Auteur Sujet: Pôle emploi  (Lu 60034 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Pôle emploi
« le: 03 juillet 2012 à 12:14:18 »
s'il y avait un endroit ou des efforts doivent être fait avant implosion et pétage de plomb des chômeurs c'était bien le pôle emploi... le chômeur dont on se fout quel que soit le gouvernement.
 
à lire aussi "On est des précaires recrutés pour accompagner des chômeurs"

Citer
Pôle emploi ne sera pas concerné par les "efforts d'effectifs"

Le ministre du travail, Michel Sapin, a déclaré, vendredi 29 juin à l'AFP, que Pôle emploi était "explicitement exclu de l'effort d'effectifs" demandé à l'Etat et qu'"au contraire, des moyens supplémentaires seront annoncés lundi" 2 juillet, lors de la convention de Pôle emploi.

"Pôle emploi va être concrètement renforcé dans ses moyens", a précisé M. Sapin, rappelant qu'en temps qu'opérateur de l'Etat, Pôle emploi n'est pas soumis aux mêmes contraintes budgétaires que la fonction publique.

ÉCHEC DU SUIVI MENSUEL PERSONNALISÉ

La titularisation de 1 000 contrats à durée déterminée (CDD) embauchés en mars pour une durée d'un an devrait être annoncée lundi. La FSU, premier syndicat de Pôle emploi, réclame, elle, "5 000 postes en urgence pour un dispositif opérationnel en septembre, puis 1 000 postes par an jusqu'en 2017".

En pleine montée du chômage en 2011, Pôle emploi, qui compte quelque 45 400 salariés, avait vu ses effectifs réduits de 1 800 personnes.

Prenant acte de l'échec du suivi mensuel personnalisé – un objectif jamais atteint –, l'objectif est d'alléger le portefeuille des conseillers chargés d'accompagner ceux qui en ont le plus besoin (un suivi de 70 demandeurs d'emploi maximum). Un conseiller suit en moyenne 161 demandeurs d'emploi, et non 125, comme recensé jusqu'ici, selon une nouvelle estimation publiée mardi par le service public de l'emploi.


Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #1 le: 03 juillet 2012 à 12:21:43 »
Je ne sais pas si j'aurai envie d'être titularisé dans une machine à broyer comme pôle emploi. Espérons en tout cas que les titulaires seront des gens qui ont à coeur d'aider réellement les chômeurs, et non pas des gens qui considèrent les chômeurs comme des nuisibles...
Par contre, je me demande comment on va alléger le portefeuille des conseillers puisque la titularisation n'apporte pas vraiment d'autres postes...
Ca titularise ceux qui sont déjà là.
En même temps, si on arrête d'avoir un objectif idiot de convocation une fois par mois, peut être que les chômeurs pourront enfin se détendre et chercher tranquillement et pas artificiellement.
Wait and see...  :gene: :gene: :gene:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #2 le: 02 août 2012 à 11:53:37 »
Citer
Chômeurs, gare aux radiations estivales !

Depuis le début de l'été, Pôle Emploi a accéléré ses campagnes de mailing pour inciter les chômeurs à utiliser la correspondance électronique. Les bugs étant récurrents, attention aux risques de radiations injustifiées...

Moisson de mails en cours chez Pôle Emploi. Dernier exemple en date en Rhône-Alpes : pas moins de 30.000 chômeurs ont reçu, entre le 11 et le 12 juillet dernier, un email a priori anodin leur demandant de confirmer leur adresse électronique. "Méfiance", recommande Rose-Marie Péchallat, administratrice du site recours-radiation.fr, qui conseille de ne surtout pas répondre.

Cette dématérialisation des courriers n'est pas nouvelle et fait l'objet d'une polémique depuis plus d'un an. En effet, pour économiser sur les frais de papier, d'affranchissement et d'encre, Pôle Emploi a pris l'habitude d'envoyer par mail les convocations aux entretiens et autres documents (dont les avertissements avant radiation) à tous ceux qui ont donné leur autorisation. Rien de condamnable en soi. Sauf que nombre de demandeurs d'emploi se plaignent de courriers qui n'arrivent pas ou qui disparaissent...

Conséquence : les radiations pour "absence à convocation" se multiplient. Signe de ces dysfonctionnements, le site Recours Radiation bat des records d'audience à 40.000 visites par mois. L'an dernier, 519.000 chômeurs ont été rayés des listes de Pôle Emploi pour raisons administratives, selon les chiffres de la Dares.

Pour les "radiés par erreur", le seul recours est alors de répondre par courrier recommandé avec accusé réception. "Le plus efficace pour obliger Pôle Emploi à annuler la radiation est d'exiger la preuve que vous avez reçu votre convocation", ajoute Rose-Marie Péchallat.

Pour éviter les déconvenues, le mieux est encore de consulter quotidiennement son espace personnel. Ou, encore plus radical, d'annuler toute autorisation de correspondance par courrier électronique...

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Pôle emploi
« Réponse #3 le: 13 août 2012 à 14:18:20 »
Cela faisait longtemps que je n'étais pas allé visiter l'excellent site la fusion pour les nuls..... Et bien , j'avais tort ! On y apprend des choses passionnantes  :fache1: :fache1: :fache1:

Citer
Les pratiques douteuses de managers de Pôle Emploi


Vous le savez aujourd'hui les administrations ont un objectif de résultat. Ce nouveau mode de management quantitatif et à court terme fait des ravages dans les entreprises et pourtant il est largement généralisé dans les administrations comme Pôle Emploi. Or les managers des administrations ne connaissent ni les limites ni les effets pervers de ce mode de management.

Un article sur les pratiques de Pôle Emploi dans le Canard enchaîné du 8 août 2012. (cf image ci-dessous)

Nous espérons que ces effets pervers cesseront vite car une cohorte importante de nouveaux chômeurs arrivent. La paupérisation continue et se généralise et ce n'est pas avec ces méthodes buraucratiques que le moral des troupes va remonter.






"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #4 le: 13 août 2012 à 19:01:33 »
le pire c'est que suicides sur suicides ça ne les dérangent pas plus que ça, ce maudit système managérial c'est fou :triste1:

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #5 le: 13 août 2012 à 19:08:09 »
Je souhaite a tous ceux qui repandent ce systeme allegrement en pensant que c'est une bonne chose de s'en retrouver victime pour le reste de leur vie.  :merci: :merci:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #6 le: 27 août 2012 à 13:08:17 »
Citer
Radiations abusives : un exemple de convocation de masse à l'aveugle et complètement hors délai

La radiation estivale, hantise de chômeurs paranos ? Pas vraiment ! Voici le témoignage de Laurent, privé d'emploi à Metz.

Tout a commencé samedi 18 août quand, dans sa boîte aux lettres, Laurent [1] a trouvé une "invitation" en provenance de Pôle Emploi, datée du 14 et expédiée le 16 (le cachet de la poste faisant foi), pour une réunion d'information concernant un recrutement en cours pour un centre d'appels dans sa région... Réunion qui avait lieu ce matin, mardi 21 août. Cette "invitation" — qui n'en était pas une [2] — se concluait par la menace de radiation habituelle, «conformément aux articles L.5412-1 et R.5412-1 à R.5412-8 du code du travail».

Or, selon l'article R.5411-8 du code du travail, le demandeur d'emploi n'est pas tenu de signaler à Pôle Emploi une absence d'une durée inférieure à 7 jours. De même, Pôle Emploi doit adresser toute convocation au moins 8 jours avant la date de l'entretien. Dans ce cas, Laurent n'ayant été averti de cette réunion obligatoire que trois jours à l'avance, le hors-délai est manifeste. Quand bien même aurait-il voulu neutraliser cette convocation en posant des jours de congés dessus comme il a le droit de le faire 72 heures à l'avance, il ne le pouvait pas [3].

Autre bizarrerie, Laurent avait accepté la dématérialisation de ses courriers. Or, cette convocation hors-délai lui a été adressée par voie postale, et il n'en a trouvé aucune trace sur son «espace personnel»... Allez comprendre !

Heureusement, Laurent n'était pas parti s'aérer quelques jours loin de son domicile. Si, par exemple, mal lui en avait pris de partir samedi matin avant le passage du facteur rendre visite à son cousin du côté de Lille pour rentrer à Metz dans l'après-midi de mardi, il aurait raté cette réunion… et aurait été bon pour recevoir, une semaine plus tard, un «avertissement avant radiation» pour «absence à convocation» qui lui aurait accordé 15 jours pour se justifier [4] — frais de REC+AR à sa charge — alors qu'il était 100% en règle avec Pôle Emploi !

Disponible, il s'est donc pointé au rendez-vous, étonné que Pôle Emploi ait organisé cette réunion d'information en plein mois d'août, quand la France entière dort et que les postes en question sont à pourvoir… fin 2012.

Cette "infocoll" (réunion d'information collective) avait lieu dans les locaux de la Chambre de Commerce de Metz. Sur place, Laurent s'est rendu compte qu'il s'agissait d'une véritable machine à radier, à échelle industrielle.

La société Ecomouv, qui a décroché le contrat de collecte de l'éco-taxe des poids lourds de plus de 3,5 tonnes qui circulent sur les routes françaises à partir de juillet 2013, doit établir son service clientèle dans la banlieue messine et cherche 200 chargés de clientèle. Laurent a d'ailleurs remarqué que ses affiches traînent dans les agences Pôle Emploi du bassin lorrain depuis plusieurs mois. A l'«invitation» pressante de sa conseillère, il avait même postulé fin juillet sans discuter, bien que son PPAE ne corresponde pas vraiment car il est traducteur. Pour info, Laurent m'a également adressé ce lien trouvé sur internet et daté du 31 mai où, au cinquième paragraphe, il est signalé qu'Ecomouv a bien du mal à recruter, les futurs collaborateurs devant être trilingues (anglais + au moins une autre langue européenne).

Dans les couloirs de la CCI Formation de Metz, cherchant le lieu de la réunion, Laurent croise une "candidate" un peu perdue et venant de Nancy, qui a reçu sa convocation le même jour que lui. Puis une autre, des environs, qui leur a dit avoir reçu la sienne la veille !

Arrivés dans la salle qui était bien remplie, ils se sont installés au fond. On leur a d'abord passé un film sur la nouvelle taxe et la société Ecomouv. Ensuite, une animatrice leur a fait un topo sur les postes à pourvoir, les qualités requises, les tests, etc… tandis que circulait la fiche de présence. Laurent a remarqué que certains participants mettaient un temps fou à la remplir : en effet, ces petits malins comptaient le nombre de blancs ! Il faut dire qu'il y avait pas mal de lignes vierges tandis que la salle était bondée — très agréable un jour de canicule ! A l'évidence, les organisateurs avaient déjà prévu un taux d'absence considérable...

Le public était largement féminin, beaucoup de "petits jeunes" à la recherche d'un premier emploi — n'importe lequel — et un nombre substantiel de vieux fossiles comme lui (Laurent a 52 ans), dont une dame à cheveux blancs avec une allure on ne peut plus classe. L'assistance comprenait aussi une bonne dizaine de personnes qui, visiblement, semblaient avoir des «difficultés d'insertion sociale et professionnelle», comme on dit. Peu importe : malgré leurs stigmates de la pauvreté, Pôle Emploi les a quand même convoquées, quitte à les envoyer au "casse-pipe". A la fin de la réunion, une pauvre dame un peu affolée et qui ne parlait pas un mot d'anglais croyait qu'Ecomouv était une entreprise de transports.

Plusieurs convoqués — dont certains étaient les personnes «fragiles» évoquées ci-dessus —, ayant compris que les emplois proposés ne correspondaient pas du tout à leur profil, sont partis. Mal leur en a pris... Car il ne suffisait pas de signer la feuille de présence. A la fin de la réunion, ceux qui ne voulaient pas poursuivre le processus de recrutement étaient "invités" à remplir une fiche exprimant les motifs de leur refus. Laurent, lui, a docilement remis son CV à la "gentille" animatrice en lui disant qu'il voulait bien passer les tests. Le poste ne l'emballe pas, les horaires non plus (le centre d'appels va fonctionner 24h/24 et 7j/7) et le salaire indicatif est inférieur à son allocation chômage mais avec Pôle Emploi, il estime qu'il vaut mieux ne pas faire de vague — il dit «faire le roseau plutôt que le chêne» — et aviser par la suite, ne souhaitant pas être classé parmi les "réfractaires" et orienté vers une prestation punitive.

Surtout, Laurent se demande ce qu'il va arriver aux absents et à ceux qui, en toute bonne foi, sont partis avant la fin de la réunion. S'ils sont radiés, il suppose que ces convocations précipitées et cette "infocoll" à rallonge pour enrôlés de force vont grandement soulager les listes de l'agence Metz–Taison, qui gère le recrutement. Et grâce à cette "rafle", il pense que les agences de Nancy-Metz-Longwy vont décrocher la palme d'or des radiations estivales.

C'est avec un nœud au ventre qu'il est rentré chez lui et nous a fait part de cette expérience. Laurent en est convaincu — et nous aussi : les radiations estivales ne sont pas une légende urbaine.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #7 le: 11 septembre 2012 à 11:42:44 »
Citer
Un chômeur attaque Pôle Emploi : pour quoi faire ?

Ce mardi, à 10h, Pôle Emploi comparait en référé au tribunal administratif de Paris pour non respect de ses obligations d'accompagnement et de suivi. Absurde !

Poursuivre Pôle Emploi pour radiation abusive ou indu abusif, voire pour insuffisance d'information, voilà qui tient la route et sert à tous les chômeurs. Mais attaquer Pôle Emploi pour «violation de son obligation d'accompagnement et de suivi», est-ce bien pertinent dans le contexte actuel ?

Certes, alors qu'on nous impose toute une batterie de "devoirs", mettre pour une fois Pôle Emploi devant les siens semble légitime. Mais dans le contexte actuel et sur ce point précis, n'est-ce pas à double tranchant ?

Un privé d'emploi de 54 ans, ex gestionnaire de clientèle chez Veolia au chômage depuis trois ans, a jugé bon de saisir le tribunal administratif de Paris pour faire constater que, depuis février 2009, il «n’aurait bénéficié que de trois rendez-vous en agence en dépit de ses demandes réitérées», et que son projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE) n'aurait en outre jamais été actualisé alors qu'en vertu de son «obligation de placement» figurant dans le code du travail, Pôle Emploi doit notamment actualiser les PPAE au minimum tous les trois mois. De même, «nous avons identifié des offres d’emploi qui ne lui ont jamais été proposées», accuse son avocat qui soutient qu'en ne respectant pas ses obligations, Pôle Emploi «a porté atteinte à deux libertés fondamentales, à savoir le droit d’accès effectif au travail et le droit au respect de sa vie privée et sociale» (???). Il entend ainsi dénoncer les «dysfonctionnements structurels de l’institution», engagée dans un plan stratégique visant à réformer le suivi des chômeurs...

Dans la foulée, l'avocat a par ailleurs annoncé préparer une procédure collective réunissant d'autres chômeurs afin de demander des indemnisations : c'est toujours ça de pris. La CGT soutiendrait l'initiative : on se demande dans quel but.

Cette démarche «inédite» pose au moins deux questions

1/ Elle remet sur le tapis les effets désastreux d'une fusion à marche forcée dans un contexte de grave crise économique et d'explosion du chômage, les agents du service public de l'emploi étant débordés (sous-effectif chronique) et réduits à l'impuissance (les enveloppes budgétaires sont rognées; et on rappelle que ce n'est pas Pôle Emploi qui créé les emplois).

Actuellement, il faut bien le dire, c'est la fonction "indemnisation" qui est la plus utile — elle permet aux chômeurs de survivre — alors que la fonction "accompagnement, suivi et placement" n'est qu'un pansement sur une jambe de bois, faute de formations réellement qualifiantes et, surtout, d'emplois disponibles à la clé. Ce constat est terrible pour les conseillers qui, tentés de prescrire des prestations occupationnelles afin de soulager leur charge de travail tout en se donnant l'impression de servir quand même à quelque chose, sont confrontés à une lourde perte de sens dans le cadre de leur mission.

Malheureusement, à l'instar du tout-austéritaire qui nous mène droit dans le mur, c'est l'obstination dans l'erreur qui continue de sévir. Le «Plan stratégique 2012-2015» du nouveau DG de Pôle Emploi Jean Bassères, adopté le 21 juin dernier malgré la réticence des syndicats, est tout à fait inquiétant non seulement pour ses agents (accroissement d'une politique du chiffre, management par la compétition et obsession de la performance : autant de méthodes éculées qui n'ont pas fait leurs preuves), mais aussi pour les chômeurs (contrôle accru, répression en vue).

Il semble donc que ce plaignant méconnaisse les dessous de ce plan et qu'il n'a pas compris qu'en France et ailleurs, la lutte contre le chômage se traduit essentiellement par une lutte… contre les chômeurs (c'est tellement plus facile). Partant de son petit cas personnel où l'amertume est forte — il est en fin de droits, ce qui est très dur à vivre —, ayant trouvé un coupable — en l'occurrence, Pôle Emploi et sa nouvelle direction, à qui il offre l'opportunité de durcir ses méthodes pour nous faire croire qu'elle est utile et agit vraiment contre le chômage —, la démarche de cet homme risque fort d'avoir des conséquences néfastes pour l'ensemble de ses congénères.

2/ Ce n'est pas une blague : aucun chômeur un tant soit peu sensé et autonome ne compte sur Pôle Emploi pour lui retrouver du travail ! Comment ce quinquagénaire peut-il se présenter au tribunal et accuser Pôle Emploi sur la base de cette illusion ? Nous ne le soupçonnons pas de manquer d'autonomie (quoique), mais dans le marasme actuel de destructions d'emplois massives et d'explosion du chômage de longue durée, notamment chez les "seniors", se croit-il seul au monde, et pense-t-il qu'attaquer Pôle Emploi engendrera un miracle ?

On sait que Pôle Emploi n'a plus le monopole des offres : l'organisme ne propose désormais qu'environ 20% du total de celles qui circulent. On sait aussi que les offres recueillies par Pôle Emploi sont, hélas, les plus "bas de gamme" du marché. Quant au PPAE et à son ORE (offre raisonnable d'emploi), il n'est qu'un arsenal répressif et dégradant de plus, vainement institué par le gouvernement précédent — celui-ci ayant tenté avec succès de convaincre l'opinion que les chômeurs sont des fainéants et des profiteurs qui font trop la fine bouche.

Alors que la majorité des chômeurs se plaint d'être convoqués inutilement — Pôle Emploi n'a rien à leur proposer et brasse de l'air mais, à moins de reconnaître son inanité, que peut-il faire d'autre ? —, d'être contraints sous peine de sanction de suivre des ateliers bidons et autres prestations occupationnelles qui ne débouchent sur rien et que nombre d'entretiens se font sur un ton menaçant, le chômeur infantilisé, sommé d'être "réaliste", n'ayant plus son mot à dire, voici que cet homme — qui n'a pas eu l'occasion de goûter à cette comédie 100% kafkaïenne — en réclame... Par le biais de la justice, il veut «ordonner à Pôle Emploi de respecter ses obligations, c’est-à-dire de le convoquer mensuellement [il va se lasser !], de redéfinir son PPAE au moins tous les trois mois [même s'il n'y a rien à modifier], de lui adresser des offres d’emploi [même minables et à côté de la plaque] et de lui formuler des offres de formation» [alors qu'on les compte comme les poux sur la tête d'un chauve]. Grand bien lui fasse : qu'il expérimente !

Que voulez-vous, il faut bien désigner des responsables à la crise. Quitte à se tromper de cible et tendre le bâton pour se faire battre.

Question subsidiaire : Chercherait-il par hasard, à l'occasion de ce référé — dont l'annonce, contrairement à d'autres procédures nettement plus salutaires pour les chômeurs, semble bien médiatisée —, son petit quart d'heure de gloire et de notoriété ? Hmmm.

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Pôle emploi
« Réponse #8 le: 12 septembre 2012 à 21:08:11 »
Je suis bien d'accord avec l'article ! (décidément j'aime vraiment bcp l'équipe d'actuchomage  :fleur2:) ....... Et lorsque j'ai entendu l'info à la radio ce midi, c'est d'ailleurs exactement le genre de réflexions que je me suis faites  :super:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #9 le: 14 septembre 2012 à 14:03:27 »
Là j'avoue que je ne sais pas quoi en penser... Je comprends le point de vue d'actuchômage, mais personnellement, j'estime que justement quand on fait chier les chômeurs à les radier pour un oui ou un non, je ne vois pas pourquoi pôle emploi ne serait pas mis devant ses devoirs. Pour moi la démarche de ce monsieur s'inscrit peut être dans l'idée de dire que pôle emploi se targue d'être justement un organisme de placement public et qu'il doit faire son boulot !!

Je pense qu'actuchômage dans la situation a ce point de vue parce qu'il est réaliste sur pôle emploi. Mais je ne crois pas que ce chômeur veuille spécialement "plus d'emmerdes", il veut que pôle emploi fasse son boulot correctement et prenne une vraie place d'organisme public de relations chômeur-employeurs....

En effet, qui se plaindrait d'être convoqué une fois par mois ou par deux mois si c'était pour faire une vraie revue de la situation, esssayer de trouver des solutions aux multiples problèmes qui se posent au chômeur (quand ça ne serait que pour faire des photocopies sans payer !!!), ou pour discuter de vraies offres d'emploi ?

Si pôle emploi remplissait son rôle de service public de la bonne façon, je ne pense pas que ce suivi serait si désagréable que ça. C'est justement parce que pôle emploi faillit à sa mission que l'arsenal "suivi accompagnement" n'est qu'une merde répressive alimentant la machine à radier.

Disons que de mon point de vue, je comprends très bien que lorsqu'on a des "devoirs" de chômeur, on ait envie de voir si pôle emploi fait ses "devoirs" de pôle emploi.

Voilà la façon dont je le vois.  :merci: :merci:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Pôle emploi
« Réponse #10 le: 14 septembre 2012 à 14:13:43 »
Effectivement, ton point de vue me semble fort pertinent  :super:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Le sang coule

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5919
  • ANTICAPITALISTE ANTIFASCISTE
Re : Pôle emploi
« Réponse #11 le: 19 septembre 2012 à 07:33:28 »
+1000 Val.  :super:

Pole Emploi dysfonctionne à mort, cela ici chacun en est bien conscient. Personnellement je ne leur accorde pas ma confiance pour retrouver un travail, ou m'aider dans quelque démarche que ce soit... Pourtant, dans la foule des outils qu'ils ont à leur disposition pour nous faire ch..., ils en ont aussi quelqu'uns qui peuvent ponctuellement aider selon les situations :
- Bilan de compétences en vue d'une éventuelle reconversion
- Financement de formation
- Découverte d'un métier

Seulement je ne vois pas avec qui parler de ça ?

En entretien de 15 minutes avec un conseiller qui change à chaque fois (merci le suivi personnalisé hein...).

Alors à défaut je leur dis ce qu'ils veulent entendre, et je reste dans la mouise... Mais au moins en paix dans ma galère.  :triste1:
« Modifié: 19 septembre 2012 à 07:35:37 par Le sang coule »
Aboutd'nerf-iste

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #12 le: 22 septembre 2012 à 12:56:42 »
J'avoue ne pas bien connaitre les méandres de Pôle Emploi et l'essentiel de ce que j'en apprend provient de ce forum . Alors pour apporter ma petite contribution je me suis dit qu'un petit kit de survie pourrait être utile pour quiconque subit les affres de cette administration . Voici :
http://1libertaire.free.fr/KitSsurviePoleEmploiA5.pdf
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Pôle emploi
« Réponse #13 le: 24 septembre 2012 à 12:12:21 »
Voici que Alternatives Economiques se fait l'écho de ce dont nous parlions plus haut  :super: :super: :frime1: ....... et ça , même si ce n'est pas "énorme", j'en suis vraiment super contente  :mrgreen: :mrgreen:
Et j'ai me bien le titre de l'article autant que son contenu :
Et si Pôle emploi devenait une structure respectant le droit ? (bis)
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #14 le: 26 septembre 2012 à 13:04:38 »
Citer
Contre « Pôle emploi 2015 », des deux côtés du guichet

Jeudi dernier, 20 septembre 2012, a eu lieu sur le campus universitaire de Rennes 2 Villejean, et dans la plus grande discrétion, la présentation du nouveau plan stratégique « Pôle Emploi 2015 » à une partie des agents du département. Des représentants du MCPL de Rennes et de la CGT Pole Emploi ont distribué aux agents présents à cette grand messe un tract commun afin d’en dénoncer les logiques gestionnaires et coercitives de cette institution.

Des deux côtés du guichet

La direction de Pôle Emploi a la charge de mettre en œuvre la gestion du chômage de masse. Elle a choisi de mettre en place un dispositif de face à face entre agent-e-s et usager-e-s, laissant croire que la pénurie et la destruction massive des emplois pourraient être compensées par une mobilisation optimale des chercheurs d’emploi, sous la houlette de leurs conseiller-e-s invités à se muer en coachs [1]. Chacun étant censé ne se préoccuper que de sa situation individuelle, c’est un discours idéal pour entretenir la concurrence entre les chômeurs... mais ils sont de plus en plus nombreux ceux qui sont laissés durablement au bord du chemin.

Pour les conseiller-e-s

Ils se retrouvent à devoir composer avec un double rôle, parfois contradictoire, auprès des demandeur-euse-s d’emploi. Conséquence de la fusion, la direction voudrait qu’ils s’occupent à la fois de l’indemnisation, de l’information sur les droits [2] et de la recherche des secteurs qui recrutent, mais de l’autre côté, qu’ils assurent un contrôle des chômeur-euse-s? : rendez-vous fixés par l’institution, ateliers obligatoires parfois inappropriés, proposition d’offres pas toujours raisonnables... à cela s’ajoute un management à tous les étages et « ?un pilotage par les résultats? » qui ont contribué à transformer leur métier. Ainsi, la privatisation d’un certain nombre de services, la pression du chiffre, les « ?portefeuilles? » surchargés sont quelques exemples des difficultés rencontrés par les agent-e-s. Le travail est devenu pénible et cela se ressent au quotidien [3].

Pour les usager-e-s

L’industrialisation à l’œuvre à travers le traitement réservé aux chômeurs par déclinaison essentiellement statistique et comptable, n’est pas sans conséquences pour leur indemnisation.
La « ?simplification? » des traitements (traitements en « ?l’état? » au mépris de la situation réelle du demandeur en matière de salaires et d’activités antérieures).
La « ?déprofessionnalisation? » graduelle des agents de l’ex Assedic dilués sur les sites de production et astreints à la seule activité d’accueil sans les apports règlementaires indispensables.
L’accueil unique qui amalgame l’indemnisation et le conseil à l’emploi source d’erreurs sur les paiements car très majoritairement pratiqué par des agents ex ANPE sans réelle formation au métier de l’ex Assedic.
L’instauration de plateformes de traitements des dossiers où seuls comptent la rapidité du traitement et le nombre de demandes traitées.
Tout cela concourt à la « ?désinformation? », « ?au déni de droits du chômeur? » et fragilise la situation financière de ce dernier confronté dès lors à un véritable parcours du combattant sur la justesse du montant et de la durée de ses allocations (si tant est qu’il s’en rende compte), sur la réalité de trop perçus éventuels, sur la validité des blocages de paiement divers et variés.

En face, les chômeur-euse-s sont pris en tenaille. Les discours gouvernementaux ou médiatiques les stigmatisent? : le fameux « ?chômeur profiteurs ». Et la direction de Pôle Emploi n’est pas en reste en assimilant les associations de précaires à des irresponsables. Cet état d’esprit a permis d’établir des dispositifs de plus en plus coercitifs envers les usager-e-s [4]. Le traitement du chômage s’effectue dans un climat de suspicion, par des traitements individuels où règnent l’arbitraire, des suivis mensuels plus ou moins étroits, des coupures de droits [5]… Quant aux emplois disponibles, ils constituent bien rarement une perspective d’insertion pour les précaires. La norme des emplois proposés aujourd’hui est faite de contrats précaires (CUI, CDD ou CDI de quelques heures), parfois non rémunérés (stages, EMT, AFPR...) ou accessibles lors de foires aux chômeurs (Job Dating). Ces emplois au rabais que les chomeur-euse-s doivent accepter faute de mieux servent avant tout les intérêts des patron-ne-s. Assez de faire payer à la population, y compris aux plus pauvres et aux chômeurs eux mêmes des politiques de l’emploi qui démantèlent le code du travail (aux contrats déjà cités vont s’ajouter les contrat de génération, contrat d’avenir, accord de compétivité….).

Faire un pas de côté

Si les positions des chômeur-euse-s et des conseiller-e-s ne sont pas assimilables, les logiques subies par chacun-e sont proches [6]. Et les licenciements de masse actuels vont accroître les pressions de part et d’autre du guichet, sans que les logiques économiques qui y conduisent soient remises en cause. « ?Segmenter? » la population pour la faire rentrer dans ces objectifs et obliger les agents à collaborer à cette politique? ! Voilà le véritable but de « ?Pôle emploi 2015? ».

Nous appelons donc tous les agents à s’opposer par tous les moyens à « ?Pôle emploi 2015? »? !

Résistons ensemble à cette privatisation du service public de l’emploi? !

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #15 le: 27 septembre 2012 à 18:25:20 »
Je pense que de manière générale le fait de résister à la division de population en catégorie ou bien de faire de l'union dans une catégorie la priorité devrait permettre à la population de lutter.
Je propose la catégorie "précaire".  :diable: Si tous les précaires s'unissaient sans division,  quel mouvement on aurait !! Car si les chômeurs sont précaires, les RSAistes aussi, ainsi que les personnes à temps partiel, les personnes à CDD de quelques heures à quelques mois, etc...
Et à ce moment là on sera bien loin du 3 millions...  :merci:

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #16 le: 27 septembre 2012 à 21:02:34 »
Heu...bon j'allais digresser sur le mot précaire qui est pour moi un euphémisme libéral pour cacher la véritable misère de la situation  mais à force de cogiter une autre réflexion s'est imposée à mon esprit . Et si ce n'était pas le mot "précaire" qui posait problème mais le mot "chômeur" . Alors je suis allée consulter mon dictionnaire d’étymologie offert par mon comité d'entreprise à l'époque où il n'était pas présider par la cfdt . Aujourd'hui les cadeaux se résument à la trousse à barbecue et au nécessaire pour réaliser "un diner presque parfait"...enfin bref !
Donc j'ouvre mon petit Larousse faute d'avoir sous la main un beau Littré et je découvre que le mot "chômer" trouve ses origines dans les Romains de Thèbes et signifiait :"ne rien faire sous la chaleur". Le mot chômage partage le même radical que le mot calor qui a donné le mot chaleur . C'est bizarre parce que dans mon esprit contrariant pour moi un chômeur c'était un travailleur sans activité salariée qui subit une situation qu'il n'a pas souhaité . Et c'est important de le rappeler car les travailleurs actifs devraient se montrer davantage solidaires via leur syndicat pour mobiliser leur camarades . Je me suis toujours opposée à la création de syndicat de chômeurs , comme ça intuitivement parce que je suis d'un naturel casse-couille (oui ! on n'arrête pas de me le dire ) mais pas que ! je viens de comprendre pourquoi j'étais réticente à cela parce qu'un chômeur est d'abord un travailleur et non pas un assisté précaire .

Citer
« Oh ! L'implacable essaim des devoirs parasites

Qui pullulent autour de nos tasses de thé !

Ainsi chôment le cœur, la pensée et le livre,

Et, pendant qu' on se tue à différer de vivre,

Le vrai devoir dans l'ombre attend la volonté. »

Sully Prudhomme, Les vaines tendresses, “Le temps perdu”. (1875)  : :caf:


Tout cela pour dire Val :fleur2: que je suis d'accord avec toi mais la pauvreté n'est pas mobilisatrice parce qu'elle dessocialise jusqu'au moment où la faim prend le dessus et pousse à la révolte : c'est pour ça que le RMI et le RSA existent .
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #17 le: 28 septembre 2012 à 01:38:39 »
Je sais. Je comprends ton point de vue, le souci c'est que les syndicat ont aussi le devoir de défendre les intérêts de leurs membres, et que les chômeurs sont très souvent ignorés. Et il est dur pour un chômeur je pense de se retrouver dans un syndicat de travailleurs, car même s'il est in travailleur à la base, la société est telle qu'il est exclu de fait et aussi par les autres personnes. S'il existait un syndicat dont les membres répartis nationalement avaient une compréhension globale de la situation et qui défendait les intérêts de tous, il serait intéressant pour les chômeurs et les travailleurs. L'autre souci est que les chômeurs n'ont pas le sou et là encore une fois une cotisation syndicale serait un bon investissement mais est peut être trop pour beaucoup.

ce que je veux dire, c'est qu'au delà des convergences de vue, les syndicats de travailleurs vont normalement se concentrer sur les conditions de travail, les salaires, les cotisations, les heures etc...Alors qu'un synidcat de chômeur va se concentrer sur retrouver du travail, faire de l'accompagnement et de l'information sur pôle emploi, les embrouilles, les indemnisations, etc...

Je suis consciente que cela fait partie d'un tout, mais c'est un tout tellement énorme et les chômeurs sont tellement désocialisés (dans le sens d'exclus de la société) que ce n'est pas facile.

Les gens qui travaillent, même gentils, à part de très rares personnes, n'ont aucune idée de ce qu'est le chômage supérieur à trois mois. Vraiment. Comme la pharmacienne qui ouvrait des yeux ronds quand je lui disais que je n'avais plus de sécurité sociale. "mais c'est à vie, me disait-elle". Oui oui... A vie....quand tu travailles. Quand on se heurte à ce niveau d'ignorance, et quand même les personnes de la CPAM t'expliquent que "votre employeur a du faire une déclaration" alors que tu es bien au courant que tu ne travailles pas parce que tu fais une demande de RSA là tout de suite, tu te dis "aïe aïe"...

Bref, être chômeur est malheureusement une occupation à part entière, et même si je pense que nous sommes mieux tous unis (c'est pour ça que j'aime bien l'association chômeurs et précaires), je pense que des structures spécifiques peuvent aider.

 :fleur2: :fleur2: :fleur2:

Conclusion, le chômeur est effectivement un travailleur, indemnisé ou pas car pour être indemnisé il faut avoir cotisé et quand on voit les raisons de non indemnisation, on comprend que le budget étatique se fait des couilles en or sur tous les chômeurs qu'il vole.
Quand aux RSAistes, ils ne sont assistés en rien car finalement l'Etat les paie pour éviter d'avoir des gens qui n'ont rien à perdre, et par exemple dans mon cas, tout ce que la CAF m'a donné en RSA et allocation logement égale à peine ce que j'aurai du toucher par pôle emploi.
Sans parler bien sûr des années où je n'ai pas fait valoir les droits que j'avais.
Et je ne suis pas la seule, loin de là. Donc j'en suis arrivée à la conclusion que de toute façon au regard de la loi française même actuelle, dans une vie l'Etat te spolie de ce qui te reviendrait à un moment ou un autre, donc le RSA n'est qu'un remboursement.  :merci: :merci: :merci:
« Modifié: 28 septembre 2012 à 14:40:31 par Val »

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #18 le: 28 septembre 2012 à 09:52:47 »
Val  :fleur2: . Je n'ai connu le chômage qu'une brève période . Je sortais de la fac de Droit avec juste un DEUG de Droit en poche , une profonde déception de l'université ( Faurisson et Goldnish y avaient encore une chaire :pendu:), pas un sou en poche , pas de projet précis . Je ne pouvais prétendre à l'ouverture des droits assedic et l'A.N.P.E me proposait des missions minables ,d'une durée minable ,dans des hôtels minables . Je demandais inlassablement une prise en charge pour une formation longue . La réponse était invariable : "vous avez le bac ce sera impossible et la formation n'est pas une formation professionnelle mais universitaire " . J'ai remué ciel et terre : je suis allée à la DDTE et là je suis tombée sur une femme qui a pris le temps de lire des textes . Les arguments que m'opposaient les ASSEDIC étaient faux : ma formation exigeait bien d'avoir le BAC et bien qu'aboutissant à un DE elle relevait bien de la formation professionnelle . Après moultes démarches les plus kafkaïennes les unes que les autres j'ai obtenu un financement de ...la MSA via son organisme le CNASEA . Aujourd'hui je suis confrontée indirectement à ce problème parce que mes enfants se heurtent à la dure réalité de Pôle Emploi . Je prends petit à petit la mesure de l'horreur administrative et ça me révolte parce que ça touche à mes enfants qui prennent de plein fouet une situation dont ils ne sont pas responsables mais bel et bien rendus comptables . La cellule syndicale dans laquelle je milite s'ouvre peu à peu à l'adhésion des chômeurs mais ça pose le problème de la cotisation en effet . En tant que travailleur actif la cotisation en valeur brute peut s'avérer rédhibitoire ,alors pour les chômeurs on peut comprendre que c'est encore plus difficile . Mais restons unis de quelque manière que ce soit .  :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2: :fleur2:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Taryn

  • Sarkophobe
  • Messages: 311
    • L'avis d'Angie
Re : Pôle emploi
« Réponse #19 le: 28 septembre 2012 à 11:49:22 »
Au moins Pole Emploi est constant dans ses réponses : demander un financement pour une formation relève d'un combat quasi ingagnable sans soutien extérieur.
Je voulais suivre la filière économie sociale et familiale après le DAEU mais aucune aide possible. J'ai eu de la chance qu'une autre formation faisant partie de celle que j'avais retenu ouvre près de chez moi, financée et rémunérée par la région. Dommage que celle ci ne soit pas connue sur le marché de l'emploi. Avec un DE CESF, les employeurs auraient identifié mes compétences immédiatement, avec mon BTS service en espace rural, ce n'est pas le cas. Formation tout aussi intéressante pourtant, de nombreuses possibilités (théorique) en terme d'emploi. Mais il faut encore qu'un patron nous donne une chance de donner un sens à ce diplome.

Les chomeurs manquent en effet d'organismes représentatifs, qui les aideraient dans leurs droits. Dans les grandes villes, c'est possible de trouver quelque chose mais en pleine campagne, il n'y a rien. On gagnerait pourtant à se réunir, à partager les infos et les connaissances.
" L’assistanat n’est pas un mot de gauche. Autrefois, à gauche, nous appelions cela la solidarité. "
Jean-Luc Mélenchon

http://avisdunechomeuse.wordpress.com/

Hors ligne Taryn

  • Sarkophobe
  • Messages: 311
    • L'avis d'Angie
Re : Pôle emploi
« Réponse #20 le: 04 octobre 2012 à 20:03:44 »
Toujours pour coller à la pertinence de ses propositions, Pole Emploi m'envoie une convocation à un forum des métiers de la défense et de la sécurité publique, rien que ça. 3 heures à se faire suer à regarder les spots pub de l'armée, le bonheur. Et en gaspillant 60km d'essence en plus!
" L’assistanat n’est pas un mot de gauche. Autrefois, à gauche, nous appelions cela la solidarité. "
Jean-Luc Mélenchon

http://avisdunechomeuse.wordpress.com/

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5844
Re : Pôle emploi
« Réponse #21 le: 04 octobre 2012 à 22:56:02 »
Heu, je ne sais pas si ce sera pertinent, mais une suggestion :
"Ta voiture se trouve être en panne, et tu n'as pas les moyens de la faire réparer dans l'immédiat.... Mais tu es naturellement curieuse et ouverte, aussi, bien que cette proposition te semble vraiment très décalée par rapport à ton projet d'insertion professionnelle, tu serais intéressée pour aller y assister..... Qu'ont-ils à te proposer pour que tu puisses y être ?"
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Pôle emploi
« Réponse #22 le: 05 octobre 2012 à 01:10:05 »
Pourtant, croyez-en mon expérience, c'est bien, l'Armée ! Je parle de la Marine Nationale, évidemment parce que les autres corps... beurk !
Enfin, ça n'engage (c'est le cas de le dire) à rien de jeter un cil sur la présentation donnée ICI

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #23 le: 05 octobre 2012 à 09:25:58 »
 :pasdrole: l'essence ça coute un bras et en plus ce genre de trucs informatifs ça n'aide personne à trouver du travail, ils se foutent de la gueule des chômeurs. :fache1:

Hors ligne Taryn

  • Sarkophobe
  • Messages: 311
    • L'avis d'Angie
Re : Pôle emploi
« Réponse #24 le: 05 octobre 2012 à 09:35:52 »
Réveillonsnous : Les temps sont à la radiation, si pas de voiture pour leur convocs farfelus, pas de voiture pour un taf donc pas dispo pour un taf donc radiation. J'ai déjà vu des témoignages en ce sens.

Sarkome : je ne dis pas que ces métiers ne sont pas une bonne expérience mais à 31 ans je doute de me découvrir une vocation de militaire. Si on veut s'engager dans ce sens, c'est quand même pas si difficile de se renseigner par soit même.
Si encore ils ne faisaient pas des convocs à l'aveugle. Combien vont faire du chemin pour rien? Surement 90% des "invités".

A quand un forum des métiers de l'ESS? Là ça pourrait m'intéresser, ce secteur m'intrigue et mine de rien, avec mon diplome, je suis sur qu'il y a des choses à faire.
« Modifié: 05 octobre 2012 à 09:37:29 par Taryn »
" L’assistanat n’est pas un mot de gauche. Autrefois, à gauche, nous appelions cela la solidarité. "
Jean-Luc Mélenchon

http://avisdunechomeuse.wordpress.com/

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #25 le: 05 octobre 2012 à 09:39:19 »
Tu m'étonnes que l'essence coute un bras et on nous ressort à nouveau la taxe écolo-carbone-contributive-climatique-réchauffante ....  :salive:   .... Aller pointer en vélo à plus de 60 bornes ,je l'ai déjà dit faut être vraiment motivé ou zinzin ! Courage Taryn  :fleur2: en attendant va rejoindre tes camarades : à plusieurs on est plus  fort  :merci:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Taryn

  • Sarkophobe
  • Messages: 311
    • L'avis d'Angie
Re : Pôle emploi
« Réponse #26 le: 05 octobre 2012 à 09:50:26 »
Si j'avais le même groupe que celui lors de la réunion pour la prestation STR au CLAF, j'aurais fait ma mauvaise tête et ouvert ma g****e. Mais bon, si je suis la seule à signifier au militaire que les convoc à l'aveugle sont une perte de temps pour nous mais aussi pour eux, ça risque de ne pas le faire lol Je verrais sur place si j'ai un moyen de le faire subtilement.

J'imagine tu as 55 ans et tu es convoqué à ce genre de truc  :fache1:
" L’assistanat n’est pas un mot de gauche. Autrefois, à gauche, nous appelions cela la solidarité. "
Jean-Luc Mélenchon

http://avisdunechomeuse.wordpress.com/

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #27 le: 05 octobre 2012 à 10:37:02 »
Citer
J'imagine tu as 55 ans et tu es convoqué à ce genre de truc


ça me fout dans un état de rage  tresfache tresfache tresfache tresfache ...faut qu'ils fassent gaffe quand même ! y a forcément un moment où ça va péter malheureusement dans un premier temps ce sont les plus fragiles qui vont morfler ...taper sur le bronzé ça occupe les esprits mais cela ne durera pas . Faut vraiment jouer de solidarité parce qu'en face ils sont très soudés et très organisés !  :fache1:
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Re : Pôle emploi
« Réponse #28 le: 05 octobre 2012 à 11:57:15 »
taper sur le bronzé ça occupe les esprits mais cela ne durera pas .
En fait, au contraire, ce genre de division peut tout à fait durer pas mal de temps. Ça peut à la rigueur s’arrêter pour un temps quand passe une guerre, mais, sans vouloir être pessimiste, le fait de taper sur le bronzé est une technique qui était déjà utilisée sous Charles Martel, et qui n'a depuis connu au mieux que de prompts répits.
Donc bon.

On en sort, petit à petit, d'énormes progrès ont étés faits (réfutation du racisme scientifique, abolition de l'esclavage, dénonciation des génocides diverses et variés) mais il y a toujours un gros et gras fond de commerce.
Et les petits français troisième génération des quartiers ghettos qui sont pistés à la moindre connerie pour faire la une des médias, avec le sous entendu crasse qu'ils sont "moins français que les autres" car "d'apparence musulmane" ou je ne sais quel délire du genre fait partie du jeu. Je veux dire par la que les gamins en question sont manipulés pour être instrumentalisés, et ça fonctionne très  très bien. Tellement bien que l'on ne remarque plus la majorité silencieuse qui a la tête sur les épaules.
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #29 le: 05 octobre 2012 à 18:05:48 »
Citer
Tellement bien que l'on ne remarque plus la majorité silencieuse qui a la tête sur les épaules.

Ça !il faut le marteler  :mrgreen: sans cesse tant la tentation est grande pour tous ceux qui en bavent d'imaginer que leurs maux proviennent des bronzés floutés de la télé . Aux Etats-Unis les choses commencent à bouger favorablement de ce point de vue , certes ce n'est pas encore la panacée mais la déflagration de 2008 a permis de se faire se rencontrer les pauvres issus de tous les horizons . .. Je crois  à la possibilité d'une prise de conscience collective . C'est la raison pour laquelle j'exhorte les chômeurs à ne pas rester seuls : la solitude imposée est mauvaise conseillère .
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Pôle emploi
« Réponse #30 le: 14 novembre 2012 à 12:56:16 »
Citer
Soupçon d’escroquerie à Pôle emploi
Une mère de famille inscrite dans une antenne Pôle emploi du Xe arrondissement a constaté que ses indemnités étaient versées sur un compte en banque qui n’est pas le sien.

Y a-t-il un escroc au sein de l’antenne Pôle emploi du Faubourg-Saint-Martin (Xe)? Un agent auquel il aurait suffi de changer les références bancaires d’un dossier, sans avoir besoin d’aucun justificatif, pour détourner des allocations? L’enquête le dira, mais, en attendant, la situation de Nathalie, inscrite depuis trois ans à l’agence du Xe, a de quoi inquiéter : son relevé d’identité bancaire (RIB) a été purement et simplement piraté, modifié malgré elle il y a… quatre mois, sans qu’elle reçoive aucun avis de changement.
Résultat pour cette quadragénaire parisienne : les plus de 3600 € dont Pôle emploi lui a notifié le versement il a dix jours, correspondant à l’indemnité des six mois d’inactivité qu’elle a subis jusqu’en septembre, ont été virés sur un compte autre que le sien. Avec une facilité confondante, qui embarrasse assez les responsables de l’agence pour qu’ils promettent « une enquête interne », en admettant implicitement qu’un agent, peut-être un intérimaire de l’été dernier, a pu détourner comptes et allocations.

Nathalie ne touche plus ses indemnités

En attendant, Nathalie est passée de l’attente à l’incompréhension, puis à la surprise, et désormais à une inquiétude effarée. « Depuis le mail annonçant ce versement, je vérifiais mon compte quotidiennement, raconte-t-elle. Huit jours ont passé, toujours rien. C’était anormal, alors je les ai appelés. » Faute d’interlocuteur attitré au Pôle emploi dont elle dépend, c’est à force de patience sur la plate-forme téléphonique du service qu’elle finit par entendre ce qu’elle n’osait imaginer : « D’après ce que je vois, un agent a changé votre numéro », lui explique la conseillère, en précisant même la date de cette modification : le 18 juillet! L’employée lui a également confirmé le versement de l’argent sur un compte de la Poste, à son nom de jeune fille. Or, Nathalie n’a jamais eu de compte à la Poste. « Je n’ai qu’un compte, dans la même banque et depuis toujours! » s’étonne-t-elle. Elle a déposé plainte dès lundi au commissariat du IXe arrondissement, sans trop de conviction : « Je ne sais même pas contre qui me retourner, souligne-t-elle. J’ai d’abord cru que mon ordinateur avait été piraté, mais pas du tout, la fraude vient de l’autre côté! »

En attendant d’élucider l’affaire qui fleure l’escroquerie, Pôle emploi a décidé de geler tout versement d’indemnité relatif au dossier de Nathalie. Un comble pour cette maman de deux enfants, dont l’un est scolarisé à l’étranger, dans un cursus qui pèse sur le budget familial. Alors ne plus compter sur les plus de 3600 €… « Je suis la victime, pas la responsable de cette situation, et ce sont mes enfants qui vont en souffrir », regrette-t-elle. Si une telle fraude a été possible sur son « profil » du fichier des demandeurs, d’autres risquent peut-être le même détournement. Son mari, informaticien, est du même avis, après avoir parcouru le site Internet de Pôle emploi, il conclut qu’il n’était « pas du tout sécurisé ». Les responsables de Pôle emploi, contactés hier, n’ont apporté aucune réponse.

source
« Modifié: 14 novembre 2012 à 12:58:04 par sarkome »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #31 le: 14 novembre 2012 à 13:16:45 »
J'ai honte, mais quand j'ai lu que pôle emploi gelait tout versement à cette pauvre femme, j'ai éclaté d'un rire hystérique, fou.  :gene: :gene:
Ca me rappelle le post que j'avais fait quand je racontais mes déboires avec pôle emploi, la sécu, la CAF, les impôts, etc... J'en étais arrivée à la conclusion que, quel que soit l'évènement, c'est toujours de la faute de l'usager. Cet évènement prouve que malheureusement, c'est bien le cas. Donc cette personne est victime d'une faute grave d'une personne de pôle emploi (sûrement un intérimaire, ben tiens, comme c'est facile de mettre ça sur le dos des intérimaires, avant même l'enquête) et c'est elle qu'on punit.
Vous allez voir qu'ils vont trouver le moyen de dire que c'est sa faute...  :fache: :fache: :fache: :fache: :fache:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #32 le: 14 novembre 2012 à 18:34:51 »
c'est toujours pareil chez pôle emploi, tu sanctionnes avant de prouver :fache1: :fache1:

Hors ligne Alibaba

  • Sarkophobe
  • Messages: 13
Re : Pôle emploi
« Réponse #33 le: 16 novembre 2012 à 09:28:44 »
 Pôle emploi ne sert pas à grand chose sinon à contrôler les chômeurs et établir des statistiques.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #34 le: 16 novembre 2012 à 11:19:58 »
Voici la lettre ouverte d'actuchômage concernant Pôle Emploi, au premier ministre et à toutes les personnes concernées.

Citer
Demandeurs d'emploi, ou délinquants ?
 
Nombre de radiations prononcées par Pôle Emploi s'écartent des lois. Dans l'espoir d'y remédier, Recours-Radiation et Actuchomage adressent une lettre ouverte à ceux qui nous dirigent et décident de notre sort.

LETTRE OUVERTE AUX :
Premier Ministre (Jean-Marc Ayrault),
Ministre du Travail & de l'Emploi (Michel Sapin),
Ministre des Affaires sociales & de la Santé (Marisol Touraine),
Directeur général de Pôle emploi (Jean Bassères),
73 membres de la Commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale,
58 membres de la Commission des Affaires sociales du Sénat,
72 membres du groupe d'étude de l'Assemblée nationale sur la pauvreté, la précarité et les sans-­abri,
24 membres de la mission commune d'information relative à Pôle emploi qui a enregistré son rapport le 5 juillet 2011,
32 membres du Conseil d'administration de Pôle emploi,
76 membres du Conseil d'administration de l'Unedic.

L'ensemble des arguments soumis dans cette lettre sont mis en avant par Recours-Radiation depuis plus de 4 ans et sont de plus en plus repris par les juridictions administratives. Aujourd'hui, nous nourrissons l'espoir qu'ils seront enfin entendus par le pouvoir exécutif et législatif, pour les chômeurs et les précaires… et pour Pôle emploi.

Aujourd'hui, une personne qui perd son emploi et se retrouve contrainte de s'inscrire sur la liste des demandeurs d'emploi peut se voir couper toutes ressources financières pendant 2 mois complets pour avoir oublié une seule et unique convocation à Pôle emploi.

Si, à aucun moment, nous ne remettons en cause l'importance potentielle d'un tel entretien, attacher une sanction d'une telle violence économique et sociale à une simple absence à un rendez-­vous nous paraît totalement disproportionné. D'autant plus que ces sanctions administratives si importantes sont prises, en toute illégalité, de manière rétroactive et parfois à l'appui de simples courriers envoyés de manière dématérialisée par un système informatique qui souffre de nombreux bugs et fonctionne de manière opaque.

Nous demandons donc à l'ensemble des pouvoirs exécutif, législatif et administratif de se saisir sans délai de cette question afin de ne plus laisser perdurer cette situation, contraire à toute idée de justice sociale.

Recours-­radiation et Actuchomage demandent donc :

1. La suppression des radiations de 2 mois pour une seule et unique absence à convocation,
2. La mise en conformité de Pôle emploi avec le droit en cessant d'appliquer rétroactivement ses radiations,
3. La mise en conformité de Pôle emploi avec le droit en supprimant les radiations ayant pour motif une absence à convocation "téléphonique",
4. L'arrêt de l'envoi des convocations et de l'avertissement avant radiation sous forme dématérialisée.

A Paris et Lyon, le 18 septembre 2012

Voir la lettre (en pdf) adressée à ces 339 destinataires, où sont méthodiquement développés et argumentés les quatre points ci-dessus.


« Modifié: 16 novembre 2012 à 11:46:27 par raja »

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #35 le: 16 novembre 2012 à 11:27:50 »
Je voulais également ajouter que si recours radiation et actu chômage obtiennent gain de cause, Pôle emploi va se retrouver devant un problème budgétaire immense..
Parce que personnellement, je pense que pôle emploi VIT de ses radiations, non recours, etc... Il y a des milliers (voire million) de personnes qui ont cotisé, qui se retrouvent au chômage et qui ne touchent jamais leurs allocations chômage. J'en suis une. J'ai cotisé pendant 3 bonnes années à un niveau cadre, et grâce à une mauvaise information pôle emploi, je n'ai jamais pu toucher les allocations auxquelles j'avais droit !! Et j'en connais d'autres...
Alors pensez à tout cet argent...Moi j'aurai eu droit à plus de 1100 euros par mois...pendant 24 mois. Et hop 26400 euros d'économie...Pratique hein. Et toutes les radiations pour des convocations imaginaires ou dont l'enveloppe de convocation arrive APRES le RDV... deux mois par ci, deux mois par là, multipliez par le nombre de chômeurs... plus les radiations rétro-actives...  :fache: :fache: :fache:
A mon avis on doit arriver au millions d'euros par an...

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #36 le: 16 novembre 2012 à 11:32:40 »
idem j'ai cotisé et j'ai jamais touché mon chômage à cause d'une pirouette administrative, sacré pôle emploi.

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #37 le: 21 novembre 2012 à 12:49:28 »
N'importe qui de "normal" n'ayant aucun probléme de gestion de l'humeur, au moins une fois, s'est énervé contre le personnel de pôle emploi, de là à utiliser ce ras le bol pour virer des chômeurs et faire baisser les chiffres, c'est gros comme une montagne, lisez donc la totalité du billet, ça vous donnera une idée de ce qui peut vous arriver si vous remettez à sa place un conseiller qui vous prend pour un débile.

Citer
Quand Pôle emploi fiche les chômeurs agressifs

Depuis la fusion ANPE/Assedics, Pôle emploi a fait du « traitement » des agressions une véritable politique de sécurité, avec un traçage précis des actes et des chômeurs responsables d’agression. En Rhône-Alpes, cette politique flirte dangereusement avec les limites de la loi informatique et libertés.

Selon la direction de Pôle emploi et les syndicats, les agressions de conseillers sont en hausse. En Rhône-Alpes, comme ailleurs en France, des statistiques ont été mises en place pour suivre ce que la direction régionale a nommé « les incidents clients ». En 2011, on notait ainsi 621 « incidents clients » et en 2012, on en compte 677 (chiffre arrêté au 9 novembre dernier).

Pour parvenir à un tel recensement, les différentes directions régionales de Pôle Emploi doivent mettre en place une politique de sécurité encadrée par la direction nationale. Registre de sécurité, fiche « incident client » et envois de courriers : les chômeurs énervés sont suivis à la trace. En Rhône-Alpes, la porte-parole de la direction assure qu’il n’y a pas constitution de fichiers de chômeurs agressifs. Rien n’est moins sûr.

SUITE DE L'ARTICLE...


Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Pôle emploi
« Réponse #38 le: 21 novembre 2012 à 14:23:20 »
A tous les coups, c'est juste un système foireux mis en place par la direction pour répondre aux inquiétudes des syndicats concernant les agressions dont sont parfois victimes les agents. Un système qui aurait plusieurs avantages : dédouaner la direction (et donc le politique), voire l'agent lui-même en braquant toute la responsabilité sur la personne du chômeur; lui permettre d'affirmer prendre des "mesures" devant les partenaires sociaux, sans toutefois dépenser trop d'argent dans l'affaire non plus...
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #39 le: 21 novembre 2012 à 14:45:04 »
concernant l'article et les mesures sécuritaires :
A ce compte là, pourquoi ne pas mettre aussi les chômeurs dans des cages pendant les entretiens (on sait jamais, hein) et les tenir en respect avec des armes de guerre. Le premier qui l'ouvre, fusillé.  :fache: :fache:

Qu'on répertorie les agressions verbales et physiques à des vues d'études et pour faire de la prévention, de la vraie prévention, pourquoi pas. Mais là, et de cette façon là, je rejoins timbur. C'est très "cosmétique on a l'impression de faire quelque chose. "  :fache: :fache: :fache:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #40 le: 23 novembre 2012 à 11:31:34 »
Citer
Nouveau suivi des chômeurs : ça se précise
   
On en sait un peu plus sur la nouvelle politique d'accompagnement élaborée dans le «plan stratégique 2015» de Pôle Emploi.

Sans bruit, Pôle emploi prépare un grand chambardement. Le suivi mensuel personnalisé est définitivement enterré. A partir du 1er janvier, tous les demandeurs d'emploi vont être classés en trois catégories en fonction de leur éloignement de l'emploi. Et plus ou moins suivis ou convoqués en conséquence.

En comité central d'entreprise (CCE), lundi 19 et mardi 20 novembre, la direction a explicité aux syndicats de l'organisme comment allait s'opérer ce changement.

De 70 à 350 demandeurs d'emploi par conseiller

Les chômeurs les plus en difficulté — environ 180.000 — pourront bénéficier d'un "suivi renforcé" avec des conseillers qui ne compteront pas plus de 70 demandeurs d'emploi dans leur portefeuille. Deux à trois conseillers par agence se chargeront de ce suivi, selon plusieurs sources syndicales jointes par Le Monde.

Le reste des chômeurs se répartira entre un "suivi guidé", catégorie intermédiaire où les conseillers suivront chacun entre 100 et 150 inscrits, et un suivi "simple" qualifié d’"appui" pour les plus autonomes et "proches de l'emploi", avec des portefeuilles qui iront de 200 jusqu'à 350 demandeurs accompagnés essentiellement de manière dématérialisée. "Il s'agit d'une fourchette indicative qui pourra varier d'un bassin à l'autre et en fonction des saisons", explique-t-on à la direction de l'organisme.

Actuellement, un conseiller suit en moyenne 165 chômeurs, avec de grandes variations d'une agence à l'autre. Chaque demandeur d'emploi était censé bénéficier d'un suivi mensuel personnalisé, mais ce dernier n'a jamais pu être effectif faute de moyens. La direction de Pôle emploi espère qu'avec sa nouvelle méthode de suivi, les conseillers puissent consacrer leurs efforts à ceux qui en ont le plus besoin. Les 2.000 CDI supplémentaires promis à Pôle emploi par le gouvernement s'occuperont exclusivement du suivi "renforcé" [1].

Totale discrétion

Dans les prochaines semaines, tous les conseillers Pôle emploi de France devraient se plonger dans leur portefeuille pour tenter de déterminer dans quelle catégorie les chômeurs qu'ils suivent pourront être répartis. "La direction nous a dit qu'elle allait laisser une grande marge de manœuvre aux conseillers de chaque agence pour faire ce choix. Tout dépendra aussi de la situation du territoire. Sur certains, il y aura plus besoin que d'autres de suivis renforcés", affirme Dominique Nugues, délégué de l'UNSA Pôle emploi. En sachant que le suivi "renforcé" ne pourra pas concerner plus de 2.585 conseillers et que le suivi "simple" se fera en grande partie par Internet, la majorité des chômeurs devraient toutefois être orientés vers la catégorie intermédiaire.

Ce bouleversement se fait jusqu'ici dans une totale discrétion pour les chômeurs. Pôle emploi communique très peu, expliquant que tout doit se faire de manière progressive. "Il ne s'agit pas de créer des attentes que nous ne serions pas en mesure d'atteindre dès le 1er janvier", justifie-t-on à la direction. Les demandeurs d'emploi devraient donc être informés individuellement au fil de l'eau du suivi dont ils pourront bénéficier.

Consultés à l'issue du CCE, la majorité des syndicats de personnels se sont opposés à cette nouvelle modalité de suivi. "Donner beaucoup plus de marge de manœuvre aux conseillers pour réaliser l'accompagnement des demandeurs d'emploi est une bonne chose, mais on va avoir du mal à mettre en œuvre le suivi différencié avec le manque de postes actuel", explique Christian Fallet, délégué CFDT, qui s'est abstenu.

"Les demandeurs d'emploi devront être reçus physiquement au moins une fois tous les quatre mois. Avec 350 demandeurs d'emploi dans son portefeuille, cela fera tout de même plus de 70 rendez-vous par mois, tout en gardant le contact avec les 280 autres", abonde M. Nugues. "La segmentation des publics n'est qu'une gestion de la pénurie. Un million d'inscrits n'ont pas travaillé depuis plus de deux ans, et 350.000 chômeurs de plus devraient arriver en 2013", plaide de son côté Jean-Charles Steyger du SNU, qui a voté contre.


[1] Parmi ces 2.000 CDI supplémentaires, 1.000 proviendront de la titularisation de CDD travaillant à Pôle Emploi depuis 6 mois ou un an, et 1.000 seront de nouvelles recrues à former. Sans remettre en question leur bonne volonté, il semble évident que ces nouveaux conseillers ne seront pas très chevronnés. Or, si ces 2.000 CDI supplémentaires devront s'occuper exclusivement du suivi "renforcé" — ce qui signifie que la majorité des 2.585 conseillers alloués à ce suivi pourtant plus complexe seront peu ou pas expérimentés —, on peut se demander à quoi il va ressembler, et s'interroger sur la pertinence de ce choix...

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4264
Re : Pôle emploi
« Réponse #41 le: 12 décembre 2012 à 11:54:55 »
C'est  vraiment la politique du doigt mouillé et de la CFDT qui a pour stratégie de faire mine de tortiller du nez , qui chipote à la marge et qui in fine signe des accords encore plus durs que le texte original .

Tout dans ce texte me donne envie de vomir . On prends les chômeurs pour d'éternels enfants ou pire encore comme des handicapés majeurs qu'il faut mettre sous tutelle par tous les moyens (et paradoxalement avec peu de moyens ) . Mais ce sont les organisations patronales qu'il faut "suivre" , assigner les membres ,les soumettre à des contrôles permanents et à les obliger à payer le prix de la casse sociale .

Et pour vomir un peu plus :

http://www.actuchomage.org/2012120523472/Social-economie-et-politique/chomeurs-tricheurs-cest-reparti-pour-un-tour.html


Pour résister davantage voici la lettre d'un " Inemployable Volontaire : ça se passe en Belgique mais c'est transposable partout :

Citer
Lettre d'un "Inemployable Volontaire"



par Le travail à tout prix ?, dimanche 9 décembre 2012, 20:13 ·

 

Madame la facilitatrice, Monsieur le facilitateur,

 

Si je vous remets cette lettre aujourd'hui, c'est pour partager avec vous mes expériences, mes réflexions, mes recherches sur le plan d'accompagnement des demandeurs d'emploi et plus largement sur la problématique du chômage.

 

En effet, après de longs mois passés à rechercher un emploi en vain, j'ai commencé à me poser des questions sur le marché du travail.

Ce que j'ai découvert ne m'a pas surpris et je pense que vous ne serez pas non plus étonné par ce que je vais vous exposer ci-dessous.



1. Le plein-emploi

"Le plein emploi est une situation d'une zone donnée dont le chômage est réduit au chômage de transition (c'est le chômage de faible durée existant entre l'arrêt d'un emploi et le début d'un autre). Il n'existe alors pas de difficulté particulière à trouver un emploi."

Celà sous-entend que le nombre d'emplois disponibles est au moins égal au nombre de demandeurs d'emploi. Aujourd'hui en Wallonie il y a environ un rapport de 1/10 entre le nombre d'emplois disponibles et le nombre de demandeurs d'emploi. On ne peut que constater dans ces conditions que nos tentatives d'offrir un emploi à toute personne potentiellement active est en fait une douce utopie.

 

Si il est toujours possible de trouver un emploi en Wallonie, c'est simplement la conséquence de la mobilité du travail dont la cause est parfois la motivation personnelle du travailleur, mais bien plus souvent cette mobilité est engendrée par la précarité des nouveaux contrats de travail : remplacements, CDD, réinsertion, dont le PFI, l'Activa et autres contrats win-win qui offrent à l'employeur potentiel une force de travail à coûts bas grâce aux aides financières de la Région. Mais qui par son aspect temporaire encourage l'employeur à renouveler plus fréquemment son personnel afin de continuer à bénéficier des aides accordées.

 

Extrait d'un article paru sur le site de la rtbf et écrit par Pierre-Yves Ryckaert:

"Parmi les remèdes inefficaces présentés inlassablement par nos décideurs comme " la " solution à tous nos problèmes socio-économiques, l’idéologie du plein emploi a la dent dure. S’il y a bien quelque chose qui fait l’unanimité à droite comme à gauche (syndicats en premier), c’est le mythe du plein emploi. Pourtant une analyse pragmatique nous amènerait immanquablement à la conclusion qu’il s’agit d’un rêve hors de portée. D'une part, parce qu'une croissance matérielle exponentielle n'est pas soutenable, d'autre part, parce que la productivité augmente sans cesse diminuant toujours plus l’emploi nécessaire pour la même quantité produite et générant ainsi un chômage structurel. Devrions-nous alors détruire les machines qui nous entourent ou diminuer notre productivité pour atteindre ce mythe? Nous sommes dans une situation paradoxale : la richesse créée et la productivité n’ont jamais été aussi élevées mais il faut pourtant nous rendre à l’évidence, le système actuel ne permet plus de faire vivre dans la dignité l’ensemble des individus qui le compose."

 

2. Le chômage structurel

Il est très étonnant de constater que malgré la progression constante du chômage depuis maintenant plusieures décénies, aucun gouvernement national, ni aucune politique européenne n'a su enrayer cette spirale.

Le partage du temps de travail, le revenu de base, et bien d'autres exemples de proposition de résorbtion du chômage n'ont même jamais été examinées .

Aujourd'hui on s'obstine à exiger de chaque demandeur d'emploi qu'il trouve un travail, même si, comme nous l'avons vu dans le premier paragraphe, du travail (ou plutôt de l'emploi, NDLR) il n'y en a pas.

 

Quelle place occupe le chômage dans notre société ? A qui profite le chômage ?

Quand on pose cette dernière question, la réponse la plus évidente est que ce sont les bénéficiaires des allocations qui profitent le plus du chômage.

Et pourtant le montant des allocations ne nous autorise pas à dire que l'allocataire tire quelconque "profit" de cette situation de survie matérielle.

 
En réalité, le chômage est structurel et institutionalisé. On peut dire sans se tromper que le fait de maintenir un taux de chômage fixe à environ 10% de la population active est en réalité un mécanisme volontaire de stabilisation des salaires et de l'inflation.

En effet, il n'est pas difficile de comprendre que le taux de chômage donne un avantage considérable à l'employeur qui désire embaucher au moindre coût. Le chômage exerce une pression vers le bas sur les salaires (en particulier sur les bas salaires). Il donne la main à l'employeur, qui imposera les conditions de travail (et donc le futur salaire) sans négociation préalable.

Ce salaire sera considéré comme "suffisant" dans la mesure où il dépasse les allocations d'environ 10%, entrainant un nouveau phénomène, celui des travailleurs pauvres.

Plus les allocations de chômage seront maigres et plus les bas salaires se répandront.


Donc, ceux qui condamnent ouvertement le principe des allocations de chômage sans limite dans le temps (FEB, MEDEF,..) sont également ceux qui en profitent le plus. Un taux de chômage conséquant leur offre la possibilité d'imposer les conditions de rémunération.

 

En outre, le chômage maintient un faible taux d'inflation. En effet, si l'ensemble de la population active était occupée à l'emploi, chacun aurait un revenu issu du travail et il y aurait donc plus de monnaie en circulation. Celà provoquerait une hausse de l'inflation et donc une hausse des prix des biens de consommation (ainsi qu'un éffondrement de l'épargne et du Capital, NDLR). Le taux de chômage à environ 10% de la population active est en réalité désiré par ceux qui ont pour mission de contenir l'inflation. En l'occurence il s'agit de la principale mission de la BCE, qui n'hésite pas à reconnaitre les faits que je viens de décrire ci-dessus. Ce mécanisme s'appelle le NAIRU (taux de chômage n'accélérant pas l’inflation).

 

3. Hausse de la Productivité et Réduction du temps de travail.

Si l'on s'interesse quelque peu à la philosophie du travail, on se rend compte que l'homme a toujours voulu se décharger du travail. L'ère industrielle nous a apporté un outil magnifique qui, à l'époque, était une raison d'espérer une diminution du temps de travail (et donc la possibilité de partager le travail de manière équitable): le progrès technique.

 

En effet, la hausse de la productivité (du à l'amélioration des outils de production) aurait pu bénéficier aux travailleurs (c'est d'ailleurs les promesses qui étaient avancées il y a 60 ans). Au lieu de ça, la hausse de la productivité a eu pour principale conséquence d'augmenter les profits des agents détenant déjà les capitaux.


Dans ce contexte il est aussi étonnant de constater que les entreprises ne cessent de bénéficier d'aides diverses (aide à l'embauche, exonération fiscale,..) tandis que les allocataires sont mis sous pression par le plan d'accompagnement qui nous concerne aujourd'hui.
 

4. Crise économique et sociale

La crise de la dette publique a eu pour conséquence la révision du budget et les mesures de rigueur et d'austérité sociale. Ces mesures contrastent avec les plans de sauvetage du secteur bancaire et l'absence d'une juste politique fiscale envers les multinationales implantées sur notre territoire et qui bénéficient de différents avantages fiscaux (avantages qui ne s'appliquent qu'aux grandes entreprises, créant par la même occasion une injustice face aux PME)

 

Drôle de situation donc où on demande des comptes aux plus démunis alors que ceux qui profitent de la situation sont félicités.

On notera qu'aujourd'hui, 21 000 milliards de dollars sont à l'abri de l'imposition dans des paradis fiscaux.

 

Cette crise nous touche tous, que ce soit au niveau de nos projets professionnels, de la qualité des services publics, de notre pouvoir d'achat et même de l'organisation de notre vie de famille.

Pour les allocataires sociaux, la situation est critique et au vu du prix des logements et des biens de première nécessité, le fait de sanctionner une personne déjà démunie financièrement serait une triste décision.

 

De grands défis nous attendent et il est bon de se demander si nos actions, au quotidien, tendent vers un avenir meilleur, ou au contraire entretiennent les injustices d'un système qui tient plus compte des marchés boursiers que du bien-être des citoyens.

De par votre statut, vous pouvez décider d'agir en votre âme et conscience et ainsi participer aux prémices d'une alternative pour notre avenir à tous. Nous sommes tous concernés. Nos actes peuvent changer les choses, n'en doutez jamais.


En effet, malgré la mission qui vous a été confiée dans le cadre de votre contrat de travail, je pense qu'il serait heureux de garder un point de vue critique sur les causes et les conséquences du travail de contrôle administratif que des centaines d'employés administratifs sont amenés à effectuer pour le compte de l'Onem. L'Onem répondant, pour sa part, à des directives politiques venant de nos décideurs nationaux et européens et qui sont largement remises en cause aujourd'hui.

 

Constitution Belge : Art. 23 :

"Chacun a le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine. Ces droits comprennent notamment : 1° le droit au travail et au LIBRE CHOIX d'une activité professionnelle..."

 

Déclaration universelle des droits de l'homme : Article 23 :

"Toute personne a droit au travail, au LIBRE CHOIX de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage."

 

OIT : Convention (n° 29) sur le travail forcé, 1930 : Article 1 :

"Tout Membre de l'Organisation internationale du Travail qui ratifie la présente convention s'engage à supprimer l'emploi du travail forcé ou obligatoire sous toutes ses formes dans le plus bref délai possible."

 
Je crains de ne pouvoir vous convaincre qu'après avoir pris connaissance de tout ceci, je suis dans l'obligation morale de poser un acte de résistance face à une procédure administrative sans fondements qui, malgré ses intentions de "remotivation", provoque inexorablement une stigmatisation d'une minorité sociale déjà méprisée par une majorité des citoyens.

Sans oublier les conséquences individuelles sur chaque demandeur d'emploi sanctionné pour son manque d'ardeur à chercher un emploi. Conséquences qui seront tout aussi bien matérielles que psychologiques.

 
La vie nous a créés tous différents et la différence est une richesse que nous pouvons cultiver.

L'objection de conscience est par ailleurs une obligation que l'on s'impose face à un problème éthique qui nous semble trop important pour ne pas être pris en compte.

 
Je voudrais donc vous encourager à envisager mon dossier avec toute la compréhension utile et nécessaire.


Peu importe la décision que vous prendrez à la fin de votre entretien, j'espère de tout mon coeur que vous tiendrez compte de ce courrier dans vos décisions futures et dans votre travail au quotidien.


C'est pourquoi j'ai décidé de me présenter à vous aujourd'hui, non pas avec mon dossier de recherche d'emploi, mais bien avec cette lettre chargée de mes seules convictions.

Je ne m'attends pas à éviter la sanction. Aujourd'hui je suis près à l'accepter car j'ai agi en mon âme et conscience.


Veuillez recevoir, madame, monsieur, mes amitiés les plus sincères.

Un Inemployable Volontaire.



http://gerardselys.over-blog.com/article-lettre-d-un-inemployable-volontaire-113378729.html




"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #42 le: 12 décembre 2012 à 13:21:14 »
formidable Inemployable Volontaire :super: :super: bravo et merci de nous proposer ce courrier :fleur2:
pour l'article d'actuchomage, je ne suis pas étonnée par le comportement approximatif de francetv :pasdrole:
les chômeurs, les profiteurs sont les marronniers de journalistes au professionnalisme discutable.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #43 le: 17 décembre 2012 à 19:27:42 »
L'article que tu as posté, syberia, est très instructif. Il résume tout ce que nous pensons, ici, en tout cas j'en ai l'impression.  :super: :super:

Quand au lien que tu as mis, j'ai lu l'article, je n'ai pas accès à la vidéo mais honnêtement, je n'ai pas besoin de la regarder, le discours chômeur assisté tricheur je le connais par coeur...  :gene: :gene:

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #44 le: 28 décembre 2012 à 14:20:25 »
Pôle emploi desserre un peu la corde autour du cou des demandeurs d'emplois :pausecaffé:

Citer
Pôle emploi abolit la rétroactivité pour les chômeurs radiés

A partir du 1er janvier 2013, les chômeurs radiés des listes de Pôle emploi ne pourront plus l'être de manière rétroactive et se voir réclamer, en conséquence, le remboursement des allocations indûment perçues, a-t-on appris auprès de Pôle emploi, jeudi 27 décembre 2012.

Jusqu'alors, les demandeurs d'emploi rayés des listes pour absence à convocation, non-recherche d'emploi active ou encore refus de plus de deux offres "raisonnables" étaient suspendus à partir de la date du "manquement".

Ils l'apprenaient plusieurs semaines plus tard, en même temps que leur était réclamé le remboursement des allocations indûment perçues pendant cette période, une "double peine" dénoncée depuis plusieurs années par les associations de chômeurs.

Ces associations, Recours-radiation en tête, avaient fait condamner plusieurs fois cette pratique par les tribunaux administratifs. Le médiateur de Pôle emploi avait également soulevé ce problème dans son dernier rapport.
Effective à la date de la notification

A partir du 1er janvier, comme indiqué dans le bulletin officiel de Pôle emploi, la radiation sera effective à la date de la notification, par courrier, au demandeur d'emploi. Dans le même temps, les délais de traitement seront réduits de 15 à 10 jours.

"On ne boude pas notre plaisir, sachant que ça fait cinq ans qu'on le réclamait et que tous les demandeurs d'emploi indemnisés radiés pâtissaient de cette rétroactivité, d'une durée de 15 jours à un mois et demi en moyenne", s'est félicitée Rose-Marie Péchallat, ex-conseillère Pôle emploi, à la tête de l'association Recours-radiation.

Sur 40.000 personnes radiées en moyenne chaque mois, soit près de 500.000 par an, majoritairement pour absence à convocation, environ 8.000 sont réinscrits dès le mois suivant.
Un "effet statistique" à craindre

En conséquence, Pôle emploi prévient déjà que les très sensibles chiffres des demandeurs d'emploi inscrits en janvier 2013, publiés fin février, subiront un "effet statistique" du fait de l'abolition de cette rétroactivité.

"Selon les projections, il devrait y avoir entre 10.000 et 30.000 radiations en moins sur les chiffres de janvier, soit mécaniquement autant d'inscrits de plus en stock", prévient-on à Pôle emploi.

 

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28612
Re : Pôle emploi
« Réponse #45 le: 05 janvier 2013 à 12:14:23 »
Citer
Pôle emploi : suppression d’une partie des aides sociales ?

C’est apparemment une banale circulaire interne de la direction régionale de Pôle emploi en Ile-de-France qui le révèle : une importante aide sociale destinée aux allocataires du RSA inscrits à Pôle emploi est supprimée à compter du 1er janvier 2013.

 Sous le titre : « Non reconduction de l’Aide Personnalisée de Retour à l’Emploi (APRE) », la circulaire de Pôle emploi indique qu’il s’agit de tirer les conséquences de la loi budgétaire votée par l’Assemblée nationale pour 2013. Un paragraphe souligne en effet :

    « La loi de Finance pour l’année 2013 n’a pas attribué de dotation pour le financement de ce dispositif. En conséquence, les aides applicables dans le cadre de l’APRE  ne pourront plus être prescrites à compter du 1er janvier 2013. »

 Mais la circulaire semble aussi indiquer qu’il ne s’agit pas d’un simple « oubli » du législateur, puisqu’il est précisé qu’il s’agit de « Suivre et mettre en œuvre le plan d’action partagé (DE210) ».



Si ces informations sont confirmées, elles éclairent d’une façon particulière les intentions du gouvernement et de Pôle emploi, en matière de lutte contre la pauvreté. Rappelons que le dispositif de l'Aide personnalisée de retour à l'emploi (APRE) a pour objet de prendre en charge tout ou partie des coûts auxquels vous devez faire face lorsque vous débutez ou reprenez une activité professionnelle (réf. sur le site Service public). Les modalités de cette aide sont fixées par les Conseils généraux mais c’est Pôle emploi qui enregistre les demandes et gère le dispositif.

 Il est à noter qu’à ce jour les sites des services publics comme ceux des départements et de Pôle emploi continuent de présenter ce dispositif comme étant opérationnel.

L’affaire confirmerait s’il en était besoin que l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi entraîne une baisse du niveau des prestations institutionnelles qui leur sont fournis. Déjà en 1997 la suppression du fonds social des ASSEDIC alors que le chômage était au plus haut pour la période avait entraîné le mouvement social des chômeurs de l’hiver 97-98.

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Pôle emploi
« Réponse #46 le: 05 janvier 2013 à 18:59:17 »
que voilà de beaux moyens mis en oeuvre pour la réinsertion.... :rougefache:
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
Re : Pôle emploi
« Réponse #47 le: 05 janvier 2013 à 19:04:02 »
Cette non reconduction risque d'en entraîner une autre dès la prochaine élection...  :fache1:
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2854
Re : Pôle emploi
« Réponse #48 le: 06 janvier 2013 à 10:57:51 »
Bon, pour ne pas changer, les infos et commentaires de ce fil m'avaient échappé - et ceci dit j'aimerais bien faire un retour sur image, à septembre, sur l'info "un chômeur attaque Pôle Emploi". La dernière remarque de Val (pourquoi n'attaquerait-on pas Pôle Emploi s'il ne fait pas son boulot ?) m'enduit en effet avec beaucoup de perplexité, je la trouve gentiment naïve.
On a là un chômeur en particulier, qui attaque en théorie Pôle Emploi, mais en admettant que le recours puisse "prospérer", comme ils disent (c'est bien la seule chose qui puisse prospérer par les temps qui galopent  :diable:), eh bien c'est son conseiller dédié qui sera mis en cause, et non l'institution elle-même. Peut-être ce conseiller est-il effectivement un jean-foutre qui n'en avait rien à cirer de ses dossiers, bon, très bien, mais épiphénomène. Plus probablement s'agit-il d'un des malheureux majoritaires, qui ont le double voire le triple de dossiers à suivre par rapport à la moyenne dite tolérable.
Remettre en cause Pôle Emploi soi-même ... nécessiterait me semble-t-il, s'il est, déjà, possible de mettre en cause globalement un service de l'Etat, l'équivalent d'une "class-action", genre juridique qui n'est pas près de naître sous nos cieux troublés.

Par ailleurs, que je sache, l'avocat même le plus naze qui défendrait Pôle Emploi, ou un de ses fonctionnaires, arguerait que tant fonctionnaire qu'institution ont, n'étant pas commerçants, une obligation de moyens, et non de résultat.

Alors évidemment tout ça a des sous-tiroirs :

- Comment se fait-ce donc que personne ne revienne frontalement sur le ravage, par le néo-Attila de service, des ANPE/ASSEDIC antérieures, lesquelles n'étaient certes pas top, mais ont subi le coup de grâce de par la "réforme" hyper RGPPiste ?
- Comment-y donc se fait-ce, qu'avec l'augmentation constante du chômage on n'envisage en réalité nullement de recruter, au moins proportionnellement ?

- "On va titulariser les contractuels de Pôle Emploi" : en réalité ce point est plus complexe à P E qu'ailleurs, m'enfin, cela met plus largement le doigt sur un véritable subterfuge des annonces RGPPistes. Adoncques la RGPP racontait qu'on allait mettre les feignasses au boulot, en réduisant leurs effectifs, et que parallèlement on redistribuerait sur les dites feignasses dorénavant actives la moitié des subsides ainsi économisés. C'était évidemment un gros mensonge visible à l'oeil nu : les rémunérations et indemnitaires de la FPE sont de nature législative, et vous n'avez pas manqué de remarquer que le point d'indice salarial FPE n'a pas bougé d'un cran sur la période RGPP, aujourd'hui MAP. Par contre, effectivement, les neo-managers des cabinets ministériels ont pu recevoir quelques primes REDISTRIBUTIVES, pour excellents services de sabrage rendus, mais surtout surtout, CETTE MOITIE DES SUBSIDES ECONOMISES PAR LES SUPPRESSIONS DE POSTES ONT ETE UTILISES A RECRUTER ET PAYER DES CONTRACTUELS, puisqu'il était d'un endroit l'autre strictement impossible de continuer à bosser correctement avec des effectifs aussi réduits (nota, le plafond autorisé moyen de non titulaires dans la FPE est de 10 % de l'ensemble des effectifs, dans ma propre administration on est allés jusqu'à près de 20% en 2009 et 2010.....).

- Le néo-management, ou plutôt l'idéologie managériale dévoyée (puisque vous aurez noté ci-dessus que la FPE est fondée, pour sa défense, à invoquer l'obligation de moyens et non de résultats, mais par contre l'idéologie managériale aujourd'hui à l'oeuvre dans la même FPE met sur chacun de ses agents, comme un mécanisme infernal, une obligation de résultats par rapport à des objectifs établis unilatéralement) n'est dénoncé en réalité nulle part = les rapports les plus acides sur la RGPP en parlent du bout des lèvres, tout en disant que les résultats de ce biau système sont peu lisibles, pour conclure qu'en l'état actuel des choses on ne peut plus revenir en arrière (notamment, rapport Cornut-Gentille/Eckert).

Etc Etc.

------------------
Puisque je suis sur un des fils TRAVAIL, je ne recherche pas s'il y a un fil dédié au thème des "négociations" actuelles...., dont Hollande et Ayrault menacent de les conclure par une Loi (toute prête), si ces c... de syndicats ne se mettent pas d'accord avec le patronat pour une corvéabilité encore plus grande des salariés.
Je veux juste rappeler - une fois encore - qu'Hollande a fait "des choix" qui ne lui ont demandé aucun effort d'imagination, puisque toutes les scélératesses que Parisot va triomphalement faire passer étaient déjà contenues dans l' "AGENDA 2020" dont je vous rebats les oreilles avec constance, Agenda européen joyeusement paraphé par sarko le 5 juillet 2010  :fache1:, et ensemble de poncifs économiques fourbus, qu'Hollande n'a jamais au grand jamais remis en cause en tant qu'engagements, et dont il prend donc la suite.

Il est donc engagé, le flan national, à = "améliorer notre compétitivité face à nos principaux partenaires commerciaux, en renforçant notre productivité" p 15 (vous noterez que lorsque l'on dit cela en se référant à l'europe et la zone euro, cela subbodore que nos "principaux partenaires commerciaux" sont également nos ennemis commerciaux... :mrgreen:, et que par ailleurs si l'on renforce notre productivité pro domo, y'aura encore moins de postes de travail  :drapeaublanc:); "moderniser et renforcer nos politiques de l'emploi, de l'éducation et de la formation(.....) grâce à l'amélioration de la participation au marché du travail"... ; comprendre qu' "il importera également de concrétiser les principes de la FLEXISECURITE, et de donner aux citoyens les moyens d'acquérir de nouvelles compétences AFIN DE S'ADAPTER A DE NOUVELLES CONDITIONS ET A D'EVENTUELLES REORIENTATIONS DE LEUR CARRIERE" p 19 ; "adapter le cadre législatif (....) "Smart Regulation", à l'EVOLUTION DES FORMULES DE TRAVAIL par exemple, temps de travail, travailleurs détachés " p 19..; bref, "à mettre en oeuvre [le parcours national] pour la FLEXISECURITE, conformément à la décision du Conseil Européen" p 20.

Donc mes p'tits loups....,voilà le bouzin que le normal est en train de vendre en douce,  aucune illusion à avoir, par conséquent, sur l'issue des négociations évoquées plus haut... Vous non plus, ça ne vous fait pas rire :nono:

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19238
Re : Pôle emploi
« Réponse #49 le: 06 janvier 2013 à 15:01:10 »
1 - Non, ça ne me fait pas rire.
2 - concernant le chômeur je te comprends old machin, mais il faut aussi voir la chose du point de vue pratique : perso, j'en ai marre de voir pôle emploi en tant qu'institution harceler et agresser les chômeurs, mais ne jamais se prendre de retour dans la tronche. Je ne pense pas que le conseiller du monsieur soit coupable spécifiquement (encore que quand je lis certains témoignages, il y a des conseillers pôle emploi infects, c'est un fait), mais je pense qu'un demandeur d'emploi a le droit de demander à ce que les statuts de l'institution soient respectés. Car les chômeurs vivent dans un mensonge permanent : on continue encore et encore de présenter pôle emploi comme une institution qui remplit son rôle, et comme il y a encore plus de personnes qui travaillent et qui n'ont jamais eu à faire à PE que de chômeurs, beaucoup de gens le croient.
Or, même s'il y a des gens de bonne volonté submergés à pôle emploi, il y a toujours et surtout des règles de mauvaise volonté chronique.
Le fait d'être débordé n'explique pas tout. Il y a des consignes internes qui visent à caser par exemples le plus d'ateliers privés possible histoire de rémunérer avec de l'argent public les vautours privés qui se nourrissent de l'Etat tout en le décriant.
Et c'est comme ça qu'un informaticien professionnel se retrouve dans un stage pour "apprendre à utiliser un ordinateur" et qui s'entend dire par une gentille petite consultante qui s'y connaît encore moins que lui " mais attendez monsieur ne l'allumez pas je vais vous montrer comment il faut faire"...

Tout ça pour dire qu'on ne peut pas toujours avoir en tête la vue globale. Personnellement je me sens toujours mieux quand je réussis à remporter une victoire si petite soit-elle contre une administration qui m'a emmerdée sans aucune raison.
Parce que bizarrement, l'administration, elle, s'en fout complètement de vos problèmes. si vous n'avez pas tel papier, ou si vous avez fait ce qu'on vous a dit mais qu'en fait c'était faux, elle s'en fout. Donc oui, j'assume parfaitement le fait de prendre plaisir à ce qu'une administration, quelle qu'elle soit, soit assignée en justice ou tout simplement se retrouve le nez dans sa merde. Ca choque mon sens de la justice d'avoir une administration qui fait de la "lutte contre la fraude" une priorité tout en faisant des choses illégales elle même.

Voilà.

Donc il est important de ne jamais oublier la vue globale, mais aussi de tenir compte du point de vue de celui qui est broyé par la machine.

Pour les questions que tu poses, je pense que tu as déjà les réponses.  :diable: Personne ne revient sur la fusion désastreuse ANPE assedics parce que revenir dessus reviendrait à faire le bilan et qu'il est catastrophique. Quand au recrutement, hollando-saint l'a dit : il va rajouter mille personne qu'il prendra ailleurs. c'est beau, non ?  :diable: :diable: