Auteur Sujet: Questions autour de l'EAU  (Lu 8316 fois)

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Questions autour de l'EAU
« le: 20 février 2013 à 03:51:41 »
Initialement ces messages faisaient partie de BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !! mais la question de l'eau a attiré suffisamment de contenu pour en faire un sujet à part entière
RN



Allez, on y va maintenant par un petit tour du côté de l'eau : on rappelle que not' planète, bleue comme une orange disait l'autre, n'a donné essor à la vie telle que nous l'entendons (gardons l'esprit ouvert !) que grâce à la flotte, et que tout particulièrement l'organisme humain peut survivre à ne rien grailler pendant un temps certain, mais par contre crève très vite sans eau.
Ce fait là avait durant des millénaires et partout entraîné un statut particulier de l'eau, "bien commun de l'humanité" (vaniteux que nous sommes ! ) : s'approprier une source au détriment de l'aval, détourner un cours d'eau à son profit exclusif, empoisonner un puits, etc étaient, partout et chez nous aussi, des délits voire des crimes tout particuliers, et accessoirement un acte de guerre.
Un consensus donc. Jusqu'en....eh bien, jusqu'en fait les années 90 si l'on doit dater le départ des plus gros délires - et ake je vous demande de bien noter qu'il faut quelques décennies pour que nous commencions à réaliser vers quels enfers "ils" nous mènent patin patant.  :diable:
Déjà même avant nous payions nous z'autres hexagonaux, non pas l'eau en soi, mais son acheminement, son épuration, sa "valeur ajoutée" de potabilité, y compris pour le nettoyage de nos chiottes et de nos bagnoles  :diable: ; à noter que parallèlement et subrepticement de petites interdictions naissaient ici ou là, ou des pénalisations financières lorsque nous essayions selon nos situations de "profiter" pour notre usage de la flotte qui venait à nous échoir (découverte d'une source souterraine sur notre "propriété" par exemple). En même temps, et au nom de la liberté d'entreprendre, rien à f.... des élevages industriels pourrissant les nappes phréatiques, ou des cultures demandant une masse d'eau déraisonnable "perdue" (coton par ex. dans des contrées pas prévues pour). Rentabilisation et performance, na !
Pour autant des voix nombreuses s'élevaient face à ces dérives là (cheux nous me semble bien que Dumont - a braillé en 1er, ça date donc de loin... Petit à petit, on a aussi commencé, dans les pays industrialisés, à mettre dans le crâne des gens que l'eau à boire n'était pas celle de leur robinet, (service déjà chèrement payé selon les lieux), mais celle que de gentils industriels leur vendaient dans des plastiques peut-être bien férocement nocifs, va savoir..., et qu'il nous fallait, à nous race particulière sans doute, boire par tête de pipe et par jour 2 fois plus d'eau que ce qu'utilisent d'autres pour l'ensemble de leurs besoins y compris domestiques.  Homme blanc pas pareil, hein....

Mais, disais-je, des sages qu'on disait fous commençaient à brailler un peu trop fort pour qu'on ne les entende pas. On a donc réuni des "conférences mondiales", entre autres. Jusqu'à 1992, date maudite, puisqu'à l'issue de cette Conférence là (sur l'eau et l'environnement) à Dublin, Irlande verdoyante, l'eau a bien été été décrétée "valeur économique", et donc COMMERCIALISABLE. Notez bien z'aussi que si nous nous avons du mal à anticiper les schémas, eux ils les poursuivent avec une prospective impeccable : il était couru que l'eau deviendrait une denrée rare, pour peu qu'on mette une liberté débridée pour les z'uns, et des verrous de plus en plus nombreux pour les plus nombreux z'autres.... :diable: .
Vach'tement pratique aussi, l'eau : un coup on dit qu'elle est commercialisable donc que sa matière essentielle ce sont les tuyaux le petit coup de chlore et la bouteille,  l'autre coup on dit que c'est bien une "valeur universelle de l'humanité", et ça permet de lorgner sur la plus grande nappe phréatique mondiale connue, en Lybie, celle que Khadafi avait entrepris d'exploiter au bénéfice de la population lybienne et alentour (eh oui !), ou d'aller s'approvisionner aux grands lacs canadiens au profit de l'inoxydable "mode de vie s'tats z'unien".

Un article dans mondialisation.ca, titre "Le commerce de l'eau" :

"À l’heure où les privatisations de services publics sont d’actualité, en France ou ailleurs, il n’est pas inutile de revenir sur le bilan des expériences menées dans ce domaine. L’article publié ci-dessous, rédigé par deux membres de l’ONG espagnole Ingeniería Sin Fronteras, traite d’un des secteurs de service public, l’eau. Il prolonge ainsi les différents articles publiés par Dial autour de l’enjeu que représente l’eau [2] – d’organisations de la société civile pour en faire un bien public inaliénable [Pueblos, consacré aux multinationales [
 
Depuis la fin des années 1980, la part des investissements privés dans les services publics, et particulièrement dans le secteur de l’eau, n’a cessé d’augmenter. Dans les pays du Sud, cet accroissement a provoqué de nombreux conflits et déclenché, dès la fin des années 1990, un renversement de tendance. En effet, attirées par d’autres régions, les entreprises espagnoles du secteur de l’eau ont progressivement quitté l’Amérique Latine, leur marché traditionnel.
 
La tendance à la participation d’investisseurs privés dans le secteur de l’eau, initiée à la fin des années 1980, est notamment le résultat de l’acceptation, au plan intellectuel, des principes directeurs formulés lors de la Conférence internationale sur l’eau et l’environnement de Dublin (1992) et, plus particulièrement, du principe selon lequel « l’eau, utilisée à de multiples fins, a une valeur économique et devrait donc être reconnue comme bien économique ». C’est ainsi qu’a débuté le processus de privatisation du secteur de l’eau en Amérique Latine, en Afrique et en Asie.
 
Opposés à ce principe, plusieurs associations et ONG ont demandé que l’on reconnaisse l’accès à l’eau comme un droit universel, position confortée en janvier 2003 par l’Observation générale n° 15 du Conseil économique et social de l’ONU, précisant que « […] l’eau est une ressource naturelle limitée et un bien public ; elle est essentielle à la vie et à la santé. Le droit à l’eau est indispensable pour mener une vie digne. Il est une condition préalable à la réalisation des autres droits de l’homme ». En d’autres termes, l’eau ne peut être considérée comme une marchandise, et son accès est un droit.
 
Le Nord s’abreuve au Sud
 
Dans les pays du Sud, l’intervention du secteur privé dans les services de l’eau est devenue particulièrement conflictuelle à chaque fois que les intérêts commerciaux ont pris le pas sur la mise en œuvre de politiques censées répondre à la problématique spécifique des pays en développement, où les lacunes sont pourtant les plus flagrantes : plus d’1,1 milliard de personnes n’ont pas d’accès à des sources d’eau potable salubre et plus de 2,6 milliards de personnes ne disposent pas de dispositif d’assainissement adéquat.
 
En outre, le secteur privé a concentré son activité dans les pays à revenu moyen, en se limitant aux zones urbaines. Il n’a pas pris en compte l’état désastreux des services de l’eau dans les zones rurales, notamment dans les pays les moins développés et à faible revenu. Ainsi les entreprises privées ont-elles privilégié une participation aux « grands » projets, ceux dont le budget dépassait les 100 millions de dollars, dans les villes de plus d’un million d’habitants, où les revenus sont moyens ou élevés.
 
Et pourtant, la participation des entreprises privées dans ce secteur est restée au cœur des discussions internationales pour financer le développement. Ainsi, le financement privé de l’eau a été abordé explicitement lors des forums mondiaux de l’eau, et implicitement lors du Sommet du millénaire des Nations unies, en 2000, et du Somment mondial sur le développement durable de Johannesburg, en 2002. Dans les deux cas, l’un des engagements pris pour le millénaire était de réduire de moitié, à l’horizon 2015, la part de personnes n’ayant pas d’accès à des sources d’eau potable salubre et à des systèmes d’assainissement adéquats.
 
Le troisième Forum mondial de l’eau, qui s’est tenu à Kyoto en 2003, a été l’occasion de proposer au secteur privé d’occuper un rôle privilégié dans l’accomplissement des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) d’une part et, d’autre part, de considérer l’opportunité de protéger les entreprises internationales par des mesures destinées à diminuer le risque des investissements dans les pays en développement. Ces précautions sont la conséquence directe de l’expérience internationale des entreprises du secteur de l’eau. En effet, si l’on a considéré, dans un premier temps, que les risques étaient mesurés, la réalité a démontré qu’il n’en était rien et, qu’en outre, les bénéfices tirés ne correspondaient pas aux bénéfices escomptés.
 
Ainsi a-t-on constaté, surtout à partir de 1996-1997, une diminution progressive de la présence privée dans le secteur de l’eau, de telle façon que désormais, c’est le secteur public qui finance la majeure partie des services de l’eau dans les pays à bas et moyens revenus. Cet état de fait est particulièrement manifeste dans des documents comme le rapport 2004 de la Commission du développement du Parlement européen sur « l’incidence des activités de prêt de la Communauté européenne dans les pays en développement (INI/2004/2213) », dans lequel est écartée toute intervention privée pour remplir les OMD. Il apparaît clairement que cette situation est loin des déclarations et des attentes suscitées par le forum de Kyoto, puisqu’il faudrait pour cela qu’entre 2006 et 2015, pas moins de 270 000 personnes accèdent chaque jour à des sources d’eau potable salubre. Or le secteur privé n’a pu fournir cet accès qu’à 900 personnes par jour pendant les neuf dernières années.
 
Investissements des géants de l’eau
 
Les entreprises multinationales établies dans les pays de l’

OCDE sont les principaux acteurs de la privatisation des services publics depuis 1990. Avant, les privatisations étaient tout simplement quasi inexistantes dans le secteur de l’eau. Cela étant, elles se sont ensuite multipliées jusqu’à atteindre un pic en 1997, avant de commencer à décliner avec les crises économiques asiatique et latino-américaine.
 
À partir de l’an 2000, les multinationales de l’eau ont dû faire face à une opposition croissante concernant leur activité. Elles ont essuyé la résiliation et la non-exécution de nombreux contrats et subit de lourdes pertes. Aujourd’hui, elles tentent de recentrer leurs activités en Chine, dans l’Union européenne et les pays proches, au Moyen-Orient et dans le nord de l’Afrique, tout en réduisant leur présence dans les pays en développement et à bas et moyen revenu afin de limiter leurs pertes et de réduire leurs risques. Dans les faits, la politique générale des multinationales de l’eau repose actuellement sur la réduction de leur niveau d’endettement. Pour cela, elles vendent leurs contrats non rentables, diminuent les coûts, limitent les nouveaux investissements à l’excédent de trésorerie et réduisent fortement leurs investissements dans les pays en développement.
 
Le secteur privé de l’eau est entre les mains d’un petit nombre de sociétés – Suez, Veolia, Thames Water et Saur – qui concentrent plus de 80 % de l’activité. Suez et Veolia, à elles seules, accaparent les deux tiers du marché. Notons également que certaines sociétés publiques du secteur de l’eau opèrent hors de leurs frontières. C’est notamment le cas de Vitens (Pays-Bas), Rand Water (Afrique du Sud), NSWC (Ouganda), Canal de Isabel II (Espagne), Aguas de Bilbao (Espagne) et EVN (Autriche).
 
C’est l’Amérique Latine qui a connu le plus grand nombre de privatisations. Il y a plusieurs raisons à cela. D’abord, le continent abrite un grand nombre de villes dont la population est suffisamment importante et où les classes moyennes sont bien représentées, ce qui attire les investisseurs. Ensuite, nombreuses sont les entreprises publiques à fort taux d’endettement, dont les revenus sont précaires, et pour lesquelles l’alternative privée pouvait se justifier auprès des usagers. Enfin, les politiques néolibérales ont été très appliquées dans cette région, du fait des mesures d’ajustement structurel et des crédits conditionnels de la Banque mondiale et de la Banque interaméricaine de développement (BID).
 
En Amérique latine, le secteur privé de l’eau est dominé par Suez, suivi de Veolia, mais il compte également un nombre relativement important d’entreprises internationales. Les privatisations se sont opérées en deux grandes vagues. La première a débuté en 1993 à Buenos Aires. La seconde a commencé en 1999.
 
Les entreprises espagnoles présentes en Amérique Latine sont les suivantes : Aguas de Barcelona-Agbar (Chili, Colombie, Argentine, Cuba, Mexique, Uruguay et Brésil), Dragados (Argentine), Aguas de Bilbao (Argentine et Uruguay), Canal de Isabel II et TECVASA (Colombie, Équateur, République Dominicaine), Abengoa (Bolivie), Endesa et Iberdrola (Chili).
 
Retrait progressif d’Amérique Latine
 
Il n’est pas surprenant qu’Agbar soit l’entreprise espagnole la plus active en Amérique Latine dans la mesure où c’est Suez, principale multinationale du secteur, qui en est propriétaire à 48,6 %, avec la banque catalane La Caixa. Mais la présence d’Agbar a été source de conflits importants en Argentine, en Colombie et en Uruguay. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui, elle a abandonné la plupart de ses implantations dans ces pays et maintient seulement des contrats à Córdoba, en Argentine, et à Carthagène, en Colombie.
 
En 1993, la concession obtenue à Buenos Aires par Aguas Argentinas, détenue par Suez à 39,93 % et par Agbar à 25,03 %, a fait grand bruit. En effet, la société n’a pas du tout rempli les critères fixés concernant l’élargissement du réseau et le traitement des eaux usées. Elle avait pourtant fortement augmenté ses tarifs, imposés au fil des renégociations. La hausse est évaluée à 88,2 % entre 1993 et 2001.
 
À Carthagène le non-respect des termes du contrat prévoyant une extension du réseau vers les quartiers les plus pauvres de la ville a aussi été largement documenté. Fin 2005, Agbar a reconsidéré sa stratégie globale en Amérique Latine et a choisi d’y réduire sa présence pour se concentrer principalement sur le Chili, où elle estime que ses investissements présentent moins de risques et que les bénéfices prévisibles sont plus importants. Elle a, en outre, commencé à y diversifier son activité.
 
Deux entreprises publiques sont intervenues dans la privatisation des services de l’eau : Aguas de Bilbao et Canal de Isabel II (Madrid). La première était présente en Argentine depuis 1999, par l’intermédiaire de l’entreprise Aguas del Gran Buenos Aires S.A. détenue par Dragados, Impreglio et des investisseurs privés. En mars 2006, sa concession a été résiliée. Aguas de Bilbao était aussi présente en Uruguay, mais, en octobre 2005, le contrat a également été résilié avant son terme, par un accord avec le gouvernement du pays.
 
La société Canal de Isabel II opère en Amérique Latine à travers la société Canal Extensia, qu’elle détient en partenariat avec la société TECVASA de Valence (Espagne). Canal Extensia est actionnaire majoritaire du groupe d’entreprises Triple A, une organisation active en Colombie, où elle obtenu d’Agbar de vieilles concessions détenues par cette dernière à Barranquilla, Santa Marta, Soledad et Puerto Colombia. Elle est également présente à Saint-Domingue (République Dominicaine) et à Samborondón (Équateur). Triple A s’est développée en Amérique Latine entre 2000 et 2005. Depuis, sa stratégie de développement semble moins claire.
 
Au Chili, deux entreprises du secteur de l’électricité ont participé à la privatisation du secteur de l’eau. Endesa possédait des parts d’ESVAL (Empresa de Servicios Sanitarios de Valparaíso) mais les a vendues à Anglian Water en 2000. Iberdrola, de son côté, possède des parts d’ESSAL (Empresa Sanitaria de Los Lagos), mais en négocie actuellement la vente à Thames Water ou Anglian Water. Quoiqu’il en soit, il apparaît clairement que la compagnie d’électricité espagnole cherche à abandonner son activité dans le secteur de l’eau.
 
Enfin, à travers l’entreprise Aguas de Misiones, ACS (Dragados) détient un contrat de construction, d’exploitation et d’acheminement à Misiones (Argentine) depuis 1999.
 
Pour conclure sur la stratégie d’expansion des entreprises du secteur de l’eau, on constate qu’Agbar et, dans une moindre mesure, Canal de Isabel II, sont les deux seules sociétés ayant cherché à se développer dans tous les pays où elles le jugeaient pertinent. Toutes les autres se sont concentrées sur un seul, voire deux pays. En ce qui concerne les résultats d’activité, ils sont en tout point similaires aux résultats des sociétés multinationales au niveau mondial, avec les limites mentionnées relatives à l’extension de l’accès à l’eau aux secteurs les plus défavorisés, l’opacité des appels d’offres et de l’adjudication des concessions et des contrats, etc. Enfin, la plupart des entreprises ont entamé un processus de retrait du continent.
 
 Source (espagnol) : revue Pueblos, n° 22 – numéro spécial sur les multinationales, juillet 2006.
 Traduction de Jérémie Kaiser pour Dial.
 Dial – Diffusion d’information sur l’Amérique latine – D 2970. 
 
Notes
 
[1] Voir notamment DIAL 2838 « AMÉRIQUE DU SUD – L’eau convoitée de l’aquifère Guaraní (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay). Un bien stratégique qui n’est pas encore protégé par la loi ».
 
[2] Voir DIAL 2763 « URUGUAY – Non à la privatisation de l’eau ».
 
[3] Voir aussi DIAL 2814 « AMÉRIQUE LATINE – Déclaration œcuménique sur l’eau comme droit de l’homme et bien public ».
 
[4] Sur le même sujet, voir aussi « LIVRE – « L’Eau des multinationales, les vérités inavouables », de Roger LENGLET et Jean-Luc TOULY ». Un article de portée plus globale a été publié récemment (16 novembre 2007) par Marcel Laimé dans Carnets d’eau, un des blogs du Monde diplomatique : « Mobilisation internationale contre les partenariats public-privé ». "
 
 
Ake ça fait peur ? Tope là !  :fache1:
« Modifié: 09 mai 2013 à 14:52:26 par reveillonsnous »

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #1 le: 20 février 2013 à 04:34:10 »
Z'aurez remarqué que, pro domo hexagonal, SUEZ fait fort, avec l'eau et le gaz dans son escarcelle, 2 marchés captifs, youpi.
Nestlé a fait fort aussi depuis des décennies : s'est remis sans encombres du grand scandale des milliers de morts de nouveaux nés en Afrique noire (encouragements vigoureux aux femmes africaines d'abandonner l'allaitement maternel au profit de ses laits en poudre, pour être "moderne", tiens donc : résultat dans ces pays, biberons contaminés rapidement, et hécatombe jamais "indemnisée")

A propos Nestlé et la flotte, un article d'ATTAC SUISSE (2005, on a le temps... :diable:) :

Nestlé et le commerce de l’eau en bouteille   
   
 

Alors que l’eau potable se fait de plus en plus rare sur la planète, des multinationales comme Nestlé investissent massivement dans le nouveau commerce très lucratif de l’eau en bouteille. Cet article propose un tour d’horizon des modalités, paramètres et conséquences de ce nouveau marché qui transforme un élément vital en source de profit.



Le nouveau marché de l’or bleu

On assiste actuellement à une crise mondiale de l’eau, qui se manifeste à travers la pénurie croissante d’eau potable et la multiplication des maladies hydriques, causées par la pollution industrielle, la contamination des lacs et rivières, le traitement insuffisant des eaux usées, l’assèchement des sources, etc. Selon une estimation des Nations Unies, 36’000 personnes meurent chaque jour par manque d’eau potable ou par ingestion d’eau contaminée ; 1,5 milliards de gens sont privés d’accès à l’eau, et ce chiffre atteindra en 2025 les deux tiers de la population mondiale .

Face à cette catastrophe humanitaire, les gouvernements et institutions internationales prônent la privatisation, la commercialisation et l’exportation de l’eau, justifiant ces mesures par l’effet prétendu bénéfique du libre-marché. Lors du deuxième Forum Mondial de l’Eau à la Haye en 2000, l’eau a été officiellement définie non pas comme un « bien commun » ou un « droit humain » mais comme un « besoin essentiel », ce qui permet d’en faire désormais une marchandise soumise aux lois de l’offre et de la demande .

Les entreprises privées intéressées par le marché de l’eau soutiennent activement ce programme qui leur ouvre des possibilités de profit énormes. Il s’agit d’une part des sociétés transnationales de distribution d’eau comme Suez (ex-Suez-Lyonnaise des Eaux) et Veolia (ex-Vivendi), d’autre part des quatre multinationales qui se partagent le marché de l’eau en bouteille : Nestlé, Danone, Coca-Cola et PepsiCo.

 Nestlé Waters, champion de l’eau en bouteille

Nestlé est le numéro un mondial du marché de l’eau en bouteille, avec environ 17% du marché global. Nestlé Waters, la division eau du groupe Nestlé, avait en 2004 un bilan de 8.04 milliards de francs suisses de chiffre d’affaire ; en 2003, près de 20% des investissements de Nestlé avaient été faits dans ce secteur. Autrement dit, ce marché est non seulement très lucratif mais aussi en pleine croissance. C’est dans les années 80, alors que l’eau en bouteille devenait progressivement un produit de consommation de masse, que Nestlé a commencé à conquérir ce marché en établissant des sites de production et en rachetant de nombreuses entreprises d’embouteillages en Amérique du Nord et en Europe . Actuellement, Nestlé Waters est présente dans 130 pays, et détient 77 filiales, dont cinq marques internationales (Perrier, Vittel, Contrex, Acqua Panna, San Pelegrino), une septantaine de marques régionales prévues pour un marché local (comme Poland Spring ou Arrowhead aux Etats-Unis, Vera en Italie, San Narciso en Espagne, Saint Spring en Russie, Baraka en Egypte, La Vie au Vietnam, etc.), et deux "marques mondiales à production multi-site", concept qui consiste à commercialiser sous une marque unique une eau pompée à des lieux différents, ce qui réduit les coûts logistiques tout en visant un marché global. Il s’agit de la marque Nestlé Aquarel, apparue en 2000 et vendue déjà dans 11 pays européens, et de Nestlé Pure Life, lancée en 1998 au Pakistan, destinées surtout aux pays du Sud, et qui contient ce qu’on appelle de l’eau de synthèse, ou de l’eau traitée (cf. encadré).

Le nom de Nestlé est rarement mentionné sur les étiquettes, pour réduire les risques de boycott en cas de scandale alimentaire, mais aussi pour bénéficier d’une large palette de produits différentiés. Pour conquérir le marché mondial, la stratégie de Nestlé consiste en effet à combiner la vente de marques connues au niveau national et international avec des marques locales et régionales, de jongler avec plusieurs produits de différentes catégories, marques, prix et clientèles-cibles. Cette multiplication et diversification de l’offre s’illustre aussi par l’émergence, aux USA puis en Europe, du "Home and Office Delivery". Ce service de livraison de fontaines à eau est un produit totalement superflu, mais qui actuellement envahit les entreprises, administrations et centres commerciaux. Nestlé est le principal détenteur de ce marché en Europe.

 Pourquoi les gens achètent-ils de l’eau en bouteille ?

L’eau nous est amenée presque gratuitement à domicile par les services publics. Pourtant, les gens achètent et boivent de plus en plus d’eau en bouteille. En 1970, le marché de l’eau embouteillée représentait un billion de litres vendu dans le monde par année ; en 1980, ce chiffre avait doublé ; à la fin des années 80, il s’agissait de 7,5 billions de litres par années ; et en 2003, on avait passé à 84 billions de litres (T. Clarke 2005, p.9). On assiste ici à l’émergence d’une « nouvelle culture de la consommation de l’eau en bouteille » (id., p.66). Celle-ci est le résultat d’une campagne marketing et médiatique très puissante et efficace, qui cherche notamment à nous convaincre que l’eau en bouteille serait un produit plus pur, plus sûr et de meilleure qualité que l’eau du robinet. On peut voir là une « double stratégie » de manipulation : dans un premier temps, il s’agit d’entretenir la méfiance du public envers l’eau du réseau, et de décrédibiliser les services publics de gestion de l’eau qui de leur côté n’ont aucun budget publicitaire pour défendre leur image. Dans un deuxième temps, il reste à proposer une solution rassurante, une alternative nécessaire (id., p.66-67). Cette tactique a été appliquée par exemple au Pakistan, où Nestlé a organisé des séminaires pour sensibiliser les gens au problème de l’hygiène de l’eau en insistant sur l’état catastrophique de l’eau municipale, quelques mois avant de lancer la marque Pure Life . L’eau en bouteille doit aussi son succès aux campagnes des nutritionnistes qui ont commencé dans les années 90 à dénoncer les problèmes d’obésité et de désydratation, accusant l’industrie des fast-food et des boissons gazeuses. Dès lors, l’eau en bouteille a été présentée par la publicité comme une alternative aux boissons sucrées, une boisson associée à une vie saine, active et sportive. De même, on insiste sur la fraîcheur et le goût agréable de l’eau en bouteille, dont la consommation deviendrait alors un plaisir raffiné, un luxe, voire un signe extérieur de richesse, de statut ou de classe. Pureté, sécurité, nature, santé, bien-être, hédonisme, dynamisme ou distinction sociale... autant de notions qui font l’impasse sur le fait que l’eau du robinet contient en moyenne autant de minéraux utiles à l’organisme, et offre la même qualité que l’eau en bouteille : les normes et les contrôles qui réglementent l’eau du réseau sont même en général plus strictes que celles de l’eau embouteillée, et cette dernière présente en réalité des conditions peu propices à une véritable sécurité alimentaire - stagnation de l’eau dans du plastique, longs délais de consommation liés au transport et au stockage, etc. Une étude du Natural Ressource Defense Council dans des supermarchés américains a d’ailleurs montré qu’un tiers des eaux en bouteille vendues dans le commerce contenaient des substances indésirables. Autrement dit, on achète de l’eau en bouteille non pas pour son contenu objectif mais pour son image, pour les symboles qu’elle véhicule. En l’affublant de toute une série de connotations sociales, symboliques et imaginaires, l’industrie a réussit à transformer un élément presque inodore, incolore et gratuit en un pur produit commercial.

 L’eau en bouteille, une fausse solution à la crise de l’eau

Loin de résoudre les problèmes sanitaires dans les pays du Sud comme le prétend notamment Nestlé, l’eau en bouteille ne fait qu’aggraver la crise humanitaire et l’inégalité sociale. Tout d’abord en raison de son prix exorbitant : certes, elle peut approvisionner les classes supérieures des deux hémisphères, mais elle reste totalement inabordable pour les populations démunies du Sud. Plus grave, le commerce de l’eau embouteillée a tendance à « décourager les pouvoirs publics à investir dans l’amélioration de la distribution d’eau potable » (cf. Attac contre l’Empire Nestlé, p.118) ; en ce sens, ce marché contribue à faire baisser ou à maintenir une mauvaise qualité de l’eau du réseau. De plus, l’exploitation des sources par des multinationales est préjudiciable pour les systèmes traditionnels de gestion et de distribution d’eau ; Nestlé achète dans le monde entier, souvent à des prix dérisoires, des concessions de prélèvement sur les sources dont elle garde ensuite le monopole en excluant les communautés locales qui se voient privées de leur accès vital et légitime à l’eau potable . Au niveau écologique, la surexploitation des sources engendre des dégâts irréparables sur l’équilibre environnemental. Pour répondre à une demande en croissance exponentielle, Nestlé réalise souvent des forages et des drainages excessifs qui dépassent le taux de reconstitution naturelle des nappes phréatiques et conduisent à l’assèchement des réserves d’eau - après quoi la multinationale déplace ses usines dans un autre site. Le cas le plus fameux est celui du Parc d’eau de Sao Lourenco au Brésil, qui abrite plusieurs sources d’eau minérale connue pour sa haute minéralisation et ses propriétés curatives. Nestlé y a installé en 1994 des usines de pompage et d’embouteillages pour y produire son eau de synthèse Pure Life. Depuis 1996, Nestlé a foré illégalement deux puits de plus de 150 mètres de profondeur pour y pomper 30’000 litres par jour, ce qui a conduit au changement de composition des minéraux dans certaines sources et même au tarissement de l’une d’elles . Enfin, une étude du WWF en 2001 a montré que l’industrie de l’eau en bouteille utilisait 1,5 millions de tonnes de plastique chaque année. Un cinquième seulement de ces bouteilles sont reçyclées - la production étant moins coûteuse que le recyclage. Tony Clarke (2005, p.61-65) montre comment l’industrie de l’eau en bouteille et l’industrie du plastique travaillent main dans la main pour d’une part éviter et contourner les législations en matière de recyclage, et d’autre part pour élaborer des plans marketings qui visent à faire croire au public que leur produit respecte l’environnement.

 Actions possibles et résistances citoyennes

Comment réagir contre cette marchandisation irresponsable et désastreuse d’une ressource naturelle vitale qui devrait rester un bien collectif ? La première chose à faire est sans doute de boire l’eau du robinet qui, en Suisse du moins, a encore le multiple avantage d’être publique, bon marché, sure, saine et de bonne qualité. Mais au-delà de cet acte de "consommAction" nécessaire mais insuffisant (cf. article dans ce même numéro), des actions politiques sont possibles et utiles. On peut citer par exemple l’impact international de la campagne du Mouvement brésilien de citoyenneté pour l’eau qui, si elle n’est pas encore arrivée totalement à ses fins, a du moins attiré l’attention du public sur les activités de Nestlé dans le parc de Sao Laurenco. En Amérique du Nord, la présence de Nestlé a plusieurs fois été l’objet de controverses politiques, comme dans les états du Wisconsin, du Michigan ou en Floride. En 2001 par exemple, l’administration du Michigan a accordé pour 100 USD à Nestlé Waters North America une licence d’exploitation de 4 sources près des Grandes Chutes du Michigan, où Nestlé a installé une usine qui pompait 380 à 1100 litres d’eau par minutes, vendues sous la marque « Ice Mountain ». Grâce à un mouvement de résistance créé par trois tribus indiennes, une plainte a été déposée et a conduit en novembre 2003 à une décision du tribunal de fermer l’exploitation. Un autre exemple réjouissant nous est fournit par le travail d’attac neuchâtel, à l’origine d’un mouvement citoyen qui a pu empêcher en 2001 que Nestlé reçoive une concession d’exploitation sur l’eau minérale d’une source à Bevaix. Ces succès - tout relatifs et provisoires qu’ils sont - nous montrent l’intérêt et l’importance des mouvements de résistances face aux multinationales. Plus en amont, la création des Forums alternatifs mondiaux de l’eau (en 2003 à Florence, en 2005 à Genève, et bientôt en 2006 au Mexique) reflète la volonté actuelle de différents représentant-e-s de la société civile de se mobiliser et de se coordonner pour défendre à tous les niveaux un modèle de gestion publique, collective et citoyenne de l’eau.

Le Groupe de travail Mondialisation et Multinationales d’attac vaud travaille depuis une année sur le thème de l’eau en rapport avec Nestlé. Il organise dans le cadre du Forum Nestlé du dimanche 30 octobre à Berne (9h15 - 12h15) un atelier qui aura pour titre « Nestlé et le commerce de l’eau en bouteille », et qui réunira Tony Clarke, de l’Institut Polaris au Canada, Franklin Frederick, du Mouvement brésilien de citoyenneté pour l’eau, et André Babey, d’attac neuchâtel. Renseignements et inscriptions : www.multiwatch.ch.

 Petit lexique de l’eau

Les différents types d’eau tels que définis en Suisse par la nouvelle ordonnance sur les denrées alimentaires (ODAl), entrée en vigueur le 1er mai 2002 :

1. L’eau du robinet
Eau captée à partir des lacs, des rivières, ou des sources, selon les régions ; peut être traitée, mais ne peut pas subir d’adjonction (sauf chlore). Sa teneur en sels minéraux peut varier.
2. L’eau minérale naturelle
Eau captée et embouteillée à partir d’une source unique, géographiquement identifiée, dont l’eau a des caractéristiques minérales stables. Ne peut pas subir aucun traitement ni adjonction (sauf dioxyde de carbone). Ex. : marques internationales de Nestlé (Perrier, Vittel, Contrex, Acqua Panna, San Pelegrino) + 33 marques locales de Nestlé (Vera, San Narciso, La Vie...)
3. L’eau de source naturelle (concept récemment introduit)
Eau captée et embouteillée à partir d’une source ni unique ni géographiquement identifiée, dont la teneur en minéraux n’est pas stable. Doit être embouteillée à la source ; ne peut subir aucun traitement ni adjonction (sauf dioxyde de carbone), mais peut être filtrée. Ex : Nestle Aquarel + 35 marques locales de Nestlé (Poland Spring, Ice Mountain...)
4. L’eau minérale artificielle, ou eau de synthèse
Eau captée à partir d’un lacs, d’une rivière, d’une sources, ou même du réseau de distribution publique. Peut être embouteillée n’importe où ; peut être purifiée, traitée, déminéralisée, reminéralisée, etc. Exemple : Pure Life de Nestlé, Dasani de Coca-Cola, Aquafina de PepsiCo.


Et re-youpi !  :diable:
 




 
 
 

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #2 le: 20 février 2013 à 13:07:32 »
Merci beaucoup Old machine  :fleur2: Il y a un moment que je me disais "faut que tu fasses un sujet sur la question de la gestion de l'eau sur le fofo" et que je rajoutais d'ailleurs "T'as encore rien écrit sur l'eau, s'pèce de feignasse" .... Vi, vi , vi, je m'auto-flagelle parfois, un vieux reste de scolarité chez les bonnes soeurs sans doute .
C'est , avec cette question de la spéculation sur les matières premières alimentaires, un des thèmes qui me  :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: Il faut dire que j'ai vécu quelques années dans des pays de type désertique, ou du genre qui ont été touchés par les émeutes de la faim.... ça marque l'image que l'on a du monde  :diable:

Pour les questions d'eau, j'essaie d'aller régulièrement consulter ce blog :

Carnets d'eau



car j'y trouve des articles d'analyse vraiment enrichissants  :super:

Toutefois, je n'ai pas vu qu'il fasse mention du scandale de l'ONEMA (il vient de me revenir que c'est de cela que je voulais parler sur le forum, sans l'avoir fait , il y a une quinzaine de jours). Je suis donc allée chercher un peu ailleurs, pour sourcer ce dont j'avais entendu parler très incidemment à la radio , alors qu'ils évoquaient le rapport de la cour des comptes.
...... ça m'avait fait bondir lorsque je l'ai entendu, et il me semble que c'est un scandale majeur ! mais ils faut croire que Mêêêssieurs les journalistes ne sont pas trop de mon avis , car je n'en ai plus entendu parler depuis  :triste1:

Citer
Onema (14) : la Cour des Comptes saisit la justice

Lors de la présentation de son Rapport annuel 2013, le président de la Cour des Comptes a annoncé que celle-ci saisissait la justice des très graves irrégularités constatées à l’Onema.

Extrait du discours de M. Didier Migaud, président de la Cour des comptes, lors de la présentation du Rapport annuel 2013 :

"L’exemple de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, créé en 2007, révèle une accumulation de missions mal assurées et des déficiences graves dans l’organisation et la gestion. Devant l’ampleur de celles-ci, la Cour des comptes, par une délibération de la septième chambre, a décidé de saisir la Cour de discipline budgétaire et financière de certains des faits constatés et a transmis le dossier au parquet général à cette fin."

Les services de police saisis d’une enquête préliminaire commencent à auditionner certains responsables de l’Onema.
« Modifié: 20 février 2013 à 13:39:41 par reveillonsnous »
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #3 le: 20 février 2013 à 15:37:37 »
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #4 le: 23 février 2013 à 12:51:49 »
Grâce à Old machin qui a, par ses messages, revivifié mon intérêt pour la question de l'EAU  :fleur2: je viens de prendre connaissance d'une ICE (initiative citoyenne européenne) visant à demander la totale exclusion des questions d'eau et d'assainissement des volontés de libéralisation...................
En ce qui me concerne je suis tout de suite aller amener ma signature  :super: .... Mais faudrait que bien d'autres fassent pareil car on est loin du compte  :triste1:
Ceci dit cette initiative a été très peu diffusée me semble-t-il, alors.... diffusons !

Citer
Privatisation de l’eau : la Commission européenne sous pression



Le droit à l’eau et à l’assainissement deviendra-t-il une priorité politique en Europe ? Lancée le 10 mai 2012, l’initiative citoyenne européenne « L’eau est un droit humain » a déjà recueilli plus d’un million de signatures. La partie n’est pas encore gagnée : il faut également que le minimum requis par pays soit atteint. Début février, seules 2 320 signatures pour la France étaient collectées, alors que le seuil est fixé à 55 000 signatures. Si les initiateurs de cette campagne [1] parviennent à rassembler le nombre minimum de signataires dans au moins sept pays membres, la Commission européenne devra examiner cette initiative citoyenne (ICE) – et faire le choix, peut-être, de la transcrire en proposition législative (lire également notre article).

L’un des objectifs de cette ICE est d’exclure les services de l’eau de toute libéralisation. « Cet outil a pour but de faire évoluer la mentalité qui prévaut au sein de la Commission européenne, d’une démarche fondée sur le marché vers une approche basée sur les droits et centrée sur la notion de service public » écrivent les initiateurs. Dans un précédent article, Basta ! mentionnait un courrier dans lequel la Commission européenne reconnaissait explicitement son soutien à la privatisation des services de l’eau, imposés notamment en Grèce et au Portugal dans le cadre des plans de sauvetage. « L’eau est une ressource naturelle limitée et un bien public fondamental pour la vie et la santé, rappelle le comité citoyen de l’ICE. Il s’agit d’un monopole "naturel" qui doit être exclu des règles du marché intérieur ».

Alors que près de deux millions de personnes en Europe ne disposent pas de services d’eau et d’assainissement adéquats, les initiateurs de l’ICE demandent également que l’Union européenne encourage l’application nationale de ce droit humain, en fixant des objectifs contraignants à tous les États membres pour aboutir à une couverture universelle. La Fédération syndicale européenne des services publics, en collaboration avec d’autres organisations, continue de faire campagne « afin d’envoyer un message fort à la Commission européenne ». Le recueil des signatures sera clôt le 10 mai 2013.



"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #5 le: 24 février 2013 à 04:40:48 »
Ouep Réveillonsnous, merci de rappeler cette pétition......, et signons-la que diable !, même si cela gêne certains, comme moi d'ailleurs, de mettre cette problématique planétaire dans le cadre européen restreint. Une chose à la fois....
Ainsi que ton article le mentionne à la fin, il y a, plus près de nous encore, la problématique de la Gestion de l'Eau dans notre riant pays - et le constat que quelques décennies plus tard, comme pour d'autres privatisations, les régies privées de l'eau. J'ai signé hier une pétition PCF/FG, visant à exiger qu'en 2015 la régie de la flotte cheux moi z'actuel soit retirée à la Lyonnaise des Eaux qui s'est fait suffisamment de c....  :rouge: en platine irridié avec, et que cette régie redevienne publique. A noter que pour TOUTES les privatisations de ce type on est dans le même schéma, les boîtes qui décrochent la queue du Mickey font d'abord des prix assez indolores, d'autant plus qu'elles bénéficient d'infrastructures bien entretenues, ce qui fait que les libéraux qui ont privatisé clament pendant le temps dont ils avaient besoin qu'ils ont eu raison de le faire.. Ensuite..., ben, vous savez....

Bon, pour l'eau, cette fois mondialement (même si ce sont, absolument, les mêmes boîtes), il y a France Libertés de la Dame Mitterrand :

http://www.france-libertes.org/-L-eau-bien-commun-de-l-humanite-.html

, et bon aussi, j'admets que cet organisme se la fait un peu bobo sur les bords. Mais ceci dit, j'étais allée il y a quelques années au colloque FAIR de la dite fondation, au CES(E) (suis pas sûre que le E final y était déjà), avais accessoirement travaillé dans le même atelier que la Dame en question, et j'avais trouvé que le sujet globalement était traité correctement. Un peu entre initiés, certes.
------------------
Tout à fait sous un autre angle, je vous inviterai prochainement à regarder comment, avec souvent des trésors d'ingéniosité, et finalement des aides minuscules, les pays qui manquent d'eau... et n'ont rien d'émirats.... parviennent à dominer le sujet. Cela passera par le problème de l'urbanisation dans les dits pays.... c'est dire ! :diable:

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #6 le: 24 février 2013 à 04:44:07 »
Oui, bon, vous z'aurez compris, "quelques décennies plus tard......, les régies privées de l'eau se font de l'or sur notre râble".....  :diable:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #7 le: 24 février 2013 à 16:14:24 »
Old Machin  :fleur2:

Et, oui, comme tu le relèves :

Citer
Ainsi que ton article le mentionne à la fin, il y a, plus près de nous encore, la problématique de la Gestion de l'Eau dans notre riant pays - et le constat que quelques décennies plus tard, comme pour d'autres privatisations, les régies privées de l'eau. J'ai signé hier une pétition PCF/FG, visant à exiger qu'en 2015 la régie de la flotte cheux moi z'actuel soit retirée à la Lyonnaise des Eaux qui s'est fait suffisamment de c....  :rouge: en platine irridié avec, et que cette régie redevienne publique. A noter que pour TOUTES les privatisations de ce type on est dans le même schéma, les boîtes qui décrochent la queue du Mickey font d'abord des prix assez indolores, d'autant plus qu'elles bénéficient d'infrastructures bien entretenues, ce qui fait que les libéraux qui ont privatisé clament pendant le temps dont ils avaient besoin qu'ils ont eu raison de le faire.. Ensuite..., ben, vous savez....

Et bien ça vaut le coup de se bagarrer , même si cela peut sembler long et fastidieux (en mettre un coup surtout avant les municipales, hein  :frime:)..... Car par chez moi, ça y est on a gagné  :frime1: :frime1: Le contrat de Veolia venait à terme il y a 9 mois, et vu la pression mise sur nos élus lors des élections précédentes (vous savez, moi je n'étais pas en première ligne, mais j'allais poser une petite question sur leurs intentions lors des réunions publiques par exemple), ils ont cédé ces vertueux hommes  :ange: :ange: :ange: Ils se sont mis à plusieurs communes et ont  "re"-créé un genre de régie municipale .... bon, là c'est en fait une "société publique", je crois ..... Tiens au fait, j'ai pas vérifié si ça faisait une grosse nuance  ;) 
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #8 le: 20 mars 2013 à 04:47:00 »
Retour à l'eau, avec des nouvelles plutôt prévisionnellement réjouissantes du procès en cours, intenté par VEOLIA au film " WATER MAKES MONEY". Lisez l'article de l'autre valeureuse petite publication "Le Lot en action"  :merci: , et visualisez l'heure de film  :merci: :merci: :super:, ça le vaut !

 http://www.lelotenaction.org/pages/actualites-1/proces-contre-le-film-water-makes-money.html

Evidemment, comme d'ailleurs évoqué dans l'article, si le verdict est à la hauteur de ce qui est pressenti, VEOLIA fera appel, n'empêche, belle bataille, enfin !

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Re : BOUFFE, GRAILLE, ...ALIMENTATION !!
« Réponse #9 le: 21 mars 2013 à 04:59:58 »
Eh oui, Reveillonsnous, on manque de temps, et ça les arrange bien !... :mafia:'  :diable:

Et j'en rajoute.... Cet article ci-dessous, " La Soif d'Eau de Wall Street", a l'avantage de référer des articles antérieurs du même auteur, sur les scélératesses boursières en matière alimentaire, notamment les "produits dérivés", lesquels sont, ni plus ni moins, des paris sur la faim, et/ou des " assurances" sur la destruction de biens (en l'occurence, récoltes, ça renvoie un peu du côté de HAARP, doesn't it ?, lorsque l'on parle de "la valeur du Marché de la Météorologie".... ), que les joyeux boursicoteurs ne possèdent pas eux-mêmes.

L'auteur Frederick Kaufman passe après ces rappels à l'Eau, et ça fait un pouillou froid dans l'dos :

http://blog.mondediplo.net/2013-03-08-La-soif-d-eau-de-Wall-Street

Désolée !  :pleur4:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #10 le: 09 mai 2013 à 15:08:48 »
A la manif de dimanche, je portais ça comme pancarte



à politeeks qui a trés mal vécu ce slogan, j'ai répondu ça en commentaire
Citer
La pancarte “assez profité, qu’ils dégagent tous” je la portais ; et contrairement à ce que vous en avez compris, elle ne veut pas dire “tous pourris” (en politique) vu que le slogan est clairement suivi de “vive les régies publiques de l’eau”…. Alors oui, quand il s’agit des requins de Veolia… j’assume le “qu’ils dégagent tous”….. et d’ailleurs par chez moi, ça y est on a gagné, on vient de repasser en régie publique !


Mais cela me donne l'opportunité de vous parler ici de l'initiative du site marée citoyenne.... même si ce n'est pas pour signer, allez-y voir, car on y trouve une liste de maires qui ont choisi de signer ou prolonger les contrats avec Veolia !

Ce veolia dont on peut noter les sympathiques agissements  :fache1: :fache1: :fache1:
Citer
Les pratiques inacceptables de Véolia

Est-il acceptable que l'on prive des ménages de l'accès à l'eau ? Est-il acceptable que l'on refuse à des êtres humains le fait d'avoir un minimum d'eau pour vivre ? Bien sur que non ! Parce que trois jours sans eau, et on est mort.

C'est pourtant ce que fait Véolia, entreprise privée à qui on a laissé la gestion de l'eau dans certaines villes. Dernièrement, elle a licencié Marc, un de ses salariés, pour avoir refusé de couper l'eau à des familles précaires ne pouvant plus payer leur facture. Marc travaille à Veolia-Eau depuis plus de 20 ans. Il a 48 ans. Pire, elle lui a reproché d'avoir utilisé des pastilles percées qui assurent à ces familles un minimum d'eau nécessaire pour la vie.

Cela est inacceptable ! Veolia va à l'encontre du principe de Droit à l'eau, principe qui a pourtant été reconnu par l'ONU en 2010. Parce que les multinationales comme celle-ci n'ont qu'une idée en tête : faire du profit, encore et toujours du profit. Parce que l'eau ne serait qu'une marchandise comme une autre et qu'il y a des actionnaires à rémunérer.
Et tant pis pour celles et ceux qui ne peuvent plus payer. On ferme le robinet et on les regarde mourir. Marc a refusé.

Pour soutenir Marc, et plus largement toutes celles et tous ceux qui se battent pour que le Droit à l'eau soit une réalité dans notre pays, signons maintenant la pétition pour demander la réintégration de ce salarié, et rejoignons la Marée Citoyenne pour demander la mise en pratique du Droit à l'eau et des régies publiques de l'eau, seul moyen d'en finir enfin avec la marchandisation de cette ressource indispensable à la vie.

http://www.virepourledroitaleau.fr/

Il faut refuser cette logique de marchandisation de l'eau ! Vite, le droit à l'eau, gratuitement pour tou-te-s !

"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #11 le: 29 mai 2013 à 13:19:54 »
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7884
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #12 le: 29 mai 2013 à 17:51:42 »
http://www.virepourledroitaleau.fr/
Curieusement, mon ordi me signale cette page comme "contrefaite" et tentative de phishing...  8|

Je signale aussi la pétition d'initiative européenne pour la gestion publique de l'eau recommandée par la CGT.
« Modifié: 29 mai 2013 à 18:06:49 par sarkonique »
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #13 le: 29 mai 2013 à 18:46:51 »
Je viens de vérifier, pas de souci signalé chez moi  :)

Mais, quitte à te répondre, j'en ai aussi profité pour remonter un peu plus loin dans le fil, et relire des posts plus anciens....... ce qui m'amène à titiller notre Old machin préférée, et lui rappeler qu'elle avait écrit ça :

Citer
tout à fait sous un autre angle, je vous inviterai prochainement à regarder comment, avec souvent des trésors d'ingéniosité, et finalement des aides minuscules, les pays qui manquent d'eau... et n'ont rien d'émirats.... parviennent à dominer le sujet. Cela passera par le problème de l'urbanisation dans les dits pays.... c'est dire ! :diable:

Et ça m'intéresse vachement , alors qu'elle ne pense pas qu'elle puisse s'en exonérer  :mrgreen:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #14 le: 07 juin 2013 à 12:40:33 »
L'eau potable, celle de nos robinets, est très régulièrement contrôlée ..... sauf que ces contrôles ont été "privatisés" ! Et que, là comme dans nombres d'autres domaines, ce n'est franchement pas une réussite  :pasdrole: :triste1: :

Eau potable : une nouvelle preuve du scandale des analyses privées
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #15 le: 08 juin 2013 à 05:41:54 »
Je viens de vérifier, pas de souci signalé chez moi  :)

ce qui m'amène à titiller notre Old machin préférée,
Et ça m'intéresse vachement , alors qu'elle ne pense pas qu'elle puisse s'en exonérer  :mrgreen:

Ah, cette jeunesse impatiente.... !  :diable:...., ça va viendre, ça s'en vient ! Pas à la seconde, car beaucoup de remue-ménage négatif, avec quoi il faut se coltiner, dans m'présent. Par ailleurs, ma messagerie reste bloquée au 06/06 au soir, la laide, et ça me gêne un pouillou, ça va bien finir par se débloquer ake j'suppose, m'enfin bren !
Ce passage cité, qu'il l'ait annoncé ou pas, se référait plutôt à la potabilité de l'eau - car il ne vaut guère mieux me semble crever du manque total d'ycelle, ou des diverses joyeusetés qui traînent dans le peu que l'on en a, dans les biaux amas urbains sans infrastructures ad hoc.

Ake par ailleurs je respecte le choix de scinder le fil initial et d'isoler le thème de l'eau, meuh je le regrette, car c'est vraiment un tout.

(Enfin, en a parte prenant bien part, quant aux Robins des lois qui voient encore l'humain frappé derrière l'ordre de coupure, qui d'électricité, qui de gaz, qui de flotte,  - souvenez-vous en lorsqu'on vous contacte de manière comminatoire pour changer vos compteurs, sans vous dire d'ailleurs que ça les externalisera (faisant gagner en bonus quelques mètres de responsabilité contractuelle à votre fournisseur....  :fache1: )= si vous le pouvez, résistez, car les coupures dès lors auront de moins en moins besoin d'interventions manuelles, et donc humaines. Pour finir spécifiquement sur l'eau, quoique j'aie déjà dû mentionner ça kék part, l'an dernier lors d'une méga panne informatique, sais plus trop le détail, l'a été évité de justesse qu'une masse considérable de pékins français soient privés de flotte, car le château d'eau les alimentant est en mode tout informatique, AUTRE THEME DE REFLEXION. Furibarde  tresfache ).

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #16 le: 02 juillet 2013 à 15:46:39 »
Vous vous rappelez peut-être qu'un peu plus haut je vous incitais à aller signer une ICE (Initiative Citoyenne Européenne) pour lutter conte la privatisation de l'EAU ????
Et ben, ça vaut le coup parfois d'aller mettre sa signature  :super: :super: :super:

Car  :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1:
cela porte ses premiers fruits !

Citer
Privatisation de l’eau : Bruxelles recule sous la pression citoyenne

« C’est notre devoir de prendre en compte les inquiétudes exprimées par tant de citoyens. » L’initiative citoyenne européenne « l’eau est un droit humain », qui a rassemblé 1,5 millions de signatures, vient de remporter sa première victoire politique. Le 21 juin, le commissaire européen au marché intérieur et aux services Michel Barnier, a en effet annoncé sa décision de retirer le secteur de l’eau du champ d’application d’un projet de directive sur les concessions. Et mentionne très explicitement le rôle de l’initiative citoyenne européenne (ICE) dans sa décision, dont l’un des objectifs est d’exclure les services de l’eau de toute libéralisation.

L’objet de la directive, toujours en négociations, est d’encadrer les relations des collectivités européennes et les sociétés privées exploitant des services publics pour rendre les négociations et contrats plus transparents. Or, ces règles pourraient entraîner la mise en concurrence forcée des régies municipales avec les sociétés privées. « Cela fait à présent plusieurs mois que des voix s’élèvent pour dénoncer le fait que la Commission européenne tenterait de privatiser le domaine de l’eau. Cela n’a jamais été son intention », écrit Michel Barnier. Un courrier de la Commission européenne, décrypté par Basta !, reconnaît pourtant très nettement son soutien à la privatisation des services de l’eau, imposés en Grèce et au Portugal dans le cadre des plans de sauvetage.

La proposition de retirer le domaine de l’eau du cadre de la directive doit maintenant être validée par l’exécutif européen, avant que l’ensemble du texte ne soit soumis au vote au Parlement européen en octobre prochain. Mais d’autres services publics demeurent inclus dans le champ d’application de la directive, comme les soins de santé et les services sociaux, ce qui préoccupe très fortement la Fédération syndicale européenne des services publics. Pour son secrétaire général, « l’avenir de l’Europe ne réside pas dans davantage d’austérité et de concurrence, pas plus que dans le marché intérieur des services publics au profit des entreprises, mais dans la coopération, la solidarité et la construction d’une Europe sociale ».

[Mise à jour le 26 juin] : la Commission européenne a décidé de retirer le secteur Eau et Assainissement de la proposition de directive sur les contrats de concession. La nouvelle version de la proposition de directive qui sera soumise au Parlement européen est à télécharger ici.


Bon, ceci dit vous aurez sûrement noté aussi que le reste de la directive continue à faire froid dans le dos  :triste1: :triste1: :triste1:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28625
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #17 le: 03 juillet 2013 à 08:55:12 »
une petite bonne nouvelle , en ces temps de désespoir, c'est bon à prendre :super:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #18 le: 18 octobre 2013 à 11:49:50 »
Je salue l'initiative de "bastamag" qui a ouvert un très intéressant "observatoire des multinationales"  :super:

Le dossier "EAU" y est logiquement bien représenté :

Citer
Veolia en Inde : le retour des vieux démons ?

Le marché constitue aujourd’hui une cible privilégiée pour Veolia et l’industrie française de l’eau, à la fois pour des raisons commerciales et pour tenter de redorer le blason de la gestion privée. Récemment l’entreprise a annoncé en fanfare la signature de nouveaux contrats à Nagpur, Delhi et ailleurs. Sur le terrain, toutefois, entre scandales financiers et conflits avec les résidents et les élus locaux, les firmes françaises semblent retomber dans les travers de jadis. Enquête.


A noter que VEOLIA est un candidat crédible du "prix Pinocchio 2013", le grand concours du greenwashing, il fait d'ailleurs partie des neufs nominés  :]
Vous pouvez aller vous faire plaisir en votant ici ...... Mais franchement vous allez avoir du mal à faire votre choix, car tous les candidats ont largement leurs chances  :diable:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #19 le: 10 mars 2014 à 15:18:17 »
Pour ce qui est des saloperies autour de l'eau dans le monde entier, les français sont vraiment bien représentés  :pleur3: :pleur3: :pleur3:

Citer
Privatisation de l’eau : Suez sur le banc des accusés en Indonésie et au Maroc

par Olivier Petitjean 10 mars 2014


À Jakarta, capitale de l’Indonésie, est actuellement en train de se tenir un procès inhabituel : celui de la privatisation de l’eau. Et aussi, d’une certaine manière, celui de Suez environnement, la multinationale française en charge du service de l’eau dans la moitié Ouest de la ville. Cédant à la pression de ses administrés, le gouverneur de Jakarta, Joko “Jokowi” Widodo, a annoncé l’année dernière son intention de remunicipaliser le service, après seize années de gestion privée. Mais il souhaite le faire à travers une transaction commerciale, en rachetant les parts du groupe français, pour un coût vraisemblablement élevé. Les plaignants – une coalition de syndicalistes et d’opposants à la privatisation – espèrent de leur côté faire annuler purement et simplement le contrat liant Suez à la ville, au motif qu’il ne respecte pas les dispositions de la Constitution indonésienne.

Au cours du procès, un représentant de la Commission indonésienne des droits de l’homme a ainsi estimé que la privatisation de l’eau de Jakarta avait occasionné des « violations des droits humains » [1]. Un autre témoin est revenu sur les conditions de passation du contrat, à la fin de la dictature de Suharto, en violation du droit indonésien et des règles internationales.

Dans le même temps, au Maroc, la Cour des comptes de Casablanca vient de publier un rapport accablant sur la gestion du service de l’eau et de l’électricité de la principale ville du Maroc par la Lydec, filiale de Suez environnement. Les magistrats évoquent une série d’opérations financières douteuses au profit de sociétés parentes, et plus généralement un système biaisé en faveur de la Lydec et de ses actionnaires, au détriment de la collectivité locale et de ses habitants.

Les contrats de privatisation de Suez environnement à Jakarta et Casablanca datent tous les deux de la fin des années 1990. Dans les deux cas, ils ont été conclus dans des conditions opaques, directement avec les dirigeants nationaux (non élus démocratiquement). Si ces contrats se sont avérés profitables pour la multinationale française, on ne peut pas en dire autant pour les habitants des deux métropoles. À Jakarta, le taux d’accès au réseau d’eau n’a pas progressé en seize ans de gestion privée, l’eau est souvent d’une qualité exécrable, et les tarifs pratiqués sont parmi les plus élevés d’Asie. Dans le cas de Casablanca, la Cour des comptes relève que les habitants les plus pauvres, ceux qui doivent s’approvisionner auprès de bornes-fontaines collectives, sont aussi parmi ceux qui paient leur eau le plus cher : 20 dirhams (1,78 euro) par mètre cube, contre 8 en moyenne dans le reste de l’agglomération.
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #20 le: 24 juillet 2014 à 08:48:34 »
Le genre de petite info qui passe inaperçu, alors que ces gens-là donne plein d'espoir  :super: Bravo pour leur ténacité  :merci: Ils me rappellent que face aux vautours il ne faut pas baisser les bras ni laisser tomber l'affaire  :frime:

J'ai eu connaissance de la campagne car elle était relayée par ATDquartmonde

Citer
Coupures d’eau : les multinationales hors la loi


Couper l’eau pour impayé dans une résidence principale est illégal en France depuis le 16 avril 2013. Cette interdiction est valable pour tous et toute l’année. Les distributeurs d’eau semblent aujourd’hui ignorer ce profond changement législatif et continuent de couper l’eau dans les familles françaises parfois sans préavis, souvent sans même chercher un arrangement. Ils privent arbitrairement des personnes, pour la plupart en situation de grande précarité, d’une vie digne.

Difficile de chiffrer le nombre de coupures d’eau par jour mais elles sont nombreuses, comme en atteste les appels à l’aide que nous avons reçu depuis le publication de l’article écrit par Henri Smet, informant sur l’illégalité des coupures d’eau en France.

Vous êtes victime d’une coupure d’eau? Voici un guide pratique pour agir>>>ici
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #21 le: 09 septembre 2014 à 13:17:35 »
Le genre de déclarations qui vous met dans un état de rage indescriptible  tresfache tresfache tresfache moi, en tout cas ...

Et ce genre de type, que j'estime être du genre GENOCIDAIRE, quand on voit la politique de Nestlé en Afrique et ses résultats, est au contraire couvert de tous les honneurs  :pleur3: .... Ah au fait, un détail : Emmanuel MACRON, notre nouveau ministre de l'économie considère ce Mr Brabeck comme son "père spirituel" .... non, je ne blague pas  :pendu:

Citer
Peter Brabeck, l’ancien PDG de Nestlé a été enregistré dans une vidéo au début du mois alors qu’il tape assez rudement sur les aliments bio, l’équilibre de l’Homme et de la Nature, et le droit d’une personne à avoir accès à l’eau.

 Peter Brabeck, l’ancien PDG de Nestlé a été enregistré dans une vidéo au début du mois alors qu’il tape assez rudement sur les aliments bio, l’équilibre de l’Homme et de la Nature, et le droit d’une personne à avoir accès à l’eau.

 Video

  « Un bon exemple est le mouvement bio. Le bio est ce qu’il y aurait de mieux maintenant. Mais le bio n’est pas le meilleur.

    Après 15 ans de consommation de produits génétiquement modifiés aux Etats-Unis, pas un seul cas de maladie n’a été déclarée jusqu’à présent pour en avoir mangé. Et malgré cela, nous sommes tous si inquiets à ce sujet en Europe à propos de ce qui pourrait nous arriver. »

Le PDG de Nestlé poursuit son attaque contre les produits naturels en affirmant que la Nature est là pour nous tuer et finira par nous nuire:

    « Aujourd’hui les gens croient que tout ce qui provient de la Nature est bon. Cela représente un changement énorme car jusqu’à récemment nous avons toujours appris que la nature pouvait être impitoyable. L’homme est maintenant en position de fournir un équilibre à la nature. Mais en dépit de cela, nous préjugeons que tout ce qui provient de la nature est bon. »

La déclaration la plus troublante et absurde de Peter Brabeck, cependant, porte sur les réserves d’eau dans le monde. Le PDG de Nestlé déclare:

    « L’eau est bien sûr la ressource de base le plus important que nous avons dans le Monde aujourd’hui. On peut se poser la question de savoir  si nous devrions privatiser l’approvisionnement normal de l’eau pour la population.

    Il y a deux opinions différentes à ce sujet. La première opinion, qui est je pense extrême, est représentée par les ONG, qui stipulent que l’eau est un droit public. Cela veut dire qu’en tant qu’être humain vous devriez avoir accès à l’eau. C’est une solution extrême. Et l’autre opinion dit que l’eau est un aliment comme n’importe quel autre. Et comme n’importe quel produit alimentaire, elle devrait pouvoir être sur le marché. Personnellement je pense que c’est mieux de donner à toute denrée alimentaire une valeur marchande… »


"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7884
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #22 le: 10 septembre 2014 à 16:07:13 »
Citer
notre nouveau ministre de l'économie considère ce Mr Brabeck comme son "père spirituel"

Désolé (je sais, je suis un chieur), mais ce n'est pas exact. Un banquier a dit que Macron a construit "une relation quasi filiale" avec ce sale type, M. Brabeck. Dire que Macron le considère comme son père spirituel, c'est dire autre chose... que n'a pas dite Macron, que je sache.

N'empêche, ça ne m'étonnerait pas!  :X:

Quant à l'eau, c'est une question dans laquelle le libéralisme finira peut-être bien par se noyer... enfin!  :mrgreen:
« Modifié: 10 septembre 2014 à 16:10:27 par sarkonique »
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #23 le: 10 septembre 2014 à 17:22:09 »
Je crains qu'avant il n'ait assoiffé et fait mourir des milliers ou plutôt des millions de personnes  :pleur4: :pleur4: :pleur4: :pleur4:
(je précise que j'ai vécu en pays désertique)

PS : des chieurs comme toi ... je trouve ça très utile  :fleur2:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7884
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #24 le: 10 septembre 2014 à 19:14:05 »
J'imagine nos Marie-Antoinette ultra-libérales à leur balcon du XVIe (ou dans les Alpes suisses): Vous n'avez plus d'eau à boire? Buvez du vin à la place!   :mrgreen:

Merci, Nounourse, de tenir éveillé notre Sarkostique somnolent!  :merci:
Quelle vertu, quel bonheur peut exister dans un pays où une classe d'individus peut dévorer la substance de plusieurs millions d'hommes?
Robespierre
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne bug

  • Neutre
  • Sarkophobe
  • Messages: 145
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #25 le: 15 février 2015 à 01:20:17 »
toute notre enfance.
https://www.youtube.com/watch?v=sg4xC7kewwA
en 1997 on disait que c'était futuriste de se mettre en lien avec le répondeur interactif à chemin d’exécution multiples d'un commandant décédé depuis deux siècles pour comprendre sa façon de donner des ordres à des armées qui se disputent de l'eau potable.
https://www.youtube.com/watch?v=9iHK08tHTyA
« Modifié: 15 février 2015 à 01:35:39 par bug »

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #26 le: 15 février 2015 à 06:35:50 »
Bon bon bon.... Le re-réveil de ce sous-fil par Bug m'incite à relever l'objurgation ancienne de RN, laquelle me rappelait que j'avais l'intention de vous informer (ou de renfoncer le clou) sur des procédés simples et pas chers adoptés dans certains pays pour faire face au manque d'eau potable.

Je plaide coupable, de n'y revenir que plus d'un an et demie plus tard, mais coupable qu'à demie aussi, car en fait je voulais faire large de chez large sur le sujet, reprendre jusqu'à notre code civil versus l'accaparement (dénoncé dans le premier lien de Bug), faire un tour par les conférences sur l'eau et notamment celle de Dublin, de mauvaise mémoire, un autre tour par la sédentarisation y compris forcée des peuples nomades, encore un tour par l'organisation scélérate de la perte, par les petits paysans des pays "émergents", de leurs cultures d'auto-suffisance, ce qui me faisait faire un tour appuyé du côté des exodes paysans venant grossir encore des urbanisations folles et mal fagotées puisque ne disposant pas des infrastructures nécessaires sauf pour les riches.... Ouf ! (et encore, j'ai rippé certains détours de tours...  :diable: ).

Tout ça pour mener notamment à la technique SOLIS qui évite à ses utilisateurs le choléra et autres dysenteries mortelles bien susceptibles de passer par eux, vue la détestable absence de qualité de la seule eau parcimonieusement mise à leur disposition, payante bien sûr, dans les grandes urbanisations.

J'allais donc évoquer 36 287 sujets tous plus vastes les uns que les z'autres, pour mener aux réconfortants sursauts se diffusant par petites vaguelettes, - et je ne suis pas sûre d'ailleurs qu'après ça je n'aurais pas disserté sur d'autres sujets de sursauts, et qu'après l'eau je ne serais pas passée à l'énergie, petiot tour vers Tesla par exemple.... Bref, je m'apprêtais il y a un an et demie à faire quasi une encyclopédie...., vous l'avez échappé belle,  :mdr1:vous qui savez aussi bien que moi comment dérouler la pelote une fois que vous tenez le bout du fil, non mais, de koi ke j'me mêle !  :diable:

Adoncques RN, je mets une seule référence, sûrement pas parfaite :
http://www.wikiwater.fr/e19-le-traitement-par-exposition.html

, je n'ai pas visionné les videos proposées, mais je ne doute pas qu'il y en ait au moins une du genre de celles qui m'ont tout bien réconfortée.... Vous me direz !  :langue2: ?

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #27 le: 01 avril 2015 à 21:22:39 »
Je n'ai pas non plus visionner les videos  :bigtong: car la lecture du texte explicitant la méthode m'a déjà largement suffit pour que je le mette , dans la hiérarchie arborescente de ma petite tête, comme information super-importante à conserver  :coeur:
 :super: :super: :super: :super: :super: :super: :super:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #28 le: 03 avril 2015 à 03:41:46 »
Hihi, Réveillonsnous un 1er avril, on continue avec nos post pour initiés.....  :mdr3:  :fleur1:

Bon à part ça revenons donc à Brabeck, le mentor sympa de Macron, et surtout à Nestlé, l'empire du susdit...., jusqu'à  ?  8/

Nestlé, situé dans cette riante bourgade suisse de Vevey, là où le monde semble encore "heile", (et un peu aussi en France, ce pays de gueux, mais plateforme de l'euro), s'acharne depuis plus d'un siècle à devenir ce qu'elle est, à savoir, une des multinationales les plus voraces de cette planète, quels que soient les moyens employés pour ce faire. Nestlé pourrait nous servir de sous-titre pour un fil sur les multinationales et leurs turpitudes, tant sa longue histoire, mise sous cloche, est exemplaire de tout ce que l'on peut faire dans le genre.

Alors, dans quels domaines ? Ben la flotte, Perrier Contrex Vittel Sanpellegrino et autres Quezac, que s'appellerio Nestlé, s'pas ?  :mrgreen: , etc, la flotte qui va de pair avec l'appropriation partout dans le monde de nappes phréatiques (tiens, on retourne en Lybie ?).

Pis les poudres à mettre dedans, Nesquelquechose, whatelse et autre.

Surtout, le lait en poudre pour bébés, avec dans les années 60-70 le scandale de la mort de milliers de bébés africains, dont les mères avaient été fermement encouragées à abandonner l'allaitement maternel, pour le bien meilleur, s'pas z'aussi, bib de lait en poudre, contaminé et tueur vitesse grand V dès que laissé 3 minutes dans les grandes chaleurs ("Le tueur de bébés", livre). (môa j'ai eu en France ma 1ère tête blonde fin des années 60, et à l'hosto où j'ai accouché, les commerciaux du lait en poudre venaient faire des risettes aux mamans,  faisaient la 1ère photo, donnaient des kits, et sans doute de gros petits cadeaux au personnel hospitalier, - vue la tronche que l'on m'a fait, et les petits tracas auxquels j'ai été soumise, en étant mordicus la seule du moment à tenir bon sur l'allaitement maternel). Nestlé attaque l'éditeur du livre, lequel est condamné, en lieu de l'énorme demande de la multinationale, à une amende de....300, $ je pense.  "Boycott Nestlé" aux US, en europe, 1977 et suivantes. Autre histoire du lait en poudre, réétiquettage par Nestlé de ses boîtes de lait périmé en Colombie. Et alors, hein ? V'z'êtes des chichiteurs  ! :mrgreen:

Pis les biscuits, sucreries et autres barres z'et céréales petit déj, Lion, Nuts, Chocapic, cherchez pas, vous en avez déjà boulotté tant ils sont partout. Là dedans, histoires d'OGM, histoires d'huile de palme y inclus déforestations, miam ! Miam aussi le rappel par Nestlé de produits du genre, contaminés de matières fécales et de germes de listeriose (pâte pour cookies aux US).

Pis des tas d'autres trucs, surgelés divers, Buitoni z'et autres (dernier scandale du minerai de cheval dans les lsagnes "au boeuf"), programmes diététiques, produits parapharmaceutiques, et n'oublions pas les z'amis z'animaux, Friskies, Felix, Gourmet, et tous leurs "auto-concurrents", technique bien rôdée aussi pour les autres domaines.

Dans tout ça, une présence dans quasi tous les pays de notre pas si vaste monde, et dans les usines, un management "social" tonique, des conflits énormes durant des années, mais, on tient ferme la barre chez Nestlé, payer mieux les ouvriers, non mais ! :frime:

Dans tout ça aussi de grosses manoeuvres anti les anti-Nestlé, notamment les meuchants ATTAC et GREENPEACE, avec tous les moyens disponibles, et dieu sait qu'ils en ont (et c'est pour ça que les ouvriers, etc...  :diable: ).
Et puis z'aussi, des conflits avec les états, avec tribunaux d'arbitrage bien sûr, dès qu'un pays s'avise de ne plus vouloir pisser Nestlé droit..., voir la Colombie, le jour où elle s'est avisée de nationaliser la bête.

Bref, Nestlé est comme on le voit brièvement ici un grand bienfaiteur de l'humanité, et celui qui reste président du groupe (lequel a un pacte d'actionnaire avec l'Oréal, tout se tient tout se tient vous dis-je...), le sieur Brabeck, mérite bien ses 14 patates (frs suisses, of course) de salaire. Et je ne vous dis pas la chance que nous avons, que son émule le petit Macron ait lui renoncé à ce type de salaires décents, pour, en tant que ministre, être rémunéré d'une aumône...  tresfache



Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #29 le: 03 avril 2015 à 03:58:04 »
Bon, erratum, que voulez-vous, la vieuserie etc : ce n'est pas la Colombie qui avait nationalisé, mais l'Ethiopie, ... encore un pays riche à n'en plus pouvoir qui avait besoin que Nestlé vienne lui apprendre à boire et à manger comme une contrée civilisée...  :fache1:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #30 le: 04 avril 2015 à 09:15:30 »
Merci beaucoup Old pour cette très belle et salutaire synthèse des turpitudes mortifères de NESTLE  :merci:
Effectivement s'il y a bien une multinationale qui symbolise à merveille cette mentalité capitaliste qui méprise complètement la vie humaine pour ne voir que les profits à faire, c'est bien celle-là


 tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache tresfache
 :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2: :berk2:
 :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe: :bombe:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #31 le: 19 novembre 2016 à 12:33:47 »

Hmmmm , la petite nouvelle tellement agréable à lire qu'elle va me faire la journée !!!

 :caf:  :gehe:  :]  ::d  ::d

En Slovénie, l’eau potable devient un droit constitutionnel
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28625
Re : Questions autour de l'EAU
« Réponse #32 le: 20 novembre 2016 à 20:40:27 »
c'esst vrai que c'est une trés bonne nouvelle :super: :super: