Auteur Sujet: Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas  (Lu 522 fois)

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Bon, j'ouvre ce fil, non spécialisé parce que les luttes ne vont pas se "limiter" au massacre du Code du Travail, et car on a déjà avec le traitement médiatique réservé à la première manifestation hier, et la stratégie de l'exécutif qui va avec, une idée de la manière dont, le plus longtemps possible, "ils" essaieront de manipuler la réalité de la contestation - souvenons nous, ce n'est pas vieux, la Loi dite el Khomri.... :rougefache:

Je propose donc ici que ceux qui vivent notamment, mais pas seulement, les manifs en live en témoignent, et que par ailleurs, pour le volant grèves absolument zappé aujourd'hui par les médias, chacun puisse y noter d'éventuelles remarques par rapport à son secteur thématique ou d'environnement social.

Avant de passer à mon vécu perso d'hier dans le Nord, je voudrais à tout hasard re-tordre le coup à une manip des médias préalable à la mobilisation, médias qui ont abondamment glosé sur le fait que le secteur public y était fort engagé, "alors que seul le secteur privé est concerné", (ce avec le sous-entendu habituel les fonctionnaires font grève gratos, de par leur "statut privilégié"). Alors je rappelle tout d'abord que dans le secteur public toutes fonctions publiques confondues travaillent en abondance des non titulaires soumis aux dispositions du Code du Travail, - je perso les estime aujourd'hui à un bon 25% dans les FP Territoriale et Hospitalière, pour lesquelles les Lois de 83 et 84 avaient toujours largement ouvert l'espace, - et dans la FPE, cette fois documenté par mon expérience personnelle, je les situe bien au delà des 12% d'effectifs moyens de non-titulaires autorisés, et les ai vu grimper dans mon secteur perso d'activité ces dix dernières années jusqu'à 20 %. Par ailleurs, est il utile de rappeler que les travailleurs des secteurs publics ne sont pas payés lorsqu'ils font grève - oui c'est utile c'est une idée qui continue à circuler - et autant renfoncer le clou : les fonctionnaires titulaires n'ont même pas la ressource de faire des grèves perlées pour ne pas trop entamer le portemonnaie, depuis l'amendement, Lamassoure je crois, qui retire le salaire entier d'une journée même si le p'tit gars n'a grévé qu'une demi-heure.... Enfin, je rappelle que le but ultime de Jupiyuppie est de mettre tout le monde au contrat de chantier ou mission, en abrogeant pour le compte les statuts - déjà bien entamés depuis 2007-, des agents du secteur public.
-----------------
Ma manif d'hier : elle a été précédée pro domo, par le 2 ème jour d'audition du message sur France Culture, s'excusant de l'annulation des émissions "du fait d'un appel à la grève des organisations syndicales CFDT, CGT," etc, bon c'est anecdotique mais ça le fait.  :diable:

Alors, j'y allais, à la manif à Lille, de conserve  :diable: avec d'anciens collègues de mon boulot avant retraite (FPE). Pour avoir longtemps dans mon service (70 personnes), par le passé, été seule gréviste, j'ai trouvé pas mal qu'il y en ait eu 3 hier, de grévistes.

La préfecture avait changé notre parcours le plus courant, et on a eu un petit coup de mou en arrivant au point de départ inchangé, car du coup on ne voyait quasi personne du côté où on se masse d'habitude...., mais ce fut de courte durée, et vraiment, pour avoir vécu TOUTES les manifs à Lille de 2016, celle la était une bonne, très bonne même, quantitativement je dirais 7-8 000 manifestants, pas sans doute les 10 000 annoncées par les syndicats (pas vu le chiffre des flics), mais bon pas loin du top 2 des manifs El Khomri.
Et par ailleurs, le rouge de la CGT dominait visuellement certes, mais la FSU, Sud Solidaires, FO (Pas de Calais notamment, où d'autres modes de protestation que manif s'étaient déroulés le matin en intersyndicale dont FO à Arras, Calais avait quant à elle une manif) étaient massivement là, mais de plus on avait le syndicat des chômeurs, bien nombreux  :super:, les étudiants, dont je n'ai pas repéré s'ils se revendiquaient d'un syndicat, et puis quelques JOC et CFTC (rares mais bon, symbole qui compte). Avec une belle masse de têtes grises à l'autre bout de la génération d'étudiants et lycéens, une belle communauté intersyndicale et intergénérationnelle donc, et on a été contents.

.............. Ce qui fait qu'en ayant ras le c... d'entendre sur les chaîne d'info, et les autres,  "manifestations, participation infinitésimale", ou "les syndicats ont fait la preuve de leur non-représentativité", et autres désamorçages bien assénés, j'ai eu l'idée de vous narrer ce que j'ai vu à Lille, des fois que l'on vous raconte qu'il n'y avait qu'un pelé et 3 tondus cégétistes, ce que l'on racontait déjà en 2016 lorsque nous étions à notre Top 1 de 12 000 manifestants... (on s'essoufflait  ;-) ....). Je précise en outre que les grèves ont été plutôt fortes en NPdC, secteurs privé ET public, et qu'il y a eu foule d'initiatives diverses et variées dont opérations escargot qui présagent bien.

V'là ! et donc à vous, je me suis laissé dire qu'il n'y avait quasi person à Marseille, à Brest, à Toulouse, à Strasbourg, à Bordeaux Pau Dijon et Tataouine, informez-moi, informez nous !
« Modifié: 13 septembre 2017 à 08:07:18 par old machin »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #1 le: 14 septembre 2017 à 06:37:33 »
N'ayant pas pu participer à la manifestation du 12 septembre, je ne peux malheureusement pas partager une expérience non vécue.
Cependant je tiens à dire que je suis indignée du traitement des médias et que je suis très contente de lire ce que tu écris, old.  :fleur2: :fleur2:
Merci pour ce fil et merci pour ce récit.  :fleur2: :fleur2:
A la fin c'est nous qu'on va gagner.  :mrgreen: :mrgreen:
Pourquoi ? Parce qu'on ne s'arrêtera pas tant qu'on aura pas gagné.  :diable: :diable:

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #2 le: 14 septembre 2017 à 14:58:50 »
Merci pour ton témoignage Old Machin :fleur2: Je passe rapidement sur le traitement médiatique tellement en décalage avec la réalité que même la mère Michu s'est dit "cré dui cé ty pas qui m'prennent pour un jambon" 8|

Dans mon patelin peu enclin à mobiliser, le journal a titré sur 600 à 100 manifestants . Ce qui m'a agréablement surprise mais je m'étais également étonnée de la longueur de la marche . :frime1: Notre parcours a été également changé pour un allongement du trajet . Nous avons battu le pavé pendant pus de trois heures , ce qui nous a permis de rencontrer les gens qui rentraient du travail . Les bouchons occasionnés n'ont pas provoqué de mouvements de mauvaise humeur ; au contraire l'accueil était chaleureux .  :fleur2:

Je garderai en mémoire de cette journée le sourire magnifique :mrgreen: d'une fonctionnaire de police quand j'ai crié "policiers , salariés , dans la rue" . Je sens que quelque chose se transforme ...Ce n'était pas la révolution , mais il y avait comme un air d'Insoumission .  :pompom:a

Au fait j'ai défilé sous la bannière de FO. Un journaliste m'a prise en photo avec mon brassard en train de taper la bise à un gars de la CGT  :coeur: :|

.....Nous étions qui des fonctionnaires , qui des salariés du privé, qui des petits patrons , qui des chômeurs , retraités, ,lycéens...

Le 23 Septembre sera le grand jour  :frime1:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #3 le: 15 septembre 2017 à 15:50:03 »
Excellente idée, chère vieux truc, que ce nouveau fil  :fleur2:

Ben dans la boite où je bosse (un peu plus de 100 personnes) nous n'étions que 6 grévistes ... mais il y avait eu pire ...

La manif par contre il y avait un bon millier de personnes, ce qui n'était pas arrivé dans ma ville depuis des années ! D'autant qu'il n'y avait aucun étudiant ou lycéen , sans doute parce que jour de rentrée et l'info n'avait pas encore circulé ?

Une majorité de rouge CGT évidemment, mais aussi SUD, "front social", FO, CFDT essentiellement santé-sociaux, et même UNSA. Beaucoup de FI bien sûr !

j'ai distribué tout plein de tracts et de "tchio Fakir" que j'avais commandés exprès pour. Ils étaient extrêmement bien reçus, avec de grands sourires.

Mais surtout il faut que je vous raconte : Je vais toujours voir les flics ou les militaires que je croise sur le parcours pour leur donner un tract, et d'habitude je me prenais un gros bide, refus systématique, et parfois pas sympa du tout (litote  :]) ... Ben là, TOUS les flics ont accepté, et certains avec des "merci"  8| :super:
Et quant aux militaires, ils ont refusé, mais un m'a dit : "on est désolés, mais on ne peut pas, si on était filmé ou pris en photo en train d'accepter, on aurait de très gros ennuis !"

Les enfants, je le sens bien ce mouvement, très bien même  :frime1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #4 le: 15 septembre 2017 à 18:34:43 »
Pour info, j'ai tweeté des copies d'écran de nos différents "témoignages" (des fois que vous verriez passer un truc, en vous disant "mais c'est moi qui ais écrit ça", ben ce sera de ma faute !)
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #5 le: 22 septembre 2017 à 06:49:13 »
Alors merci à toi, ô twitteuse émérite et non pas compulsive, RN !  :fleur2:

Et ake voilà mon ressenti de la manif II de Lille, (tout en précisant que je ne serai pas à la III de jeudi 28 prochain, car en route pour ailleurs, mais que je donnerai si disponible le ressenti des copains).

Alors alors, du côté P'tit Quinquin, le trajet cette fois était le bon vieux parcours, plus court  (hommage aux vieux ?  :diable: ). J'avoue, parce que nous étions un tantinet en retard, et que cela se voit mieux au statique du départ, avoir moins été à même de constater la pluralité des organisations et des générations qu'à la première, mais d'autres potes nous ont confirmé que sur ce point le pluralisme était le même que pour la une.

Quantitativement, on a été quasi unanimes à reconnaître que nous semblions légèrement  :rouge: moins nombreux qu'à la 1ère, ce que confirmerait le chiffre policier cette fois relevé de 4 000 (voir pour le coefficient du rapport Flics/Syndicats celui de Paris, qu'il me semble avoir vu à 16 000/55 000 ). Tous bien remontés mais jovialement, un petit déficit de pancartes savoureuses dans notre coin, mais bon.... Partis/Mouvement sur les trottoirs : ben ceux habituels, Pcf, NPA, LO, FI, et de petits mix même orientation.

Présence policière comme d'habitude soutenue, mais pas de fermetures de grilles notamment à la gare Lille Flandres....ils ne sont pas encore en régime 5  :mrgreen: à leur niveau. Un incident - qu'avec le mauvais esprit qui me caractérise j'aurais bien tendance à estimer intentionnel - pas de barrage de l'accès par une rue adjacente à la très grande et très large rue Nationale (environ 20-25% du parcours), il en a résulté une 1ère bagnole coincée dans la manif et ladite manif arrêtée, plus 3 autres bagnoles attendant de forcer eux aussi le passage. Le conducteur, genre manager pressé,  :rougefache: soigneusement mal rasé , semblait avoir déjà été chaud-bouillant avant même d'être coincé, et les copains interlocuteurs, au départ détendus, commençaient à prendre aussi des couleurs pas vraiment pastel... Cela s'est résolu par l'arrivée d'un CRS débloquant le gars, mais faisant aussi reculer et partir par l'arrière les autres voitures, et on a repris la route. M'enfin, tout le monde avait en mémoire que dans les manifs El Khomri, les flics, là régime 4,99  :diable:, forçaient sur cette grande rue qui y prédispose bien la manif à se scinder en paquets isolés, qu'il était dès lors fastoche d'inonder de lacrymos. Enfin, cette fois-ci, même pas mal, mais je ne saurais trop exhorter, pour les prochaines, les services d'ordre syndicaux à vérifier ex ante les barrages d'adjacentes, s'pas!

Voilà voilà, ..résumé donc, bonne manif un peu moins nombreuse que la 1ère (ça va bruire dans les médias bien comme il faut, d'essoufflement avant même respiration, de CGT et LFI concurrentes, bon..  :baille: ), qui n'a donné prise à aucun affrontement, et, certes dans une atmosphère pour l'instant non dramatisée, des flics de tous uniformes et matériels qui m'ont semblé pour l'écrasante majorité d'entre eux dans une attitude neutre/lassée/en poussant un peu, conciliante ou conciliatrice..., ce qui confirmerait l'anecdote de RN : les p'tits gars, à tout hasard, commencez à vous exercer à brailler "la police avec nous", quand on n'a pas l'habitude ça ne vient pas tout seul   :diable: !


Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #6 le: 25 septembre 2017 à 06:47:57 »
23 SEPTEMBRE, VUE DE L'INTERIEUR :
Alors, personne ici pour causer dans le poste de la Marche FI du 23 septembre ?...., bon je m'y colle  :hehe: , (un peu à l'attention spéciale de RN,  :fleur2:  désolée de ne pouvoir y être), voilà la mienne...

Je môa-je n'avais fait qu'une pancarte "à dos" le matin à toute blinde, le portrait de Jupiyuppie (dans la version hurlant "paske c'est notre projet"), avec une énorme bulle lui faisant dire "MAIS PENSEZ DONC PRINTEMPS, BANDE DE FEIGNANTS DE CONNARDS DE MERDE:gene1: , par dessus un pêle-mêle de foules de manifs, allant de la grande de 1947 à celles de la Loi dite El Khomri. Avec ça drapeau rouge avec cocarde en haut (faite de mes blanches mains...). Donc parée et avec casse croûte dans sac, j'm'achemine vers le lieu de départ des 6 bus de Lille, où j'avais RV avec le pote qui avait loupé le départ de celle du 18 mars - lequel pote, je le dis de suite, a des problèmes de dos et jambes, problèmes qui quand ça se déclenche le font abominablement souffrir.

On est arrivés à Bastille vers les midi 30 je crois bien, comme on avait déjà graillé dans le bus pour alléger les sacs que l'on croyait devoir prendre pendant la marche, on s'est laissés titiller le nez, sans y céder, par les diverses odeurs de frites et autres merguez en vente sur la place, - moi qui en ai fait d'autres, départs de Bastille, je me disais que c'était un peu moins blindé pour une même heure comparative. Sinon, le festif habituel.
Par ailleurs, l'annonce dans le bus "Hauts de France se regroupe rue St Antoine", ce que nous fîmes en disciplinés que nous sommes, m'avait par expérience antérieure un peu questionnée - et je suis allée tout à fait de l'autre côté voir la rue du Faubourg St Antoine, que l'on m'a confirmée être la bonne, mais qui n'était à cette heure là pas plus regroupée que ça... Mon pote souffrait déjà, en post du voyage bus dans un siège qu'il en faudrait 2 pour la grande baraque qu'il est  :mrgreen:  , mais vers 14 h  départ prévu on s'est acheminés de l'aut' côté de la place...., et on l'a retraversée à la suite du groupe Grand Est me semble, mais toujours pas avec le nord picardie. Là d'emblée on a pigé une fois pour toutes qu'à part quelques hyper-disciplinés on était tous + ou - des expérimentés des marches FI et du joyeux bordel afférent  :diable:, c'était un peu moins visible le 18 mars je trouve.
On s'est trouvés au milieu d'une joyeuse foule bien bariolée, j'estime à peu près à 100 - 150 m de la tête de la marche, on ne voyait strictement rien comme d'hab, mais au bout d'une bonne demi-heure on a entendu venant de l'avant les acclamations d'arrivée des meneurs de marche, dont on a eu le détail une fois rentrés cheux nous. C'est aussi en rentrant qu'on a appris qu'il y avait eu un groupe d'autonomes/casseurs qui en tête avaient f... le bren, vite jugulés par ces messieurs d'la police (hein, quand ils veulent !  :diable: ) - mais de là où on était, rien à voir, rien à entendre.

Alors, au bout de ce que j'estime une bonne heure de piétinements, mais quand même en savourant les créations des z'uns et des z'autres (dont un que je n'ai vu photographié nulle part, avec comme pancarte, sur la nuque, un petit oreiller apparemment de satin, tout joli, marqué "Ne pas déranger", suivi d'un genre "feignant se repose" ::d  ), on a fini, moi vieux truc et le pote, moins vieux mais cabossé et souffrant la passion, par envisager de prendre la tangente sur un des trottoirs du Boulevard Beaumarchais, envahis tout autant que la voie, mais marchant quand même un peu plus vite (à bien noter ! on a eu des moments où vraiment la foule des trottoirs était aussi dense que celle de la voie, mais pour "compter"(ce qu'is ne devraient normalement pas faire pour une manif politique  :rougefache: ), les flics ne comptent que la VOIE, jamais les trottoirs, supposés être occupés par des badauds, point).

Adoncques nous rejoignîmes eul' trottoir de gauche, je répète quasi aussi dense que la voie, (trottoir de droite itou), mais lancé dans un mouvement un peu plus rapide ou moins lent que la voie, ce qui soulageait quelque peu les maux grandissants du copain. Cela nous a permis de lentement remonter vers la tête de manif , voyant d'ailleurs au passage les forains, et des tripotées de "groupes" dont le pourtant long séjour à la Bastille ne nous avait pas donné la moindre idée. Le trottoir de gauche de Beaumarchais, si on le suit tels que nous coincés dans une foule où l'on n'aurait pas mis un oeuf, débouche sur un surplomb assez élevé, et nous n'avons pu revenir en arrière vers l'escalier permettant de descendre vers la place de la République qu'au bout d'un laps de temps certain. Là, j'ai, d'en haut, vraiment été impressionnée, car, la tête de manif étant arrivée je ne sais quand auparavant (mais on entendait bien Charlotte Girard toujours aux manettes du micro de chauffeuse d'estrade), la suite de la manif s'écoulait vraiment à grande vitesse dans la place, on aurait dit un banc de poissons lancés à toute blinde, ou une colonne de fourmis légionnaires, ouep, impressionnant !

D'en haut, nous avons pu voir aussi des bouts de foule bien compacts, installés sur la place d'évidence AVANT la marche et ne venant pas d'elle (nous en avons eu confirmation plus tard). Une fois descendus, les pattes du pote n'en pouvant vraiment plus, nous avons décidé de ne pas rester sur la place, car un sms nous avait avertis entre 2 qu'on avait, de la place République,  dans les 20 mns de marche pour retrouver notre bus, et nous risquions nous de mettre le double de temps. En outre mes autres expériences me disaient qu'on entend mieux les discours de méluche  (et ceux d'autres sans doute aussi :mrgreen: ) sur video à l'maison que coincés dans une foule où immanquablement le voisin cause à son voisin. Donc au terme d'une halte "assise" en bordure de la place, laquelle halte nous a permis de voir que grand nombre de manifestants une fois arrivés sur la place faisaient comme nous et s'éloignaient de suite en roulant leurs drapiaux - et pas seulement ceux qui se dirigeaient vers les rues où étaient garés les bus, non, vraiment énormément de gens avaient fait la marche et repartaient derechef (pour ceux des bus, normal, certains ont 7-8 heures de trajet retour, pour les autres je pense qu'eux aussi avaient déjà vécu l'histoire du j'ai-rien-entendu), nous nous somme acheminés d'un pas de sénateur ( :diable: ). Et nous rentrîmes  :diable: . Plutôt contents.

Mais moi, éternelle chipoteuse, contente avec quelques réserves, nourries ultérieurement par ce que j'ai appris, sans doute aucun : il y a bien eu effectivement un grand nombre de personnes qui se sont rendues directement place de la République sans passer d'abord par la marche partant de Bastille, - ce qui est rationnel,  quand on a déjà vécu d'arriver au terme coincé loin dans une rue d'où même avec une bonne sono on n'entend que pouic (voire, on arrive discours fini, ex 2012....  :rougefache: ), mais nuit à la "démonstration de force" pour laquelle on est venus. Ceci posé, des échos dignes de foi m'ont confirmé que la queue de la marche était partie 2 h et demie après la tête...... Bon.
"Constat" provisoire : je me demande si l'on n'a pas atteint les limites (dans tous les sens) des parcours lieux estampillés révolutionnaires de la capitale, et puis interrogation : pourquoi donc une manif nationale serait-elle toujours à Paris ? Hein ? Hein ???  :] . Par ailleurs, je ne vois pas l'objet de mots d'ordre tels que"la jeunesse en bloc ensemble", comme si déjà les potes provinciaux allaient se séparer, les familles parisiennes se scinder, etc, et crotte, en plus, des mots d'ordre autres que de sécurité au "peuple de l'insoumission", ça ne le fait pas pour ce qui me concerne...., et en fait il semble que ça ne l'ait pas fait du tout, tant mieux !  :mrgreen:

Je me suis branchée sur m'n'étrange lucarne en arrivant - et j'ai entendu des commentaires plutôt, je vais dire, de "reconnaissance de la performance", assez respectueux quoique toujours assaisonnés de quelques perfidies - ce n'est que le lendemain matin que le bashing habituel et les éléments de langage qui vont avec ont commencé en rafale, avec en tête l'épluchage du discours de Méluche, que j'ai écouté plus tard, et dont, soit dit par parenthèse, je pense qu'il en a fait de meilleurs. Mais ça fait rien, j'étais pas venue pour le discours de Méluche, j'étais viendue, comme les autres, dire qu'à la FI ON EN A GROS, et ça, c'est fait !  :naah:




Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #7 le: 26 septembre 2017 à 06:10:15 »
Merci, merci pour ce récit chère vieux truc  :fleur2:
Pour le discours (écouté dans la lucarne YouTube) je partage ton impression !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #8 le: 10 octobre 2017 à 14:16:56 »
Impressions de la manif de ce 10 octobre 2017 qui, dans ma ville de Province, se déroulait ce matin  ::d (mode "correspondant local" ON)

Question nombre, on était plus nombreux que le 12 septembre, je pense, mais pas tant que ça je crois ... M'enfin pas évident à évaluer ... France 3 parle de 5000 manifestants, quand ils disaient 3000 pour le 12/09 ; je pense qu'ils avaient sous-estimé largement le 12/09, car la différence ne me paraissait pas si grande au vu de la longueur du cortège ! Après il est vrai que, de ma boîte, nous étions une douzaine, alors que nous n'étions que 4 le 12 Septembre.
Calme et bon enfant, toujours.
Peu d'hospitaliers et quasiment pas d'étudiants , ce qui m'a déçue avouons-le ! Pôle-Emploi était représenté, et ça j'ai bien apprécié !
Comme d'habitude, et comme le 12/09, j'avais mon stock de tracts et de Tchio FAKIR, et je suis allée, ce qui ne surprendra pas ceux qui me lisent régulièrement, en proposer à tous les flics et CRS ou motards croisés sur le parcours. Comme le mois passé (mais pas du tout comme auparavant !!!) Ils ont TOUS accepté (à l'exception d'un gradé devant la Préfecture) et qui plus est en disant MERCI avec le sourire !

Même mieux, cette fois-ci, je suis allée offrir mes tchio Fakir aux policiers de la voiture de Police "balai" en fin de manif ; chacun a accepté le sien en souriant, et l'un d'entre eux m'a demandé : "vous pourriez m'en donner d'autres en plus ? Je les ferais circuler au commissariat !"

Vous savez quoi ? IL SE PASSE VRAIMENT UN TRUC, là !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #9 le: 10 octobre 2017 à 15:37:02 »
Vu passer cette photo de pancarte sur les rézosossio

Ils sont taquins à l'Education Nationale !



"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #10 le: 10 octobre 2017 à 19:56:04 »
Merci RN  :fleur2: , et je reprends le flambeau pour dire, pas trop longuement, ma mienne lilloise  :D ! Côté quantitatif, je situe plus de monde que pour celle du 12/09, donc incontestablement plus que le seul chiffre lu de 3 000 (Voix du Nord). Gros bataillons syndicaux "par ordre", rouge cégétiste en tête, mais nous avons voulu tout voir avant départ, sans préjudice de ceux qui allaient comme d'habitude rejoindre le cortège pendant le 1er tiers de route, mes potes et moi sommes donc allés jusqu'au bout du bout rejoindre le dernier paquet France Insoumise (blindé comme nous de drapeaux et pancartes autres que directement FI), derrière les  LO et autres NPA, "mouvement 1er juillet" d'Hamon, Pcf etc.
 
Alors je vais m'en tenir là pour "l'ordinaire" de cette manif, festive, intergénérationnelle, pas mal d'étudiants, TOUS les syndicats, (  :diable: avec CFDT et FO très fournis), parcours inchangé. Mais je vais continuer sur "l'extraordinaire" de cette manif là, et oui RN, absolument d'accord, il se passe bien quelque chose : en remontant avant le départ vers la queue de la manif, on a vu de loin un gros gros paquet de bleu, en 2 parties, .....on se rapproche, et ce sont de gros paquets de syndicalistes policiers et autres fonctionnaires de police, le 2ème paquet territoriaux police FO, le 1er pas tout identifié (dont Alliance  :( , mais on fait avec les mecs !), des flics des flics des flics, des gars balafrés police comme s'il en pleuvait, bienvenue  ! :diable:

........ Et qu'est ce qu'on a vu  sur notre chemin je répète habituel ? Eh bien, rien  :| . Littéralement rien. Avant le départ 2 motards fermaient la route comme d'habitude avant le signal, mais dès mise en marche, (avec cette exception notoire que cette fois les trottoirs étaient quasi vides, tout le monde marchait bien dans la rue), nous avons marché sans voir la qu... :gene3: d'un flic, d'une moto de flic, d'une voiture de flic barrant les coins stratégiques, pas de cordons devant la gare, dont les grilles étaient restées ouvertes, pas de rues barrées (même pas pour ceux qui connaissent Lille le croisement Bd de la Liberté/Rue Nationale), encore moins de souricières ou de divisions de cortège, puisqu'il n'y avait personne pour faire le chat chasseur ou diviseur... Et tout s'est passé nickel chrome, à 300 m de l'arrivée environ, nous qui étions vraiment en queue de cortège nous avons vu que 3 véhicules légers police nous suivaient tranquillou, point. Et à l'arrivée, bon, le cordon de CRS qui empêche l'accès à la Préfecture était là, ok, mais aucun des gros paniers à salades bleus qui bouchent d'habitude totalement une des rues, des véhicules + légers blancs étaient en file de l'autre côté, et les 4 policiers cavaliers étaient loin tout au fond de la place.
En rentrant j'ai vu que les policiers vers 13 h (on partait théoriquement à 14 h 30, retard comme d'hab) avaient twitté tous azimuts à l'intention des automobilistes les axes à éviter et pour combien de temps. .... Et globalement, ben mes agneaux, j'reste un peu baba  :gehe: , j'n'en suis pas encore à vouloir dieu sait pourquoi embrasser un flic, mais oui RN, là, je trouve que quelque chose change ! :super:  :langue3:
« Modifié: 10 octobre 2017 à 20:00:22 par old machin »

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #11 le: 16 novembre 2017 à 08:29:41 »
Alors alors, pourquoi donc t-est-ce que je n'ai pô parlé de l'avant dernière d'octobre, mes bons z'amis ? ... Ben, c'est paske je ne pouvais y être, pauvre de moi,  (et pôvres de mes glorieux camarades, z'avez vu, rien que via m'n' absence, tous les merdias ont bien dit qu'elle était pourrable celle-la !  :mdr3: ).

Meuh je vais faire celle-ci tiens donc ! T'à l'heure le pavé de Lille va savoir de quels fers mes chausses se chauffent, non mais ! Les camarades FO devraient être plus nombreux, les petits poulets tout aussi meugnons que mes dernières fois.....(quoique, c'est à double entrée ce point là  :pasdrole: ), les potes CGT et Sud toujours au rendez-vous, les cheminots z'aussi, allez, on optimise ! la start-up manif va se faire agile et productive  :mdr1: , non, j'déc...  :gene4:

.......... Et vous qui pouvez, viendez, viendez ! Et en ces temps où vous raquez cher pour tout, nous, on fait pas payer l'entrée  ::d !

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #12 le: 17 novembre 2017 à 09:16:12 »
Au rapport....! Sans jubilation, sans désespoir - sans chaud ni froid, mais je me garderai du tiède qui suggère le "en même temps"  :diable:. Heure théorique de départ 14 h 30, - mon heure d'arrivée aussi, avec un constat visuel de clairsemé plutôt inquiétant, mais l'habitude permet de relativiser, et c'est bien rare que l'on parte ponctuellement. Côté police, une innovation, les canassons montés arrivent en même temps que moi (seule pour une fois, potes tous empêchés), et se postent devant le départ - ils n'étaient qu'à notre lieu d'arrivée toutes les fois précédentes. Syndicats se structurant progressivement au départ: CGT, FO, SUD, avec des subdivisions secteur public notamment évidemment E.N. et cheminots., + du tutti frutti ; LO seule sur le trottoir du départ, militants PCF comme d'hab dans les rangs syndicaux, pas vu d'autres partis franchement signalisés. Quelques gays étaient là en tant que, et les Sans-Papiers assez nombreux, avec banderole.

J'ignore s'il y avait des villes moyennes du Nord manifestant de leur côté (Valenciennes, Douai, Dunkerque, etc), mais je ne pense pas. Intergénérationnel ? Non - , pas vraiment, dominante des quarantenaires jusqu'à .... point d'âge !

Bon, une copine de toutes les manifs m'ayant retrouvée, et vice versa, on fait la route ensemble, les troupes s'étant raisonnablement épaissies - vraiment sans déferlement.... - d'ici au départ. La préf nous a accordé le parcours "normal", mais raccourci, et fait baliser (interdire) les rues adjacentes. A noter que le réjouissant chtiot groupe de comédiens "Sauvons les riches", qui avait fait le bonheur des manifs El Khomri, est revenu sur le parcours - avec une nouvelle prestation "Prêche pour Saint Macron" vais-je inventer comme titre, contente de les revoir, et que par ailleurs un orchestre de cuivres s'était posté à mi parcours, chouette. Tout ça cependant dans mon ressenti n'a pas fait de cette manif le lieu de l'exaltation, raisonnée ou non , qui fait d'une manif une grande manif - et même si ça a braillé, pétaradé, cheminots-boucané  :diable: comme d'habitude, on n'a pu m'potesse et moi que trouver l'atmosphère "un peu moins que"  :snif: . Alors faut quand même remarquer que le temps de cochon a pu jouer son rôle, bien sûr. Mais, parcours raccourci par la pref, impressionnant comité d'accueil policier à l'arrivée, où pour la 1ère fois de grandes barres de béton avaient été posées sur la place, nous contraignant à nous disperser plus vite (ou plutôt ne pas nous grouper en masse), les canassons au départ, nous ont fait penser que nos joyeux organisateurs de "l'ordre" avaient initialement vraiment craint cette manif là, nous avons donc vu dans sa relative atonie une occasion ratée.

Nous avions estimé que "l'on aurait de la chance si on atteignait les 2 000", et lorsque j'ai cherché ce matin j'ai vu que l'officiel affichait 1 500. Vu en même temps sur le site "Campus" lillois qu'en parlant de la 3ème manif d'octobre, dont j'étais absente comme dit, les jeunes camarades enthousiastes exhortaient à ne pas croire aux chiffres officiels, et qu'on était à 10 000 à Lille cette fois là.... J'ai comme un doute, et la copine qui elle y était, plus encore évidemment.

Sur le comptage des manifestants, notez que, cette fois avec grand ram dam, nombre de médias évidemment irréprochables, exemple BFM TV, TF1, radios de service public, confient depuis au moins les 3 dernières manifs à "un organisme indépendant" ce comptage, qui correspond comme par miracle aux estimations policières. Ce soit-disant "indépendant" c'est la société OCCURRENCE, études conseils communication/expertises, comptages/sondages, de celles farouchement indépendantes qu'on a beaucoup vues dans le topo Médias/Sondages.  :] , mais micro-format, une start-up un peu vieillie quoi. Son fondateur et co-directeur (peut-être ex-, ceci dit)  Assaël ADARY, racontait sur BFM TV en septembre qu'il avait inventé ça genre par souci éthique citoyen (on va donc supposer que ses bons offices sont bénévoles  :diable: ), et hier il donnait sa méthode :

http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/comment-cette-societe-procede-pour-compter-les-manifestants-1003695.html

, et la société Occurrence, c'est ça :

http://occurrence.fr/
----------------------------
Bien : ça fait aussi partie des luttes, j'vous communique donc MA chronique des jours derniers = mercredi soir j'étais à la conférence format table ronde ou plutôt ovale de Bernard Friot - conférence très mal annoncée, et le fait que nous n'aurions pu tenir à plus encore dans cette salle ne fait rien à l'affaire, soyons bons techniciens dans les luttes ! (en arrivant sur place, je n'ai trouvé aucun gestionnaire du lieu .... qui sache même que Friot serait là....  ;-) ). Contente d'avoir entendu le bougon que j'aime tant et plus  :diable: , et d'avoir pris son dernier bouquin "Vaincre Macron", que j'avais tenu à acheter là.

Et hier soir, je suis allée ENFIN voir le film "La Sociale" - avec bonheur. Ceusses qui ne l'ont pas vu, guettez, une assoce de votre coin finira bien par organiser ça. Et, vive Ambroise Croizat ! Et...... à méditer, - pour moi qui me penche de nouveau sur "nos" Outremer, comme pour vous, que cela concerne tant et plus aussi -, la mention par l'un des commentateurs dans le film : "on a donc fixé [1945-1946] le montant des cotisations patronales et ouvrières à 4% chaque, et là déjà les patrons se sont insurgés en masse disant que le coût du travail  allait monter en flèche, et menaçant, déjà, de délocaliser, dans LES COLONIES "....Passionnant, non ?  :désolé1:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #13 le: 19 novembre 2017 à 14:48:37 »
Juste pour te dire que j'ai lu, et veux te remercier pour tes témoignages !

Moi, jeudi, ben j'ai bossé ... et même pas vraiment regretté car de toutes façons j'aurais été la SEULE à faire grève dans ma boîte  :pleur3:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod