Auteur Sujet: Les SOMMETS EUROPEENS  (Lu 337 fois)

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5841
Les SOMMETS EUROPEENS
« le: 25 juin 2017 à 15:14:05 »

Le tout beau, tout joli, tout jeune, tout neuf Président français a participé à son premier SOMMET EUROPEEN en ce mois de juin 2017.

Les médias de service public s'en sont fait l'écho, avec une video notamment (de France Info) qi est un pur clip de propagande !

On peut la voir dans cet article du site "le bon sens" (le site site d'Antoine Léaument) : une perle !

Par contre depuis, alors que cela s'annonçait sous d'aussi excellents auspices, information proche de zéro sur ce qu'a donné au bout du compte ce sommet européen, hormis la retransmission d'une conférence commune de fin de sommet de Macron et Merkel (mais où ils nous disaient juste à quel point ils s'entendaient bien, s'aimaient même ces 2 là, ect, ect ...). Analyse que couic ! Le contenu, les avancées ? nada ...

Quand on lit cet article de CONTREPOINTS, on comprend mieux, beaucoup mieux même, le pourquoi de cet éloquent silence !

Citer

Emmanuel Macron prend une déculottée au sommet européen

Premier sommet européen pour Emmanuel Macron : les demandes françaises ont été réduites à néant.


Emmanuel Macron a été repris en main par Angela Merkel à l’occasion de son premier sommet européen. Mais… la presse subventionnée s’emploie à dissimuler le malaise.

Il y a deux façons d’aborder le sommet européen qui s’est tenu en fin de semaine. Une première voie consiste à lire les conclusions du sommet et à compter les points. Une seconde consiste à lire la presse subventionnée. Entre les deux, on trouve très peu de points communs.

Ce que le Conseil européen a réellement décidé

Dans la pratique, le Conseil des 22 et 23 juin n’a repris aucune des demandes françaises annoncées de longue date par le président de la République. En particulier, il n’a ouvert aucun débat sur les travailleurs détachés, sujet sur lequel la France avait bandé les muscles en demandant un durcissement de la réglementation.

Rien que par ce silence, la France subit donc une défaite en rase campagne qui montre le peu de cas que l’Europe fait d’une France engluée dans un huis clos gagnant-perdant avec l’Allemagne, même avec un Président nouvellement élu qui pense pouvoir défier Donald Trump.

S’agissant de l’emploi, on notera d’ailleurs ce que le sommet a conclu :

“S’appuyant sur les conclusions du Conseil de mai 2017, qui préconisent une stratégie pour l’avenir de la politique industrielle, le Conseil européen insiste sur le rôle essentiel de l’industrie, qui constitue un moteur important pour la croissance, l’emploi et l’innovation en Europe. Dans le prolongement de ses propres conclusions antérieures, il demande que des mesures concrètes soient prises pour que le marché unique dispose d’une base industrielle solide et compétitive.”

Les conclusions du Conseil ne visent pas à redire que le travail détaché est échevelé, mais que la prospérité viendra de la défense de l’industrie. Cette vision au demeurant très allemande met des mots sur un vide français : quelle est la politique industrielle d’Emmanuel Macron ? On l’ignore jusqu’ici et curieusement le Conseil européen s’est préoccupé de sujets qui n’ont aucun impact en France.

suite de l'article



Macron se couche d'office face à Merkel ... dans la droite ligne de Sarkozy puis Hollande
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod