Auteur Sujet: De l'état de la presse  (Lu 392 fois)

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
De l'état de la presse
« le: 05 juin 2017 à 14:57:15 »
Je ne sais comment cela va évoluer, mais l'indépendance de la presse en France est actuellement un gros souci ! Même le Parlement européen s'en rendait compte, c'est dire

Le Parlement européen s’inquiète de l’indépendance des médias en France
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : De l'état de la presse
« Réponse #1 le: 12 octobre 2017 à 18:44:22 »
Ils ont raison de s'en inquiéter, les bougres: exemple d'un journal 100% indépendant, même de la pub (cette saloperie de Cerbère de l'idéologie libérale), j'ai cité "Lutopik":

Citer
La faible diffusion que nous avons, tirage à 1.400 exemplaires, à peine moins de 500 abonnés, une présence dans une petite centaine de points de vente et sur quelques marchés ou festivals, ne nous permet pas de sortir la tête de l’eau. Nous avons fondé le magazine il y a plus de quatre ans par passion pour le journalisme, pour avoir la liberté d’écrire sur les sujets qui nous semblent pertinents et y consacrer tout le temps que nous voulions. Les ventes du premier numéro ont suffi à assurer celle du deuxième, et ainsi de suite. Cela nous permettait de poursuivre bénévolement l’aventure. Les aides publiques que nous avions reçues, 5.000 € deux années de suite, nous ont permis d’embaucher en contrat aidé l’un des deux fondateurs. L’année suivante, nos ressources propres nous permettaient tout juste de salarier une autre personne, elle aussi en contrat aidé. Nous sommes actuellement trois à nous consacrer exclusivement au magazine, dont un au RSA depuis le début.

La fin des contrats aidés sonne pour nous comme un retour à la précarité, que nous n’avons jamais vraiment quittée. Cette décision met aussi en jeu notre survie. Nous ne sommes pas les seuls dans cette situation, la politique menée par Macron et son gouvernement vont déstabiliser un nombre considérable de petites associations comme la nôtre. Le chemin de l’austérité générale, imposé à la population comme aux services publics, est intolérable. Il nous parait d’autant plus indécent que d’autres en profitent grassement. La ministre du Travail, qui coordonne l’affaiblissement de son Code, a touché plus d’un million d’euros en vendant les actions du groupe Danone alors qu’elle mettait en place une vague de licenciement. Le montant des dividendes atteint des records. Plus de 52 milliards d’euros ont été versés aux actionnaires du CAC 40 pendant le premier semestre ; c’est 26 % de plus en un an et cela représente les deux tiers des bénéfices de ces entreprises. Pendant que le revenu des ultras-riches augmente, on apprend que 3.250 ménages français cachent à eux seuls 140 milliards d’euros dans les paradis fiscaux. Et avec la baisse de l’ISF, ils paieront encore moins d’impôts sur ce qu’ils consentent à déclarer, etc.

https://reporterre.net/Lutopik-numero-d-automne-et-demande-de-soutien

Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/