Auteur Sujet: Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)  (Lu 1528 fois)

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Voici la lettre ouverte que nous pensons envoyer au président concernant son discours à Bordeaux.
Nous souhaitons savoir si vous souhaitez, comme certains l'avaient exprimé pour d'autres réponses.
 :merci:
Nous souhaitons discuter avec ceux qui souhaiteront s'associer de la manière de signer.
Citer
      Monsieur Sarkozy,

   Je vous écris suite à l'annonce par vos soins de la création de 7 heures par semaine de travail obligatoire pour les allocataires du RSA, et de votre discours à l'occasion de cette annonce, des extraits ayant été publiés dans le nouvel observateur, la tribune, et j'en suis sûre bien d'autres médias.
Je ne peux pas dire que votre discours est la goutte d'eau qui fait déborder le vase, il faudrait que le vase soit aussi grand que les réserves d'eau de la planète.
Votre discours qui alterne contre-vérités et mépris du peuple fait qu'aujourd'hui je m'adresse directement à vous, afin d'exprimer ce que votre politique m'inspire.

   Je fais partie d'un petit groupe de citoyens, qui, comme tant d'autres, suit votre action et la politique que vous impulsez, d'abord comme ministre de l'intérieur depuis novembre 2006, puis comme président de la République en mai 2007.

   Cette politique est la destruction totale et massive des acquis sociaux du Comité National de la Résistance dont vous galvaudez le nom régulièrement. C'est la redistribution des richesses vers les gens qui n'en ont pas besoin pour vivre, avec comme conséquence à terme la faillite du pays, faillite que vous feignez de ne pas voir arriver. Et je ne parle pas d'un arrêt de paiement de la dette, votre « principale préoccupation », mais bien d'un arrêt quasi total de l'économie... Parce que, Monsieur Sarkozy, ceux que vous oubliez régulièrement ou ceux dont vous n'avez cure, ce sont les citoyens à revenus modestes de ce pays. Ce sont aussi la majorité des clients des entreprises que vous glorifiez... Je vais faire simple, puisqu'il paraît qu'il faut « parler aux français avec des mots simples »
   Les pauvres n'ont plus d'argent, ils ne consomment plus, les entreprises font faillite. L'argent doit circuler dans une économie, Monsieur Sarkozy, c'est ça qui crée de la croissance et des emplois.Mettez l'argent sur des comptes où il ne sert à rien, vous mettez un pays en faillite. C'est de l'économie de base, il suffit d'avoir validé sa seconde pour savoir ça. Bien sûr, les personnes qui vous conseillent et vous même se fichent comme d'une guigne des citoyens du pays et même de la faillite du pays lui même.
       Je suppose que c'est parce que vous êtes persuadé que les contribuables vont payer encore et encore et encore. Mais ce n'est pas le cas. Peu importe le moment, il y aura un moment où il y aura une taxe ou une mesure de trop, et où les citoyens diront « non ». Sauf si vous n'êtes pas ré-élu et que quelqu'un d'autre propose enfin une politique décente à la France.

   Revenons à ce discours contre la fraude qui personnifie toute votre politique nauséabonde. S'il y a bien un discours qui doit faire se lever en hurlant, c'est celui là. Reprenons en les points phares :

« Voler la sécurité sociale, c'est trahir la confiance de tous les français ».
Je suis d'accord avec vous, l'Etat qui ne reverse pas aux comptes de la sécurité sociale les taxes qui ont été créées pour son financement, comme celles sur le tabac et les alcools, c'est du vol. Que cette action crée en plus un « trou de la sécu » qu'on peut exploiter à loisir pour mener une politique de déremboursement des médicaments, hausse du forfait hospitalier, franchise de un euro déremboursé par consultation, et j'en passe... Faire payer à tous ceux qui consultent et donc à une majeure partie de personne à bas revenus, l'euro de hausse des consultations de médecins, qui ne sont pas vraiment une catégorie à bas revenus, c'est très fort.

« La fraude, c'est la plus terrible et la plus insidieuse des trahisons de l'esprit de 1945. C'est la fraude qui mine les fondements même de (la) République sociale »
Décidément, l'esprit de 1945, ça revient souvent. Est-ce un embryon de mauvaise conscience qui vous fait répéter sans cesse cette expression ? La plus terrible et la plus insidieuse trahison de l'esprit de 45, c'est d'utiliser cette expression alors qu'on détruit tout ce qui a fait 45.
Des exemples ? Mais à votre service.
Le durcissement de la justice des mineurs, c'est vous (ordonnance de 45).
Commencer à évaluer les enfants dès trois ans, votre idée (pas encore en place, mais ça, ce n'est pas grâce à vous).
La tentative de dépouiller le juge des enfants de sa spécificité, c'est encore vous.
Enfin, la destruction de la sécurité sociale que j'ai évoqué plus haut, obligeant les français à se soigner en fonction de leurs moyens et non plus en fonction de leurs besoins.

Parler du CNR quand on applique le programme de Denis Kessler, c'est fort de café.

« Voulons-nous d'un système de sécurité sociale qui ne serait qu'un guichet auquel chacun pourrait se servir comme bon lui semble ? »
Parfois, je me demande à quel point l'inconscient intervient dans vos discours. Bien sûr que vous ne voulez pas d'un système de sécurité sociale qui ne serait qu'un guichet auquel chacun pourrait se servir comme bon lui semble... Vous l'avez déjà !!! Mais vous, ce n'est pas juste la sécurité sociale..
Vous vous êtes auto-augmenté à partir d'un salaire qui est déjà indécent.
Vous avez dépensé 180 millions pour la rénovation non nécessaire d'un avion.
Vos trop fréquents déplacements sont ruineux pour la France tant le nombre de gardes du corps et forces de l'ordre mobilisées pour préparer votre venue est important...
Vous convoquez des conseils de ministres où les ministres voyagent en train mais font venir leurs voitures par la route !! 
Vous souhaitiez placer votre fils à la tête de l'EPAD !
Bien entendu, ce ne sont là que quelques exemples. La République est votre guichet, Monsieur Sarkozy, le vôtre et celui de vos subordonnés, rien d'étonnant à ce que vous souhaitiez que ce guichet soit chasse gardée... Si je devais lister ici les dépenses inutiles de votre gouvernement, votre majorité et vous même, je n'aurai pas assez de papier...
J'ai beaucoup ri en apprenant qu'on gelait votre salaire. Comment peut-on croire une seule seconde que c'est une mesure qui va convaincre qui que ce soit ? Le salaire des fonctionnaire est gelé depuis deux ans, vous n'avez pas donné de coup de pouce au SMIC, et vous espérez montrer votre « courage » en ne touchant qu'environ 20 000 euros par mois ?

« Le mot +devoir+ n'est pas un gros mot, c'est la contrepartie des droits ».
Ah ça.... Si seulement vous aviez une petite idée de ce que ça veut dire, au lieu de prendre la République pour un paillasson et un tiroir caisse... J'ai une autre citation pour vous « A grand pouvoir grandes responsabilités », mais vous ne devez pas la connaître non plus, ni en mesurer la portée. Les Français que je connais, Monsieur Sarkozy, remplissent bien plus leur devoir que vous ne remplissez le vôtre, qui est d'être au service du peuple et de gouverner le pays en « bon père de famille ». La plupart cherchent désespérément un emploi, ou bien travaillent, généralement sous payés. Quelle que soit la situation ils y mettent le maximum de leurs possibilités, de leurs efforts, jusqu'à en mourir parfois (les suicides au travail).

       Vous avez tenté de faire passer une quatrième journée de carence pour les arrêts maladie.
Avez vous une seule idée de la souffrance au travail de certaines personnes et du nombre de personnes qui devraient être arrêtées et qui ne s'arrêtent pas ? Parce qu'elles ne veulent pas laisser tomber leur travail d'abord, parce qu'elles n'en ont pas les moyens ensuite ?
Notez bien, Monsieur Sarkozy:
D'abord parce qu'elles ne veulent pas laisser tomber leur travail. Parce que ces personnes ont le sens du devoir, justement.
         J'aimerais également savoir ce qu'est un arrêt maladie « frauduleux ». Surtout en sachant que 80% des fraudes à l'assurance maladie sont le fait de professionnels de santé...pour bien plus d'argent que les salariés.
Parce que généralement, Monsieur Sarkozy, un salarié n'abandonne pas de gaieté de coeur 40% de son salaire juste pour le plaisir de tondre sa pelouse... Je sais, vous, 40 % de salaire en moins, ça fait toujours plus de 10 SMIC par mois. Donc pas de quoi s'inquiéter. Ca peut paraître fou vu d'en haut, mais les gueux ont besoin de l'entièreté de leur salaire pour vivre (ils ont des loyers à payer, pas d'indemnité de représentation pour la nourriture et tout un tas d'autres aléas...)

   Accessoirement, cette mesure sera inefficace et encore une fois (mais y a-t-on échappé une seule fois en cette mandature !!), aura des conséquences que vous n'avez jamais envisagées ou dont vous vous gaussez éperdument. Les gens n'auront peut être plus d'arrêt courts, qui ne sont pas des arrêts de confort mais bien des arrêts nécessaires à la récupération d'un corps malmené. Par contre, quand ils craqueront, ils auront des arrêts. Longs. Beaucoup plus longs que s'ils avaient pu se reposer quand c'était nécessaire. Mais ce n'est pas grave, n'est ce pas, alea jacta est, après tout.

« Il n'y avait pas d'autre solution que de réformer la retraite » (je résume)
Mais si, Monsieur Sarkozy, il y avait d'autres solutions...
1 – Aller chercher l'argent là où il se trouve, dans les poches des personnes riches et sur les transactions financières. Avec les dents, peut être. Comme la croissance que vous n'avez pas réussi à attraper.
2 – Suivre votre pays modèle, l'Allemagne. Sur la durée de cotisation, qui est de 35 ans. Chose qu'on omet bien sûr de préciser dans les discours « En Allemagne les gens partent à 67 ans ». Vous n'avez pas juste relevé l'âge du départ en retraite à taux plein à 62 ans. Non, en allongeant la durée de cotisation, vous vous êtes consciemment assuré que la majorité des français qui commençent actuellement à travailler après 20 ans, et surtout connaissent à un moment donné le chômage, ne partiront pas à 62 ans.
    D'un côté vous gémissez sur les résultats de la France en matière recherche et d'éducation (alors que proportions gardées, ils sont plutôt extraordinaires vu les moyens donnés à l'éducation et la recherche actuellement), de l'autre vous instaurez 42 ans de cotisation.
C'est incompatible. Si si, en reprenant calmement, les maths, tout simplement.
Autant dire carrément que vous souhaitez que toutes les formations s'arrêtent à bac+2 et que les élèves en difficulté scolaire n'aient aucune chance de se rattraper, s'ils ont trébuché dans leur parcours scolaire. Ca s'appelle faire face aux conséquences de ses paroles.

« Trop longtemps, il fut de bon ton dans certains milieux de nier la fraude ».
Tout à fait.
Alors que maintenant, vous la déclamez, vous reconnaissez sa présence avec emphase...tout en pointant du doigt ceux qui ne sont responsables que de 15% de la fraude sociale au maximum.
Oui, Monsieur Sarkozy, il y a deux types de fraudes.
La fraude aux allocations, toutes allocations confondues, qui est estimée entre 2 et 3 milliards d'euros. Sachant qu'une erreur de la CAF (et elle peut en faire, nul n'est infaillible) est considérée comme une fraude, on peut se poser la question de la valeur de cette estimation. Et cette fraude est à 90% récupérée par les caisses.
La fraude aux prélèvements, c'est à dire celle des patrons (ceux qui se lèvent tôt, les entrepreneurs, le dynamisme de la France, je reprends votre discours), est estimée entre 8 et 15 milliards d'euros. Quatre fois plus. Dont quel montant est "récupéré" ? J'aimerai bien le savoir...
Et que fait-on ? On diminue les moyens des inspecteurs du travail, ils risquent leur vie, se font tuer pour certains. Et...on renforce les contrôles sur les allocataires sociaux.

J'en viens enfin à la pire phrase, selon moi, de votre discours, même si elle est enrobée de bonnes paroles. La phrase que vous utilisez pour justifier (à vos yeux peut être) l'annonce de 7 heures de travail obligatoire pour les allocataires du RSA.

   « On n'a pas de dignité quand on ne peut survivre qu'en tendant la main. »
Après avoir lu cette phrase, je sais que je n'ai pas d'anévrisme au cerveau parce qu'il aurait sûrement explosé au moment où je mesurais la portée de la phrase...
1 – Vous assimilez le RSA à la mendicité : C'est ignoble.
La France est un pays riche, très riche (plus de millionnaires que les autres pays d'Europe). La France peut donc largement se permettre d'aider les personnes en difficulté, quelles qu'elles soient. Quand on sait que toutes les personnes ayant droit au RSA ne le demandent pas, quand on sait qu'elles font tout pour se débrouiller par elles mêmes et que la majorité ont travaillé, dans de mauvaises conditions la plupart du temps... Quand on sait que c'est un chômage structurel de masse organisé de par les conditions de travail qui fait que les personnes se retrouvent au RSA... On n'assimile pas ça à de la mendicité. Le RSA est un droit, et les personnes au RSA continuent de payer des impôts tous les jours avec la TVA, alors ce n'est pas de la mendicité, c'est un juste retour des choses.

2 – Que savez vous exactement de la situation de « tendre la main » ?
Fils d'avocate et petit fils de chirurgien, élevé dans un hôtel particulier, vous avez toujours connu une situation aisée.
Les mots « fin de mois difficile » n'ont aucun sens pour vous. Je vais encore une fois faire simple. Votre salaire mensuel, c'est 47 RSA mensuels (RSA amputé du « forfait logement », soit ce que touchent la majorité des allocataires), ou quasiment 4 RSA annuels. Vous touchez en un mois quasiment 4 ans de RSA, et je me base sur votre salaire de 2008, et je ne prends pas en compte tous les autres avantages qui transforment votre salaire en argent de poche.
Vous avez travaillé un mois chez un fleuriste, terrible ! Il y a quoi...30 ans ? C'est sans doute l'une des seules fois où vous avez approché le monde du travail sans pince à linge sur le nez... Vous prônez la valeur travail, mais vous n'avez aucune idée de ce qu'est un travail pénible.
Ce n'est pas le travail qui pose problème, Monsieur Sarkozy. Simplement, le travail des gens inclut leurs conditions de travail. Et leurs conditions de vie, aussi. Quand on fait un travail alimentaire, qu'on a des heures de transport dans la journée, qu'en rentrant il faut s'occuper des courses, du ménage, de la vaisselle, de faire à manger, le linge, etc... Ca fatigue. Sans parler bien sûr pour beaucoup de salariés le fait d'être subordonné à une personne qui peut faire de votre vie un enfer (et/ou vous licencier, les deux possibilités n'étant pas mutuellement exclusives...)
Ne parlons pas des salaires misérables pour la plus grande partie de la population, ce qui n'incite pas à se lever le matin. Alors évidement, quand on se lève, que le petit déjeuner est prêt, que le costume est repassé, que les sanitaires fonctionnent, qu'on sait qu'on n'aura absolument rien à faire côté intendance, qu'on est transporté par chauffeur, qu'on est payé de façon indécente et qu'on fait un travail qu'on aime, là, ça change à peu près tout.
On peut bien sûr fanfaronner sur la « valeur travail » et le fait de travailler « 70 heures par semaine », ou autre. En oubliant que certains travaillent autant sinon plus, pour beaucoup moins. Mais je m'égare...

3 – Parlons de dignité maintenant.
La dignité, c'est autant le respect de soi que le respect qui nous est accordé par les autres, par leur attitude.
En fustigeant les allocataires du RSA et tous les allocataires, vous attentez à leur dignité.
En faisant de la fraude un thème de campagne et en pointant régulièrement les allocataires, en prenant des mesures uniquement dirigées contre eux, vous attentez à leur dignité.
Vous suggérez que derrière tout allocataire se cache un potentiel fraudeur... Plus que ça, vous suggérez que les fraudeurs (prenons ceux qui fraudent réellement, pas les pauvres bougres qui perçoivent indûment 200 euros et qui après l'avoir signalé, se font traiter de fraudeurs) le font uniquement dans le but de gruger l'Etat. Vous oubliez, sans doute parce que ça ne vous a jamais effleuré, que parfois nécessité fait loi, et que la majorité des gens, s'ils n'étaient pas confrontés à des situations dramatiques et des procédures administratives ubuesques, ne frauderaient pas.
Pour rendre la dignité aux allocataires, il faudrait déjà arrêter de les fustiger en permanence et leur donner l'impression qu'ils volent leur allocation même lorsqu'ils y ont droit. Ensuite, faire en sorte qu'ils puissent trouver un travail décent, là serait la réelle mesure.
Ce n'est pas rendre sa dignité à quelqu'un que de lui imposer 7 heures de travail par semaine à un salaire inférieur au SMIC (pour la valeur qu'on s'accorde, intéressant...). Ce n'est pas rendre sa dignité à quelqu'un que de lui imposer un travail qui sera probablement ennuyeux et désespérant (les emplois qui ne le sont pas sont déjà pourvus, rappelez vous, 4 millions de chômeurs, quand même...). Ce n'est pas rendre sa dignité à quelqu'un que de l'utiliser pour finalement ne pas engager ou licencier quelqu'un d'autre... Oui, 7*5=35, 5 allocataires RSA= un emploi qui ne coûte pas cher, le calcul est facile.

La seule chose que je vous accorde, c'est que vous avez utilisé le mot « survivre ». C'est bien ça. Au RSA, dont le montant mensuel ne paie même pas un de vos déjeuners, on survit. A peine. On se désocialise. On s'en sort rarement. Et vu la gestion du pays, le nombre d'allocataires ne risque pas de baisser.

En conclusion, Monsieur Sarkozy, cessez de croire que votre discours a un sens, à part pour ceux qui n'ont jamais connu la difficulté, ceux qui ont toujours eu un salaire élevé, ceux qui comme vous n'ont pas la plus petite idée de ce que veut dire « difficulté financière » ou « impossibilité de retrouver un emploi ».

Ou alors, faites quelque chose de réellement « courageux » cette fois. Relevez un défi.

Sur un an tentez de vivre avec le RSA pour seul revenu et aucun des avantages auxquels vous êtes accoutumé.  

Sarkostiquement Vôtre,

Val, raja, timbur, Lady Marwina, reveillonsnous, sarkome, cervesia, rébus, sarkonique.



Je précise que je suis absente deux jours donc ne pas s'étonner si je ne réponds pas tout de suite à vos réactions.  :merci:

Si nous sommes un certain nombre, nous passerons le "je" (utilisé pour faciliter l'écriture), au "nous".
Val.
« Modifié: 11 décembre 2011 à 10:46:46 par Val »

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #1 le: 21 novembre 2011 à 11:54:39 »
Ouf !
Quel pavé...on peut dire que c'est complet.
Je ne sais pas si NS le lira, je suis à mon 3ème essai...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28625
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #2 le: 21 novembre 2011 à 12:06:30 »
le but est que la lettre soit complète et reprenne les propos de son intervention sur la fraude sociale et dans un sens les propos qu'il tient depuis le début de son mandat ainsi que ceux qui surfent sur la vague du précaire ce paria comme wauquiez...si lui ne la lit pas d'autres la liront.

Hors ligne ElectricEye

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2933
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #3 le: 21 novembre 2011 à 12:44:38 »
Il a raison, c'est très long. Et qui voudra bien lire une lettre si longue ? Ne comptez pas sur des journalistes, même des bons. Ils vont la regarder, se dire que c'est trop long et la mettront à la poubelle ou la rangeront sous une pile de papiers (façon de parler aujourd'hui avec les emails) pour ne plus jamais la ressortir.
A moins que vous prévoyez une lettre plus courte à destination des personnes les plus efficaces pour la diffuser.

Citer
Vos déplacements sont ruineux pour la France tant le nombre de gardes du corps et forces de l'ordre mobilisées pour préparer votre venue est important...Pourtant, vous vous déplacez sans cesse.
Vos (trop ?) fréquents déplacements sont pour la France tant le nombre de gardes du corps et forces de l'ordre mobilisées pour préparer votre venue est si important qu'on a l'impression d'assister au déploiement de la Grande Armée de Napoléon.

(suggestion)
« Modifié: 21 novembre 2011 à 12:49:07 par ElectricEye »

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #4 le: 21 novembre 2011 à 13:00:20 »
On est loin du tweet (on est à 17,877 caractères) ; il faudrait trouver le juste milieu...entre un tweet et Guerre et Paix...
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne syberia3

  • Smart Citoyen Courageux
  • Messages: 4265
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #5 le: 21 novembre 2011 à 14:18:07 »
Félicitation Val  :merci: pour cette lettre . Visiblement elle représente un long travail de synthèse . Néanmoins il me semble qu'avant d'être envoyée elle mérite d'être soumise à l'appréciation d'un juriste . Cette lettre bien qu'elle me paraisse juste, peut être considérée comme une mise en accusation de l' Etat et de son chef . Dans un pays réellement démocratique cela ne devrait poser aucun problème mais n'oublions pas que nous subissons un régime extrêmement procédurier prêt à retenir la moindre charge contre les citoyens .
"Souvenez-vous pour toujours des noms de ceux qui ont refusé ce combat ou, pire, qui ont préféré relayer les arguments calomnieux et anti-communistes de l'extrême-droite contre nous." Jean-luc Mélenchon

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #6 le: 21 novembre 2011 à 15:36:36 »
Val en a vraiment gros sur le coeur ! Ce doit être au moins du 95 D !
On avait bien prévenu, en début de ce fil, qu'il fallait que ce soit court, pour que le texte ait une chance d'être lu.
Qu'en aurait-il été si Val n'avait pas tenu compte de cette mise en garde!  :mdr1:

Il va falloir que je le relise deux ou trois fois avant de donner mon avis !

Citation de: syberia
Cette lettre bien qu'elle me paraisse juste, peut être considérée comme une mise en accusation de l' Etat et de son chef

Là est justement la question. La lettre s'adresse à un certain Nicolas Sarkozy.
S'il s'agit du citoyen lambda Sarkozy, l'Etat n'est pas mis en cause.
De toute évidence cependant, la lettre s'adresse au Président de la République. Ce qui devrait être mentionné par un "Monsieur le Président".
Et un électeur, conformément au principe de la liberté d'expression, est tout à fait en droit de s'adresser au personnage public élu au suffrage universel.
Il n'y a aucun terme injurieux. Simplement de la critique qui, si le personnage n'était pas si imbu de lui-même, devrait être constructive

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #7 le: 21 novembre 2011 à 18:09:40 »
je co-signe

pour info les courriers que vous envoyez au président n'ont pas à être affranchi  :diable:

donc restons sur le 'je' et envoyons chacun notre missive :diable:
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Re : le travail, l'emploi, la précarité...
« Réponse #8 le: 21 novembre 2011 à 18:33:02 »
On peut envoyer un courrier gratos au préz , (par voie postale ou électronique,) ici : http://www.elysee.fr/ecrire/


(Limite du nombre de caractères 4,000. Il y a un compteur. Donc l'épître ci-dessus sera en 5 chapitres...)

Nota aux services de MAINTENANCE du forum : les URL ne se transforment pas automatiquement en liens
« Modifié: 21 novembre 2011 à 20:23:57 par oblomov »
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #9 le: 01 décembre 2011 à 11:35:23 »
nous avons fait quelques modifications.
Puis, nous avons soumis la lettre à un ami qui a de bonnes connaissances en droit de l'injure et de la diffamation. Seul le passage sur carla bruni et son studio posait problème, donc nous l'avons supprimé.
Nous avons décidé de signer par nos pseudos, admins d'abord, modos ensuite (par ordre de responsabilité), membres qui s'associent ensuite.

Une fois les signatures "récoltées", on lance la diffusion par nos réseaux personnels. Et éventuellement au canard.  :merci:

Donc nous voulons savoir si vous souhaitez vous associer à la lettre, en ayant conscience des éventuels risques de poursuite.
Nous n'y croyons pas mais nous ne voulons pas que vous soyiez pris dans quelque chose que vous n'aviez pas prévu.

Merci de nous dire à nouveau si vous voulez voulez qu'on mette votre pseudo à la fin de la lettre...  :merci: :merci:

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #10 le: 01 décembre 2011 à 11:53:06 »
Moi, de toutes façons, je serai poursuivi à cause de mon pseudo.
Alors, tu peux me rajouter, sans hésitation !

Hors ligne cervesia

  • Smart Citoyen
  • Messages: 2380
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #11 le: 01 décembre 2011 à 18:00:47 »
je co-signe ;
qu'est-ce qu'on a à perdre ?  ::d
d’ailleurs sera-t-elle lue par le destinataire ?

dommage d'avoir enlevé le passage sur le studio de carlitta parce que c'est quand même bien de l’abus de biens sociaux donc du vol
"Il n'y a point d'éloge flatteuse sans liberté de blâmer", Beaumarchais

 La neutralité favorise toujours l'oppresseur, jamais la victime. Le silence encourage le persécuteur, jamais le persécuté » (E. Wiesel).

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #12 le: 01 décembre 2011 à 21:51:20 »
Je sais mais malheureusement nous n'avons pas de preuve de l'utilisation des deniers publics. La construction du studio est de notoriété publique, pas l'utilisation des deniers publics.  :merci: pas de souci, tu seras co-signataire.
On attend juste que d'autres passent sur le fofo, et on lancera. mais vous serez prévenus.  :merci:

Hors ligne old machin

  • old machin
  • Smart Citoyen
  • *
  • Messages: 2896
Re : Ecrire aux différents protagonistes
« Réponse #13 le: 03 décembre 2011 à 09:56:17 »
message déplacé  :fleur2:
RN


Ma chère VAL, je n'ai vu, bousculée que je suis, ton fil "Lettre Ouverte à sarko" qu'hier, alors que je n'avais pas le temps de répondre, aujourd'hui je ne le retrouve plus, je prends donc ce fil qui me paraît, après tout, comme connexe voire substitutif.
J'ai eu déjà l'occasion , ailleurs, de te dire un peu mon concept des réactions / luttes face aux provocations lourdes et bien orchestrées de sarko ; selon moi il y a toujours une énormité , entourée de plein de chiquettes graves mais moindres. Et selon moi toujours, pour lutter efficacement, il faut se limiter à l'énormité, et uniquement celle  du présent, (sans tenter de ramasser toutes les énormités passées et futures, ou en marge lorsqu'elles se superposent) - et le faire à chaque fois. Mais de plus, je crois qu'il faut lutter  principalement par des "armes juridiques supérieures" - c'est à dire montrer comment l'énormité contrevient à des principes supérieurs, qu'est  supposé défendre mordicus un PR.  En l'occurence dans ton projet de lettre ouverte c'est pour moi le galvaudage du concept de dignité qui est une énormité. Parce que tous les constitutionnalistes , et tous ceux dans le monde qui ont inscrit le concept de dignité  de l'individu dans leurs préambules constitutionnels  l'envisagent comme un état naturel à respecter et à défendre contre d'éventuelles attaques, et qu'aucun ne la réduit à une  caractéristique susceptible d'être APPORTEE, IMPORTEE (dans ce cas, de force) à l'individu par des modalités de son mode d'existence sociale, si nul n'y contrevenait par force jusque là  - ce qui est le cas de celui qui touche le RSA (et était le cas des femmes portant "voile" dans la sphère publique, avant qu'on ne leur dise qu'on l'interdisait au nom de leur "dignité"). Autrement dit pour moi, sarko, pour cliver une fois de plus, s'arroge le droit de "créer" de la dignité alors  que le principe constitutionnel mondial est celui d' "une égale dignité", inhérente à son existence même, de chaque individu, et qu'elle doit être protégée contre des attaques sectorielles (prisons, guerres,HPs, loueurs de taudis, lanceurs de nains, etc) comme les attaques générales (esclavage etc). C'est là que me semble-t-il on doit attaquer le ravage par sarko d'un principe supérieur, sarko faisant mine de partir d'individus qui , exception, ne disposeraient pas de dignité naturelle, une autre race, quoi, et de leur imposer par force les critères qui leur rendraient cette dignité (nota : proposition de loi constitutionnelle 1977 article 33 "Tout homme a le droit d'exercer un travail librement accepté en vue d'assurer son existence et sa dignité"). Voir là dessus  - puisque sarko fait à répétition produire des rapports que soit il utilise de manière sélective sur les items qui lui vont, soit il enterre lorsque par extraordinaire les commissions n'ont pas tout à fait fait ce qu'il voulait - le rapport Simone Weil, 2008-2009, http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000758/0000.pdf   , pages 85 à 96 , qui traitent spécifiquement de la dignité de la personne humain, et aboutissent aussi au concept d' "égale dignité", que je vais qualifier, en quelque sorte, d'intrinsèque et "passive". Donc pour moi ce type de lutte c'est celà, démontrer comment sarko pervertit les concepts et valeurs supérieurs, en prétendant les revendiquer. Et là on passe à sa "solution" , qui est précisément une attaque contre la dignité de celui qui touche des prestations minimales, puisque notamment il s'agit d'un travail obligatoire et non librement consenti, et que l'on ne voit pas comment , un tel bénéficiaire étant ligoté par son lieu géographique, ce lieu pourrait, par miracle, "offrir" un travail adapté à ses savoirs et compétences à chacun des individus dans la même situation. Je passe sur l'impossiblilité technique (médecine du travail incontournable, emplois du temps sur plusieurs emplois en faisant un seul, contravention aux statuts de la fonction publique territoriale, etc).
Voila mon point de vue, ne louper sarko sur aucune de  ses énormités principales et connexes (dans celle-ci, on a la description du SDF mendiant comme non détenteur de dignité humaine intrinsèque) - et montrer le cas échéant que les "solutions" qu'il instille n'en sont pas, sans digressions autour, et surtout pas sur sa personne. Pour l'énormité aujourd'hui du discours de Toulon, "les 35 h et la retraite à 60 ans ont été une faute" - il n'y a pas d'atteinte à des principes constitutionnels, mais il s'agirait de demander en quoi c'est une faute.... et de contre-démontrer, ce qui est aisé en micro comme en macro, que ce n'en est pas une  pour le citoyen lambda, et que ce n'en est une que dans le regard du néo libéral. V'là - à plus.
« Modifié: 03 décembre 2011 à 11:16:57 par reveillonsnous »

Hors ligne oblomov

  • Smart Citoyen Prometteur
  • Messages: 5013
  • Alles was mich nicht umbringt macht mich stärker!
    • oblomov.fr
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #14 le: 03 décembre 2011 à 11:40:50 »
Je deplace ma réponse old machin, que RN avait laissé orphelin dans le mauvais fil !
changement de couleur. Le rouge reste strictement réservé à la modération  :merci:
RN


Je plussoie.
Le modus operandi d'un maître ès clivages est d'attaquer avec une minutie et une mesquinerie infinies à chaque bouc émissaire, aussi petit qu'il soit !
Il nous faut la même patience de fourmi pour démolir chaque enfumage ; les hyperactifs finissent par nous contraindre à vouloir tout laisser tomber, ils nous ont à l'usure !

Il ne faut pas se leurrer, l'homme pressé compense sa manque d'idées/capacité de s'adapter par une infinie patience. On le jette par la porte, il revient par la fenêtre avec les mêmes "arguments" ; rien n'est acquis...on n'a pas fini d'entendre "travailler plus !"
De tac au tac, coup par coup il faut contrer les énormités, quitte à abuser du mépris, moqueries, caricature éhontés. Ça se joue sur ce terrain-là.

Un compte-rendu exhaustif des défauts et des félonies du Grand Diseux n'est pas très utile, encore moins lisible, tellement ses forfaitures sont légion ; au fond, tout le monde est d'accord sur la nature roublarde du bonhomme, l'électorat se divise entre ceux qui trouvent que son comportement est admirable, voir exemplaire, et les autres qui le trouvent méprisable.

Le défi n'est rien d'autre que de convaincre les gens que la moralité ait sa place dans une société !
« Modifié: 03 décembre 2011 à 12:02:05 par reveillonsnous »
Le travail est l'opium du peuple !

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #15 le: 03 décembre 2011 à 15:57:26 »
Je comprends bien vos remarques à l'un et à l'autre, mais comme je le disais plus et dans un autre fil, cela peut faire l'objet d'un projet collaboratif dont il reste à définir les possibilités et les limites ainsi que les engagements.
Les idées que vous pourriez avoir et qui sont, je le répète, vraiment intéressantes sont à développer  juste là.
Pour cette lettre là, je ne peux pas rajouter de choses ou faire de modifications autres que celles déjà prises en compte, du fait de son sujet. Même si je comprends complètement la remarque et que d'ailleurs, j'y adhère.  :merci:

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #16 le: 11 décembre 2011 à 11:00:44 »
Les signatures sont closes. Ceux qui souhaitent la diffuser en la reprenant exactement peuvent le faire. Amis, famille, contacts politiques, ne vous gênez pas.  :merci: :merci:

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #17 le: 11 décembre 2011 à 11:32:06 »
OK d'ac  :merci: C'est parti !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne sarkome

  • Smart Citoyen Incurable
  • Messages: 10521
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #18 le: 11 décembre 2011 à 12:04:04 »
idem  :super:
   :bling:

Hors ligne Lady Marwina

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 7362
  • Le Chwanana est Grand
    • Avanti-populo.com
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #19 le: 11 décembre 2011 à 16:34:50 »
Mise en ligne sur avanti-populo faite  :super:
(un jour je finirais la mise a jour de ce site... hum)
Celui qui croit ne pas être responsable de ses erreurs a renoncé à sa liberté

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #20 le: 12 décembre 2011 à 16:24:16 »
Voici, pour ceux qui souhaitent diffuser la lettre ouverte par courrier électronique en pièce jointe, une version PDF du courrier  :diable:
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne Calypso

  • Sarkophobe
  • Messages: 86
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #21 le: 12 décembre 2011 à 17:32:43 »
Vraiment bien votre lettre  :super:, je diffuse en masse ! Merci !  :)
Le capitalisme est malade,... qu'il crève !


"Si vous n'êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment" Malcom X

Hors ligne reveillonsnous

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Prometteur
  • *****
  • Messages: 5846
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #22 le: 30 décembre 2011 à 11:39:40 »
La lettre ouverte vient d'être publiée sur Agoravox ICI.

Et, Val, les premières réactions sont vraiment très élogieuses ! :super: :super: :super: :super:

Il y a aussi une réaction de LOUD, membre de l'ancien fofo qui passe le bonjour à tout le monde !
"Il y a une guerre des classes, c'est un fait, mais c'est ma classe, la classe des riches qui mène cette guerre, et nous sommes en train de la gagner."
Warren Buffett

"l'homme a cherché Dieu et pour son malheur il a trouvé les religions".
Theodore Monod

Hors ligne raja

  • Administrateur
  • Pata Citoyen
  • *****
  • Messages: 28625
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #23 le: 30 décembre 2011 à 19:47:17 »
 :super: cool...notre bon vieux loud, salues le bien fort de la part de sa copine raja :hehe:

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #24 le: 30 décembre 2011 à 19:56:12 »
Oui, ça fait plaisir, ces réactions. Et cela rend hommage aux qualités rédactrices de val.

Ce vieux Loud... Le genre de gars qui vivait les choses. Il était toujours à fleur de peau. :super:
« Modifié: 31 décembre 2011 à 12:24:27 par timbur »
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.

Hors ligne Val

  • Administrateur
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 19242
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #25 le: 31 décembre 2011 à 11:46:53 »
Tant mieux si la lettre suscite des réactions positives.  :super: :super: :super: Contente.  :merci: :merci: :merci:
Ca serait cool qu'on puisse reprendre contact avec loud.  :fleur2: :fleur2: :fleur2:

Hors ligne timbur

  • Modérateur Global
  • Smart Citoyen Incurable
  • *****
  • Messages: 13020
Re : Lettre ouverte au président (discours sur les personnes au RSA)
« Réponse #26 le: 31 décembre 2011 à 12:26:51 »
Ouaip, si tu lis ces lignes, repasse nous faire un signe !
___________________________________________________________________________________________________________________________________
Frondiste : Néologisme timburien. Désigne tout élu à la députation remplissant la double condition d'être de gauche et du parti socialiste.