SARKOSTIQUE

Le monde politique et l'actualité => L'actualité en France et dans le monde => Discussion démarrée par: raja le 30 mars 2010 à 14:43:12

Titre: Etats-unis : politique intérieure
Posté par: raja le 30 mars 2010 à 14:43:12
Citer
Victoire historique pour Barack Obama sur le dossier de la santé

"Le vote d'aujourd'hui répond aux prières de tous les Américains qui souhaitaient vraiment qu'on fasse quelque chose pour un système de santé qui marchait pour les compagnies d'assurance, mais pas pour les gens ordinaires", a déclaré Barack Obama de la Maison Blanche.

Après des mois d'âpres négociations au Congrès, le président américain Barack Obama a remporté, dimanche soir, une victoire législative majeure avec l'adoption par la Chambre des représentants de sa réforme historique de l'assurance maladie.

"Nous avons prouvé que nous restons un peuple capable de grandes choses", s'est félicité M. Obama dans la nuit de dimanche à lundi, alors que les représentants venaient d'approuver par 219 voix contre 212 le texte adopté en décembre par le Sénat. M. Obama devrait très rapidement promulguer la réforme au cœur de son programme électoral. "Ce soir nous avons surmonté le poids de la politique, alors que tous les spécialistes nous affirmaient que ce n'était plus possible", a souligné le président, souriant mais sobre, qui s'exprimait en direct à la télévision.

"Le vote d'aujourd'hui répond aux prières de tous les Américains qui souhaitaient vraiment qu'on fasse quelque chose pour un système de santé qui marchait pour les compagnies d'assurance, mais pas pour les gens ordinaires", a-t-il déclaré, s'adressant à la presse à la Maison Blanche.
Ce dispositif "apporte une nouvelle pierre aux fondations du rêve américain", a-t-il poursuivi, "si vous disposez d'une assurance maladie, la réforme va vous permettre de mieux contrôler la situation en maîtrisant les pires excès du secteur de l'assurance par des mesures de protection sans précédent pour faire en sorte que vous obteniez ce pour quoi vous payez."

Pendant près de dix heures de débat dimanche, les deux camps se sont affrontés une dernière fois. Les républicains ont réitéré leur opposition au plan jugé trop coûteux des démocrates. Ces derniers ont répliqué en assurant qu'un "statu quo" n'était pas envisageable. "Nous avons devant nous un projet de loi pour changer une trajectoire qui n'est pas viable", a dit le chef de la majorité démocrate Steny Hoyer, en évoquant le coût élevé de la santé aux Etats-Unis. La présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, qui a été longuement ovationnée par son camp, a salué "l'engagement inébranlable" du président Obama pour la cause de la réforme. Le républicain Mike Pence, numéro trois de l'opposition, a ironisé : "Il n'y a qu'à Washington qu'on peut dire qu'on dépense 1 000 milliards tout en faisant économiser de l'argent aux contribuables."

La réforme, d'un coût de 940 milliards de dollars sur dix ans, devrait réduire le déficit américain de 138 milliards de dollars, selon le bureau du budget du Congrès (CBO). Le texte prévoit en effet une baisse des dépenses du programme d'assurance maladie des personnes âgées (Medicare).

Au total, le texte devrait permettre de garantir une couverture à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus. L'objectif est de couvrir 95 % des Américains de moins de 65 ans. Le texte interdit aussi aux assureurs de refuser une couverture à des personnes malades préalablement. Il fallait une majorité de 216 voix pour que le texte soit adopté. Le vote était encore incertain dans l'après-midi de dimanche lorsque les chefs démocrates ont obtenu le ralliement du démocrate antiavortement Bart Stupak et de ses partisans. Ce précieux soutien est intervenu à la suite d'un compromis passé avec le président Obama, qui s'est engagé à signer un décret pour réaffirmer l'interdiction des financements fédéraux pour l'avortement. Les démocrates ont longtemps hésité à voter pour une réforme que les sondages disent impopulaire. Au total, 34 d'entre eux ont voté contre le projet de loi avec 178 républicains, dont pas un n'a voté pour la réforme.

Après le premier vote, les représentants ont approuvé une série de modifications au projet du Sénat. Ces "corrections" peuvent désormais être renvoyées au Sénat qui va tenter de les approuver dans la semaine. Le chef de la majorité démocrate du Sénat, Harry Reid, a promis que la chambre haute agirait "sans délai".

[url]http://www.lemonde.fr/ameriques/article[/url] ... rique-pour ([url]http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/03/22/victoire-historique-pour[/url])…
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 20 août 2010 à 11:03:43
ça commence à craindre chez vous TheTwit....

Citer
Enquête primée par Project Censored
Le projet de loi US contre le terrorisme intérieur ([url]http://www.voltairenet.org/article166748.html[/url])
par Lindsay Beyerstein, Jessica Lee, Matt Renner

En 2007, l’administration Bush tenta de faire adopter une loi assimilant les défenseurs des droits des animaux, les militants anti-mondialisation, les membres du mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre, et bien d’autres groupes contestataires à des terroristes. La Maison-Blanche s’appuya au Congrès sur la représentante Jane Harman (qui vient de racheter Newsweek) et sur le sénateur Joe Liberman (figure du mouvement sioniste). Face aux critiques, ce projet a été abandonné. Au demeurant, l’administration Obama a fait bien pire en ordonnant purement et simplement l’assassinat de citoyens états-uniens suspectés de liens avec « le » terrorisme,
   


18 août 2010

Outils

Imprimer
Envoyer

Toutes les versions de cet article :

Español
English

Pays
Etats-Unis

ONG
Project Censored

Thèmes
USA : administration Bush
Surveillance des populations
      

Dans ce qui est interprété comme une atteinte surprenante aux libertés d’expression, d’association, et à la vie privée des citoyens états-uniens, la Chambre des représentants a voté, le 23 octobre 2007, la « Loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme national » [1], par 404 voix contre 6. Le Sénat examine entre-temps un projet de loi qui l’accompagne, le S.1959.

La Loi dite H.R. 1955 prévoit la création d’une Commission nationale et la mise en place d’un « Centre universitaire d’excellence », pour étudier et proposer un nouvel arsenal juridique de prévention et de gestion de la menace posée par la « radicalisation » des citoyens des Etats-Unis.

Jane Harman, représentante démocrate pour la Californie, qui a parrainé ce projet, a expliqué : « Nous étudions le phénomène des gens qui professent des croyances radicales et qui, à un moment donné, pourraient recourir à la violence ».

La loi précise que « bien que les États-Unis doivent poursuivre leurs efforts de vigilance pour combattre le terrorisme international, ils doivent aussi intensifier leurs efforts pour combattre la menace incarnée par les terroristes qui vivent et opèrent aux États-Unis. Comprendre les facteurs de motivation qui mènent à la radicalisation violente, au terrorisme intérieur, et à la violence fondée sur les idéologies, est une étape essentielle vers l’élimination de ce danger aux Etats-Unis ».

Cependant, le but de cette loi dépasse largement la portée d’une simple étude universitaire. Dans un communiqué de presse, Harman signalait : « La Commission nationale proposera au Congrès et au Secrétaire à la sécurité nationale Michael Chertoff plusieurs initiatives qui permettent d’intervenir avant que les individus radicalisés ne deviennent violents ». Selon les termes de la loi, « La prévention au niveau national de la montée en puissance des terroristes radicaux et sans affiliation ne peut pas être facilement évitée à travers le renseignement fédéral traditionnel ou les efforts d’application de la loi, mais elle peut être améliorée grâce à l’apport de solutions étatiques et locales ».

Harman, qui préside le sous-comité de la Chambre des représentants pour le Renseignement, le Partage d’information et l’Evaluation du risque terroriste, entretient également des liens étroits avec la Rand Corporation, le « centre de recherche et de développement » deu complexe militaro-industriel qui semble avoir pesé sur cette initiative législative. Deux semaines avant que la H.R. 1955 ne soit présentée, le 19 avril 2007, Brian Michael Jenkins, un expert de la Rand, avait témoigné devant le sous-comité de Harman sur « la radicalisation et le recrutement djihadistes ».

Au mois de juin, Jenkins s’est exprimé une nouvelle fois devant cette même instance sur le rôle de la Commission nationale. « Le terrorisme intérieur est la principale menace à laquelle nous devons faire face en tant que pays, et cette menace nous guettera probablement encore pendant des décennies… A moins que nous ne trouvions la manière d’intervenir dans le processus de radicalisation, nous sommes condamnés à n’écraser qu’un seul cafard à la fois », a-t-il indiqué. Un rapport de la Rand paru en 2005 sous le titre « Tendances en matière de terrorisme » consacre un chapitre entier à la « menace terroriste nationale » non musulmane –le danger que représentent les militants antimondialisation.

Dans un effort pour contrecarrer les « penchants radicaux », cette mesure préventive de surveillance de la pensée présente Internet comme le principal outil de radicalisation : « Internet a facilité la radicalisation violente, la violence idéologique et le processus de terrorisme domestique aux Etats-Unis, en permettant l’accès des citoyens états-uniens à de larges et constants courants de propagande liés au terrorisme », a précisé la démocrate Harman.

La législation institue une Commission composée de dix membres (le projet du Sénat en prévoit douze) nommés par le président, le secrétaire à la Sécurité intérieure, des leaders du Congrès et les présidents des comités pour la sécurité nationale et les affaires gouvernementales du Sénat et de la Chambre des représentants.

Après s’être réunie, la Commission présentera des rapports intérimaires tous les six à dix-huit mois au président et au Congrès, avec ses résultats, ses conclusions et ses recommandations législatives dans le but « de prendre des contre-mesures immédiates et à long terme… et de prévenir la radicalisation violente, le terrorisme domestique et la violence à fondements idéologiques ».

Cette commission présente une ressemblance inquiétante avec Cointelpro, le programme de contre-espionnage qui fit l’objet, en 1974-1975, de l’enquête d’une commission ad hoc du Sénat des USA pour les activités de Renseignement, dit « Comission Frank Church » du nom de son président. Il fit une curieuse découverte : de 1956 à 1971, « Le FBI mena une opération sophistiquée de surveillance visant carrément à empêcher l’exercice des droits d’expression et d’association énoncés dans le premier amendement, s’appuyant sur la théorie selon laquelle la prévention de la montée des groupes dangereux et de la propagation d’idées subversives est une façon de protéger la sécurité nationale et d’empêcher la violence ».

En vertu du projet H.R. 1955, le secrétaire à la Sécurité de la Patrie (DHS pour ses sigles en anglais) serait habilité à créer un « Centre d’excellence », un programme de recherche universitaire « regroupant une équipe de spécialistes et de chercheurs qui participeraient à des activités de recherche et d’enseignement pour apporter des solutions à la sécurité intérieure du pays ».

Le DHS possède actuellement huit centres dans des institutions universitaires disséminées dans tout le pays, qui sont venus renforcer ce que beaucoup perçoivent comme un complexe militaire, universitaire et de sécurité en pleine expansion. Dans un communiqué de presse du 23 octobre, Harman a précisé que le Centre « étudierait les racines sociales, criminelles, politiques, psychologiques et économiques du terrorisme domestique ».

Hope Marston, organisateur régional du Comité de défense de la Déclaration des droits (BORDC), a mis en garde contre le danger que représentent les termes vagues utilisés dans cette législation, qui laissent libre cours à n’importe quelle interprétation, selon un modèle historique de répression généralisée.

Jules Boykoff, auteur et professeur du département de politique et gouvernement de la Pacific University, s’est dit alarmé face à la définition viciée, entre autres, du terme « violence fondée sur les idéologies », un concept qui ne parvient pas à définir les termes « menace », « force » ou « violence ». Boykoff a signalé que les termes « extrémisme » et « radicalisme » utilisés dans le projet de loi sont interchangeables. « Le mot ’radical’ partage sa racine étymologique avec le terme radish, (radis en français), qui signifie aller à la racine du problème », a-t-il expliqué. « De sorte que si le gouvernement souhaite vraiment aller à la racine du terrorisme, parlons-en vraiment. Il faut d’abord s’attaquer aux racines économiques, aux grandes inégalités en entre riches et pauvres ».

Caroline Fredrickson, directrice juridique du bureau de l’Union américaine pour les libertés civiques (ACLU) à Washington, signalait à propos de la loi : « La loi doit s’appliquer à des actes, et non à la pensée. Nous devrions nous préoccuper davantage des personnes qui commettent des crimes que de celles dont les croyances pourraient paraître ’extrêmes’ au gouvernement ».
Mise à jour de Jessica Lee

Alors que plusieurs groupes qui militent en faveur des droits civiques et de la liberté de religion accusent des journalistes indépendants et des militants de base d’avoir contribué à paralyser le débat autour de la loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme intérieur de 2007, certains membres du Congrès continuent de faire pression pour censurer l’Internet et imposer le signalement racial, deux mesures qu’ils considèrent comme des actions nécessaires pour prévenir le « terrorisme intérieur ».

La Chambre des représentants a adopté la loi de prévention contre la radicalisation violente et le terrorisme domestique en octobre 2007 par 404 voix contre 6, mais la vaste opposition qu’elle a suscitée a contraint le Sénat à la mettre aux archives. Aucune consultation n’a été prévue pour l’année législative depuis le 1er juin 2008.

J’ai appris l’existence de cette loi début novembre 2007. A l’exception de l’article de Lindsay Beyerstein, « Analyse de la Loi de prévention contre le terrorisme intérieur » [2], aucun des médias importants n’a donné d’information sur le sujet, en dépit des dangers que cette loi comportait pour les droits civiques, la vie privée, et pour les communautés musulmanes et arabes des Etats-Unis. Cependant, je suis quand même tombé sur une discussion active sur la question, notamment sur des blogs et des vidéos YouTube.

Isabel Macdonald, directrice de Fairness and Accuracy in Reporting, a commenté : « La relation symbiotique entre les médias corporatifs et les fonctionnaires du gouvernement explique peut-être cette résistance opiniâtre des médias à assurer une couverture critique de l’érosion des droits civiques. Les médias indépendants –notamment The Indypendent– ont joué un rôle décisif dans la diffusion de la nouvelle de ce projet de loi, tout en lui assurant un suivi dans des blogs et dans Democracy Now ! ».

Un mois après la parution de l’article du Indypendent, plusieurs meetings se sont succédés du Maine à la Californie, et de nombreux groupes de défense des droits civiques, de la liberté religieuse, et des organisations de musulmans et d’arabes des Etats-Unis ont entrepris des actions de mise en garde pour inciter les gens à entrer en contact avec leurs représentants au Congrès, afin d’empêcher l’adoption du projet de loi.

Selon certains membres de groupes de pression en faveur des droits civiques, la vague de protestations a contraint le président de la commission, le sénateur Joseph Lieberman (démocrate pour le Connecticut) à laisser le projet de loi en suspens. Cependant, Lieberman et la leader de l’opposition de la commission la sénatrice républicaine du Maine, Susan Collins, continuent de brandir l’épouvantail de la « grave » menace du « terrorisme national » islamiste. Le 8 mai 2008, ils ont publié –sans aucun soutien public de la part d’autres membres de la commission– leur propre rapport, d’où il ressortait que « la menace de terrorisme national s’aggrave, avivée par la capacité de l’Internet à diffuser le recrutement de base et les manuels d’entraînement de groupes terroristes islamiques violents ».

En réponse, le 30 mai, plus d’une trentaine de groupes de militants des droits civiques et de la liberté religieuse ont envoyé une lettre à la commission sénatoriale, lui faisant part de leur inquiétude quant à ce rapport qui pourrait nuire à la liberté d’expression en pointant injustement les musulmans, et en décrivant Internet comme « une arme ».

Un groupe d’organisations représentatives des communautés arabes et musulmanes des Etats-Unis a également déposé une lettre en réponse au rapport et aux séances du Sénat, alléguant que, dans une large mesure, ils avaient été exclus du processus législatif et que le rapport est basé sur une information discréditée de 2007 émanant de la police de New York, qui avait tenté d’expliquer le processus de « radicalisation violente » des musulmans.

Peu après la publication du rapport, Lieberman a exigé que Google retire les vidéos de YouTube produits par « des organisations terroristes comme Al-Qaïda ». Google a répondu le 19 mai en retirant quatre-vingt vidéos qui, comme cette société l’a reconnu, enfreignaient les règles déontologiques de YouTube, montraient de la violence gratuite ou appelaient à la haine. Google a néanmoins refusé d’accéder à toutes les demandes de Lieberman, qui comportaient la censure de toutes les vidéos mentionnant ou montrant des groupes qui figuraient sur la liste du département d’Etat, dont des organisations terroristes étrangères comme Al-Qaïda.

« Le sénateur Lieberman a exprimé son opinion… selon laquelle toutes les vidéos mentionnant ou montrant ces groupes devaient être retirées de YouTube, même s’ils sont légaux, non violents ou ne recourent pas à la haine », a révélé Google. « YouTube soutient la liberté d’expression et défend les droits de chacun à exprimer des points de vue impopulaires ».

Chip Berlet, analyste principal du Political Research Associates de Boston, a indiqué qu’à son avis les actions de Lieberman sont une « obscure manœuvre politique » pour inciter les candidats présidentiels à adopter une posture plus agressive au Moyen-Orient.

Parmi les organisations qui sont en première ligne contre cette loi figurent la Defending Dissent Foundation ([url=http://www.defendingdissent.org]www.defendingdissent.org[/url]), le Bill of Rights Defense Committee ([url=http://www.bordc.org]www.bordc.org[/url]), le Center for Constitucional Rights ([url=http://www.ccrjustice.org]www.ccrjustice.org[/url]), l’American Civil Liberties Union ([url=http://www.aclu.org]www.aclu.org[/url]) et le Council on American-Islamic Relations ([url=http://www.cair.com]www.cair.com[/url]).
Mise à jour de Lindsay Beyerstein

Le projet de loi contre le « terrorisme national » s’est embourbé au Sénat depuis le mois d’octobre. Il a navigué à la Chambre sans trop susciter de commentaires publics, avant de rencontrer une forte opposition au sein du spectre politique. Il n’y a pas longtemps encore, les groupes des droits civiques et des organisations musulmanes semblaient avoir bloqué avec succès la version du Sénat du projet.

L’initiative semblait condamnée à une mort imminente. Mais Joe Lieberman, président de la Commission sénatoriale sur la Sécurité de la patrie, ne l’a pas entendu de cette oreille et a remis le sujet sur le tapis en publiant un nouveau rapport et en cherchant la confrontation avec YouTube.

Le 8 mai, les sénateurs Joe Lieberman et Susan Collins ont publié L’extrémisme islamiste violent, Internet et la menace de terrorisme national, un rapport bipartisan basé sur les débats de la commission sénatoriale.

Mais, avant qu’il soit rendu accessible au public, le rapport avait attiré l’attention d’une coalition d’organisations des droits civiques conduite par l’ACLU. Dans un mémorandum adressé aux membres du Comité, cette coalition avait fait part de ses inquiétudes sur le rapport du 7 mai.

« Nous sommes préoccupés par le fait que ces attaques centrées sur Internet pourraient annoncer des propositions de censure et de filtrage du discours d’Internet. Certaines personnes chargées de la formulation de politiques se sont même prononcées pour la fermeture de sites Web censurables », expliquait le document.

Lieberman a confirmé ses réticences le 19 mai dans une lettre au directeur exécutif de Google (société mère de YouTube), dans laquelle il exigeait qu’un nombre non précisé de vidéos de propagande islamique soient retirés de ce site populaire de vidéos partagées. Dans sa lettre, Lieberman arguait que les vidéos clips étaient le résultat du travail d’un réseau de propagande islamique sophistiqué mentionné dans un rapport récent de sa commission. Il ajoutait que ces films violaient les directives communautaires de YouTube.

La déontologie de de YouTube interdit expressément la violence gratuite, les discours de haine, les menaces, le harcèlement et les descriptions de délits tels que la fabrication d’explosifs. Des centaines de milliers de vidéos sont mises en ligne chaque jour sur le site. Au lieu de vérifier au préalable le contenu des films, Youtube fait confiance aux utilisateurs qui peuvent signaler les films violant, selon eux, les règles déontologiques. Les contenus qui les enfreignent sont automatiquement supprimés.

Après avoir vérifié les clips, Youtube a refusé de retirer la plupart du matériel signalé par le personnel de Lieberman. Une poignée de vidéos qui n’étaient pas conformes aux standards a été supprimée, mais les autres n’ont pas bougé du site.

« La plupart des vidéos ne contenant aucun discours de haine ou de violence n’ont pas été supprimées puisqu’elles ne violent pas nos règles », signalait une déclaration publiée par l’équipe de Youtube. Le document insistait en outre sur le droit des utilisateurs de YouTube à exprimer des points de vue impopulaires.

Cette réponse n’a pas satisfait Lieberman qui, le 20 mai, a répliqué : « Quel que soit leur contenu, les vidéos produites par des organisations terroristes comme Al-Qaïda, qui passent leur temps à attaquer les Etats-Unis et à tuer les Américains, ne doivent pas être tolérées. Google se doit de revoir sa politique. »

Aucun vote n’a été prévu, mais le bras de fer entre Lieberman et Google a une nouvelle fois attiré l’attention sur le projet de loi contre le terrorisme intérieur. Après plusieurs mois de silence, les principaux médias commencent à se poser des questions sur l’enthousiasme de plus en plus affiché du gouvernement pour la surveillance du discours « radical » en ligne. Dans son éditorial du 25 mai, le New York Times a durement critiqué Lieberman et le projet de loi. Il a qualifié le sénateur du Connecticut de « censeur en puissance », en faisant remarquer que ses tentatives pour restreindre le discours de YouTube, qui est constitutionnellement protégé, « sont contraires aux valeurs fondamentales des Etats-Unis ».

Les lecteurs peuvent livrer leurs opinions sur le projet de loi contre le terrorisme national en se mettant en contact avec leurs sénateurs et les membres de la commission sénatoriale de Sécurité de la patrie. Les deux principaux candidats à la présidence de 2008 étaient sénateurs. Le moment est propice pour que les votants fassent pression sur les candidats de sorte qu’ils affichent clairement leur position face au projet de loi contre le terrorisme national. Le sénateur Barack Obama (démocrate de l’Illinois) siège dans ladite commission mais n’a pas participé à la rédaction du rapport. Le sénateur John McCain (républicain de l’Arizona) est un proche allié du sénateur Lieberman, notamment pour ce qui est des questions liées au terrorisme.
Commentaire de Mickey Huff

La couverture de cette information par ces journalistes est on ne peut plus louable. Cependant, un autre élément semble avoir été censuré, à propos de ces projets de loi, même dans la presse indépendante et progressiste : c’est le flou qui persiste en ce qui concerne les éventuels militants nationaux mentionnés lors des séances organisées par la représentante Jane Harman à Washington DC. Même si les auteurs susmentionnés laissent entendre que les défenseurs des droits des animaux et les militants anti-mondialisation sont les cibles potentielles de ce projet de loi, aucun ne mentionne les militants de « La vérité sur le 11 septembre » (911 Truth), alors qu’ils ont bel et bien été désignés par leur nom pendant les séances dirigées par Harman au Capitole.

Parmi les arguments invoqués au Congrès sur la « nécessité » de la H.R. 1955 figurait l’idée que tout individu remettant en question la politique du gouvernement est assimilable à un terroriste ou un partisan du terrorisme. L’un des orateurs, Mark Weitzman, du Centre Wiesenthal (fondé, ironie du sort, par le survivant de l’holocauste Simon Wiesenthal pour éduquer et sensibiliser le public sur les crimes de guerre), a affirmé que les architectes, ingénieurs et scientifiques qui mettent en doute la version officielle du 11 septembre sont comparables aux groupes djihadistes violents.

C’est également ce qui est ressorti d’une présentation powerpoint, au cours de laquelle Weitzman a juxtaposé des sites Web montrant des djihadistes violents à celui Richard Gage ([url]http://AE911Truth.org[/url]). Gage a critiqué l’histoire officielle sur la destruction des tours jumelles et du WTC 7, le 11 septembre 2001. Spécialiste des structures en acier, Gage affirme qu’il est impossible que les édifices se soient effondrés comme le prétend le gouvernement, et il a exposé des théories alternatives étayées de preuves. Que l’on croit ou non aux contre arguments de la thèse du 11 septembre, il ne faut pas criminaliser la liberté d’expression et la remise en cause de la version du gouvernement sur des questions aussi cruciales.

Les dérives interprétatives de la lutte anti-terroriste et l’amalgame qui est fait entre terrorisme et activisme aux Etats-Unis sont regrettables. Y a-t-il un lien prouvé entre les groupes susmentionnés ? Non, mais cela n’a pas empêché certaines personnes de jeter ce genre d’information en pâture à la presse sans aucune preuve. Jane Harman, qui a coparrainé le projet de loi pour les démocrates, n’en a demandé aucune pour s’exprimer, et n’a pas non plus offert de droit de réplique. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui semble une réminiscence du maccarthisme de la période de la menace rouge des années 50 du XXe siècle.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 20 août 2010 à 13:50:25
Beaucoup de choses sont vraies dans cet article. Cepandant il minimise l'opposition, des vrais démocrates et surtout le parti communiste,qui oroteste souvent devant la maison blanche contre la pauvreté et la gerre. Bien que l'Amérique n'aime pas le communisme, mais l'accepte quand il sagit des droits et libertés ( (communisme  américain different d'autres). Une menace aussi dont personne ne parle ouvertement, est que chaque État peut se soustraire de l'union fédérale, dont certains états menacent la Fédéral. Mais qui se montre comme opposant acharné de Goldberg et de Liberman, juifs américans ayant fait leur service militaire en Israel. Ce qui pour les américains opposant est une honte et démontre le lien, voir integration morale entre Us et Israel. La raison principale de  ces deux acharnés (entre autres) contre l' Iran, n'est pas de savoir s'il faut s'attaquer a ce pays, mais plutot de savoir qui doi le faire. Une grande partie des américains du peuple n'est pas favorable a cette intervention sauf en cas d'attaque d'Israel ce qui est consideré comme impossible.

En ce qui conserne l'article que vous publier (Voltaire.com) Beaucoup de choses sont de beaucoup exagerées. En fait il s'agit de faire divertion. Pas de l'auteur. Mais de mouvement pro-sioniste, dont certains juifs américains demandent de calmer le jeu. Pour ce qui est des libertés dont fait mention l'article. Il ne s'agit que de faire peur aux américains, plus interressér a leur liberté indivudduelle qu'au bonbardement de l'Iran et autres vat en gerre. Pour ce qui est de l'internet il est vrai que le gouvernement demande a  YouTube de supprimer certaines vidéos, mais la encore pas facile YouTube est entierement codé, et suprime que ce qu'il accepte suprimer, sans plus.
Tout les gouvernements font des menaces de ce genre a leur ressortissants, mais souvent pour mesurer differentes possibilités de l'impact. Obama est encore loin de faire comme votre Sarkosy, qui instaure des reglements en se fichant pas mal non seulement des opposants mais meme de son parti. Je vous parlait ces jours-ci des antivirus qui ne sont que de véritables mouchards dont une armée d'employers qui decortiquent tout ce qui ce passe sur le net. Pour finir, il serait bien trop fastidieux pour moi de reprendre ligne par ligne votre post. Beaucoup de choses y sont de l'intox. Sachez que toucher a la liberté des américains c'est démolire l'Amérique. Aucun américain ne le souhaite, pas plus que les citoyens se laisseraient diriger par une bande de juifs, qui ne sont pas la majorité. Par contre je trouve que Obama  a le tord de vouloir faire plaisir a tout le monde comme le font les chefs scouts. Il lui manque l'énergie de ses convictions. Ce qui est quand meme une forme de démocratie a rebour. En fait toutes régretions des libertés individueles disloquierait a jamais les Us. Cet article fait parti des ballons d'éssaies.

Pour conclure tous ces projets auraient d'apres moi, quelques chances d'etrent adoptés si le peuple américain retrouvaient leur train de vie d'avant la crise.Puisque le $ passe avant tout.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 10 septembre 2010 à 15:49:05
Si tous les intégristes du monde voulaient se donner la main...

Citer
Quand brûler le Coran peut poser des problèmes...
...
Interviewé sur CNN, le pasteur Jones a expliqué que cet incendie serait une façon de dire “stop à l’islam”. “Nous n’avons rien contre les musulmans, assure-t-il. Ils sont les bienvenus dans notre pays (…) Ce qui n’est pas bienvenu c’est la loi islamique. La brutalité de la loi islamique”. Si les Américains ne réagissent pas, “nous allons finir comme l’Europe” explique-t-il encore, suggérant par là que la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les Pays Bas seraient en train de passer sous l'emprise de la charia. Le pasteur n’a pas cité la France (c’est rare chez de tels énergumènes qui classent généralement la France en tête de leurs hit parade de la décadence), mais peut-être a-t-il eu vent de nos vaillantes croisades contre le voile à l'école, ou la burqua au volant.


http://washington.blogs.liberation.fr/great_america/2010/09/général-petraeus-brûler-le-coran-peut-causer-des-problèmes-importants.html?xtor=EPR-450206

...ça ferait une belle Internationale de la Connerie! :mrgreen:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: timbur le 11 septembre 2010 à 07:19:18
NB : c'est effectivement une question américaine avant tout, néanmoins nous avons commencé à en parler ici (http://sarkostique.fr/index.php?topic=334.msg9663#msg9663).
Titre: haarp : quel air on veut nous jouer ???
Posté par: cervesia le 20 septembre 2010 à 09:41:26
cette haarp existe mais sa musique risque de ne pas nous bercer....
http://www.dailymotion.com/video/xb9jnp_haarp-arme-climatique_news

fil fusionné par raja
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 18 janvier 2011 à 12:04:22
Citer
Bill Clinton a déclaré à la BBC le climat politique aux États-Unis doivent changer après le tournage d'un membre du Congrès des États-Unis et d'autres en Arizona.

 L'ancien président a également déclaré qu'il espère que le démocrate en Arizona, Gabrielle Giffords, peut se rétablissent complètement.  Les médecins disent qu'elle est toujours dans un état critique à l'hôpital.

 M. Clinton a condamné suggestions que la rhétorique politique aux États-Unis peuvent avoir contribué en quelque sorte à l'attaque.

 "Personne ne veut faire tout ce qui favorise ce genre de comportement et je pense qu'il est faux de prétendre que, dit-il.

 Mais il a demandé à la Chambre des représentants américaine à "montrer la voie" en atténuant le discours.


http://translate.google.fr/translate?hl=fr&langpair=en|fr&u=http://www.bbc.co.uk/news/world-us-canada-12168021

Cet acte de minable en dit long sur l'état d'esprit des trouducs du Tea Party. Ce sont des extrèmistes, ni plus ni moins. Je ne comprends pas que les démocrates n'en profitent pas plus pour enfoncer le clou contre ces arriérés. Je trouve la déclaration de Clinton bien timide...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 18 janvier 2011 à 14:20:46
Ouais, ben... sont pas doués, les traducteurs de google !
Rien que la première phrase de la version originale:
Citer
Bill Clinton has told the BBC the US political climate must change after the shooting of a US Congresswoman and others in Arizona.
Je ne sais pas, moi... mais "shooting"... ce ne sont pas les mots qui manquent: "se faire tirer dessus", "se faire descendre", "être abattu", "être victime d'un sniper"... mais "tournage"... fallait y penser !
Je vous propose ma version, qui devrait rendre le texte plus intelligible...

Lors d'un interview à la BBC, Bill Clinton a déclaré que le climat politique américain doit changer après le meurtre d'un Membre du Congrès américain ainsi que d'autres en Arizona. L'ancien président a ajouté qu'il espère que la député démocrate d'Arizona, Gabrielle Giffords, se rétablisse complètement. Les docteurs disent qu'elle est toujours dans un état critique à l'hôpital.
M. Clinton a condamné ceux qui suggéraient que la rhétorique politique aux Etats-Unis pouvait avoir contribué d'une certaine façon à cette attaque. "Personne n'a l'intention de faire n'importe quoi qui encourage cette sorte de comportement et je crois qu'il serait erroné de le suggérer," a-t-il dit.
Mais il a demandé à la Chambre des députés américaine de montrer l'exemple de modération dans les discours.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 19 janvier 2011 à 20:44:02
Citer
M. Clinton a condamné ceux qui suggéraient que la rhétorique politique aux Etats-Unis pouvait avoir contribué d'une certaine façon à cette attaque. "Personne n'a l'intention de faire n'importe quoi qui encourage cette sorte de comportement et je crois qu'il serait erroné de le suggérer," a-t-il dit.

C'est ce consensus mou d'une classe politique qui m'exaspère. Il ne faut hésiter à qualifier d'assassin un orateur qui appelle à la haine!  :rougefache:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 02 mars 2011 à 17:24:59
bon va falloir qu'on se décide : les animaux ou les êtres humains ?

Citer
Etats-Unis : Plus de 40 expérimentations médicales sur des prisonniers, des Noirs et des malades mentaux  ([url]http://www.lesmotsontunsens.com/etats-unis-plus-de-40-experimentations-medicales-sur-des-prisonniers-des-noirs-et-des-malades-mentaux-9188[/url])
28 février 2011 11:04, Les mots ont un sens, par Napakatbra

Des médecins, souvent missionnés par le gouvernement américain, ont réalisé des dizaines d'expérimentations médicales sur leurs concitoyens, handicapés, malades ou détenus. Ce n'était pas au XVIème siècle, mais dans les cinquante dernières années. De quoi reléguer les pires conspirationnistes au rang de doux rêveurs...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 02 mars 2011 à 17:33:59
Citer
bon va falloir qu'on se décide : les animaux ou les êtres humains ?

Ni les uns ni les autres!

Voilà ce qui nous attend avec le néolibéralisme: l'exploitation sans scrupule de l'être vivant. Que le chimpanzé ait "un cours" sur le marché me débecte autant que l'utilisation de la misère du tiers monde pour le confort du riche!  :fache1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 02 mars 2011 à 17:41:31
ça c'est sûr qu'il faudrait sérieusement commencer à se pencher sur les expérimentations et jusqu'où il devrait être éthiquement possible d'aller (cobayes volontaires ?)


et une bonne citation :

Citer
« Nos plaies ouvertes saignent parce que les gens voient qu’un tas de connards à qui ils ne confieraient même pas un stand de hot-dogs dirigent leurs vies. »
Tim Willocks
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 11 avril 2011 à 09:15:17
Citer
Le calvaire du soldat Manning

Incarcéré depuis juillet 2010, le jeune soldat accusé d'avoir transmis des milliers de documents confidentiels au site WikiLeaks est soumis à des traitements dégradants de sinistre mémoire, souligne The New York Times.


Le soldat de première classe Bradley Manning, sous les verrous depuis neuf mois pour avoir transmis des documents confidentiels à WikiLeaks, n'a toujours pas été jugé, et encore moins condamné. Pourtant, l'armée lui inflige des mauvais traitements qui ne sont pas sans rappeler ceux pratiqués sous George W. Bush à l'encontre des personnes suspectées de terrorisme. Fait inexplicable, de telles pratiques semblent avoir l'aval du président Obama.

Le soldat Manning est placé à l'isolement dans la prison de la base des Marines de Quantico (Virginie). Une heure par jour, il est autorisé à marcher dans une pièce avec des fers aux pieds. Il doit enlever ses vêtements tous les soirs. Et chaque matin, il doit se tenir nu devant sa cellule et subir une fouille au corps avant de se voir restituer ses vêtements.

De source militaire, on affirme sans autre explication que ces mesures de précaution ont pour but d'empêcher le soldat Manning de se blesser. Pourtant, à en croire ses avocats, tout porte à croire qu'il n'est pas suicidaire et que l'armée ne l'a pas placé sous surveillance pour éviter qu'il n'attente à ses jours. (Il aurait fait un commentaire sarcastique à propos du suicide.)

La nudité forcée est une technique d'humiliation classique. Lors des premières années de la guerre contre le terrorisme menée par le gouvernement Bush, les interrogateurs de la CIA déshabillaient régulièrement les prisonniers afin de briser leur résistance, les soumettre et leur arracher des aveux. Un rapport de la CIA daté de 2004 explique que la nudité, ainsi que la privation de sommeil et la manipulation du régime alimentaire, servent à mettre le prisonnier dans un état d'esprit où “il apprend à faire passer son bien-être, son confort et ses besoins immédiats avant l'information qu'il dissimule.

Le soldat Manning n'est pas un ennemi combattant et rien n'indique que l'armée essaie de lui extorquer des aveux. De nombreux responsables militaires et civils restent furieux face aux fuites considérables de documents secrets vers WikiLeaks. Mais si certains expriment leur colère à travers de tels traitements, il serait bon de leur rappeler des principes tels que la présomption d'innocence ou la protection constitutionnelle contre les peines cruelles et inhabituelles.

Philip Crowley, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a commis une erreur classique : il a dit la vérité à quelques personnes (y compris à un blogueur), à savoir que le traitement infligé au soldat Manning était “ridicule, contre productif et stupide”. Il a démissionné le 13 mars.

Comment se fait-il que le président Obama, qui n'a eu de cesse de dénoncer les mauvais traitements infligés aux détenus, tolère de tels abus ? La semaine dernière, lors d'une conférence de presse, il a déclaré que le Pentagone l'avait assuré que les conditions de détention du soldat Manning “étaient acceptables et respectueuses de nos principes”, avant d'ajouter qu'il ne pouvait pas entrer dans les détails. Or, justement, ce sont des détails dont nous avons besoin pour expliquer et corriger des abus qui n'auraient jamais dû commencer.


http://www.courrierinternational.com/article/2011/03/16/le-calvaire-du-soldat-manning
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 27 mai 2011 à 21:33:36
polémique ou pas, le fait est que, automatique ou pas, le patriot act est reconduit pour 4 ans aux US

et c'est un fait que partout dans le monde l'oligarchie a peur que les peuples se retournent contre elle...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 21 juin 2011 à 11:03:12
le blackout médiatique sur l'évènement grâve qui s'est produit à la centrale de Fort Calhoun, c'est un évènement de politique intérieur. Mais il est vrai que vous pouvez comprendre après ça pourquoi les médias nous font chier sur le moindre fait divers dont on se fout royalement !

encore un "incident" nucléaire, ça n'est pas vendeur Mâme Michue...

Citer
Panne des pompes de refroidissement à la centrale nucléaire de Fort Calhoun (http://)
Par  Voie Militante   admin • 18 juin, 2011 • Catégorie(s): Monde  Monde 

Alors que le cadavre de la centrale de Fukushima-Daiichi fume encore, c’est aux Etats-Unis que s’est produit un nouvel accident relatif à un réacteur nucléaire à eau pressurisée de 500 MW.

Le 7 juin ([url]http://groupes.sortirdunucleaire.org/Serie-noire-a-la-centrale[/url]), c’est la crue du Missouri qui a provoqué l’arrêt du système de refroidissement de la piscine de la centrale nucléaire de Fort Calhoun dans le Nebraska, où se trouvent amassées 670 tonnes de combustible. Du fait de fortes pluies, les autorités locales ont dû ouvrir les vannes du barrage de Point Gavins, situé en amont de la centrale. L’inondation de la centrale a alors provoqué un incendie qui  a endommagé les câbles d’alimentation des pompes de refroidissement. L’alimentation électrique des pompes a pu être rétablie  90 minutes après l’incendie !!! La centrale était à l’arrêt depuis le 9 avril du fait d’opérations de rechargement de combustible. Les autorités n’ont pas donné d’informations précises quant à l’état du combustible.

En France, à deux doigts de la catastrophe en 1999 !

Suite à la tempête de 1999, la France avait frôlé la catastrophe au niveau de la centrale nucléaire du Blayais,  qui s’était retrouvée inondée. Seules la moitié des pompes permettaient alors de refroidir le réacteur n°1. En France, de très nombreuses centrales nucléaires sont construites au bord de fleuves, qui peuvent être sujets à de vastes crues. La centrale nucléaire de Gravelines dans le Nord de la France est, quant à elle, construite sur un polder. En Allemagne, en Suisse et en Italie, les gouvernants et les peuples ont fait le choix de sortir du nucléaire. Devons-nous attendre que la pédagogie de la catastrophe s’abatte sur la France pour que nous sortions enfin du délire techniciste dans lequel quelques hommes continuent d’enfermer la France ?

La centrale nucléaire de Fort Calhoun a les pieds dans l'eau !

([url]http://www.nirs.org/reactorwatch/accidents/ftcalhoun61111.jpg[/url])

Pour plus d’informations : Nuclear Information and Resource Service ([url]http://www.nirs.org/reactorwatch/accidents/fortcalhoun.htm[/url])
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 05 juillet 2011 à 15:11:27
Je viens de tomber sur une info dont je m'étonne qu'elle ne fasse pas de bruit dans tous les médias  :|  8| 8| :|
Un des états américains vient de se déclarer en faillite!

Citer
Un Etat en faillite ? Non ce n’est pas (encore) dans le sud de l’Europe que vous le trouverez mais dans le Middle west américain, à la frontière avec le Canada. Il s’agit du Minnesota, un Etat de 225 000 kilomètres carrés grand comme la moitié de la France. Il vient de se déclarer en cessation de payement.

Le 1er juillet, le gouvernement dirigé par le démocrate Mark Dayton a proprement déclaré l’état de faillite et renvoyé dans leurs foyers les quelques 22 000 fonctionnaires de l’Etat. Et en ce long week-end d’Independence day, c’est une fausse impression de jour férié qui prévaut. En réalité tout est fermé parce qu’il n’y a plus un rond pour payer quoi que ce soit.
Le problème est constitutionnel : le Minnesota ne peut pas présenter de budget en déséquilibre. Or, avec un déficit de 5 milliards de dollars, il se trouve forcé de choisir entre l’augmentation des impôts et les coupes claires dans les dépenses publiques. Exactement comme au niveau fédéral. Et de la même manière que les deux partis se livrent à un bras de fer au Congrès à Washington, démocrates et républicains jouent une grande partie de bluff dans le Minnesota.


Car en déclarant l’état de faillite, le gouverneur démocrate n’espère qu’une chose : faire porter le chapeau aux républicains, au rang desquels figure d’ailleurs l’une des "stars" du Tea Party et désormais candidate aux primaires du Grand Old Party, Michelle Bachman.

Menaces pour l'État fédéral

La partie d’échecs en cours dans cet Etat de 5 millions d’âmes rappelle que les finances américaines sont dans une situation au moins aussi préoccupante que celles des pays de la zone euro. Déjà, la Californie –l’Etat le plus riche et le plus peuplé de l’Union- était passée à deux doigts de la faillite il y a quelques mois avant qu’un accord trouvé in extremis lui permette de souffler une petite année de plus.

Mais le véritable test autour des finances publiques américaines aura lieu dans les tous prochains jours, puisqu’il faudra pour début août que démocrates et républicains trouvent un terrain d’entente pour augmenter le plafond de la dette publique fédérale abyssale. A défaut, ce sera la cessation de paiement.


Dire que la perspective inquiète les milieux financiers est assez loin de la réalité. En réalité, elle les fait blêmir et paniquer. Les agences de notation ont déjà prévenu : le non-relèvement du plafond de la dette les ferait placer les Etats-Unis sous surveillance négative ; et on peut imaginer que les marchés ne resteraient pas sans réaction face à la cessation de paiement de la première économie de la planète.

Répétition générale ?


Il reste à peine quelques jours à Barack Obama pour conclure un accord avec la majorité républicaine au Congrès des Etats-Unis. Peut-être le Minnesota fait-il dès lors figure d’avertissement aux républicains : "Voyez comme nous sommes déterminés à protéger les Américains des coupes sombres dans les programmes sociaux", semblent dire les démocrates. Et s’il s’agit plutôt d’une répétition en mode mineur, on ne devrait pas tarder à savoir dans quelle direction les vents mauvais de la crise poussent l’opinion américaine.

Thomas Nagant


source : http://www.rtbf.be/info/economie/detail_usa-l-independence-day-marque-par-la-faillite-du-minnesota?id=6402693 (http://www.rtbf.be/info/economie/detail_usa-l-independence-day-marque-par-la-faillite-du-minnesota?id=6402693)

Une recherche sur google montre par contre, qu'en 1 heure,  l'info est reprise de site en site sur le net !
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 05 juillet 2011 à 16:06:56
Au 1er juillet, date du nouvel exercice fiscal, l’État du Minnesota devait – selon sa Constitution – avoir comblé son déficit. Pour ce faire, le gouverneur Mark Dayton voulait augmenter les impôts des riches, et les républicains voulaient couper les dépenses publiques. Personne ne voulant céder, Dayton a décidé de mettre le gouvernement à l’arrêt, comptant sur le mécontentement populaire pour forcer les républicains à accepter une augmentation des impôts pour les plus aisés.
Quand tous les fonctionnaires seront au chômage technique, y compris la police, la Justice, les prisons... il faudra bien que ça cède ou que ça casse !
Si j'ai bonne mémoire, cet incident de paiement s'était déjà produit en 2005...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 05 juillet 2011 à 16:39:10
Quand je pense que DSK avait l'intention de mettre de l'ordre dans le $ (planche a billets) comme par hasard,le "pauvre" trois jours apres etait en prison. De toute facon Obama est un cretin qui ne sais pas compter D'autant plus que la constitution lui permet de se passer du partit de l'opposition dans les cas de faillitte et que les paiements sont en panne , il ne sais faire que des ronds de jambes aux républicains. Et pandant ce temps les faibles partis de gauches défilent journellement devant la Maison Blanche pour faire taxer a 90% tout les riches et societées financieres, abolir les abrits fiscaux et autres combines comme les notations internationales sur la valeur des monaies (bidon),qui ne profitent qu'aux joueurs en bourse.

Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie qui n'a pas d'argent en caisse. Jamais vu les "gauchistes" apportent a manger aux étudiants universitaires completement démunies, a l'université de Rochester, un vrai scandal, qui a plus de deux milliard de placement argent donné par les souscripteurs au profits des étudiants démunis. Plusieurs souscripteurs dont je suis allons demander des explications aux dirigeant. Sauf pour celle de musique qui fonctionne bien."Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux" :p  
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 05 juillet 2011 à 17:09:43
Citer
Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie

Cost of War in Iraq & Afghanistan
Total Cost of Wars Since 2001
$1,215,602,801,246
http://www.costofwar.com/ (http://www.costofwar.com/)

Citer
Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux

Cette School of Music qui porte le même nom qu'un de nos membres, l'Homme qui venait de l'Est... :
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 05 juillet 2011 à 21:37:21
 

J'en suis sideré. Qu'elle gachi     :|
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 06 juillet 2011 à 00:22:58
Et encore, ce ne sont là que des dépenses autorisées par le Congrès !

Le coût total pour les Etats-Unis de ses guerres en Irak et en Afghanistan, ainsi que les opérations militaires au Pakistan, devrait dépasser 4000 milliards US$ - soit plus de trois fois la somme jusqu'à présent autorisée par le Congrès au cours de la décennie qui a suivi l' attentat du 11 Septembre.

Cette somme faramineuse ressort d'une étude effectuée par des universitaires de l'Université Brown Ivy League qui révèle que les 1300 milliards US$ officiellement autorisées ne sont que la pointe d'un iceberg de dépenses.

Si d'autres dépenses du Pentagone, les paiements d'intérêt sur l'argent emprunté pour financer les guerres, et les 400 milliards US$ estimés avoir été dépensés sur le marché intérieur pour la "guerre contre le terrorisme», sont ajoutés dans le coût total, on est déjà quelque part entre 2300 milliards US$ et US $ 2800 milliards US$.

Et même si ces guerres prenaient fin maintenant, il conviendrait d' ajouter les dépenses militaires à venir (et surtout le coût des anciens combattants, handicapés et autres), si bien que la facture totale serait située part entre 3700 milliards US$ et 4400 milliards US$.

Ce n'est pas la première fois ces chiffres astronomiques sont cités. Un rapport publié en 2008 par le Brown Watson Institute for International Studies , co-écrit par l'économiste de Harvard Bilmes Linda et Joseph Stiglitz, ancien prix Nobel d'économie, révélait déjà que ces guerres finiraient par coûter plus de 3000 milliards US$.

Lors de la Guerre du Golfe, la facture avait été payée par les 31 pays de la coalition. Cette fois-ci, les USA doivent en supporter intégralement le coût. Et ils doivent emprunter pour payer la facture...

God bless America ! (traduction: quand on n'a pas les moyens d'aller au casse-pipe, on s'écrase !!!)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 06 juillet 2011 à 02:54:47
"God bless America."  Originale votre traduction  :super:
 Mais un américain dit (normale) ne comprendrais pas cette facon de traduire.Il se poserait des question sur votre anglais, ces sans esprit.

Pas tout quand meme, au moins un. :langue3:
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 08 juillet 2011 à 19:44:49
Quand je pense que DSK avait l'intention de mettre de l'ordre dans le $ (planche a billets) comme par hasard,le "pauvre" trois jours apres etait en prison. De toute facon Obama est un cretin qui ne sais pas compter


Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Je rappelle que Clinton a laissé un excédent budgétaire en quittant le pouvoir en janvier 2001 :!:



D'autant plus que la constitution lui permet de se passer du partit de l'opposition dans les cas de faillitte et que les paiements sont en panne , il ne sais faire que des ronds de jambes aux républicains. Et pandant ce temps les faibles partis de gauches défilent journellement devant la Maison Blanche pour faire taxer a 90% tout les riches et societées financieres, abolir les abrits fiscaux et autres combines comme les notations internationales sur la valeur des monaies (bidon),qui ne profitent qu'aux joueurs en bourse.


Obama est certes dans une situation difficile, mais je trouve très injuste de lui imputer les difficultés actuelles !!

Lesquelles sont conséquences du passé.


Qu'il arrete les guerres en cours ca lui procurerat de l'agent pour l'assurance maladie qui n'a pas d'argent en caisse.



Mais c'est exactement ce qu'il fait :!:


 :(


Jamais vu les "gauchistes" apportent a manger aux étudiants universitaires completement démunies, a l'université de Rochester, un vrai scandal, qui a plus de deux milliard de placement argent donné par les souscripteurs au profits des étudiants démunis. Plusieurs souscripteurs dont je suis allons demander des explications aux dirigeant. Sauf pour celle de musique qui fonctionne bien."Il faut bien garder le nom de cette université qui porte un nom prestigieux" :p  [/b]


 :triste1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 09 juillet 2011 à 02:54:41
Citer
Nico2 Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Oui sauf qu'il n'en a pas les moyens avec les républicains qui bloquent. George W.Bush n'avais pas l'oposition des démocrates.
Vous, ami des Etats Unis, devez savoir que les lobbys rapportent en moyenne $13.000 par mois par représantant du peuple. L'argent n'adoucit pas les moeurs guerrieres, surtout quand le $ perd des plumes.

Par contre je suis d'accord avec vous DSK est le plus grand technicien en matiere de finance. Qui s'appretait a mettre de l'ordre dans le $, c'etait connu de tous les spécialistes de la magouille de l'État américain ce gouvernent ne l'entendait pas ainsi. Mais heureusement l'affaire de la femme de ménage est arrivé a point. :diable: il faut reconnaitre, comme disait l'autre, le hazard fait parfois bien les choses. :merci:

Vous savez j'ai connu de tres pres de part ma profesion, beaucoup de politiciens, mais surtout des dipomates y il aurait de quoi faire un roman de tout ce que j'ai entendu. Mais je ne sais pas écrir :pleur4:
Amicalement votre, qui nous aimé bien. Bien que maintenat je vive au Canada pour des raisons de fiscalité.lol
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 09 juillet 2011 à 06:50:03
Citer
Nico2 Je ne suis pas d'accord : Obama a la sincère volonté de changer les choses, et a hérité d'un pays en lambeaux à cause de la politique néfaste de l'administration de George W.Bush, laquelle a mis en coupe réglée le pays en huit ans.

Oui sauf qu'il n'en a pas les moyens avec les républicains qui bloquent. George W.Bush n'avais pas l'oposition des démocrates.

GW Bush avait un congrès Républicain dejanvier 2001 à janvier 2007, mais ce sont les démocrates qui dominaient de janvier 2007 à janvier 2009, du fait des élections de mid-term de 2006 remportés par les démocrates.


;-)

Vous, ami des Etats Unis, devez savoir que les lobbys rapportent en moyenne $13.000 par mois par représantant du peuple. L'argent n'adoucit pas les moeurs guerrieres, surtout quand le $ perd des plumes.


Vive le spoil system à l'américaine.


 :mrgreen:


Par contre je suis d'accord avec vous DSK est le plus grand technicien en matiere de finance. Qui s'appretait a mettre de l'ordre dans le $, c'etait connu de tous les spécialistes de la magouille de l'État américain ce gouvernent ne l'entendait pas ainsi. Mais heureusement l'affaire de la femme de ménage est arrivé a point. :diable: il faut reconnaitre, comme disait l'autre, le hazard fait parfois bien les choses. :merci:


Honnêtement, je ne sais pas. Cette histoire est certes bizarre, mais mettre de l'ordre dans le dollar US $, c'est un vœu pieu je pense, tant la tâche est difficile...  :mrgreen:


Vous savez j'ai connu de tres pres de part ma profesion, beaucoup de politiciens, mais surtout des dipomates y il aurait de quoi faire un roman de tout ce que j'ai entendu. Mais je ne sais pas écrir :pleur4:


Quelle était ta profession déjà ? (désolé, je n'arrive pas à vous voyer un co-forumeur, que je trouve sympathique de surcroît  :mrgreen: ).


Pour un non-francophone, tu écris relativement bien The Twit :!:


Amicalement votre, qui nous aimé bien. Bien que maintenant je vive au Canada pour des raisons de fiscalité.lol


 ;-)


Ah, je comprends, aux USA il faut être très riche pour avoir l'impression de vivre dans un paradis fiscal  :hehe: .
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 01 août 2011 à 10:30:09
Une femme descend d'un bus avec ses 3 jeunes enfants.
C'est le soir, il est tard, ils avaient attendus le bus plus d'une heure. Les gamins sont fatigués. Elle décide de traverser la rue au plus court pour rentrer chez elle, car sinon ils devraient parcourir un kilomètre supplémentaire pour utiliser le passage pour piétons.
Ils sont percutés par une voiture ; son petit garçon de 4 ans est tué, elle et sa petite fille de 2 ans sont blessées.

Le conducteur de la voiture, ivre, aveugle d'un oeil et récidiviste sur ce genre d'actes sera condamné à 6 mois de prison.

La mère est condamnée elle aussi pour le meurtre de son enfant !
Et c'est là que le fait divers rejoint ou plutôt démontre un fonctionnement symptomatique d'une société toute entière!  :fache1: :pleur4: :fache1: Un fonctionnement qui s'éloigne de plus en plus de ce qui est humainement supportable pour toute la frange de la population qui se trouve reléguée dans les catégories les plus pauvres. Mais qu'ils n'oublient pas (les quelques % des plus riches à qui ce système bénéficie) que nous sommes numériquement plus nombreux ... et largement, et qu'avec la crise passée, et avec celle qui arrive, le phénomène ne pourra que s'accentuer  :hurt5: :hurt5: :hurt5: :hurt5:


Citer
Avant-hier, les jurés populaires de la cour du Cobb County ont fait connaître la peine à laquelle ils condamnaient Raquel Nelson, qui risquait jusqu'à trois ans de prison pour le « meurtre » de son enfant : douze mois de suivi en probation et quarante heures de TIG. Mais le juge l'ayant autorisée à faire appel du jugement (ce qui est inhabituel), elle a finalement choisi de contester sa culpabilité.



L'article en entier :
http://www.rue89.com/american-ecolo/2011/07/31/les-etats-unis-paradis-de-la-voiture-tant-pis-pour-les-pauvres-216038 (http://www.rue89.com/american-ecolo/2011/07/31/les-etats-unis-paradis-de-la-voiture-tant-pis-pour-les-pauvres-216038)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 02 août 2011 à 15:05:16
"Le Devoir" (Montréal)
Citer
No! He can't...!!!
"Le professeur Paul Krugman, Prix Nobel d'économie et chroniqueur au New York Times, pour ne nommer que lui, a accusé le président d'avoir capitulé au chantage du Parti républicain et a affirmé ne plus avoir aucune confiance envers l'administration Obama."
C'est bien ce qui s'est passé: une capitulation. Obama aurait été mieux avisé de faire ce qu'il a dit qu'il ferait: ne pas accepter de plan sans une augmentation d'impôts pour les plus riches, ceux qui gagnent plus de 250,000$ par année. Il y a plus de pauvres aux USA que de riches... Obama mécontente donc la majorité qui devra, en plus, faire les frais des coupures. Il semble qu'Obama aurait pu invoquer un certain amendement de la constitution américaine pour imposer son plan. Sa prochaine élection est compromise. Mais... les états-uniens n'avaient qu'à voter du bon bord en novembre dernier s'ils voulaient qu'Obama fasse sa "job"...!!!

En voulant faire plaisir a tout le monde, particulierement aux réplubicains il vat se faire avoir en 2012 ou sa majorité serat des plus reduite.
Parce que, accepter ne pas imposer plus les plus riches est un véritable scandal que ses élécteurs de plus en plus pauvres n'oubliront pas. Il devient un "éssuie-tout". (Serpiliaire ?)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 02 août 2011 à 16:49:04
Effectivement, la Constitution permet, lorsqu'il y a blocage, au Président de taper sur la table.
Deux explications possibles: ou bien il n'a rien dans la culotte, ou bien il a mal choisi ses conseillers.
Parce que ce qu'on demande à un chef, ce n'est pas d'être compétent, mais de savoir s'entourer de collaborateurs compétents, et de prendre la bonne décision en conséquence.
C'est, du moins, ce qu'on nous enseignait à Princeton... Mais il y a si longtemps que les profs ont dû changer !
Obama a choisi de contenter ceux qui allaient financer sa campagne électorale.
Son problème, maintenant, est très simple:
Recettes de l'Etat: 2,1 mille milliards de US$
Dépenses de l'Etat: 3,6 mille milliards de US$
Conclusion: il faut trouver tout de suite au moins mille milliard de US$ et donc sans augmenter les impôts des riches.
Les pauvres, eux,  sont exsangues: 45 millions d'américains vivent sur les tickets de nourriture... Un enfant sur quatre...
Pas facile, le problème... Heureusement, il y a les classes moyennes !
Et la planche à billets...
J'ai bien quelques idées:
- renvoyer tous les gentils G.I dans leurs foyers...
- Et couper les 2 milliards de US$ de subventions annuelles à Israël.
- Et couper l'aide militaire annuelle de 3 milliards de US$ à Israël
- Et imposer les dons privés à  Israël
- Et ne pas renouveler en octobre prochain la dernière tranche de 3,8 milliards de US$ de garanties accordées à Israël en 2003...
J’arrête, sinon on va me taxer d'antisionisme=antisémitisme  :mrgreen:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 02 août 2011 à 18:03:32
Cher Ami. Votre post est une petite merveille de vérité et de bon sens. Je déteste les Israeliens. Voila que maintenant ils copient les francais les plus démunis et bien d'autres pays au sujet des prix tres élevés. Il vas faloir envoyer des bateaux de nourritures au port d'Israel. A condition que les palestiniens ne bloquent le passage. :langue3:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 02 août 2011 à 18:49:59
Et comme TheTwit est un sage, et mélomane de surcroît, il préfère faire des dons généreux - déductibles d'impôts - ICI, entre autres (http://sarkostique.fr/index.php?topic=265.msg20072#msg20072)
C'est toujours ça que les Israéliens n'auront pas !  :diable:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 04 août 2011 à 10:58:38
Chers Sarkome et The Twit, malgré tout le respect que je dois à votre sagesse et au grand âge de vos articulations, permettez moi d'exprimer mon profond désaccord lorsque vous généralisez ainsi s'agissant des israeliens ! :triste1: :nono: J'ai trés peu de sympathie, c'est le moins que l'on puisse dire, pour l'état d'Israel et pour sa politique mais toute généralisation est abusive quelle qu'elle soit, il y a parmi les israeliens des personnes dont j'admire le comportement (je pense par exemple à ces militaires qui dénoncent les agissements de leur propre armée....)
Sans compter qu'il semble que ça bouge en ce moment en Israel (http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-manifestations-de-masse-en-israel-avec-notamment-120-000-manifestants-a-tel-aviv-contre-la-politiq-80640314.html)..... Peut-être allons nous devoir ouvrir un fil sur "Israel, politique intérieure"  :diable: :mdr1:

Mais je m'égare vu que ce n'est pas le sujet de ce fil....  :] :p

Revenons à notre situation intérieure aux USA :

Citer
USA: la dette publique bondit brusquement au-dessus de 100% du PIB

WASHINGTON - Le Trésor des Etats-Unis a indiqué mercredi avoir fait passer la dette publique au-delà du seuil de 100% du produit intérieur brut dès le relèvement mardi par le Congrès du plafond de la dette.

Selon le point quotidien sur les finances publiques publié par le ministère, la dette de l'Etat fédéral à la date de mardi a grimpé de plus de 238 milliards de dollars en une journée, pour atteindre 14.580,7 milliards de dollars et dépasser le PIB de 2010 (14.526,5 milliards).

Selon la dernière estimation du gouvernement, le PIB de 2011 est toutefois parti pour être supérieur à ce total: l'activité de la première économie mondiale au second trimestre a correspondu à un PIB en rythme annuel de 15.003,8 milliards de dollars.

Le Trésor avait atteint à la mi-mai le plafond légal de la dette publique, fixé jusqu'à mardi à 14.294 milliards de dollars.

Depuis cette date, il avait pris une série de mesures techniques pour se maintenir juste sous cette limite, en sortant notamment du total de la dette de l'Etat fédéral certains éléments qui doivent d'ordinaire y figurer. Ces éléments ont été réintégrés à la dette mardi.

Les chiffres publiés mercredi confirment ce que disait l'exécutif depuis plusieurs mois: au soir du 2 août, le Trésor aurait été pratiquement à sec de liquidités s'il avait dû continuer avec le même plafond de la dette.

La dernière fois que la dette publique brute des Etats-Unis a été supérieure à son PIB, c'était en 1947, dans l'immédiat après-guerre. Ce ratio avait décru jusqu'à 32,5% en 1981.


(©AFP / 03 août 2011 23h49)


Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 04 septembre 2011 à 03:39:31
 New York Times

Les années Sarkozy n'ont pas été celles des plus tranquilles pour la France. Les vents financiers et politiques depuis 2007 ont également été tumultueux, avec les marchés mondiaux  qui s'éffondrent, la crise de la dette européenne, les liens avec l'Allemagne qui s'éffrittent, la réponse musculaire a des rébellions, en Libye et en Côte-d'Ivoire. Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet.

mais de quoi ce mellent'ils ces paumés qui financent la rébelion libyene? Ne parlons pas de leur défficit :fache1:

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 04 septembre 2011 à 09:49:57
Citer
Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet

Il n'empêche que cela fait toujours plaisir de lire ça en sachant que cela a été publié dans le NYT !!!! Le mot singeries me parait excellement trouvé s'agissant de l'agité per.... polymorphe  (sûrement qualifié par sa cour de  "notre hongrois national"  ;-) )
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 04 septembre 2011 à 09:55:22
(http://nsm05.casimages.com/img/2011/09/04//mini_1109041202041095578689400.jpg) (http://www.casimages.com/img.php?i=1109041202041095578689400.jpg)Ce n'est pas notre Roumain National qui dira le contraire...
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 04 septembre 2011 à 20:33:07
New York Times

Les années Sarkozy n'ont pas été celles des plus tranquilles pour la France. Les vents financiers et politiques depuis 2007 ont également été tumultueux, avec les marchés mondiaux  qui s'éffondrent, la crise de la dette européenne, les liens avec l'Allemagne qui s'éffrittent, la réponse musculaire a des rébellions, en Libye et en Côte-d'Ivoire. Les Français, en n'ont assez, sont blasés et sont fatigués par les faiblesses, sinon des singeries, de M. Sarkozy et son cabinet.



L’œil du NY Times est acerbe, mais foncièrement juste.


mais de quoi ce mellent'ils ces paumés qui financent la rébelion libyene? Ne parlons pas de leur défficit :fache1:



Mais de quoi se mêlent-ils ces américains, avec leurs deux guerres-bourbiers, leur dette visible de l'espace, et leur système politique paralysé :mrgreen: .

(http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/0006.gif)

(http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/0062.gif)


Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 12 octobre 2011 à 15:12:12
un bon graphe en rapport avec la politique extérieur des US :

Les dépenses de santé et de guerre des USA face au nombre de morts. Ça donne à réfléchir :

(http://i.imgur.com/38He6.jpg)

P.S. : désolé les modos pas le temps de redimensionner l'image  :désolé1:

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 12 octobre 2011 à 22:13:35
Si je comprend bien il vaut mieux vivre dans un pays ou il y a quelques terroristes. :|
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 13 octobre 2011 à 09:23:57
L'image n'a pas besoin d'être redimensionnée, à mon sens. Elle "parle".  :super: En même temps, l'économie américaine repose sur la guerre. La preuve en est faite ?
Quelqu'un a le mail du congrès américain ?  :diable: :diable:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 15 octobre 2011 à 20:07:57
NYT
Citer

ROME - Dans des dizaines de villes autour du monde ce samedi, des gens sont descendus dans les rues, portant des pancartes et scandant des slogans dans le cadre d'une journée prévue de protestations contre le systeme financier -



http://www.nytimes.com/ (http://www.nytimes.com/)

 Sauf en France? Vous etes occupés a élire un(e) chef Fort en geule, mais pas en acts. Ca doit etres ca que l'on appelle la douce France.  :imwith:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 15 octobre 2011 à 21:08:26
(http://www.lesgrandesoreilles.com/wp-content/uploads/2011/04/StephaneHessel-150x150.jpg)
C'était quand même Stephan Hessel qui a eu l'idée !
Non, mais !
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 15 octobre 2011 à 21:39:39
en france les médias parlent de manif anti nucléaire.... :nonon:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 15 octobre 2011 à 22:51:39
@Val

Peut-être ces adresses...
téléphone, fax, email, site web des 540 membres du Congrès (http://www.contactingthecongress.org/)
et ICI (http://www.conservativeusa.org/mega-cong.htm)

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 16 octobre 2011 à 09:10:27
Merciiii. Je vais réfléchir à un gentil mail.  :mrgreen: en me protégeant, sinon je pense que je vais "disparaître" ou "me suicider" ou je ne sais pas quoi.  :diable:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 30 novembre 2011 à 11:43:48
Il y a trop longtemps que nous n'avons pas jeté un oeil sur ce qui se passe au quotidien dans la vie des américains ...... Et pourtant ! Il y a visiblement de quoi voir et de quoi réfléchir ....
Une petite séquence d'envoyé spécial sur
 l'Amérique en faillite  (http://envoye-special.france2.fr/les-reportages-en-video/carnet-de-route-lamerique-en-faillite-24-novembre-2011-4004.html)
 ...... à regarder rapidement car je ne sais pas si elle sera accessible ailleurs au-delà des 7j habituels de streaming !!!!
ça fait froid dans le dos ..... car ce n'est même pas catastrophiste  8| :/ :(
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 30 novembre 2011 à 17:19:08
J'ai vu. Effrayant, en effet. Dans les Etats profonds, les gens préfèrent se suicider plutôt que se révolter. Heureusement que les Indignés relèvent le niveau!  :triste1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 30 novembre 2011 à 17:30:57
Citer
Le plan A ne marche pas... le plan Z non plus
Bill Bonner
La Chronique Agora

? On peut voir les choses de plusieurs manières différentes.

Quand la crise a commencé en 2007, les gens pensaient que nous étions partis pour une petite période de recul. Ils ne pouvaient envisager de changements fondamentaux. Pour autant qu'ils pouvaient en juger, l'économie se développait depuis près de 30 ans avec uniquement des périodes de ralentissement mineur. Et les cinq dernières années ont vu le plus grand boom de l'immobilier de l'histoire aux Etats-Unis.

Qui pouvait douter que le modèle américain du "achetez maintenant, payez plus tard" était la meilleure forme de capitalisme jamais créée ? Quant au système politique américain, n'était-il pas le joyau de la création ?

Les riches devenaient fabuleusement plus riches. Mais qui s'en souciait ? Tout le monde devenait plus riche. Tout le monde achetait des maisons de plus en plus grandes, et de plus en plus de choses. La vie n'aurait pas pu aller mieux.

Puis, en 2008, quand Lehman Bros. a fait faillite, il est devenu évident que quelque chose n'allait pas. Les gens ont commencé à faire allusion à une "crise de liquidités". Tout était fondamentalement solide, ont dit les autorités. Un simple problème de trésorerie causé par les excès de dette subprime, pensait-on.

"Allez, circulez, il n'y a rien à voir", ont dit les dirigeants. "Tout est sous contrôle".

Ensuite, les autorités sont arrivées avec le Plan A : elles résoudraient la crise de liquidité en injectant du cash -- pour 5 000 milliards de dollars environ. La plus grande intervention de l'histoire. Si ce n'avait été qu'un problème de liquidité, ça aurait marché. Sauf que ce n'était pas le cas.

Le cash a tout de même fait effet. Le marché boursier a commencé à remonter. Le prix du pétrole et les matières a lui aussi grimpé, ce qui a empiré les choses. En effet le coût de la vie des ménages s'en est trouvé augmenté... sans que leurs revenus suivent.

Le chômage a empiré. Les prix de l'immobilier US ont continué à baisser. Les experts ont commencé à faire allusion à la "Grande Récession" et à spéculer sur le temps qu'il faudrait avant qu'arrive une reprise pleine et entière.

Les autorités ont ensuite inventé le Plan B -- des taux d'intérêt ultra-bas et des mesures de relance fiscales et budgétaires.

Sauf que ce n'était pas non plus une récession. Pas même une Grande Récession. On peut remédier à une récession en baissant le prix du crédit. Des accords qui ne fonctionnaient pas à des taux plus élevés deviennent attractifs. L'argent coule à flots. Les affaires reprennent. L'économie se réveille.

Mais tout ça n'arrivait pas. Peu à peu, les experts, les commentateurs et les citoyens moyens ont commencé à réaliser qu'il se passe autre chose. Nous sommes dans une période de désendettement. Le problème avec le crédit, ce n'est pas son prix. La Fed prête de l'argent à taux zéro depuis plus de deux ans. Mais ni les entreprises ni les individus ne semblent d'humeur à ça. Seul le gouvernement emprunte et dépense.

C'est alors que la Fed a trouvé le Plan C -- l'assouplissement quantitatif. Si les gens ne veulent pas emprunter et dépenser, a raisonné la Fed, nous ne pourrons injecter de l'argent dans le système par le biais des banques. Nous allons donc essayer autre chose.

Nous allons imprimer de l'argent et l'utiliser pour acheter la dette gouvernementale américaine. Dans les faits, nous allons permettre au gouvernement fédéral de dépenser de l'argent sans augmenter les impôts ni emprunter au public. Cela augmentera la quantité d'argent dans le système. Ce sera comme une mesure de relance furtive... et les politiciens n'ont pas besoin de voter pour l'approuver.

Mais le Plan C n'a pas mieux fonctionné. Au lieu de baisser comme ils étaient censés le faire, les rendements obligataires US ont grimpé...

Pendant ce temps, en Europe, on parcourt le même alphabet. Ce sont les mêmes problèmes -- en pire. La Banque centrale est moins pressée d'aider, de sorte que même les gouvernements sont à sec. Les prêteurs s'inquiètent de ne jamais revoir leur argent. L'un après l'autre, les pays de la périphérie se sont retrouvés à court de crédit. A présent, les pays du centre luttent aussi. La semaine dernière, même l'Allemagne a eu du mal à vendre sa dette.

Le Plan A pour sauver l'Europe n'a pas fonctionné. Le Plan B non plus. Pas plus que le Plan C. L'Europe se trouve désormais à court de lettres... de temps... et d'argent.

? Alors que se passe-t-il ? Comment mieux comprendre les événements ?

Nous sommes dans une Grande Correction -- une période durant laquelle les erreurs seront corrigées. Quelles erreurs ?

Oh... nous redoutions cette question.

C'est précisément ce que nous ne savons pas. Il semble évident qu'elle corrige les excès de dette accumulés ces 50 dernières années. Aux Etats-Unis, le secteur privé a probablement deux fois autant de dette qu'il "devrait" en avoir. Les gens doivent arrêter de dépenser... se mettre à épargner... et se désendetter. Cela prendra du temps -- environ 10 années de plus, selon nos calculs.

Mais il n'y a pas que ça. Il y a également l'accumulation de zombies, financée elle aussi par la dette. Autrement dit, la dette n'est pas la seule à devoir être purgée... Des emplois, des entreprises, des actifs et des secteurs entiers doivent être corrigés. La finance bon marché... et tout ce qui va avec... ont poussé les gens à dépenser plus qu'ils pouvaient se le permettre.

Ils ont contraint l'économie à évoluer dans une direction qui n'a pas beaucoup de sens. Combien de personnes faut-il pour installer des équipements de cuisine ? Combien d'électriciens ? Combien de prêteurs subprime ?

Combien de guerres à l'étranger pourriez-vous vous permettre si vous deviez vraiment les payer ? Combien de soins de santé ? Combien de retraites ?

Les gens de la classe moyenne peuvent-ils se permettre de vivre dans de grandes maisons à 60 km de leur domicile ? Peut-on vraiment se permettre de cultiver une salade au Maroc pour la consommer à Paris ? Quand le baril de pétrole était à 50 $, peut-être... mais à 100 $ ?

La correction pourrait cibler bien plus que les erreurs économiques des 10 dernières années. Le niveau de vie des Occidentaux est trop élevé. Il doit être corrigé à la baisse.

? Quant aux riches... ne sont-ils pas mûrs pour une correction, eux aussi ? Ne sont-ils pas bien placés pour une double volée de bois vert ?

La première les atteindra lorsque leurs actifs baisseront. Les riches n'auraient pas ce problème de relations publiques si les autorités nous avaient écouté. Les riches possèdent des actions et autres actifs financier. Et les autorités ont mis fin au krach bancaire/boursier qui leur aurait un peu rabattu le caquet.

Mais les autorités ne peuvent éternellement maintenir les prix des actifs au plus haut. Lorsque le marché baissier aura pris fin, les riches ne seront pas moitié aussi riches qu'ils le sont aujourd'hui.

La deuxième vague viendra des autorités... ou de la foule. Les riches subiront de gigantesques hausses d'impôts. Ce sera le Plan Z... prendre directement l'argent des riches pour financer les programmes de subvention des gouvernements.

Les riches vont pleurer et grincer des dents... mais ils pourront se considérer chanceux s'ils s'en sortent vivants.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 30 novembre 2011 à 21:05:59
 8| :| 8| 8|
Oh njudédiou ...... Gnnnéééé ????? 8| :|
Mais c'est un texte de révolutionnaires d'extrême extrême gôôôccchhhhh ça  ::d ::d
Comment ????  :]
Chronique agora, vous avez dit ?  :gehe:
Un des sites suivis par ceux qui ont des actions en bourses ou pour le moins de l'argent à investir ?  :aille: :grrr:
 :mdr1: :mdr1: :mdr1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Lady Marwina le 01 décembre 2011 à 11:20:38
Citer
Nous sommes dans une Grande Correction -- une période durant laquelle les erreurs seront corrigées. Quelles erreurs ?
Oh... nous redoutions cette question.
C'est précisément ce que nous ne savons pas.
La preuve que ce n'est pas un brulot de gauche: la gauche sait depuis longtemps quel est le problème puisqu'elle le dénonce depuis des lustres, des lustres, des lustres.
"partage du temps de travail, partage des richesses" ... En premier lieu, tout simplement. Et le reste à l'avenant.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 17 décembre 2011 à 15:13:29
Faim et pauvreté extrême aux USA (http://guerre.libreinfo.org/controle-populations/divers/479-faim-pauvrete-usa.html)

Un article qui fait froid dans le dos ...... et que vous pouvez compléter en visionnant la video "village des bois aux USA" qui est incluse dans cet article-ci (http://guerre.libreinfo.org/controle-populations/divers/821-pays-riches-pauvrete-extreme.html)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 18 décembre 2011 à 17:02:07
Pendant ce temps, aux US toujours, Newt Gingrich creuse son sillon  :( .

Newt Gingrich électrise les républicains américains (http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2011/12/12/newt-gingrich-electrise-les-republicains-americains_1617417_829254.html)

Newt Gingrich, enfin un vrai méchant (http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/11/30/newt-enfin-un-vrai-mechant_1611200_3222.html)

Newt Gingrich nouvelle coqueluche des électeurs républicains (http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/11/22/newt-gingrich-nouvelle-coqueluche-des-electeurs-republicains_1607420_3222.html)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 18 décembre 2011 à 19:06:09
Tout comme M. Romney, un ancien Mormon, le Newt n'est pas clair avec la religion.
De lutheran il est passé baptiste, pour finir catholique, comme sa dernière femme Callista.
Un de ses projets est d'établir les colonies de mineurs sur la lune.

(http://2.bp.blogspot.com/-O_YI-vclXqg/Tcrov2_1nTI/AAAAAAAAGNo/LUa74BMpxk0/s1600/callista66.jpg)
L'inquiétante Mme Triton.

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 23 décembre 2011 à 10:32:33
ça doit être ça le "rêve américain" libéral et fasciste de $arkozy (article en anglais) :

USA : un américain sur deux est pauvre ou ne dispose que de bas revenus (http://hosted.ap.org/dynamic/stories/U/US_LOW_INCOME_AMERICA?SITE=AP&SECTION=HOME&TEMPLATE=DEFAULT)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 30 décembre 2011 à 01:13:32
pour qui les jolies colonies de vacances en 'camp résidentiel' autasunies ????

http://www.dailymotion.com/video/xnbk8f_les-camps-de-detention-de-la-fema-officialises_news?start=1#from=embed (http://www.dailymotion.com/video/xnbk8f_les-camps-de-detention-de-la-fema-officialises_news?start=1#from=embed)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 30 décembre 2011 à 01:23:38
elle est pas belle la vie en Amérique ????!!!!


http://www.rtl.be/info/monde/international/846630/une-loterie-pour-gagnera-un-traitement-vital (http://www.rtl.be/info/monde/international/846630/une-loterie-pour-gagnera-un-traitement-vital)

 :berk2:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 03 janvier 2012 à 13:33:01
le rêve de tous les dictateurs présidents américains :

Citer
Obama a signé la « Defense Authorization Bill » ([url]http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2012/01/02/16/15/56-obama-a-signe-la-defense-authorization-bill-[/url])



?_?

Finalement, cette simple signature est un acte pire que ce que Bush a pu faire.

([url]http://sebsauvage.net/rhaa/images/201201/rha_20120102_obama.jpg[/url])

Késako ?

Cette loi permet aux USA de faite sauter l'un des fondements de la démocratie, l'Habeas Corpus ([url]https://fr.wikipedia.org/wiki/Habeas_corpus[/url]), c'est à dire le droit pour chacun à un procès équitable. Par cette loi, les USA se réservent le droit d'enlever n'importe qui (citoyen américain ou étranger), n'importe où (sur le sol des USA et ailleurs) et de le détenir indéfiniment, sans qu'il soit informé de ce qu'on lui reproche, sans droit à se défendre, sans accès à la justice, sans droit à un procès.

En gros, une extension de ce qui a été fait à Guantanamo Bay, alors même qu'il avait promis l'abolition de ces horreurs ([url]http://en.wikipedia.org/wiki/Abu_Ghraib_torture_and_prisoner_abuse[/url]). Il faut croire que nous avons déjà oublié les images insoutenables de ces prisons. Même la simple recherche de "Guantanamo" dans Google Images ne montre plus que des images "soft", comme si les prisonniers mutilés, torturés, humiliés et tous ces cadavres n'étaient qu'un mauvais rêve ([url]http://boingboing.net/2011/12/14/memoir-of-a-child-kidnapped-to.html[/url]).

Comment peut-on, en tant que président noir, à la tête d'une nation dont la création a été motivée par la fuite de l'oppression, une nation qui a vu naître et mourir Martin Luther King, signer une telle horreur ? Rendez-nous Clinton !

Allez, un peu de musique ([url]http://www.youtube.com/watch?v=FEypM_BRe5Y[/url]) pour adoucir tout ça ? L'année commence mal.


EDIT: Maître Eolas (que je respecte beaucoup) signale sur ton twitter que le gouvernement a déjà ce pouvoir et que Obama ne fait que l'entériner. Tout ceci serait une manœuvre du Congrès en vue des élections. En effet, il me semble avoir dit en 2007 ([url]http://sebsauvage.net/rhaa/index.php?2007/12/03/09/34/03-king-of-zeu-oueurld[/url]) que le gouvernement américain s'était déjà attribué ce pouvoir d'enlèvement et détention.

Je me suis peut-être un peu emporté. Peut-être. Mais Obama a bien signé, non ? Il a bien entériné le tout ? Certes c'est une loi de finance de l'armée, mais il est regrettable qu'elle embarque l'attirail légale qui permette de continuer les abominations passées. Dans sa déclaration ([url]http://www.whitehouse.gov/the-press-office/2011/12/31/statement-president-hr-1540[/url]) accompagnant la signature, il dit qu'il fera ce qu'il faut pour que son administration limite au maximum ces emprisonnements. Oui mais:

   
Citer
Against that record of success, some in Congress continue to insist upon restricting the options available to our counterterrorism professionals and interfering with the very operations that have kept us safe. My Administration has consistently opposed such measures.


Il dit que le Congrès continue à insister pour réduire les pouvoirs des sections antiterroristes, et que son administration s'y est constamment opposée. Je dois être rassuré ?

   
Citer
First, under section 1021(d), the bill does not "limit or expand the authority of the President or the scope of the Authorization for Use of Military Force."


Il dit donc lui-même que cette loi ne change rien. Tout va bien, les USA peuvent donc continuer à enlever n'importe qui... tant que ce n'est pas sur le territoire des USA ([url]http://www.boingboing.net/2007/12/02/us-govt-to-british-c.html[/url]). Comme la loi votée en 2006 ([url]http://www.nytimes.com/2006/09/28/opinion/28thu1.html[/url]) (Cette loi a-t-elle été amendée ?). Et Obama a entériné ce non-changement par sa signature. Que diriez-vous si le gouvernement Chinois déclamait à la face du monde qu'ils se réservait le droit d'enlever n'importe qui dans le monde qu'ils considèrent contrevenir aux lois Chinoise ? Je dois être rassuré ?

   
Citer
Moreover, I want to clarify that my Administration will not authorize the indefinite military detention without trial of American citizens.


Ah... on est rassurés. Pas de détention illimitée sans procès pour les citoyens Américains. Et pour les autres ? Car malgré ses déclarations qui se veulent rassurantes, Guantanomo est toujours ouvert ([url]http://www.amnesty.org/en/for-media/press-releases/advisory-guant-namo-ten-years-still-open-still-violating-human-rights-2011[/url]), et à la mi-décembre des prisonniers y étaient encore, sans accès à la justice. La fermeture du centre est prévue pour le 22 janvier.

Je ne sais pas... son discours rassurant ne me rassure pas vraiment. Voir aussi cette analyse ([url]http://www.salon.com/2011/12/16/three_myths_about_the_detention_bill/singleton/[/url]).
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 04 janvier 2012 à 09:30:46
trop forts ces ricains !!! :|

http://www.conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/01/des-lumieres-de-rue-utilisees-pour.html (http://www.conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/01/des-lumieres-de-rue-utilisees-pour.html)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 07 janvier 2012 à 09:36:54
Nous étions plusieurs sur ce forum à vouloir attendre de voir ce qu'Obama ferait avant de l'acclamer. Eh bien, je crois que nous avons vu. Concernant les libertés civiles, on voit qu'Obama s'est finalement révélé pire que Bush. Heureuse d'être allée aux USA quand j'étais jeune, car je ne crois pas que j'y retournerai, sauf obligation professionnelle.  :merci:

Inutile de dire que cette loi est totalement inadmissible, même si dans les faits ils en avaient déjà le pouvoir. C'est totalement HONTEUX.  :fache: :fache: :fache: :fache:

C'est tellement plus facile quand on a un arsenal qui peut faire sauter 10 planètes...  :rougefache: :rougefache: :rougefache:

Les dirigeants des USA m'exaspèrent.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 08 janvier 2012 à 21:03:49
En ce qui me concerne, je suis tout de même très content de Barack Obama, qui a le mérite d'avoir tenté de réformer son pays, après 8 ans de gouvernance de l'administration de GW Bush, laquelle a considérablement aggravé l'ensemble des maux dont souffraient déjà les USA (i.e : inégalités importantes & allant croissant, pauvreté gallopante, coût exorbitant du système de santé et de l'Education  -notamment supérieure, politique extérieure impérialiste et belliciste, etc.).

Toutefois, il est vrai qu'il a agi beaucoup trop par compromis, et aussi qu'il est revenu sur bon nombre de ses engagements (e.g : fermer la prison de Guantanamo, appuyer la création d'un Etat palestinien, etc.), en large partie il du fait de la campagne électorale qui a débuté.

Mais au final, je dois dire que je partage ton avis ma chère Val, à savoir que les dirigeants américains finissent par me donner une sorte de nausée, avec leur centrisme sur leur pays au détriment du reste du monde, et leur attitude constamment arrogante et donneuse de leçons ; combinée à une bonne dose d’hypocrisie quand on voit la façon dont fonctionne leur pays.

Le fait que près de 100 millions d'américains soient précarisés finira peut-être par influer la balance politique, mais j'ai peur que cela profite essentiellement à l'aile droite de l'échiquier politique.

Désespérant.

 :triste1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 09 janvier 2012 à 09:54:04
L'ennui, c'est que dans son ensemble, le peuple américain est d'une part l'un des moins informés et cultivé de la planète (je dis bien dans son ensemble), de l'autre je ne sais pas comment ils font, mais apparemment il semblerait qu'on leur inculque dès le berceau un sentiment de supériorité sur tous les autres peuples qui est assez terrifiant.
C'est assez édifiant de voir comment par exemple ils considèrent les morts "américaines" versus "d'autres morts".

Et l'autre chose qui me terrifie, c'est que le peuple français paraît également de plus en plus parti pour rejoindre le record du "moins informé moins cultivé".

Ce me fait peur, mais d'une force... (depuis que j'ai rencontré une fille de 25 ans qui n'a aucune idée de qui est Pink Floyd, je suis désespérée... :gene: :gene:)
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 09 janvier 2012 à 20:37:13
L'ennui, c'est que dans son ensemble, le peuple américain est d'une part l'un des moins informés et cultivé de la planète (je dis bien dans son ensemble),

Vrai.

Je l'ai constaté à pas mal de reprises, en discutant avec des américaines en France et aux US, étudiantes.

Elles étaient impressionnées de voir ce que je savais sur leur pays, c'est à dire bien davantage qu'elles  :gene:  .

J'ai toutefois eu de bonnes surprises aussi, notamment en discutant de politique avec des chauffeurs de taxi : certains étaient vraiment très calés, et suivaient aussi de près l'actualité politique ; avec une analyse très lucide.

Ce qui est d'ailleurs est sidérant, car au final les plus cultivés n'étaient pas ceux que l'on aurait pu croire.


de l'autre je ne sais pas comment ils font, mais apparemment il semblerait qu'on leur inculque dès le berceau un sentiment de supériorité sur tous les autres peuples qui est assez terrifiant.

Vrai là encore, ils sont éduqués dès leur plus tendre enfance à l'idée que leur pays est "élu", et qu'il est le meilleur pays au monde, et qu'ils ont une chance pas possible d'y être nés ...


Et l'autre chose qui me terrifie, c'est que le peuple français paraît également de plus en plus parti pour rejoindre le record du "moins informé moins cultivé". 


Je te le confirme, ça se vérifie tous les jours, notamment parmi certains de mes clients.

C'est affolant, et quand tu penses que ce qui nous sert de gouvernement ne fait que saccager un peu plus le système éducatif.

Ce me fait peur, mais d'une force... (depuis que j'ai rencontré une fille de 25 ans qui n'a aucune idée de qui est Pink Floyd, je suis désespérée... :gene: :gene:)

Lol  :hehe:

Mais sinon, oui c'est assez flippant.

 :triste1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 09 janvier 2012 à 21:13:26
Re Pink Floyd, à l'époque 99% des Français étaient persuadés que ça voulait dire "Flamand Rose," va savoir pourquoi.
Il y avait "Joe Cooker" aussi !
De nos jours on essaie de frimer en parlant de la "Grosse Pomme," (=the fat apple ?)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 04 février 2012 à 10:24:08
@Nico2 : merci de me confirmer dans ma terreur.  :diable:
Nous pouvons lutter contre ça, au moins en France. En partageant les informations, en disant ce qu'on sait, en expliquant comment on l'a appris.
les américains aussi peuvent lutter. Mais il est vrai que l'ampleur du problème conjugué à l'ampleur du pays rend la chose difficile.  :merci: :merci:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 08 mars 2012 à 14:56:47
dans la série news déprimantes par SebSauvage :

Citer
Je râlais contre ça ([url]http://sebsauvage.net/rhaa/?2012/01/02/16/15/56-obama-a-signe-la-defense-authorization-bill[/url]), mais c'est rien à côté de ça ([url]http://lci.tf1.fr/monde/amerique/pour-lutter-contre-al-qaida-les-etats-unis-peuvent-eliminer-leurs-7039340.html[/url]): «Pour la première fois de manière officielle, le ministre américain de la Justice a justifié lundi l'élimination de citoyens américains dans le cadre de la guerre contre le terrorisme.»
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 08 mars 2012 à 16:07:18
Citer
l'utilisation de la force par le gouvernement américain comme moyen d'auto-défense face à un responsable d'Al-Qaïda ou une organisation affiliée qui représenterait une menace imminente d'attaque violente
Menaces sous la foi des services de renseignements (FBI, CIA, NSA...) dont on connaît l'honnêteté et l'absolue fiabilité. Il suffit, pour s'en convaincre, de se reporter dix ans en arrière... l'attaque contre l’Afghanistan avant d'avoir rassemblé les preuves suffisantes, l'invasion de l'Irak justifiée par des preuves fabriquées de toutes pièces...
On assassine, puis on forge les faisceaux d'indices "irréfutables..." nécessaires...
Et, au besoin, on arrête quelques suspects, que l'on fait parler sous la torture, qui est une méthode d'investigation autorisée aux USA pour les affaires de sûreté de l'Etat...
J'ai connu ça en Irak, du temps de Saddam Hussein.
Donc soit l'Irak était un pays démocratique, comme les USA, soit la notion de démocratie aux USA a pris quelques plombs dans l'aile...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: bug le 15 mars 2012 à 14:12:01
euh...

http://www.lefigaro.fr/argent/2012/01/18/05010-20120118ARTFIG00491-la-fortune-embarrassante-de-mitt-romney.php (http://www.lefigaro.fr/argent/2012/01/18/05010-20120118ARTFIG00491-la-fortune-embarrassante-de-mitt-romney.php)


[/url]http://youtu.be/_evS-T-c35M (http://youtu.be/_evS-T-c35M)[/url]

oula sarah pallin approuve ce message?
(http://www.inquisitr.com/wp-content/2011/12/newt-gingrich.jpg)
Njut? Nujt Gingrich?
http://youtu.be/uY3M-eNtNeI (http://youtu.be/uY3M-eNtNeI)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 19 mars 2012 à 16:02:04
c'est beau le progrès...

Citer
Tout voir, tout entendre : les espions en rêvaient, les USA l'ont presque fait ([url]http://www.rue89.com/2012/03/16/tout-voir-tout-entendre-les-espions-en-revaient-les-usa-lont-presque-fait-230286[/url])

Etat autoritaire ? 16/03/2012 à 19h17
Tout voir, tout entendre : les espions en rêvaient, les USA l'ont presque fait
Martin Untersinger | Rue89


Surveiller en temps réel l'intégralité des communications mondiales – Internet, téléphone, satellite –, même « cryptées », un rêve d'espion impossible ?

La NSA – l'agence américaine chargée du contre-espionnage, l'équivalent de notre DCRI – s'est lancée dans plusieurs projets qui vont lui permettre de réaliser ce rêve. C'est ce que révèle une longue enquête du magazine américain Wired, écrite par James Bamford, un des meilleurs spécialistes de la question.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TYGER le 20 mars 2012 à 08:16:56
Citer
À L’ÉCOUTE – Un gigantesque centre d’espionnage en construction dans le désert américain ([url]http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2012/03/16/centre-despionnage-desert-americain/[/url])

([url]http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/files/2012/03/Capturer4-530x306.jpg[/url])

Dans la petite ville de Bluffdale, au creux d'une vallée reculée de l'Utah, cœur du pays mormon américain, la National Security Agency (NSA) construit actuellement le plus grand centre de collecte et d'analyse de données des Etats-Unis, auquel le magazine Wired consacre sa couverture cette semaine.

Ce centre puissamment gardé devrait être opérationnel en septembre 2013. La NSA a consacré 2 milliards d'euros au chantier, qui doit permettre d'abriter quatre halls à serveurs de 2 300 mètres carrés chacun, plus 8 hectares de bâtiments destinés au support technique et à l'administration du site. L'ensemble sera complètement autosuffisant. Des réservoirs d'essence seront capable d'alimenter des générateurs de secours trois jours durant ; des installations de pompage d'eau pourront produire 6,4 millions de litres d'eau par jour, un système d'égouts et d'air conditionné aidera à maintenir ces serveurs à une température raisonnable. L’électricité sera fournie par une station autonome de 65 mégawatts, pour un coût total énergétique de 40 million de dollars par an (30 millions d'euros), selon une estimation publiée par Wired.

L'objectif de cette Babel du renseignement est de capter, décoder et analyser des données issues de communications classiques (courriels, conversations téléphoniques, recherches sur Google), de tous types de données personnelles (factures de parking, itinéraires de voyages, achats en librairies…) et de données issues du "Web profond", non directement accessible (informations financières, transactions boursières, accords commerciaux, communications militaires et diplomatiques étrangères, documents légaux, informations personnelles confidentielles…).

En 2005, le New York Times avait déjà révélé que la NSA s'était lancée sans mandat juridique dans un vaste programme d'écoute des communications sur le sol américain, depuis l'échec cuisant du 11 septembre. L'institution, créée comme un outil du ministère de la défense après le désastre de Pearl Harbor, avait entrepris une profonde refonte de son travail, dont ce centre est un aboutissement. "Même s'il y a peu de preuves que la NSA soit aujourd'hui plus efficace — après tout, malgré de nombreuses opportunités, elle a raté la tentative d'attaque du "terroriste en caleçon" en vol pour Détroit en 2009, et l'attentat à la voiture piégée de Times Square en 2010 — il n'y a pas de doute sur le fait qu'elle est devenue l'agence de renseignement la plus vaste, la plus secrète et potentiellement intrusive jamais créée," écrit Wired.

Le centre de données de l'Utah puise ses sources en se branchant directement sur les "prises" des compagnies de télécommunications (un système déjà exposé par le New York Times en 2005) en surveillant les stations terrestres du réseau AT&T, de gigantesques paraboles qui gèrent les communications entre Etats-Unis, l'Europe, le Moyen-Orient, l'Asie et la zone Pacifique.

Pour décoder les données protégées ainsi collecter, la NSA travaille avec un superordinateur, situé dans le "bâtiment 5 300" du centre de Bluffdale, appelé sobrement "Zone de recherche multiprogrammes". Des responsables de la NSA ayant participé à la création du site déclarent à Wired que l'équipe en charge du décryptage a récemment réussi "une percée" technologique, mais qu'elle a besoin de plus de capacité de traitement pour la mettre en action. C'est dans l'Utah qu'elle prévoit de le faire.

La NSA souhaiterait mettre en route un ordinateur capable de coordonner la collecte, la lecture et le classement de ces milliards de données à travers le monde d'ici 2018. Selon l'un des responsables anonymes cités par Wired : "Tout le monde est une cible ; toute personne qui communique est une cible."
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: bug le 27 mars 2012 à 02:05:42
Dans la petite ville de Bluffdale, au creux d'une vallée reculée de l'Utah, cœur du pays mormon américain, la National Security Agency (NSA) construit actuellement le plus grand centre de collecte et d'analyse de données des Etats-Unis.

L'ensemble sera complètement autosuffisant.

L'objectif de cette Babel du renseignement est de capter, décoder et analyser des données issues de communications classiques (courriels, conversations téléphoniques, recherches sur Google), de tous types de données personnelles (factures de parking, itinéraires de voyages, achats en librairies…) et de données issues du "Web profond", non directement accessible (informations financières, transactions boursières, accords commerciaux, communications militaires et diplomatiques étrangères, documents légaux, informations personnelles confidentielles…)


Ils apprendront peut être que knight capital group est une société écran de skynet qui prévoit de priver la financer de tout facteur humain afin d'automatiser les profits qu'ils sont programmé pour ça et qu'ils ne peuvent rien faire d'autre. Et le premier qui veut pas obéir à la machine on lui envoie gouvernator dans le passé.

mais c'est un décors pour le prochain James Bond, le vilain président fantoche des états-unis à décidé sous des costumes grotesques de républicain vaguement crédible de ruiner l'Europe en commençant par la City, et pour sauver l'Angleterre d'un crise économique dont elle ne se relèverait pas, 007 va une fois de plus faire tout péter.

c'est pas encore devant ma porte tout ça. Moi, je lis le journal, j'ai pas besoin de chercher plus loin.
http://www.huffingtonpost.com/2011/09/15/mitt-romney-dick-cheney-vice-president_n_964644.html (http://www.huffingtonpost.com/2011/09/15/mitt-romney-dick-cheney-vice-president_n_964644.html)
c'est largement assez suffisant pour me pousser vers l'amitriptyline ou la venlafaxine.
Et après même si je peux travailler à des tâches toutes plus écœurantes les unes que les autres, je n'suis pu en état d'avoir une conscience sur quoique ce soit. le genre de rêve qui te fait exploser si tu cherche à te réveiller. 
Je ne me plains pas dans mon pays on ne fabrique pas de mines claymore en forme d'ours en peluche. Et les agents Smith d'ici sont plutôt des bons buveurs bien sympathiques.
Mais ils font quoi dans leur truc de NASe exactement? ils cherchent dieu? parce que c'est pas comme ça qu'on fait. Dieu n'a jamais eut besoin d'argent et c'est pas aujourd'hui qu'il va s'y mettre.
t'façon j'ai toujours été plus Paul que Jean. Paul au moins il a passé sa vie a faire le pitre à se demander s'il été touché par son appendice nouillesque. 

Les chats sont des pirates et tous les humains sont d'la vermine pour la planète. Il va leur falloir une clinique vétérinaire.

Après ils ont ptetre fondamentalement des desseins des derniers jours, j'espère qu'ils ont prévu un centre d'IVG en cas d'inceste, parce que autogérer une utopie c'est bien, il en faudrait plus mais y suffirait qu'un Jeffs y mette les pieds pour que les pères soient les grand-pères et couvrent leurs sœurs de leurs cousines.
pas très bandant tout ça. Alors, qu'a Saint-Domingue, on zouke, on cachète à la cire naturelle et aux petits inkan japonais trempés dans le sépia fabriqué au Brésil et on livre en scooter sur des ptits réseaux pas déclarés. un ptit rhum sous l'coude et c'est parti.     
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 29 mars 2012 à 11:15:35
ahurissant !!!! mais ils ont vraiment des trous d'air dans le cigare les tasuniens !!! :fache1:

http://www.lefigaro.fr/international/2012/03/28/01003-20120328ARTFIG00531-new-york-bannit-de-l-ecole-les-mots-politiquement-incorrects.php (http://www.lefigaro.fr/international/2012/03/28/01003-20120328ARTFIG00531-new-york-bannit-de-l-ecole-les-mots-politiquement-incorrects.php)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 29 mars 2012 à 17:45:33
L'actualité du côté des USA est toujours aussi réjouissante  :mrgreen: .

Je me permets d'en rajouter une petite couche, avec un article portant sur le passage de la réforme d'Obama portant sur le système de santé US, devant la Cour Suprême des US.

Ultime audience sur la réforme US de la santé à la Cour suprême (http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120329.REU2925/ultime-audience-sur-la-reforme-us-de-la-sante-a-la-cour-supreme.html)

La Cour doit rendre sa décision fin juin.

Le suspens va donc être insoutenable pour les millions d'américains dont le sort pourra basculer à l'aune de cette décision.  :(
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 29 mars 2012 à 18:57:59
J'espère que sur ce sujet The Twit voudra bien nous faire partager ses commentaires  :fleur2:
Car si nous sommes parfois, souvent ? , en désaccord, rien ne vaut des explications venues de personnes détentrices de vraies compétences (ou témoignages) dans le domaine concerné  :frime: :frime:

C'est d'ailleurs en cela que ce fofo est incroyablement meilleur   que tous les autres que je connaisse  :] :frime1: meuh non je suis pas chauvine !!!
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 23 mai 2012 à 19:33:46
Obama en campagne met le paquet :

Les Etats-Unis "plus forts, plus en sécurité et plus respectés", selon Obama (http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120523.AFP7087/les-etats-unis-plus-forts-plus-en-securite-et-plus-respectes-selon-obama.html).

Le camp d'en face use de l'artillerie lourde également :

Le nouveau spot anti-Obama à 25 millions de dollars (http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120523.AFP7087/les-etats-unis-plus-forts-plus-en-securite-et-plus-respectes-selon-obama.html)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 24 mai 2012 à 04:06:38
Ma societé etait un organisme  de logistique d'organisation du travai l
En ce qui conserne l'assurance maladie, mon plus grand succet (en toute modestie)  l'a été au Canada, réputée pour sa simplicité,et qui n'a jamais été remis en cause. C'est pour ca que le gouvernement américain m'avait consulté. Le principe est simple une carte plastique renferment tout le dossier d'un citoyen. Clic Clac et le medecin soigiant avait tout les renseignements. ce qui en faisait faire des économies sur les dossiers qu'il fallait remplir a la mains,, Cette methode est encore en fonction malgres ses 40 ans. Les canadiens non plus a payer pour une consultation chez leur  médecin.
Ces pour chaques province le plus haut nivaux de dépense apres l'instruction.
J'ai il y a 4 ans organisé cette methode au Us a la demande de Obama, qui fut un ardent déffenseur de l'assurance maladie. Par contre le traitement des donnés, estait confier a des mutuelles. Le gouvernement n'ayant pas le droit de gerer ce genre de travail. Seulement voila, chaque Etats peu ou ne pas accepter "ce contrat" Ce qui fait que dans les États conservateurs ils refusent que l'état paye. Et l'administration central ne peu pas réagir. Bien sur Obama n'a pas créé cette assurance par souci mais plutot par oportunisme,  électoral ( c'est l'impretion que j'ai eu a l'époque ) Alors qu'au Camada toutes les provinces quelles soit de droite ou de gauche sont obligé d'aderer a ce plan. Ainsi que le médicaments sont facturés a 50% de prix réel et a 15 % pour les personnes agés, voir meme gratuits pour les assistés sociaux ( c'est derniers revendent leurs médicaments a d'autres qui n'ont pas de gratuité. Évidement les médecins sont parfaitement au courant de ce probleme. D'ou mon intervention a ne donner que la quatité exact pour un mois. Quand le besoin est réél il vas sans dire. Mais ils encaissent une consultation de $45 de l'État. Les Canadiens n'ont aucun frais de consultation a payer, que ce soit en clinique ou autres.
Dans un autre ordre d'idée, le seule pays au monde  ou dans un cas d'accident de voiture aucun n'a de responsabilité`,  appeler  le"NO FAULT" c'est l'état qui paye en cas d'accident corporelle ou de deced. Par contre il faut payer annuellement le n0 de la plaque tous les ans. j'avais aussi sugeré et qu'il etait inutil d'avoir un plaque a l'avant de la voiture ,ca ne sert a rien, un policier vous poursuit mais ne vous précede pas, donc ....( Il faut dire qu'au Québec on voit en moyenne une voiture de police par mois ) Seul le Québec et  4 autres provinces font de meme,  6 provinces qui ne le font pas.
Voila en gros.Il est tres tard et vais faire une heure de piano apres une hre de lecture dans mon lit, et reveillé 9 hres plus tard.
 
Ps. Obama ne m'a pas ne pas donné le paquet  $ pour l'apport de mes conseilles d'assurance santé ....Hou le "radin"?

 
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 30 mai 2012 à 19:51:39
Je reviens sur le post de tyger concernant l'espionnite aigue des USA. Je trouve ça pitoyable, grotesque, et surtout, avec tous les moyens que les USA ont déjà, franchement, on se demande pourquoi le monde entier n'est pas simplement en train de chanter dans une prairie sous le soleil, hein...  :diable: (inside joke)
C'est ridicule. Et comme les "services secret" et autre NSA savent très bien que de toute façon les personnes qui souhaitent faire du mal et qui sont un minimum intelligentes n'utiliseront pas ces voix de communication, ou alors pour dire "je viens manger chez mère grand ce midi", tout ça ne sert à rien.
Quand aux personnes qui sont en position de faire encore plus de mal, eh bien parfois elles sont formées par la CIA elle même. Alors franchement...  :] :] :] Ridicule.

Cela va surtout servir comme d'habitude : à justifier l'existence de ce type d'agence, qui travaille autant à maintenir son existence qu'à trouver d'éventuels terroristes, et à espionner les gens en vue du commerce ou d'intérêts particuliers.

Si dans tout ça on réussit à arrêter des attentats, tant mieux, mais je doute que la liberté en sorte grandie.  :fache: :fache:

J'ai adoré dans l'article "on est à ça d'un état totalitaire"  :mdr1: :mdr1: J'avoue que j'ai bien ri. L'Etat totalitaire, aux USA, on y est depuis tellement longtemps...  tresfache

Quand à l'article sur New York et le politiquement incorrect, je n'ai qu'une chose à dire : OUF, je n'ai pas d'enfant et je n'habite pas à NY. Désolée, mais quand on voit jusqu'où la folie va, des fois on est fatigué....  :gene: :gene:

Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 30 mai 2012 à 21:03:53
J'ai adoré dans l'article "on est à ça d'un état totalitaire". J'avoue que j'ai bien ri. L'Etat totalitaire, aux USA, on y est depuis tellement longtemps...


J'ai pensé exactement la même chose que toi, par contre cela ne m'a pas amusé du tout.

Il est vrai que cela fait maintenant bien longtemps que ce qui se passe aux USA ne m'amuse pas du tout.


Quand à l'article sur New York et le politiquement incorrect, je n'ai qu'une chose à dire : OUF, je n'ai pas d'enfant et je n'habite pas à NY. Désolée, mais quand on voit jusqu'où la folie va, des fois on est fatigué....  :gene: :gene:


 :triste1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 31 mai 2012 à 10:09:18
Je te rassure, c'était un rire un peu nerveux, un peu hystérique, et très jaune... :( :(
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 02 juin 2012 à 18:49:48
Je te rassure, c'était un rire un peu nerveux, un peu hystérique, et très jaune... :( :(

La campagne présidentielle US me déprime au plus haut point  :( .

Même si j'ai beau essayer de me rassurer en listant les atouts de l'équipe Obama :

- un budget de campagne colossal,
- un fort soutien d'une bonne moitié de la population US - notamment des minorités,
- un talent de campagne remarquable,
- la réforme du système de santé US (si elle n'est pas invalidée d'ici là par la Cour suprême...),
- la liquidation de Ben Laden,
- le retrait d'Irak et celui en cours d'Afghanistan.

Mais nonobstant cela, le scrutin s'annonce très, très serré.

Le 6 novembre c'est loin, et incertain de surcroît.

La réélection d'Obama serait une très bonne chose, méritée pour l'intéressé.

Mais à l'inverse, un retour aux politiques du passé serait une catastrophe majeure en cette période de crise intense.

Aïe  :(
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: bug le 07 juin 2012 à 04:05:55
ah fait, y a t-il des nouvelles de la Cour Suprême pour la réforme de la Santé?

C'est que beaucoup se joue dans cette décision en terme de soutien ou de bilan de mandat.
Je dirais cyniquement qu'ils ont mis au point le rejet de cette réforme, ils s'en sont servis. Ils s'en sont servis contre ceux qui les ont court-circuités sans crédit préalable à Washington, contre ceux qui ont soigné blessés et mutilés, des maladies de drames économiques américains. Contre ceux qui ont renoncé à obéir aux lois du capitalisme. Ils ont utilisé la Cour Suprême pour raccourcir l'agonie des débiteurs, pour sauver des milliers et des milliers de modes de vie de jeunes Américains.
(C'est une transformation satirique de l'extrait du discours du président Truman du 9 août 45)
Mais ce n'est que mon avis de voir autant d'excuses aux deux décisions de 2012 et de 1945.
Les autres nations sont sans doute beaucoup trop Rouge pour soutenir ce combat.
Et peut-être qu'un républicain US se lèvera pour brandir, sur son estrade, son livre "My Challenge."
Cette vielle odeur de fond de cuvette moisie, m'effraie autant qu'une troupe de l'armée de résistance du seigneur qui se servirait des rançons Kadhafiennes perçues devant Benghazi pour noyauter l'armée régulière de Al assad à la recherche des techniques d’infiltration des membres d'Aqmi.

Heureusement ce n'est qu'un cauchemar qui s'arrête quand on ne regarde plus TF1. On se retrouve alors sur France 2 où on vous parle de la confection des médailles de Rio 2016 en favéla recyclée diffusant partout la cérémonie d'ouverture sans lady Gaga sur des Apple et des Samsung posés du des parquets flottants et le tout made in China.

qui veut jouer? Obama, Hollande, Mandela, Boganda, Sankara, Massoud, où est l'intrus?
bon, je sors.
Titre: Re : Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 07 juin 2012 à 20:29:53
ah fait, y a t-il des nouvelles de la Cour Suprême pour la réforme de la Santé?

La décision serait attendue pour ce mois de juin, plutôt vers la fin.

Croisons les doigts, mais je redoute très fortement une invalidation de la pièce maîtresse du dispositif, à savoir l'obligation pour tout américain de s'assurer (les plus démunis étant alors aidés pour cela).

La Cour Suprême compte 5 juges d'obédience conservatrice, et 4 d'obédience démocrate.

Le calcul est vite fait.

Or, le problème c'est que si cette disposition est invalidée, le reste risque de l'être aussi soit juridiquement, soit de facto :

En effet, certaines mesures comme l'extension de la couverture maladie de parents à leurs enfants de moins de 26 ans devaient être financées par un afflux de nouveaux assurés.

En conséquence, ce serait la mort de la réforme santé de l'administration Obama, une catastrophe sanitaire alors que la réforme n'a que partiellement produit effet (la disposition controversée devait prendre effet en 2014), et aussi un sérieux revers pour Obama en pleine campagne électorale.

Le point positif serait de remobiliser l'électorat démocrate, qui est tout de même moins motivé qu'en 2008.

Mais il ne faut pas exclure non plus un report de la décision sur le fond en 2015, car d'après ce que j'avais vu, juridiquement la Cour Suprême ne peut se prononcer que sur des dispositions en vigueur !

Bref, ça promet ...  :( :gene:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 10 juin 2012 à 10:52:46
L'optimisme n'est toujours pas d'actualité ...  :(

Fin de semaine "catastrophique" pour Obama qui dérape sur l'économie américaine  (http://www.marianne2.fr/obj-washington/Obama-l-Europe-la-Chine-l-economie-americaine-et-la-declaration-devastatrice-qui-provoque-un-tolle-mise-a-jour-9-juin_a95.html)


Edit : complément, issu du blog du même auteur :


Après le cafouillage d'Obama, la peur renaît sur l'économie américaine (http://www.marianne2.fr/obj-washington/Obama-l-economie-americaine-va-t-elle-bien-ou-mal-mis-a-jour-10-juin-2012-23H00_a96.html)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 11 juin 2012 à 16:53:22
La montée en puissance de la campagne se fait sentir :

Obama-Romney: la bataille fait rage  (http://www.parismatch.com/Actu-Match/Monde/Actu/Obama-Romney-la-bataille-fait-rage-402918/?sitemapnews)

Barack Obama à la dérive (http://www.lapresse.ca/international/dossiers/maison-blanche-2012/201206/11/01-4533569-barack-obama-a-la-derive.php)


Citer
Ce n'est pas la première fois que Barack Obama traverse une période difficile en tant que candidat à la présidence. Il y a quatre ans, contre Hillary Clinton ou John McCain, le sénateur de l'Illinois a connu des passages à vide qui ont inquiété ses partisans. Aux moments cruciaux, cependant, il a trouvé en lui la force pour reprendre le dessus. (...)



Obama accusé d'avoir coopéré avec l'industrie pharmaceutique (http://www.lematin.ch/monde/Obama-accuse-d-avoir-coopere-avec-lindustrie-pharmaceutique/story/17626774)

Quel cauchemar ... :triste1:

Mais c'est sur que l'administration de GW Bush n'a jamais œuvré avec et pour de grandes sociétés ...  :mrgreen:

La série noire continue :

Le secrétaire au Commerce d’Obama impliqué dans deux accidents de voiture (http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Le-secretaire-au-Commerce-d-Obama-implique-dans-deux-accidents-de-voiture_6346-2086049-fils-tous_filDMA.Htm)

Espérons que les mois suivants seront moins pire !!
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Nico2 le 28 juin 2012 à 17:01:03
SURPRISE !!!  ::d

La Cour suprême américaine valide la réforme de la santé d'Obama (http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/06/28/la-cour-supreme-americaine-valide-la-reforme-de-la-sante-d-obama_1726581_3222.html)

La Cour suprême des Etats-Unis a confirmé (à 5 voix contre 4, les 4 juges modérés ayant reçu l'apport de la voix du Chief Justice John Roberts, Président de la Cour), jeudi 28 juin dans son intégralité la loi sur l'assurance maladie de Barack Obama, apportant toutefois certaines limitations à l'extension de l'aide aux plus pauvres.

________________________________________________________


Un sondage donne Obama vainqueur dans des "Etats-bascule" (http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120628.REU9942/un-sondage-donne-obama-vainqueur-dans-des-etats-bascule.html)

Ces fameux swing states étant déterminants pour la réélection de Barack Obama, c'est vraiment une bonne nouvelle, ou tout du moins une bonne tendance.

 :)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 28 juin 2012 à 17:49:33
Même si je n'ai pas une grande affection pour Obama, je suis contente pour les américains car j'espère que ça va pouvoir les aider à mieux vivre.  :merci: :merci:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 29 juin 2012 à 12:51:41
Obama patine pour les futures élections. Il demande aux pauvres  d'aderer par une faible cotisation pour l'assurance maladie (gratuite) qui deviendra effective dans deux ans. Il decois beaucoup. c'est vraiement sa réélection qu'il vise.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: ElectricEye le 29 juin 2012 à 13:39:29
Comme en France où tout le monde ou presque cotisent pour l'AM. Rien de bien scandaleux. Sauf pour des américains qui découvrent d'un coup que leur vision du monde n'est pas la plus idéaliste.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: timbur le 30 juin 2012 à 15:56:26
http://www.youtube.com/watch?v=mVPgNcY8ePw# (http://www.youtube.com/watch?v=mVPgNcY8ePw#)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: TheTwit le 01 juillet 2012 à 19:55:35
Décidement les francais tant abitués a leur politiciens verreux pensent qu'il en n'est de meme partout.Obama est plus honnette que n'importe quel de vos élus. Il ne possede que 1million de $ qu'il a ramassé en écrivant un livre avant son élection. Et paye ses repas sans y etre obligé a la maison blanche ainsi que d'autres dépensses. Quand bien meme qu'il recoive des millions de$ de sont parti suportaire il ne l'ai met pas dans son compte personnel, mais dans le compte du parti dont il n'a pas le controle.
Arretéz de fabuler. De toutes facons il serat riche soit comme gouverneur de son etat, ferat des conférences tres payantes etc....
Par contre il faut bien avouer que sont humour est celui d'un tavernier. Je me trompe peut-etre, mais il est loin d'etre un homme tres cultivé.Un bon vrai américain sans classe.

Timbur: Pas mal la vidéo.lol
 
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 31 juillet 2012 à 10:03:14
quelques news pas vraiment rassurantes des tasunis

http://news.fr.msn.com/m6-actualite/pr%C3%A9voir-les-crimes-avant-quils-ne-soient-commis-gr%C3%A2ce-%C3%A0-linformatique (http://news.fr.msn.com/m6-actualite/pr%C3%A9voir-les-crimes-avant-quils-ne-soient-commis-gr%C3%A2ce-%C3%A0-linformatique)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Lady Marwina le 08 août 2012 à 09:05:53
Bondes de cinglées... A quand le même genre de délire en France?

Citer
À New York, une politique pro-allaitement musclée

Le maire Michael Bloomberg veut soumettre les laits maternisés aux mêmes restrictions que les médicaments dans les maternités à partir de septembre.

Grand initiateur de mesures de santé publique avant-gardistes - comme l'interdiction de fumer dans les parcs ou de vendre des sodas grand format - le maire de New York Michael Bloomberg s'est trouvé un nouveau cheval de bataille: l'allaitement. La municipalité de la Grosse pomme a lancé une campagne pour inciter les jeunes accouchées à nourrir leur enfant au sein, en restreignant notamment l'accès aux laits artificiels dans les maternités participantes de la ville. Des mesures qui pour certaines sont perçues comme une façon de culpabiliser les mères ayant opté pour le biberon

la suite ici. (http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/08/07/18772-new-york-politique-pro-allaitement-musclee)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 08 août 2012 à 09:54:35
n'importe quoi tresfache tresfache il a qu'à produire du lait et téter les milliers de bébés tout seul...les femmes sont libre de ne pas avoir une bouche collée à leur seins...
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 01 septembre 2012 à 09:03:12
Nous avons déjà évoqué ici l'état des couches pauvres aux Etats-Unis....... Mais l'article que voici apporte une vision on ne peut plus alarmante  :/ Et c'est d'autant plus marquant que l'auteur est loin d'être un affreux gôchiss :

"Paul Craig Roberts a été secrétaire adjoint au département du Trésor étasunien et rédacteur en chef associé du Wall Street Journal. Son dernier livre, Wirtschaft am Abgrund (Economies In Collapse) vient de sortir."

Citer
L’Amérique sombre dans la pauvreté - Les méga riches et les "bouches inutiles" (Counterpunch) ([url]http://www.legrandsoir.info/l-amerique-sombre-dans-la-pauvrete-les-mega-riches-et-les-bouches-inutiles-counterpunch.html[/url])

Les Etats-Unis se sont effondrés sur le plan social, politique, légal, constitutionnel, environnemental et moral. Le pays qui existe aujourd’hui n’est plus que l’ombre du pays où je suis né. Dans cet article, je vais traiter de l’effondrement économique des Etats-Unis. Dans les articles suivants je traiterais d’autres aspects du collapsus étasunien.

Sur le plan économique, les Etats-Unis ont atteint le stade de la pauvreté. Comme dit Peter Edelman "Les petits salaires sont la norme." Aujourd’hui dans l’Amérique de "la paix et la démocratie", la "seule superpuissance de la planète", un quart de la main d’oeuvre travaille pour un salaire de moins de 22 000 dollars par an (17 500 E), le seuil de pauvreté pour une famille de quatre personnes. Parmi ces personnes dont le salaire est si bas, il y a les diplômés des universités qui ont fait des emprunts énormes pour payer leurs études et qui partagent leur appartement avec trois ou quatre autres infortunés de leur espèce. Il y a aussi les familles monoparentales à qui le moindre problème de santé ou la perte de leur travail feraient perdre leur toit.

Il y a ceux qui, avec un doctorat, enseignent à l’université comme professeur adjoint pour 10000 dollars (7 960 E) par an ou moins. Le domaine de l’éducation est toujours vendu comme un moyen de sortir de la pauvreté mais en fait il conduit de plus en plus à la pauvreté ou à des postes dans les services de l’armée.

Show content
Selon Edelman, qui a étudié ces questions, 20,5 millions d’Etasuniens ont des revenus inférieurs à 9 500 dollars par an ce qui est la moitié du seuil de pauvreté pour une famille de trois.

Il y a 6 millions d’Etasuniens qui ont comme seul revenu les tickets de nourriture. Cela signifie qu’il y a 6 millions d’Etasuniens qui vivent dans la rue ou sous les ponts ou chez des amis ou des parents. Les Républicains sans coeur continuent de vilipender l’assistance sociale mais Edelman dit que "en fait il n’y a plus d’assistance sociale".

En tant qu’économiste, je pense que le seuil de pauvreté tel qu’il a été établi est dépassé depuis longtemps. Il est quasi impossible pour trois personnes de vivre avec 19 000 dollars par an. Si l’on prend en compte le prix du loyer, de l’eau, du pain et de la nourriture la plus simple, une personne ne peut pas vivre aux Etats-Unis avec 6,333.33 dollars par an. En Thaïlande, on peut peut-être y arriver tant que le dollar se maintient mais pas aux Etats-Unis.

Comme Dan Ariely (Duke University) et Mike Norton (Harvard University) l’ont démontré, 40 % de la populations des Etats-Unis, les 40 % les plus pauvres, possèdent 0,3 % c’est à dire trois dixièmes de un pour cent, de la richesse des Etats-Unis. Qui possède les 99,7 % restants ?

Les 20 % les plus riches possèdent 84 % de la richesse nationale. Les Américains qui sont dans le troisième et quatrième quintile* -en majorité des Américains de la classe moyenne- en possèdent seulement 15,7 %. Il n’y a jamais eu une répartition aussi inégale des revenus dans le monde développé.

Quand j’étais jeune, en face d’une telle disparité dans la répartition des revenus et de la richesse nationale, une disparité qui pose de toute évidence des problèmes dramatiques pour la politique économique, la stabilité politique et le management global de l’économie, les Démocrates auraient exigé qu’il y soit remédié et les Républicains auraient accepté à contre coeur.

Mais pas aujourd’hui. Les deux partis politiques sont également prêts à se prostituer pour de l’argent.

Les Républicains pensent que les souffrances des Etasuniens pauvres ne profitent pas assez aux riches. Paul Ryan et Mitt Romney sont déterminés à abolir tous les programmes d’aide à ceux que les Républicains appellent des "bouches inutiles".

Les "bouches inutiles" sont les travailleurs pauvres et l’ancienne classe moyenne dont les emplois ont été délocalisés à l’étranger pour que les dirigeants des entreprises puissent s’offrir des millions de dollars de bonus et distribuer des millions de dollars à leurs actionnaires. Pendant qu’une poignées de grands dirigeants se paient des yachts et des pin-up de Playboy, des dizaines de millions d’Etasuniens n’arrivent pas à s’en sortir.

Selon la propagande politique, les "bouches inutiles" ne sont pas seulement un fardeau pour la société et les riches. Ce sont des sangsues qui forcent les honnêtes contribuables à payer pour qu’elles puissent mener une vie de loisirs confortable, regarder le sport à la TV et pécher la truite tout en poussant les kadis dans lesquelles elles ont rassemblé leurs possessions et en se prostituant pour pouvoir acheter un hamburger à MacDonald.

La concentration de richesse et de pouvoir aux Etats-Unis aujourd’hui est bien supérieure à tout ce que mes professeurs d’économie, aussi diplômés soient-ils, ont pu imaginer dans les années 1960. Dans les quatre meilleures universités du monde dont il m’a été donné de faire partie, l’opinion générale était que la concurrence provoquée par le libre-échange empêcherait les trop grandes inégalités dans la répartition des revenus et de la richesse. Comme je l’ai appris par la suite, cette croyance était fondée sur une idéologie et non sur la réalité.

Le Congrès, gagné par cette foi chimérique dans la perfection du libre-échange, a dérégulé l’économie pour créer un marché entièrement libre. La conséquence immédiate a été le recours à tout ce qui était auparavant illégal pour constituer des monopoles, se livres à toutes sortes de fraudes financières et autres, détruire la base productive des revenus du consommateur américain et concentrer tous les revenus et la richesse dans les mains des 1 %.

L’administration "Démocratique" de Clinton, comme les administrations de Bush et d’Obama, étaient des adeptes de l’idéologie du libre-échange. L’inféodation des Clinton au Grand Capital a conduit, en particulier, à la suppression de l’aide aux familles avec des enfants à charge. Mais cette trahison des Américains en difficulté n’a pas suffi au Parti Républicain. Mitt Romney et Paul Ryan veulent réduire ou supprimer toutes les mesures qui empêchent les Américains dans la misère de mourir de faim et de devenir des sans abris.

Les Républicains prétendent que la seule raison pour laquelle il y a de la pauvreté, c’est que le gouvernement utilise l’argent des contribuables pour subventionner les Etasuniens qui n’ont pas envie de travailler. Selon les Républicains, pendant que certains sacrifient leur loisirs et leur famille pour travailler dur, il y a des quantités d’assistés qui se la coulent douce sur le dos du contribuable.

Le fait que les gens croient cette propagande insensée, ajouté à la délocalisation des jobs de millions d’Etasuniens de la classe moyenne, a réduit les Etasuniens à la pauvreté et a privé les villes, les comtés et le gouvernement fédéral des ressources d’impôts nécessaires, ce qui a provoqué des faillites au niveau local et gouvernemental et des déficits budgétaires massifs au niveau fédéral qui menacent le cours du dollar et son rôle comme monnaie de réserve.

La destruction économique des Etats-Unis a profité aux méga riches qui possèdent maintenant des millions et des millions de dollars pour s’offrir tout ce que la vie peut offrir là où ça leur chante. Pendant ce temps, loin de la Riviera française, le département de la Sécurité Intérieure est en train de se doter de suffisamment d’armes pour maintenir les Etasuniens dépossédés sous contrôle.

Paul Craig Roberts

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 01 septembre 2012 à 14:40:26
et cette connerie de conquête spatiale alors ? un gouffre financier qui a probablement sucer le sang des gens qui paient malheureusement des impôts...
avec ce pognon foutu en l'air ! va savoir si ils auraient pas eu le meilleur niveau de vie du monde
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkome le 01 septembre 2012 à 16:47:21
Sans parler du coût des guerres "contre le terrorisme"
Soit, ,pour l'Irak et  l'Afghanistan, quelques 1.368 milliards de US$
source (http://costofwar.com/)

A côté de cette somme, le coût de la mission de Curiosity sur mars (2,5 milliards de US$), c'est pea-nuts !

Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 05 octobre 2012 à 21:22:53
(http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSlvQ8YXLYcVV2owMvClc-TZHRkZVR2umxkDtvD_KwwONFuUHuW5A) D'après les experts en comm' américains, Mitt aurait foutu la branlée à Obama dans le débat télé...

Les spin doctors de Romney ont "trouvé" une riche idée d'affiche ; une copie carbone de celle de Mme Thatcher en 1979 !

(http://i.dailymail.co.uk/i/pix/2011/06/24/article-0-0CB8770A00000578-565_468x577.jpg)

Manque de pot, les chiffres du chomage s'améliore...si Reagan était encore en vie, il se retournerait dans sa tombe !
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: timbur le 06 octobre 2012 à 09:48:34
Il faut dire que Romney a beaucoup fait dans le débat ces derniers mois, tandis qu'Obama a peu pratiqué ces 4 dernières années... Mal entouré/préparé peut-être, le Barack.

Que les républicains recyclent une affiche de propagande thatchérienne n'a rien d'étonnant... D'autant que, la grande majorité de leur électorat ignorant où se trouve la Grande-Bretagne, le subterfuge risque peu d'être éventé.


Citation de: Oblomov
si Reagan était encore en vie, il se retournerait dans sa tombe !

Reagan est mort ??? 8|
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: syberia3 le 06 octobre 2012 à 09:56:01
Citer
Reagan est mort ???

Bien vu ! disons que psychiquement oui et c'est là l'essentiel !  :merci:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: bug le 07 octobre 2012 à 22:10:06
c'est dingue ça, celui à droite il a pas pris une ride en 20 ans.

(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6c/FordNixonBushReaganCarter.jpg/220px-FordNixonBushReaganCarter.jpg)
(http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6f/Five_Presidents_Oval_Office.jpg/220px-Five_Presidents_Oval_Office.jpg)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Lady Marwina le 13 octobre 2012 à 21:00:55
Pacte avec le diable. je reconnais tous les symptomes.
Au buché!!!   8/
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: timbur le 17 octobre 2012 à 07:30:29
Un site assez bien foutu pour résumer le programme économique défendu par Mitt Romney. N'hésitez pas à aller y jeter un œil !

http://www.romneytaxplan.com/ (http://www.romneytaxplan.com/)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: bili le 17 octobre 2012 à 10:18:35
je n'ai jamais été très forte en anglais ,mais là je dois dire que j'ai tout compris.

c'est d'une clarté déconcertante :hehe:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 05 novembre 2012 à 10:34:10
lisez donc ce long article c'est parlant et symptomatique :pascontent1:

Citer
Ces groupes français qui aimeraient se débarrasser d’Obama et financent l’ultra-droite américaine ([url]http://www.bastamag.net/article2758.html[/url])

Pendant la campagne électorale états-unienne, l’argent coule à flot. Et les grandes entreprises françaises, y compris publiques, ne sont pas les dernières à distribuer des milliers de dollars aux candidats. Avec un certain penchant pour les républicains les moins fréquentables : néoconservateurs et fondamentalistes chrétiens du tea party, dénégateurs du changement climatique, fanatiques des énergies fossiles et des armes à feu, jusqu’aux xénophobes avérés. Quand les intérêts économiques français se font complices de l’obscurantisme.

Aux États-Unis, le financement des campagnes électorales, que ce soit pour entrer à la Maison Blanche ou au Congrès, ne souffrent de quasiment aucune restriction, ni véritable obligation de transparence. Depuis deux ans, les dirigeants de sociétés cotées en bourse peuvent ainsi financer les campagnes, sans limites, via des comités d’action politique, appelés « Super PACs » (Lire notre article). De grandes entreprises françaises participent à cet afflux massif de dollars. Leur objectif premier : empêcher toute mesure significative de lutte contre le changement climatique, et toute régulation environnementale en général. Leurs financements favorisent également la frange des républicains la plus réactionnaire.

Avec des donations déclarées de 728 000 dollars, au 1er octobre 2012, auprès de candidats au Sénat et au Congrès, les entreprises françaises se placent au quatrième rang des firmes étrangères qui interviennent financièrement dans les élections. Elles sont certes moins généreuses que leurs homologues britanniques, suisses (respectivement 2,3 millions) et allemandes (près de 2 millions). Mais les sommes en jeu demeurent conséquentes, selon le relevé établi par le site états-unien opensecrets.org, animé par un centre de recherche indépendant qui scrute les financements des partis politiques états-uniens. Ces versements profitent d’abord au camp républicain : le groupe pharmaceutique Sanofi, EADS (aéronautique et défense), Areva (nucléaire), Lafarge (BTP), GDF-Suez (énergie) et le groupe Louis-Dreyfus (négoce de matières premières) ont chacun versé entre 55 000 et 192 500 dollars à des candidats, en majorité républicains [1].

GDF-Suez et Lafarge misent sur les climato-sceptiques

A regarder dans le détail, on s’aperçoit que nos champions du CAC 40 portent une attention toute particulière aux candidats climato-sceptiques, qui nient la réalité du changement climatique, et aux membres ultraconservateurs du Tea party, aussi bien hostiles à toute régulation qu’aux minorités (homosexuels, migrants, noirs…). Sur les 33 candidats que GDF-Suez a soutenu, le groupe français a ainsi versé des milliers de dollars à seize républicains clairement climato-sceptiques, ainsi qu’à six autres s’opposant à toute forme de régulation des gaz à effet de serre. Près des trois quarts des contributions directes de l’entreprise – environ 40 000 dollars – leur sont destinées. Le groupe de BTP Lafarge finance de son côté douze candidats climato-sceptiques et cinq opposés à toute régulation sur le climat. Soit 17 candidats sur les 23, auprès desquels l’entreprise a distribué 48 500 dollars de subsides.

Parmi les politiciens les plus prisés des entreprises françaises, on trouve par exemple John Shimkus, membre du Congrès pour l’Illinois. Il avait défrayé la chronique en 2009 en déclarant ne pas craindre la montée du niveau des océans parce la Bible affirme que Dieu a promis à Noé que l’humanité ne serait plus jamais menacée par un déluge... Autre chouchou de cette french connection, Ed Whitfield (Kentucky) : on le retrouve derrière toute une série de tentatives d’abrogation de mesures environnementales adoptées par les démocrates, depuis la classification des gaz à effet de serre comme polluants jusqu’aux normes de pollution de l’air par les centrales électriques. Ou encore John Barrasso, sénateur du Wyoming – financé par Sanofi et GDF-Suez – et déterminé à empêcher l’Agence de protection environnementale de faire quoi que ce soit en matière de changement climatique. Cette liste est loin d’être exhaustive.

Le Tea party, prisé par Vivendi et Sanofi

Parmi les élus républicains, figurent deux groupes de membres du Congrès spécialement mis à l’index par des associations citoyennes et écologistes à cause de leur acharnement à entraver toute forme de limitation de la pollution. Le premier est baptisé le « Five Flat Earth » (« les cinq de la Terre plate »), en référence à leur négation de toute considération scientifique environnementale. Le second est appelé le « Toxic Six » (les « six toxiques »), opposés à toute forme de lutte contre la pollution. Parmi leurs bienfaiteurs, on retrouve encore des entreprises françaises. Le républicain Dan Lungren (Californie), qui a le privilège douteux de faire partie des deux groupes, a reçu 2 000 dollars du groupe de services et restauration Sodexo.

L’assureur Axa a versé 6 000 dollars à la candidate Ann Marie Buerkle (New York), l’une des « five flat earth ». Lafarge soutient Chris Gibson (New York) des « Toxic Six », ainsi que Dan Benishek (Michigan) pour 7 500 dollars. La plus importante contribution directe de l’entreprise, qui clame pourtant son attachement à la « protection environnementale » et au « respect des communautés locales »… Membre des « five flat earth », Dan Benishek a qualifié le changement climatique de « foutaise », de « truc scientifique non prouvé », ou encore de « pure et simple machination ».

Financer le créationnisme

Et s’il n’y avait que les climato-sceptiques. Défendre le créationnisme, s’opposer à toute restriction des armes à feu, entraver les droits des homosexuels, des immigrés ou des Noirs, ne semble pas spécialement déranger les entreprises françaises. David Vitter, sénateur de Louisiane, financé par Lafarge et Louis Dreyfus, avait ainsi tenté de faire voter une subvention de 100 000 dollars à un groupe créationniste pour prêcher la « science chrétienne » dans les écoles de Louisiane. Le « Tea party », la frange la plus extrémiste des parlementaires républicains, bénéficie également de l’attention pécuniaire de Vivendi, Areva, Sanofi, GDF-Suez et du groupe Louis Dreyfus [2].

Des dizaines de milliers de dollars sont donc distribués ici et là, parmi les ultra-conservateurs. Et encore ne s’agit-il là que des sommes directement données à un candidat par des entreprises françaises. Si l’on considère les budgets d’ensemble des comités d’action politique (PACs), spécialement créés pour faire transiter les financements privés à but politique, les dépenses totales de ces entreprises hexagonales se portent à 700 000 dollars pour Axa, 644 000 pour Sanofi, 196 000 pour Vivendi ou 163 000 pour Areva.

La Société générale, fan de Mitt Romney

La Société générale et BNP-Paribas contribuent à travers les associations professionnelles et par des donations directes. Les deux banques ont par exemple déclaré à la Commission électorale fédérale (FEC) avoir distribué respectivement 218 000 et 32 000 dollars à la campagne de Mitt Romney. Le candidat républicain est, cette fois, le favori des banquiers : ceux de Goldman Sachs lui ont versé près d’un million de dollars, ceux du Crédit suisse un demi-million...

Les contributions de campagne des groupes français s’ajoutent à leurs dépenses de lobbying à Washington. Air Liquide, Alstom, ArcelorMittal, Areva, GDF-Suez, Lafarge ou Michelin ont chacune dépensé annuellement entre 600 000 et 1,5 million de dollars ces dernières années pour peser sur des projets de loi relatifs au secteur de l’énergie et du climat. Dans le secteur pharmaceutique, Sanofi bat tous les records hexagonaux, avec 6 à 8 millions de dollars dépensés chaque année. Vivendi, en raison de ses intérêts dans Universal, figure parmi les plus gros contributeurs historiques en terme de lobbying, avec pour objectif quasi exclusif la protection et le durcissement de ses droits de propriété intellectuelle. Le groupe a ainsi dépensé plusieurs millions de dollars en 2011 et 2012 à l’occasion du projet de loi avorté Stop Online Piracy Act (connu sous l’acronyme SOPA).

Areva, le nucléaire à tout prix

Une entreprise comme Areva illustre à merveille la continuité entre lobbying et dépenses électorales. Sans surprise, l’équipementier nucléaire concentre la majeure partie de ses dépenses de lobbying – plus d’un million de dollars déclaré par an depuis 2005 – sur les projets de loi relatifs à l’énergie et aux normes de sécurité et de pollution qui pourraient affecter la viabilité des centrales nucléaires. Les dons aux candidats effectués par Areva dans le cadre de la campagne 2012 suivent la même logique. Ils sont versés à des politiciens influents et connus pour leur soutien au nucléaire, qu’ils soient républicains (Fred Upton et Mike Simpson) ou démocrates (Steny Hoyer et James Clyburn). L’entreprise a également organisé des séminaires dans le cadre des conventions républicaines et démocrates pour assurer la promotion du nucléaire [3]. Cette stratégie d’influence, déjà contestable en elle-même, semble désormais justifier toutes les dérives et toutes les compromissions. Comment expliquer qu’une entreprise publique française finance ainsi six congressistes républicains se réclamant du Tea party ?

Les contributions déclarées par les entreprises ne sont que la pointe émergée de l’iceberg. Il existe bien des moyens de contourner les faibles règles de transparence qui régissent encore leurs dépenses politiques et électorales. C’est le cas notamment des groupes dits « c4s », acteur émergent de la campagne 2012, et dont l’immense majorité est favorable à la cause républicaine. Contrairement aux « superPACs », ils ne sont pas tenus de révéler l’identité de leurs donateurs et sponsors. C’est le cas d’un puissant réseau néoconservateur et néolibéral : l’American Legislative Exchange Council (Alec), dans lequel Sanofi et Louis Dreyfus ont joué un rôle actif aux côtés de célèbres entreprises états-uniennes.

Louis Dreyfus et les « bienfaits du dioxyde de carbone »

L’Alec s’implique activement dans toutes les causes chères à la droite extrême américaine, depuis la répression de l’immigration [4] jusqu’à la dénégation du changement climatique, en passant par la liberté de porter des armes à feu et d’en faire usage à titre préventif. Sur tous ces sujets, l’organisation élabore et promeut des « législations modèles ». L’Alec a ainsi, parmi ses multiples activités, tenté de promouvoir une « législation modèle » sur les gaz de schiste, dont le but à peine caché est d’affaiblir tout moyen de protection de la qualité de l’eau et de maintenir le secret commercial sur la nature des substances chimiques utilisées pour la fracturation hydraulique. Lors de son congrès en 2011, le programme de l’Alec proposait aussi une session sur les « bienfaits du dioxyde de carbone ».

Les grands groupes finançant l’Alec ont été ciblés par une campagne citoyenne de grande envergure, Alec Exposed [5], après que les informations fragmentaires existant sur leurs financements aient été recoupées. Pointées du doigt, des dizaines de multinationales nord-américaines, dont Coca-Cola, PepsiCo, Wal-Mart, McDonald’s, ou Kraft Foods, ont annoncé publiquement qu’elles se dissociaient de l’Alec. Côté français, Sanofi, particulièrement actif dans l’Alec, a fini par officialiser son retrait début octobre 2012. Louis Dreyfus affirme également s’être désengagé du lobby.

Tout sauf Obama

Les associations professionnelles permettent aussi aux entreprises de soutenir, indirectement, des candidats peu recommandables tout en préservant une apparence vertueuse de neutralité, évitant ainsi de se retrouver la cible de campagnes citoyennes. C’est ainsi que l’association PhRMA, représentant l’industrie pharmaceutique (présidée jusqu’il y a quelques mois par Chris Viehbacher, directeur général de Sanofi), a dépensé 10 millions de dollars lors de la campagne 2010 [6], contre seulement 200 000 dollars deux ans auparavant. En 2012, le secteur de l’énergie, emmené par des groupes comme l’American Petroleum Institute (dont sont membres ArcelorMittal, Technip, Total, Schlumberger et Schneider Electric), montre sa détermination à faire battre Obama en ayant déjà dépensé plus de 150 millions de dollars début septembre, avant même que la campagne officielle ne commence [7] !

La principale association professionnelle, l’US Chamber of Commerce, est systématiquement montée au créneau pour s’opposer à toutes les réformes de l’administration Obama, depuis la loi Dodd-Frank sur la finance jusqu’à la réforme du système de santé. Elle s’affiche comme la représentante de l’ensemble des entreprises américaines, mais est surtout déterminée à imposer sa vision néolibérale du monde. En 2012, elle a annoncé qu’elle comptait dépenser au moins 100 millions de dollars, principalement en spots télévisés ciblant indirectement Obama et les candidats démocrates vulnérables au Congrès et au Sénat [8]. La liste des membres et des donateurs de l’US Chamber of Commerce n’est pas publique, mais, là encore, Sanofi occupe un siège dans son conseil de direction. En 2010, une enquête avait révélé que près de 900 000 dollars collectés par la Chambre provenaient d’entreprises étrangères, parmi lesquelles Axa et Sanofi.

Des intérêts économiques qui s’accommodent du racisme et de l’homophobie

Déjà, à l’occasion des élections de mi-mandat de 2010, les financements accordés par les huit plus important émetteurs de gaz à effet de serre européens – dont ArcelorMittal, Lafarge, GDF-Suez et Solvay – s’orientaient principalement vers les candidats climato-sceptiques. 35% des contributions cumulées de ces huit entreprises étaient allées à des candidats niant purement et simplement le changement climatique, et 43% supplémentaires à des candidats opposés à toute forme de régulation des gaz à effet de serre, révélait le Réseau action climat Europe. L’ONG y voyait une illustration du double jeu des entreprises concernées, qui s’affichent comme écologiquement responsables, mais ne cessent de miner tout effort de législation ambitieuse sur le climat, que ce soit en Europe ou aux États-Unis.

En 2012, au-delà même du sujet central du climat et de l’énergie, l’engagement des entreprises françaises dans la vie politique américaine semble illustrer une complicité plus profonde avec la vision de la société et du monde véhiculée par la droite extrême américaine. L’opposition farouche et quasi religieuse à toute forme de régulation publique des entreprises et à toute forme de redistribution fiscale (exprimée de manière exacerbée aux États-Unis, et plus sourde en France) semble bien valoir quelques compromissions avec l’obscurantisme, le racisme et l’homophobie.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: timbur le 07 novembre 2012 à 08:28:13
BARACK OBAMA RÉÉLU POUR UN NOUVEAU MANDAT A LA TÊTE DES ETATS-UNIS. (http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE8A603P20121107)

Je dirais que le contraire m'eut fortement inquiété.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 07 novembre 2012 à 09:11:01
Aux USA comme en France, on entretient la faux-suspens jusqu'au bout, histoire de donner un minimum d'intérêt à tout ce Barnum !
Le bookmakers (qui ne se sont jamais trompés) ont donné Obama gagnant depuis toujours !

Peu importe le nom de l'Élu, la politique étrangère des É-U reste invariable depuis les lustres !
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 09 novembre 2012 à 07:17:48
(http://nsm08.casimages.com/img/2012/11/09//12110908093710955710528424.gif) (http://www.casimages.com/img.php?i=12110908093710955710528424.gif)

(http://nsm08.casimages.com/img/2012/11/09//12110908104910955710528425.gif) (http://www.casimages.com/img.php?i=12110908104910955710528425.gif)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 30 décembre 2012 à 13:23:43
les petits bonheur de fin d'année :pasdrole:

Citer
New York : elle pousse un homme sous le métro par haine ([url]http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20121230.OBS3987/new-york-elle-pousse-un-homme-sous-le-metro-par-haine.html[/url])

"J'ai poussé un musulman sous le train parce que je déteste les hindous et les musulmans", dit cette femme de 31 ans.

Une femme de 31 ans a reconnu avoir poussé sous le métro de New York un homme parce qu'elle "déteste les hindous et les musulmans", ont indiqué les autorités judiciaires du quartier du Queens, samedi 29 décembre.

La police de New York recherchait depuis jeudi soir l'auteur du meurtre, deuxième incident de ce type en moins d'un mois dans la ville.

"J'ai poussé un musulman sous le train parce que je déteste les hindous et les musulmans" depuis les attentats de 2001, a expliqué Erika Menendez du quartier du Bronx, dans sa déposition à la police.

Poursuivie pour meurtre à connotation raciste, elle risque 25 ans d'emprisonnement.

Deux fois en quatre semaines

La victime, Sunando Sen, 46 ans, était née en Inde et de confession hindoue, a indiqué un proche au New York Times.

L'incident avait eu lieu jeudi peu après 22h (2h heure Paris vendredi) sur la ligne 7, à la station de la 40e rue dans le Queens. Selon des témoins, la femme se parlait à elle-même sur le quai, marchant de long en large, lorsqu'elle a poussé l'homme sur la voie au moment où le métro arrivait. Sa victime lui tournait le dos et ne l'avait apparemment pas vue. Elle a ensuite réussi à s'enfuir mais la police a rendu publique sur Twitter une vidéo d'une caméra de surveillance la montrant qui partait en courant.

C'est la deuxième fois en quatre semaines qu'un tel incident s'est produit dans le métro new-yorkais.

Le 3 décembre, un homme de 58 ans avait déjà été poussé sur la voie, après une dispute sur un quai de métro dans le quartier de Times Square à Manhattan. Son meurtrier présumé, âgé de 30 ans, a été arrêté et inculpé. L'affaire avait fait scandale, le quotidien New York Post ayant publié en une dès le lendemain la photo de l'homme accroché au quai, alors qu'arrivait le métro qui allait le tuer.

Le métro new-yorkais transporte plusieurs millions de voyageurs par jour. Les quais sont parfois étroits, mais les incidents de ce type sont extrêmement rares.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 07 janvier 2013 à 23:55:09
J'ai entendu (à la radio, oui je suis accro) une petite brève concernant les nominations des conseillers du président Obama (soi-dit en passant, il n'en a que 9 ... un comité réduit quand même !!!) qui aurait mérité un gros COCORICO dans tous les médias français !

C'était il y a 3 jours .... et depuis pas le moindre écho ou presque (je vous mets en lien ci-dessous les liens qui font "source" mais franchement vous verrez qu'ils ne semblent guère avoir envie de pavoiser  :naah:)..... Alors après réflexion je pense que ce n'est pas pour rien que toutes ces bonnes gens bien introduits dans les milieux autorisés à penser ne s'autorisent pas à pavoiser.... C'est parce que cette jeune femme défend des thèses qui les emmerdent profondément.................... Et, moi franchement ça me donne 100 fois plus envie de cocoricoter :
Il semblerait que ESTHER DUFLO (http://fr.wikipedia.org/wiki/Esther_Duflo) serait appelée à devenir proche conseillère du Président Obama ...... YAHOWWWWWWWWWW  :super: :super: :super: :super: :super:
Cette nana, lorsque j'avais entendu les thèses qu'elle défendait il y a 4 ou 5 ans de ça, cela m'avait pleurer d'espoir..... D'autant plus qu'elle les a construites sur des expériences de terrain qui sont des proches des miennes; je me crois donc autorisée à dire que les les conclusions qu'elle en a tiré c'est pas de la déconnade.... En gros elle disait que les pauvres c'est pas des cons, et que la seule et unique solution pour trouver des portes de sorties à un système qui crée de la pauvreté , c'est de construire des solutions AVEC eux et surtout pas de les leur imposer  :fleur2: :fleur2:

 :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1: :frime1:

sources : 1 (http://www.aufeminin.com/portraits-de-femmes/esther-duflo-conseillere-obama-d47826.html)  2 (http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/01/04/20002-20130104ARTFIG00598-une-economiste-francaise-va-conseiller-barack-obama.php)  3 (http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202481677228-esther-duflo-une-economiste-francaise-va-conseiller-obama-sur-le-developpement-525885.php)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 08 janvier 2013 à 02:55:32
tu crois vraiment que ça va élever leur niveau ? :D
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 08 janvier 2013 à 15:20:02
Pas forcément  ;)..... J'y crois même assez peu, je te dirais  :triste1:

Mais par contre les personnes qui ont une conception du développement assez proche de celle d'E. Duflo étaient jusqu'à présent considérés comme des doux rêveurs, des marginaux irréalistes, des huluberlus à côté de la plaque (...... et je suis sympa  :]). Je pense que le fait qu'une économiste du MIT fasse ce type d'analyse était déjà en soi une bonne chose, car cela crédibilisait (un peu....) ces approches aux yeux de certains bailleurs. Le fait qu'elle soit conseillère à la Maison Blanche renforce encore la chose, et facilitera peut-être un peu le travail de ceux qui sont sur le terrain !!!
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 11 janvier 2013 à 17:19:25
J'ai un peu hésité à mettre ce message dans ce fil-ci dédié aux états-unis, car l'info me semble avoir une portée bien plus large qui serait du genre "capitalisme et santé".... et puis voilà , je n'ai pas voulu créer un fil supplémentaire, car si on va par là, cela a aussi un lien direct avec "décadence des soins" (http://sarkostique.fr/index.php?topic=221.0) .... Mais on pourra utilement en faire un argument de poids si nous avons d'autres conneries à commenter :

Citer
Plus capitaliste que ça, tu meurs…de plus en plus ([url]http://blogs.mediapart.fr/blog/silvagni/100113/plus-capitaliste-que-ca-tu-meurs-de-plus-en-plus[/url]).

Un rapport intitulé  «  la santé publique aux USA comparée à celle des pays les plus riches : des vies plus courtes, une santé moins bonne » vient d’être publiée à Washington. On remarquera qu’il tombe après les élections présidentielles américaines et l’adoption si difficile par le Congrès de l’instauration d’un minimum de sécurité sociale pour les américains les plus défavorisés.

Les constatations de cette étude sont accablantes, et font froid dans le dos à tous ceux qui n’ont de cesse de combattre les irresponsables qui prêchent en Europe en général et en France en particulier l’austérité des peuples et les prétendues économies publiques,  notamment dans le domaine des prestations sociales et de notre système de santé qu’il faudrait « réformer ».

Les mêmes irresponsables ne manquent pas de présenter les USA comme la référence du modèle de l’entreprise capitaliste. Et sans doute peut-on dire que les USA sont le paradis des capitalistes : mais sûrement pas celui du peuple étasunien dont la santé se dégrade et dont l’espérance de vie se raccourcit au fur et à mesure de l’accroissement des profits  de ces années triomphantes du capitalisme financier et spéculatif.

En voici la conclusion, qui ne se paie pas de mots et dont la pointe finale singe cruellement le jargon économico-financier de Wall Street :

« Cette comparaison défavorable de la santé publique aux Usa (par rapport aux pays les plus riches) ne s’explique pas par une cause unique. On l’expliquera plutôt par des causes multiples qui impliquent la combinaison d’un système de soins inadapté, de comportements mauvais pour la santé, de la mauvaise situation économiques  et sociale, de facteurs environnementaux, ainsi que les politiques publiques et les valeurs sociales à l’origine de cette situation. Sans une action visant à renverser ces tendances actuelles, la santé des américains va probablement continuer à retomber loin derrière les pays les plus riches. La tragédie ne réside pas dans le fait que les USA perdent une compétition face à d’autres pays, mais bien dans le fait que les américains meurent et qu’ils souffrent de maladies et d’accidents à des taux   «demonstrably unnecessary ». 

Les maladies et accidents (du travail notamment) méthodiquement décrits au fil de ce rapport au vitriol n’ayant en effet, et pour dire le moins, aucun caractère de nécessité démontrable…
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 11 janvier 2013 à 19:23:12
l'un des pays les plus puissant ne sait pas prendre soin de son peuple, malbouffe, précarité 8/
Je pense que tout les pays riches, rongés par le capitalisme finiront comme les états unis.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 16 janvier 2013 à 12:37:31
Ben mes vieux, si en France ils commencent à démanteler les régimes de retraites complémentaires, aux Z'états unis ils font encore plus fort ...... Franchement il faut être débile pour croire que leur système capitaliste est le meilleur  :fache1: :fache1:

Citer
Dette: Washington suspend ses versements à la retraite des fonctionnaires ([url]http://www.boursorama.com/actualites/dette-washington-suspend-ses-versements-a-la-retraite-des-fonctionnaires-40683e4569935810f055af93a6b84d28[/url])

Le gouvernement américain a annoncé mardi qu'il cessait d'alimenter autant qu'il le devrait les caisses de retraite des fonctionnaires afin de permettre à l'Etat fédéral de continuer de fonctionner sous le plafond légal de la dette publique des Etats-Unis.

Cette mesure, révélée dans une lettre adressée par le secrétaire au Trésor Timothy Geithner aux dirigeants du Congrès, fait partie des différentes dispositions exceptionnelles que celui-ci avait annoncés le 31 décembre pour maintenir la dette juste sous la limite légale de 16.394 milliards de dollars.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Val le 06 février 2013 à 21:43:11
Je suppose qu'il est de notoriété publique, du moins sur ce forum du fait que les dirigeants américains considèrent qu'ils sont les gendarmes du monde, que la loi ne compte pas lorsqu'il s'agit d'eux et de leurs intérêts. Tout leur est dû et leur droit devrait s'appliquer au monde entier.
D'ailleurs, avec israël, les USA sont le seul pays qui depuis 50 ans lance des guerres d'agression (vietnam, irak, etc) sous des prétextes divers.

Voilà où en est aujourd'hui cette société moribonde et délétère : à autoriser le meurtre de ses propres citoyens dans le cas où ils seraient "suspectés" (oui oui, suspectés) de terrorisme.
Je ne sais pas si vous vous rappelez de l'histoire du monsieur qui a été arrêté en macédoine pendant ses vacances parce qu'il avait le même nom que quelqu'un sur la liste des personnes recherchées : citoyen allemand, il a été détenu sans motif pendant 3 mois, battu, torturé, etc, et ensuite relâché sur le bord d'une route en albanie (pourquoi en albanie on ne sait pas).
Cyniquement, nous dirons que ce pauvre hère a eu de la chance parce qu'il s'en est sorti, lui.
Mais bon c'était un citoyen allemand alors pour les américains ça ne compte pas...

Là, il s'git de citoyens américains. Lisez l'article du monde, ça fait froid dans le dos. (http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2013/02/06/etats-unis-une-note-justifie-l-assassinat-d-americains-constituant-une-menace-terroriste_1827697_3222.html)

Citer
Le document, que Barack Obama avait refusé de rendre public, a été révélé mardi 5 février par la chaîne NBC News. Cette publication intervient peu avant l'audition, jeudi, par le Sénat, de John Brennan, ordonnateur de la politique antiterroriste de Barack Obama, en vue de sa confirmation en tant que nouveau chef de la CIA. Onze sénateurs républicains et démocrates viennent d'ailleurs d'écrire à M. Obama pour réclamer la publication de l'ensemble des documents sur le sujet.

Sur seize pages rédigées par le ministère de la justice, sont développés les arguments juridiques censés donner une base légale à des exécutions ciblées par drone, telle que celle qui, le 30 septembre 2012, au Yémen, a visé Anouar Al-Aulaqi. Cet imam radical, citoyen des Etats-Unis et du Yémen, était le responsable de la branche yéménite d'Al-Qaida et considéré comme l'instigateur de plusieurs tueries.

LA NOTION DE "MENACE IMMINENTE" APPARAÎT TRÈS  LARGE

Le document, intitulé "Légalité d'une opération meurtrière visant un citoyen américain haut responsable opérationnel d'Al-Qaida ou d'une de ses filiales", fournit une définition extensive du "droit à l'autodéfense", dont M. Brennan se prévaut publiquement.

Il tend à légaliser l'assassinat, dans le cas où " un haut responsable informé" décide que la personne ciblée constitue "une menace imminente d'attaque violente contre les Etats-Unis", à condition que la capture de cette personne soit "impossible" et que l'attaque soit menée conformément aux "lois ou principes de la guerre".

La notion de "menace imminente" apparaît particulièrement large : la preuve de la préparation en cours d'une attaque n'est pas nécessaire si la personne visée est engagée dans des activités terroristes contre les Etats-Unis.

"CELA RÉSUME LA TOUTE-PUISSANCE STUPÉFIANTE DE L'EXÉCUTIF"

Le document rejette toute intervention d'une instance judiciaire pour contrôler pareilles décisions. Une telle vérification, allègue-t-il, reviendrait à faire contrôler par les juges une décision de l'exécutif visant à faire usage de la force contre un ennemi vis-à-vis duquel le recours à la force a précisément été autorisé par le Congrès.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 19 mars 2013 à 14:12:07
J'ai bien l'impression qu'ils ont été mal finis dans le Dakota du sud  :| :| :| :pasdrole: :pasdrole: :pasdrole:

Citer
“Le Dakota du Sud est devenu le premier Etat américain à passer une loi autorisant explicitement les enseignants à porter des armes pendant leur travail”, indique The New York Times. Le gouverneur de l’Etat a signé le décret d’application le 8 mars. Dans les autres Etats où ce type de législation a été discuté, dans la foulée de la tuerie qui s’est déroulée à l’école primaire de Newtown, en décembre dernier, ce type de mesure a été repoussé.

source ([url]http://www.courrierinternational.com/article/2013/03/15/des-profs-bien-armes[/url])
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 27 mars 2013 à 17:53:50
Lorsqu' une sénatrice US (E. Warren) cherche à savoir comment les autorités de régulation des marchés financiers jouent leur rôle, voici les réponses qui lui sont faites :

http://www.youtube.com/watch?v=-Bc8yELZ04s#ws (http://www.youtube.com/watch?v=-Bc8yELZ04s#ws)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 22 avril 2013 à 18:22:14
ça pour sûr, comme y  disent dans l'article, ça se sait peu ..... moi j'en avais jamais entendu parler  8|

Citer
Rigueur / US : fonctionnaires en chômage technique (Washington Post) ([url]http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=15461[/url])

On en parle peu, mais les USA sont soumis à un programme de rigueur automatique qui frappe brutalement dans tout le pays les fonctionnaires, et employés des ministères et autres agences gouvernementales, Maison Blanche comprise.

Faute d'accord avec l'opposition républicaine, un plan de rigueur automatique, avec des coupes brutales dans le budget, s'impose dans tous les domaines de la vie de l'Etat fédéral et pertube le fonctionnement de toutes les administations. Des dizaines de milliers d'employés se retrouvent en congé obligatoire et sans salaire pour des durées variant de une à trois semaines note le Washington Post.

Ces coupes salariales ont commencé cette semaine : elles concernent, entre autres, 17 000 employés de l'Agence fédérale pour la protection de l'environnement (EPA) qui perdent 10 jours, ou 480 employés travaillant pour la Maison Blanche.

Les contrôleurs aériens sont aussi touchés, ce qui entraîne des retards bien sûr. Le ministère de la Défense ne sait pas encore combien de jours sans travail, ni salaire attendent ses 800 000 employés civils. On parle de 14 jours.

Au ministère du travail 4 000 employés vont perdre en moyenne 5 jours. Les 80 000 employés du service des impots (IRS) vont y passer ensuite etc..
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 24 mai 2013 à 09:56:43
Quelques échos des Zétats-zunis :

Citer
Pan. Dans la ville de Burkesville (Kentucky), un garçonnet de 5 ans a tué sa petite soeur avec son propre fusil, un .22 Long Rifle chargé, baptisé “Crockett” par le fabricant. Un cadeau d’anniversaire sympa offert par les parents. C’est qu’aux États-Unis les armes pour enfants sont monnaies courantes. Les carabines .22 Long Rifle (bleues pour les garçons, roses pour les filles…) sont vendues en grande surface avec les cannes à pêche et le matériel de camping. À la décharge du gamin, la gosse de 2 ans, pas assez chipie pour son âge, n’avait pas de révolver sur elle pour se défendre. Que fait la National Rifle Association,
secte américaine de promotion des armes à feu ?

Pschitt. Alors que 90 % des Américains sont favorables à une limitation des armes à feu, le Sénat américain a retoqué le 17 avril la loi sur les armes proposée par Barack Obama, qui avait besoin d’une majorité de 60 voix et en a obtenu 54. La loi visait également à rendre plus contraignant l’achat d’armes de guerre capables de tirer plus de 700 balles par minute. Les enfants de 7 à 77 ans vont pouvoir continuer à se faire peur.

(la source en pièce jointe)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 19 novembre 2013 à 15:19:27
Un article du NYtimes, dont je viens de trouver la traduction, me laisse proprement hallucinée  :| ..... je savais qu'ils avaient une certaine tendance à marcher sur la tête, mais là, les bras m'en tombent  :aille:

Citer
Le goulag Étasunien : La perpétuité sans remise de peine pour le vol d’un œuf
Condamnés à la mort lente  ([url]http://www.legrandsoir.info/condamnes-a-la-mort-lente.html[/url])(New York Times)
]

Si cela se passait dans un autre pays, les Étasuniens seraient atterrés. Des condamnations à la prison à perpétuité sans possibilité de remise de peine pour avoir tenté de vendre 10 dollars de marijuana à un policier infiltré ? Pour avoir partagé un peu de LSD à un concert des Grateful Dead ? Pour avoir siphonné l’essence d’un camion ? La punition est si extrême, si irrationnelle, si terriblement disproportionnée qu’elle défie la raison.

Et pourtant cela arrive tous les jours dans les tribunaux fédéraux et les tribunaux des états étasuniens. Les juges obligés d’appliquer des peines planchers draconiennes qu’ils dénoncent ouvertement, envoient des gens en prison pour le reste de leur vie pour des délits sans violences impliquant la drogue et les atteintes à la propriété. Dans presque 20% des cas, la personne avait un casier judiciaire vierge.

En 2012 il y avait 3 278 prisonniers qui servaient des peines de perpétuité incompressible pour de tels délits selon un surprenant rapport approfondi publié mercredi dernier par l’Union des Libertés Civiles Américaines. Et c’est une estimation à minima

Show content
Elle ne prend pas en compte les prisonniers condamnés à, par exemple, 350 ans de prison pour s’être rendus coupables d’une série de ventes de drogue sans violences ; ni ceux qui sont en prison pour des crimes classés comme "violents" même s’ils n’étaient pas à proprement parler violents, comme omettre de pointer au foyer de réinsertion ou tenter de voler une voiture inoccupée.

Le rapport repose sur les chiffres du système carcéral fédéral et de neuf états. Quatre condamnés sur cinq l’ont été pour des délits, comme avoir sur soi une pipe à crack ou avoir servi d’intermédiaire dans une vente de drogue. La plupart des autres ont été condamnés pour des atteintes à la propriété, comme tenter de dévaliser une boutique ou d’encaisser un chèque volé. Dans plus de 83% des cas, le juge n’avait pas le choix, les lois fédérales ou les lois des États les obligeaient à prononcer des peines de perpétuité incompressible généralement en vertu de lois portant sur les peines plancher ou la récidive.

Au cours des 40 dernières années, ces lois ont contribué à faire monter la population carcérale à plus de 2 millions de personnes, ce qui représente le taux d’emprisonnement le plus élevé du monde. Comme dans le reste du système pénal, les disparités raciales sont importantes : dans les tribunaux fédéraux, les Noirs ont 20 fois plus de chances que les Blancs d’être emprisonnés à perpétuité sans possibilité de remise de peine pour des délits n’impliquant pas de violence.

Le rapport estime que le surcoût de l’emprisonnement à perpétuité des ces 3278 personnes seulement par rapport à une peine de prison plus proportionnée s’élève à 1 780 milliard de dollars.

On a du mal à trouver quelqu’un qui soit favorable à de telles condamnations. Même Burl Cain qui a une longue expérience de gardien au pénitentiaire de l’État de Louisiane où sont emprisonnés la plus grande partie des condamnés à perpétuité pour des délits sans violences du pays dit que ce sont des peines "ridicules". "Tout le monde oublie ce que correction signifie. Cela veut dire corriger le comportement déviant, " a dit Mr. Cain à l’Union des Libertés Civiles Américaines. "Si une personne est capable, à sa sortie de prison, d’être un citoyen productif et de ne pas commettre de délit, pourquoi dépenser tant d’argent pour le garder en prison ? Notre rôle devrait être de garder dans ces grandes et vieilles prisons des prédateurs et non des vieillards mourants."

Plusieurs États sont en train de réformer leur lois pour essayer d’endiguer ce délire carcéral. Et le Congrès étudie deux projets de lois soutenus par les deux partis qui rendraient en partie aux juges le pouvoir d’apprécier les peines indépendamment des peines planchers. Cela va dans le bon sens mais cela ne suffit pas. Comme le recommande le rapport, les législateurs fédéraux et des états devraient supprimer les peines à la perpétuité incompressible pour les délits commis sans violences pour les futurs condamnés mais aussi pour ceux qui ont déjà été condamnés. Le président Obama et les gouverneurs des États devraient aussi utiliser leur droit de grâce pour commuer les peines existantes.

Seul un pays sur cinq autorise les condamnations à la perpétuité incompressible et la plupart de ceux qui les permettent les réservent au meurtriers ou aux récidivistes violents. Si les États-Unis veulent être considérés comme un pays civilisé, ils doivent mettre fin à ces pratiques inhumaines et inefficaces.

EDITORIAL du New York Times du 16 novembre 2013

Traduction : Dominique Muselet
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: cervesia le 19 novembre 2013 à 16:26:09
les condamnés se retrouvent à travailler comme des malades pour rien ! ça devient juste une main d'oeuvre très très bon marché qui rapporte énormément aux entreprises privées qui ont la gestion des taules américaines

http://oumma.me/post/66177536856/lesclavage-dans-les-prisons-americaines#.UouQ5Ce8ASM (http://oumma.me/post/66177536856/lesclavage-dans-les-prisons-americaines#.UouQ5Ce8ASM)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: Lady Marwina le 13 janvier 2014 à 22:02:55
Citer
PLOUTOCRACY – La moitié des membres du Congrès américain sont désormais millionnaires ([url]http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/01/10/ploutocracy-la-moitie-des-membres-du-congres-americain-sont-desormais-millionnaires/[/url])
Crédits : AP/Carolyn Kaster

Pour la première fois de l’histoire, la majorité des membres du Congrès américain possèdent une fortune supérieure à un million de dollars, révèle jeudi 9 janvier une étude menée par l’organisme Center for Responsive Politics. La valeur médiane nette, au-dessus de laquelle 50 % des législateurs se situent, serait d’exactement 1 008 767 dollars, soit un peu plus de 740 000 euros, en augmentation de 4,4 % par rapport à l’année précédente. Le Congrès, parlement bicaméral composé du Sénat et de la Chambre des représentants, accueillerait ainsi 268 heureux millionnaires sur les 534 élus actuellement en poste.

L’étude, qui s’appuie sur les déclarations des membres du Congrès faites en 2013 sur leurs patrimoine de 2012, dresse un classement des personnalités les plus riches. En tête, le républicain Darrell Issa affiche un pactole de 464 millions de dollars, engrangés dans le commerce d’alarmes pour voitures. En queue de peloton, l’élu le plus pauvre du Congrès est le républicain David Valadao, qui souffre d’un compte en banque débiteur de plus de 12 millions de dollars, en raison selon lui de prêts accordés à son exploitation laitière.
Cette analyse permet également de mettre en lumière les entreprises dans lesquelles ce capital est majoritairement investi par les membres du Congrès : sur le podium, le géant de l’énergie General Electrics est préféré à la banque Wells Fargo, et à la multinationale de l’informatique Microsoft.

« Malgré les sondages qui montrent à quel point les Américains sont insatisfaits du Congrès, il n’y a aucun changement dans notre appétit pour l’élection de riches hommes politiques, a déclaré Sheila Krumholz, directrice du Center for Responsive Politics. Dans notre système électoral, les candidats ont besoin d’accéder à la richesse pour mener des campagnes financièrement viables, et ceux qui parviennent à lever des fonds avec le plus de succès sont ceux qui nagent déjà dans ces cercles-là. »

Le New York Times, qui reprend l’information, souligne que ce n'est pas vraiment ce que les membres du Congrès souhaitaient voir apparaître dans les médias en ce moment, alors que plus d'un million de chômeurs viennent, eux, de voir leur indemnisation arriver à son terme. Ces derniers ont donc perdu tout revenu, précisément alors que le Congrès a refusé de renouveler un programme d’aide d’urgence destiné aux demandeurs d’emploi.


C'est la fin de la crise, au moins pour la moitié des membres du congrès des USA!  :frime1:
Oh... Wait...  :aille: :aille: :aille: :aille: :aille:
Titre: États Unis
Posté par: MacGo le 16 février 2014 à 17:16:22
HALLUCINANT , l'apartheid contre les homos va être validé sous peu au KANSAS, oui vous avez bien lu, au KANSAS

Citer
Le Kansas renforce sa législation anti-gay ([url]http://www.lepoint.fr/monde/le-kansas-renforce-sa-legislation-anti-gay-16-02-2014-1792307_24.php[/url])

"le texte stipule que tout individu, groupe, ou entreprise privée peut refuser de servir des couples gay (qu'il s'agisse d'un partenariat domestique, d'une union civile, d'un mariage) si "cela est contraire à leur croyance religieuse sincère"."

"On imagine aisément les conséquences désastreuses d'une telle loi, qui autorise potentiellement un employeur, y compris dans le service public, à virer un employé au motif de sa sexualité ou encore un hôpital à refuser des soins à un patient pour la même raison. Et tout cela, sans qu'une quelconque poursuite légale soit possible pour les personnes discriminées. Inutile de préciser que le mariage homosexuel, soumis à un référendum en 2005, est interdit au Kansas " :nono:.


Encore une fois au nom de l'église tresfache tresfache tresfache.  Église, dont deux de ces préceptes sont quand même : amour et tolérance. Juste risible  :mdr1: et vraiment  rageant  :fache1: :fache1: :fache1: :fache1: :fache1:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: oblomov le 16 février 2014 à 19:51:04
Les législateurs des différents états (rouges) traînent souvent les pieds en comparaison avec la loi fédérale. Déjà, la cour suprême de l'état pourrait bien juger cette loi anti-constitutionnelle, même avant de passer devant une cour fédérale.
C'était les cas pour la loi Butler au Tennessee, (http://fr.wikipedia.org/wiki/Butler_Act) qui interdisait les cours de "Darwinisme" dans l'état. (le Procès du Singe) (http://fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A8s_du_singe)

(http://www.oblomov.fr/wp-content/uploads/2014/02/darwin2thumb.jpg)   L'argument principal des bibleux, ce qui les horrifiait le plus, était le coté homme/singe de l'histoire....ils ne sont pas allés s'emboucaner avec l'ADN, mutations etc. là où ils auraient pu trouver quelques lacunes dans les théories de Darwin et de Huxley. (notre connaissance a aussi évolué depuis "l'Origine des Espèces") 

Bref, comme pour le mouvement pour les Droits Civiques, ça pourrait bien être la Justice et non des législateurs qui permettra les unions homos.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 17 avril 2014 à 19:19:51
Bon, je ne vais pas créer un sujet supplémentaire genre "opinion publique américaine" donc je pense que celui-ci fera l'affaire  :mrgreen:

Qui eut cru qu'une thématique comme "les inégalités sociales" pourrait recontrer aux Zétatszunis (comme dirait cervesia  :fleur2:) le succès d'intérêt qui a fait, chez nous en France, un gros flop  :pleur3:

Citer
Inégalités : Piketty, vedette américaine ([url]http://www.arretsurimages.net/breves/2014-04-16/Inegalites-Piketty-vedette-americaine-id17266[/url])


L'économiste français Thomas Piketty est aux USA pour présenter la traduction de son livre,"Le capital au XXIe siècle". A cette occasion, outre une série de conférences-débats, il a rencontré le ministre américain des Finances et l'équipe des conseillers économiques d'Obama. L'intérêt pour son livre témoigne de la sensibilité du thème des inégalités dans le débat économique US.

Tournée américaine. En déplacement aux USA pour une semaine, l'économiste français Thomas Piketty effectue de nombreuses interventions à New York et Washington note le Wall Street Journal. Ainsi, Piketty a présenté mardi 15 avril, à Washington (video ici), la traduction de son dernier livre Capital in the Twenty-First Century consacré à la croisssance des inégalités, devant l'Economic Policy Institute et le Washington Center for Equitable Growth. A cette occasion il a débattu, entre autres avec Betsey Stevenson, conseiller économique de la Maison Blanche.


Lundi 14 avril, il avait par ailleurs été reçu par Jacob Lew, le Treasury Secretary (équivalent de notre ministre de l'Economie et des Finances), et par des conseillers économiques de la Maison Blanche.

Lors de son intervention devant le Hutchins Center on Fiscal and Monetary Policy à la Brookings Institution de Washington, Piketty a plaidé pour une taxation plus forte des Américains les plus riches. Il propose de revenir au taux de taxation de 82%, apppliqué de 1930 jusque dans les années 70, en soulignant qu'il "semble que le capitalisme américain" n'a pas pour autant disparu à cette époque, détaille le Wall Street Journal.

Il a aussi critiqué l'inflation des hauts salaires des grands patrons américains : "Quand vous payez quelqu'un 10 millions de dollars au lieu d'1 million de dollars, vous n'obtenez pas pour autant de meilleurs performances ou une meilleure productivité. Je pense donc qu'il n'y a pas d'évidence justifiant le fait de payer 100 ou 200 fois le salaire moyen pour faire travailler" les grands patrons. L'une des conférences, celle de ce soir à New York, avec les économistes critiques Joseph Stiglitz,Paul Krugman, and Steven Durlauf, sera retransmise en direct sur Mediapart.

L'accueil du public est tout aussi enthousiaste. Comme @si, le racontait, Piketty a déja bénéficié d'une large couverture presse, et figure dans la liste des best-sellers établie par le New York Times. Et cela d'autant plus qu'en septembre dernier une étude du franco-américain Emmanuel Saez de l'université de Berkeley (Californie) avait déja lancé le débat. Cette étude (PDF 10 pages) indiquait qu'en 2012 aux USA, les revenus des 10% les plus riches ont atteint, pour la première fois 50% du total des revenus des Américains, comme le soulignait le New York Times en septembre 2013.

L'occasion de regarder notre émission consacrée au débat Piketty/Giraud sur la déroute fiscale du gouvernement et la visite de notre éconaute à Piketty, économiste jadis fétiche du PS.


Vous croyez que ça aussi, ça va mettre 10 ans à revenir chez nous ?  :pasdrole: :triste1:

PS : comme d'hab' pour les liens (intéressants) c'est mieux d'aller lire sur le site source (http://www.arretsurimages.net/breves/2014-04-16/Inegalites-Piketty-vedette-americaine-id17266)
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 16 juin 2014 à 15:12:34
On hallucine  :| 33 villes américaines rendent illégal le fait de donner à manger aux sans-abris  :X:

Citer
"In 33 U.S. Cities, Feeding The Homeless Has Been Criminalized"


source (https://twitter.com/rosselin/status/477740976044535808) et l'article original (http://www.zerohedge.com/news/2014-06-13/33-us-cities-feeding-homeless-has-been-criminalized) en anglais.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 05 novembre 2014 à 20:51:19
Obama a du souci à se faire, face à la castratrice de cochons qui lui ravit la vedette voir vidéo (http://www.leparisien.fr/international/elections-us-obama-battu-et-oblige-de-cohabiter-avec-un-congres-republicain-05-11-2014-4266993.php)).

Pourtant, on pourrait presque se réjouir:

Citer
Deux sénateurs noirs, symboles d'une autre victoire
La communauté noire américaine, qui avait largement soutenu Barack Obama en 2008, peut, malgré la défaite de son champion, se réjouir de deux symboles. Le premier Noir américain dans le sud depuis l'après-guerre de Sécession (1861-1865), et la première femme Noire Républicaine, ont été élus au Congrès à la faveur des élections de mi-mandat. Dans la très conservatrice Caroline du Sud, ancien Etat confédéré, Tim Scott, 49 ans, a remporté sans difficulté ce vote historique après avoir été nommé à ce poste en 2012 lorsque le précédent sénateur avait démissionné. Bien que conservateur, Scott défend des positions plus nuancées que son prédécesseur, Strom Thurmond, qui a représenté la Caroline du Sud pendant des décennies, farouche opposant à l'égalité raciale qui s'est battu pendant des années pour la ségrégation. Dans l'Utah, Mia Love, 38 ans, l'ancienne maire de la ville de Saratonga Springs, a ravi son siège à un démocrate.

http://www.leparisien.fr/international/elections-us-obama-battu-et-oblige-de-cohabiter-avec-un-congres-republicain-05-11-2014-4266993.php (http://www.leparisien.fr/international/elections-us-obama-battu-et-oblige-de-cohabiter-avec-un-congres-republicain-05-11-2014-4266993.php)

Mais au fond, la vraie nouvelle est celle-ci: après un président "noir", les minorités vont servir de caution pour les conservateurs. Pas glop! :/
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 06 novembre 2014 à 18:34:31
C'est ausi, très exactement, ce que je me suis dit en entendant le bilan  :pasdrole:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 10 novembre 2014 à 14:09:35
Le WTF du jour :| 8| 8/ mais c'est la fin du monde, j’espère vraiment que c'est la plus grosse blague du siècle. :pasdrole:

Citer
Le Ku Klux Klan bientôt ouvert aux noirs et aux homosexuels? ([url]http://www.huffingtonpost.fr/2014/11/10/ku-klux-klan-ouvert-noirs-homosexuels_n_6131474.html[/url])


Un Ku Klux Klan modernisé, et ouvert aux noirs et aux homosexuels? C'est la promesse de John Abarr, un membre de la confrérie du Montana. Une déclaration étonnante pour une des plus anciennes organisations suprématiste blanche protestante des États-Unis.

Originaire de Great Falls, une ville du nord des États-Unis, Abarr s'est expliqué début novembre dans le journal local, La tribune de Great Falls: "En réalité, ce pour quoi se bat le Ku Klux Klan c'est une Amérique forte. L'idée de la suprématie blanche c'était l'ancien Klan. Ce que je propose c'est le futur". Concrètement, cela veut dire que l'organisation ne ferait plus de discrimination en fonction de la race, de la religion, ou de l'orientation sexuelle.

Aujourd'hui, le Ku Klux Klan est éclaté en une multitude d'organisations plus ou moins grandes. La vision de John Abarr, c'est que le nationalisme est une notion plus fédératrice que le racisme. Selon USA Today, John Abarr souhaiterait ouvrir un nouveau chapitre de l'organisation qui se concentrerait sur le combat contre un gouvernement fédéral trop puissant.

Entre espoir et scepticisme

Les réactions à cette campagne de réhabilitation ne se sont pas faites attendre. D'après Bradley Jenkins, le responsable de l'union des Klans aux États-Unis, John Abarr devrait carrément abandonner l'appellation Ku Klux Klan: "cet homme va à l'encontre de tous les commandements du KKK" a-t-il expliqué au site metro, "il essaye de profiter du KKK pour poursuivre sa carrière politique".

Un mal pour un bien semble de son côté avancer Jimmy Simmons, l'un des responsables de l'association nationale pour la promotion des gens de couleur aux États-Unis (NAAWP). "J'ai rencontré John Abarr l'année dernière, et je suis prêt à croire qu'il essaye de réformer" explique-t-il à USA Today. Abarr a quant à lui déclaré que cette rencontre l'avait inspiré pour organiser un sommet de la paix avec la NAAWP à l'été 2015. Un sommet auquel Jimmy Simmons considérerait "très sérieusement (y) aller".

Grave erreur, avance Rachel Carroll-Rivas,la codirectrice du réseau des droits de l'Homme dans le Montana. "Si John Abarr souhaitait vraiment réformer, il n'aurait plus besoin de l'étiquette KKK". "Ils savent que leurs croyances ne sont pas populaires, alors ils essayent de sembler modernes. Je pense que nous assistons tout simplement à une farce" s'est-elle indignée sur le site USA Today.

"C'est vrai que le nom du Ku Klux Klan fait toujours peur" renchérit Jimmy Simmons. "Surtout que ses membres refusent d'abandonner le masque et la robe blanche qu'ils revêtaient à l'époque pour terroriser les noirs". C'est donc à tout petit pas que la réforme du Ku Klux Klan semble devoir se faire aux États-Unis.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: sarkonique le 10 novembre 2014 à 21:43:52
 :| Ah! le progrès!  :mrgreen:  P'têt' même que tantôt, les juifs pourront entrer chez les néonazis et que les Palestiniens seront admis à saluer le drapeau sioniste!  :grrr:
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 27 novembre 2014 à 10:19:25
ferguson s'embrase, normal, on meurt quand on est noirE dans ce pays, assassiné par la police.
Il y a quelques jour c'est un autre enfant noir de 12 ans, à la suite de tant d'autres. :/


Citer
Ferguson: quand les policiers blancs attribuent une force surhumaine aux hommes noirs ([url]http://www.slate.fr/story/95079/ferguson-blancs-noirs-force-surhumaine[/url])


Dans sa déposition devant les jurés, Darren Wilson, le policier qui a tué Michael Brown à Ferguson, explique que l'homme de 18 ans ressemblait à un «démon», et que, même armé, il s'est senti «comme un gamin de 5 ans s'accrochant à Hulk Hogan». Il assure avoir eu l'impression qu'après avoir été touché par une balle, le jeune noir a «bandé les muscles pour courir à travers les balles».

Cette impression d'impuissance face à une force quasi surnaturelle a son origine dans une vision stéréotypée des hommes noirs, rappellent plusieurs articles de Slate.com. Pour Jamelle Bouie, Darren Wilson décrit la «brute noire», une figure de la rhétorique des suprémacistes blancs de la fin du XIXe siècle, quand les médias du sud des Etats-Unis étaient remplis d'articles contre la «bête nègre» et «la grosse brute noire». Cette image n'a jamais complètement disparu des mentalités américaines, explique-t-il. «Les jurés dans l'affaire du passage à tabac de Rodney King ont été prévenus que ce n'était pas le motard noir qu'ils jugeaient», rapporte une dépêche de 1993 sur les délibérations. «Et pourtant ils ont entendus des comparaisons de King avec un "monstre", un "diable de Tasmanie" et un homme "à la force digne de Hulk"».

L'idée que Michael Brown puisse être résistant aux coups de feu rappelle également une étude récente sur les préjugés racistes, note Katy Waldman.

Pour l'étude en question, publiée en octobre 2014 dans la revue Social Psychology & Personality Science, les chercheurs ont notamment montré aux participants des images d'hommes blancs et noirs, et leur ont demandé de dire lequel était le plus susceptible «d'avoir une peau surhumaine assez épaisse pour le protéger de braises incandescentes», ou encore lequel était plus susceptible d'«avoir une force surnaturelle le rendant capable de soulever un tank». Dans 63,5% des cas, les hommes noirs étaient sélectionnés.

Sur Slate.com, le journaliste scientifique Matthew Hutson cite une autre étude réalisée par les mêmes chercheurs sur la perception de la douleur des autres en fonction de leur couleur de peau. Les résultats indiquaient que les infirmières considèrent les hommes noirs comme moins sensibles à la douleur que les blancs (et ils reçoivent en général moins de médicaments antidouleur).

Un des auteurs de ces articles, Adam Waytz de Northwestern University, explique que ces préjugés sur la force et la douleur peuvent en partie expliquer la brutalité de certains policiers. Interviewé par Slate.com, il évoque notamment la façon dont des jeunes Afro-Américains comme Trayvon Martin et Michael Brown sont décrits par les hommes qui les ont tués. «On entend ces histoires d'hommes noirs presque surhumains qui foncent vers un policier et constituent des menaces physiques démesurées.» Dans ces cas-là, les policiers, comme Darren Wilson, disent qu'ils n'ont pas eu le choix:

    «Cette attribution de capacités surhumaines pourrait sembler positive... mais nous pensons au contraire qu'il s'agit d'une façon de déshumaniser les Afro-Américains.»



Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: syberia3 le 06 décembre 2014 à 10:34:16
Je ne décolère pas ....une succession d'exécutions de noirs par la police donne lieu à une succession d'acquittements ...
L’Amérique  a atteint un point de non retour en donnant carte blanche à la violence  :diable:
Du coup je me refais tous les Spike Lee histoire de me rappeler d'où vient cette pseudo légitimité qui autorise un état à buter ces concitoyens .


Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: reveillonsnous le 06 décembre 2014 à 15:12:53
Citer
   
Mille fois plus énorme que le Watergate
et pourtant passé sous le radar…
([url]http://www.pltv.fr/fr/blogs/mille-fois-plus-enorme-que-le-watergate-et-pourtant-passe-sous-le-radar/[/url])

« Secret d’état », le film de Michael Cuesta, raconte l’histoire vraie de Gary Webb. Le journaliste qui a prouvé les liens entre la CIA et les cartels de la cocaïne à l’époque de Reagan. Tellement énorme que ça ressemble à une théorie de la conspiration comme internet les aiment tant. Et pourtant, tout est vrai. Il faut aller voir ce film avant qu’il ne disparaisse des écrans.
Titre: Re : Politique intérieure USA
Posté par: raja le 22 janvier 2015 à 16:42:14
Citer
"Les Carnets de Guantánamo", journal intime d'une victime de tortures ([url]http://www.courrierinternational.com/article/2015/01/21/les-carnets-de-guantanamo-journal-intime-d-une-victime-de-tortures[/url])

Les Carnets de Guantánamo de Mohamedou Ould Slahi paraîtront cette semaine dans vingt pays, après six ans de modifications de la part des autorités américaines et de recours judiciaires, annonce The Guardian. L’auteur, un Mauritanien de 44 ans détenu dans la prison depuis treize ans, y raconte les tortures qu'il a subies. En France, le livre paraîtra, chez l'éditeur Michel Lafon, le 22 janvier.

Le Guardian, qui a publié plusieurs extraits, relate son parcours et explique qu’après avoir combattu l'armée soviétique aux côtés d’Al-Qaida en Afghanistan dans les années 1990 Slahi affirme s'être entièrement détourné de l'organisation terroriste. Mais "après le 11 septembre 2001, il a été arrêté [en Mauritanie] parce qu’il était soupçonné d’avoir été impliqué dans un attentat déjoué à l'aéroport de Los Angeles".

Immergé dans l'eau glacée

Le journal explique que la justice américaine a abandonné les poursuites et ordonné sa libération parce qu'elle ne pouvait prouver que Slahi était membre d'Al-Qaida au moment de son arrestation. Néanmoins, Slahi est toujours incarcéré à Guantanamo Bay parce que le ministère de la Justice a fait appel. Aujourd’hui, son cas est à nouveau en cours d'étude par le tribunal.

A Guantánamo, il a notamment été privé de sommeil, a reçu des menaces de mort ; il a fait l'objet d'humiliations sexuelles, a été obligé de boire de l'eau salée et s'est retrouvé immergé dans de l'eau glacée. "Le résultat [de ces traitements] était des mensonges", relate le journal. "Dans une tentative de mettre fin aux supplices, Slahi a fini par faire de faux aveux. Il a entre autres dit à ces interrogateurs qu'il projetait de faire exploser la tour de CNN à Toronto, au Canada."

2 500 modifications du texte

Le manuscrit de Slahi, écrit en anglais, a fait l’objet de plus de 2 500 modifications de la part des autorités américaines avant publication. Il s'agit notamment de suppressions de mots ou de passages "dont le but officiel est de protéger des informations confidentielles, mais qui ont eu comme conséquence que les lecteurs sont empêchés de connaître toute l'histoire", déplore le journal.

L’éditeur britannique du livre, Jamie Byng (Canongate Books), estime que c’est "un témoignage extrêmement poignant écrit par un écrivain vraiment talentueux. Avec toutes ces maisons d'édition internationales, on espère qu'en mettant son histoire à portée d'un large public à travers le monde, on pourra aider à mettre fin à ces emprisonnements injustifiés et barbares."
Titre: Re : Etats-unis, obama, politique interieur
Posté par: raja le 25 février 2015 à 12:51:57
Je n’étais pas sure de poster cet article sur le fofo mais je crois qu'il y a sa place, il est important, au vue des petites phrases régulières qu'on entend via des politiques, des personnages publics, des lambdas sur les réseaux sociaux sur la supposée monstruosité de l'islam, qui est intrinsèquement violente et que jamais au grand jamais une religion ne commit autant d'horreur que celle ci, c'est bien méconnaitre d'un les humains et de deux l'histoire, puis vient cette exceptionnelle phrase d'obama, intervention la plus intéressante de tout ces discours.

je précise aussi que la non foi, ou non croyance ou comme vous voudrez n'a jamais préservé de la folie megalomaniaque et de commettre des massacres.

Citer
Quand ils lynchaient les noirs, les blancs aussi se croyaient soldats de Dieu
 ([url]http://www.slate.fr/story/98273/lynchage-soldats-de-dieu[/url])
A l’instar des barbaries de l’Etat islamique, le lynchage et la torture des noirs américains pendant la ségrégation n’étaient pas seulement des actes de racisme mais aussi des actes empreints de signification religieuse, justifiés par le christianisme de l’époque

Si, selon un certain cliché, les Américains ont la mémoire courte, cela n’empêche pas, depuis le samedi 7 février, un bon nombre d’entre nous de débattre au sujet des guerres de religion médiévales et de l’idée que nous puissions en tirer quelques leçons sur la violence qui règne aujourd’hui au Moyen-Orient.

Ce qu'a dit Obama

Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, ce débat fait suite aux commentaires du président Obama lors du National Prayer Breakfast annuel, où –après avoir condamné le groupe radical Etat islamique et l’avoir qualifié de «culte de la mort»– il a proposé une réflexion appelant à la rationalisation.

    «Avant de monter sur nos grands chevaux et de penser que le phénomène est l’apanage d’un lieu différent du nôtre, souvenons-nous que pendant les croisades et l’Inquisition, les gens ont commis des actes atroces au nom du Christ. Dans notre patrie, l’esclavage et les lois [ségrégationnistes] Jim Crow ont trop souvent été justifiés au nom du Christ (...) Par conséquent, cela n’est pas l’apanage d’un seul groupe ou d’une seule religion. Il existe une tendance en nous, une tendance immorale qui peut pervertir et déformer notre foi.»

Ce point simplissime –«aucune foi n’a le monopole de l’arrogance religieuse»– est devenu un point d’ignition partisan incitant les conservateurs à sermonner le président en l’accusant de «mettre sur le même pied» chrétiens croisés et radicaux islamiques, à l’accuser d’entretenir des croyances anti-chrétiennes et à se demander pourquoi il évoque un conflit vieux de plusieurs siècles, quand bien même on relèverait quelques analogies entre celui-ci et l’époque actuelle.

Ce qui nous manque dans l’argument sur les croisades cependant, c’est la mention par Obama de l’esclavage et de Jim Crow. Dans The Atlantic, Ta-Nehisi Coates choisit de souligner les justifications religieuses de l’esclavage américain, et il vaut la peine d’en faire autant pour son successeur d’après la guerre de Sécession. Et puisque nous en sommes à réfléchir en termes de violence religieuse, nous nous devons de nous pencher sur le spectacle le plus brutal du règne de Jim Crow: le lynchage.

Pendant pratiquement tout le siècle entre les deux Reconstructions américaines, la plus grande partie du Sud blanc a fermé les yeux et approuvé la violence terroriste exercée contre les noirs. Un nouveau rapport de l’Equal Justice Initiative, basée en Alabama, signale presque 4.000 lynchages de noirs dans 12 Etats du Sud –en Alabama, en Arkansas, en Floride, en Géorgie, dans le Kentucky, en Louisiane, dans le Mississippi, en Caroline du Nord et du Sud, au Tennessee, au Texas et en Virginie– entre 1877 et 1950, ce qui, note l’organisation, représente «au moins 700 lynchages de plus dans ces Etats que ce qui avait été signalé auparavant».

«Le Juge Lynch» –nom donné par la journaliste et militante antiségrégationniste Ida B. Wells aux foules de lyncheurs– se montrait capricieux, impitoyable et barbare à l’égard de ses victimes. C.J. Miller, accusé à tort du meurtre de deux sœurs adolescentes blanches dans l’ouest du Kentucky, fut «traîné dans les rues jusqu’à un échafaud de fortune fait de vieilles douves de tonneau et autre petit bois», écrit l’historien Philip Dray dans At the Hands of Persons Unknown: The Lynching of Black America. Ses agresseurs le pendirent à un poteau téléphonique, et tandis que «la première chute lui brisa le cou (...) le corps fut soulevé et abaissé à maintes reprises pendant que la foule le criblait de balles avec des armes de poing». Son corps resta pendu dans la rue pendant deux heures, au cours desquelles il fut photographié et mutilé par des badauds. Puis il fut décroché et brûlé.

Plus sauvage encore fut le lynchage de Mary Turner, tuée pour avoir protesté contre le meurtre de son mari, et de l’enfant qu’elle portait.

    «Devant une foule où se trouvaient des femmes et des enfants, écrit Philip Dray, Mary fut déshabillée, pendue par les chevilles, aspergée d’essence et brûlée à mort. Au milieu de son supplice, un homme blanc lui ouvrit le ventre avec un couteau de chasse et son bébé tomba à terre, poussa un cri et fut piétiné à mort.»

Des rituels de l'évangélisme sudiste et de son dogme

Ces lynchages n’étaient pas seulement des punitions infligées par des groupes d’autodéfense, ou, comme le note l’Equal Justice Initiative, «des actes de célébration du contrôle et de la domination d’une race sur l’autre». C’était des rituels. Et plus spécifiquement, des rituels de l’évangélisme sudiste et de son dogme d’alors prônant la pureté, le littéralisme et la suprématie blanche.

«Le christianisme était le principal prisme par lequel la plupart des Sudistes conceptualisaient et donnaient un sens à la souffrance et à la mort, quelle que soit leur forme», écrit l’historienne Amy Louise Wood dans Lynching and Spectacle: Witnessing Racial Violence in America, 1890–1940.

    «Il serait inconcevable qu’ils aient pu infliger douleurs et tourments aux corps des hommes noirs sans imaginer cette violence en tant qu’acte religieux, chargé de symbolisme et de signification chrétienne.»

Le Dieu du Sud blanc exigeait de la pureté –pureté incarnée par la femme blanche. Les Sudistes blancs construisirent une frontière à l’aide de la ségrégation. Mais quand celle-ci était violée, c’est avec le lynchage qu’ils réparaient la brèche et affirmaient qu’ils étaient libres de toute contamination morale, représentée par les noirs, par les hommes noirs en particulier –même si elle ne se limitait pas à eux. Leo Frank, lynché en 1915, était juif.

La brèche imaginée était souvent d’ordre sexuel, définie par le mythe du violeur noir, un «démon» et une «bête» décidée à profaner la pureté chrétienne de la féminité blanche. Dans son récit du lynchage d’Henry Smith –tué à la suite d’accusations de viol et de meurtre d’une fillette de 3 ans, Myrtle Vance– P.L. James raconte comment l’énergie d’une ville et d’un pays entier s’était tournée vers «l’arrestation du démon qui avait dévasté un foyer et souillé une vie innocente».

La «volonté de Dieu»

James n’était pas un cas isolé. De nombreux autres défenseurs du lynchage interprétaient leurs actes comme un devoir chrétien, consacré comme étant la volonté de Dieu contre la transgression raciale.

    «Après le lynchage de Smith, note Amy Louise Wood, un autre de ses défenseurs écrivit: “ce ne fut rien d’autre que la vengeance d’un Dieu outragé, qui Lui fut offerte, au moyen de l’instrument que furent ceux qui provoquèrent la crémation.»

Comme l’écrit Donald G. Mathews, professeur émérite à l’UNC-Chapel Hill dans le Journal of Southern Religion:

    «La religion s’insinuait dans le lynchage communautaire parce que cet acte se produisait dans le contexte d’un ordre sacré conçu pour garantir la sainteté.»

L'«ordre sacré» c’était la suprématie blanche, et la «sainteté», la vertu blanche.

Je me dois de souligner que les noirs de l’époque voyaient le lynchage comme étant enraciné dans la pratique chrétienne des Sudistes blancs. «Il est extrêmement douteux que le lynchage puisse exister dans une autre religion que le christianisme», écrivit Walter White, leader de l’association de défense des droits civiques NAACP en 1929.

    «Quiconque connaît bien les prédicateurs intempestifs, acrobatiques, fanatiques prêchant les feux de l’enfer dans le Sud, et a vu les orgies d’émotion qu’ils suscitent, ne peut douter un seul instant qu’ils libèrent des passions dangereuses contribuant à l’instabilité émotionnelle et jouant un rôle dans les lynchages.»

Rien de tout cela n’était intrinsèque au christianisme: c’était une question de pouvoir, et du besoin qu’avaient les puissants de sanctifier leurs actes

Et si certains chefs d’église ont condamné ces pratiques comme étant contraires à la parole de Dieu –«Religion et lynchage, christianisme et écrasement, feu et bénédiction, sauvagerie et raison nationale ne peuvent aller main dans la main dans ce pays», affirmait un éditorial en 1904– le consentement écrasant du Sud blanc confirmait le point de vue de Walter White.

Le seul christianisme sudiste uni dans son opposition au lynchage était celui des noirs américains, qui tentaient de re-contextualiser les attaques comme un genre de crucifixion et ses victimes comme des martyrs, renversant la situation et faisant des noirs les véritables héritiers du salut et de la rédemption chrétienne. Et c’est ce dernier point qui doit mettre en exergue le fait que rien de tout cela n’était intrinsèque au christianisme: c’était une question de pouvoir, et du besoin qu’avaient les puissants de sanctifier leurs actes.

Pourtant, il est impossible de nier que le lynchage –dans toute sa grotesque violence– était un acte empreint de signification religieuse, justifié par le christianisme de l’époque.

Il avait également un caractère politique: c’était un acte de terreur et de contrôle social et la chasse gardée de citoyens privés, de responsables publics et de législateurs puissants. Le sénateur Ben Tillman de Caroline du Sud défendit le lynchage devant le Congrès des Etats-Unis, et le président Woodrow Wilson applaudit un film qui célébrait le juge Lynch et ses disciples.

Ce qui signifie qu’Obama avait raison. Les environnements extrêmement différents de l’Amérique d’avant les droits civiques et du Moyen-Orient d’aujourd'hui cachent les similitudes conséquentes qui existent entre la violence religieuse relativement récente de nos ancêtres suprématistes blancs et celle de nos ennemis contemporains. Et le fossé actuel entre musulmans modérés et leurs opposants fanatiques trouve une analogie dans notre division passée entre christianisme nordiste et son homologue sudiste.

Il ne s’agit pas tant de relativisme que de vision clairvoyante de notre vulnérabilité commune, de la vérité qui est que les graines de la violence et de l’autocratie peuvent germer n’importe où, et du fait que notre position actuelle de supériorité morale n’est pas la preuve d’une quelconque supériorité intrinsèque.

Titre: Re : Etats-unis, obama, politique interieur
Posté par: raja le 29 novembre 2015 à 10:08:47
balayer devant sa porte toussa toussa :fache:

Citer
Attaque d’un planning familial aux Etats-Unis : le suspect ne voulait « plus de bébés en morceaux » ([url]http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/11/27/fusillade-pres-d-un-centre-de-planning-familial-aux-etats-unis_4819470_3222.html[/url])

Une fusillade a fait trois morts dans un centre de planning familial à Colorado Springs.
Trois personnes, dont un policier, ont été tuées, vendredi 27 novembre, dans une attaque contre un centre de planning familial à Colorado Springs, dans l’ouest des Etats-Unis. Neuf personnes dont 5 policiers ont par ailleurs été hospitalisés. Selon la police, 24 personnes ont été évacuées saines et sauves après avoir été prises en otage.

Le tireur, Robert Lewis Dear, 57 ans, aurait déclaré aux enquêteurs qu’il ne voulait « plus de bébés en morceaux », selon la chaîne NBC. Ces propos pourraient être une allusion aux avortements pratiqués dans le centre ou aux accusations à l’encontre de la clinique selon laquelle elle fournirait des éléments foetaux à la recherche médicale. Les enquêteurs estiment toutefois ne pas être en mesure d’affirmer avec certitude ce qui a motivé le tueur présumé.

Le suspect était armé d’un fusil d’épaule et avait placé « des appareils » dans le bâtiment, laissant entendre qu’il pourrait s’agir d’explosifs, selon les forces de l’ordre, qui ont passé plusieurs heures à sécuriser le bâtiment. L’attaque s’est terminée vendredi soir, après plus de cinq heures d’échanges de tirs avec les forces de l’ordre.

« Terrorisme intérieur »

Les 700 centres de planning familial sont aux Etats-Unis les principaux à fournir des services gynécologiques : des examens préventifs, des contraceptifs mais aussi à réaliser des interruptions volontaires de grossesse. La chambre des représentants américaine, dominée par le camp républicain, a tenté à plusieurs reprises de couper les fonds publics de l’organisation lors de discussions budgétaires.

Cela en fait régulièrement des cibles de manifestations voire d’agressions pour les opposants radicaux à l’avortement. Selon la Fédération nationale de l’avortement, huit personnes travaillant dans le domaine médical ont été tuées depuis 1977 aux Etats-Unis à la suite d’incidents violents.
Recueillement après la mort de trois personnes dans un centre de planning familial du Colorado.

« Nous ne connaissons pas totalement les circonstances et les motifs de ce crime, et ne savons pas si le planning familial était la cible de l’attaque », a expliqué dans un communiqué Vicki Cowart, porte-parole de l’organisation, avant de dénoncer « des extrémistes (anti-avortement qui) créent un environnement toxique capable d’alimenter le terrorisme intérieur ».

« Ça suffit »

Samedi, Barack Obama a une nouvelle fois réclamé un meilleur contrôle des armes à feu aux Etats-Unis : « Nous devons faire quelque chose à propos de la facilité d’accès aux armes de guerre dans nos rues pour des personnes qui n’ont rien à faire avec » de telles armes, « ça suffit », a fustigé le président américain dans un communiqué.

M. Obama souhaiterait que le Congrès légifère sur la question du contrôle des armés, notamment les plus puissantes.
Titre: Re : Etats-unis : politique interieur
Posté par: raja le 14 avril 2017 à 10:13:30
Citer
Afghanistan : les Etats-Unis larguent la bombe non-nucléaire la plus puissante jamais utilisée ([url]http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/lutte-contre-l-etat-islamique-les-etats-unis-larguent-leur-plus-puissante-bombe-non-nucleaire-en-afghanistan_2144480.html[/url])
Cette frappe vise à aider les forces américaines et afghanes sur place, dans leurs combats contre les talibans et le groupe Etat islamique.

Les Etats-Unis ont largué, jeudi 13 avril, contre le groupe Etat islamique en Afghanistan, la plus puissante bombe non-nucléaire jamais utilisée.

La frappe avec la bombe GBU-43 de plus de 10 000 kg, a visé une "série de grottes" dans la province de Nangarhâr (est de l'Afghanistan), où un soldat américain a été tué dans une opération le week-end dernier contre les jihadistes, selon un porte-parole du Pentagone.

Un soutien aux forces afghanes et américaines dans la région

Cette énorme bombe guidée au GPS, longue de plusieurs mètres, qui n'avait jamais été utilisée au combat auparavant, a été larguée en soutien aux forces afghanes et américaines opérant dans la région, selon le Pentagone. Les Etats-Unis ont environ 8 400 soldats en Afghanistan. Ils forment, conseillent et appuient les forces afghanes dans leurs combats contre les talibans et le groupe Etat islamique.

"Alors que leurs pertes augmentent", les jihadistes ont recours "à des bunkers et tunnels pour renforcer" leur défense, a indiqué dans un communiqué le général John Nicholson, le chef des forces américaines en Afghanistan.

La bombe GBU-43 "est la bonne munition pour venir à bout de ces obstacles et maintenir l'élan de notre campagne" contre le groupe Etat islamique en Afghanistan, a-t-il ajouté. "Nous devons leur dénier leur liberté de mouvement, et c'est ce que nous avons fait", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, lors de son briefing à la presse.

Selon l'US Air Force, le dernier test de la bombe GBU-43, en 2003, avait provoqué un panache de poussières et de fumées visible à plus de 32 kilomètres. La bombe à effet de souffle massif est dénommée MOAB (Massive Ordnance Air Blast).
Titre: Re : Etats-unis : politique interieur
Posté par: sarkonique le 14 avril 2017 à 10:48:18
Hallucinant!  8| Pourquoi pas raser l'Afghanistan de la carte, tant qu'on y est?

L'analyse de Karzai est évidente: s'agit de tester et de faire savoir. Et maintenant, qui qui va faire la même chose, rivalité mondiale oblige  :peur1: ?
Titre: Re : Etats-unis : politique interieur
Posté par: raja le 14 avril 2017 à 11:07:07
Il s'amuse le bougre, il s'ennuyait dans sa vie de milliardaire maintenant il teste des boutons et pouf une mega bombe, il fait peur :triste1:
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: bili le 19 mai 2017 à 11:36:19
Enfin une bonne nouvelle des tas unis!

ça me fait vraiment plaisir. :super:

Citer
Chelsea Manning, enfin libre

Après sept ans de détention, la lanceuse d'alerte, source de WikiLeaks, a fait ce mercredi ses «premiers pas en liberté». Sa peine avait été commuée en janvier par Barack Obama.


http://www.liberation.fr/planete/2017/05/17/chelsea-manning-enfin-libre_1570165 (http://www.liberation.fr/planete/2017/05/17/chelsea-manning-enfin-libre_1570165)
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: reveillonsnous le 23 mai 2017 à 22:00:43
ça se passe en Israël, mais néanmoins ça parle de politique intérieure US : TRUMP vient de visiter le mémorial de la SHOH à Jérusalem, voici ce qu'il a inscrit sur le livre d'or !

Les américains un poil conscients doivent être dévastés !


(https://s4.postimg.org/twyfk9to9/Trump_obama_juifs.jpg) (https://postimg.org/image/twyfk9to9/)
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: La Squaw le 24 mai 2017 à 04:31:19
Les Américains sont entrain de prendre conscience de qui est ce président orange.... Mes amis qui ont voté pour lui ont honte. Je les avais pourtant mis en garde.
Maintenant, ils déchantent.

Ce qui est tout aussi inquiétant, c'est que si il est destitué, ce sera Pence qui prendra la relève et il est tout aussi dangereux que l'orange! Il vaudrait presque mieux que la situation reste comme elle est maintenant (au moins il apporte de l'eau au moulin des humoristes) et que dans moins de 4 ans il soit battu à plat de coutures par les démocrates!
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: oblomov le 24 mai 2017 à 10:29:18
Pour s'inspirer de l'éviction de Nixon, il faudrait d'abord trouver le moyen de virer Pence (v. Spiro Agnew)....qui sera le Gerald Ford de l'histoire, (pour ensuite gracier le Donald) ? Ça reste à voir.
Quatre ans, c'est très long, un impeachment c'est long aussi. Personne n'ose (encore) en parler de la beaucoup plus expédiente solution du
Show content
grassy knoll
.
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: sarkonique le 06 juin 2017 à 15:59:40
Un impeachment qui puisse renverser la situation!  :salive:

(https://pbs.twimg.com/media/DBaABlGUwAAUKHx.jpg) (https://pbs.twimg.com/media/DBaACPeUQAAVjm9.jpg)
Titre: Re : Etats-unis : politique intérieure
Posté par: oblomov le 06 juin 2017 à 17:32:44
(https://s7.postimg.org/6si4cum8n/fractalmout480.jpg) (https://postimg.org/image/6si4cum8n/)

Impeachment, il ne faut pas trop en rêver...
Les très vantés "checks and balances" (pas de conflit d'intérêt, niet pour le népotisme etc) du système US ne sont absolument pas appliqués automatiquement.
Sans volonté politique, absolument rien n'est fait pour empêcher Trump de construire une république bananière. En attendant que leur agenda politique soit mis en effet, les diaboliques Republicans vont faire le dos rond.
Pour le moment, la seule chose de concret que Trump a pu faire a été de faire nommer le réac christeux Gorsuch à la Cour Suprème. Même ça, ça risque de foirer :  le dernier espoir pour son muslim Travel ban était de le faire valider par la supreme court, Trump a sans doute rendu ceci impossible avec ses tweets idiots qui démontrent que la vraie volonté de Trump était de discriminer contre les immigrés musulmans, ce qui est clairement interdit par la sacro-saint Constitution.

Trump s'évertue à offenser tous les alliés des É-U : Royaume Uni (et pas qu'un peu), l'Allemagne, la France, presque tous les pays de l'OTAN, le Japon, l'Australie, le Mexique, le Canada...bref, tout le monde sauf l'Arabie Saoudite.
Pour faire bouger la majorité au Congress, il va falloir provoquer la troisième guerre mondiale.
Et encore.

On a souvent fait mention de l'impeachment (inachevé) de Nixon, mais seulement une petite poignée de Republicans ont choisi Pays plutôt que Parti. Comme récompense, ils ont eu leurs carrières politiques brisées.