Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
LES MEDIAS DITS REGIONAUX, LEURS PROPRIETAIRES :

La presse écrite - majoritairement quotidienne - "locale" (dénommée PQR, Presse Quotidienne Régionale) est, elle, presque uniquement propriétaire de ce média écrit, "journaux" "gratuits" inclus, à l'exception notable de participation à 40% à une chaîne de télévision tvt, pour le Centre France pour le groupe NRCO Famille St Cricq, groupe pris à 16%  par celui La Montagne Centre France, Fondation Varenne. Et à l'autre exception des chaînes Tébéo Bretagne Ouest, et Tébé Sud Bretagne sud, possédées à 100% par le groupe Télégramme, Edouard Coudurier.

Pour autant, on ne peut évidemment passer sous silence les "provinciales des médias", dont il faut noter qu'avant de subir les regroupements ci-dessous mentionnés, elles avaient en écrasante majorité un passé de presse de résistance lors de l'occupation 1939-1945, et avaient émergé de la clandestinité à la Libération :. Cette caractéristique historique explique l'abondance de titres de journaux ayant gardé le qualificatif "libre", titres que se sont en général bien gardés de modifier les propriétaires/actionnaires ultérieurs.

 - 9 quotidiens, dont Les Dernières Nouvelles d'Alsace, Le Dauphiné, L'Avenir de l'Artois, 3 hebdomadaires locaux, sur le flanc géographique est allant de l'Alsace au Vaucluse, incluant Saône et Loire et Côte d'or : propriétaire la banque CREDIT MUTUEL, possédant à 100% le Groupe de presse EBRA (Est Bourgogne Rhône Alpes), président (et non PDG apparemment) Michel LUCAS,  par ailleurs Président du Crédit Mutuel jusqu'en mars 2016.

- 5 quotidiens, dont La Montagne, L'Yonne Républicaine, Le Journal du Centre, 13 hebdomadaires sur le Centre, (4 départements d'Auvergne, 2 de Bourgogne, 3 du Centre-Val de Loire, 2 du Limousin et 1 de Rhône Alpes (Loire) ) : La Fondation VARENNE (Issue de la Résistance, et s'en revendiquant toujours, reconnue d'utilité publique, objet statutaire promouvoir les métiers du journalisme, forte implication dans les écoles de journalisme, et Prix divers décernés, 1 membre de la famille St Cricq au C.A. de la fondation), contrôle le Groupe La Montagne Centre France. PDG depuis 2012 Edith CAILLARD, veuve du précédent PDG. Directeur/Conseiller 2012 : Michel Habouzit, sujet de polémiques diverses.

- 2 quotidiens, La Nouvelle République et Centre Presse, plus une participation à La République du Centre du Groupe La Montagne Centre France, et une chaîne de télévision "tvt Val de Loire" : la Famille Saint Cricq contrôle le Groupe NRCO (Nouvelle République Centre Ouest), lequel à l'origine société anonyme à participation ouvrière SAPO est devenu en 2005 Société Anonyme de droit commun, son PdG en étant Olivier Saint Cricq.


- 6 quotidiens, dont La République des Pyrénées, Charente Libre et Dordogne Libre, 7 hebdomadaires, sur le Sud-Ouest (vu en front de mer, de la Charente maritime au Pays Basque/Pyrénées ) : Groupe Sud Ouest SA, Famille LEMOINE (80% du GSO, grande bourgeoisie catholique bordelaise). Président du Directoire depuis 2011: Olivier GEROLAMI, liquidateur de nombreux (+ de 300 ?) journalistes eu égard aux pertes du groupe.

- 6 quotidiens Outremer : Guyane, Antilles, Polynésie française, La Réunion. C'est la dernière possession à 100% du Groupe Hersant Media, lui même possédé à 100% par P. Hersant, que l'on ne présente plus. Ceci dit, même si lors des derniers dépeçages de l'ancien empire beaucoup de participations ont été liquidées, le groupe en détient encore de significatives dans des médias locaux (l'Est Lorrain par exemple).

- 2 quotidiens SUD-EST La Provence et Corse Matin : Propriétaire Groupe La Provence, contrôlé à 89% par Bernard TAPIE, à 11% par NETHYS (belge, a exigé des charrettes supplémentaires avant d'investir à 20% dans l'autre quotidien local NICE MATIN).

- 4 quotidiens en Normandie, dont Le Havre Libre et Le Progrès de Fécamp : détenus à 100% par la Société Normande d'Information et de Communication SNIC, elle-même détenue à 100% par Xavier ELLIE son PDG depuis semble-t-il 2012. Charrettes. Xavier ELLIE avait fait toute sa carrière antérieure via le groupe HERSANT.

- 1 quotidien Le Télégramme et un hebdomadaire principaux, en Bretagne (nota : éditions en langue régionale), et, déjà évoqué plus haut, deux chaînes de télévision régionales. Possédés à 100% par le groupe TELEGRAMME, contrôlé par Edouard COUDURIER. Le groupe a nombre d'autres activités que les médias, le sport et l'évènementiel par exemple.

- 7 quotidiens principaux, dont La Voix du Nord, Le Courrier Picard, L'Union L'Ardennais (et une multitude de micro-locaux) allant du Nord aux Ardennes pour le Groupe belge ROSSEL LA VOIX,  qui a fondé son petit empire initialement en Belgique francophone avec Le Soir, fondé par la FAMILLE HURBAIN. Le Groupe ROSSEL LA VOIX est possédé à 25% par le CREDIT AGRICOLE, et à 73% par le Groupe ROSSEL, lui même contrôlé par la FAMILLE HURBAIN. ROSSEL LA VOIX possède 49% de 20 MINUTES. Direction du Groupe ROSSEL : Famille HURBAIN.

Les autres localisations provinciales disposent donc en gros, uniquement en matière d'audiovisuel local, de France Télévisions la 3. A l'exception d'occurrences ponctuelles, les quotidiens locaux servent rarement de référence nationale, sauf les temps derniers Ouest France, Groupe SIPA-Ouest France, Famille HUTIN via ASPDH (association soutien principes démocratie humaniste : les journalistes SNJ, pour le dire brièvement, s'opposent aux versants "manif pour tous" et "bonnets rouges", qu'ils décèlent de l'expression éditoriale par la famille Hutin de cette "démocratie humaniste" ).


Les médias dominants français se montrent donc, dans cette revue de leurs appartenances et/ou mécanismes de contrôle, possédés par une oligarchie financière puissante, fréquemment par ailleurs investie dans des entreprises multinationales de commerce ou d'industrie, et violemment partisante de la continuation de politiques néolibérales de type thatchériennes.

Un certains nombre de ces décisionnaires des médias se sont directement (Pierre Bergé, Claude Perdriel) ou plus discrètement (Patrick Drahi, avec Bernard Mourad) prononcés "activement" en faveur de la candidature à la Présidence de la République d'Emmanuel Macron ( :pendu:), lequel bénéficie dans le milieu des médias par ailleurs, de par notamment ses activités professionnelles passées (Banquier d'affaires, Rapporteur de la Commission Attali, Conseil de la Présidence de la République, Ministre de l'Economie) d'autres soutiens puissants, dont on ne peut exclure que certains soient ses obligés de sa dernière activité.

Bien avant que les velléités de candidature d'E. Macron se pressentent
, et bien avant que ce banquier d'affaires devenu Conseiller au Cabinet de François Hollande, puis Ministre de l'Economie soit connu du public même "relativement informé", les médias de presse notamment hebdomadaire ont engagé une campagne avant l'heure de popularisation de son image.

C'est ainsi que, dans un article publié sur le site "d'opinion alternatif" LVSL, Vincent ORTIZ rappelait début février 2017 qu'entre le 1er janvier 2015 et  le 1er janvier 2017 ensemble L'Obs, Le Monde [ P. Bergé, X. Niel, M. Pigasse ], Libération et L'Express [ P. Drahi ] ont publié plus de 8 000 articles sur E. Macron, alors qu'ils n'en avaient publié que 7 400 sur J-L. Mélenchon, B. Hamon et A. Montebourg réunis.

D'innombrables "UNE" de couverture de ces titres, mais aussi d'autres, tels Le Point [ F. Pinault ], Marianne [ Y. de Chaisemartin ], Le Parisien Magazine [ Bernard Arnault ], 20 Minutes [ Familles Hurbain et Hutin ], Paris Match [ A. Lagardère ], VSD [ Familles Mohn/Bertelsmann ], etc, ont contribué à faire "connaître" du simple passant des rues cet inconnu, par des parti-pris résolument flatteurs et exclusivement laudatifs. Les chaînes de télévision des mêmes propriétaires, notamment celles d'information continue, ont contribué tout aussi puissamment à la création et à la promotion de cette image rendant crédible une candidature.

On objectera que les propriétaires des médias sont une chose, les rédactions des médias, et la liberté présumée de la presse, en étant une autre. Il est vrai, mais, comme le notait  justement, usant de cette liberté, Daniel SCHNEIDERMANN dans sa Chronique Hebdomadaire des Médias sur Libération le 12/02/2017, 'les oligarques français"..."simplement, par capillarité intellectuelle"..."ont nommé à la tête des rédactions de "leurs" médias des journalistes macrono-compatibles, éventuellement macrono-indifférents, en tous cas jamais macrono-opposés, encore moins macrono-hostiles".

On voit bien en effet comment et pourquoi, d'une part les puissants milliardaires et multimillionnaires, propriétaires quasi monopolistiques par ailleurs de médias dominants, et d'autre part le pouvoir exécutif actuel, profondément discrédité pour avoir 5 ans durant pratiqué, après une élection supposée "à gauche", une politique résolument "de droite", pouvaient avoir d'intérêt à susciter puis à soutenir la candidature d'E. Macron.

Cette candidature, d'un homme jeune ayant dans ses 10 à 15 années d'activité professionnelle - et notamment dans le cadre de la Commission ATTALI - tissé des réseaux fournis dans le clan très sélectif des puissants, d'un homme "cornaqué" auprès du nouvel exécutif par le même B. Attali dont l'indifférenciation politique est bien connue, d'un homme ayant dès lors eu la redoutable habileté d'élaborer l'écrasante majorité des législation et règlementation d'inspiration néo-libérale européenne du quinquennat Hollande, en en laissant les paternité ou maternité visibles à d'autres (au hasard, la loi EL KHOMRI), ne pouvait qu'agréer en tous points à l'oligarchie dépendante du maintien des politiques néolibérales européennes.

Le candidat Macron, se prétendant dès le début comme n'appartenant ni à la droite ni à la gauche, était prévisionnellement parfaitement apte à contourner le dégoût provoqué de longue date dans l'opinion publique par des politiques "de droite" comme "de gauche" en réalité dictées au mot près par l'UE ultra libérale, pour autant qu'il privilégie la forme sur le fond, et l'image sur le discours réel.

Et l'image d'un candidat Macron  dûment encadré par ses soutiens, pouvait très bien être construite à la manière de celle d'une vedette éphémère du show business, et dès lors être soutenue tant par une part de la droite de gouvernement, que par la lourde part "socio-libérale", de l'exécutif encore au pouvoir et ses soutiens parlementaires, formant ainsi artificiellement une "majorité d'efficience électorale" diffuse et sans nom.

Cette manoeuvre ne pouvait aboutir qu'en renforçant encore, comme depuis 2002 mais en réalité depuis bien avant, le critère d'un "vote utile", cette fois dès le premier tour de l'élection présidentielle, contre le Front National érigé, "démontré", comme péril direct, immédiat et surtout absolu.

 Il fallait donc également démontrer que cette "fraîche, moderne et printanière" candidature Macron était seule apte à déjouer l'hypothèse d'un raz de marée frontiste, ce à quoi se sont massivement employés les médias dominants, avec tous les outils dont ils disposaient.
Le "vote utile du 1er tour" en faveur d'E. Macron a ainsi été consciencieusement promu, constituant en réalité une anticipation auto-réalisatrice et biaisée d'un "front républicain"  n'étant sinon connu que comme de second tour.

Cette tactique, usée jusqu'à la corde en près de 15 ans, de mettre en avant l'épouvantail Front National, en présumant que l'électeur épouvanté du second tour votera pour n'importe quel adversaire de celui-ci (- auquel il suffirait dès lors, pour l'emporter, d'être le second du 1er tour -), a cependant franchi un pas supplémentaire en 2017, puisqu'a été rajoutée implicitement, par les médias associés aux sondages, l'exigence, au demeurant sociétalement acceptable, d'être "bien élu" contre le candidat d'extrême-droite.

Dans ce schéma nouveau, E. Macron est encore une fois présenté comme le meilleur "challenger" d'un Front National dont l'accession au second tour serait inéluctable, les sondages pour ce 2ème tour n'ayant porté, en arrêt sur images au 23 mars au mieux que sur les versions d'un affrontement Fillon/Le Pen ou Macron/Le Pen jusqu'à un passé récent, et aujourd'hui seulement sur l'hypothèse d'un duel Macron/Le Pen.

Pourtant, si l'on admet l'hypothèse que les chiffrages sondagiers mettent artificiellement à très haut niveau le vote de 1er tour pour M. Le Pen, et tout aussi artificiellement celui pour E. Macron, il serait précieux, même avec les techniques biaisées des sondages actuels, de réaliser les mêmes projections de second tour avec chacun des autres candidats de l'élection, face potentiellement à M. Le Pen - ce qui d'ailleurs mettrait en lumière le poids prévisionnel de l'abstentionnisme, balayé pour l'instant d'un revers de main.

Le prochain post concernera l'information et les sondages.  :diable:
Val


2
Élection présidentielle 2017 / Re : CE QUI PASSE EN DOUCE PENDANT LA CAMPAGNE
« Dernier message par Val le 29 mars 2017 à 18:46:22 »
Bien que cela ait commencé avant la campagne, je ne peux m'empêcher de noter que le gouvernement s'empresse d'essayer de faire avancer des petites choses sympathiques comme le fichage de toute la population via la fusion des fichiers carte d'identité et passeport, et en ajoutant la prise d'empreinte des citoyens à chaque renouvellement de carte d'identité pour "empêcher la fraude"....  :X: :X: :rougefache: :rougefache:

Mais bien sûr...
Comme si tous ceux qui vérifient les CIN allaient prendre les empreintes de celui/celle qui présente ladite CIN pour vérifier que c'est bien la même personne.
Comme la vidéo surveillance est devenue la vidéo protection, tout doucement, on glisse vers le monde d'Orwell et autres cauchemars... :fache: :fache:

Un article de next inpact à ce sujet

Je mets un extrait ici, vous pouvez aller lire l'article sur le lien.
Citer
Une requête de référé-suspension vient d’être enregistrée au Conseil d’État. Elle vise le décret TES, ce fameux méga-fichier unifiant en une seule base l’ensemble des cartes nationales d’identité et des passeports. Next INpact en explique les rouages et diffuse le document.

Outre le recours de la Quadrature du Net ou celui de la Ligue des Droits de l'Homme, un troisième front s'ouvre pour Bernard Cazeneuve. À l'aide de leur plateforme en ligne, Jean-Marc Fedidia et Christophe Lèguevaques ont déposé hier en fin de journée de nouvelles pièces pour leur action visant le décret et son arrêté généralisant le « fichier monstre » d’ici le 28 mars en France. Cette procédure vise d’abord à obtenir la suspension au plus vite de ces deux textes.
Le pseudo avis conforme de l'audit de l'ANSSI et la DINSIC

Pour armer leurs argumentaires, les deux avocats s’appuient sur le récent rapport d’audit signé de l’ANSSI et de la DINSIC. Ce document a conclu à ce que, contrairement aux solides assurances de Bernard Cazeneuve, le fichier TES pouvait être détourné de ses finalités : d’un système d’authentification, il basculerait vers un système d’identification où, à l’aide des seules traces biométriques, les autorités pourraient remonter à une personne en plaçant celle-ci dans une situation pour le moins inconfortable. Dans l’esprit des deux avocats, il existe dès lors « un risque majeur d’atteinte à la vie privée sans que le gain escompté pour la finalité affichée (lutte contre la fraude documentaire) puisse être atteint ».

Sur leur lancée, la procédure épingle également la communication de l’Intérieur, pour le moins contradictoire. S’il avait assuré que les conclusions de ce rapport seraient traitées tel un avis conforme, le ministre n’a pas suivi à la lettre ces recommandations dont certaines ont été repoussées entre les mains de son futur successeur. De même, Bernard Cazeneuve avait promis de rendre optionnel dans la base, le versement des empreintes pour les cartes d’identité. Seulement « la mesure n’est pas encore en vigueur » déplorent les juristes.
Inégalité de traitement entre les usagers, atteinte à la vie privée

Ceux-ci constatent au contraire l’empressement de la Place Beauvau à déployer TES dès le mois de mars dans toute la métropole. Il y a certes un projet de décret pour répondre à cet engagement, mais en attendant sa publication à une date indéterminée, les deux avocats devinent dans ce calendrier « la reconnaissance par le gouvernement que le décret n° 2016-1460 viole, notamment, la Loi Informatique & Libertés en ce qu’il ne permet pas à un citoyen d’exprimer son consentement ».

Il y aurait même une « inégalité de traitement entre les usagers du service public », entre ceux qui auront dû fournir l’ensemble des empreintes et ceux qui, plus tard, pourront refuser un tel versement.

Dans l’épaisse documentation qui a accompagné ce fameux décret, le rapport d'INRIA est également mis en avant. Celui-ci a conclu, dans une analyse comparée, que le choix gouvernemental du fichier centralisé n’était pas vraiment la meilleure des options, du moins pour qui voudrait garantir le respect de la vie privée.

La procédure de suspension est conditionnée à plusieurs filtres quant à sa recevabilité, et spécialement celui de l’urgence. Mais le document déposé au Conseil d’État fait valoir que la protection de la vie privée « constitue en soi une urgence compte tenu du comportement du gouvernement qui fait la sourde oreille aux alarmes émanant de la société civile, des professionnels du numérique et de la représentation nationale ».
3
Élection présidentielle 2017 / Re : Benoît Hamon, campagne PS 2017
« Dernier message par old machin le 29 mars 2017 à 14:35:42 »
Bon, ça ne fait pas rire, mais c'est drôle quand même...... Hamon appelle toujours la FI à se dissoudre dans ses rangs...., après que Valls ait justifié son soutien à Macron dès le 1er tour, sous prétexte qu'il "est sûr que le vote FN est très sous-estimé". Ben voyons.... puis-je rappeler A) qu'en tant que ministre de l'intérieur, et plus encore de 1er ministre (maîtrise du SIG), m'sieur Valls a eu accès à tous les sondages bruts, et aux méthodes pour leur faire dire autre chose que ce qu'ils disent, et qu'il sait donc pertinemment si le FN est sous-estimé ou sur-estimé (ce qui, puisque je suis en plein dedans, est ma mienne hypothèse  :diable: ) B) qu'en tant qu'ayant travaillé chez IPSOS 3 ans, et avoir plus tard avec des potes monté une 'tite boîte de sondages où il est resté 3ans aussi, p'tit Hamon ne peut ignorer qu'actuellement il n'est pas ce jour à une telle distance sondagière de Mélenchon, mais que ce nonobstant, il est bien comme il faut dans les choux....

J'en conclus : a) que finalement le virus "ptites blagues" s'est bien répandu parmi les proches de l'empereur de celles-ci.....b), et sans attendre une réponse quelconque de Mélenchon aux coquecigrues associées de Hamon, Laurent, Dartigolles, et autres Jadot, j'dis aux pauvres sincères  :jesus: encore dans le PS " fait chaud et bon, côté FI, c'est vous qui voyez".... , c'est open-bar et bras ouverts  :mrgreen:
4
Les questions économiques / Re : CRISE FINANCIERE 2008 ... Finie ? Vraiment ?
« Dernier message par sarkonique le 28 mars 2017 à 18:35:07 »
Juste (en musique c'est un contrepoint) pour se faire du bien.  :)
https://reporterre.net/Pour-changer-l-economie-ils-relocalisent-la-monnaie

 
Show content
:| nan je travaille pas pour Reporterre  :aille:
5
C'est pas jouli, ça:langue3:

Juste pour se rappeler que la République a des valeurs universelles et que la préférence nationale serait un coin dans ses valeurs. (Et alors: quel intérêt à naître français plutôt que patagouin, je vous le demande?)  :baille:
6
Écologie / Re : Le nucléaire civil
« Dernier message par sarkonique le 28 mars 2017 à 18:24:53 »
Y en a qui attendent beaucoup des élections?  :mrgreen:

Bon, moi qui ne suis pas courageux pour un sou, ça, j'admire plus que la rhétorique des meetings.  :aille2:
7
Je ne sais trop où fourrer cette info des plus dégueu. C'est un peu l'apothéose d'un menteur qui a joué petit et qui ne vaut pas un cm de plus que son prédécesseur!  :berk1:

Et dire qu'il a fait des petits (Macron et autres microbes virulents) dans le dos de Marianne!  :nono:

Triste testament d'un grotesque qui, ouf! va disparaître dans les poubelles de l'histoire: https://reporterre.net/Francois-Hollande-freine-le-desarmement-nucleaire

Qu'est-ce qu'on ferait pas pour vendre des armes, pas vrai?  :mrgreen:
Esprit du libéralisme, tire-toi vite fait de Marianne!  :rougefache:
8
Élection présidentielle 2017 / Re : Campagne du FN
« Dernier message par old machin le 27 mars 2017 à 21:10:23 »
Merci Bili, nickel ! :merci:
9
Élection présidentielle 2017 / Re : Campagne du FN
« Dernier message par bili le 27 mars 2017 à 18:31:48 »
Pour en savoir plus sur le programme du FN et mieux le démolir :

https://www.mediapart.fr/journal/dossier/france/le-programme-le-pen-2017-au-scanner-de-mediapart

Profitez-en c'est gratuit.  :super:
10
Le prochain post concernera les médias régionaux et leurs propriétaires.
A SUIVRE DONC...  :diable: :diable:
Val.
Pages: [1] 2 3 ... 10