Auteur Sujet: Le MEDEF et la présidence Macron  (Lu 727 fois)

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Le MEDEF et la présidence Macron
« le: 24 mai 2017 à 11:12:48 »
Les liens entre le MEDEF et Macron sont tellement évidents que GATTAZ s'est permis de dire qu'il était "sur un nuage" suite à l'élection de chouchoujoli !

Dés le lendemain d'ailleurs ils mettaient en ligne leurs recommandations concernant l'éducation !

Et là, pour le passage du renforcement de la loi travail par ordonnances, le vice-président du MEDEF se permet de dire que "le débat a assez duré" alors même qu'il n'a pas commencé (à peine hier quelques RV de partenaires sociaux à l'Elysée)

Ils osent tout ...

Réforme du code du travail : "Le débat a assez duré", ose le Medef
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7869
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #1 le: 24 mai 2017 à 16:42:10 »
Merci, Nounourse. J'ignorais cette anschluss de l'Education par les lèche-coffre fort du merdef. C'est pourtant une tradition de la part des patrons de se constituer en lobby pour mettre une botte dans le domaine. Ils le font chaque fois que passe la droite au pouvoir. C'est chaque fois en tous points conforme aux recommandations de l'OCDE. Donc, macrotte, c'est de nouveau l'occasion pour eux. Il y a beau temps que j'entends l'équation: bassin d'emploi = bassin de formations. Le PS a largement contribué à jouer le jeu, sous prétexte de "réalisme économique". Comme en Allemagne. Pas probants, les résultats outre-Rhin: l'apprentissage n'a plus la cote. Il est vrai que l'orientation est devenue en Europe ultra démagogique (merci, Najatte). Ils sont en masse à s'y casser le nez, nos jeunes. Ils veulent la lune sans effort.
Quant à la fameuse "autonomie des établissements" devant laquelle se prosternent la droite et l'ex-PS: l'expérience suédoise a montré ses limites. On a chaque fois 50 ans de retard, en France. Ce qui fait qu'on se casse la gu. systématiquement.
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #2 le: 17 juin 2017 à 11:35:42 »
Oh quelle surprise !  :naah:

Faciliter les licenciements, même plus besoin de plans sociaux qui tellement chers spaaaa !

Ce que l'on va voir passer durant les premiers 100 jours s'annonce proprement hallucinant  :aille:   :pleur4:

Le gouvernement céderait au Medef en relevant le seuil des plans sociaux
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #3 le: 17 juin 2017 à 17:22:56 »
Ouep. Ben moi ce qui m'étonne, c'est que ça étonne......, vu que toussa toussa était contenu à la fois ou soit dans les instructions de l'UE à not' biau pays, soit au programme prez soit disant sans candidat d'Attali, soit dans les morceaux non exécutés encore du rapport Attali 2008, et des lois Macron I et II.
En parlant d'ailleurs de la Macron II remplacée, tronquée très largement, par la Sapin II et l'El Khomri, j'trouve quand même qu'on l'a oubliée un peu vite celle-là, alors qu'elle aurait dû nous rester à tous bien en tête, vingt et vains dieux !  :rougefache: :

Amusez vous donc, c'est pas si vieux :

http://www.rtl.fr/actu/politique/la-loi-macron-2-nouvelle-arme-du-gouvernement-pour-lutter-contre-le-chomage-7780435905
http://www.europe1.fr/economie/le-gouvernement-planche-deja-sur-une-loi-macron-2-2509955
https://juri-ce.com/projet-de-loi-macron-ii/
http://www.usine-digitale.fr/editorial/macron-2-la-france-n-aura-pas-sa-grande-loi-sur-l-economie-numerique-et-c-est-moche.N374834
https://www.lesechos.fr/economie-france/social/021635435168-lenterrement-de-la-loi-macron-2-est-acte-1193875.php

Bon, et puis amusez vous aussi avec l'un des résultats Macron, déjà  au service attentionné des patrons :

https://blog.infolegale.fr/loi-macron-impacts-de-la-confidentialite-des-comptes-annuels

.....voilà voilà, la confidentialité des comptes annuels une gâterie, c'est fait, et le droit à l'erreur des patrons, une gourmandise, c'est programmé, c'est pendant mais déjà bien mûr  :mrgreen: , Darmanin veut le faire passer par ordonnance cet été, c'est décidément une manie  :gehe::pasdrole:


Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #4 le: 29 juillet 2017 à 07:22:58 »
Réveillonsnous, je mets l'article que tu as mis en lien, c'est très intéressant et à vomir.  :merci:
Citer
Accès au plan social pour toutes les entreprises en cas de reprise, relèvement du seuil pour lancer un PSE… De nouvelles révélations sur le contenu des ordonnances de réforme du Code du travail sont parues dans la presse ce vendredi 16 juin.

Et de trois : après Libération et Le Parisien, c’est au tour d’Alternatives Économiques de livrer de nouvelles informations sur le projet de réforme du Code du travail. D’après des pré-projets d’ordonnances que le journal s’est procurés, le gouvernement envisagerait de faire passer le seuil du plan social de 10 à 30 licenciement. Actuellement, dès lors qu’une entreprise licencie plus de 10 personnes sur une période de 10 jours, elle se voit dans l’obligation de lancer un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Faire passer ce seuil à 30 permettrait donc aux entreprises de licencier plus facilement sous pour autant risquer un PSE.

Le gouvernement pourrait même aller plus loin. Le ministère du Travail estimerait que la taille actuelle des entreprises n’est plus la même qu’en 1986, date à laquelle a été mis en place un accord national interprofessionnel (ANI), instaurant le seuil de 10 salariés pour enclencher un plan social. En conséquence, le gouvernement réfléchirait à ajuster ce seuil en fonction de la taille de l’entreprise, pratique qui a déjà cours dans d’autres pays européens.

Paradoxalement, le pouvoir en place jugerait que les conséquences d’une telle évolution seraient faible. “Les plans de sauvegarde de moins de 30 suppressions d’emplois constituent 35 % des PSE et 9 % du total des suppressions d’emploi liées à des PSE”, relèverait le ministère du Travail dans le pré-projet. Autant dire un épiphénomène sur l’ensemble des plans sociaux... Mais une évolution demandée depuis des années par le patronat. En 2003, déjà, le Medef appelait de ses voeux un relèvement du seuil de 10 à 20 licenciements.

Sûrement conscients des possibles remous, côté salariés, le gouvernement réfléchirait aussi à des contreparties. Un “accompagnement des salariés licenciés pour motif économique hors PSE” serait en réflexion. Mais pour le moment, aucune modalité précise de cet “accompagnement” n’est définie.
En cas de reprise, à partir de 50 salariés, une entreprise pourrait faire un plan social

Dernier point, tout aussi explosif, évoqué par les pré-projets révélés par Alternatives Économiques : l’utilisation du PSE dans le cadre d’une reprise d’entreprise. Depuis la loi El Khomri, les entreprises de 1.000 salariés et plus ont la possibilité de mettre en place un PSE dans le cadre d’une reprise, ce qui était auparavant interdit, les employeurs devant jusque-là reprendre l’ensemble des salariés. Le gouvernement réfléchirait maintenant à élargir la possibilité de PSE dans le cadre d’une reprise, peu importe la taille de l’entreprise. Rappelons toutefois qu’un plan social n’est possible qu’à partir de 50 salariés.

But avancé ? Faciliter les rachats certains employeurs bloquant sur l’obligation de reprise des salariés. Déjà refroidis par les premières fuites du Parisien et de Libération, les syndicats pourraient hausser le ton et retourner battre le pavé si ces projets de mesure entrent effectivement dans le champ de la négociation avec les partenaires sociaux.
(source)

Old machin, je pense et j'espère que parmi les habitués de ce forum, ça n'étonne pas. Par contre, ça risque d'étonner au dehors...Et j'ai la même réaction que toi. Pourquoi s'étonner, c'était dans son programme.... :] :]

Par contre, s'indigner et être fou furieux, ça oui.  tresfache tresfache

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #5 le: 07 octobre 2017 à 10:37:44 »
Et bien que déjà largement documenté, ce rapport étroit entre les "préconisations" du MEDEF et la politique de MACRON mérite de l'être encore plus !

Voici un extrait d'un long document d'analyse (en pdf) par le collectif des "économistes atterrés" que je vous met en lien juste en dessous  :super:




UN PACTE IRRESPONSABLE
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #6 le: 07 octobre 2017 à 17:24:31 »
Ouep, y'a eu des livraisons de wagons de champ au MEDEF   :alcool1: :alcool1:  :fleur1:  depuis qu'ils ont commencé à investir dans le Jupibaby ! Et tout particulièrement avec la publication des ordonnances ! Au point que l'UIMM du MEDEF avait publié une belle belle note faisant connaître sans doute aucun possible son intense satisfaction ......
Mais, nous raconte Libération sur desintox,....  se disant que ce n'était finalement peut-être pas très judicieux  :diable: , le même UIMM  l'avait effacée, cette belle note.... Alors je ne sais pas si l'article s'ouvrira bien, ni si le lien conservé sera toujours actif, comme il l'était il n'y a guère (d'ailleurs je ne sais même pas si ce genre de lien fonctionne  :gene1: ), mais je vous mets les deux, pour que j'espère vous puissiez savourer :

http://www.liberation.fr/desintox/2017/09/20/le-patronat-supprime-une-note-se-felicitant-des-ordonnances_1597679

Note UIMM :

https://drive.google.com/file/d/0BynPvA8XInjuMmotTFdXSnpnZDg/view

Santé, camarades !  :diable:

« Modifié: 07 octobre 2017 à 17:27:40 par old machin »

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #7 le: 10 octobre 2017 à 14:43:22 »
J'ai essayé ! Et les 2 liens marchent très bien  :super: :merci:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28614
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #8 le: 18 octobre 2017 à 13:14:10 »
Nan mais lui :rougefache: :rougefache: :rougefache:

Citer
Chômage : Pierre Gattaz évoque l'idée d'un "contrôle journalier" des chômeurs


Le président du Medef, Pierre Gattaz, a une idée pour s'assurer que les chômeurs cherchent correctement un travail. Il a estimé, mardi 17 octobre, qu'il fallait mieux contrôler les chômeurs dans leur recherche d'emploi et a, pour cela, évoqué la possibilité d'un "contrôle journalier". Une déclaration alors que Matignon a commencé à recevoir les partenaires sociaux au sujet de l'assurance chômage.

"L'assurance chômage est un outil indispensable pour sécuriser les salariés en transition mais il faut que le système soit incitatif à la reprise d'emploi et aide réellement à retrouver un emploi", a expliqué Pierre Gattaz lors d'une conférence de presse. "Il ne faut pas qu'il donne un confort fictif qui entraîne encore plus de difficultés quand il prend fin", a-t-il ajouté.

Soulignant qu'il fallait "aider ceux qui ont vraiment besoin de formation", le patron des patrons a affirmé qu'il y avait aussi "des gens qui profitent du système", sans pour autant être "hors-la-loi".
La régularité du contrôle à préciser

Dans ce contexte, il a jugé qu'il fallait contrôler les demandeurs d'emploi sur leur recherche, "peut-être par un contrôle journalier", et surveiller qu'ils ne refusent pas à plusieurs reprises des offres raisonnables d'emploi. Invité à repréciser ce qu'il entendait exactement par "contrôle journalier" en sortant de son entrevue à Matignon mardi soir, Pierre Gattaz a expliqué qu'il pouvait s'agir "d'un contrôle journalier ou hebdomadaire". "C'est un contrôle qui est important", a-t-il dit. "Journalier, hebdomadaire, ou mensuel c'est un truc qu'il faut débattre", a-t-il ajouté.

"Dans certains pays, c'est journalier, dans d'autres pays c'est hebdomadaire", a-t-il ajouté, prenant aussi l'exemple du Canada où lorsque "les personnes partent en vacances" elles ne reçoivent plus l'allocation. Pierre Gattaz a par ailleurs réitéré ses mises en garde contre l'intégration des démissionnaires et des indépendants dans le régime d'assurance chômage, soulignant que le système actuel était "toujours plombé par une dette énorme" et "toujours déficitaire à ce jour".

La formation des chômeurs

Le financement de la formation des chômeurs est un sujet", a-t-il déclaré. "Les entreprises sont prêtes à participer, mais il ne saurait être question de ponctionner massivement les fonds de la formation professionnelle de nos salariés à cette fin", a-t-il toutefois ajouté.

"On a essayé de faire en sorte de préserver le maximum de formation professionnelle auprès de nos salariés car les métiers vont bouger (...) et d'éviter une pollution sur les fonds de formation des salariés par des fonds liés aux chômeurs, même s'il faut faire un effort pour accompagner les chômeurs", a-t-il renchéri en sortant de Matignon.

Après l'Élysée la semaine dernière, Matignon a pris le relais mardi en recevant les partenaires sociaux, jusqu'à jeudi. Le sujet : les réformes de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de l'assurance chômage, qui visent à donner davantage de protection aux salariés, après avoir offert plus de flexibilité à l'entreprise, avec les ordonnances.

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7869
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #9 le: 19 octobre 2017 à 17:20:38 »
 C'est l'intelligence du gâteux zig Gattaz qu'il faut urgemment contrôler et tous les jours avant qu'il ne devienne un étron fasciste définitif.  :hurt4:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #10 le: 20 octobre 2017 à 21:18:45 »
Macron est la marionnette de Gattaz
Mais Gattaz est probablement la marionnette d'autres qui se font encore plus discrets
Attali, dirait notre chère vieille truc !
Mais c'est surtout sur les idées que nos esprits doivent rester éveillés !


Restons éveillés, chacun de nous a les moyens de comprendre ... et de faire comprendre à se collègues , voisins, frangins ....
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #11 le: 24 octobre 2017 à 11:47:42 »
Mais c'est formidable dis donc !!  :diable: :diable: Un contrôle journalier des chômeurs ! C'est bien ça... :rougefache:
Bon par contre il va falloir embaucher des gens, hein, pour ce fameux contrôle...

Et les gens qui ne reçoivent pas d'indemnisation, aka 50% des chômeurs inscrits à popole emploi, , qui n'ont pas ce fameux "confort fictif" d'avoir de l'argent  :diable: (je ne sais pas s'il faut rire ou pleurer, là...). Qu'est ce qu'on fait ? On ne les contrôle pas parce qu'on ne leur donne pas d'argent ?

Mmmmm ???

Et ce truc de ne pas partir en vacances.... T'es chômeur, t'es coupable, t'as pas le droit à des vacances.... tresfache tresfache

Quand on pense que la plupart des smicards ne partent pas en vacances, sans compter les précaires, les pauvres, etc.... ON voit que les "vacances" du chômeur sont un problème de fond, évidement.... :fache1: :fache1: :fache1:

Moi je propose un contrôle horaire du chômeur, et un choc électrique quand le salaud ne cherche pas de travail, genre quand il utilise ce confort fictif du sommeil.... :rougefache: :rougefache:
Et leur coudre le sigle "pôle emploi" sur la poitrine pour qu'on puisse leur jeter des pierres. Nan ?  tresfache tresfache tresfache

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2879
Re : Le MEDEF et la présidence Macron
« Réponse #12 le: 26 octobre 2017 à 05:24:13 »
Vi vi, RN, l'vieux truc signe Attali (et vous le prouvera, mais ailleurs, par citations d'ycelui - y peut pô s'empêcher. !..  :diable: ), mais l'vieux truc dans le domaine ne rejette pas le mariage à 3 (mâme Junon  :langue3: ).