san­tes de la droite extrême. On est bien loin des dis­cours tenus dans la presse par les repré­sen­tants de l’UMP.
Des personnalités de l’UMP qui auraient été présentes...

Certains noms sau­tent aux yeux lors­que l’on par­court la liste des par­ti­ci­pants ayant confirmé leur pré­sence. En pre­mier lieu, celui de Laurent Wauquiez, actuel député-maire UMP du Puy-en-Velay, ancien porte-parole du gou­ver­ne­ment de Nicolas Sarkozy. Son oppo­si­tion au mariage pour les cou­ples homo­sexuels est bien connue [2], et il avait déjà montré une cer­taine proxi­mité avec le Front National, ou tout du moins son pro­gramme idéo­lo­gi­que, puisqu’il évoquait un « devoir de com­pré­hen­sion » vis-à-vis de l’électorat fron­tiste" lors de la pré­si­den­tielle [3].

La très-catho­li­que Christine Boutin, quant à elle, appa­raît sur la liste des absents ou repré­sen­tés. Il n’est pas besoin de pré­sen­ter les ten­dan­ces homo­pho­bes de cette der­nière, ni de rap­pe­ler ses bien connues pos­tu­res, bible tendue, dans l’enceinte de l’Assemblée lors du débat sur le PACS. Mais, à l’instar du pré­cé­dent, elle s’était tou­jours défen­due, même dans cette mobi­li­sa­tion, de toute proxi­mité avec les catho­li­ques inté­gris­tes ou l’extrême-droite.

Outre ces deux per­son­na­li­tés de pre­mier plan, auraient également été pré­sents Elisabeth Monfort, Députée Européenne UMP-Alliance pour un Nouveau Féminisme Européen (sic), Jean-Marc Nesme, acc­cueillant en sa qua­lité de député-maire UMP de Paray-le-Monial, Philippe Degestas, sous-prefet (!) de la région Centre, Bernard Poignant, maire PS de Quimper et proche de Hollande [4], ancienne figure natio­nale de son parti, ou encore Patrick Laudet, ins­pec­teur d’Académie. Autant de par­ti­ci­pants qui n’ont guère d’inté­rêt à ce que leur pré­sence au coté du FN ou de Civitas soit dévoi­lée au public. On mettra de côté Christian Vanneste, ex-député de Tourcoing, ex-UMP et membre du Rassemblement Pour la France, ses fras­ques homo­pho­bes et ses nom­breux déra­pa­ges étant bien connus.

Lyon n’était pas en reste pour appor­ter son obole à ce triste céna­cle et la pré­sence de Denis Broliquier, maire DLC du 2e arron­dis­se­ment de Lyon, ainsi qu’Albéric de Lavernée, conseiller géné­ral UMP, étaient de cette partie de cam­pa­gne à relents homo­pho­bes.
Même Frigide Barjot avait confirmé. L’idole du mou­ve­ment contre le mariage pour tous nie toute pré­somp­tion d’homo­pho­bie. En privé pour mener sa cam­pa­gne, il semble qu’elle s’aco­quine avec des per­son­na­li­tés qui n’ont plus rien à prou­ver dans ce domaine-là.
... aux côtés du gratin de l’extrême-droite

Au côté de ces ténors de l’UMP (et du PS) on trouve des repré­sen­tants d’à peu près toutes les ten­dan­ces réac­tion­nai­res. Petit tour des amis de Wauquiez et Boutin :

Bruno Gollnisch (Front natio­nal, ex-n°2 du parti, membre du bureau poli­ti­que et député euro­péen)
Cette figure du Front natio­nal n’est plus à pré­sen­ter, ses sor­ties racis­tes lui avaient valu une sus­pen­sion de son poste de pro­fes­seur à Lyon III et plu­sieurs pas­sa­ges devant les tri­bu­naux. Sur la ques­tion de l’homo­sexua­lité on pourra se conten­ter de la cita­tion sui­vante :

    « Plus de dis­tinc­tion entre les peu­ples, entre les nations, entre les cultu­res, entre les civi­li­sa­tions. Plus de dis­tinc­tion entre l’étranger et le natio­nal. Plus de dis­tinc­tion entre les sexes, les com­por­te­ments. Plus de dis­tinc­tion entre la famille stable, ordon­née à l’accueil de la vie, à sa trans­mis­sion, à l’éducation des enfants, et les unions plus ou moins contin­gen­tes, à deux, à trois, à plu­sieurs, par devant, par der­rière, etc. » Bruno Gollnisch, allo­cu­tion au Conseil Régional Rhône-Alpes du 8 octo­bre 2012.

Jacques Bompard (Maire d’Orange et député du Vaucluse)
Autre figure de l’extrême-droite fran­çaise, Bompard, fon­da­teur du Front natio­nal puis membre du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, s’est asso­cié au Bloc iden­ti­taire et a lancé la Ligue du Sud, pen­dant fran­çais de la très natio­na­liste « ligue du nord » ita­lienne, étiquette sous laquelle il vient de rem­por­ter les légis­la­ti­ves. Slogan de la Ligue du sud : « Identité, effi­ca­cité, sécu­rité ».

Bernard Anthony (AGRIF/Reconquête) : député euro­péen Front natio­nal de 1984 à 1999, a démis­sionné du bureau poli­ti­que de ce parti en 2003.
Une petite cita­tion du per­son­nage, extrait de son blog perso :

    « Nous défi­le­rons sans haine ni mépris pour les per­son­nes d’affec­ti­vité homo­sexuelle non osten­ta­toire et conqué­rante mais sans com­plai­sance pour les exhi­bi­tion­nis­tes des « gay-pride » en mal de lai­deurs obs­cè­nes sophis­ti­quées car, avec toute la culture juive et chré­tienne, nous savons que Sodome et Gomorrhe ne sont pas des modè­les de société dura­bles. »

Son mou­ve­ment, l’AGRIF, s’est fait connai­tre par ses procès en série contre ce qu’il consi­dère comme de la « chris­tia­no­pho­bie ». Dernier procès en date, une atta­que contre le rap­peur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’Expression Populaire) et le socio­lo­gue et mili­tant Saïd Bouamama [5].

Jean-Claude Philipot (Civitas - membre du conseil d’admi­nis­tra­tion et n°2 de l’orga­ni­sa­tion)
Le per­son­nage est un habi­tué des médias depuis que son mou­ve­ment a com­mencé à faire parler de lui en s’atta­quant à des pièces de théâ­tre jugées blas­phé­ma­toi­res. C’est la mani­fes­ta­tion de ce mou­ve­ment contre le mariage pour tous qui, à Paris, a ras­sem­blé la plu­part des mili­tants de l’extrême-droite radi­cale, qui s’y sont illus­trés en agres­sant les mili­tan­tes de FEMEN. Jusque-là les autres mou­ve­ments oppo­sés au mariage cher­chaient à faire croire qu’ils n’avaient aucun lien avec Civitas, c’est pour­tant en com­pa­gnie de Philipot qu’ils auraient par­ti­cipé à cette ren­contre au sommet.

Le dimanche 13 janvier, une manifestation brune, brune, brune contre le mariage pour tous

Les orga­ni­sa­teurs de la Manif pour tous et l’UMP nient dans les médias toute rela­tion avec les oppo­sants les plus inté­gris­tes ou l’extrême droite et par­lent même d’infil­tra­tion. Mais en fait de mani­fes­ta­tion « Bleu blanc rose », « limi­tée au projet Taubira », la mobi­li­sa­tion contre le Mariage pour tous s’ins­crit dans une ten­ta­tive de fédé­rer à nou­veau toute la droite, sur une base clai­re­ment réac­tion­naire : une mani­fes­ta­tion bien brune.

Mise à jour 10/01 23h45 : l’authen­ti­cité du docu­ment se voit confir­mer par le témoi­gnage de Christian Vanneste qui décrit dans une chro­ni­que sur son blog sa par­ti­ci­pa­tion à la ren­contre de Paray-le-monial. (info via @maieulr).

 P.-S.

 La liste des personnalités qui ont confirmé leur présence, ont été représentées ou juste invitées est ici loin d’être exhaustive. Le document permettra aux personnes qui veulent fouiller un peu plus de compléter.
Lire aussi :
- height=11 Un article de l’Huma du vendredi 11 janvier au sujet de cette rencontre : « Les intégristes ratissent large ».
- height=11 l’article très  complet de REFLEXes : 13  janvier 2013, ambiance  Travail, Famille,  Patrie. Le mélange des genres est au rendez-vous !
- height=11 Civitas de l’intérieur. Quelques documents pour se faire une idée des névroses qui animent les membres de cette association d’extrême-droite. 

Notes

[1] La liste des participants confirmés a circulé en amont de la réunion.
[2] un article récent du Monde en témoigne lien
[3Laurent Wauquiez évoque « un devoir de  compréhension »  vis-à-vis de l’électorat frontiste, Le Monde
[4« vieux copain d’Hollande » selon le Monde
[5] Lire « pétition pour le droit à l’insolence antiraciste ».
« Modifié: 11 janvier 2013 à 11:50:27 par raja »

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #73 le: 11 janvier 2013 à 15:10:15 »
La "discrétion" du FN s'explique facilement. Pour le Rassemblement Bleu Marine, (à la différence des FN canal J-MLP) la guerre d'Algérie, l'antisémitisme et le poujadisme ne font plus recette. Leur violon d'Ingres est l'immigration !

S'afficher trop visiblement anti-mariage gay reviendrait à se trouver du même côté que des musulmans et juifs (mais surtout musulmans) qui sont violemment opposés à l'homosexualité per se, sans même parler du mariage !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #74 le: 11 janvier 2013 à 15:20:54 »
juste pour faire ma chiante :mrgreen: je préfère "certains", par ce que musulmane je suis pour le mariage pour tous et je connais d'autres musulmans dans ce cas. :merci:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #75 le: 25 février 2013 à 13:16:58 »
voilà, voilà, sinon le fn est un partie comme un autre composé de gens malheureux mais pas racistes :mdr1: :mdr1: :mdr1:

Citer
Quand le GUD Paris se la coule douce au Front National de Marine Le Pen

Agitateur de la scène nationaliste parisienne de ces dernières années, le GUD Paris semble être bien plus calme depuis quelques temps. Et pour cause : les leaders sont partis ! A la retraite ? Mais non. Comme leurs glorieux anciens (au hasard la génération 90), dès que le besoin de stabilité financière se fait sentir, on met la pédale douce sur ses convictions et on va « à la gamelle ».

Honneur au chef, Edouard Klein, qui après de nombreux ennuis et règlements de compte, a décidé de se mettre au vert, au point de se faire légèrement oublier et de disparaître des radars. On a retrouvé sa trace au FNJ à Angers [1] en tant que militant ! Pour l’occasion « Doudou » [2] a laissé tomber le look « cuir » pour opter pour une allure plus classique, un bon BCBG tendance Versailles, comme on peut le voir sur la photo.



Johnny Be GUD

Klein n’est pas le seul à avoir fait le voyage vers le Front National de Marine Le Pen (qui pourtant, nous martèle les médias, a beaucoup changé et fait même la chasse aux extrémistes !), puisque Baptiste Coquelle a également rejoint le FN. Comme le montrent les photos de la soirée des 40 ans du Front National du 11 décembre 2012, la fameuse soirée où les Forbans avaient assuré l’animation musicale, on peut apercevoir les deux compères en compagnie de la fine fleur de la nouvelle génération du FN, comme Julien Rochedy ou Julia Abraham [3] ou encore Adrien Grosjean [4].



Au vu des photos, on doute que Coquelle était venu faire le loufiat à cette soirée.





Rappelons que le GUD Paris avait soutenu la candidature de Gollnisch lors de la campagne interne au FN pour désigner un nouveau président en 2010, et que le GUD tenait régulièrement des tables de presse dans des meetings de mouvements ouvertement hostiles à Marine Le Pen comme la Nouvelle Droite Populaire et Terre & Peuple. Mais on sait qu’avec le GUD, on n’est pas à une incohérence près. Et puis comme le prouve cette photo, Klein et Coquelle avaient déjà annoncé la couleur.



On notera le port du t-shirt "Les Jeunes avec Marine" - 1er mai 2012

Une dernière photo pour la route où l’on retrouve tout ce petit monde avec Marion Le Pen !



Mine de rien, les soirées en compagnie de la nièce de Marine Le Pen, ça doit sacrément le changer de ses réunions entre potes, le Baptiste Coquelle



Enfin n’oublions pas Kevin « Gaven » Lamadieu, qui entre deux procès, après avoir écumé plusieurs salles parisiennes de MMA, suit des formations dans une société de sécurité privée, Groupe 9 Academy et a passé son brevet fédéral de moniteur de tir. Logique !





Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #76 le: 12 mai 2013 à 17:12:42 »
Quelques défilés d'exaltés identitaires ont été remarqués par les médias aujourd'hui...personne n'aurait su qu'ils défilaient sans que les Femen fassent les siennes !
(Franchement, si elles pensent que c'est comme ça qu'elles vont trouver un mari...)

L'effet Streisand a encore frappé !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #77 le: 16 mai 2013 à 22:16:14 »
J'ai failli poster ça dans "stratégie et FN" car il s'agit bien de ça, de stratégie, et notamment sur internet.... mais bon il s'avère que le témoin était plus du côté "bloc identitaire" , alors (mon honnêteté me perdra) je poste ici.
C'est vraiment intéressant de voir la logique d'intervention de trollage de ceux qui cherchent à faire du prosélytisme pour l'extrême-droite .... nous en avons eu ici, ils ont déserté actuellement, mais si jamais ils revenaient, autant renforcer nos propres compréhensions pour les recevoir sans leur donner la possibilité d'utiliser une position victimaire :
Un militant repenti balance les secrets de l’ultra-droite.
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #78 le: 01 août 2013 à 12:12:49 »
Citer
Silence des maires face au rassemblement du mouvement d’extrême droite le Renouveau Français dans le Loiret

Sans doute intéressés par l’accueil (au mieux…) indifférent qui avait été réservé l’année à l’université d’été du Bloc Identitaire venant expliquer et revendiquer ses théories racistes et xénophobes dans le Giennois au cours d’un séminaire estival, les militants du Renouveau français projettent de se réunir pour un camp d’été dans la même région, sur le territoire de la commune d’Ouzouer-sur-Trézée. A partir du 29 août, sur un terrain privé qui leur a été gentiment prêté, les nationalistes extrémistes et ultra catholiques vont se retrouver « en famille » pour réfléchir et surtout pour envisager les actions à poursuivre contre le mariage pour tous. Ils recevront quelques « vedettes » du printemps français aux responsables desquels ils ont donné et donnent encore un sérieux coup de main pour entretenir l’agitation contre le mariage gay ou lesbien.

C’est au cours de cette « université d’été » que doivent être définies les manifestations et autres « veilles » de prières et de protestation destinées à impressionner la gauche et à peser sur les municipales du printemps prochain : les élus et les candidats seront sommés d’annoncer à l’avance s’ils refuseront ou non de célébrer les mariages « immoraux » et « préjudiciables la famille ».

Dans l’attente de cette réunion de formation, les militants du Renouveau Français, couvrent la région d’affiches frappées de la fleur de lys qui rappelle les liaisons étroites que ce mouvement, qui regroupe officiellement un milliers de militants très liés à l’Eglise catholique et à certains prélats, entretient avec l’extrême droite européenne. Cette présence annoncée à incité le Front National (25 % aux dernières législatives dans la commune) à couvrir également la région avec ses propres affiches. Sans appartenir au FN, le Renouveau a activement fait campagne pour Bruno Gollnish, le concurrent de Marine Le Pen pour la présidence du parti car cette frange de l’extrême droite la considère comme trop « molle » face à gauche et à l’UMP sur les questions de société et face à la déchristianisation de la France.

Contactée par la presse, la maire d’Ouzouer sur Trézée à affirmé ne pas être au courant de cette réunion alors que la Préfecture et la gendarmerie sont informés depuis des semaines. Mais, comme le rassemblement doit se tenir sur un terrain privé, le Renouveau Français n’était pas dans l’obligation légale de demander une autorisation. Il devrait pourtant, dit-on officieusement, être étroitement surveillé par les forces de l’ordre.

Comme l’année dernière pour la tenue du camp des « identitaires », aucun des maires de la région, à commencer par la responsable de la commune concerné, ne s’est ému ni n’a publié de communiqué offusqué alors que les mêmes organisent le samedi 3 août une manifestation contre le rassemblement des Gens du Voyage qui vont se retrouver à la même époque sur une immense propriété qui appartient à leur communauté religieuse Vie et Lumière. Preuve, administrée par les élus de droite comme de gauche, qu’il est électoralement plus « rentable » un an à peine avant le municipales, de protester contre des Tziganes français que contre un mouvement fascisant lié aux Phalanges espagnoles et à la plupart des groupes d’extrême droite européens.


Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #79 le: 01 août 2013 à 21:22:57 »
Citer
Mais, comme le rassemblement doit se tenir sur un terrain privé, le Renouveau Français n’était pas dans l’obligation légale de demander une autorisation. Il devrait pourtant, dit-on officieusement, être étroitement surveillé par les forces de l’ordre.

D'expérience, quand un évènement d'extrême-droite est "étroitement surveillé par les forces de l’ordre", il s'agit surtout de leur permettre de faire n'importe quoi sans être dérangé par une quelconque manifestation de gauchisme antifa.
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #80 le: 26 novembre 2013 à 21:16:16 »
Ils se sentent pousser des ailes, se sentent légitimés, au point d'insulter des personnages publics, et de faire des attaques contre des syndicats.

Citer
Les traditionalistes attaquent des locaux du Snuipp

A Paris, à Bordeaux et à Orléans, les traditionnalistes catholiques du "Printemps français", un groupuscule issu du mouvement du mariage pour tous, ont attaqué des permanences du Snuipp. A Paris, ils ont jeté des souris dans les locaux, tagé les murs et collé des affiches.

"Certains veulent poursuivre leur combat contre le mariage pour tous en instrumentalisant l'Ecole", nous a déclaré S Sihr, secrétaire général du Snuipp. "L'urgence actuelle c'est bien le combat des valeurs". Le Snuipp a organisé l'an dernier un colloque remarqué contre l'homophobie et publié des documents pédagogiques pour aider les enseignants à lutter contre les stéréotypes.

Vincent Peillon a dénoncé ces agressions et assuré le syndicat de sa solidarité. "A travers lui c'est toute l'éducation nationale et la mobilisation du ministère et de es personnels contre les discriminations sexistes ou liées à l'orientation sexuelle qui sont visés", écrit le ministre. Le Se Unsa, second syndicat du primaire, a aussi marqué sa solidarité envers le Snuipp.

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #81 le: 26 novembre 2013 à 22:17:59 »
Citer
ils ont jeté des souris dans les locaux

?

Qu'ont fait ces pauvres rongeurs ?

Citer
Ils se sentent pousser des ailes

Ah bon, il s'agit donc de  chauves-souris !

Joke :
Comment appelle-t-on une chauve-souris avec une perruque ?
Show content
Une souris
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #83 le: 12 novembre 2014 à 13:13:12 »
C'est long mais prenez quelques minutes pour tout lire c'est intéressant et ça fait plaisir quand ces psychopathes se mangent entre eux :frime1:

Citer
Avis de tempête sur la dissidence


Le long naufrage de la galaxie soralienne

Voilà plus de 10 ans que Soral, aux ordres du FN s’est mis à draguer et a recruter dans les quartiers populaires. Ce travail n’a été possible qu’en raison du talent de Dieudonné qui a accepté de se mettre au service de ce projet politique. Un travail énorme de propagande a été réalisé sous la houlette de ce binôme. De nombreux acteurs ou habitants des quartiers populaires ont été à un moment ou à un autre dans les sphères d’influences de cette nébuleuse. Au-delà des divergences politiques fondamentales qui nous oppose a cet univers, nous n’avons cessé de mettre aussi en avant les divergences de forme  que nous avons avec ce milieu. Nous avons longuement expliqué et démontré que les rois de la dissidence étaient avant tout des petits entrepreneurs bien à l’aise avec la morale du système capitaliste qu’ils prétendent combattre. Cette morale du capitalisme qui consiste à « prendre tout, tout de suite », souvent pour sa gueule au détriment de l’intérêt de commun. C’est ainsi que nous avons souvent relevé cette capacité qu’ont « Alain et Dieudonné » à militer sur le net en proposant toujours comme acte ultime de révolte de remplir leur compte en banque .

À part les témoins de Jéhovah on n’avait alors jamais vu dans nos quartiers des équipes aussi douées pour nous soutirer de l’argent sans jamais résoudre un seul de nos problèmes concrets. Les témoins de Jéhovah nous vendent une protection spirituelle contre les démons, Dieudo et Soral nous vendent la solution (finale ?) contre la mainmise des Juifs, des francs-maçons et autres Illuminatis. Dans les deux cas, ce sont des combats contre des adversaires imaginaires qui n’ont pour but que de générer un bizness lucratif.

C’est donc fort d’un regard critique sur la forme et le fond de cette mouvance que l’on peut annoncer un avis de tempête sur l’univers de Soral et Dieudonné. La galaxie est en train de se déliter dans le trou noir de leur cupidité. La création d’un parti politique par le duo Alain & Dieudo est le dernier acte de vie de cette galaxie destinée à capter encore quelques profits financiers pour les deux « artistes ». À regarder cette vidéo le temps semble loin où les deux compères étaient porté par leur succès du net. Sur cette vidéo ils sont usés, tant leur relation est minée par les embrouilles de mœurs et d’argent. Ils ne se regardent plus et ne s’écoutent plus mutuellement. Ça sent le numéro d’artistes forcés à remonter sur scène pour un dernier cachet. En somme c’est dans l’air du temps de la tournée des veilles canailles.

Dix années de tambouille et d’embrouilles pour l’extrême droite ça fini toujours par clasher en interne et à dériver vers les commerces les plus vils. Les remous sont nombreux ces temps-ci, la tempête imminente.

Les premières frictions ont commencé avec Ahmed Moualek. La rupture du contrat, comme d’habitude, a eu lieu à cause de la mauvaise répartition des gains de la PME mais aussi a des manques de respect réitérés pour l’Arabe de service. Plus récemment, c’est Tata Farida qui a rompu avec Soral, pour des questions de leadership et toujours de trésorerie. Drôle de conflit éthique entre Farida, fer de lance de la lutte contre le lobby « LGBT » qui a été pacsée avec une dame nonagénaire, et un Soral qui passe son temps à parler ou écrire sur sa vie sexuelle débridé.

Il y a eu aussi la rupture avec Chauprade sur fond de guerre d’influence au sein du FN. Pour Soral il faut s’occuper de « l ‘éléphant juif » avant d’écraser « la souris immigrée » quand Chauprade envisage l’inverse : une querelle d’égo entre les lieutenants de Marine Le Pen.

Les plus prudents comme Mathias Cardet ont compris que la bulle spéculative de la dissidence n’allait pas tarder à éclater. C’est ainsi qu’il a décidé de restructurer ses activités et de ne plus mélanger « affaires » et politique. Quand les lâches quittent le navire c’est toujours un bon indicateur de la tempête qui arrive.Cardet transpire

Ce petit panel ne tient évidemment pas compte de toutes celles et tous ceux, plus ou moins célèbres, qui ont été instrumentalisés ou manipulés et qui demandent aujourd’hui des comptes. À ce titre l’épisode de la dénonciation au flic par Dieudo de Joe dalton est sans doute un des éléments les plus révélateurs du fonctionnement du duo Alain et Dieudo, qui prétend incarner la dissidence au système. Pour beaucoup, après avoir regardé et pour certains vécu de l’intérieur ce qu’était la mouvance Dieudonné-Soral, ils ont découvert comment cet ensemble de stars de la militance virtuelle se comportent réellement. Les ruptures se sont consommées brutalement ou sans bruit. Certains de nos frères et sœurs ont, avec le temps et la pratique, réalisé quel est leur véritable camp et qui sont leurs ennemis.

La galaxie craque de partout et de nouveaux scandales de mœurs et d’oseille ne vont pas manquer d’éclabousser les leaders de la cause bancaire de Dieudonné et Soral . N’étant pas fans de ces histoires de caniveau, on laissera le soin aux factions de la dissidence de les relayer pour régler leurs comptes.

Mais on sait par contre le potentiel destructeur que le délitement de cet univers va avoir pour ceux plus ou moins proches de cette galaxie qui ont pu adhérer à des segments des discours de Soral. La colère légitime qui traverse les quartiers populaires et que Soral a su en partie capter est d’autant plus vive qu’elle provient d’une surdose d’espoir dans les forces politiques de la gauche institutionnelle qui a été maintes fois trahie par le PS et ses alliés. Ce n’est pas sans inquiétude que nous voyons une partie de cette colère être captée par l’extrême droite ou exploser en vol.

Que les choses soient bien claires. Pour celles et ceux qui ont cru dans la finalité soralienne et qui voient dans les malheurs du monde la main des Juifs et des francs-maçons : point de salut pour vous. Vos cerveaux sont aussi pourris que celui de Goebbels qui racontait toujours les mêmes rêves dans son journal intime, comme ce matin du 17 décembre 1929 : « j’ai fait un rêve singulier : je me trouvais dans une école et j’étais poursuivi à travers les vastes couloirs par plusieurs rabbins de Galicie Orientale.  Ils me criaient sans relâche : « haine ». Je les devançais de quelques pas et leur répondais par le même cri. Et cela continuait pendant des heures mais ils ne me rattrapaient pa,s je les devançais toujours de quelques pas. Est-ce un bon présage ? ».

Pour vous en tout cas pas de bon présage : votre nébuleuse de dingues va mourir pourrie de l’intérieur par des égos démesurés, le vice et la prévarication de vos leaders. à vous qui voyez dans les Juifs et les francs-maçons la cause de tous vos maux, de toute votre médiocrité et vos échecs, nous n’avons rien à dire, rien en commun.

Pour les autres, pour ceux qui sont capables de lire et d’entendre que les souffrances que nous endurons ne prennent pas leur source aux pieds de rabbins ou d’illuminatis mais dans l’articulation et l’exploitation par les détenteurs du capital, des discriminations de classe de race et de genre alors vous pouvez rejoindre le combat de cette multitude aujourd’hui sans nom et sans visage qui se donne pour objectif d’empêcher la tentative de prise de pouvoir par l’extrême droite et d’imposer une autre alternative.

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #84 le: 18 janvier 2015 à 13:02:43 »
Longtemps qu'on n'a pas parlé de Soral sur ce fil. Ailleurs peut-être. Il devient quoi ce brave homme depuis son histoire de zizi posté sur la toile (et ses propos racistes envers une ex-copine) ?

Show content
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #85 le: 19 janvier 2015 à 21:26:40 »
Je crois que sa notoriété évolue selon un schéma inverse à sa mégalo.
Il est loin, le temps du squattage de plateau chez Evelyne Thomas !
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #86 le: 19 janvier 2015 à 21:46:16 »
Je le savais exhibitionniste et mégalo ... mais j'ignorais que cela eût concerné sa nouille !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : Bloc Identitaire, extreme droite
« Réponse #87 le: 08 février 2015 à 14:18:33 »
Ils lui trouvent quoi, ces débiles ?

N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.