Auteur Sujet: Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas  (Lu 126 fois)

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2819
Bon, j'ouvre ce fil, non spécialisé parce que les luttes ne vont pas se "limiter" au massacre du Code du Travail, et car on a déjà avec le traitement médiatique réservé à la première manifestation hier, et la stratégie de l'exécutif qui va avec, une idée de la manière dont, le plus longtemps possible, "ils" essaieront de manipuler la réalité de la contestation - souvenons nous, ce n'est pas vieux, la Loi dite el Khomri.... :rougefache:

Je propose donc ici que ceux qui vivent notamment, mais pas seulement, les manifs en live en témoignent, et que par ailleurs, pour le volant grèves absolument zappé aujourd'hui par les médias, chacun puisse y noter d'éventuelles remarques par rapport à son secteur thématique ou d'environnement social.

Avant de passer à mon vécu perso d'hier dans le Nord, je voudrais à tout hasard re-tordre le coup à une manip des médias préalable à la mobilisation, médias qui ont abondamment glosé sur le fait que le secteur public y était fort engagé, "alors que seul le secteur privé est concerné", (ce avec le sous-entendu habituel les fonctionnaires font grève gratos, de par leur "statut privilégié"). Alors je rappelle tout d'abord que dans le secteur public toutes fonctions publiques confondues travaillent en abondance des non titulaires soumis aux dispositions du Code du Travail, - je perso les estime aujourd'hui à un bon 25% dans les FP Territoriale et Hospitalière, pour lesquelles les Lois de 83 et 84 avaient toujours largement ouvert l'espace, - et dans la FPE, cette fois documenté par mon expérience personnelle, je les situe bien au delà des 12% d'effectifs moyens de non-titulaires autorisés, et les ai vu grimper dans mon secteur perso d'activité ces dix dernières années jusqu'à 20 %. Par ailleurs, est il utile de rappeler que les travailleurs des secteurs publics ne sont pas payés lorsqu'ils font grève - oui c'est utile c'est une idée qui continue à circuler - et autant renfoncer le clou : les fonctionnaires titulaires n'ont même pas la ressource de faire des grèves perlées pour ne pas trop entamer le portemonnaie, depuis l'amendement, Lamassoure je crois, qui retire le salaire entier d'une journée même si le p'tit gars n'a grévé qu'une demi-heure.... Enfin, je rappelle que le but ultime de Jupiyuppie est de mettre tout le monde au contrat de chantier ou mission, en abrogeant pour le compte les statuts - déjà bien entamés depuis 2007-, des agents du secteur public.
-----------------
Ma manif d'hier : elle a été précédée pro domo, par le 2 ème jour d'audition du message sur France Culture, s'excusant de l'annulation des émissions "du fait d'un appel à la grève des organisations syndicales CFDT, CGT," etc, bon c'est anecdotique mais ça le fait.  :diable:

Alors, j'y allais, à la manif à Lille, de conserve  :diable: avec d'anciens collègues de mon boulot avant retraite (FPE). Pour avoir longtemps dans mon service (70 personnes), par le passé, été seule gréviste, j'ai trouvé pas mal qu'il y en ait eu 3 hier, de grévistes.

La préfecture avait changé notre parcours le plus courant, et on a eu un petit coup de mou en arrivant au point de départ inchangé, car du coup on ne voyait quasi personne du côté où on se masse d'habitude...., mais ce fut de courte durée, et vraiment, pour avoir vécu TOUTES les manifs à Lille de 2016, celle la était une bonne, très bonne même, quantitativement je dirais 7-8 000 manifestants, pas sans doute les 10 000 annoncées par les syndicats (pas vu le chiffre des flics), mais bon pas loin du top 2 des manifs El Khomri.
Et par ailleurs, le rouge de la CGT dominait visuellement certes, mais la FSU, Sud Solidaires, FO (Pas de Calais notamment, où d'autres modes de protestation que manif s'étaient déroulés le matin en intersyndicale dont FO à Arras, Calais avait quant à elle une manif) étaient massivement là, mais de plus on avait le syndicat des chômeurs, bien nombreux  :super:, les étudiants, dont je n'ai pas repéré s'ils se revendiquaient d'un syndicat, et puis quelques JOC et CFTC (rares mais bon, symbole qui compte). Avec une belle masse de têtes grises à l'autre bout de la génération d'étudiants et lycéens, une belle communauté intersyndicale et intergénérationnelle donc, et on a été contents.

.............. Ce qui fait qu'en ayant ras le c... d'entendre sur les chaîne d'info, et les autres,  "manifestations, participation infinitésimale", ou "les syndicats ont fait la preuve de leur non-représentativité", et autres désamorçages bien assénés, j'ai eu l'idée de vous narrer ce que j'ai vu à Lille, des fois que l'on vous raconte qu'il n'y avait qu'un pelé et 3 tondus cégétistes, ce que l'on racontait déjà en 2016 lorsque nous étions à notre Top 1 de 12 000 manifestants... (on s'essoufflait  ;-) ....). Je précise en outre que les grèves ont été plutôt fortes en NPdC, secteurs privé ET public, et qu'il y a eu foule d'initiatives diverses et variées dont opérations escargot qui présagent bien.

V'là ! et donc à vous, je me suis laissé dire qu'il n'y avait quasi person à Marseille, à Brest, à Toulouse, à Strasbourg, à Bordeaux Pau Dijon et Tataouine, informez-moi, informez nous !
« Modifié: 13 septembre 2017 à 10:07:18 par old machin »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19218
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #1 le: 14 septembre 2017 à 08:37:33 »
N'ayant pas pu participer à la manifestation du 12 septembre, je ne peux malheureusement pas partager une expérience non vécue.
Cependant je tiens à dire que je suis indignée du traitement des médias et que je suis très contente de lire ce que tu écris, old.  :fleur2: :fleur2:
Merci pour ce fil et merci pour ce récit.  :fleur2: :fleur2:
A la fin c'est nous qu'on va gagner.  :mrgreen: :mrgreen:
Pourquoi ? Parce qu'on ne s'arrêtera pas tant qu'on aura pas gagné.  :diable: :diable:

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #2 le: 14 septembre 2017 à 16:58:50 »
Merci pour ton témoignage Old Machin :fleur2: Je passe rapidement sur le traitement médiatique tellement en décalage avec la réalité que même la mère Michu s'est dit "cré dui cé ty pas qui m'prennent pour un jambon" 8|

Dans mon patelin peu enclin à mobiliser, le journal a titré sur 600 à 100 manifestants . Ce qui m'a agréablement surprise mais je m'étais également étonnée de la longueur de la marche . :frime1: Notre parcours a été également changé pour un allongement du trajet . Nous avons battu le pavé pendant pus de trois heures , ce qui nous a permis de rencontrer les gens qui rentraient du travail . Les bouchons occasionnés n'ont pas provoqué de mouvements de mauvaise humeur ; au contraire l'accueil était chaleureux .  :fleur2:

Je garderai en mémoire de cette journée le sourire magnifique :mrgreen: d'une fonctionnaire de police quand j'ai crié "policiers , salariés , dans la rue" . Je sens que quelque chose se transforme ...Ce n'était pas la révolution , mais il y avait comme un air d'Insoumission .  :pompom:a

Au fait j'ai défilé sous la bannière de FO. Un journaliste m'a prise en photo avec mon brassard en train de taper la bise à un gars de la CGT  :coeur: :|

.....Nous étions qui des fonctionnaires , qui des salariés du privé, qui des petits patrons , qui des chômeurs , retraités, ,lycéens...

Le 23 Septembre sera le grand jour  :frime1:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5824
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #3 le: 15 septembre 2017 à 17:50:03 »
Excellente idée, chère vieux truc, que ce nouveau fil  :fleur2:

Ben dans la boite où je bosse (un peu plus de 100 personnes) nous n'étions que 6 grévistes ... mais il y avait eu pire ...

La manif par contre il y avait un bon millier de personnes, ce qui n'était pas arrivé dans ma ville depuis des années ! D'autant qu'il n'y avait aucun étudiant ou lycéen , sans doute parce que jour de rentrée et l'info n'avait pas encore circulé ?

Une majorité de rouge CGT évidemment, mais aussi SUD, "front social", FO, CFDT essentiellement santé-sociaux, et même UNSA. Beaucoup de FI bien sûr !

j'ai distribué tout plein de tracts et de "tchio Fakir" que j'avais commandés exprès pour. Ils étaient extrêmement bien reçus, avec de grands sourires.

Mais surtout il faut que je vous raconte : Je vais toujours voir les flics ou les militaires que je croise sur le parcours pour leur donner un tract, et d'habitude je me prenais un gros bide, refus systématique, et parfois pas sympa du tout (litote  :]) ... Ben là, TOUS les flics ont accepté, et certains avec des "merci"  8| :super:
Et quant aux militaires, ils ont refusé, mais un m'a dit : "on est désolés, mais on ne peut pas, si on était filmé ou pris en photo en train d'accepter, on aurait de très gros ennuis !"

Les enfants, je le sens bien ce mouvement, très bien même  :frime1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5824
Re : Chronique des luttes contre une société dont nous ne voulons pas
« Réponse #4 le: 15 septembre 2017 à 20:34:43 »
Pour info, j'ai tweeté des copies d'écran de nos différents "témoignages" (des fois que vous verriez passer un truc, en vous disant "mais c'est moi qui ais écrit ça", ben ce sera de ma faute !)
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod