Auteur Sujet: La farce du "Nouveau Centre".  (Lu 3560 fois)

Hors ligne sarkonique

  • Smart Citoyen Diplomé
  • Messages: 7866
La farce du "Nouveau Centre".
« le: 27 février 2012 à 11:29:40 »
Citer
Le Nouveau Centre au bord de l’explosion

La formation a apporté son soutien à Nicolas Sarkozy et une partie du congrès a hué Hervé Morin, samedi, à Nogent-sur-Marne.
Par Christophe Forcari

Les trois tontons flingueurs sont entrés dans le pavillon Baltard à Nogent-sur-Marne (Val-de-Marne) en même temps. Pour ce congrès extraordinaire du Nouveau Centre, Jean-Christophe Lagarde, député maire de Drancy, François Sauvadet, ministre de la Fonction publique, et André Santini, député maire d’Issy-les-Moulineaux, étaient bien décidés à faire passer un sale quart d’heure au président de leur formation, Hervé Morin. A faire connaître son «jour le plus long» à celui qui avait déclaré avoir vu le débarquement, bien que né en 1961. Ce qu’ils lui reprochent ? Avoir entraîné le petit parti centriste dans une aventure présidentielle sans lendemain et «poursuivi une aventure individuelle». Quelques jours avant ce rendez-vous, Sauvadet n’hésitait d’ailleurs pas à évoquer un problème de gouvernance à la tête de cet allié de l’UMP.

Pourrir. Samedi, pour la séance de dézingage, rien n’avait donc été laissé au hasard. Jean-Christophe Lagarde avait fait venir trois autobus de Drancy. Placés au fond de la salle, ses supporteurs avaient pour consigne de pourrir les interventions du leader du parti et de crier «Morin, démission». «Des méthodes de cailleras de la Seine-Saint-Denis», s’est offusqué un soutien de l’ex-ministre de la Défense. Ce dernier, d’ailleurs, n’était pas en reste : installé au premier rang, il avait lui aussi rassemblé ses partisans juste derrière lui.

Au programme de ce congrès extraordinaire : trois motions en présence sur le positionnement du parti dans une campagne présidentielle où plus personne, après les retraits de Jean-Louis Borloo et Hervé Morin, ne porte les couleurs du centre droit. Avec, en toile de fond, la remise en cause de la présidence du parti. Olivier Jardé, député de la Somme, a d’abord défendu le principe d’un ralliement à Sarkozy, tout en se montrant très critique sur l’initiative de Morin : «Tu laisses le parti dans un état désastreux. Nous avonsperdu trois mois. Tu as lancé ta candidature dans le dos du Nouveau Centre et en utilisant ses finances. Aujourd’hui, Hervé nous propose un congrès de rédemption, où un vote effacerait une faute.» La deuxième motion, présentée par Jérémy Coste, patron des jeunes centristes, se prononçait pour un soutien à François Bayrou. «Je ne peux pas cautionner une droite agressive tentée par le populisme», a-t-il dit. Le troisième texte, celui de Morin, affichait le principe d’un soutien à Sarkozy.

Score. Accueilli sous les huées des troupes de Lagarde, le président du Nouveau Centre a justifié sa démarche «en saluant trois mois de campagne qui ont constitué un formidable investissement» et ont permis «d’affirmer l’existence du Nouveau Centre». «C’est un jour triste, lui a rétorqué Jean-Christophe Lagarde. Nous n’avons pas grandi pendant ces trois mois. On se croirait à un congrès du PCUS [le Parti communiste de l’URSS, ndlr]. Tout va mal, mais on dit que c’est un grand succès pour le parti.»

La motion Morin est arrivée en tête avec 67,6% des suffrages, mais un tiers seulement des adhérents du parti ont pris part au vote. Celle d’Olivier Jardé a quant à elle recueilli 16,5% des voix et celle en faveur du soutien à François Bayrou, 15,8%. Malgré ce score, plusieurs sénateurs du Nouveau Centre ont annoncé leur décision de rejoindre le leader du Modem. Quitte à faire éclater le parti. «De toute façon, vous venez d’assister à son acte de décès», confiait, dépité un autre député. Hervé Morin, est en sursis jusqu’au prochain congrès statutaire de sa formation, prévu cet automne.


http://www.liberation.fr/politiques/01012392422-le-nouveau-centre-au-bord-de-l-explosion?xtor=EPR-450206
Les animaux sont principalement et essentiellement la même chose que nous.
A. Schopenhauer
http://raconterletravail.fr/