Auteur Sujet: Maternité et dérives  (Lu 4752 fois)

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Maternité et dérives
« le: 27 mai 2012 à 13:54:32 »
c'est CSP qui m'a fait découvrir ce texte et ça m'hallucine les dérives de ces fameuses materneuses, la société est déjà pas évidente pour les mères actives, pour celles qui ne veulent pas allaiter ou ne pas avoir d'enfants

c'est long je sais, je sais mais lisez jusqu'au bout ça vaut le coup 8|

La source.

Citer
Les materneuses ou comment avoir envie de rétablir la stérilisation forcée 

  Aujourd’hui mes enfants, découvrons ensemble un nouveau monde : les materneuses.
 Ouais.
Qu’est ce que c’est que cette connerie tu vas dire ? Est ce qu’il y a du cadal sponso inside? Est-ce qu’il y aura du smocky orange? Du cabas Vanessa Bruno? De la shoe compensée Isabel Marant?
QUE NENNI.
 Les materneuses c’est un forum « d’aide et partage de mère à mère autour du maternage proximal et de l’accompagnement respectueux de nos enfants, dans le respect des autres et de la nature»  (http://lesmaterneuses.superforum.fr/forum)
 Certaines des membres ont des blogs. J’avoue ne pas TOUS les avoir lus, mon préf étant sans conteste celui d’Alisabel (http://biboudavril.over-blog.com/).
Concrètement comment çà se présente cette affaire ? Je vous propose d’étudier ce monde fascinant en plusieurs points.
Acte 1 : L’éducation
 Déjà, c’est les enfants qui décident. De tout.

D’ailleurs, même pas elles se posent de questions : “Ici aussi on a décidé que ce sont nos enfants qui décident. (quoique l’autre jour on a refusé que Louis se les taille (les cheveux – NDA) tout seul, et au fond c’était difficile à justifier, juste ça risque d’être moche!)”
 Quand les mômes en ont marre de leurs vieux, ils leur en collent une (ET ON LES COMPREND) mais c’est normal : «ils ont suffisamment confiance en vous pour se laisser aller à vous taper? c’est plutôt bon signe non, ils peuvent se reposer aussi sur vous pour ça!”
De là, tu te dis, putain mais une fois qu’ils seront scolarisés, ils découvriront que non, on ne frappe pas ses parents, on ne décide pas à 4 ans de faire ce qu’on veut quand on veut et que dans une société, y’a des règles, des droits et des devoirs.
 SAUF QUE.
 Sauf que les enfants des vraies materneuses ne vont pas à l’école. Non.
 Parce que l’école c’est trop formaté, y’a trop de règles de vie (la société quoi).
 Mais plutôt que de parler de déscolarisation on cause de unschooling (c’est tellement plus cool).
 En l’espèce, le truc c’est de laisser l’enfant décider par lui-même quand il est prêt.
En conséquence de quoi, il se peut qu’un jour, ton gamin décide, à 5 ans, d’aller à l’école pour « voir ». Alors tu l’emmènes (mais avec sa veste en peau de mouton et ses sabots en bois bio) (le bois bio c’est juste qu’avant de couper l’arbre, tu lui expliques – à l’arbre – que c’est indispensable à ta consommation mais qu’en vrai çà te fait mal au coeur) .
 Bref, à 16 h 30, tu vas le chercher à la sortie et alors, ton môme t’explique que non il veut pas y retourner (le premier jour d’école lui a pas vraiment plu).
Ce que tu dirais toi : « Oui ben on va y retourner encore un peu (20 ans) parce que c’est drôlement chouette d’être avec d’autres enfants, d’apprendre plein de choses y compris la vie en société. En plus, c’est pas tellement en un jour que tu peux te faire une idée.».
 Ce que dit la materneuse : « Ah ben OK, on y retourne pas alors. »
Donc là, tu te dis (parce que tu es quand même un peu ouverte sur le monde qui t’entoure) : d’accord, l’école est pas obligatoire avant 6 ans et donc si çà se trouve la materneuse, elle fait des trucs alternatifs supers avec son môme.
Vise Alisabel : « Pas vraiment d’école à la maison, ni de programme. Juste quelques ambitions, et des projets, comme apprendre à se situer dans le temps, sur l’horloge et le calendrier; poursuivre l’apprentissage de l’alphabet et des phonèmes, et voir jusqu’où nous mènera la récente passion du biboudemars pour les engins spatiaux !»
Ah ben si, c’est super on te dit ! A 5 ans, vise que ton mioche il va continuer à apprendre l’alphabet (j’avoue j’ai googlé « phonèmes », c’est des sons en fait) alors que les autres ils en sont déjà à la lecture.
 Mais en vrai, la lecture c’est très surfait.
Du coup, la materneuse, elle fait des activités écolo aka tu joues avec ce que la nature te donne.
 Je sens que vous voulez des exemples :
 « 15- en promenade s’installer sous les arbres et regarder le vent agiter les feuilles » (activité relaxante tout à fait adaptée pour 45 secondes maxi à un enfant de 3 ans)
 28- monter et descendre des escaliers : en avant, en arrière, assis, à genou, à plat ventre (on peut utiliser une planche pour limiter le nombre de marches si on craint vraiment les chutes) (trop bonne idée le lolage intense dans les escaliers et pas dangereux du tout)
 48- faire des biosphères (en gros c’est un truc de bobo pour dire que tu vas chercher des coccinelles dans le jardin et que tu les fous dans une boîte)
 64-peindre son frère en bleu (j’ai rien à ajouter)
 101- jouer à inverser les rôles: l’enfant devient parent et les parents deviennent enfant: très instructif en plus d’amusant! (donc là, Rachel est trop choupi rapport qu’à la maison, c’est déjà son môme le boss)
 
53- melanger le l’eau et de l’huille dans une bouteille ,secouer et regarder l’huille se constituer (mon jeu préf quand j’étais gosse)
 35-mettre un gosse dans un sac de couchage et le trimballer dans la maison en le trainant par terre et quand cesse le manège, le guetter dans son sac avec une lampe de poche et lui faire deviner dans quelle pièce de la maison il se trouve (je suis assez atterée)
Bref.
 Je dirais qu’au final, niveau scolarisation et ouverture des enfants sur le monde, chacun voit midi à sa porte.
 L’activité préférée des Corleone : Mettre un gosse dans un congélateur et attendre de voir en combien de temps il peut devenir un produit Picard ou encore le balancer par la fênetre pour voir s’il retombe sur ses pattes comme un chat.
Niveau idées à la con, je dirais que le bilan se présente comme suit :
 Les materneuses : 1
 Katie Corleone : 1
Acte 2 : la HNI (Hygiène Naturelle Infantile)
 

 Cà c’est merveilleux et on se demande comment on y a pas pensé avant.
 En fait, on ne met plus de couches. Du tout. Et dès la naissance.
 Les bébés « signalent » à Maman qu’ils veulent faire pipi/caca et on les met au dessus d’une bassine.
 Naturellement le gosse est à poil toute la journée et toute l’année et depuis sa naissance.
 Donc bien sur, y’a des accidents (FORCEMENT) mais ce n’est pas DU TOUT parce que physiologiquement les bébés de quelques jours voire mois n’ont pas encore conscience de leurs fonctions.

Non. C’est qu’ils ne veulent plus « communiquer » avec maman au sujet de leur propreté.
 
 
Parfois çà marche : “si clément te signale ses cacas, c’est qu’il n’a pas perdu le contact avec ses fonctions d’élimination
 Dès fois, çà craint : « les signaux d’Achille sont assez discrets , ce qui marche le mieux c’est encore la télépathie , au grand étonnement de notre entourage. »
 Avoue que t’avais JAMAIS pensé à la télépathie. Moi non plus, comme une conne, j’ai juste acheté des Pampers.
D’autres fois, on a 40 ans mais on a pas passé le stade anal : «Mais je ne trouve pas que ce soit une tâche ingrate, moi ! Au contraire (je vais vous paraître cinglée, mais j’adooooore l’odeur du caca de ma fille ! Ça sent la crème de lait, hum…) ».
Bien sur, les materneuses te justifient çà par le fait que dans les pays du quart-monde, sans déconner, elles ont des Pampers les meufs ?
 Ben non. OK. Argument imparable.
Les materneuses : 1
 Katie Corleone : 0

 Acte 3 :  l’allaitement
 

 Alors là les gars, dites vous bien que si vous pensiez avoir tout lu /vu avec les ayatollahs de la Leche League , vous vous fourrez le doigt dans l’oeil grave.
 Déjà, à la base l’allaitement cà devrait être OBLIGATOIRE. Sinon t’es une mauvaise mère.
 Laissons la parole à Noëlle, maxi-materneuse :  ”je n’ai jamais été ni militante, ni fanatique pro-allaitement (LOL – NDA). Et puis cette nuit (vive les insomnies de fin de grossesse!) je crois que j’ai compris : finalement, non, on ne devrait pas avoir le choix!”

Alors, EVENTUELLEMENT si tu as des problèmes de santé graves, tu peux avoir une excuse. Sinon, c’est juste que tu as été trop formatée par ton pédiatre/la maternité/Nestlé/Bledina/le ministère de la Santé et que tu es une sale petite connasse inculte.
Ne nous y trompons pas, certaines sont plus mesurées : “Comment peut on être la mère d’un petit prématuré, de moins de 2 kg, et refuser de l’allaiter au nom de sa liberté de choix ???? (…) Bien sûr si les lactariums n’existaient pas ce serait différent , n’est ce pas ? On peut tout de même imaginer que les mères qui ne veulent pas allaiter prendraient sur elles malgré tout pour sauver leur enfant …. “
 

 L’argument qui tue est qu’en fait, le non-allaitement c’est “un trucs (sic) de bourgeois de ne pas nourrir soi même ses enfants, pour pas être enquiquiné, pour ne pas frustrer monsieur (parce qu’on croyait que relations sexuelles et allaitement étaient incompatibles), brefle, pour un tas de mauvaises raisons! Et puis comme par chez nous on veut toujours être “égaux” on a inventé le biberon et le LA pour que “tout le monde puisse faire comme les riches” (et s’en mettre plein les fouilles au pasage même si plein de bébés en sont morts à cause des conditions d’hygiène désatreuses)“.
Quant à moi, je n’ai pas allaité (bouuuuuh, pas bien) uniquement par pure convenance parce que çà m’emmerdait, voilà c’est dit.
 Il est donc probable que je brûle en enfer et que Junior développe de multiples maladies.
Bilan :
 Les materneuses : 1
 Katie Corleone : 0
Acte 4 : la philosophie
Alors LA, putain de cul, y’a du très très lourd parce que figurez-vous que sur ce forum, y’a une partie “Discussions philosophiques”.
 N’ayant peur de rien, je suis allée y jeter un oeil et ce que j’y ai lu m’a ecoeurée (mais c’est sans doute mon éducation judéo-chrétienne) (argument largement développé lorsqu’on ne partage pas le point de vue des materneuses).
Nous trouvons ainsi une discussion intitulée “Affection charnelle” et “De l’inceste au plaisir” (cette discussion étant elle-même située dans le topic “Education respectueuse”) et laissez moi vous dire que CERTAINS commentaires (thanks God pas tous) m’ont fait peur. Vraiment.
On commence par du light avec le sexe pendant le cododo (=tu baises avec ton môme dans ton lit DONC).
 Alisabel (qui vaut vraiment des points) : “Il faudrait peut être se rappeller que la pratique de faire dormir un enfant seul dans une chambre à part est quelque chose de spécifique à notre societé, et un phénomène relativement récent.
 Et qu’en plus , le fait d’avoir plusieurs chambres pour la famille dénote un niveau de vie particulièrement luxueux au regard des conditions de vie de 80% des habitants de la planète. Comment fait on ailleurs ?
 Et comment l’humanité s’est elle perpétuée jusqu’à nos jours avec seulement 1 habitat par famille voire même par clan ?”
Une “invitée” du forum ajoute : “On vient au monde à poil et parce qu’un homme et une femme ont fait l’amour. Quoi de plus naturel ? Dès lors, pourquoi cacher ces aspects primordiaux de la vie à nos enfants ?”
Oui, lecteur, je te le demande : POURQUOI?
 On notera au passage que les arguments développés sont TOUJOURS les mêmes :
 1) regardez en Afrique et regardez donc au temps de la Préhistoire.
 2) il n’y a que dans les sociétés “riches” que les enfants ont une chambre.
Or, ces connasses femmes, le savent-elles seulement comment les gens faisaient l’amour il y a 50 ou 1000 ans?  D’où bordel de cul, de manière habituelle la majorité des couples (je ne parle pas des Fourniret) faisaient-ils l’amour, y compris dans des temps reculés, avec leurs enfants tout à côté?????
 Ensuite. Est-ce-que le fait de n’avoir qu’une chambre pour toute la famiglia rend OBLIGATOIRE le fait de faire l’amour dans la pièce que celle où sont les enfants???
L’aspect sexualité/cododo étant désormais évoqué, passons au level 2 :
Nous avons donc une “invitée” du forum qui, au départ, nous indique que son fils Malo lui demande pourquoi on ne peut pas faire l’amour entre frères et soeurs lui indiquant au surplus qu’il a “très envie de mettre (son) zizi dans la zézette d’Anna”.  Elle s’interroge sur comment répondre à son fils (on note déjà le high level de la meuf mais passons) (et on devrait également s’interroger sur le POURQUOI PUTAIN il veut baiser sa soeur) (mais je vais trop loin dans le questionnement).
Bref.
 Réponse d’Aboz, maxi-materneuse : “Et pourquoi qu’on aurait pas le droit, d’abord ??? scratch Après tout…”
OKAYYYYYYYYYYYY. Bouge pas, je pars gerber, je reviens.
Alors bien sur, HEUREUSEMENT, certaines des membres relèvent (mollement) l’interdit social et/ou légal, le risque de consanguinité, ce à quoi ladite Aboz rétorque ceci : “Oui, bien sûr, mais si c’est juste pour le plaisir ? Et puis d’abord, la consanguinité, pourquoi la Nature rend-elle possible de faire des bébés entre frère et sœur ?”
Donc là, je vous le dis, j’ai zéro argument (mais bien envie d’appeller le 119 quand même) (et de lui défoncer sa sale petite gueule à Aboz).
Passons désormais au level 3 avec Aboz (toujours elle) :
 “Et puis d’abord, pédophile, ça veut bien dire “qui aime les enfants”, non ? Après, on y a mis un tas de choses saugrenues derrière.
Hein ouais Marco tu les aimais?
 
 
J’avoue, çà a été un peu the cherry on the cake où j’ai eu PHYSIQUEMENT envie de la frapper jusqu’à ce qu’elle crève Aboz (du reste, si j’ai bien tout compris, si je la frappe c’est que je lui fais confiance pour qu’elle ne me frappe pas en retour).
 Je te le dis Aboz : mais OUI, CARREMENT, c’est vrai que c’est tellement saugrenu, un gosse qui se fait défoncer par un pervers.
Ma copine Mandarine, qui a tout bien lu la discussion m’a d’ailleurs fait justement remarquer qu’elle était vraiment trop dég au final d’avoir grandi avec tous ces interdits sociétaux alors qu’elle aurait tranquillement pu se faire sauter la rondelle avec ses deux frères…..
Bilan  :
 Les materneuses : 1
 Katie Corleone (décidément trop conventionnelle) : 0
Voilà.
 Qu’est ce je peux ajouter à part qu’en dépit du fait que je pense pouvoir être assez ouverte sur le monde, je ne peux pas supporter cette dérive quasi sectaire qui, outre le fait de cantonner les femmes à leur seul rôle de mère, porte un discours à la limite du criminel dans certains cas?
Demain si vous le voulez bien, nous nous pencherons sur le cas d’Ed Kemper III qui  a décapité sa maman afin de planter sa tête sur une pique pour jouer aux fléchettes.
 Ou alors on causera du tatouage de notre Reine à toutes.




« Modifié: 27 mai 2012 à 15:50:34 par Val »

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Maternité et dérives
« Réponse #1 le: 27 mai 2012 à 14:59:56 »
Alors là c'est incroyable que tu postes ça aujourd'hui Raja . Figure toi qu'hier une copine d'Attac m'a invitée à un rassemblement dont le thème était la transition écologique . Autant dire qu'elle a dû me supplier pour l'accompagner insistant lourdement sur le fait qu'il y avait un concert à la fin de la manifestation .Nous arrivons dans la ville où se déroulait l’événement . A peine arrivée j'avais déjà envie de faire demi tour . Première vision : un paquet de quinquagénaires aux longs cheveux gris filasses attachés en queue de cheval ,des femmes habillées en toile de jute en forme de sac à patates , quelques jeunes égarés de "l'altermonde" en mode beatnik  :sarouel informe, couleur olive assorti d'un tee-shirt infâme couleur courge le tout rehaussé d'une écharpe d'un violet délavé . Un petit monde que je connais bien ayant gravité un paquet d'années autour de José Bové . Un petit monde qui ne parle qu'à lui-même :convaincu de sa bonne parole ce monde pratique le prêche en interne avec les démonstrations qui s'imposent : masque en latex sur la tête sur lequel sont fixées des bouteilles en plastic pour symboliser la  pollution de la planète :mrgreen: ,chiottes en bois pour éduquer les gens à chier dans la sciure :mrgreen: ,stand de quinoa ,de mangue séchées et d'algues pourries et les fameux stands des illuminés de "Nature et Progrès" qui prônent le bien-être et la santé en vendant des bouquins qui coûtent la peau des fesses et dont les contenus sont souvent délirants . Parmi les revues il y a tout ce qui touche à la maternité : conception,grossesse,accouchement,éducation . je me suis approchée d'un de ces stands intriguée par les propos tenus par une femme aux allures  de sorcière des temps modernes :encore le cheveux longs, gris et filasse ,un maquillage sans doute fabriqué à base de bouse séchée et de cochenilles à l'huile....et bingo elle faisait l'apologie des materneuses . Tout était à l'envi :de la couche lavable au poncho portable en passant par l'atelier couture pour fabriquer ton sac à patate qui fera de toi une couturière maternante et un repoussoir à moineaux . Le pompon cette femme s'adressait aussi aux jeunes filles en faisant la promotion de la coupelle à menstrues censée remplacer le tampon ,l'objet est vidable  :berk2:. .En l'écoutant j'ai vite saisi  l'aspect scandaleux  du "maternage" , mouvement qui proscrit au maximum le suivi médical des enfants. Le "cododo"  aura pour conséquences de provoquer de graves troubles du comportement voire de structuration de l'enfant .Et le drame c'est qu'en poussant l'hérésie jusqu'au bout on est aux limites de la maltraitance  pavée de bonnes intentions ethno-fusionnelles . Le maternage trouve ses sources d'inspiration dans certaines tribus pour en faire une bouillie sectaire qui réduit la femme à une poule pondeuse écologique et l'enfant à un objet incestuel .A combattre ! :orc1: Ah qu'on ne me rétorque pas que je suis caricaturale parce que ce que je viens d'écrire est bien en dessous de ce que j'ai vu et entendu hier ...
« Modifié: 27 mai 2012 à 15:02:08 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Maternité et dérives
« Réponse #2 le: 27 mai 2012 à 15:29:15 »
Bon, j'ai tout lu.
Oui, ça fout les jetons.


J'avoue ne pas avoir envie d'aller sur ce forum les super-materneuses parce que j'ai franchement peur d'être horrifiée par ce que j'y découvrirai...

Je suis assez atterrée de voir à quel point d'un côté on considère les enfants comme des personnes à part entière (ce qui n'est pas mauvais en soi) mais comme s'ils étaient adultes et capables de prendre des décisions raisonnés, tout en cantonnant des femmes adultes dans leur rôle de mère, comme si elles n'étaient que ça.

Après, que les personnes en question veuillent passer leur temps à nettoyer derrière leur gosse parce qu'elles ne mettent pas de couches, honnêtement je m'en fiche, tant que je ne suis pas invitée chez ces personnes.
car en tant que vétérinaire et de formation scientifique, j'estime qu'il y a un minimum de propreté à maintenir dans une maison, sans pour autant être maniaque et personnellement j'ai assez peu de goût pour les bactéries fécales.  ;)
Quand on sait qu'il suffit que le cuisinier d'un restaurant ait une hygiène de main douteuse pour qu'il y ait des bactéries fécales dans la nourriture, on n'a pas forcément envie de se balader dans une maison où il va y avoir des "accidents" de défécation.
Ensuite, en "Afrique" (ça m'agace toujours l'utilisation d'un CONTINENT comme si c'était un pays), les "pauvres" n'ont peut être pas de pampers, ça n'empêche pas que les couches en tissu ça existe.
Maintenant je n'ai pas la prétention de connaître toutes les cultures de l'Afrique et je ne sais donc pas comment ça se passe, mais je peux assurer à ces dames que pampers est arrivé en "Afrique", sisi...

Sinon, je ne vois pas bien en quoi allaitement et relation sexuelle c'est incompatible, il va falloir m'expliquer.  ;)

Bon, pour les questions philosophiques :
- les materneuses oublient que ce qu'elles décrivent sur la promiscuité était la plupart du temps une promiscuité forcée. Que je sache, au quizième siècle par exemple, si les paysans dormaient tous ensemble dans une seule pièce misérables, les "nobles" ou les "prospères", avaient des chambres séparées. Donc à part peut être dans certaines cultures très spécifiques, chaque fois que l'homme a pu avoir plus d'espace, il l'a pris.
Donc prendre comme exemple une promiscuité forcée pour imposer à son enfant ce type de promiscuité, je trouve ça assez pourri.
Le fait que ce qu'ils appellent les "sociétés riches" montre justement que si la possibilité est donnée, alors on alloue à l'enfant son propre espace.
Et je suis également d'accord avec l'auteur du texte sur le fait que le fait d'avoir une chambre pour toute la famille n'impose pas le fait de faire l'amour devant les enfants.

Par contre, je ne suis pas d'accord du tout avec la répulsion évidente de l'auteur concernant la question sur l'inceste frère soeur. J'estime que si un enfant pose la question, il est légitime de se demander quoi lui répondre. Tout simplement parce que personnellement (pas sur ce sujet précis), les réponses toute faites genre "c'est pô bien et ça se fait pas", m'ont toujours paru faiblardes. Je ne vois pas le mal à se poser la question de comment expliquer justement à son enfant POURQUOI c'est pas bien. Quand aux interdits de la société, si d'un côté on lutte contre certains interdits "traditionnels", on ne peut pas se réfugier dans "les interdits sociétaux" pour expliquer quelque chose. C'est complètement hypocrite.
Et je ne sais pas comment je répondrai à la question, si ce n'est pour moi l'évidence de la consanguinité, le fait qu'un frère et une soeur sont trop proches pour avoir du sexe et aussi pour répondre à la question du gamin que ce doit être consenti.
Bref, ce n'est pas une question si simple que ça quand on veut apporter une bonne réponse.

Je laisse tomber la pédophilie parce que je pense qu'il est assez facile d'expliquer comment "aimer un enfant" ne consiste certainement pas à lui imposer des relations sexuelles qu'il n'est pas en âge de comprendre, de vouloir ou d'apprécier, et comment ça revient à abuser d'un être sur lequel on a une influence, et à quel point c'est crade.  :merci:

pour répondre à syberia :

oui je pense vraiment que c'est assez étonnant cette contradiction entre vouloir que l'enfant décide de tout et de l'autre ne pas lui allouer d'espace à lui, de lit à lui. C'est peut être un "déchirement" pour l'enfant au départ, mais il n'empêche qu'avoir SA chambre et SON lit sont à mon avis essentiel pour le développement.
 :merci: :merci:

tiens syberia, un réponse à la question sur l'inceste frère-soeur ?
« Modifié: 27 mai 2012 à 15:50:53 par Val »

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Maternité et dérives
« Réponse #3 le: 27 mai 2012 à 16:56:36 »
Citer
tiens syberia, un réponse à la question sur l'inceste frère-soeur ?

heu...c'est une véritable question et si oui peux-tu la préciser ? L'inceste est une vision d'adulte mais c'est aussi un tabou structurant . Que les frères et sœurs soient amenés à un moment de leur développement à se "chercher" va dans le sens de la découverte de son schéma corporel :le corps n'est pas l'objet de séduction mais d'exploration . Il n'y a pas d'intention purement sexuelle au sens libidineux du terme . En général il n'y a pas non plus de la part du petit garçon un désir de pénétration dans le sens où il aurait envie d'introduire son pénis dans le sexe de sa petite soeur et d'en jouir . Tout d'abord même si le petit garçon connait des pulsions érectiles elles ne sont pas hormonales mais purement mécaniques et qu'en général la découverte du zizi de la petite sœur se fait par l'introduction de toute sorte d'objets qui vont de la bille au playmobile en passant par la petite voiture de courses ou la figurine de batman ...sisi! là je reste dans une perspective normale de développement ,il n'y a pas lieu de se scandaliser .
En revanche cette situation ne peut rester normale que dans le cadre d'un développement familial "normal" c'est à dire non pathologique : la transmission du tabou se fait naturellement ,l'enfant intègre inconsciemment l'interdit de l'inceste par imprégnation et non pas par des phrases péri-éducatives du genre que tu citais Val "c'est pô bien!!!" . L'inceste "agi" apparait dans des contextes familiaux pathologiques où l'adulte est en difficulté à différencier l'autre comme n'étant pas lui même et donc se trouve dans l'incapacité à faire tiers et à symboliser l'interdit .Le "cododo" est dangereux à ce titre là parce qu'il anéantit toute forme de différenciation :le couple conjugale devient la même chose que le couple parental :c'est destructeur pour l'imaginaire de l'enfant qui est détruit dans sa capacité à mentaliser , à symboliser et à fantasmer l'acte sexuel . Il y a une clinique de l'inceste entre frère et soeur qui demande des réponses psychothérapeutiques .

"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Maternité et dérives
« Réponse #4 le: 27 mai 2012 à 17:14:23 »
merci pour vos réponses :fleur2: :fleur2:

je vous avoue que cette conception de la maternité heurte encore plus mon féminisme même si chacune est libre de son choix de vie...on peut faire attention à la nature et ne pas être arriéré, j'ai appris comme beaucoup des méthodes naturelles pour des petits bobos, des petits tracas menstruels ou autres joyeusetés mais si j'étais mère je serais ravie d'avoir un bon pédiatre. :hehe:

pour ce qui est de la question de l'inceste frère-soeur, je ne saurais vraiment pas quoi répondre sur cette question je ne suis pas très rationnelle en la matière, qu'un enfant se questionne sur la sexualité, sur son sexe différent de celui de sa soeur c'est sain mais sur la sexualité avec un membre de sa famille c'est étrange peut être que la question de la promiscuité entre frère et sœur est une des réponses, le fameux Effet Westermarck qui explique la non attraction sexuelle entre frère et soeur, dans les Structures élémentaires de la Parenté de LEVI-STRAUSS la question est abordée ou il dit que l'Exogamie fonde une société et que c'est de là qu'en découle l'interdit de l'inceste (bon je vulgarise à mort :hehe:) ... ah là là ça me rappelle mes cours d'ethno :caf:
m'enfin je fais ma psy de comptoir :désolé1:

edit : je viens de voir ta nouvelle réponse syberia :fleur2: et j’adhère pour pas changer ;)

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Maternité et dérives
« Réponse #5 le: 27 mai 2012 à 17:53:14 »
Ma question précise aurait été "comment répondre au genre de question que pose "malo"", si d'aventure ce genre de question était posé. Evidement, ça dépend d'une chose qui ne nous a pas été précisé, l'âge de Malo.
Car c'est complètement différent si ledit Malo a 6 ans ou bien 14...
Je comprends bien ce que tu dis syberia à propos de l'imprégnation (il y a tellement de choses qui peuvent passer par ce biais), mais je me demandais que faire si d'aventure on était confronté à la question en tant que parents.

Je dis ça parce que petite j'avais l'habitude de poser des questions à propos de tout et rien, et si je n'ai pas posé celle là c'est probablement que je n'en ai pas entendu parler ou lu avant d'être imprégnée du "tabou", justement. Faut que je réfléchisse...

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Maternité et dérives
« Réponse #6 le: 27 mai 2012 à 23:55:39 »
Désolée je suis partie en oubliant de fermer mes pages ...Je tenterai de revenir sur cette question que je viens de partager avec des amis qui semblaient tomber du ciel quand je leur ai raconté ma journée d'hier .J'ai lu ce que tu as écris Raja :fleur2: et je tiens à te rassurer en te disant que je ne suis pas opposée à des formes alternatives qui peuvent soulager les "petits bobos" :même si cela ne saute pas directement aux yeux je suis soucieuse de la préservation de l'environnement mais je n'en fais pas une idéologie suicidaire , archaïque et conne comme la lune en phase descendante .Je tenterai de revenir sur la lecture que j'ai eu de Lévi-Strauss qui aurait fait l'objet de tous les sarcasmes d'un zemmour-hyper-blanc-technicolor-avide-de-reconnaissance comme tous les petits enfants qui n'ont pas pu tuer le père symboliquement et qui ont eu à subir une maman hyper puissante .
Val :fleur2: concernant le propos de Malo. Là aussi j'y reviendrai mais si en consultation une maman qui  me pose la question en ces termes "comment répondre à son fils qui demande pourquoi on ne peut pas faire l’amour entre frères et soeurs lui indiquant au surplus qu’il a “très envie de mettre (son) zizi dans la zézette d’Anna”....je sors mes petites antennes et je pense d'emblée à un signalement ....un enfant ne pose jamais une telle question en ces termes  sauf à vivre dans un milieu confus , entouré d'adultes borderline .(NB:Anna est le prénom de la fille de Freud qui avait un rapport à l'inceste plus que limite :mrgreen: ) .Ce n'est pas le fils qui pose la question mais la mère et il me semble que l'auteur(e) de l'article est conscient(e) de cela .

Citer
et si je n'ai pas posé celle là c'est probablement que je n'en ai pas entendu parler ou lu avant d'être imprégnée du "tabou",
....eou/et peut-être parce que tu n'as pas été élevée et aimée par des tordus , juste par des parents aimants et suffisamment d’aplomb pour ne pas te mettre dans l'insécurité dans  tes rapports entre tes frères et sœurs réels ou fantasmés (un enfant unique intègre si tout va bien la relation frère et soeur avec le tabou de la transgression incestueuse et incestuelle ) .
« Modifié: 28 mai 2012 à 00:01:56 par syberia3 »
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28629
Re : Maternité et dérives
« Réponse #7 le: 29 novembre 2015 à 10:00:35 »
A 36 ans, on continue à me demander si je suis sure, si je vais pas me sentir seule ou me dire que je suis une égoïste, sans parler de l'air choqué ou surpris quand je dis ne pas vouloir d'enfants.

Citer
Obligée d'engager un garde du corps après avoir déclaré ne pas vouloir d'enfants


Une journaliste anglaise a fait l'objet de menaces si nombreuses sur Twitter après avoir annoncé qu'elle ne voulait pas d'enfants qu'elle a dû être escortée par un garde du corps.

En acceptant d'écrire un article sur son souhait de ne pas avoir d'enfant pour une opération célébrant les femmes de l'année organisée par la BBC, Holly Brockwell ne se doutait pas qu'elle allait devenir la cible d'attaques d'une telle violence sur les réseaux sociaux. A la suite de la mise en ligne de son texte, cette dernière a en effet reçu des flopées de messages insultants sur Twitter.

Dans cet article, la jeune femme revient très simplement sur les raisons pour lesquelles elle ne veut pas devenir mère. "En tant que femme, il y a quatre mots qui suscitent plus de condescendance de la part des gens que les autres, et les voici : 'Je ne veux pas d'enfants'", écrit-elle.

Holy Brockwell raconte en effet dans le détail les réactions des membres de son entourage quand ils apprennent son refus de devenir mère et rapporte les questions dont on l'assaille généralement : "Mais pourquoi ?"," T'es sûre que tu ne vas pas regretter ?"...

La jeune explique également comment elle s'est battue et continue à se battre afin de convaincre les médecins de la stériliser et quels commentaires elle a dû essuyer de la part du corps médical dans ce texte qui dénonce la pression qui pèse sur les femmes qui ne souhaitent pas avoir d'enfants.

La réaction en ligne a été si forte après la publication de son plaidoyer qu'Holly Brockwell a dû désactiver son compte Twitter saturé de messages violents et que la BBC, qui l'avait invitée à répondre à quelques questions en personne, a envoyé un garde du corps pour l'accompagner dans ses déplacements.

"Des gens m'ont contactée pour me dire qu'ils étaient ravis que je ne me sois pas reproduite car comme cela il n'y aurait pas d'autres gens comme moi sur Terre. Ils ont émis des doutes au sujet de ma mère et déclaré que j'avais besoin d'aide psychologique", a confié la jeune femme. Cette dernière note d'ailleurs que la plupart des messages agressifs émanaient d'hommes, qui ne se sont pas privés de faire des remarques sexistes à son endroit.

Finalement après quelques jours Holly Brockwell, déterminée à ne pas se laisser intimider par les "haters", a décidé de rouvrir son compte Twitter.