Auteur Sujet: LES OUTILS MALINS MALINS DU PREZ ET DU GOUVERNEMENT  (Lu 331 fois)

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2853
LES OUTILS MALINS MALINS DU PREZ ET DU GOUVERNEMENT
« le: 20 juin 2017 à 13:53:01 »
Les néolibs n'aiment pas du tout du tout la Loi, trop raide empesé ça, ah là là ! S'ils le pouvaient, tout se ferait, -dans les sociétés où se trouvent ces si désagréables engeances que sont les peuples-, par contrat, cette si aimable ".... convention par laquelle une ou plusieurs personnes s'obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose" (Article 1101 actuel du Code Civil). Voilà, là c'est simple, on a 2, 3, 4 ou 15 personnes qui s'OBLIGENT en signant un contrat, et après, si le contrat est léonin, un pouillou daubé, si un signataire ne savait pas lire, toussa toussé (j'exagère, y'a quand même quelques butoirs, 4 principaux, mais le contrat n'est pas mon sujet, alors, vous m'excuserez ....  :diable: ), ben, çui qui finalement se sent lésé mais ne peut invoquer un motif franchement illégal/délictuel/criminel caché dans le contrat initial qu'il a signé, n'a qu'à aller se rhabiller, s'il lui reste encore de quoi. C'est pas merveilleux, ça ?  :rougefache: :pascontent1:

Voilà. Notre petit Jupinou, empereur des néolibs, il n'aime pas la Loi, cette chiante et raidouillarde chose, ni le Parlement qui est supposé, en montesquieuse logique, la discuter et la voter , la Loi....non mais, quelques centaines d'ignares z'et obtus, à la rare exception de quelques si classe copains, discuteraient et même oseraient modifier un texte qui, s'il s'agit d'un PROJET DE LOI (préparé donc par l'exécutif gouvernemental) émane de la parole suprêmement suprême !!!??? Horreur !  :diable:

Alors, notre juvénile impérator prop'sur soi (je ne résiste pas = OBEN HUI UND UNTEN PFUI !  :mdr1:  :mdr3: ) n'est pas le seul des dernières décennies à trouver que la lourdingue Loi mérite le contournement : très notablement lors des 2 derniers quinquennats, d'abord sarko s'est employé à mettre un pied d'éléphant dans le domaine législatif exclusif, très notamment avec la RGPP qui n'a jamais vu le Palais Bourbon de près ou loin, et avec - un peu plus habilement - les suites d'application du Rapport de ce bon docteur Attali, et une foultitude d'autres petits épisodes Parlement-mes fesses  :mrgreen: . A la sarko, quoi, si inélégant ! Le soit-disant bonasse Hollande a continué ces oeuvres sarkoziennes plus discrètement - sans doute parce qu'il était conseillé  puis soutenu au gouvernement par un jeune phénix infaillible - mais il a continué assiduement, on y reviendra. Et voilà donc le champ déjà bien labouré et ayant pris l'habitude et du Roundup et des semences OGM qui vont avec dans les mains de notre émérite djihadiste de la Loi stricto sensu.

Alors quand même, il y a un hiatus avec la détestation de la Loi par un prez français, c'est que s'il est prez c'est en vertu de la Constitution de 1958, qui comme toutes les constitutions occidentales voulant garder un peu l'air démooooooooooooocratique est - quoique dominée dorénavant par les traités, européens notamment-, est le mètre étalon et le chef suprême et des Lois, et de la séparation des pouvoirs. Voui. Mais quand on est un jeune homme bien élevé et habile à n'en plus pouvoir, ayant par ailleurs fréquenté d'excellentes écoles et d'excellents mentors  :rougefache:  :( , on peut toujours s'arranger.

Bon. Sans dire qu'avant sarko il n'y avait pas déjà des velleités de nous faire passer des textes foutoir-vessies pour des Lois-lanterne, il n'empêche que, sans remonter trop trop loin dans le temps, une proposition ou surtout un projet de Loi, ça avait un titre -nom qui définissait précisément son objet et son domaine, et les articles traitaient tous de cet objet par ailleurs UNIQUEMENT LEGISLATIF (n'empiétaient donc le domaine réglementaire qu'en énonçant par exemple que le décret qui allait suivre telle disposition devait être pris en Conseil d'Etat, ou le délai dans lequel les textes réglementaires devaient être pris). Il en reste évidemment, des Lois de ce type, quoi qu'on pense de leur contenu, (mais généralement justement il n'est pas trop polémique), elles sont propres sur elles et leurs dessous ne sont pas trop crottés non plus.

Mais par contre, on a vu l'émergence de chimères ( j'rappelle qu'une chimère c'est le produit d'un croisement improbable - et généralement concocté en labo-, entre des animaux quand même pas trop lointaines, mais bon, ne se croisant pas généralement "naturellement") législatives débarquer assez fréquemment avec sarko, puis très intensément avec Hollande/Macron.

On y vient, mais je ne veux quand même pas totalement passer sous silence une évolution principalement de forme des textes législatifs sous sarko, il me semble bien que c'est lui qui, ne pouvant réfréner son mauvais goût inné, s'est beaucoup amusé à produire des textes dont le titre se marrait à énoncer exactement une intention contraire au texte lui même, et donc se payait en même temps la tête des victimes futures de la scélératesse du texte. Vous en avez sûrement en tête, il y en a eu plein, moi comme ça à brûle pourpoint je me souviens d'un projet de Loi Fonction Publique d'Etat, affirmant dans son titre vouloir "favoriser la mobilité des fonctionnaires", et contenant, pour la 1ère fois, la possibilité de licencier un fonctionnaire autrement que pour faute lourde : pour avoir refusé une mutation imposée par les "restructurations" en cours (bien de la mobilité, en somme !  :rougefache:  :( ).

Mais bon, le texte restant bien dédié à la FPE, ces petites facéties étaient absolument insuffisantes et méprisables pour notre mini-impérator actuel, tant qu'à cogner, faut cogner un grand coup n'est-ce pas. :rougefache:

Alors quel est son modèle, à macronounet ? Je ne le dirai jamais assez, son modèle n'est pas un texte législatif, mais un texte préparant normalement par le passé le projet d'un ou plusieurs textes de Loi(s) et/ou textes réglementaires. C'est l'indépassable Rapport "de la Commission" Attali, qui a donné à Macron tous les éléments premiers. Méthode :

- Un titre totalement abscons et/ou tellement vague que l'on peut coller dessus-dedans =  la mouche aux yeux bleus, la boîte d'allumettes format UE, l'emballage des produits issus des nanotechnologies, la suppression du principe de précaution, l'élevage en bocal des pieuvres à 15 tentacules, et accessoirement la technique réglementaire de traitement pédicure des sabots (?) du rhinocéros blanc. Le titre du Rapport Attali c'était souvenez vous "Pour la libération de la croissance française".....

- Un texte interminable, comprenant des centaines de mesures, (316 propositions pour le rapport Attali, 300 et quelques mesures aussi pour la Loi Macron I), au mieux regroupées laborieusement sous de grands titres, mais le tout sautant joyeusement d'un thème à l'autre, lorsque ceux-ci ne cohabitent pas joyeusement dans un seul paragraphe dont on ne voit pas le rapport avec les items traités.

- L'introduction d'une confusion, dans ce rapport je répète indépassable, entre le domaine de la Loi et celui réglementaire : un rapport supposé éclairer les pensées  :pasdrole: d'un prez doit normalement dans ses propositions rester sur l'évolution législative souhaïtable, et non pas s'emberlificoter dans des propositions supposant l'intervention de décrets au mieux, et même parfois d'arrêtés ou circulaires....

Notre jeune mais gigantissime prez s'est fait une bible-bréviaire de ces 3 excellents principes, destinés à égarer à peu près tous les pélerins sauf les complices - et dès 2012 s'est attelé à les perfectionner. Magistralement. Ce sera la suite. Avant une fin vous proposant une IMPLICATION. A plus donc j'espère ! ::d