Auteur Sujet: le N P A  (Lu 24573 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
le N P A
« le: 30 mars 2010 à 13:30:09 »
fondé en février 2009 à l'issue d'un processus de fondation initié par la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) immédiatement après l'élection présidentielle de 2007.
Le NPA s'oppose à toute hiérarchisation des populations, considérant que « le socialisme implique la fin de toutes les oppressions, de tout racisme  et de toute discrimination ; le respect des cultures, des langues, des orientations sexuelles, des opinions philosophiques, religieuses, de la laïcité des administrations et pouvoirs publics ».

Il considère également que les femmes sont victimes d'une « oppression spécifique » et que « la lutte des femmes contre leur oppression est un aspect essentiel de la lutte contre la domination capitaliste », en conséquence de quoi « il n'y aura pas de socialisme sans libération complète des femmes ».

Enfin, il s'oppose à l'impérialisme et au néocolonialisme, soutenant le « droit à l'autodétermination des peuples » ainsi que « les luttes de libération nationale »[41]. Ses militants souhaitent en faire la préfiguration d'un grand parti anticapitaliste au niveau européen[44]. Le NPA n'est pas membre d'une Internationale, mais conserve des liens avec la IVe Internationale, dont la LCR était la section française.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #1 le: 12 mai 2010 à 10:14:03 »
<a href="http://www.dailymotion.com/swf/video/xd945v" target="_blank" class="new_win">http://www.dailymotion.com/swf/video/xd945v</a>

un besancenot comme d'hab ...sensé

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : le N P A
« Réponse #2 le: 28 mars 2011 à 18:46:02 »
Citation de: rodimtsev
j'en ai vraiment assez... c'est le PCF qui a contraint Méluche à rompre les négociations avec nous parce que sinon ça allait incommoder le P"S" et donc faire perdre des sièges de députés à la bureaucratie électoraliste qu'est devenu le PC!
Pour mémoire nous avons LONGTEMPS prêché dans le désert la néecessité d'une allaince de toutes les forces de la Gauche Radicale. Nous avons été jusqu'à saborder notre vieux et douillet parti pour ce faire. Alors ça commence vraiment à bien faire d'entendre et de lire toujours les mêmes âneries!!!!
Voilà c'est dit.

Citation de: tyger
ah enfin la vérité ! merci Rodimtsev !

désolé pour l'ânerie, mais comme jamais personne n'explique rien, c'est un peu difficile de fournir une explication qui tient debout. Même CSP n'a pas su l'expliquer !

Suite à ces deux citations, je voulais aussi dire mon sentiment. Moi aussi j'en ai assez.  ;) Les histoires d'alliances, c'est toujours la même histoire. Quand on écoute les militants du NPA, ce sont les autres qui ne veulent pas s'allier, et quand on écoute les autres, c'est le NPA qui ne veut pas s'allier.

Je pense que ça dépend des circonstances, du niveau de l'élection (local, régional, national, européen), des partis présents (tous les partis ne sont pas toujours représentés partout), et des personnes.

J'ai moi même il y a longtemps discuté avec des militants du NPA, et parfois ce sont les NPAistes qui refusaient l'alliance, parfois pas.

Quand à la présidentielle, je n'ai jamais entendu besancenot dire qu'il ferait alliance avec la gauche radicale si ce n'était pas lui le candidat pressenti.... (en cela il ne diffère pas des autres dirigeants de parti). Je l'ai déjà aussi entendu dire qu'il ne ferait pas de compromis et qu'il n'irait pas au gouvernement avec le PS. C'était il y a quelques années, quand le PS, sans être méga à gauche, était tout de même moins à droite que maintenant.

Donc le discours "c'est tout la faute aux autres", merci bien.  :merci: :merci:

Personnellement, j'ai l'impression que les instance dirigeantes du NPA veulent gouverner seules ou ne pas gouverner. Et ça me paraît non réaliste.

Maintenant, ne pas comprendre ce que je n'ai pas dit, le PS aujourd'hui (les dirigeants) me paraît bien à droite, donc là, la position NPAiste prend son sens.

Et le discours sur les alliances a aussi peut être changé depuis la baisse du score du NPA aux dernières élections (régionales et européennes)...  :merci: :merci:

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #3 le: 29 mars 2011 à 00:15:30 »
Alors pour mettre mon grain de sel de "gauchiste" dans l'histoire, pour suivre le NPA de très près à très loin selon mes possibilités personnelles :

En fait, je ne vais pas parler du PC ou du PG, mais simplement du NPA, puisque le fil y est consacré et que je ne milite pas avec ces deux partis.

Je ne vais pas m'attarder sur le niveau local  non plus, qui parfois ne représente rien (genre, une minorité fait du caca dans son coin, le temps de régler ça avec des personnes "neutres" du NPA national, le caca est fait). Et aussi car ici on a quelques militants PC réellement timbrés, et du coup, quand tu t'es fait insulté un dimanche matin en distribuant des tracts par un militant de l'orga qui beugle dans les grands médias à l'unité, ça te laisse relativement sur le derrière. :pascontent1:

Pour être claire, les "unitaires à  tout crin du NPA", ont pour seul but de se masturber sur les pourcentages électoraux qu'on pourrait réaliser en s'alliant au Front de Gauche. Quand tu évoques les divergences de programme, tu te fais traiter de "sectaire".(sic !) Alors que tu penses simplement que faire des compromis sans se trahir, ni nous-mêmes, ni les personnes qui nous soutiennent, ça peut-être intéressant. Ben non, sectaire, sectaire, sectaire. Tu n'as rien compris. "On fait l'unité, et après on parlera du programme". Alors on l'a fait sur quoi l'unité hein? Sur des rêves d'un 15% un jour, pfff.

Ensuite, il faut voir de quelle unité on parle. "Unité dans la rue et dans les urnes", c'est bien mignon, mais en réalité, c'est une démarche politique très différente. On peut se rejoindre dans la rue, pour organiser des manifestations/sensibilisations en un front unique (d'où mon "marcher séparement, frapper ensemble"), sans pour autant avoir le même programme. Exemple : Le NPA et le PC peuvent se rejoindre dans l'antifascisme. Pas sur le nucléaire.

Alors je suis encore une personne de plus à en avoir assez. Mais sans colère, hein...  :fleur2:
Juste que c'est complexe, et même quand on est en plein dedans, c'est parfois dur de garder la tête froide. Il y'a des enjeux de pouvoir, mais surtout bien plus. A savoir quel socialisme/communisme ? Quelle Gauche ?

Alors pour finir (et me faire plaisir :frime1:) la seule vraie unité, c'est l'unité des travailleurs. :super:

 :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
« Modifié: 29 mars 2011 à 00:55:28 par Le sang coule »
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne manon278008

  • Sarkophobe
  • Messages: 286
Re : le N P A
« Réponse #4 le: 29 mars 2011 à 01:14:46 »
C'est bien gentil tout ça, mais à force de ne pas vouloir "faire de compromis" et essayer de trouver une entente entre les différents partis de gauche.... on en fait un bien plus grand... on laisse passer toute chance de faire quoi que ce soit et on laisse le pouvoir à toute cette bande de salopards ! ça ne serait pas mieux d'essayer de s'entendre pour virer la droite d'abord ? Je pense que c'est ça qui devrait être la première priorité, non ? Au lieu de ça, continuons à nous bouffer le nez, nous taper dans les pattes, nous foutre des bâtons dans les roues et faire le jeu du pti teigneux ! Ah ! il doit bien rire, le pti chose ! p't'être pas trop en ce moment... mais nous non plus, hein ? 2012 est loin d'être gagné.... le choix entre l'affreux zozo ou la blondasse à son papa.... ne va pas être folichon, le jour où on devra aller voter ! Continuons sur notre lancée... et ils auront encore gagné ! y en a ras le bol de bling bling mais aussi de tous les autres partis qui sont trop cons pour accorder leurs violons !

'xcusez ! je broie du noir ! :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :rougefache: :rougefache: :rougefache:(pfffffffffffffff ça défoule même pas !) :pleur4: :pleur4: :pleur4:
 
anon278008...manon278008...c'est kikiff bourricot ! J'adore les ti zanes !
....(à la menthe de préférence !)

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #5 le: 29 mars 2011 à 01:27:11 »
On peut toujours espérer que ceux d'en face fassent pareil, que MLP se maintienne, que de Villepin se présente, que Borloo se casse...il y aura toujours Bayrou.
Les écolos, il en faut à l'assemblée, pour les présidentielles on peut s'en passer, ainsi que les éventuels Chevènement et Taubira pour pourrir le 1er tour...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : le N P A
« Réponse #6 le: 29 mars 2011 à 09:32:51 »
ce qui me rassure : de voir que vous êtes nombreux à ne plus accepter la division de la gauche (la vraie) sur des points de détails et des calculs politiques, mais c'est comme pour les syndicats : si la base n'ouvre pas sa gueule avec force et conviction pour imposer un choix, leurs représentants font n'importe quoi y compris se compromettre avec l'ennemi !

ce qui m'inquiètes : c'est qu'à force de division, et y compris sur de l'anti-$arkosysme primaire (qui existe et brouille nettement tout débat), nous ne serons même pas capable de forcer la donne pour virer l'ump, alors empêcher DSK de prendre le pouvoir faut même pas y penser non plus.


la meilleur preuve : les gens en ont ras le cul d'avoir une ambiance de merde parce que les politiques ne prennent même plus la peine de se mettre à leur niveau, et les résultats du scrutin des cantonales parlent d'eux même alors qu'il s'agit des proches élus qui régissent en grande partie l'environnement du quotidien de chacun.

c'est bien pour ça que les chefs ne servent à rien : ils ne font que des conneries. Quand l'éducation politique sera effective dans ce pays et que la démocratie directe sera rendue possible alors nous pourrons enfin vivre un apaisement de la politique, sans pour autant empêcher les engueulades pourvu qu'elles se terminent par des idées et des actions fortes dans l'intérêt de TOUS.

et l'intérêt de tous c'est déjà de faire comprendre aux gens qui votent au PS, au centre, à droite et à l'extrème droite qu'ils font l'erreur de voter CONTRE leurs propres intérêts.
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #7 le: 29 mars 2011 à 11:05:28 »
Le simple fait d'avoir un chef n'est pas vraiment "de gauche," pour la droite, c'est tout à fait normal, vu leur conception verticale/pyramidale de la socièté.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : le N P A
« Réponse #8 le: 29 mars 2011 à 13:48:31 »
Ma chère le Sang Coule :coeur: :fleur2: :fleur2: :fleur2: ce qui va suivre il faut le considérer à l'aune de toute l'affection que je porte aux forces de Résistances , à mes amis politiques de toute la Gauche (y compris au P.S :mrgreen:) .
Citer

Alors on l'a fait sur quoi l'unité hein?


Le refus du NPA de rejoindre le FdG est regrettable et fait des malheureux !Il sabote en partie l'espoir de mobiliser toutes les forces de la vraie gauche . Ce refus est un véritable déni de ceux et celles qui aspirent à une réelle transformation de la société et résonne comme un crachat jeté à la face des mouvements sociaux qui pour le coup ont fait la preuve que l'Union est possible. .L'argument qui repose sur le fait que PC et PG ne renonceraient pas à une hypothétique alliance avec le P.S fait le jeu de la droite et nuit gravement à l'intérêt général des classes qui souffrent. On ne peut pas faire mine de croire que toute transformation n'est possible que dans la rue et se présenter régulièrement à toutes les élections .Si les manifestations se sont toujours avérées indispensables à tout renversement du système il n'en reste pas moins que le suffrage universel reste légitime pour appliquer un programme de transformation . Ce que je veux dire c'est qu'on ne peut pas jouer sur les deux tableaux .Penser l'Union est possible sans perdre son âme d'autant qu'aujourd'hui il est possible de tirer les leçons du passé .Par pureté idéologique et machiavélisme stratégique  le NPA met en échec la possibilité de créer un front populaire de Résistance (car c'est bien dans cette perspective qu'il faut s'inscrire) . Ca me désole  comme cela désole des centaines de militant(e) qui ont cru avec enthousiasme à l'élan qu'avait créé O.B et qui pour certains se tournent désormais vers le FN . Tu parles d'une réussite ! Et comme disait Michel Onfray : «  "On ne peut vouloir faire de la politique uniquement avec un mégaphone, ni appeler à la révolution planétaire sans même être capable de présider aux destinées d’un village de campagne. Le mégaphone n’est pas une fin en soi, mais un moyen pour plus et mieux que lui" . Je sens que là je vais me retrouver au »Picquet » .

Néanmoins j'ai la chance d'être dans une région éloignée des querelles de leaderships :localement nous avons pu créer l'union et dimanche nous avons pu boire un coup avec tous les potes du NPA au P.S en passant par la Fase(beurk!) et EELV(rebeurk!) . Pour la première fois chez nous  grâce à l'union des élus du NPA et du PC et des EELV siègeront au Conseil général au côté d'un président du  P.S qui a toujours fait la démonstration de son ouverture et de son refus de l'hégémonie .(Je le connais depuis une vingtaine d'années :il fait un boulot remarquable fidèle aux valeurs socialistes(les vraies!) Il s'est mis en place un véritable Conseil de Résistance où tout le monde a pu faire valoir ses exigences et s'allier sans se compromettre .L'essentiel à nos aux yeux est que la droite bouffe son chapeau et qu'enfin on puisse faire en sorte que les finances locales servent  à l'intérêt général. Et pour le citoyen lambda qui ne parvient plus à payer la cantine de ses gosses c'est beaucoup plus parlant que les atermoiements idéologiques qui n'auraient d'intérêt que s'ils débouchaient sur une stratégie efficace de terrain .

L'unité? et bien on l'a fait sur l'idée de l'impérieuse nécessité à Résister contre l'horreur économique et de ses incarnations de toute sorte .
« Modifié: 29 mars 2011 à 14:07:43 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #9 le: 29 mars 2011 à 23:53:50 »
manon278008 : Justement, je n'ai jamais dit que quiconque ne voulait pas faire de compromis. Nous sommes cependant un certain nombre, au sein du NPA, à ne pas vouloir faire de compromission. ;)

Sybéria  :fleur2:, non pas au "picquet" ... :diable:

Citer
Par pureté idéologique et machiavélisme stratégique  le NPA met en échec la possibilité de créer un front populaire de Résistance (car c'est bien dans cette perspective qu'il faut s'inscrire) . Ca me désole  comme cela désole des centaines de militant(e) qui ont cru avec enthousiasme à l'élan qu'avait créé O.B et qui pour certains se tournent désormais vers le FN .


Un front populaire, on a vu ce que ça nous a amené, des victoires sociales gagnées (et sur lesquelles je ne crache pas :super:), mais au prix de l'étouffement d'un potentiel mouvement plus important : "Tu peux gueuler, petit ouvrier, mais pas trop fort !"

Sinon, concernant le NPA, il a pu apparaitre comme le cadre d'un front unique, ce qu'il n'est pas mais dont il fait partie de part sa politique unitaire sur bien des combats.

Sinon, le "machiavélisme stratégique" n'appartiendrait-il pas à ceux qui font miroiter le changement, tout en refusant catégoriquement d'exclure une alliance avec ceux qui ont tué l'idéologie de la Gauche (sociaux-traitres) ? Faut arrêter de tortiller du cul, à un moment, quand même. DSK est un acteur de "l'horreur économique", pour ne citer que son cas extrême.



Aboutd'nerf-iste

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : le N P A
« Réponse #10 le: 30 mars 2011 à 10:09:09 »
DSK...faut être attentif : il est officiellement exclu de toute possibilité d'alliance avec lui . Encore une fois j'ai l'espoir qu'une union est possible avec les exigences d'aujourd'hui qui imposent que l'on fasse front commun face à une droite qui justement prolifère sur le terrain de la division . S'unir n'est pas forcément refaire le passé . Je crois à l'intelligence des militants pour tirer les leçons du passé et poser les jalons et faire plier "les sociaux-traites" .Le monde a changé :on ne se refera plus avoir mais on a besoin de tous dans un premier mouvement d'urgence .Quitte ensuite à organiser un service de suite où le tri se fera sans concession  :mrgreen:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne TYGER

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 8889
Re : le N P A
« Réponse #11 le: 30 mars 2011 à 11:29:51 »
j'ai une tondeuse à la maison !  :diable:
"Ni Dieu, ni maître.
Mieux être."
Jacques Prévert

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie.
Les vérités de la Police sont les vérités d’aujourd’hui."
Jacques Prévert

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #12 le: 24 avril 2011 à 11:11:50 »
Citer
Rassembler les anticapitalistes !
mercredi 20 avril 2011
Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 99 (21/04/11)

Le NPA affiche ses revendications en préparation des élections présidentielles. Il s'adresse "grand angle'" à des milliers de travailleurs, de jeunes, aux militantes et militants du mouvement social en proposant un programme et une stratégie indépendante du PS. Il rencontre également les partis à la gauche du PS.

Crise nucléaire au Japon. Révolutions, contre-révolutions et guerres au sud de la Méditerranée. Plans d’hyper-austérité en Europe et aux États-Unis. Ces trois éléments donnent la mesure de la faillite totale qui frappe le modèle capitaliste globalisé et productiviste au début du xxie siècle. L’idée que ce système est certes imparfait mais qu’il amènerait peu à peu le progrès, le recul des inégalités, la paix, est une fable qui ne convainc plus grand monde.
Ce que vivent au quotidien des milliards d’êtres humains, c’est la misère. Même dans les pays dits riches comme le nôtre, des millions de personnes vivent la galère et la difficulté à «?joindre les deux bouts ». L’idée que les générations qui arrivent auront une vie plus difficile encore se diffuse et renforce l’inquiétude.
Tous ceux qui sont identifiés comme co-responsables de cette situation sont frappés d’un puissant discrédit. C’est la raison structurelle de l’ambiance de fin de règne qui frappe la Sarkozie. Mais c’est aussi la raison pour laquelle les dirigeants du PS ne parviennent pas à surfer sur l’espoir d’un changement. Le programme du PS a ceci d’honnête qu’il ne fait aucune promesse. Rien sur l’annulation des principales mesures antisociales de la droite. Rien sur les salaires et le pouvoir d’achat. Rien sur sur la défense des services publics. Rien sur la transition énergétique. Le PS ne peut compter que sur le ras-le-bol de Sarkozy pour espérer l’emporter aux prochaines présidentielles.
La colère sociale est forte. Elle peut tout amener le pire – la progression de l’extrême droite1 –, comme le meilleur – les luttes pour arracher des augmentations de salaire, défendre les acquis et les droits. Elle nourrit le débat politique sur l’alternative à ce système;qui a fait faillite.

La stratégie anticapitaliste en débat

Des centaines de milliers de personnes, des milliers de militants et militantes du mouvement social, syndical, politique en ont assez de la droite tout en n’ayant aucune illusion sur le PS et son projet d’alternance sans changement. Nombreux sont celles et ceux qui veulent qu’un programme de rupture pour aujourd’hui s’applique enfin.
Lors des prochaines échéances électorales, le NPA participera au rassemblement le plus large possible des anticapitalistes. À cette étape il met en discussion le contenu, un programme clair, 100?% à gauche, dont les maîtres mots sont la répartition des richesses, la fin du productivisme, la mise sous contrôle des principaux secteurs de l’économie, des banques, des assurances, du crédit, de l’énergie, des transports. Un tel programme peut nourrir des mobilisations sociales mais nous luttons aussi pour qu’un gouvernement, par et pour la majorité de la population, le mette un jour en œuvre. Un gouvernement de cette nature n’a rien à voir avec une coalition gouvernementale mille fois vue et revue avec le PS.

S’allier avec les héritiers de Mitterrand et Jospin, avec les amis de Zapatero et Papandréou, c’est se renier. Hors de question de participer ou de cautionner un gouvernement qui ferait l’inverse de ce pour quoi nous nous battons au quotidien. Aujourd’hui, il y a une opposition résolue à la droite.
Mais demain, il faudra une opposition de gauche résolue à un gouvernement dirigé par le PS. Cette fidélité intransigeante à des convictions, ce refus des demi-mesures et de l’eau tiède, sont vitaux pour faire contrepoids à une extrême droite qui s’affirme plus habile que jamais à manier la démagogie nationale et sociale.
Concrètement, à cette étape, le NPA soumet "grand angle" ses propositions, par des réunions, des diffusions de tracts. Il a sollicité une série de personnalités du mouvement social, des intellectuels pour donner leur point de vue. Enfin, il a pris rendez-vous avec des mouvements politiques qui se situent à gauche du PS et des rencontres sont en train de se dérouler avec les Alternatifs, les écologistes radicaux, Lutte ouvrière, la Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase) et le Front de gauche. Nous publierons ces points de vue et nous rendrons compte dans les semaines qui viennent de ces rencontres. À l’issue de ce cycle de débats, le NPA décidera des formes de sa présence à la présidentielle de 2012.

Fred Borras

1. Un phénomène qui n’est hélas pas réservé à la France. Ce week-end vient de nous le rappeler en Finlande où l’extrême-droite vient de quintupler son score de 2007 en atteignant 19, 1?% avec un discours raciste et hostile à l’Union européenne.


Source


L'unité oui, mais pas n'importe laquelle ... :fleur2:

... Bien que, bon, Borras, humm ... J'en connais au moins un qui comprendra ...
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #13 le: 24 avril 2011 à 12:31:24 »
Marine LePen est à 36% chez les ouvriers (Melenchon 2%, Besancenot 1%)

D'accord, les ouvriers ne sont qu'un ramassis de rustres ignares et abrutis de bière, tout juste bon à s'avachir devant TF1, mais ça n'explique pas tout.

Marine a été placée dans la liste des 100 personnes les plus influentes au monde par Time Magazine, tout comme Justin Bieber et Bruno Mars (non, ce n'est pas le mec des barres chocolatées)

Time Magazine ne ment jamais, Sophie Aram non plus.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : le N P A
« Réponse #14 le: 24 avril 2011 à 12:39:45 »
Tu les sors d'où ces chiffres ?

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #15 le: 05 mai 2011 à 13:37:30 »
c'est bien dommage, les débats présidentielles seront moins interessant sans lui ....

Citer
OLIVIER Besancenot ne sera pas candidat en 2012


Appel du comité central de la Garde nationale de la Commune de Paris, le 25 mars 1871.
Ne perdez pas de vue que les hommes qui vous serviront le mieux sont ceux que vous choisirez parmi vous, vivant votre propre vie, souffrant des mêmes maux.
Défiez vous autant des ambitieux que des parvenus ; les uns comme les autres ne consultent que leur propre intérêt et finissent toujours par se considérer comme indispensables…
Portez vos préférences sur ceux qui ne brigueront pas vos suffrages ; le véritable mérite est modeste et c’est aux électeurs à connaître leurs hommes, et non à ceux-ci de se présenter. »

Camarades,

Je ne serai pas le candidat du Nouveau parti anticapitaliste à l’élection présidentielle de 2012. Il s’agit d’une décision politique que j’assume. Et si je souhaite aujourd’hui passer le relais à un(e) de nos camarades, je ne renonce pas à m’impliquer, bien au contraire, dans tous nos combats. Je revendique plutôt la possibilité, pour le NPA, de se lancer sur de nouvelles bases, conformes au projet d’émancipation qui, plus que jamais, m’anime.

Tout d’abord, je voudrais profiter de cette lettre pour remercier toutes celles et tous ceux qui, au NPA – à la LCR auparavant –, ont participé activement au travail collectif qu’a nécessité le porte-parolat que j’ai assuré ces dix dernières années. À tous les camarades des sections locales qui ont collé des affiches, distribué des tracts, organisé les meetings (et qui, toujours, nous ont accueillis chez eux à bras ouverts), aux chasseurs de signatures en 2002, puis en 2007, ainsi qu’aux camarades de la direction qui ont planché sur les argumentaires, l’orientation, la communication, la protection, à tous j’aimerais vous dire merci. Ce travail d’équipe m’a appris et apporté énormément tout au long de cette drôle d’expérience militante qu’est le porte-parolat.

J’ai essayé, pour ma part, de mouiller la chemise sans compter pour faire connaître à un public large nos idées et nos convictions. Et cette chemise, je compte bien la mouiller encore demain pour porter notre programme, notre action et notre voix. Les militants du NPA et, plus généralement, toutes celles et tous ceux qui se battent pour changer le monde pourront compter sur mon engagement.

Il s’agit d’une décision politique assumée, donc, et sans grande surprise. Il y a quelques années déjà, j’avais clairement prévenu que je ne comptais pas prendre un abonnement à l’élection présidentielle, parce que je n’aspirais pas à en être l’éternel candidat d’extrême gauche. Depuis de nombreux mois, je fais aussi partie de ceux qui mettent en garde notre parti contre les risques politiques de la personnalisation à outrance. Que les idées s’incarnent ponctuellement dans un contexte social et politique déterminé, ou qu’il faille déléguer la tâche militante de la représentation publique, par un mandat précis et limité dans le temps, est une chose. Jouer des ambiguïtés du système politique et médiatique pour se substituer à l’action militante réelle au sein de la lutte de classe, en est une autre.

Nous militons quotidiennement, dans nos entreprises, dans les luttes, au moment des élections, pour défendre la perspective d’une société enfin débarrassée de l’aliénation, de l’exploitation et de l’oppression. L’affranchissement vis-à-vis des servitudes contemporaines implique obligatoirement une rupture avec le système actuel. Cette rupture présuppose une implication populaire croissante dans la vie politique. Autant que faire se peut, cette rupture doit intervenir ici et maintenant, sans la remettre à demain et à ses bouillonnements révolutionnaires prometteurs.

Cela signifie qu’ici et maintenant, nous appelons, sans relâche et en conscience, tous les anonymes à s’approprier leur destinée. Voilà pourquoi nous exaltons systématiquement les classes populaires à faire irruption sur la scène politique en brisant les enceintes dressées par les politiciens dans le but de nous tenir à distance de l’arène, là où se jouent nos vies. Partout où nous intervenons, nous portons ce message original et subversif : dans les quartiers populaires, les entreprises, les lycées, les facs, sur les marchés, dans les manifs, pendant les élections. Ce message tout terrain qui est la marque de fabrique de notre parti, nous ne devons pas le ternir au nom d’un quelconque « réflexe » électoral.

Nous avons su créer la surprise lorsque la LCR a eu l’audace de présenter un jeune travailleur, un postier, à l’élection présidentielle de 2002. Continuons de surprendre en présentant aujourd’hui d’autres anonymes lors de ces échéances ; cela soulignera d’autant ce que nous sommes réellement : un outil collectif et hétéroclite. S’efforcer de perpétuer la démonstration selon laquelle nous n’avons pas besoin des politiciens pour nous exprimer, comprendre et proposer, est un acte progressiste. Se rassurer en pensant « jouer la sécurité » serait céder, au contraire, à des instincts « conservateurs » pernicieux qu’il faut laisser aux autres. Or, nous n’envisageons pas l’activité politique comme les autres partis.

Ce serait aussi, à mes yeux, une contradiction intenable : nous dénonçons un système où la politique est devenue une valeur marchande d’un côté, et de l’autre, nous commencerions involontairement à nous intégrer dans le décor politique traditionnel en incrustant notre mouvement et nos idées dans la case « candidat rituel à l’élection présidentielle » de notre téléviseur. C’est risquer, à terme, de nous transformer en caricature de nous-mêmes, voire en alibi du système.

Comme à chacun d’entre vous, cette vision m’est personnellement insupportable. Je ne veux pas avoir le sentiment de faire partie du personnel politique traditionnel aux yeux du large public, qu’à notre mesure nous influençons depuis quelques années. Le fait de mener une activité professionnelle à la Poste – activité que je n’ai jamais lâchée – n’est pas, sur le long terme, un sérum assez puissant pour contrecarrer la dynamique consensuelle qu’impose la joute électorale et médiatique à répétition. Le jeune travailleur parti à l’assaut de la politique en 2002 est inéluctablement devenu, en 2007, celui qui « fait de la politique tout en continuant à travailler » et probablement quelqu’un qui « fait de la politique tout court » en 2012. Militant je suis, militant je veux rester. Me libérer de cette contradiction est la meilleure garantie, pour moi, de continuer à porter le combat du NPA sur la scène publique, mais différemment.

Aussi je vous demande d’être solidaires de ce choix, en le comprenant comme la volonté que le NPA puisse enfin se retrouver. Se retrouver non pas sur un nom familier mais sur une identité collectivement réappropriée. Qu’il puisse se déployer sur des bases plus conscientes et plus constantes. Plus conscientes de la nécessité de porter un projet révolutionnaire, internationaliste, vivant et ouvert, qui le maintienne à distance du système actuel. Plus constantes dans son action globale au quotidien, en intervenant sans relâche dans les entreprises, les quartiers, la jeunesse et en animant activement les réseaux de résistance du mouvement social – syndical, antiraciste, écologiste, féministe…

L’élection présidentielle aura lieu dans un an. Cela nous laisse le temps de la préparer et faire de 2012 une étape majeure dans cette refondation. Je suis prêt, dès à présent, à m’investir à 100 % pour que notre parti, le NPA, puisse effectivement se présenter à la prochaine présidentielle et à épauler de mon mieux notre candidat(e) durant la campagne. Car il faut continuer à nous adresser à des millions de personnes et ne pas se refermer en vase clos. Les moments de reflux que le mouvement ouvrier traverse en France ne doivent pas masquer le caractère instable de la situation politique liée à la crise globale que traverse le capitalisme depuis trois années.

Les révolutions arabes le prouvent : les vents de l’histoire sont changeants et peuvent tourner rapidement.

Salutations révolutionnaires,
Olivier

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article116773

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #16 le: 05 mai 2011 à 13:58:26 »
Tout ce qui ne tue pas nous rend plus fort.
Courage ! Il reste Chevènement.
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #17 le: 05 mai 2011 à 15:21:58 »
super oblomov... en attendant besancenot était le seul candidat de ma génération, dont les propos avaient un sens pour moi, les autres sont d'une autre génération, difficile de les entendre parler sans avoir l'impression d'entendre son pére voir son grand pére ...dommage.

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #18 le: 08 mai 2011 à 12:46:56 »
Citer
Comment Besancenot a été lâché par son meilleur ennemi, Sarkozy
Par Marie Kostrz | Rue89 | 07/05/2011 | 11H55


Olivier Besancenot a décidé de ne pas entrer dans la course à la présidentielle pour diverses raisons :

    mauvais résultats aux élections européennes et régionales,
    besoin de renouvellement,
    effacement de l'ego cher aux trotskystes,
    ou lassitude d'avoir à « jouer des ambiguïtés du système politique et médiatique », comme il l'écrit dans sa lettre à ses camarades du NPA.

Mais s'il quitte le jeu, c'est aussi parce qu'il a été délaissé par celui dont il était le meilleur ennemi : Nicolas Sarkozy.

Souvenez vous : au printemps 2009, quelques mois avant les élections européennes de juin, l'UMP faisait tout pour le faire gonfler dans l'opinion de gauche. A croire Le Canard enchaîné, Nicolas Sarkozy avait aiguillonné dans ce sens ses conseillers :

    « Il faut attiser le feu à gauche en valorisant Besancenot. Le PS aura tendance à s'aligner sur les positions de l'extrême gauche et passera ainsi pour archaïque. »

La droite rêvait, en attisant l'importance du facteur de Neuilly, e faire à la gauche modérée le « coup du Le Pen » que Mitterrand avait jadis fait à la droite républicaine pour la fragiliser. C'était l'époque où le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre présentait benoîtement Besancenot comme le « leader de la gauche ».
Un leader surmédiatisé exploité par l'UMP ?

Une partie des médias prenait tout cela au sérieux. Leader de la gauche trotskiste au sein de la LCR, puis du Nouveau Parti anticapitaliste, il a été pendant longtemps un invité très convoité par ces derniers. Habitué des plateaux télévisés, son discours nerveux et son allure simple ne laissent pas les Français indifférents. Sa popularité est grande.

Sabine Herold, ancienne présidente d'Alternative libérale et auteure du « Bouffon de Sarkozy » avait, en 2009, considéré que le premier gagnant de cette popularité médiatique n'était pas Olivier Besancenot, mais le président de la République. Elle explique :

    « En ayant un discours sympathique envers Besancenot, Sarkozy a poussé le PS à se radicaliser pour récupérer les votes des Français de gauche séduits par le leader du NPA. »

Effrayé par un PS se déplaçant vers la gauche, l'électorat centriste du parti aurait rejoint Sarkozy : avoir un ennemi inquiétant est un moyen de souder sa propre majorité. Elle continue :

    « Au moment de la crise économique, Sarkozy a eu une politique interventionniste. Faire référence à un ennemi médiatique qui appelle à la même chose permet de relativiser ce choix économique. » (Voir la vidéo)


Christian Piquet, ex-NPA et porte-parole de la Gauche unitiaire, troisième composante du Front de Gauche, comprend pourquoi Besancenot a laissé faire :

    « Il y a certainement trouvé un avantage au sens où il a cru que cela servait son discours selon lequel le NPA était au centre du jeu politique. Cela l'a conforté dans sa volonté d'isolement par rapport au reste de la gauche. »

Refusant de s'allier aux autres partis d'extrême gauche, trop proches selon lui du PS, Besancenot aurait ainsi fait le jeu de l'UMP en exacerbant l'image d'une gauche divisée.
« Une contradiction à laquelle il fallait trouver une solution »

Le temps a passé, Besancenot ne se représentera pas. Dans son courrier, il a annoncé prendre ses distances avec les médias. Conscient d'avoir personnalisé le parti avec à son jeu médiatique, il ne souhaite pas se représenter pour une troisième fois. Il affirme son refus d'être un candidat rituel, se pose contre la personnification du pouvoir :

    « Il y a quelques années déjà, j'avais clairement prévenu que je ne comptais pas prendre un abonnement à l'élection présidentielle, parce que je n'aspirais pas à en être l'éternel candidat d'extrême gauche.

    Depuis de nombreux mois, je fais aussi partie de ceux qui mettent en garde notre parti contre les risques politiques de la personnalisation à outrance. »

En avril dernier, la transmission de son statut de porte-parole à deux femmes allait déjà en ce sens. Christine Poupin est l'une d'entre elles. Elle explique que la médiatisation accrue de Besancenot est un phénomène sur lequel le NPA s'est interrogé et auquel il a décidé de réagir :

    « C'est sûr qu'il y a eu une grande contradiction entre vouloir être le parti des anonymes, contre le système de présidentialisme et être une personne extrêmement connue. Olivier était la personne qui était au cœur même de cette contradiction. »

Entraîné par « la politique de starisation des médias »

Cependant, la nouvelle porte-parole n'accorde aucun crédit à la thèse défendue par Sabine Herold ou par le journaliste Renaud Dély – auteur de « Besancenot, l'idiot utile du sarkozysme » :

    « Je ne pense pas que cela ait joué, il y avait des divisions, sur la question de l'isolement du NPA il est vrai, mais pas sur la médiatisation de Besancenot. »

Gildas Loirant, qui a quitté le parti en mars dernier, partage cependant le point de vue de la nouvelle leader :

    « La politique de starisation des médias l'a entraîné dans cet engrenage, ce n'était certainement pas une volonté. Ce n'est pas quelque chose qu'on peut lui reprocher : la politique ne doit pas passer que par les médias, mais doit tout de même y être présente. »

Olivier Besancenot, « c'est du réchauffé »

Les divisions au sein du parti ont aussi été très fortes : le NPA a vécu plusieurs saignées de militants, annonçant collectivement leur départ. Gildas Loirant regrette :

    « Besancenot s'est trouvé au sein du NPA à défendre une position qui était majoritaire à la direction, mais minoritaire dans le parti. En refusant constamment le dialogue avec la gauche, il a perdu en influence, il n'a jamais réussi à dépasser la barre des 5% aux élections. »

Selon Sabine Herold, c'est ce qui explique que Besancenot ne soit plus si adulé par les médias et la droite :

    « Finalement, le discours médiatique n'a pas pris. A l'extrême gauche, c'est à présent Mélenchon qui renouvelle le discours politique. Présent depuis dix ans, Besancenot, c'est plutôt du réchauffé. »

Marine Le Pen garantit le spectacle médiatique

L'UMP ne se soucierait donc plus d'encenser l'ancien porte-parole du NPA :

    « Ce n'est plus un bon client médiatique. A présent, c'est Marine Le Pen qui aurait ce rôle : c'est elle qui menace la droite en mordant sur l'électorat populaire, c'est elle qui garantit un spectacle à chaque apparition télévisée. »

Dix ans après son arrivée sur la scène politique en tant que leader, Besancenot semblerait donc « has been » aux yeux de l'UMP. Sa déclaration a attristé Christian Picquet, qui « pense à tous ces anciens camarades militants ». Pour lui, le facteur restait pourtant l'héritier naturel pour 2012.

Sabine Herold tient elle à saluer avant tout le courage de l'homme et du NPA à un plus large degré :

    « Avoir Besancenot comme candidat était une facilité : il est charismatique et emblématique. On avait déjà essayé de faire intervenir d'autres militants dans les médias, mais c'était lui ou rien. »

Le faible score du NPA aux dernières élections n'est donc en rien dû à ce phénomène, selon elle. Au contraire, assumer le choix de la dimension collective du parti, même au niveau des postes les plus hauts, est aussi louable que risqué.

Je vous fait partager mon ramassis de c... du dimanche ! :mrgreen:
Oh oui, c'est sur ça, le P.S a du s'aligner sur la vraie gauche pour ne pas perdre son électorat  8|, nan mais elle a fumé du crack la journaliste ou quoi ?  :mrgreen: :mrgreen: (N.B : Ca aurait été cool que le NPA permette de gauchiser un peu le P.S :diable:, mais non c'est pas vraiment le cas quoi)

Besancenot s'est trouvé au sein du NPA à défendre une position qui était majoritaire à la direction, mais minoritaire dans le parti.
Ca c'est faux, c'est de la pure intox ! O.B a toujours défendu la ligne majoritaire !!!
(Et moi j'dis ça, j'men fous, j'suis plutot dans la tendance encore à sa gauche,donc bon  :mrgreen:)

Et last but not least : Le témoignage de Picquet !!! Non mais : :mdr1: :mdr1:

Aboutd'nerf-iste

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #19 le: 08 mai 2011 à 13:07:38 »
j'ai lu cet article hier et je me suis dit la même chose "elle a fumé du crack la journaliste"  et elle est restée bien trop longtemps dans les vapeur de sa fumette, la pauvre :nono:

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #20 le: 20 mai 2011 à 12:30:24 »
Citer
La gauche après "les hommes providentiels"

LEMONDE.FR | 19.05.11 | 09h22  •  Mis à jour le 20.05.11 | 09h16

Et si le retrait de la course présidentielle de l'ancien porte-parole du NPA, Olivier Besancenot, était plus important pour l'avenir de la gauche que les commémorations mitterrandolâtres du 10 mai 1981 ou que la compulsion médiatico-politicienne autour de "l'affaire DSK" ?

J'ai été un enfant enthousiaste du 10 mai, lycéen adhérant au Parti socialiste (PS) en 1977. François Mitterrand a pris le PS sur sa gauche en 1971, il l'a laissé bien à droite. Nous voulions rompre avec le capitalisme : les gouvernements socialistes ont accompagné à partir de 1983 sa brutale phase néolibérale. Et le pouvoir personnel d'un politicien habile a prospéré au sein des institutions de la Ve République, jadis décriées. Toutefois notre "homme providentiel" a surtout été ballotté par des circonstances lui échappant, accompagnées par une rhétorique vaguement littéraire, remplacée ensuite par la langue de bois technocratique des dirigeants socialo-capitalistes du FMI et de l'OMC.

Jeunes socialistes, nous avions mal perçu une injonction au cœur du Mai 68 libertaire : pas de politique alternative sans un autre rapport à la politique ! Nous nous sommes rendu compte, depuis, que des logiques de monopolisation des pouvoirs avaient lourdement grevé les possibilités de construction d'une société post-capitaliste démocratique, que cela soit sous la forme soft d'expériences parlementaires ou dans des formes totalitaires. Après presque deux siècles d'échecs des tentatives pour s'émanciper du capitalisme, nous avons maintenant compris que l'anticapitalisme ne peut aller sans critique libertaire de la professionnalisation politique et de la domination des représentants sur les représentés.

Olivier Besancenot vient d'exprimer en acte cette éthique libertaire en refusant d'être pour une troisième fois candidat à l'élection présidentielle. Dès le départ, il avait choisi de garder son emploi à la Poste, les pieds enracinés dans les contraintes du travail salarié et dans les sociabilités professionnelles. Comment être porte-parole des aspirations des opprimés, en se coupant d'eux pour barboter dans les mares voisines des Z'élites politiciennes, technocratiques et patronales ? Comment enrayer les dynamiques d'appropriation hiérarchique des pouvoirs en demeurant un représentant toute sa vie ? Finissons-en avec les hommes (ou les femmes) "providentiels" comme avec les médiocres croche-pattes de couloirs pour savoir qui sera le prochain, tout en tenant en façade des discours compassés ! Une démocratie réellement citoyenne n'a rien d'une oligarchie inamovible.

Dans cette perspective, les élections, délégant le pouvoir à des représentants, ne constituent qu'une composante secondaire, mais nécessaire, d'une démocratie plus large, redonnant au démos les rênes. Il s'agit d'inventer une nouvelle galaxie démocratique dé-professionnalisée mettant en tension les procédures directes, le participatif, le délibératif, le tirage au sort et le représentatif. En attendant, pas de sortie de la double tutelle emboîtée du capitalisme et de la professionnalisation politique sans implication directe du plus grand nombre, si l'on vise une auto-émancipation.

Le retrait d'Olivier Besancenot fait aussi droit aux exigences légitimes de la vie personnelle face aux disciplines organisationnelles. L'émancipation, indissociablement individuelle et collective, ne peut plus, dans nos sociétés individualistes, s'abîmer dans la primauté exclusive des contraintes collectives sur les désirs intimes. Dans son geste, s'esquissent des échanges plus équilibrés entre niveau individuel et niveau collectif au sein des organisations de transformation sociale. Et se dessine une nouvelle modalité de la forme parti basée sur la coopération des individualités, et donc ni leur écrasement au nom de "l'intérêt supérieur de…", ni l'aplatissement de l'espace commun sous le poids des ambitions des "homme providentiels". Encore une fois, une manière de faire avancer en acte un débat de société !

On comprend que nombre de journalistes politiques et d'éditorialistes préfèrent se mirer le nombril en glosant sur Mitterrand, sur "l'affaire DSK" ou sur le futur bébé Sarkozy. Un strabisme corporatif leur fait confondre le petit monde de la politique professionnalisée avec le vaste monde. Une telle vision étriquée de la politique fait peu de place aux citoyens autrement qu'instrumentalisés dans les commentaires des sondages. Le nez médiatique est pris dans le guidon d'une "actualité" tyrannisée par les scintillements sans cesse recommencés de l'immédiat et formatée par les "côtes de popularité", les "petites phrases", les "révélations" de pacotille et autres "images chocs".

Avec la décision d'Olivier Besancenot, "la politique autrement" n'est plus un slogan marketing ou un "créneau" supplémentaire pour professionnels de la politique montants ou aspirants (de la vénéneuse Marine Le Pen au gentil Arnaud Montebourg, en passant par les petit(e)s dernier(e)s d'Europe Ecologie-Les Verts). Quant à la gauche de la gauche, elle a encore moins besoin du énième Tartarin politicien aux discours anticapitalistes si elle veut être à la hauteur de ses espérances émancipatrices. Les défis sont plus profonds et devant nous. Merci à Olivier Besancenot de nous avoir aidés, par la pratique, à les formuler. La gauche pourrait davantage exister pleinement après "les hommes providentiels" !

Philippe Corcuff est l'auteur du B.a.-ba philosophique de la politique pour ceux qui ne sont ni énarques, ni politiciens, ni patrons, ni journalistes (Textuel, 2011)
Philippe Corcuff, sociologue
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #21 le: 20 mai 2011 à 12:44:02 »
Citer
le seul candidat de ma génération
Le clivage des générations ? Le Who, les années 60, tout ça ?
On en est encore là ?
Il faut écouter les anciens !
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #22 le: 20 mai 2011 à 13:16:05 »
oblomov  en France on est comme dans une espèce de bulle vieillissante ou on a pas sa chance avant 60 ans,  intéressant ce billet  :super:

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Re : le N P A
« Réponse #23 le: 20 mai 2011 à 15:57:10 »
oblomov  en France on est comme dans une espèce de bulle vieillissante ou on a pas sa chance avant 60 ans,  intéressant ce billet  :super:

ouep en gros à partir du moment ou les fonctions cérébrales commencent à partir en kouilles ! :bigtong:
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #24 le: 20 mai 2011 à 18:03:23 »
L'éternel dilemme, les jeunes ne savent rien, les vieux ne peuvent rien...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : le N P A
« Réponse #25 le: 23 mai 2011 à 11:58:52 »
Citer
à partir du moment ou les fonctions cérébrales commencent à partir en kouilles !


Donc, d'après vous, une femme n'a aucune chance...

Un petit cadeau pour cervesia


 :mdr1:

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5009
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : le N P A
« Réponse #26 le: 23 mai 2011 à 12:12:05 »
 :langue1:
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #27 le: 30 juin 2011 à 15:34:43 »
Up !  :mrgreen:
Citer
Philippe Poutou, candidat du NPA à la présidentielle
dimanche 26 juin 2011

Déclaration de la Conférence nationale du NPA pour l'élection présidentielle

En Grèce, en Espagne et dans l’ensemble du monde arabe, des millions de manifestants s’opposent aux politiques des classes dominantes et des Etats pour faire payer la crise aux travailleurs et aux peuples. En France, le patronat, Sarkozy et son gouvernement sont engagés dans des attaques violentes et réactionnaires contre les travailleurs, les travailleuses, toutes les femmes, les jeunes et les immigréEs. Le NPA n’a de cesse, depuis sa création de proposer l’unité la plus large pour s’opposer à ces attaques, d’impulser et de participer à tous les cadres unitaires qui permettent d’être utile dans ce sens.

A l’occasion des élections qui viennent, présidentielles et législatives, nous voulons prolonger ces batailles quotidiennes en faisant entendre la voix des exploitéEs et des oppriméEs, du monde du travail, des immigréEs, des femmes, de la jeunesse, de toutes les victimes de l’austérité mise en place par un État soumis aux banques et au patronat, qui utilise le racisme et la xénophobie pour nous diviser. A partir des positions débattues et adoptées par notre parti depuis sa fondation, nous défendrons un programme de rupture avec le capitalisme, pour un autre partage des richesses, pour que les salariéEs et l’ensemble de la population ne paient pas la crise. C’est un programme pour les luttes, pour leur généralisation. C’est la seule voie, face à la crise sociale, politique et écologique qui ne saurait se résoudre dans le cadre d’une alternance, du respect des institutions et de la propriété privée. Un programme qui ne pourra être porté que par un gouvernement des travailleurs-ses, car seul leur contrôle et leur intervention directe peuvent renverser le système et changer le monde.

Dans ce contexte, la Conférence nationale du NPA présente la candidature de Philippe Poutou à l’élection présidentielle, militant du NPA, ouvrier syndicaliste qui anime depuis des années la lutte contre la fermeture de son entreprise face à un des premiers groupes industriels mondiaux de l’automobile. Il est un candidat anticapitaliste, féministe, écologiste, antiraciste, internationaliste.

Dans ces campagnes, le NPA fera entendre une voix qui condamne sans ambiguïtés les politiques d’austérité, qu’elles soient menées par la droite ou, comme en Grèce et en Espagne, par la gauche. Une voix totalement indépendante du PS et de ses alliés. Le NPA exige l’annulation de la dette, l’expropriation des banques, leur socialisation en un seul service public financier sous le contrôle de la population et des salariéEs mobiliséEs, la défense et l’amélioration des services publics aujourd’hui attaqués sous le prétexte de la dette.

Il souhaite faire entendre une voix, qui s'appuyant sur leurs mobilisations, défende les intérêts des salariéEs contre les suppressions d'emplois, pour l'interdiction des licenciements, la partage du temps de travail et pour des augmentations de salaires (300 euros nets d’augmentation, aucun salaire en dessous 1600 euros nets, indexation des salaires sur les prix) et pour en finir avec la souffrance au travail.

Une voix qui, quelques mois après la catastrophe de Fukushima, exige la sortie du nucléaire et l’expropriation d’EDF, GDF-Suez, Areva, Total… en un service public permettant une planification énergétique.

Une voix pour l’égalité des droits, pour la régularisation de tous les sans papiers, contre toutes les lois et les discours racistes, notamment la stigmatisation des Roms et des Musulmans. Une voix qui combatte le Front National, qui cache son soutien à toutes les attaques capitalistes derrière un discours pseudo-social.

Une voix qui dénonce et combatte fermement l’oppression des femmes, lutte contre toutes les discriminations et violences qu’elles subissent dans la sphère publique comme privée. Une voix qui lutte contre les discriminations que subissent les personnes lesbiennes, gays, bi, transgenres et inter sexes.

Une voix qui refuse la toute puissance du patronat et des banques, qui se bat pour une démocratie réelle, comme l’exigent les Indignés de la Puerta del Sol à Madrid, les manifestants grecs de la place Syntagma et les révolutionnaires du monde arabe. Une voix qui exprime sa solidarité avec toutes les luttes des opprimés, à commencer par celle du peuple palestinien.

Une voix pour construire une autre Europe, fondée non sur la concurrence mais sur la solidarité. Une Europe des travailleurs et des peuples. Une voix qui s’oppose aux interventions militaires et économiques de l’impérialisme français.

Dans les prochaines échéances électorales, nous ferons entendre un programme d’urgence, nous défendrons une politique aussi fidèle aux intérêts des travailleurs, que la droite et l’UMP, actuellement au gouvernement, le sont aux intérêts des riches.

Nous avons devant nous une bataille difficile et bien des obstacles. Dans un premier temps nous devons réussir toutes et tous ensemble à surmonter le barrage des 500 parrainages d’élus que la loi antidémocratique nous impose. Des divergences se sont exprimées au cours de la préparation de la Conférence nationale et en son sein. Notre parti doit maintenant se rassembler autour des exigences fondamentales qui nous réunissent.

Notre campagne associera une direction collective et des porte-paroles de campagne, dont nos deux porte-paroles nationales et Olivier Besancenot. Elle s’appuiera sur l’ensemble du parti. Nous appelons toutes celles et ceux qui le souhaitent à prendre leur place dans notre combat collectif.

Nanterre, le 26 juin 2011.


Source

Voilà les premières infos concernant notre camarade ouvrier syndicaliste chez Ford qui sera notre candidat à la présidentielle.
Si vous voulez se foutre de sa gueule, genre "oh son nom veut dire bisou", ben, pfff... Aller lire CSP. Ou Atlantico. Qui attaque sur la même chose (oui, ça sucks :pasdrole:).

Bref, ici, essayons de rester constructifs. :merci: :merci:

Je suis sure qu'il y'aura des avis négatifs sur notre candidat, et ça me va, j'ai hate de débattre :super:, mais justement ici j'attend autre chose que les portraits parano et hystériques dressés dans la presse ces derniers temps... "Gnniiii sectaires, gniii repli identitaire" :pascontent1:

Alors pour ma part, je me lance. Choix cohérent quand on sait que le dernier congrès du NPA a tout simplement acté de mettre au premier plan les travaileurs, précaires, habitants des quartiers populaires etc, contrairement au courant unitaire dont la priorité était le dialogue avec la gauche radicale. Ceci n'est pas une vue de l'esprit, mais bel et bien l'extrait d'un compte rendu de la conférence nationale. :mrgreen:

Je peux juste regretter que ce ne soit pas un militant plus jeune ou encore une femme...

Voilààà !  :mrgreen:
A vous ! :fleur2: :fleur2: :fleur2:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : le N P A
« Réponse #28 le: 30 juin 2011 à 16:34:41 »
Poutou ? Après avoir élu quelqu'un qui s'appelle "danslamerde" (traduction du magyar "sarkozy"), qui nous y a mis et qui va nous y laisser, on peut accepter n'importe quel nom ! Et d'ailleurs, on ne peut lui reprocher, à ce Monsieur Poutou, de s'appeler ainsi !
Laissons-le parler ! Après, on jugera !
Il est toutefois fort dommage qu'il n'y ait pas eu de cohésion entre le NPA et le FdG/PC

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : le N P A
« Réponse #29 le: 30 juin 2011 à 18:44:29 »
Oulà. Hughes Serraf qui aurait la même opinion que CSP  :triste1:...

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #30 le: 04 juillet 2011 à 12:22:56 »
Citer
Philippe Poutou?: «?un ouvrier candidat, pas le candidat ouvrier?»
lundi 4 juillet 2011

Publié dans : Hebdo Tout est à nous ! 109 (30/06/11)


C’est par ces mots de Philippe Poutou que se termine l’article de Libération du mardi 28 juin qui lui est consacré, intitulé?: Philippe Poutou, un ouvrier pour relancer la machine. La «?machine?» en question, c’est le NPA, décrit dans un autre article de la même édition comme ayant connu, lors de la conférence nationale du week-end dernier «?une nouvelle fracture. Peut-être la dernière?»... résultat de deux années au cours desquelles le NPA aurait «?dilapidé?» tout un «?capital militant?». Deux ans au cours desquels le NPA aurait réduit à néant «?l’espoir?» mis par beaucoup dans une formation qui promettait alors d’être «?le relais du mouvement social, orphelin de débouchés politiques?»...

La presse se complaît à accentuer les tensions provoquées par les débats démocratiques qui divisent aujourd’hui notre parti. Mais elle comprend aussi que la candidature de Philippe est l’occasion pour la grande majorité des camarades de se rassembler, sans taire les divergences ni clore les débats bien évidemment. La vraie crise n’est pas au sein du NPA mais secoue toute la société, et face à cette crise, les militantEs ont envie de faire vivre l’unité du parti, dans l’action, pour porter les idées et le programme qui nous réunissent.

Philippe rend concrète et crédible cette perspective. «?Ouvrier candidat?», il répond au besoin, à la nécessité d’appeler ceux d’en bas, les classes exploitées et opprimées, à relever la tête, à se battre pour leur droit, ce besoin, cette nécessité dont parlait Olivier Besancenot dans la lettre où il annonçait son choix de ne pas être candidat. Le relais est passé, et il est bien passé, les premières réactions qu’il a lui-même recueillies auprès de ses camarades de travail, que chacune et chacun ont pu entendre, en témoignent.

Cela ne surprend pas quand on sait que Philippe est un militant dont toute la vie, depuis sa prime jeunesse, a été marquée par la révolte contre les injustices sociales, l’aspiration à d’autres rapports humains, une autre société. Fils d’une famille populaire, son père, à la retraite aujourd’hui, était postier, il a commencé à militer dès l’âge de 17 ans, avec des copains se disant anarchistes avant de rejoindre le groupe Lutte ouvrière de Bordeaux. Il en est exclu en mars 1997, avec la quasi-totalité des militants de Bordeaux et de Rouen pour avoir pris au sérieux l’appel d’Arlette Laguiller à construire un nouveau parti des travailleurs, pour avoir voulu poursuivre, alors que la direction effectuait un repli sur elle-même, la construction d’un regroupement des forces révolutionnaires, l’unité Lutte ouvrière-Ligue communiste révolutionnaire. Il participe alors à la construction et à la vie du groupe Voix des Travailleurs qui poursuit cette politique. En juillet 2001, la fusion-intégration avec la LCR en est l’aboutissement. Une étape puisque Philippe a ensuite pris toute sa place dans la construction du NPA, il est membre de la direction départementale girondine.

La vie politique de Philippe est intimement liée à son combat social. Après des années de galère et d’intérim, il est embauché à l’usine Ford de Blanquefort, près de Bordeaux, en 1996, où il devient un militant syndical actif, sans renoncer pour autant à son combat politique. Pour lui, militantisme social et militantisme politique sont indissociables. Il a été candidat à diverses élections, pour la LCR, puis pour le NPA, entre autres comme tête de liste en Aquitaine lors des dernières régionales, tandis qu’il poursuivait, en tant que secrétaire de la section CGT de Ford, le combat que mènent, depuis plusieurs années, les salariés de l’usine contre sa fermeture, multipliant les initiatives – dont deux «?descentes?» au salon de l’automobile –, cherchant à s’associer, en permanence et avec succès, le soutien des autres salariés, l’aide des autres forces politiques de gauche et celle des collectivités locales.

Alors oui, Philippe est un ouvrier candidat, un «?candidat du mouvement social?», un travailleur qui fait de la politique. Comme à l’occasion de chaque combat quotidien, il sait qu’une fois encore il aura à contribuer à rassembler les forces, à l’intérieur de notre parti bien sûr, mais plus largement les forces du monde du travail et de la jeunesse pour faire face à la crise provoquée par les politiques des classes dominantes et porter une autre perspective.

Daniel Minvielle

 :super:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #31 le: 04 juillet 2011 à 12:35:27 »
souhaitons lui de réunir les 500 signatures et de convaincre ceux qui ne le connaissent pas :super:

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : le N P A
« Réponse #32 le: 06 juillet 2011 à 14:09:19 »
Il les réunira, sans trop de difficultés. Il est dans l'intéret du PS qu'il y ait plusieurs candidats de gauche pour diviser les votes et leur permettre de continuer à dominer. (considérant que le PS n'est pas de gauche dans la phrase)
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Re : le N P A
« Réponse #33 le: 06 juillet 2011 à 14:19:56 »
Il les réunira, sans trop de difficultés. Il est dans l'intéret du PS qu'il y ait plusieurs candidats de gauche pour diviser les votes et leur permettre de continuer à dominer. (considérant que le PS n'est pas de gauche dans la phrase)

si tenté qu'ils dominassent encore quelque chose.... ::d
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : le N P A
« Réponse #34 le: 06 juillet 2011 à 16:40:39 »
Bhah, ils font figure de principal parti d'opposition. (cette bonne blague!)

Hollande en cuir avec des chaines, ce n'est pas encore pour tout de suite. Pas d'inquiétudes.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : le N P A
« Réponse #35 le: 06 juillet 2011 à 18:44:56 »


(...ou certaines scènes ne sont pas faites pour être imaginées)
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne Rodimtsev

  • Smart Citoyen
  • Messages: 1908
Re : le N P A
« Réponse #36 le: 13 juillet 2011 à 13:57:51 »
ce texte concerne certes la primaire des verts mais en réalité je l'ai écrit par ce que cette élection m'a inspiré en tant que militant du NPA et votant de la position C au congrès qui s'est tenu récemment. voiloù! :merci:

Les verts ont choisi Eva JOLY en lieu et place de Nicolas HULOT pour les représenter à la présidentielle de 2012.
Je ne suis pas vert, je ne sais pas quelle est la teneur des débats internes qui ont agité le microcosme de ce parti durant les primaires. En revanche, je sais que ceux qui se revendiquaient « identitaires » (i.e. pas prêts à tout pour des pourcentages aux élections) ont subi des attaques du même tonneau que d’autres personnes en d’autres lieux partidaires ont subi.
Ainsi, ceux qui refusent de céder sur les principes qui fondent leur engagement politique en échange d’un plat de lentilles électorales sont des « sectaires », qui prônent une idéologie « fermée » contrairement aux adeptes de « l’ouverture », vertueux représentants de la démocratie telle qu’elle doit se concevoir au XXIème siècle.

Cette victoire d’Eva JOLY a été fort peu commentée au sein de mon microcosme politique, ce qui s’explique par le caractère insignifiant d’un tel événement mais aussi et surtout parce qu’en l’espèce il démontre une chose que d’aucuns n’ont pas intérêt à entendre ou à lire : les valeurs d’un parti ne se bradent pas. Quelles qu’elles soient, ceux qui les font vivre ces idées par leur action sur le terrain, sur le net, par leurs cotisations aussi accessoirement, par le temps passé en réunions etc… sont unis autour d’un socle de valeurs qui fondent leur envie de se battre pour un projet commun.

Les militants d’un parti se battent donc pour des idées qui sont non négociables. Ils ne s’embarrassent pas de savoir si leurs idées sont modernes, médiatico-compatibles, ils veulent juste ne pas voir les voir foulées aux pieds par le premier aventurier ou imbécile venu.

Pour en arriver au point final de ma courte démonstration et atteindre le nœud du problème que je souhaite dénouer, le vote des militants verts est, avec retard, une gifle pour tous ceux qui ont reproché aux militants du NPA de refuser une dangereuse dérive sociale démocrate et de clairement exprimer leur rejet des alliances à contre-nature à visée électoraliste. Pour tous ceux qui les ont traités de sectaires et de rétrogrades.
Qu’il s’agisse de fumistes « spécialistes » de la chose politique analysant le « repli » du NPA sur lui même ou même de camarades du parti ayant annoncé leur intention de faire campagne pour Mélenchon, voire d’ex-camarades de Parti et néanmoins toujours copains se gaussant de la manière la plus idiote qui soit du nom du candidat que le NPA présentera en 2012 aux présidentielles, tous ces gens que l’on n’a que trop lus et entendus durant les deux années qui viennent de s’écouler, se sont pris une droite dialectique en pleine face et venus d’un camp duquel on attendait tout sauf ça !

Que ceci leur soit une leçon : refuser de céder sur les valeurs politiques que l’on estime essentielles ne relève pas du sectarisme ou d’un réflexe de repli sur soi. Non. Cela s’appelle être conséquent politiquement.

Toutes choses qui échappent à nos nombreux « analystes » et autres « savants » de la tambouille électoraliste….
« Modifié: 28 juillet 2011 à 20:27:47 par Rodimtsev »
Tuons les tous, si nous ne savons pas pourquoi, eux le savent


Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #37 le: 28 juillet 2011 à 19:01:36 »
Citation de: Rod'
Les militants d’un parti se battent donc pour des idées qui sont non négociables. Ils ne s’embarrassent pas de savoir si leurs idées sont modernes, médiatico-compatibles, ils veulent juste ne pas voir les voir foulées aux pieds par le premier aventurier ou imbécile venu.

+1  :super:
Je rajouterais simplement, que sans brader ses idées, les militants d'un parti élaborent aussi une propagande décomplexée envers les travailleurs, afin de chercher à massifier leurs "troupes" (comment ça je prend le NPA pour l'Armée Rouge ? :gene:).

Pour se faire, sans renier leur idéologie, les militants se doivent de prendre garde à une certaine forme de dogmatisme, en tenant compte de la présente réalité politique et en proposant un programme : de sortie du capitalisme vers le Socialisme (programme de transition) pour notre cas.

 :merci: :merci: :merci:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #38 le: 04 août 2011 à 12:33:00 »
Citer
Contre un "système de dingue", Poutou (NPA) prône les "luttes sociales"

(AFP) – Il y a 21 heures

PARIS — Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) à la présidentielle, a estimé mercredi sur RMC que face à "un système de dingue", la solution passe par "des luttes sociales".

"C'est un système de dingue: les Etats se sont endettés à une époque où ils faisaient des cadeaux fiscaux", a estimé M. Poutou, ouvrier à l'usine Ford de Blanquefort (Gironde) et candidat désigné par le NPA en juin, alors qu'il était interrogé sur la crise de la dette.

"Les grosses entreprises paient de moins en moins, les riches paient de moins en moins, du coup l'Etat s'endette, on emprunte aux banques, on refile (à celles-ci) du pognon, et après on paie (la dette) en réduisant les budgets sociaux", a poursuivi celui qui se définit comme "révolutionnaire".

"Et après, c'est les attaques contre le service public, c'est ce qui se passe au Samu social, il n'y a plus d'argent pour aider les gens (...) et c'est une société qui se dégrade profondément", a déploré M. Poutou.

Face à "ce monde-là qu'on a envie de dénoncer (...), ce qui se passe en Grèce, au Maghreb, en Espagne, les luttes sociales, c'est ça l'issue!", a-t-il lancé, appelant à ce "qu'à un moment donné, des millions de gens se battent".

"Depuis 20 ans, on nous explique qu'il faut privatiser, qu'il faut baisser les salaires, qu'il faut supprimer les emplois, mais on s'aperçoit que ça aggrave toujours plus la situation", a t-il estimé.

Et de conclure: "C'est donc l'inverse qu'il faut faire! (...) C'est parce qu'on embauchera, c'est parce qu'on augmentera les salaires, c'est parce qu'on développera les services publics que la société fonctionnera mieux!".

 :frime1:

Ben moi je suis fière d'entendre notre candidat tenir ce genre de discours, alors c'est peut-être pas assez "policé" pour certains, mais ça a le mérite d'être clair sans être caricatural...  :super:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne TheTwit

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 3957
Re : le N P A
« Réponse #39 le: 04 août 2011 à 15:25:20 »
Citer
J'ai une idée,probablement idiote, et je me pose une question : au lieu de distribuer des milliards aux banques et gouvernements des pays en quasi-faillite,ne pourrait-on pas en distribuer une bonne partie aux ménages,qui certes la dépenserait en vitesse,ce qui relancerait l'économie.

Anonyme. Journal "Le Monde"

Je trouve merveilleuse cette idée d'une logique implacable :super:
« Modifié: 04 août 2011 à 15:31:26 par TheTwit »

Hors ligne kiosk

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4718
    • Pôv' con
Re : le N P A
« Réponse #40 le: 17 août 2011 à 19:36:40 »
C'est keynésien. La redistribution aux plus défavorisés permet d'augmenter la consommation. Si vous avez déjà tout ce dont vous avez besoin, vous n'allez pas acheter en double ce que vous possédez déjà. Vous en profiterez pour remplacer des équipements existants, mais de loin en loin. Si vous manquez de tout et que l'on augmente vos revenus, vous allez vous équiper aussi vite que l'argent rentrera. Donc vous allez augmenter la consommation, donc la demande, et donc les entreprises auront du boulot, elles pourront embaucher des chômeurs qui à leur tour consommeront puisqu'ils en auront désormais les moyens.
Mais il ne faut pas être pingre. Si vous ne redistribuez pas assez, les gens achèteront du made in ailleurs, et donc les entreprises locales n'en profiteront guère.
Les capitalistes aiment bien Keynes, libéral comme eux, et qui n'a pas dit que cela. Mais justement, quand ils en arrivent à la redistribution équitable, ils lèvent le nez, regardent ailleurs, et font semblant de ne plus connaître ce sale communiste. Ils veulent bien appliquer les théories de Keynes, mais pas celle-là. L'ennui, c'est que du coup le reste ne marche plus.
N'en déplaise aux bas du front et autres excités de la récidive, les statistiques sont formelles : les individus ayant commis au moins un crime sont plus nombreux que ceux qui en ont commis deux ou plus.

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Re : le N P A
« Réponse #41 le: 17 août 2011 à 20:04:39 »
Ils veulent bien appliquer les théories de Keynes, mais pas celle-là. L'ennui, c'est que du coup le reste ne marche plus.
C'est un peu le concept... Cela étant, ces derniers temps, il y a quelques sursaut de réflexion en ce sens. Ils ne seront pas suffisants car il est beaucoup trop tard pour lambiner, mais cela va bien dans le sens de ma théorie comme quoi le progrès est intrinsèquement de gauche, et qu'il n'y a pas d'évolution bénéfique sans un glissement général à gauche du spectre politique;
Ce glissement, nous l'observons depuis la renaissance, c'est une dynamique de fond, elle n'a jamais été brisée. Les moments d'oubli ne sont à cette échelle que des épiphénomènes.

Le programme de l'UMP est de gauche par rapport à peu ou prou n'importe quel programme politique de 1848. Parce que le monde à évolué à la gauche de la gauche de cette époque. Dans 100 ans, les idées du NPA seront si dépassées par la gauche que l'UMP du siècle prochain n'oserait pas les appliquer tellement ça cassera les acquis sociaux de nos futurs descendants.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : le N P A
« Réponse #42 le: 18 août 2011 à 09:27:53 »
Citation de: Lady Marwina
Le programme de l'UMP est de gauche par rapport à peu ou prou n'importe quel programme politique de 1848. Parce que le monde à évolué à la gauche de la gauche de cette époque. Dans 100 ans, les idées du NPA seront si dépassées par la gauche que l'UMP du siècle prochain n'oserait pas les appliquer tellement ça cassera les acquis sociaux de nos futurs descendants.

Trop contente je suis. Dans 100 ans, ce sera le Socialisme. :frime1:
M'en vais vite faire une tripotée de bambins, pour que mes petits-enfants puissent en profiter. :mrgreen:


 :bigtong: :bigtong: :bigtong:
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : le N P A
« Réponse #43 le: 08 novembre 2011 à 09:41:29 »
J'aurai vraiment pas aimé être à sa place (à propos de Poutou invité chez Ruquier) :

http://www.acrimed.org/article3712.html

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : le N P A
« Réponse #44 le: 08 novembre 2011 à 10:52:44 »
Citer
Dans 100 ans, ce sera le Socialisme.
Moi, je jouerais bien les prolongations, rien que pour voir ça !  :mrgreen:

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : le N P A
« Réponse #45 le: 08 novembre 2011 à 15:16:29 »
Excellent article sur la prestation de Poutou chez Ruquier:
Citer
Ce fut une longue démonstration de naïveté, de sincérité, de gentillesse désarmantes, face aux leçons admonestées par les présentateurs, les chroniqueurs et les invités (prestation globale que l’on pourrait résumer sous le titre de Dîner de cons).
[...]
Comme on aurait aimé qu’il se lève, et leur dise : «Regardez-vous, ô confortablement assis, qui avez place réservée et rond de serviette à la télé, qui festoyez avec les puissants, qui avez tué père et mère pour arriver là, convaincus que vous êtes d’être les plus légitimes, les plus brillants, les plus drôles, les plus justes. C’est bien vous, qui n’avez pas de mots assez durs contre le cumul des mandats et les fripouilles politiques, c’est bien vous qui me reprochez mon amateurisme ? Vous ne voyez pas comme on en crève, de tous les arrivistes, les cumulards, qu’il faut sortir les pieds devant, du cumulard Montebourg, de la parachutée Royal, de l’indécence des Dati et des Fillon qui s’arrachent ? Et parlons donc de ma sincérité: c’est bien vous qui fustigez dans tous les micros la langue de bois des professionnels, c’est bien vous qui me reprochez ce soir ma transparence et ma sincérité?».
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : le N P A
« Réponse #46 le: 08 novembre 2011 à 15:45:14 »
Je vois que personne n'a lu mon message...

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19237
Re : le N P A
« Réponse #47 le: 08 novembre 2011 à 16:35:44 »
En fait, si.  :fleur2: :fleur2: Je pense que Lady voulait apporter un autre point de vue, j'avoue que pour ma part que je préfère un peu l'article d'acrimed. Je n'ai pas aimé le fait que libération dise qu'il fallait "mentir" "comme mélenchon, comme montebourg". Je ne suis pas d'accord, même si je ne suis pas mélenchon à chaque intervention, je ne l'ai jamais entendu mentir.
Je trouve l'article d'acrimed plus fouillé, en fait.

Désolée pour la réponse tardive, des fois on lit mais on n'a pas le temps de faire part de son sentiment.  :gene1: :gene1:

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : le N P A
« Réponse #48 le: 08 novembre 2011 à 16:39:51 »
C'est Schneidermann en fait, de @SI qui a écrit sa chronique. Et Mélenchon avait "menti", ou disons "s'était trompé", sur le plateau de Ruquier quand la furie Audrey Pulvar et le mesquin De Closets le contredisait sur une étude d'un économiste de Natixis.

Et en fait je me suis senti un peu snobé...
« Modifié: 08 novembre 2011 à 16:41:39 par ElectricEye »

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : le N P A
« Réponse #49 le: 08 novembre 2011 à 16:47:02 »
j'aime bien l'article d'acrimed aussi, tout ce que j'ai envie de dire en lisant cet article EE c'est des insultes donc je m’abstiens :]